Partagez | 
 

 Daibutsu No Kenbun Shoku

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1649
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
416/750  (416/750)
Berrys: 6.121.533.528 B

MessageSujet: Daibutsu No Kenbun Shoku   Sam 20 Déc - 23:48





Vous êtes vous déjà réellement plongés dans le calme ? Dans un sérénité si profonde qu'aucune nuisance ne pouvait vous affecter. Une plénitude telle que vous ne sauriez la clarifier ou l'expliquer. Cette paix intérieure, cette progression vers l'éveil.

Peu de gens peuvent dire avec certitude qu'ils la connaissent, mais ceux qui le diront vous montrerons et témoignerons par leur mental. Il témoignerons de de la sérénité qui les habite. Plongé dans un gouffre de vide et une joie lumineuse, repoussant toute forme de gênes, un homme évoluait vers l'éveil.

Considérer que l'on existe, considérer que la douleur ne doit plus exister, considérer qu'il faut vivre serein. Toutes ces considérations rejoignent l'idée de l'éveil.


Une chevelure blonde, des yeux grisonnant, un minois fin et un calme intense. Les descriptions d'un artiste posté dans un Q.G. de la Marine. Récoltant différentes informations quant à la Grande Catastrophe que connu l'Archipel. Il interrogeait chaque marines de la même façon. Décrivant tous leur version de l'évènement, ils dépeignaient un aspect différent de la catastrophe à chaque instant. Quelques vinrent même à parler d'une petit fille à la chevelure argentée et à la peau mâte. Elle se promenait anormalement seule entre les groves, mais prétexta sortir d'un cours. Elle se baladait joyeusement alors qu'une fois son passage terminé les groves commençaient à s'effondrer, ou plutôt à rapetisser. Toutes ses informations, glanées jusque là convergeaient.

Harlock Zora, membre de la Révolution ayant le pouvoir de vieillir ou rajeunir à sa guise les êtres vivants. C'est ce que Ghetis put conclure le jour où Sypher lui décrivit les capacités du fruit de la jeune femme quand elle le vieillit.

Faire des groves rapetisser sans tomber avec eux, sans contact prolonger, un fruit du démon permettant de rapetisser un objet ? Pour Donatello Walker, l'un des plus grands botanistes, l'arbre avait rajeunit brusquement. Pour l'homme d'âge mûr on parlait de décroissance. Un individu pouvant manipuler la croissance d'un vivant à son aise.

Au détour d'un tournoi de nourriture un mois avant le Siège de Mars, un homme masqué avait croisé la route d'Harlock Zora sur l'île gastronomique de Pucci. Elle se situait non loin de Shabaody qui avait tout récemment subit la catastrophe.

Un physique particulier dut à une chevelure et une peau notables.

Une réputation de révolutionnaire aux pratiques immorales.

Une description physique similaire de ce à quoi elle pouvait ressembler plus jeune.

Tous les éléments se retournaient contre Harlock Zora. Auteure de la Grande Catastrophe.

Grâce à l'accord du Commandant Wenham une cellule d'écoute permis de recueillir cette dernière information au sein de la Marine locale. Désormais le dossier était établi. Affaire Harlock Zora classée.


Ce même blond qui rédigeait les témoignages prit une pose. Fermant la porte de la pièce pour faire son bilan. Il se livrait à une réflexion longue quant à l'affaire.

Dans l'ombre du Yarukiman surplombant le grove du Q.G. Se cachait un homme. Assit à la cime de l'arbre, il observait les quelques bulles qui remontaient vers le ciel pour éclatées en de plus petits flocons pailletés.

Le corps en lotus, les mains jointes l'esprit plongé dans une paix sans pareille, un homme sans masque respirait l'air pur du groove. Sa voix se concentrait sur chaque son, chaque souffle de vie qu'elle percevait, restant focaliser sur un maximum de voix. Le corps incapable de bouger, l'esprit ouvert à l'immensité, il découvrait plusieurs sensations, plus émotions, plusieurs sentiments et tout en découvrant l'avènement de son mental, il apprenait à lutter contre son mal.

La souffrance, la douleur, le désespoir de ne jamais pouvoir ramener un être cher, mais l'espoir de vivre une nouvelle vie. Il s'ouvrait à l'immensité, considérant plusieurs voix à la fois, se projetant dans plusieurs sensations. Les sentiments de douleur l'envahissaient de picotement, lui rappelant alors les moments de souffrance.

