Partagez | 
 

 [FB] My own path

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Taito Nowaki
The Wildest Lizard
avatar
Messages : 461
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
304/350  (304/350)
Berrys: 53.532.000 B

MessageSujet: [FB] My own path    Mer 17 Déc - 3:10




The truth about me and the other


" Encore Taito..."

Respirant bruyamment, je regardais cette demoiselle à l'allure si forte et dure. Ma soeur se tenait là, face à moi, attendant que je réussisse l'exercice qu'elle m'avait imposé. C'est ainsi que cela marche entre nous. Il arrive qu'on décide de s'entrainer afin de ne pas oublier certains aptitudes que nous avons à la base. Dans le cas présent, je tentais de me souvenir de certaines règles de bases du maniement de l'épée. Malheureusement, les années passées à tenir une arme à feu n'ont fait que rouiller à ce niveau là. Pourtant, certains comparent le maniement de l'épée avec le fait de faire du vélo. Est-ce une comparaison juste ? Ou bien idiote ? Quoi qu'il en soit, cela ne m'avance en rien dans le moment actuel.
Regardant la belle face à moi, je reprends peu à peu un rythme cardiaque normal, ma respiration revint et je me sens prêt à continuer. Cependant, les mauvaises habitudes reviennent aussi à la charge et de ce fait, durant un certain instant, j'hésite à tout laisser tomber. A quoi bon savoir maîtriser une épée si je ne m'en servirais jamais ? Je ne m'en rendais pas compte, mais peut-être qu'au fond, c'est pour Violet un moyen d'être sûr que si elle tombe un jour, je serais là et prêt à reprendre le flambeau de son arme. La belle ne supporterait pas de mourir et se faire prendre son arme, cette dernière étant de famille, il est normal de désirer une succession digne de ce nom. Mais en tant que dernier " héritier " possible, est-ce raisonnable ? C'est là que JE doute fortement...

Tenant fermement le manche du katana que j'ai dans ma main, je fixe alors avec un sérieux inégalable le mannequin face à moi. Ce dernier est en bois et ne possède pas une forme totalement humaine. Non, ce mannequin est en forme humaine, mais doté de nombreuses pointes en bois, et le tout, posé sur un socle rotatif. L'exercice du jour était de savoir et apprendre à couper des choses minimes en mouvements et croyez moi, malgré la lame de qualité, il ne suffit pas de pointer le fil de la lame vers l'objet en mouvement pour qu'il se coupe, ou du moins, pas du bois sur cette faible épaisseur. Ma soeur fit tourner le mannequin de plus belle et moi, je me concentrais fortement.
Essayant de faire le vide, je tentais de me rappeler de certaines paroles de mon père. Nous avons tout deux appris que la lame et l'utilisateur ne font qu'un. Tout les épéistes de renoms le savent : c'est la volonté qui fait le tranchant de la lame. Si l'âme de la personne est émoussée, même le plus tranchant des rasoir sera aussi inoffensif qu'une lame vieille de plusieurs siècles. En revanche, même le plus vieux des couteaux sera aussi tranchant que n'importe quelle arme si l'âme de l'épéiste est forgée de manière unique. La volonté est la clé de tout.

Ma volonté à moi, à quoi se résume-t-elle ? La vengeance ? Peut-être... Je désire fortement voir la tête des gens qui ont tués mes parents et détruit mon village. Je veux plus que tout au monde les voir souffrir et ressentir ce que j'ai ressentis et ressens encore. Malheureusement, ce genre de volonté n'est pas considérée comme pure et de ce fait, malgré mon envie de " bien ", ma lame est aussi émoussée que mon esprit.
Frappant de toutes mes forces, une fois de plus, c'est le même échec qui se produit. Le mannequin se brise en plusieurs morceaux au lieu d'être coupé de façon nette. Un petit nuage de poussière se forme et des bruits de toux se font entendre. Je tousse en compagnie de ma soeur qui une fois de plus, répète son seul et unique verdict du jour, comme si elle était un disque rayé qui répète la même chose : Encore.

