Partagez | 
 

 [Flashback] Un amour tranchant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: [Flashback] Un amour tranchant   Dim 28 Déc - 19:23


Ça s'était passé peu de temps avant qu'il parte. Un mois, deux tout au plus. Une journée de plus passée à traquer un inconnu qui s'était attiré les foudres d'un quelconque quidam plus riche que lui. Encore une journée qui se finirait dans un bar à descendre une choppe ou deux pour finalement atterrir dans son lit et recommencer le tout le lendemain. C'était chiant et répétitif au possible et Dante n'était qu'un guépard dans la cage de son quotidien. Il avait déjà prévu de partir de Nighty Town, mais rien de concret n'avait été fait pour l'instant.

C'était la tombée de la nuit, le ciel était sombre, comme toutes les autres heures du jour à tel point qu'il aurait pût être dix heures du matin ou du soir, personne n'aurait été capable de faire la différence. Lorsqu'il poussa les portes du bar qui grincèrent énormément à cause du manque d'huile, il fut assailli par la fumée contenue à l'intérieur, les odeurs d'alcool et de tout ce que pouvait émaner un groupe de bandits à moitié ivres et deux buveurs solitaires.

«-Jack, envoies-moi une chope.
-Tout de suite!»

Il connaissait le patron du bar, la patronne, les clients et la plupart des filles des clients. Le bar était son point de chute habituel à la fin de sa journée de travail et il avait fini par sympathiser avec quelques clients réguliers qui lui offrait à l'occasion des informations sur une cible, ou bien d'autres sujets. Certaines fois, des intéressés de ses services venaient même directement voir Dante ici en fin de journée, c'était donc autant un bar, un simulacre de bureau et une précieuse source d'informations.
Mais pour l'instant, c'était surtout un bar et il prit grand plaisir à boire ce que contenait la chope fraîche qu'on lui tendit, à savoir une bonne bière artisanale faite par la femme du propriétaire du bar en personne. On l'appelait la Red Devil à cause de sa couleur rougeâtre due a l'utilisation de certaines baies dans sa fabrication et elle était célèbre localement pour son goût particulier, à la limite du surnaturel.

La pinte était à moitié vide lorsqu'elle rentra. Grande, brune, la démarche fière, l'air légèrement hautain, elle faisait radicalement tache dans le décor et pourtant tout le monde l'aurait remarqué sans ses attributs proéminents, sa jupe trop courte pour la décence ou son chemisier qui semblait bien trop étroit pour elle. Et ce n'étaient qu'une infime partie des raisons qui firent que Dante l'aborda alors qu'elle s'asseyait à un table.

Il avait fini sa pinte d'une traite et l'avait laissé, il ne voulait pas passer pour un quelconque pilier de comptoir ou quelques joyeusetés de ce genre. «Vous cherchez quelque chose?» lui demanda Dante tout en réalisant que pour un premier contact charismatique, il faudrait repasser. Elle le regarda avec deux grands abîmes bleus qu'on appelle yeux et le sonda légèrement avant de répondre avec une voix presque trop aiguë pour être supportable.

«-Non, je viens juste ici pour manger.
-Jack, amènes à manger à la demoiselle! Il marqua une pause avant de continuer à parler. On vous dit sûrement ça souvent, mais j'ai l'impression de vous avoir déjà vue quelque part.
-Ah oui? Fortement improbable, je ne suis jamais venue ici avant.»

«Jamais venue ici avant?». Il avait beau se creuser la tête, il était sûr de l'avoir déjà vue quelque part, ce n'était pas juste une phrase de lourdaud balancée dans un bar pour essayer de séduire la première gourgandine venue. Ce visage, il le connaissait, il était sûr de l'avoir déjà vu. Le repas arriva, il se leva et prit congé pour la laisser manger.

Quittant l'atmosphère fumeuse, il regarda le ciel quelques secondes pour trouver une lune qui avait du mal à faire filtrer ses rayons à travers l'épaisse couche nuageuse qui recouvrait l'île. Il se triturait le cerveau à trouver où il avait vu la jeune anonyme, sans résultat. La nuit porterait conseil, mais cette fois-ci elle dédaigna Dante qui marchait au hasard dans les rues qu'il connaissait par cœur. C'est alors qu'au détour d'un rue, illumination soudaine. Plus que la lune dans le ciel, il avait réussi à trouver le nom et le prénom de la jeune femme ainsi qu'un beau chiffre qui allait avec son joli minois : Luna Reith, cent vingt milles berry'z.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2902
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Un amour tranchant   Dim 28 Déc - 22:45

Amour Tranchant [1]

Les informations circulent vite sur West Blue, ceci étant, Malia, mon informatrice attitrée et surtout la plus dangereuse femme que je connaissais sur cette mer quand il s’agit d’intrigues amoureuses s’était laissée titillée lorsque Luna Reith, une pirate primée à cent-vingt-milles berrys, avait décidé de lui piquer son mec – et avait accessoirement réussi. C’était ainsi qu’elle avait décidé de prendre sa vengeance via ma petite personne et m’avait demandé d’user de mes capacités pour lui voler quelques bijoux, sans pour autant l’embêter plus que cela. De nuit, donc, je me baladais les bras droits devant moi avec une affiche sur laquelle étaient inscrits le nom et la prime de ma cible ainsi que quelques informations complémentaires gribouillées au crayon noir dans la marge. J’avais toujours eu du mal à décrypter l’écriture de Malia, mais là c’était réellement embêtant avec toutes ces têtes de morts et menaces à ne pas prendre au sérieux. Traiter l’information déjà… La nuit ressemblait au jour sur l’île de Nighty Town. Si nous ne trouvions pas chez les marines, la sécurité n’en était pas moins assurée par quelques crapules qui croyaient avoir tous les droits.