Une grotte, une unité à moitié décimée. Peu de survivants affrontant des forbans, une victoire annoncée, une rébellion organisée, mais un imprévu qui eut subsisté et éliminé les derniers espoirs d'un regard hétérogène. A la fois rouge de sang et bleu du ciel, à la fois espoir et désespoir.
Deux survivants subsistaient alors, obligeant l'un à employer une stratégie incontrôlée pour vaincre l'adversaire isolé. Tuant ennemis et alliés pour rapporter son épopée, il fut finalement exilé.
Recueilli dans un village, il rencontra un ami au passage. Ceci lui permit de dire oui la vie, quitte à pour cela abandonné son identité.


Les sentiments de joie pénétraient son corps avec difficulté, le faisant songé à son passé. Cinq ans déjà. Cinq ans que le masque orangé il ne sut plus porter. Et pourtant il continuait d'espérer qu'un jour il pourrait y arriver.

Mask, un aventurier dit du dimanche férié, Mena un blondinet dit artiste à l'humeur très gaie. Un duo de rigolo qui aimait vivre des aventures toujours plus folle. Rencontre Erwin Dog ou encore Rei Mitsuyori, ils découvrirent au détour d'une gare d'autres individus. Passant du Nakata Fenice au Shigo Ike, ils n'avaient pas terminé de virevolter. Certains avaient peut-être été oublié, mais le narrateur les priait de l'en excuser.

Chaque sentiment se ressentait comme un bouleversement total et plongeait l'être en voie d'éveil dans une tristesse plus profonde. Néanmoins, la douleur il avait fait vœu d'oublier, et celle-ci il dut donc ignorer pour continuer.

Les bras levés vers l'immensité il entama l'idée de se relever. Protéger par une divinité, il sentait son esprit s'envoler, sans pour autant oublier. La douleur existait encore, elle pénétrait encore le corps et elle ne s'arrêtait pas. Elle durait encore et encore. La voix s'agrandissait, s'intensifiait et se canalisait. Le résultat n'était pas encore très convaincant, mais il fallait encore attendre pour se faire un idée.

L'arme dressée à ses côtés, le courage placé dans ses pensées. Il souhaitait communiquer, extérioriser. Découvrir sa conscience éveillée qui allait résonner dans les esprits attentifs alors que sa conscience sans égo allait observer sans juger.

Les bras levés il pouvait ouvrir les yeux et dire qu'il existait. Son esprit ne faisait alors que s'éveiller mais il n'était point tourmenté. Il allait connaître la paix, ou en tout cas pourrait l'imaginer. Et un jour il pourrait réellement ouvrir son regard à l'immensité, à un monde dénué de mensonges, ou l'espoir subsistera. De son regard il imprégnerait les autres et de son regard il se ferait un nom.

Un regard profond, un regard Vairon.


Masque Vairon.1505.

Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1649
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
416/750  (416/750)
Berrys: 6.121.533.528 B

MessageSujet: Re: Daibutsu No Kenbun Shoku   Jeu 1 Jan - 22:02





Nous avons compris maintenant que l'homme aux yeux Vairons s'est actuellement plongé dans une phase de transe telle qu'il ne se sent même plus connecté au monde où il se trouve. Sa voix a grandit, elle a réussi à s'intensifier, elle est devenue son instrument en clair. Il a donc une parfaite maîtrise sur elle. Tout simplement car il la voit comme son gunbai, comme une extension de son corps. Gagnant alors en intensité, sa voix fut si grande qu'il se projeta beaucoup plus loin qu'il ne l'aurait imaginé dans son subconscient.

Revenant alors au jour de la décision.

~

Ce jour là il se dirigeait vers le village de Shuri après dix ans d'absence, l'esprit grandit, le masque changé. Accompagner d'Yzis il s'approchait lentement de son village natal pour retrouver son jeune frère qui devait alors être âgé de dix-huit ans. Cependant, arrivé sur place il ne fit qu'apprendre son départ et eut pour seule solution de l'observer de loin pour ne pas le gêner dans son périple, un choix bien difficile pour un frèr.

Cette histoire, ce fut celle que tous connaissaient officiellement, néanmoins, ils ignoraient tous ce qui s'était passé dans la forêt séparant le village natal de Ghetis et celui qui l'avait accueillit après sa désertion.