" Assez !!! "

D'un coup, je plante la lame dans le sol et je m'en vais sans plus de cérémonies. Violet comme à son habitude retient un long soupire et sans me retenir, elle approche de son épée qu'elle retire sans difficulté. M'éclipsant, je me contente d'aller réfléchir dans un coin pour tenter de me vider l'esprit. Ma rage refait surface, je revois ces images sanglantes, ces morts qui ont pris notre place... Papa... Maman... Pourquoi avez-vous agis ainsi hein ? Le simple fait d'imaginer leurs corps inertes sur le sol de mon village, cela me donne une nausée qui me fait presque vomir sur le coup. Je dois me calmer...

De son côté, Violet range les débris, jusqu'à ce qu'elle soit rejoint par Hotaru. Le petit blondinet est toujours aussi soucieux de nous et de ce fait, il pose énormément de questions à Violet, qui se retrouve totalement submergé par ces flots de paroles. Alors que j'aurais péter un câble, la miss souris doucement au jeune homme qui s’inquiète chaque fois que la miss et moi on "s'embrouille". Posant une main sur sa frimousse, la jeune femme parle sur un ton naturellement doux.

" Ne t'en fait pas Hota'. Il a juste besoin de temps... "
" Mais... Il est souvent comme ça. "
" Oui... Taito est très colérique en effet. Il ne sais que très rarement faire abstraction de ses pulsions tout à fait normal. Mais malgré tout ceci, il ne faut pas s'inquiéter pour lui, ou même pour moi. Je suis sa soeur, ne t'en fait pas, jamais il ne me fera de mal. "
" ... Tu sais Violet.... Je connais votre histoire, mais... Tu m'as jamais vraiment expliqué en détail les choses entre vous. Pourrais tu me dires pourquoi il a une telle volonté qui est contrasté avec cette rage intérieur ? "
" ... C'est compliqué Hota'..."
" Je veux savoir Violet. "

Cette dernière se contente de simplement soupirer. Elle le sait, le jeune homme est pire qu'un enfant qui demande la fameuse question qui tue : quand est-ce qu'on arrive. Il ne lâchera pas le morceau jusqu'à ce qu'il ait ce qu'il désire, et malgré sa patience, Violet le sait, elle ne pourra pas lui cacher indéfiniment certaines vérités ou secrets sur son frère, bien qu'au fond, tout est logique et facile à deviner.

" Bien.. Soit. Comme tu le sais, on a tout deux perdus notre famille. Toute notre enfance est partie en fumée quasiment sous nos yeux et en plus de cela, nous avons été victime de certains malfrats. Mais bien avant cela, il y avait notre enfance assez strict. Taito devait devenir une personne comme nulle autre. Si l'avenir s'était déroulé sans encombres, monsieur serait aujourd'hui un samouraï comme la tradition le souhaite. Droit, juste et qui respecte le code d'honneur à la lettre. Cependant, il n'a jamais vraiment voulu de tout ça et c'est peut-être ce premier point qui fait que Taito est nerveux de nature. L'autorité l’insupporte, sauf quand il s'agit de la sienne. Peut-être même qu'au fond, il en voulait à notre père d'avoir été dur avec moi, mais surtout... lui. "

Le jeune blondinet écoutait toujours la demoiselle, l'air admiratif, il semblait captivé par les révélations en tout genre de la soeurette de notre cher Commandant.

" Mais malgré cette rancoeur, jamais il n'a désiré une chose extrême comme le mort de notre paternel. Il subissait et m'a même aider à suivre la voie qu'il ne désirait pas, mais que moi je voulais. Cependant, cette dernière m'était interdite."
" Pourquoi donc ? "
" Car je suis une femme voyons. "

Le jeune homme ne semblait pas comprendre cet argument purement machiste. Pourtant, il est simple comme bonjour. Une femme ne devient pas samouraï, ceci est réservé aux hommes car la vie est ainsi, tout comme la farine est au boulanger et la poudre à canon au combattant. Bref, la demoiselle tapotant la tête du blondinet, ce dernier revint à lui, plus captivé et attentif que jamais.

" La voie du samouraï ne se résume pas à simplement manier un sabre. Il y a des principes, des épreuves à passer. Et si certaines sont bénéfiques... d'autres sont parfois choquantes, voir blessantes."
" Comme ? "
" ... Devoir manger du riz coloré rouge sang afin de ne plus craindre la vue du sang ? "

Ne disant rien, le jeune homme faisant un " o " parfait avec sa bouche. Violet devenait une puit de savoir pour le blondinet qui en apprenait beaucoup en ce jour. Notant cela dans son esprit, le jeune médecin refaisait sa culture en ce doux jour.