« - Oh, désolé ! »

Je venais de percuter quelqu’un ou quelque chose, ou du moins j’avais eu le malheur de me mettre sur sa route, la plupart des personnes ici étaient un tantinet trop susceptible – au point même où un bar avait brûlé lors d’un de mes derniers passages, mauvais souvenir, dans la base ‘à oublier. Tout en regardant la personne devant moi, je pris soin de la décrire : il avait une petite tête de plus que moi, ou dix centimètres à peu près, et des cheveux roux. Ses pupilles fendues semblaient le mettre dans la grande famille des hommes-animaux. J’en avais rencontré une palanquée à travers les âges, ce qui ne rendait pas celle-ci exceptionnelle, pourtant je me laissai aller en me demandant de quelle espèce il était. Puis secouant la tête, je finis par revenir à la réalité, passant derrière lui et observant l'avis de recherche à ses pieds qui me laissa échapper un cri :

« - Vous recherchez aussi cette femme ? Vous savez où elle est ? »

Mon air naïf me donnait les traits d’un dormeur qui venait à peine d’émerger, ce qui n’était pas tout à fait faux puisqu’une trentaine de minutes plus tôt, j’étais toujours en train de dormir et seul le désagréable son de l’escargophone m’avait tiré de mes rêves. Satanée Malia, un jour je lui ferai payer pour toutes ses demandes… Pourtant les amis sont là pour s’entre-aider et elle était l’incarnation même de l’acharnement lorsqu’elle voulait m’obtenir une information. Ce n'était qu'un service rendu à une amie ce que je faisais ce soir-là.

« - Ah, j’en oublie mes manières ! Fis-je en souriant et en tendant la main à l’homme. Moi, c’est Erwin Dog, explorateur… enfin plutôt touriste ! »

S’il voulait se présenter, il pouvait enchaîner mais ce n’était pas dans mes habitudes de trop insister sur ce genre de détails, ça viendrait au moment opportun. Contrairement à d’autres personnes, je n’avais rien à cacher, mon nom n’était pas situé sur certaines affiches au-dessus d’une prime et en dessous d’une image très peu flatteuse de ma personne. Toujours en regardant mon interlocuteur, je sentis un courant d’air me passer dans le dos et entendis les voix de quelques personnes, sûrement en amont de la rue où nous nous trouvions. Leur conversation était à peine perceptible pour mon ouïe, mais pour celle d’un homme-animal cela ne serait pas trop difficile à intercepter. « Tu savais que la donzelle, cette Luna Reith et ses formes à croquer, a un bijou qui à lui seul vaut sa prime ? Une bague qu’elle porte au doigt ! ». Si pour manger demain il fallait voler un petit bijou et mettre en rogne la plus belle femme actuellement sur l’île, est-ce que le jeu en valait la chandelle ? Je m’étais mis à réfléchir au bijou que j’allais voler alors que mes yeux devenaient pétillants à l’idée de devenir un petit malfrat… Voler aux riches pour donner aux pauvres c’était démodé, il valait mieux voler aux pirates et tout garder pour soi !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [Flashback] Un amour tranchant   Lun 29 Déc - 1:13


Cent-vingt milles berries. Ça sonnait comme une belle promesse, Comme le doux susurrement d'une personne la nuit, la promesse de futurs délices. «Cent-vingt milles berries...» C'était alléchant cette prime, c'était dérisoire mais génial, petit mais gigantesque. Cela donnait envie de se retourner, partir en courant jusqu'au bar, lui enfoncer le sabre dans la cage thoracique et joyeusement s'amuser avec la prime. La chasse était aussi intéressante que la récompense et il fallait s'amuser, car le meurtre peut être amusant dans certains cas. C'était un art, ça l'est toujours et Dante le savait. Une effusion de sang, des cris, une lame, sont autant d'outils que le chasseur possèdes pour rendre sa beau. D'ailleurs, la victime était aussi belle, il fallait la sublimer, rehausser ses pupilles bleues d'une pointe de rouge sang, casser la symétrie rigide de son corps en enlevant un membre, répandre la joie et la beauté en même temps que des entrailles. La nuit, la récompense, la lune, la victime, tout était magnifique, édifiant et poussait Dante à marcher vers ce bar hideux, puant la fumée, l'alcool et la sueur pour trouver la trace d'une proie qui avait fuit depuis longtemps, ne laissant derrière elle qu'une mince effluve musquée portant l'espoir d'une nuit sublimée.


Au creux de la chaise sur laquelle elle s'était assise, il avait réussi à trouver le ruban de son odeur. Fin, délicat, à peine perceptible, il fut vite avalé par l'odeur de tabac, englouti et perdu dans le néant à jamais, odeur éphémère qui ne restera en vie que dans le nez et le cerveau de Dante. Sortant du bar et retournant à l'air libre, se libérant du joug de la fumée qui piquait ses yeux, de l'odeur qui lui démangeait les narines et du bruit qui lui indisposait les tympans, jusqu'à l'air qui transportait le goût aigre d'une sueur. C'était un tableau olfactif basé sur l'odorat et la vue qui s'offrait à lui. Un ruban rouge sang qui s'étendait à travers les maisons, les cabanes, les masures et les abris. Un ruban odorant qu'il lui fallait suivre pour atteindre sa proie et enfin profiter de sa récompense. C'était une attente nerveuse, comme un enfant à Noël, l'attente fébrile et fiévreuse d'amants bientôt réunis.