Dans cette forêt, Ghetis rencontra Sénoph. Son père. Depuis un an le paternel se tenait dans la forêt cherchant désespérément son fils aîné perdu dans la végétation de ce lieu dense. Il ne s'imaginait pas que son enfant pourrait lui manquer autant pendant les neufs années précédents son entrée dans la forêt. Finalement il le trouva, il le trouva enfin, malgré tout, l'accueil ne fut pas celui qu'il pensait recevoir.

Un coup de sabre horizontal qu'il bloqua brièvement par son gunbai et une séparation brutale entre les deux.

- Père, que faîtes-vous ici ?

- Et toi, quand comptais-tu revenir ? Et que fais-tu avec ce... cet indigène.

- Il s'agit d'Yzis, mon coéquipier, c'est lui qui m'a ouvert les porte de Krèle le village voisin que vous prenez depuis tant d'années pour une bande de sauvage. Pourtant la différence entre vous n'est pas très grande, la forêt constituerait un exemple beaucoup trop vaste pour imagé la fourchette qui vous différencie.

- Ne nous compares pas à ces sauvages !


Un geste brusque et Ghetis réapparut juste derrière son père, le gunbai posé sur l'épaule de ce dernier.

- Salis encore une fois le peuple qui m'a accueilli pendant ses dix années et tu mourras, père ou non.

- Ma technique... Je t'avais dis de ne l'utiliser qu'en cas de besoin, tu es allé jusqu'à la parfaire en un simple déplacement rapide ?

- Ne changes pas de sujet !

- Soit, je n'insulterai plus Krèle, mais toi, tu me dois des explications, n'as-tu pas pensé à Noctis ?

- Il est hôte, vivre avec un aîné banni par le village, c'est inutile. Cela le ralentirait.

- Tu penses vraiment ainsi ? Dans ce cas, tu n'as rien compris. Je me suis rendu dans la forêt depuis un an déjà pour te retrouver, mais je n'aurais jamais pensé que tu serais allé jusqu'à te rendre chez les Krèles.

- Ils m'ont offert un toit et un lieu où vivre. Maintenant je vis pour eux et pas pour Shuri.

- Je vois, dans ce cas, permets-moi d'honorer la tradition en tuant tout Krèle s'approchant d'un Shuri.

- Est-ce vraiment là la raison de cette envie de conflit ?


Le père disparut à son tour et réapparu sur la branche d'un arbre.

- Si tu es ici c'est que tu te diriges vers le village, je suppose donc que tu as dû t'entraîner pendant ces années passées à l'écart de ton peuple d'origine. Alors je mérite au moins de voir ce qu'est devenu mon fils. Mais surtout, je vais devoir éliminer le traite que tu es devenu.

- Dans ce cas.


Ghetis apparut juste à côté de son père, frappant horizontalement avec son arme. Mais la cible sauta les jambes bien fléchies et les tendit en un double coup de pieds qui envoya valser hors de l'arbre l'homme masqué.

- Trop lent.

* Un vrai combattant ne parle pas durant un affrontement.*

Ce fut en se basant sur ce principe que Ghetis poursuivit lâchant une véritable tornade avec son éventail, son père riposta en lança une grande lame d'air horizontale avec son sabre mesurant bien deux mètres.

Les deux attaques s'annulèrent et les deux hommes réapparurent au sol, gunbai contre sabre, s'offrant une multitude de coups de sabre, se bloquant mutuellement, reprenant l'assaut sans jamais qu'un ne soit blessé. Le combat se résumait à une série de substitution et de frappe instantanée. Ghetis réapparaissant juste derrière son père après lui avoir asséné une découpe rapide que son père avait bloqué du plat de sa lame qu'il plaça du côté ou Ghetis avait voulu l'attaqué.

Immédiatement le fils enchaîna par une tornade en position couchée que le père esquiva exécutant alors trois coups de sabre dans le vide pour envoyer trois grandes lames d'air formant un parfait triangle.

D'un geste acrobatique Ghetis sauta en plein milieu du triangle et enchaîna immédiatement par une grande lame d'air diagonale que son père bloqua facilement de son sabre.

Puis il disparut pour réapparaître derrière son fils qui vit son sang jaillir vivement de son corps avant de poser un genou à terre.

- Tu es trop lent pour pouvoir m'arrêter. La différence de niveau entre nous est bien trop grande.

- C'est pour cela que je me suis entraîné... C'est pour cela que j'ai éveillé un nouveau pouvoir en moi. Les Krèles me l'ont enseigné, le Kenbun Shoku !