" Le samouraï est en quelque sorte le guerrier ultime chez les épéiste. C'est pas pour rien que ceux de notre contrée sont redoutés tu sais ? Le vraie samouraï, c'est un homme qui à lui seul peut faire basculer une bataille, car ses principes sont là pour contrer la folie et me ridicule de ce monde. Il est le seul apte à faire des choix qu'aucun autre ne fera. Du moins... C'est ce qu'on raconte, mais dans la pratique, c'est autre chose, je te rassure mon cher Hota'.
Bref... Tu l'auras compris, le meurtre de nos parents et l'enfance ont joués gros. Et c'est en partie pour cela qu'il est ainsi. Puis certains événements ont aggravés les choses. D'autre au contraire ont améliorées celles-ci."

" Comme quoi ? "
" ... Ce qui a aggravé les choses, ce sont les missions qui ont mal tournées. Le jour où par exemple une certaine Méliandre c'est retourné contre nous, me laissant blessé grièvement en pleine montagne. La marque que je porte de cette dernière rappel à mon frère ce jour où il a cru me perdre et cela ne l'aide pas à oublier.
En revanche, sa promotion en tant que Lieutenant et commandant sont des choses qui l'aide à se sentir utile. Il ressens cet effet qui démontre que ses efforts ne sont pas vain."

" ... Que désire-t-il vraiment dans la vie ?"
" Drôle de question Hota'. Je vais te dire mon avis, mais la réalité, seul lui possède la vraie réponse à cette question.
Il désire justice dans ce monde. Son idée de la justice dépasse l'image du pauvre qui doit être aidé. Il veut vraiment que ce monde ne soit plus enflammé par ces guerres, il ne veut plus voir de gens mourir autour de lui et peut-être même qu'au fond, quand il regarde un enfant au regard similaire au sien, il aimerait pouvoir effacer le malheur qui l'a frappé. "

" T...Taito ? ... "

Le jeune homme semblait perplexe, et pourtant... Cela sonnais pas faux venant de la bouche de la soeur du principal concerné. Malgré mes airs durs, je savais être quelqu'un de doux à mes heures et actuellement, ma soeur savait bien le retranscrire à sa façon lors de ses hypothèses.

" Oui... "
" Mais... Pourquoi ne le montre-t-il pas plus souvent ? Je veux dire... Je dit pas qu'il donne une mauvaise image de lui, mais avouons le, il est dur envers son entourage."
" Il a toujours eu horreur de paraitre faible. Et sans doute que certains événements ont créer une carapace qu'il met pour se protéger. C'est aussi simple que cela. Et au fond, c'est normal non ? "
" Je... Euh... Bah je suis pas psychologue, mais ce que tu dit tient la route, alors je te crois Violet. Oh, j'y pense... Est-ce vrai qu'il aurait une vue sur quelqu'un dans les rangs de la marine."

La demoiselle restait silencieuse sur ces termes. Un fin sourire de femme énigmatique naquit sur les lèvres de la jeune demoiselle. Autant je suis quelqu'un de très renfermé sur ce genre de sujet, autant Violet elle est une vraie femme comme on pourrais l'imaginer dans certains clichés. Elle a la parole facile sur les sujets qui parlent d'amour et de sentiments. Rigolant de bon coeur, Hotaru devait s'imaginer une réponse totalement négative et pourtant, la demoiselle ne tarda pas à vendre la mèche et à dévoiler quelques informations croustillantes au sujet de son frère.

" Tu ne dois le répéter à personne, mais... Si tu veux mon avis, Taito aimerait se rapprocher de l'Amiral MidoriTaka, alias Elkens Camille. Après... La nature de se rapprochement, je n'en ais aucune idée et le connaissant, même s'il désirerais se rapprocher sentimentalement de cette dernière, il n'y arrivera jamais."
" En même temps, c'est une personne haut placé dans la hiérarchie. Elle doit l'impressionner et par respect pour cette dernière, il ne fera jamais rien de plus que son travail, n'est-ce pas ?"