C'est toujours dans ces moments de concentration, de montée d'adrénaline qu'on vient vous déranger. C'était un garçon de quelques centimètres de moins que Dante, à l'allure ensommeillée et un avis de recherches à la main. Il aurait pu continuer son chemin, laisser Dante à sa chasse et profiter la vie de son côté, mais il fallait croire que la loi de Murphy avait mit son grain de sel dans l'histoire lorsque l'inconnu s'adressa à Dante :


«-Vous recherchez aussi cette femme? Vous savez où elle est?»


Le savoir, oui ce n'était pas le problème. L'envie de le dire, c'était ça le vrai problème. Il ne voulait pas partager son petit coin de paradis, son œuvre en cours, la récompense final. Et surtout, comment avait-il su qu'il cherchait cette fille ? Avisant le sol, il y distingua un papier, un avis de recherche à bien y regarder. L'avis de recherche de Luna. Coïncidence désastreuse que celle-ci, il ne pouvait pas nier qu'il la cherchait s'il croisait le garçon encore une fois pendant la nuit. Il pouvait peut-être l'étriper dans la rue, personne ne dirait rien. Il lui suffisait de dégainer son sabre assez rapidement et sa tête irait rejoindre ses pieds...


«-Ah, j’en oublie mes manières. Moi, c’est Erwin Dog, explorateur… enfin plutôt touriste!»


Il dut faire un gros travail sur lui-même pour ne pas faire d'actions discourtoises. Cela faisait plusieurs mois qu'il essayait tant bien que mal de brider ses pulsions et il arriva tout de même à se retenir d'écharper un garçon qui ne lui avait rien fait dans la rue. Il lui rendit la poignée de main et se présenta :


«-Quant à moi, je suis Dante O'Lantern, chasseur de prime traquant ladite Luna en ce moment même. Maintenant, si vous voulez bien m'excuser, j'aimerai me hâter de courir après elle pour ne pas qu'elle m'échappe. Sentez vous libre de vous joindre à moi.»


Sa voix sonnait étrangement, mais peut-être que personne d'autre que Dante ne s'en rendit compte. On pouvait sentir une sorte de rudesse, comme s'il tremblait d'excitation de l'intérieur et qu'il essayait de se contenir, ce qui était le cas. C'était la manière la plus courtoise de larguer le jeune homme sans incivilité. Rattrapant le ruban des odeurs qui se faisait plus diffus, il commença à courir légèrement, prenant faussement la foulée d'un humain normal au cas où il décidait d'aller suivre un homme-bête psycho-maniaque dans une forêt. Il accéléra graduellement, dépassant légèrement la vitesse d'un humain lambda, passant celle d'un coureur de cent mètres, pour enfin arriver à sa vraie vitesse qui n'était même pas un sprint.


Le ruban se déroulait, le garçon avait peut-être réussi à le suivre d'une manière ou d'une autre, peu lui importait au prédateur fonçant dans la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2902
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Un amour tranchant   Lun 29 Déc - 22:15

Amour Tranchant [2]

La rudesse présente dans la voix de l'homme semblait s'accorder parfaitement avec son apparence détachée. Je le regardais, le détaillais de toute part pour essayer de trouver dans cette armure qu'était sa façade une faille que je puisse exploiter pour me rapprocher suffisamment de lui et acquérir sa confiance. Un léger sourire naquit sur mes lèvres en entendant son nom. Dante... C'était peu courant sur ces mers-ci. Encore un exotisme que ses parents lui avaient légué en plus de ses gênes si particulier. Tout en l'écoutant, je pris soin de ne pas l'interrompre et de le laisser commencer sa course. Il courut peu de temps après son départ plus vite qu'un humain lambda, mais c'était quelque chose qui ne me faisait pas peur. J'avais l'habitude, même sans utiliser mon pouvoir, de dépasser les limites de mon corps. Je pouvais aisément tenir la distance à ce rythme là. Pourtant, après une nouvelle accélération je sentis qu'il allait me semer, et je décidai de le suivre sans plus émettre aucun bruit par simple foulée de téléportation. Sans interrompre sa course, réfléchissant à quelle approche serait acceptable quand je rencontrerais la fameuse Luna, une éclaircie dans les rues me permit de distinguer le minois tant recherché. Pure coïncidence, elle semblait tout juste sortie d'un bar. A côté d'elle, un garde du corps plutôt dissuasif et baraqué était posté. Ma voix ne portant pas plus loin que les oreilles de Dante, je lançai à celui-ci sur un ton narquois et amusé :

« - On dirait que ta cible est en train de prendre du bon temps... ici même. »

Elle avait le regard langoureusement plongé dans les ténèbres, comme si celles-ci l'appelaient. Ses épaules étaient abattues vers le sol, et je sentis que quelque chose d'anormal était en train de se produire, comme si notre cible... Oui, notre cible était en train de se faire la malle sans le vouloir. Allait-elle se faire engloutir par la nuit ? Son garde du corps, ou du moins l'homme que j'avais pris comme tel à ses côtés, baraqué et intimidant, la prit par le bout de la main en lui intimant quelque chose à l'oreille. Ses mots ne changèrent pas d'un pouce l'expression de la séduisante et provocante pirate, et celle-ci toucha les ténèbres du bout des doigts. A ce contact, elle disparut totalement, comme si son corps s'était évaporé. Et au moment où je crus que ma mission s'était juste soldée par la disparition de ma cible et de la bague qu'elle portait au doigt, des ténèbres se formèrent à mon contact et, un peu plus loin, à celui de Dante. Je n'eus le temps de rien voir, ni de rien faire. L'obscurité m'engloutit alors goulument, et je ressentis la peur, l'appréhension ronger mon âme.