Directement Ghetis largua une tornade que Sénoph scinda en deux et la minute d'après il se trouvait derrière son père qui ne pouvait que découvrir son torse meurtri.

- Tes stratégies, tes mouvements, ils n'ont aucun secret pour moi, je les vois tous venir à l'avance et c'est pour cela que je peux te vaincre.

- Tu arrives à prédire mes coups dis-tu ? Penses-tu vraiment que cela pourrait réduire le faussée qui nous sépare ?

- Non je pense qu'il faut autre chose pour cela. Il faut une stratégie.

- Laisses-moi rire.

- Regardes autour de toi. Il y a déjà des arbres qui tombent. Une fois la zone rasée tu auras plus de mal à te mouvoir rapidement car tes mouvements ne seront plus assurer par un rebond sur une branche ou un arbre comme tu le fais si bien. Ton déplacement est différent de mien. Je me propulse, toi tu bondis en plusieurs endroits rapidement. En clair je canalise ma force dans un mouvement tandis que toi tu joues simplement sur l'effet de ta force pour donner l'illusion de la vitesse. Mais en réalité tu es juste un homme rapide qui veut en plus dupé son adversaire en apparaissant un peu partout, telle une illusion.

- Bien vu, et c'est ton Kenbun Shoku qui te permet de comprendre tout cela ?

- Disons qu'il m'a permit de prévoir tes coups et ainsi j'ai pu décortiquer ta technique en assemblant le puzzle que constitue mes prémonitions.


Brusquement le père se retrouvait derrière le fils lui assénant un violent coup de sabre que le fils bloqua de son gunbai.

- Effectivement, très pratique comme pouvoir... Mais te suffira-t-il à bloquer ça ? Mort...Subite.

Sénoph ne laissa qu'un nuage de poussière s'envoler avant de se mettre à enchaîne des découpes éclair sur son fils sans jamais lui laisser de répit, tel un insecte tournant autour d'une lumière il le bombardait de coups.

- Pour cela, j'ai appris un savoir Krèle. Les verrous psychiques. Celui de la force et celui de la douleur.

Supprimant alors la sensation de douleur, Ghetis se releva en dépit de tous les coups qu'il recevait.
Amplifiant sa puissance pour atteindre celle d'un zoan il se concentra.
Positionnant son corps il guetta le bon moment.
Et d'un coup il donna un coup direct de gunbai devant lui qui fit valser son père sur un arbre qui se cassa, puis un autre, puis un autre, pour finir par rencontrer un dernier arbre qu'il ne brisa pas.

*Hirusen. L'onde de choc.*

Le bras complètement brisé Sénoph n'allait plus faire grand chose, mais cela n'empêcha point à son fils d'exécuter son imitation du Soru pour à apparaître juste au-dessus de l'arbre de son père et l'écraser avec son gunbai en exécutant la même technique qui eut pour effet de créer un grand cratère au sol mettant hors de combat le père avant que Ghetis ne tombe à ses côtés.

~


Retour sur Shabaody.

* Papa.*

Il en avait fait des erreurs, mais dans ce combat l'homme masqué put ressentir l'amour de son père et la fierté qu'il eut en voyant que son fils sut le prendre par surprise. Pour cette raison, ce jour resta gravé en Ghetis, il représentait l'utilité même de son haki et sur ce souvenir la fréquence de sa voix s'intensifia devenant perceptible pour tous les possesseurs de haki situé dans sa zone. Heureusement, il se trouvait encore sur le Yarukiman et seuls les bâtiments proches des pieds de l'arbre pourraient donc le sentir. Néanmoins, après avoir récupéré les informations nécessaires sur Harlock Zora, ce fut ici qu'Yzis attendit son camarade, assit en pleine réflexion quant aux projets du Masque Vairon.

L'état dans lequel les avait laissé le combat contre Dica imageait bien la frustration du blondinet qui depuis longtemps s'enfermait dans sa coquille, réfléchissant davantage, l'esprit confus face à temps de problèmes. Cette pensée le conduisit à un énorme mal de tête qui se matérialisa subitement par une petite voix.

- Ghetis ? Etrange, j'ai cru entendre sa voix qui provenait du Yarukiman, mais cela paraîtrait impossible vu la distance qui nous sépare, à moins que. Qhh.

Une main portée sur son front et la douleur recommençaient de plus belle. Pour Yzis, il s'agissait de mal tête, mais vous l'aurez compris, tandis que Ghetis s'éveilla à un Kenbun Shoku avancé, Yzis découvrait le sien.


Un expert, un novice. Une équipe.

Masque Vairon.1505.

Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1649
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
416/750  (416/750)
Berrys: 6.121.533.528 B

MessageSujet: Re: Daibutsu No Kenbun Shoku   Jeu 1 Jan - 22:54





Ainsi une voix s'intensifiait au loin, elle provenait de l'homme aux yeux Vairon. Elle couvrait toute voix pour devenir la seule et unique voix perceptible. Elle ne se gênait guère pour prendre un maximum de place et tenait à gérer tout le périmètre où elle grandissait. Gagner en présence était bien, mais il fallait également avoir de l'influence. Ceci pouvait lui rappeler cette rencontre sur Jaya.

Remontant encore dans les souvenirs de l'homme d'une trentaine d'années, on comprenait bien que son passé renferme quelques phases d'ombre. Il ne pouvait exprimer tous ses souvenirs directement, ils faisaient surface un à un tels des flashbacks pour venir hanté l'esprit du guerrier. Celui-ci, il lui rappelait son désir d'influence, son envie de contrôler les moindre gestes de son frère. Ce jour-là il était présent, ce jour où Noctis affrontait Renaissance accompagné de Shindô. Il ne se trouvait pas sur le bateau de chasseurs de primes, bien sûr que non. Il se trouvait dans la forêt. Il observait les gestes de son frère avec la plus grande discrétion. Il avait pu voir le bateau coulé et Chronos repartir à la nage grâce à son statut d'homme-poisson torpille. Et il put voir Noctis repartir vers la forêt avec le cadavre de sa fiancée, Sanae.

Le visage décomposé, le corps fatigué, Noctis amena sa bien-aimée dans sa dernière demeure. Au centre même de la forêt. Il s'arrêta déposant le corps pour souffler doucement dans son harmonica et couper net tous les arbres présents, érigeant ainsi un cercle vide d'arbre, mais remplit de verdure.

De deux explosions il créa le trou nécessaire pour enterrer la défunte. Avec l'aide de l'homme-poisson il put faire un cercueil ainsi qu'un croix en bois. L'amazone qui les accompagnait, à cette époque, se chargea de ramener plusieurs fleurs provenant de la forêt. Le tout s'effectuait rapidement, le corps placé dans le cercueil, une boîte assez longue vint s'ajouter sur le cercueil. Elle contenait la dernière arme de la défunte et ses munitions. Celle-ci fut fermée d'un cadenas dont la clé était dorée. Finalement ils bouchèrent le trou, l'homme-poisson quitta les lieux, puis l'amazone. Et là Noctis put pleurer toutes les larmes de son corps.

Ghetis le regrettait amèrement, mais il ne devait pas interférer dans la vie de son frère. Il ne pouvait venir et poser une main sur l'épaule de son jeune frère. Une petite colombe posée sur son épaule, Ghetis observait la scène depuis la cime d'un arbre. Parfaitement debout, il ne pouvait rien faire.

Son seul geste fut de prendre un papier et d'y noter quelque chose, l'accrochant à une patte de la colombe qui vint à la rencontre de Noctis alors que son aîné avait déjà quitté les lieux pour son bateau.

- Un oiseau ? Un message. Qui m'envoie un oiseau messager à en pareil moment bordel ! Vous n'avez donc aucun respect ! Hmm.

Noctis avait prononcé toute cette phrase en ouvrant le papier et découvrit ainsi le message de son frère qui le fit se taire de suite. Dedans il lui demandait de rester fort, il lui faisait savoir qu'il veillait sur lui et le ferait toujours, tout en l'invitant à rester prudent. Sachant que son frère le chercherait, il lui demanda de ne pas le chercher, lui expliquant brièvement son nouveau rôle. L'Archer cadet injuria profondément son aîné avant de déchirer le papier et frapper ses poings au sol.

- Pourquoi tu ne viens pas quand j'ai le plus besoin de toi ! Tu n'étais pas là pendant dix ans et tu voudrais que je me contente d'un message ! Ghetis ! Tu ne sais pas ce que j'ai vécu et tu ne pourras jamais comprendre, j'en arrive bientôt à la fin de mon parcours d'hôte, j'ai rompu mes liens avec Shuri et l'étape suivante après cela, c'est la mort, tu le sais aussi bien que moi. Il m'attaqueront avec plus d'homme et Renaissance ne sera pas toujours là pour m'aider. Alors crois-moi, je préfère encore mourir avec panache que devoir vivre dans l'idée d'honorer la mémoire de Sanae comme tu me le conseilles. Ce n'est pas elle ma couronne, je n'ai pas trouvé ce foutu objet dont tu parlais. Et j'aime autant mourir en la trouvant plutôt que devoir la protéger, cette vie d'hôte, je n'en veux plus voilà !

A cette époque Noctis avait tout fait pour couper les ponts avec son village, il n'y parvenait pas vraiment, mais il n'aurait jamais imaginé mourir en découvrant Sypher Wenham, La Couronne qu'il cherchait. Ses paroles s'étaient réalisées pour son plus grand bonheur ou son plus grand malheur ? Bonne question. Il ne savait pas exactement où tout ceci allait le mener, mais il comptait bien vivre encore. Il vécu d'heureux moments avec une dénommée avec Jujika, puis avec une dénommée Suki, fêtant son anniversaire avec Shindô et la Villa Loca. Il poursuivit en voyageant avec Zeke, puis mourut avec son trésor en un vif jet d'énergie.


Néanmoins, ce jour-là permit à Ghetis de comprendre son inutilité, il comprit qu'il manquait d'influence dans la vie de son frère, qu'il devait être plus présent et mieux contrôler ses projets. Il lui manquait quelque chose pour vraiment diriger, il lui manquait la puissance.

C'est en quête de cette puissance qu'il se plongea dans cette état de transe, n'imaginant pas qu'il sortirait grandit de cette événement. La puissance, l'argent, le bonheur. Trois choses importantes actuellement, mais le bonheur il ne le trouvait pas, il lui manquait ce bonheur, il le lui fallait, il en avait besoin ! Cela lui était vital.

Ce souvenir d'impuissance, de frustration, il hantait le regard vairon, il le plongeait dans la nostalgie. Bref il lui demandait plus de force mentale que prévu.

Cette force elle lui manquait, il lui fallait cette puissance pour vaincre l'ennemi, l'ennemi, le Rasgarat. L'homme qui avait délibérément tué son cadet. Néanmoins, il tenait à briser chaque souvenir qu'il pouvait garder de son frère. Tout ce qui lui rappelait Noctis devait disparaître, sinon même en tuant Abel il se sentirait encore honteux, encore faible. Il ne voulait pas cela, il voulait exister, vivre et c'est en pensant cela qu'il sentit alors la voix d'Yzis prise dans un flot de confusions. Le haki de l'homme masqué s'était beaucoup trop intensifier et son acolyte subissait les effets d'une telle force. Néanmoins Ghetis avait réussi à agrandir sa voix, à l'intensifier, à la perfectionner. Il se sentait entier après toutes ses heures de méditation, comme s'il arrivait au sommet de son art.

Il avait comprit la vérité sur sa souffrance, toute vie impliquait souffrance et insatisfaction.
Il comprit ensuite la vérité de l'origine de la souffrance, elle repose dans la soif, le désir et l'attachement.
Il comprit par la suite la vérité de la cessation de la souffrance, la fin de la souffrance était possible.
Il découvrit la vérité du chemin menant à la fin de la souffrance, la voie médiane, le Chemin du milieu. Il permet d'éviter les deux extrêmes, dont faisait parti le bonheur.


Prenant conscience de toutes ces vérités il comprit une chose provenant directement de la seconde vérité, la soif, le désir et 'attachement. Des attachements il en avait encore beaucoup, il devait s'en débarrasser, mais la plupart de ses attaches venaient de ses amis et des souvenirs ou choses qui lui rappelaient la disparition de son frère. Il devait faire disparaître tout ceci. Néanmoins, il s'occuperait de ses amis en derniers, pour l'instant, les souvenirs et les choses lui rappelant son frère devraient disparaître ou devenir si insignifiantes que Ghetis ne s'en préoccuperait plus.

Si son esprit s'était éveil, il n'avait pas encore atteint l'éveil total, l'éveil parfait. Le Daibutsu No Kenbun Shoku était sien, mais le Daibutsu No Satori il ne le connaissait pas encore. Il lui fallait atteindre cet éveil pour devenir,

Ghetis Archer.


Masque Vairon.1505.

Revenir en haut Aller en bas
 

Daibutsu No Kenbun Shoku

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kyosuke Daibutsu
» E. Haki, Volonté du D. & Ponéglyphes
» Daibutsu No Satori

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Archipel Shabaody-