Laissant un léger rire se faire entendre, la demoiselle rangea son katana dans son fourreau avant de reprendre la parole.

" Tu te trompes Hota'... Mais à ce niveau là, Taito est tout simplement timide à souhait. "
" Hein ? Sérieusement ? "
" Tout à fait."

Choqué, le jeune homme ne savait plus où donner de la tête. Il en avait apprit trop d'un coup et sa tête menaçait d'exploser tant elle était chargée d'informations précieuses selon lui. Se retenant de simplement aller évacuer en allant poser ses nouvelles questions directement à ma personne, il vint à regarder ma soeur dans les yeux, puis il sourit de plus belle.

" Je n'imaginais pas Taito si..."
" Sensible ? "
" Oui, voilà. "
" ... Il a beau être ou ressembler à ce qu'il veut être, il reste un humain comme nous tous. Sa volonté est là, mais comparé à moi, il ne sait pas la libérer. Mais ça, c'est à lui de trouver la clé pour ouvrir son coeur et le coordonner avec son esprit. Ce n'est uniquement que quand il aura trouvé cette harmonie en lui qu'il pourra réussir ce que je lui demande. "
" Et s'il avait un rancart avec Camille, tu crois qu'il oublierais tout ? "
" ... Ce que tu peux être bête à tes heures. Je ne sais pas du tout Hota' "

Rigolant de bon coeur, la demoiselle invitait le jeune homme à tenter de me raisonner. Se faisant, il vint vers moi, me trouvant après avoir cherché quelques instants, il me retrouvait non loin du terrain d'entrainement. Regardant l'horizon, je ne détournais pas les yeux lors de son arrivée, puis je soupirais de lassitude. De mauvais poil, à n'importe quel moment je pouvais m'énerver férocement, tout comme le snober et partir de là comme s'il n'était qu'un fantôme à mes yeux.
Commençant à parler comme le moulin à parole qu'il est, je le laisse faire un instant. Des questions, des intrigues, des conclusions... Son discours est aussi structuré qu'un bâtiment fait en domino. Un coup c'est logique et d'autre fois, il passe du coq à l'âne. Sur le coup, l'envie de répondre me passe. Il veut que je reprenne l'entraînement . Au diable, j'ai envie de souffler... Et me vider l'esprit.
Voyant clairement que je le fait passer à la trape, le petit malin - ou inconscient - de médecin joue sa carte secréte.

" Au pire... Dit toi que tu fais cela pour attirer l'attention de MidoriTaka ?"
" Pardon ?"

Là, il a attiré la mienne d'attention... Le fusillant du regard, on pourrais presque croire que mes pupilles allaient se dilater et devenir des canons de revolver, prêts à tirer des balles sur lui. Le jeune blondinet pâlis quelques instants avant de finalement oser répéter sa phrase. Comment sait-il que ? ... Il voit que ce sujet me fait réagir et monsieur décide d'enfoncer le couteau dans la plaie posant des questions sur le pourquoi du comment de mes " sentiments " à l'égard de la demoiselle insaisissable. Las, je grogne un bref instant avant de cracher le morceau.

" Parle pas de sentiments... Nous sommes des marines, la justice sur ce monde prime plus que tout et tu le sais. L'amiral nous a sauvé une fois moi et ma soeur. C'est tout. Si je l'admire, c'est pour la force qu'elle m'inspire c'est tout. Il n'y a rien de plus et de moins dans cette histoire. "

Peu convaincu par mes dires, le jeune homme plisse les yeux l'air de dire " je te crois pas ". Cet air m'énervait et je manquais de peu de l'étrangler rien que pour oser insister sur ce sujet " délicat ". Il revient à la charge avec ses questions et au final, je me laisse faire. Aussi chiant soit-il à ses heures, il représente pour moi une personne chère. Son côté enfantin me rappel à quel point ce monde est dur, mais que malgré tout, certains ne cèdent pas au désespoir. D'ailleurs... Je me demandais d'où venait son sourire éternel.

" Et toi... Pourquoi tu souris tout le temps ? Pourquoi es tu entré dans la marine. Qu'en pense ton entourage. "

" ... "

Le jeune homme semblait hésitant. Se pourrait-il que j'ai touché une corde sensible ? Insistant un peu, ce dernier cède enfin et se décide à répondre.