A ce moment-là, à cet instant-même, une dizaine de petites voix pénétrèrent dans mon esprit. Et je me réveillai au milieu d'une rue presque déserte. Quelques personnes semblaient vaquer, ça et là, les bras chargés de courses et de produits en tout genre. Qu'est-ce que ça voulait dire ? S'agissait-il d'un rêve ? D'une illusion si puissante qu'elle pouvait créer un monde de substitution tangible ? Non, c'était peut-être l'effet d'un de ces fameux fruits du démon capables de créer des dimensions parallèles. Cherchant Dante et la femme du regard, je m'aperçus qu'au-dessus de la tête de chaque personne, un petit icône était apparu. C'était un cœur... Adorable à première vue, si ce n'était que ce cœur semblait s'être consumé chez certaines personnes. La pirate que nous chassions un peu plus tôt passa alors devant moi comme si de rien n'était, m'ignorant royalement. Elle n'avait pas l'air de me voir, ni de m'entendre. A vrai dire... Je ne m'entendais pas moi-même.

« - Ah, ah, ah ! Bienvenue dans mon monde ! »

La voix d'un homme s'était élevée dans les airs. En regardant de tous les côtés, je pus apercevoir des escargophones haut-parleurs à plusieurs endroits. C'était plutôt gênant de se savoir observé de cette manière. Tout en reculant, je tentai d'établir un contact visuel avec Dante. J'essayai de hurler son nom mais rien n'y fit. Impossible de parler.

« - Le grand jeu de l'amour vient de commencer ! Vous pouvez vous réveiller, mes Sommeils ! »

Lorsqu'il eut dit cela, toutes les personnes qui s'agitaient comme des morts-vivants se réveillèrent, légèrement paniquées.

« - Vous avez pu remarquer le cœur au-dessus de votre tête ! Ceci est votre barre « d'amour ». Plus les personnes autour de vous vous aiment, plus votre barre sera remplie. Si vous voulez sortir d'ici, il y a deux solutions : Être la personne la plus aimée de ce monde... Ou tuer toutes les autres personnes pour qu'à la fin il ne reste que vous. »

Le ton de la voix était passé du joyeux fêtard à la menace des plus sérieuses. Dans quoi m'étais-je encore foutu ? Tout ça pour une fichue bague ?! Mon regard lorgna sur le doigt de la pirate, celle-ci jouait avec son anneau tout en réfléchissant. Les voix se firent alors entendre de part et d'autre de ce monde, les bruits remplirent l'espace, presque trop rapidement... J'écarquillai les yeux. Le jeu venait de commencer.
Spoiler:
 

PS : Je peux pas mettre en page sur ce pc mais hésite pas à répondre ou à me mp s'il y a un soucis !


Dernière édition par Erwin Dog le Mer 21 Jan - 11:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [Flashback] Un amour tranchant   Jeu 1 Jan - 22:38


Ils fonçaient dans l'obscurité. Erwin avait réussi à le suivre grâce à un quelconque talent, et Dante était passablement impressionné que le jeune garçon arrive à suivre son rythme, même si sa célérité était sûrement  due à l'utilisation d'un fruit du démon, ou quelque aptitude que ce soit. Ils avançaient donc plus que vite,  traçant leurs voie à travers les maisons et les habitants de façon à ce que certains ne les remarquèrent même pas. Le ruban des odeurs se déroulait, devenait plus épais, ils se rapprochaient. Enfin, elle apparue dans son champ de vision, auréolée de la lumière d'un lampadaire en état de marche, fait exceptionnel.

La tuer dans la rue? «Non, un minimum de discrétion...». Il se plaqua contre un mur proche, épiant la scène. Quelque chose semblait être changé dans l'attitude de la pirate. Elle n'avait plus le même maintien fier, hautain, elle avait les épaules basses, l'allure commune. C'était plus que suspect, elle qui était si distinguée il y à une heure ne ressemblait plus qu'à «n'importe quelle gueuse du quartier». Elle fixait un coin d'ombre et même Dante qui était doué de nyctalopie grâce à sa nature animale ne voyait rien de ce côté. Pas la silhouette d'une maison ou d'un habitant, juste de l'ombre, comme si celle-ci était palpable et bien concrète. Elle toucha cette ombre du bout des doigts, imperceptiblement et fût happée par celle-ci. Pensant qu'elle fuyait, Dante sauta sur l'ombre dans laquelle elle s'était évaporée et disparu lui aussi.

Un trou de mémoire de quelques seconde, et il ré-apparu dans ce qui semblait être un autre endroit, peut-être une autre dimension. Dante sollicita tout ses sens pour se faire une idée générale de l'endroit, et même si visuellement la dimension donnait bien l'illusion du réel, il n'en était pas de même pour tout les autres sens.  L'air ne portait aucune odeurs naturelles si ce n'était-celle des personnes qui l'entourait. Pas d'odeur de terre, aucun vent pour porter des odeurs aux narines de Dante, rien sinon l'odeur des coquilles vides qui vaquaient à leurs occupations autour de Dante. D'après l'odeur de crasse et de sueur, il y avait de fortes chances qu'il soient ici depuis bien longtemps. Aucuns sons non plus, pas même les bruits de pas de ceux qui marchaient, pas même le sifflement d'une respiration ou le moindre toussotement.


"-Ah, ah, ah! Bienvenue dans mon monde!"

Une voix d'homme, rocailleuse. Elle venait de plusieurs endroits, d'escargophones postés ici et là, sans logique visible. Ce n'était donc pas un piège de Luna, peut-être était-ce le fait du gorille qui l'escortait lorsqu'ils s'étaient fait happés. Il pouvait distinguer Erwin dans l'obscurité à peine moins dense que celle de Nighty Town. Il remarqua un nouvel élément qu'il n'avait pas encore vu, à savoir qu'un petit cœur, sous sa forme iconique et non naturelle voletait au-dessus de la tête de chaque personne. Ceux qui avaient l'air de travailler dans cette dimension avaient un cœur brisé et totalement gris. Seul trois cœurs, à savoir celui d'Erwin, celui de Luna et celui de Dante étaient plus ou moins illuminés. Celui d'Erwin l'était moyennement tandis que celui de Luna était tellement brillant qu'il diffusait une légère lueur aux alentours. Quant à celui de Dante, il était légèrement plus lumineux et rempli que celui d'Erwin.

"-Vous avez pu remarquer le cœur au-dessus de votre tête! Ceci est votre barre "d'amour". Plus les personnes autour de vous vous aime, plus votre barre sera remplie. Si vous voulez sortir d'ici, il y a deux solutions: Être la personne la plus aimée de ce monde... Ou tuer toutes les autres personnes pour qu'à la fin il ne reste que vous."

«Se faire aimer? Par des gens qui veulent se tirer d'ici autant que moi et qui seraient prêts à me buter pour ça? Y'a peu de chances que ça fonctionnes...». A première vue, tuer tout le monde était la solution la plus simple, ceux qui l'entourait crevaient de faim, avaient l'air de manquer de sommeil et ne serait donc pas un problème. Erwin et Luna en seraient sûrement par contre.

Aux alentours, la foule commençait à s'agiter, tout les légumes commençaient à s'animer, certains sautant sur leurs voisins, déversant un mélange de rage, de frustration et d'envie de liberté sur un autre prisonnier. Dante s'écarta rapidement de la foule en se mettant à l'écart sur un toit sur lequel il monta d'un bond pour réfléchir tranquillement. «Bon... Déjà le créateur de la dimension est sûrement là, sinon il pourrait pas interagir ici. Il a des restrictions sinon il ne nous aurait pas forcément expliqué les règles. Dans ce genre de situation, buter le gars qui est le responsable de cette dimension suffit à nous faire sortir.» Ce n'était que pures spéculations, mais la seule piste qu'il avait était celle-ci, donc il allait suivre ses instincts. Mais où pouvait-il se terrer?
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2902
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Un amour tranchant   Mer 21 Jan - 12:18

Amour Tranchant [3]

Cette dimension était des plus surprenantes. Si sa nature n'était plus un mystère pour moi - il s'agissait certainement d'un monde parallèle dont le seul pouvoir provenait d'un fruit du démon - il restait encore à déterminer comment en sortir. D'une part, la mort ne semblait pas définitive ici : les participants s'entretuaient sans mal et personne ne semblait s'en faire pour sa propre vie. L'imprudence était d'ores et déjà de mise. Ce serait un avantage à exploiter plus tard. En second lieu, un autre fait intriguant me permettait d’affirmer que la mort n’avait pas lieu. Le sang disparaissait avec le corps dans des éclats de lumières lorsque l’entité arrêtait de respirer. Cela pouvait vouloir signifier plusieurs choses mais je laissai mes réflexions à plus tard en tentant de me concentrer sur les paroles de mon camarade. J’étais incapable de déterminer qui était le créateur du jeu, donc de l’atteindre directement. Avec l’hypothèse du chasseur de prime, s’il visait juste, nous pourrions sortir d’ici en peu de temps.

« - On va dire que ça vaut le coup d’essayer… Mais où est Luna ? »

En effet, à peine avais-je tourné le regard que la jeune femme avait disparu. Volatilisée. La primé n’était pas juste une jolie bouille, elle devait aussi avoir des capacités. Si ça continuait, je n’aurais pas sa bague. Ronchonnant dans mon duvet à peine naissant, je me tournai vers le cœur de Dante qui stagnait au-dessus de sa tête. Si je le détruisais, est-ce qu’il mourrait ? L’idée me parut si dure que je la retirai dans un coin de mon esprit. Que pouvais-je faire à présent qui ne nécessite pas d’exécuter quelqu’un ? Ah, peut-être… !

« - Pour le trouver, il faut d’abord attirer son attention. Et pour ça, on doit être à deux doigts de gagner le jeu. S’il se terre, avec cette soixantaine de personnes ici présente, on aura trop de mal à le trouver… Et regarde. »

Je pointai du bout du doigt une horloge imposante. Elle n’avait qu’une seule aiguille. Le jeu devait durer approximativement une heure. Toutes les minutes, l’aiguille bougeait. Un incessant « Tic-Tac » résonnait en ces lieux démunis, et j’avais l’impression d’avoir affaire au cycle infernal de la renaissance. Peu importe, nous ne pouvions jouer selon les règles de « l’amour », alors autant jouer avec celles de la « haine ». C’était une idée plutôt saugrenue. Il fallait tuer toutes ces personnes ? Non, plutôt… les rendre inaptes à jouer.

« - Nous avons encore une cinquantaine de minutes, précisai-je en voyant l’aiguille pointer entre le cinq et le dix. L’homme que nous recherchons s’affolera si jamais nous sommes sur le point de gagner. Si j'ai compris son jeu, il se peut qu'il veuille lui aussi la victoire. De plus les fruits du démons de ce type, si j'en crois mes connaissances, posent les utilisateurs dans la même situation que leurs victimes. Pour gagner, il devra avoir un cœur plus rempli que celui de Luna. Je suis désolé de te dire ça, mais elle est notre meilleure porte de sortie, on doit la retrouver et la protéger pour le moment. »

Sans regarder Dante, je me téléportai dans le ciel. Tout semblait compromis si nous ne retrouvions pas cette femme. Ah, si seulement j’étais plus puissant. Il fallait que je m’en remette à mon camarade, il était peut-être meilleur à ce petit jeu de traque que moi. En attendant, ma mission de vol était en suspens. La bague, ce bijou si précieux pour cette impertinente fuyarde, me serait due si je réussissais à nous sortir de là… Ou peut-être devrais-je me calmer sur mon côté chevalier servant et décimer toutes les personnes ici présentes. C’était aussi une solution en soit, cependant mon hypothèse sur la mort n’avait rien de confirmable. Pas encore, du moins. Lorsque nous serions hors de cette dimension, si notre ennemi était toujours vivant, alors ce serait une preuve de cela.

« - Et dire que je suis venu ici juste pour un bijou. »

J’allais repartir avec une migraine à force de devoir analyser tout ce qui se passait autour de moi. Me tournant dans la direction de Dante que mon regard suivait inconsciemment depuis quelques instants, je tentai de voir s’il avait retrouvé notre cible commune, peut-être à présent sous notre protection.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [Flashback] Un amour tranchant   Mar 10 Fév - 0:10


C'était simple, il filait trouver Luna et l'aimer. Bon, il laisserait la seconde partie du plan à son partenaire, il n'avait aucune envie d’idolâtrer une femme qu'il allait découper en rondelle ou livrer à la marine par la suite. Mais bon, si le besoin devait se faire sentir, il ferait un acte héroïque et sacrifierait son amour propre pour aimer la jeune femme aux allures avantageuses. Mettant de côté le visuel diablement attirant de la jeune femme, il reparti sur le plan des odeurs, essayant d'attraper les bribes de la présence de la jeune femme. Dans ce monde vide d'odeurs, il eut vite fait de retrouver la jeune femme. Une odeur acre s'était mêlée à son humeur de base, la peur peut-être, avec une pointe de désorientation. Mais qu'à cela ne tienne, Dante était déjà parti à ses trousses.

C'est en courant à toute vitesses qu'il perçait la foule. Il slalomait entre des gens qui se battaient, enfonçait son épée dans un ventre, déboitait un genoux au passage et tranchait des gorges quand le passage était bouché. Elle avait pris pas mal d'avance, et Dante du coucher plusieurs personnes avant d'avoir la jeune femme en vue. Rush d'adrénaline, cœur à cent à l'heure, c'est grâce à un bond prodigieux qu'il passa au-dessus d'un groupe de deux personnes, retombant juste derrière sa cible. Il se jeta sur elle, la plaquant au sol. Il la releva par le col et la plaqua contre un mur.


"-Désolé ma jolie, mais ta course s'arrête ici."

Elle avait l'air surpris, ça se voyait. Et ça se sentait aussi. Après tout, pourquoi un total inconnu l'avait-il suivi en ces lieux, pourchassée et plaquée de cette manière? Et bien Dante ne prit pas la peine de lui expliquer. Dès qu'Erwin arriverait, il lui laisserait la jeune femme et partirait en quête du porteur du fruit du démon pour l'écharper. Cela dit, il valait mieux booster le cœur de Luna avant de s'en aller.

"-Cela dit, t'es encore plus belle de près."

"Wow, niveau remarque de prédateur je suis plutôt  un haut niveau là." Effectivement, son ton relevait plutôt du futur bourreau ou du prédateur sexuel que du protecteur bienveillant ou d'un compliment sincère. Cela dit, le cœur de la jeune femme fit un bon et s'emplit encore, et d'une quantité non négligeable. "Quoi, je suis tombé sur une maso?" C'était bien sa veine, il était tombé sur le genre de femme qui aime se faire malmener. Espérons qu'Erwin saura la bousculer un petit peu.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2902
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Un amour tranchant   Mer 11 Fév - 1:14

Amour Tranchant [4]

En regardant dans les airs, je ne pus voir qu’une vaste foule, une marre de morts à n’en plus finir. Des dizaines, une centaine de personnes peut-être, s’affronter pour essayer d’obtenir une victoire chimérique. Ils ne comprenaient pas, ou alors croyaient-ils bien faire. Tous des fous, tous des imbéciles. Dans ce troupeau se cachaient cependant quelques moutons noirs. Luna, Dante, et le maître du jeu… Ils étaient trop peu nombreux pour se distinguer, mais le jeu ne durerait de toutes les manières pas éternellement, et quand je localisai enfin la demoiselle, je vis le guépard lui sauter dessus, dans une position des plus subjectives. Mon visage vira au pourpre tandis que je détournai le regard, croisant alors, dans la foule, celui d’un homme qui me portait plus d’attention que les autres. Et mon instinct me dit que c’était lui. Pendant un bref instant, je l’avais vu. Sa jauge était presque remplie, il lui suffisait de tuer Luna et il pourrait remporter son jeu… Oui, c’était lui que je devais à présent retrouver.

Lorsque je me retrouvai en bas, aux côtés de Luna et de son chevalier charmant qui venait de faire monter sa barre en flèche, j’essayai de distinguer la forme, le cœur de celui qui allait, dans un instant, attaquer. Il se fichait certainement de ma présence, tout comme de celle de l’autre chasseur de prime. Ce Dante ne pourrait pas lui résister longtemps, il devait le croire en tout cas s’il nous avait emmenés jusqu’ici. Pourquoi capturer des participants qui pourraient lui résister… A part si la sélection était plus ou moins aléatoire dans une zone ciblée. Cette pensée me traversa l’esprit tandis que les combats continuaient en s’amplifiant.

« - Attention, il arrive, dis-je à l’homme-animal avant de me mettre sur mes gardes, prenant une position de défense basique. »

Et mon avertissement fut suivi presque immédiatement par une démonstration. Six couteaux plutôt fins volèrent dans les airs, et si je réussis à en stopper quatre grâce la prise sur leur lame, vive, ou à une téléportation faite sur leur manche qui retira leur vitesse, deux d’entre eux purent aller se ficher derrière moi. Dante avait-il réussi à les retenir ? Je n’eus pas le temps de l’observer, car un instant plus tard, sortant de la foule avec une épée mi-longue, un homme encapuchonné tenta de me trancher horizontalement. Même s’il était rapide, il ne me faisait pas peur. Je réussis dans un premier temps à saisir son poignet, puis le faisant passer par-dessus mon épaule, j’obligeai ma prise à se solidifier et à lui faire lâcher son arme.

Mais l’instant d’après, les choses se compliquèrent car un autre se jeta sur Dante et sur Luna. C’était lui, sa jauge était exactement la même. Alors, la personne en face de moi… N’était pas le maître du jeu, mais une diversion. En lui retirant sa capuche, je pus voir une jeune femme au regard flamboyant. Elle… Je me doutais à présent que c’était elle qui donnait cette jauge au maître du jeu. Pendant un instant, je me demandai ce qui se passerait si nous réussissions à l’éliminer : Retomberait-il à zéro ? Non, peut-être pas… Quand je reculai finalement, laissant le poids léger se remettre en position de combat, mon cœur se mit à battre la chamade. L’affrontement s’annonçait palpitant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [Flashback] Un amour tranchant   Dim 7 Juin - 16:13



Erwin était revenu, mais sur ses gardes. Il sentait l'inquiétude, ou quelque chose du genre. Dante s'en rendit compte avant même qu'Erwin prit la parole. "Attention, il arrive". Dante se releva, laissant la jeune femme couchée à terre sans l'aider, tirant ses épées de leurs fourreaux. Il jeta un regard dédaigneux à Luna, lui disant de reculer et de se taire. Elle s’exécuta docilement, et son cœur se remplit un peu plus. Dante leva les yeux vers le ciel à sa réaction mais n'eut pas le temps de la déplorer car six couteaux volaient sur eux. Quatre furent arrêtés par Erwin, et Dante en esquiva un, tapant l'autre de la pointe de son épée pour l'arrêter. Le couteau esquivé se planta dans un mur derrière lui. 

Une silhouette encapuchonnée sorti de la foule, attaquant Erwin. Dante ne fit rien, décrétant que son compagnon du jour était assez compétent pour se défendre seul. Une autre silhouette apparut, attaquant Dante, le sabre levé bien haut pour attaquer une épaule, mais Dante tapa dans le sabre de son adversaire avec un des siens et stoppa sa trajectoire. La personne sentait l'homme, la peur, la colère. Peut-être aussi une pointe d'appréhension. Mais Dante ne prit pas le temps de détailler olfactivement son adversaire plus longtemps et riposta. Son adversaire avait repris une posture défensive qui, bien que bancale, était largement suffisante pour affronter un bretteur du niveau de Dante. Celui-ci utilisa sa vitesse pour frapper le sabre de son adversaire simultanément en haut et en bas avec ses deux épées, visant la pointe et un endroit près de la garde. Le choc fit lâcher son sabre à l'assaillant qui commença à fuir.

Partagé entre poursuivre le fuyard et le pressentiment que laisser Luna seule était une mauvaise idée, il lui fallut quelque temps pour enfin prendre sa décision et le poursuivre, laissant Luna à Erwin avec un simple "Je te laisse la donzelle", en espérant qu'il n'était pas trop occupé avec son assaillant qui s'était révélée être une assaillante. Toutefois, les secondes d'avance qu'il avait laissé à son adversaire, qui était sûrement le maître du jeu, furent assez pour que celui-ci arrive à s'enfoncer dans la foule. Ce n'était pas vraiment un problème, étant donné que Dante pouvait facilement le tracer dans la foule à cause de son odeur. Le seul vrai inconvénient était le temps qui passait. 

Les secondes et les minutes s'envolaient à une vitesse folle. De 50 minutes de marge, ils étaient passés à 30 minutes. 30 minutes pour retrouver un fuyard et lui faire la peau, c'était sûrement faisable. 1 800 secondes de marge, moins le temps de réflexion. 1 789. Prise de la bastille, prise de conscience. L'odeur est là, Dante l'attrape. 1 788, comme un ressort, le chasseur de primes fonce dans la foule, bousculant qui se mettra dans sa course. 1 750, toujours personne en vue. Pourtant, l'odeur est toujours là. Plus forte. La cible est proche. 1 734. La silhouette encapuchonnée. Deux silhouettes. Un diversion, un gain de temps. Laquelle choisir? 1 726. Impact. Dante arrive devant les deux compères, trop proches pour pouvoir distinguer leurs odeurs individuelles. Ils font volte face, chacun sort une épée. le fuyard est réarmé. 1 715. Premier coup. Dante esquive, attaque le genou du premier adversaire et tapant violemment dedans. La personne trébuche, l'autre s'enfuit. 1 710. Dante s'élance derrière le fuyard, comprenant que celui-ci espérait que son compère retienne le roux. Celui-ci jette un de ses sabres qui transperce la cuisse du coureur. 1709, odeur de sang. 1705, Dante enlève son épée de la cuisse et enlève la capuche pour voir le visage de son adversaire. Une femme. Mauvaise personne. Sous le coup de la colère et sans réfléchir, Dante la décapite. 

1 700. L'homme à reprit sa course et fuit toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2902
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Un amour tranchant   Dim 7 Juin - 19:52

Amour Tranchant [5]

Dante était parti, et le peu d'attention que je lui avais donné permit à la femme à la capuche de s'enfuir à nouveau dans la foule. Cette adoratrice devait simplement créer une vague d'amour suffisante pour donner au maître du jeu une jauge totalement rempli. Il connaissait les règles, il connaissait son terrain et avait un avantage indéniable. Mais devant la spontanéité de l'homme-guépard, il ne ferait pas de vieux os. Courant vers l'endroit où mon camarade devait se trouver, entraînant Luna avec moi, je compris bien assez vite que les deux encapuchonnés étaient les mêmes personnes que tout à l'heure, et que le maître du jeu devait avoir en réserve plus d'un tour dans son sac.

Au bout de la trentième minute, le ciel changea brièvement de couleur et un classement apparut. L'un des encapuchonnés avait une barre plus importante que tout le monde, mais Luna pouvait le vaincre avec un peu d'amour, c'était pour ça qu'ils avaient tenté de l'éliminer. Un joueur mort n'augmente plus sa barre, alors si le maître du jeu devient inapte à faire grimper sa cote ? Que se passe-t-il ?

« - J'ai une idée, jeune femme, lançai-je avec un sourire. »

Mais à peine eus-je le temps de parler que les deux encapuchonnés furent séparés par un Dante plus colérique que jamais. Au moment où il découvrit la supercherie à laquelle il faisait face, il retira la capuche de la fuyarde et lui trancha la tête. Le corps disparut simplement alors que le sang de la mortelle ne coula pas. Je fronçai les sourcils un instant avant de me retourner vers la seconde personne à terre et l'attrapai par l'épaule. Elle leva les bras en l'air tandis que je lui retirai sa capuche : une autre femme.

« - Es-tu le maître du jeu ? Demandai-je simplement.
- Je ne suis qu'une suivante...
- Où se cache ton patron ? Comment a-t-il fait pour échapper à cet homme ? »

Je pointai du doigt mon camarade de jeu avant de me rétracter. Ce n'était pas poli de faire ça, mais le temps n'était pas aux formules de politesse. La femme se tut, et c'est à ce moment-là que Luna se décida à agir. Sans peur, elle alla choper la langue de la jeune femme piégée et lui lança sur un ton provocateur :

« - Si tu décides de tout nous dire, je ne te couperai pas la langue. »

Elle ne rigolait pas. On aurait dit une personne plus dangereuse et virulente qu'avant. Son regard de vipère prenait des airs de tyran, mais c'était presque compréhensible : une éternité de jeu semblait l'attendre si elle échouait. Et ça ne la réjouissait pas forcément. Je souris à moitié en sentant qu'elle allait réussir à obtenir l'information derrière laquelle nous courrions. Mais soudain, la personne à la capuche refit surface et lança un poignard dans le dos de la suivante qui tomba à terre, un réel sourire sur les lèvres. Je regardai Dante avec effroi, devant une scène d'un étrange impact, avant de lancer, pressé par les événements :

« - Il est ici ! »

Mon doigt se pointa dans sa direction tandis que je prenais de la hauteur avec mon pouvoir. Apparemment, il allait falloir le retrouver à nouveau dans la foule, mais cette fois-ci il n'avait plus de groupies pour l'aider. Comment allait-il gagner le jeu sans amour ? A moins qu'il n'ait encore d'autres personnes à sa botte... Si Dante réussissait à le localiser et à le rattraper avant moi, il y avait des chances qu'il en finisse avec lui : cela sonnerait peut-être la fin de notre jeu. Restant en suspens, mon regard se porta finalement vers un des bâtiments étrangement pâles qui nous entouraient et une idée me vint. Prenant Luna avec moi, je laissai Dante seul avec la foule, peut-être en train de combattre notre ennemi commun.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2902
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Un amour tranchant   Lun 21 Mar - 18:07

Amour Tranchant [6]

J'étais persuadé d'avoir le temps qu'il me fallait pour gagner ce jeu. Depuis le temps qu'il s'appliquait à remporter partie sur partie, le maître du jeu avait oublié d'être prudent. Il cherchait peut-être la défaite, et j'allais la lui offrir aujourd'hui. Luna était toujours au sol, cette fois-ci protégée uniquement par ses propres capacités et celles de Dante sûrement. Je voulais gagner, à tout prix, et la protéger aurait sûrement été un meilleur choix. Surtout que je brisai la vitre d'un immeuble en n'ayant que des suppositions. Après être entré dans le bâtiment, je vis des dizaines de personnes se contorsionner, tenter de s'échapper. Tous des joueurs qui avaient donné leur amour au maître du jeu. Fronçant les sourcils, je m'apprêtai à me livrer à un acte de barbarie hors du commun.

Le monde autour de nous s'écroula comme un château de verre. L'obscurité revint puis la lumière de lune me revint. Inspirant profondément, je remarquai que j'étais à un tout autre endroit que celui que j'avais quitté, juste à côté d'un homme encapuchonné. Je découvris son visage : il était à peine plus âgé que moi, mais une lourde balafre entachait sa beauté jadis sublime sûrement. Je l'obligeai à se réveiller, lui donnant une claque qu'il sentit passer.

- Quoi ?! J'ai... perdu ?

Luna n'était pas là pour témoigner de cette défaite, pas même que Dante. Lui souriant, je m'assis en croiseur à ses côtés. Il était épuisé, il avait perdu, il était perdu.

- Tu as perdu. Alors pourquoi n'es-tu pas piégé ?
- Je ne peux pas être piégé...

Il se remettait à peine de ses émotions. Touchant sa balafre il se contenta de pleurer sous la lune. Il était frustré. Il avait perdu. Perdu...

- On dirait que Luna s'est échappée. Et l'autre n'est pas là non plus... Tu t'appelles comment ?
- Simon... Duncan.

Je lui tendis une main pour qu'il se lève. Nous disparûmes alors, apparaissant sur une colline loin de cet endroit, loin de cette ville. M'asseyant, je lançai sur un ton conciliant.

- Et si tu me racontais ton histoire ?

« - Il est ici ! »
Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Un amour tranchant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue :: Nighty Town-