" En faite, j'ai rejoins la marine contre l'avis de mes parents. J'ai perdu mon grand frère qui était lui aussi marine et depuis, mes parents ne voulaient pas que je suive son chemin. Je ne te l'ai jamais dit, mais j'ai trois petits frères.. Mais du genre trèèèèèèèèèèèès petit comparé à moi. La mort de mon frère suite à une blessure qui n'a pas pu être soignée à temps a toujours attristé ma famille. Et ... je ne sais pas. Peut-être que si j'ai suivis cette voie, c'est pour montrer à mes parents que à défaut d'avoir des gens compétents dans le passé, il y en aura dans le futur et à ce moment là, ils pourront être fier. "
" ... Je... je ne savais pas. "
" Quant au sourire.... Bah... Même si parfois l'envie de pleurer me prends, je la garde pour moi. Je crois sincèrement qu'une paix est possible. Oh bien entendu, ce monde est dur et je le conçois parfaitement. J'ai subis bien des brimades lors de mon entrée et plus d'une fois j'ai pensé à renoncer, mais au final, quand j'ai rencontré ta soeur, je me suis vraiment ressaisis. C'est elle qui m'a poussé à persévérer pour devenir médecin et non un simple soldat qu'on met en première ligne comme de la vulgaire chaire à canon.
Au final, toi et Violet vous êtes... mes seuls et vrais amis que j'ai eu depuis un long moment. Et je dit pas ça pour t'amadouer hein. Mais voilà... Je garde le sourire, car malgré la situation, je sais qu'il y a de l'espoir et que je compte bien aller au bout de mes rêves. Pour moi, ma famille, vous... Tout le monde "


Ses dires étaient déroutant. Restant sans voix, je vins alors à simplement froncer un bref instant les sourcils, puis finalement, je posa une main sur son crâne. Que répondre face à une telle déclaration ? Confus, ma réponse fut pour le moins... pitoyable.

" C'est gentil. "

N'étant pas adepte des moments posts romantiques, je vins alors à le remercier pour cette discussion, puis je m'en aller. Intrigué, le jeune homme me demanda fortement où je me dirigeais et ma réponse l'étonnait d'autant plus : j'allais m'entraîner.

Intérieurement, je me rendais compte d'une chose que je savais, mais que je n'avais pas réalisé totalement jusqu'à maintenant. Je me bat pour mon salut, mais aussi pour mon entourage et ses valeurs. Désormais, j'ajoutais la valeur que représente Hotaru à ma liste, car il n'est pas qu'un simple compagnon, mais bel et bien un ami.

Arrivant proche de ma soeur, cette dernière me regardait d'un air curieux. Prenant une pose assez discrète, je vins à tendre ma main, demandant son arme. Souriante, elle n'hésita pas à me tendre son katana et délicatement, j'extirpais ce dernier avec une extrême prudence. Me tournant vers un nouveau mannequin, ma soeur se mis à le faire tourner et je frappais ce dernier de plus belle. Encore une fois, un nuage de poussière se souleva et une fois dissipé, il laissait place au verdict de ma soeur. Un léger soupire se faisait entendre et une fois la visibilité totale, je pu constater par moi-même.

" ... Encore échoué Taito..."

Soupirant, je vins à grogner un petit peu, mais la main de ma soeur tapota mon épaule. Me faisant regarder le mannequin brisé en morceaux, elle pointa quelques bouts spécifiques.

" ... Une partie de celui-ci est bien coupé. Tu sais ce que ça veut dire hm ?"

Ma concentration était là. Durant un faible moment, j'étais serein, attentif et concentré. Durant un petit instant, je tranchais à la perfection ce mannequin comme il le fallait. Durant un court laps de temps, j'avais atteint l'objectif que la belle m'avait donner. Constatant cela, je vins alors à regarder la belle et lui sourire en coin.

" ... On continu. "


Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] My own path

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [L5R JCC] Path of the Destroyer (prochaine extension)
» Commande de Path of Destroyers
» Path of Might Chapitre 4 : Deus Ex Machina [à ne pas lire, ce serait une perte de temps]
» Path of Might Chapitre 2 : La mission [Rang B]
» Aurélie ► I walked across an empty land, I knew the path like the back of my hand...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue-