Partagez | 
 

 [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3116
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
258/1000  (258/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Dim 2 Nov - 12:13

Nettoyage de cadavres [1]

Il y a peu de temps que j’étais arrivé sur Shabaody. Maintenant que je savais que ma prime allait être gelée, je pouvais me permettre de revenir un peu pour observer les mouvements et anticiper ce que la marine allait nous demander. Et surtout prévoir un potentiel traquenard, quitte à briser l’accord avant d’être potentiellement capturé. Pourtant, mon petit doigt me disait que tout allait bien se passer tant que nous restions sur les Grooves, et que nous ne recroisions pas Jasmine.

Ce jour-ci, j’étais venu seul. Cid, mon maître d’arme, et moi-même nous faisions ouvertement la gueule. Il était en grande partie responsable de ces quelques millions de berrys qui me plaçaient presque à la tête des hors-la-loi de North Blue. Je détestais ça, c’était désagréable au possible. Qui plus est, tant que les habitants de Micqueot n’étaient pas au courant, tout irait pour le mieux. Mais une fois qu’ils seraient avertis, la paix précaire que nous avions introduite en nous montrant en exemple pourrait se fissurer à tout moment. Je ne doutais cependant pas que la plupart de nos concitoyens conserveraient la même attitude à notre égard, étant d’anciens criminels, recherchés ou non. Je devais avouer ne pas avoir pris le temps de vérifier dans les fichiers des primes.

« - Garçon ! Garçon ! »

En revanche, il y avait autre chose qui me turlupinait – c’est un beau mot turlupiner, on dirait qu’il a été fait exprès pour exprimer quelque chose de ridicule, et est pourtant utilisé ici avec le plus grand sérieux. L’appel passé à Holly quelques jours plus tôt. Elle avait l’air d’aller aussi mal que moi. J’étais à peu près sûr pourtant que nos situations allaient s’arranger d’une manière ou d’une autre. Soupirant, je tournai le regard vers une maison abandonnée au coin du Groove d’où provenaient des cris de terreurs et de rage, ainsi que des grondements d’animaux. Plus le temps passait, moins les cris étaient nombreux et plus les grondements se faisaient sourds. Les animaux étaient-ils en train de s’étouffer avec la viande de leurs victimes ?

Je me rendis compte que malgré le potentiel massacre qui se déroulait à proximité, je n’avais pas réagi. J’aurais pu étendre mon Haki et percevoir les voix pour savoir si j’étais assez confiant pour me rendre sur place, et pourtant…

« - Eh, toi, le rouquin ?! Tu vas me répondre à la fin, bordel de… ?! »

Ah, on me parlait ? Je visai de l’œil l’homme qui s’adressait à moi avec un certain désintérêt, faisant craquer mon cou pour montrer, sans grand effet, que je n’étais pas d’humeur. S’il avait quelque chose d’important à me dire, c’était maintenant.

« - J’ai besoin d’aide, et je rémunère, me lança-t-il avec un sourire malsain sur le visage. En fait, des animaux se sont échappés de leurs cages, et ont dévorés deux équipages pirates qui étaient en train de se battre. Un vrai bordel, malheureusement les carcasses sont juste devant le bar de ce pauvre homme qui n’a rien fait, et j’aimerais que tu fasses un peu le ménage… »

Intestins, organes en vrac, muscles à vue et une mare de sang pour réveiller les pulsions les plus sordides de l’être humain ? Grognant, je pensai tout de même à la récompense que je pourrais reverser en intégralité aux habitants de Micqueot et acquiesçai tandis qu’il me donnait une benne pour mettre les cadavres et un balai-pelle cassé. Heureusement que je n’avais pas peur de la vue du sang, sinon ça aurait été un beau bordel.

Ce qu’avait gentiment oublié de préciser mon employeur, c’était qu’outre les cadavres, il restait encore quelques animaux qui mastiquaient allégrement leur repas sur le sol poisseux, déjà couvert de déchets en tout genre, tandis que la porte en bois de la taverne était barricadée pour les empêcher d'aller passer le temps sur les personnes à l'intérieur. Les uns et les autres me portèrent assez peu d’attention, ayant le ventre plein, mais au milieu de ce carnage un insatiable koala d’une habileté remarquable s’élança sur moi, toutes dents sorties, et tenta de m’arracher la gorge, encouragé par mon manque de réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1521
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
455/500  (455/500)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Lun 3 Nov - 3:48






Nettoyage de cadavres












En l’espace de quelques jours le jeune homme avait traversé plus d’épreuves que dans tout le reste de sa jeune et insignifiante existence et, même s’il avait encore du mal à réaliser tout ce qui s’était passé, il en était ressorti plus vivant que jamais. Il avait rejoint un équipage dont il ne connaissait rien et, suite à cela en avait découlé toutes sortes d’obstacles qu’il n’aurait pas pu prévoir même dans ses pires attentes. Il avait combattu des créatures animales, son équipage avait été attaqué par un sniper et avait appris la mort de l’un de ses membres, et ce n’était alors là que le sommet de l’iceberg. Kyoshiro et de nouveaux camarades rencontrés en cours de route avaient été attaqués et balayés sans possibilité de résistance par des assaillants inconnus qui n’avaient pour seul but que d’attirer Nakata à l’endroit de leur choix pour un combat final.
Même si son égo en avait pris un coup ce jour-là, ce fut le combat qui suivit qui permit au jeune homme de s’éveiller au pouvoir qui sommeillait en lui depuis si longtemps, tout cela n’aurait sans doute pas été possible sans l’aide de son ange gardien qui veillait sur lui sans doute depuis une éternité. Il était évident que le jeune homme qui posa les pieds sur cet archipel était totalement différent de celui qui avait rejoint l’équipage sur Graou island, quelques mois plus tôt. Oh non il avait le cœur sur la main exactement autant qu’avant, de ce côté-là il n’y avait pas de grand changement, mais il était plus conscient de sa propre puissance et doutait beaucoup moins de lui. Dans ses yeux en reflétaient plus le manque d’assurance et la culpabilité de ses échecs passaient, dans ses prunelles de feu brûlait un brasier donc la chaleur n’égalait que celle du soleil…cette chaleur était le reflet même de sa puissance, le reflet de sa détermination nouvelle et inébranlable.
Bien sûr ce petit changement ne manqua pas, pour ne rien changer aux bonnes habitudes, de désemparer totalement le jeune homme devant le paysage qui s’offrit à lui en poser les pieds hors de ce nouveau navire. Il en avait vu des îles tropicales, des îles recouvertes de neige mais il n’avait jamais vu une île dont le sol était constitué uniquement de racines de ces gigantesques arbres. Et que dire de toutes ces bulles qui flottaient dans les airs ? Non, il avait vraiment l’impression de débarquer dans un tout nouveau monde et se demandait même si la suite de son épopée continuerait d’aller de surprise en surprise. Vraiment, il ne pouvait que rester sans voix devant ce spectacle et était bluffé de voir à quel points les habitants trouvaient normal de vivre sur des racines et de marcher au milieu de bulles, comme si cet extraordinaire quotidien les blasait.
Vêtu simplement d’un pantalon noir et d’une chemise grise de bonne facture, le jeune homme, dont les deux sabres pendaient toujours à gauche de sa ceinture, entama sa toute première promenade sur cette île dont il ne connaissait absolument rien. Par où commencer ? Devait-il s’arrêter à une taverne pour demander des informations, comme il avait eu l’habitude de le faire avant de rejoindre cet équipage ? C’était la question qu’il se posait alors qu’il déambulait dans les rues, la main gauche négligemment posée sur le manche de l’un de ses sabres comme pour s’y reposer. Malheureusement il n’eut pas vraiment le temps de se poser la question de sa destination car bientôt son attention fut captée par des sons étranges et bestiaux dans une rue parallèle à la sienne. Pourquoi est-ce que personne d’autre que lui ne semblait s’en soucier ? Hausser les épaules en sachant qu’il n’aurait pas de réponse sans y aller lui-même, le garçon bifurqua et, après quelques instants de marche, il se trouva devant une bien étrange scène.

Devant un bâtiment se trouvaient quelques animaux en train de terminer leur repas et le plus surprenant fut que personne ne sembla vouloir les arrêter, personne sauf ce jeune homme qui s’approcha un peu trop près et capta l’attention d’un koala assez agressif. Ni une ni deux, désirant intervenir, le garçon lança d’une pichenette un projectile de lumière assez puissant pour envoyer bouler le koala quelques mètres plus loin, l’assommant sans le tuer pour autant. Écarquillant les yeux de surprise devant l’effet, Kyoshiro baissa son regard jusqu’à sa main, surpris qu’il était par sa propre rapidité à former ce projectile. Décidément il avait été plus rapide que dans ses souvenirs.
Mais non, il n’avait pas le temps de s’émerveiller alors qu’il faisait face à une scène aussi macabre et sanglante que celle-ci. Approchant du groupe d’animaux, un tigre releva la tête et montra les crocs au jeune bretteur comme une réponse à sa précédente action. Tournant la tête vers son bestial interlocuteur, le garçon lui lança en guise de présentation :

« Gentils petits. Allez, zou. Le repas est terminé.»

N’appréciant apparemment pas qu’on s’adresse à lui et qu’on touche à son compagnon au milieu du repas, le tigre releva légèrement la tête et poussa un rugissement qui se voulait plus dissuasif que réellement agressif. Totalement insensible à ce genre de provocation, le garçon continua son dialogue :

« Quoi ? Ne me regarde pas comme ça, il l’avait cherché. »

Oui, il arrivait de temps en temps que le jeune homme parle aux animaux mais c’était généralement un dialogue à sens unique, malheureusement. Décidément, même après tout ce temps le jeune homme n’était jamais vraiment à l’aise devant autant de sang et de carcasses. Comment pourrait-il l’être ? Il sentait encore les morceaux de la cervelle du demi-frère de son capitaine sur ses mains, c’était une sensation qui le dégoûtait vraiment sans pour autant provoquer de nausées. Il n’aimait pas cela, tout simplement.
Tournant la tête comme s’il venait de se rappeler qu’il n’était pas le seul humain dans les environs, le garçon fit quelques pas vers son nouvel interlocuteur et, se fendant d’un sourire en coin se voulant rassurant, il lui demanda :

« Navré de vous déranger, mais, je peux vous aider ? »

Kyoshiro n’avait aucun idée de ce que cette personne faisait ici, il ne savait même pas lui-même pourquoi il s’était approché, mais s’il pouvait aider il n’allait certainement pas s’en priver, non ? À la base il avait l’habitude d’aider les gens et les vieilles habitudes avaient la peau dure.








© Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3116
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
258/1000  (258/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Lun 3 Nov - 21:17

Nettoyage de cadavres [2]

Lorsque j’avais senti la présence du garçon qui se trouvait à mes côté, celui-ci avait lancé un rayon de lumière qui avait envoyé valser mon ennemi animal. Soupirant, je regardai à nouveau les animaux en me désintéressant totalement de celui qui venait de me ‘sauver la vie’. Peu de personnes étaient capables de me tenir tête sur cette partie de Grand Line en dehors du Gouvernement Mondial, alors un koala qui avait la rage… Cependant, un « Merci » sortit de ma bouche à l’adresse du jeune homme. Je n’allais pas cracher sur un peu d’aide… Surtout que cette pseudo-confiance en moi n’était pas vraiment fondée comme une Chasseuse de Prime avait failli m’empaler quelques temps plus tôt. Ce souvenir douloureux me revint comme une baffe mais j’évitai de m’effondrer sur le sol alors que le garçon faisait ami-ami avec d’autres bêtes sauvages, leur montrant qui était le maître.

« - Tu ne me déranges pas du tout, lui souris-je naïvement en me tournant vers lui. En fait, on vient de m’engager pour débarrasser toutes ces carcasses donc… Peut-être que je devrais m’en occuper rapidement, avant que ça ne sente trop le cadavre en décomposition. »

Odeur insoutenable pour certains qui, au fil du temps, n’en restait pas moins désagréable. Dans l’air, pour ceux qui avaient l’odorat un tantinet fin comme moi, on pouvait discerner un puissant souffle de cuivre provenant de la mare carmin qui avait tâché la mousse du Groove. Ce ne serait pas possible de la rattraper, encore une cause perdue. Il y en avait de plus en plus ces derniers temps… Regardant les autres animaux qui s’éloignaient en trainant leur repas, j’eus l’impression que l’un des cadavres de pirates allait se séparer en deux parties au niveau du bassin… Ce qui arriva, laissant s’étaler quelques organes et les intestins sur le sol. Décidément, ils laissaient le meilleur derrière lui.

Je me tournai un instant vers le jeune homme en tout en réfléchissant quand arriva le vioque qui, discrètement s’arrêta de sorte à ne pas être à portée des animaux sauvages. La plupart d’entre eux s’étaient jetées sur les organes qu’ils avalaient goulument, prenant soin de mastiquer les parties les plus dures pour éviter qu’elles ne se coincent dans leurs gorges certainement. Une belle bouillie d’organes, je me demandais vraiment si ça avait un quelconque sens.

« - Tiens, toi, le gars fort ! »

Je me retournai alors qu’il pointait mon nouveau camarade de jeu.

« - Je t’engage pour protéger le nettoyeur. Repousse les animaux pendant qu’il fait le travail ! »

Mon regard se tourna vers l’homme et je finis par soupirer. Je haussai les épaules, me dirigeant vers les premiers cadavres à portée sans attendre réellement d’intervention du jeune homme. De toutes les manières, je pouvais me défendre tout seul. Tout en mettant dans la pelle les premiers bouts et les envoyant habilement quelques mètres plus loin dans la benne, je remarquai qu’il allait d’une part falloir que je fasse ça sérieusement et de l’autre que j’apprenne à viser. Un bout de bras et une jambe à moitié dévorée étaient tombés sur le vieil homme qui grogna longuement avant de prendre son calme. L’avais-je fait exprès pour le tester ? Bah, ce boulot était de toutes les manières ingrats, il ne valait pas la peine que je me préoccupe de plaire au patron.

Alors que mes pensées s’éparpillaient, j’eus un instant de lucidité qui me permit d’analyser froidement le rayon qui avait envoyé valser le koala. Ce n’était pas une balle, sinon elle l’aurait transpercé, et puisque ça s’était dispersé j’imaginais bien qu’il ne devait pas non plus s’agir d’un autre type de projectile issu d’une chose matérielle. La seule chose qui me venait à l’esprit était un fruit du démon. Éliminant d’office les Zoans, je me demandai tout de même s’il y en avait quelques-uns capables de tels prodiges.

Peut-être quelque chose qui convertissait l’air, une sorte de catalyseur permettant à son utilisateur de former un amas de particules solides pensant un laps de temps assez court, entourés d’une lumière dorée… Peut-être aussi de la lumière dans ce cas-là. Les logias étaient certainement mes pires ennemis lorsqu’il s’agissait de combattre : Je n’avais rien pour les stopper. Du Granit Marin ? Le Haki de l’Armement ? Non, je n’étais pas assez lupin ou entraîné pour cela.

Mes yeux se portèrent brièvement sur les bêtes à proximité pour voir si elles avaient fini leur repas, mais la plupart d’entre elles s’étaient déjà retourné vers moi. Si mon camarade avait accepté le contrat, je pourrais lui dire d’une voix détachée :

« - Moi, c’est Erwin Dog. Enchanté de te rencontrer, camarade. On dirait que tu vas avoir le boulot le moins ingrat. »

Tabasser des animaux ou ramasser des bouts de cadavres fragiles et pendants ? Au choix.
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1521
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
455/500  (455/500)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Mer 5 Nov - 1:18






Nettoyage de cadavres












Le jeune homme s’était imaginé sa première journée sur cette île, sur cette étape vers un futur encore plus glorieux et ardu comme une expérience beaucoup plus festive et bien moins morbide que celle-ci. Il s’était imaginé en train de festoyer dans une taverne, avec ses camarades, à s’enfiler des tonneaux de bières et goûter aux mets les plus chics qu’ils pourraient se payer mais, au lieu de cela, il se retrouvait au beau milieu d’une scène surréaliste, à discuter avec un homme qui ramassait des morceaux de cadavres comme si de rien n’était. Étonnant ? C’était un doux euphémisme. Il y avait des morceaux d’organes partout, des têtes par ici, des bras par-là, l’odeur métallique du sang embaumait l’air et cet inconnu restait là à faire le ménage, absolument pas dérangé par la proximité avec ces bêtes sauvages responsables de cet énorme carnage.
N’y avait-il personne pour chasser ces bêtes ? N’y avait-il pas de police ou de forces de sécurités pour protéger les habitants et faire respecter l’ordre et la discipline dans cette île ? Le jeune homme, balayant les environs de son regard de braise, fut surpris de ne rien voir de tout cela. Il supposa que les renforts viendraient bientôt, qu’un tel retard n’était qu’assez ordinaire pour une île de cette taille mais, en attendant, si son chemin l’avait mené jusqu’ici, il devait au moins faire quelque chose pour aider ce courageux jeune homme. Avait-il déjà laissé quelqu’un dans le besoin ? Oh que non ! Bien sûr que non.
La discussion s’enclencha et les deux hommes échangèrent un sourire malgré le côté glauque de la situation, avoir une prise de contact au milieu de cadavres et de sang rappelait étrangement au jeune Kyoshiro une situation survenue quelques jours plus tôt. L’interlocuteur du bretteur avait apparemment été embauché pour faire le ménage et, même si c’était salissant, cela ne semblait pas le gêner plus que cela, comme si ce n’était pas la première fois qu’il touchait un cadavre. Même si c’était un triste constat de notre violente société que de voir un homme si jeune être déjà blasé du concept de mort, le niais ne se laissa pas démonter pour autant et répondit à son camarade d’infortune :

« Ow, je vois. Tu veux un coup de main peut-être ? »

Kyoshiro n’était pas assez grossier pour aider quelqu’un dans un travail pour lequel il serait payé, sans lui demander son avis, car il pourrait donner l’impression de vouloir une partie du salaire alors que ce n’était pas vraiment le cas. Il voulait aider, tout simplement, sans rien demander en retour mais bientôt sa question fut balayée par le vent lorsqu’un homme arriva en appelant un « gars fort » et Kyoshiro supposa que ce devait être son nouveau camarade dont il devait parler.
Mais non, ce petit bonhomme vint se planter devant Kyoshiro et ce dernier écarquilla les yeux devant la surprise de cette petite révélation avant de lancer :

« Qui ça ? Moi ? »

On l’avait appelé de beaucoup de noms pendant toutes ces années, certains biens moins flatteurs que d’autres, mais jamais on ne lui avait jamais balancé sa propre force au visage comme un argument de vente. Il était surpris, surpris et agréablement surpris si bien qu’il ne put répondre grand-chose à la proposition de cet homme, pas grand-chose à part :

« Ah…euh…eh bien…d’accord, j’imagine. »

Il s’était proposé d’aider son camarade et voilà qu’il allait être payé pour protéger ce dernier, que pouvait-il demander de plus ? Certes il n’allait pas refuser cette offre car l’argent lui importait peu, mais être payé assurait sans dotue au commanditaire qu’il allait faire tout son possible pour accomplir sa mission. Si cet inconnu était assez riche pour payer deux hommes sans que cela ne le gêne, sans que Kyoshiro ne demande rien, ce dernier n’allait certainement pas refuser. Laissant son camarade s’atteler à ses sanglantes activités, le jeune homme se rapprocha de lui lorsque vit quelques têtes d’animaux se relever de leurs repas. Se tournant vers son camarade en guise d’introduction, il lui répondit tout en lui tendant sa main :

« Kyoshiro, enchanté également. Mais si tu veux on peut échanger, cela ne me gêne pas plus que ça de me salir. »

Ce n’était pas la première fois qu’il avait du sang sur les mains, c’était pénible sans être supportable et le seule risque qu’il prenait aujourd’hui était de salir sa chemise avec tout ce sang…il avait vu pire comme situation. Il ne savait pas encore si son camarade accepterait, mais i savait au moins qu’il avait du boulot car toute cette agitation venait de sortir quelques animaux de leur torpeur. Ni une ni deux, se redressant, le garçon s’avança vers eux et claqua deux fois dans ses mains comme s’il désirait avoir leur attention. Balayant l’assistance de son regard, il enchaîna avec :

« Allez les enfants, c’est pas tout ça mais je vais vous demander d’aller finir votre repas ailleurs. »
Quoi ? Non il savait bien que les bêtes ne pouvaient pas le comprendre mais il devait au moins essayer, non ? Mais malheureusement ce dialogue de sourd réveilla le même tigre que tout à l’heure qui laissa tomber un morceau de son dîner qui ressemblait à un torse, ou ce qu’il en restait, avant de fixer celui qui osait le déranger. Ce dernier, lorgnant cette bête d’un œil suspicieux, répondit :

« Range tes crocs, le grognon. Tu n’aimerais pas finir comme ton copain, le koala. »

Le grognon…ce fut sans doute le mot de trop, peut-être le seul mot que comprit la bête car aussitôt elle se redressa fièrement sur ses quatre pattes et poussa un rugissement puissant qui ne laissait présager vraiment rien de bon. Le jeune homme avait beau tenir sa position pour montrer à la bête qu’il n’avait pas peur d’elle, afin de ne pas passer pour une proie potentielle, cela n’empêcha pas le tigre de bondir vaillamment sur ce vil gêneur. Soupirant intérieurement l’espace d’un instant, déplorant le besoin de recourir à la violence, le garçon ne s’appesantit pas davantage et plongea son regard de braise vers son adversaire qui s’approchait dangereusement.
Le tigre était rapide et mû par son instinct qui le rendait imprévisible, certes, mais il ne faisait pas face à une proie apeurée aujourd’hui, il faisait face à un combattant expérimenté qui ne dévia pas son regard, pas même jusqu’au tout dernier moment. Bondissant au tout dernier moment en un pas de côté parfaitement maîtrise, le garçon se retint d’agrémenter le tout d’un rabaissant « couché » lorsqu’il décrocha un formidablement puissant direct du droit au tigre qui vint s’encastrer violemment contre le bâtiment de l’autre côté de la rue, rebondissant violemment contre le mur de pierre avant de retomber lourdement par terre, sans un bruit.
Si le tout était censé établir un silence presque religieux, clarifiant bien la situation, le coup du jeune homme eut l’effet totalement inverse. Voyant leur compagnon à terre, plusieurs des animaux se dressèrent sur leurs pattes, lâchant leurs repas tout en montrant leurs crocs à leur agresseur. Quand Kyoshiro vous disait que la violence ne menait jamais à rien de bon…








© Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3116
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
258/1000  (258/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Mer 5 Nov - 13:41

Nettoyage de cadavres [3]

Kyoshiro. Je fronçai les sourcils puis me contentai de sourire. Peut-être avais-je déjà entendu ce nom quelque part, mais ça m’échappait. Il me fit une proposition que j’aurais tôt faite d’accepter si les animaux n’avaient pas commencé à nous emmerder. Pourtant, sans faire plus attention à eux que ça, je continuai ma basse besogne. L’horreur d’un corps déchiré par la nature n’était pas une nouveauté, et l’amoncèlement de ces cadavres ne faisaient que me rappeler de mauvais souvenirs. Je perdis mon sourire en y repensant, adressant une expression froide et neutre aux carnivores. Le joyeux luron tenta de l’humour, mais cela ne m’arracha pas l’ombre d’un sourire. Mon visage était habité par cette petite pointe de dégoût que les hommes portent lorsqu’ils se rendent compte de leur propre faiblesse, ou lorsqu’ils se la remémorent.

« - Attention de ne pas les tuer, lançai-je sans grande conviction en jetant un corps dans la benne. J’aurai fini d’ici quelques minutes, ajoutai-je en voyant un animal sauter sur le jeune homme dont je ne craignais pas pour la vie. »

Une seule créature n’était rien d’autre qu’un petit amuse-gueule pour le guerrier émérite qu’il semblait être. Pourtant, la gueule du monstre s’ouvrait sur la mort comme la faucheuse abat sa faux sur les victimes désespérées. Un petit sourire s’arracha à ce moment-là sur mon visage, et je décidai de finir l’affreuse tâche que m’avait confiée l’homme plus rapidement qu’à l’origine. Mes mouvements se firent alors légers, et précis, comme lorsque je maniais mon arme. J’étais si envoûté par cette pseudo-danse mortuaire que mon regard ne s’arrêta pas sur la créature que je venais de dérangé : un crocodile à la vitesse fulgurante puisqu’il se retourna sur lui-même pour me faucher.

« - Oups. »

Sautant de justesse, j’atterris sur la gueule de la créature qui émit un petit cri de douleur avant de forcer sur sa mâchoire pour l’ouvrir en grand, m’obligeant à m’élancer en arrière avec habileté. Si ça avait été cet homme lumière, il aurait certainement pu en finir en un rien de temps, mais je n’avais pas les mêmes capacités que lui. La seule chose que je pouvais faire, c’était lui asséner un violent coup sur la mâchoire et l’envoyer dans les bras de Morphée.

J’aurais pu sortir mon arme à feu et lui faire exploser le cerveau en un rien de temps aussi, mais alors j’aurais sûrement eu toutes ces pseudos associations de défenses des animaux. Ou alors il fallait se débarasser du corps. Et des témoins. Est-ce que les animaux étaient des témoins valables ? Pouvaient-ils parler ? Je fronçai les sourcils tout en esquivant un second coup, continuant le nettoyage d’un mouvement distrait, moins coordonné mais tout aussi efficace.

« - Tu sais si les animaux ça compte comme des témoins oculaires ? Demandai-je à Kyoshiro, me dirigeant vers le dernier tas de morts qui trainait près du plus gros attroupement d’animaux féroces. »

Ni une, ni deux, toutes les créatures décidèrent de se jeter sur moi, sûrement pour me transformer en patée. Bon, je n’étais pas très consistant alors ils devraient se rabattre sur la moëlle de mes os, mais quelque chose me poussait à leur refuser l’honneur de dévorer mes entrailles. Je soupirai un instant alors de me servir du balais comme d’une lance, essayant d’imiter les mouvements de Jennifer, l’amie de Mike sur Micqueot. Le premier coup repoussa un lion à la crinière carmine qui fut envoyé directement dans le décor. J’étais encore loin, même très loin, d’un semblant de maniement comme venait de le prouver le craquement de la pelle-balai mais au moins, j’avais réussi l’exploit – pour ma part – de repousser un animal sans le tuer.

Alors, dans un soupir exaspéré, n’ayant pas envie de détruire mon outil de travail, je mis mon casque de musique sur les oreilles, dégainai mon arme à feu et tirai sur le sol. Un son strident empli alors la zone aux alentours et les animaux tombèrent comme des mouches tout en grognant. Je marchai alors tranquillement parmi les victimes de la cacophonie et finis d’enlever les restes de cadavres. Le son s’arrêta alors, et j’enlevai mon casque tout en lançant à Kyoshiro d’une voix amusée :

« - On dirait qu’on a fini notre boulot rapidement. »

Au moment où j’avais fini de parler, je vis un des animaux qui s’était caché pendant toute la durée de l’action se diriger, langue pendante, vers la benne où étaient entreposés les corps déchiquetés comme un homme affamé se dirigerait vers un imposant buffet. Quant à notre employeur, il avait étrangement disparu. Derrière nous, la porte de l’auberge s’ouvrit discrètement.
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1521
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
455/500  (455/500)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Jeu 6 Nov - 4:12






Nettoyage de cadavres












Même si cette première journée n’était pas aussi idéale qu’il l’imaginait, le jeune homme avait tout de même pu faire une rencontre assez sympathique et c’était là le signe que cette journée n’allait pas être aussi catastrophique que les évènements le montraient. Les deux hommes étaient réunis pour un travail au niveau de risque moyen et, même si son nouvel interlocuteur semblait ne pas vouloir que Kyoshiro attente à la vie des animaux, ce dernier lui répondit directement :

« Ce n’est pas mon intention, de toute façon. »

Le jeune bretteur était vraiment la dernière personne au monde à vouloir la mort de qui ou de quoi que ce soit, malheureusement il était aussi conscient que la situation pouvait parfois déraper au point de lui enlever cette liberté de choisir entre la vie et la mort, ne lui laissant que la possibilité de mort et la personne qui mourrait pour que l’autre puisse vivre. Mais non, aujourd’hui il espérait bien pouvoir réduire les pertes au minimum, les bêtes ayant déjà fait assez le ménage comme cela et bientôt Kyoshiro observa son camarade faire preuve d’une certaine agilité face à ce crocodile fort agressif.
Comment aurait-il pu deviner que son camarade pouvait être capable de se débrouiller tout seul, si magistralement bien ? Décidément Kyoshiro était bluffé et il fut plus surpris encore lorsque son camarade lui posa une question totalement incongru concernant la possibilité pour un animal d’être considéré comme un témoin. Témoin de qui ou de quoi ? Le niais ouvrit des yeux ronds comme des billes en regardant son camarade, avant de lui répondre sur un ton balbutiant :

« Hein ? Euh…je ne pense pas. Pourquoi ? »

Peut-être qu’il finirait par avoir une réponse à cette étrange question, mais pour l’heure lui et son camarade pouvaient souffler car leur dégoûtant travail était désormais terminé…ou du moins était-ce ce que se dit le niais en entendant la porte de l’auberge s’ouvrir, mais son regard se figea en voyant un gros et long serpent, dans le genre anaconda, glissa vers la benne de cadavres comme si l’odeur du sang l’attirait plus que tous les autres mets du monde. Inconscient de la présence d’humains ? Non ou alors il s’en fichait éperdument.
Mais l’esprit du jeune homme ne fit qu’un tour, bientôt des gens sortiraient de l’auberge et serraient la proie du serpent…et ce fut le cas car aussitôt le serpent se glissa vers l’entrée sous le regard apeuré des clients enfermés. Bondissant avec vivacité, le garçon se mit face au prédateur et ce dernier, surpris, se mit à trouver en Kyoshiro une proie potentielle mais imprévue. Il s’enroula tout d’abord autour de ses jambes avant de remonter le long du corps, tout cela sous le regard du bretteur lumineux qui se rendait compte à quel point la force de constriction d’un serpent pouvait être impressionnante. Il ne pouvait rien faire, il n’avait pas d’armes pour le trancher, par ses pistolets à portée pour abattre la créature et bientôt il dû se rendre au dur constat qu’il allait devoir user de son atout en public.
Se tournant dos au dénommé Erwin, afin qu’il ne puisse pas en voir plus qu’il n’ne avait déjà vu, le garçon posa ses mains sur le corps de son agresseur et celles-ci s’illuminèrent avant de relâcher une explosion contrôlée, quelques secondes plus tard. Même si cette explosion souleva un nuage de poussière, le jeune homme en ressortit dix secondes plus tard, toussant et déplora l’état de sa chemise désormais tâchée de rouge. À ses pieds, derrière lui, se tenait le corps du serpent qui était désormais divisé en trois morceaux aux longueurs inégales mais dont l’immobilité traduisait de leur nouvel état cadavérique.
Oh non, Kyoshiro n’était pas fier, cela se lisait dans son regard, mais entre un animal et un civil innocent il n’avait même pas à hésiter. Il se tourna alors vers son camarade et, regardant une fois encore sa chemise fichue, lui lança sur un ton dégoûté :

« Yerk, je ne m’y ferais jamais. »

Regardant les alentours pour voir si d’autres animaux restaient, il enchaîna ensuite par :

« Je crois que là c’est vraiment fini. Navré pour le côté…salissant. Bon, où est notre généreux employeur ? »

Son camarade en avait sué pour pouvoir ramasser tous les morceaux de corps, en précisant bien qu’il ne fallait pas tuer les animaux, et voilà que le jeune homme fut forcé d’en blesser un mortellement pour protéger quelqu’un. S’il faisait bien son boulot il aurait dû être capable de protéger ces hommes et de neutraliser ce serpent sans verser de sang, malheureusement cette déconvenue le ramenait à la triste réalité : malgré tout son pouvoir il avait encore un long chemin à parcourir. Serait-il un jour assez puissant pour ne plus recherche constamment à devenir plus fort, pour quelque raison que ce soit ? Il ne le savait pas, il n’y avait jamais réfléchi et savait que s’il se posait la question c’était sans doute parce qu’il était encore loin du bout du chemin.
Mais cela importait peu pour le moment, les deux hommes avaient réussi leur travail sans que cela ne demande trop de temps ou d’efforts et ils pouvaient désormais récolter leurs fruits de leur labeur. Malheureusement, balayant les environs de son regard de braise, le jeune homme ne put trouver son employeur à l’endroit où il était la dernière fois et, ressentant une désagréable sensation courir le long de sa colonne vertébrale, il se tourna vers son camarade et lui lança sur un ton assez incertain :

« J’ai la désagréable sensation de m’être fait avoir. Tu veux que l’on parte à sa recherche ? »

Le jeune homme demandait cela, bien entendu, car il aurait fait ce travail de toute façon, que ce dernier soit rémunéré ou non alors au final cela ne changeait pas grand-chose pour lui. Mais peut-être que la situation était plus désespérée pour son camarade dont il ne savait vraiment rien. Peut-être que ce jeune inconnu était plus dans le besoin que Kyoshiro, peut-être voyait-il en ce petit travail une opportunité de pouvoir manger à sa faim aujourd’hui et peut-être voyait-il ses espoirs s’envoler en même temps que son employeur qui s’était évanoui dans la nature. Alors non, même si le bretteur s’en fichait éperdument, il ne pouvait décidément unanimement de laisser tomber cette histoire et de passer à autre chose.









© Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3116
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
258/1000  (258/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Jeu 6 Nov - 22:25

Nettoyage de cadavres [4]

« - Je… me posais juste la question, avais-je répondu discrètement à sa réponse, toujours en pensant que c’était sûrement mieux si de toutes les manières ils ne pouvaient pas me porter atteinte. »

Mon regard avait commencé à chercher notre employeur, tandis que la benne à cadavres et le corps encore froid d’un serpent traînaient dans les environs. Je souris, fermant les yeux pour essayer de sentir où il était parti. Kyoshiro me parla à ce moment-là, et c’est au même moment que je sentis l’homme s’engouffrer dans la foule. Ça allait être difficile de le suivre. Et j’avais toujours une mission à accomplir, je m’étais trop facilement détourné de mon but. Bientôt, le compte en banque de l’île se renflouerait de deux cent quarante millions de berry, elle pouvait bien attendre quelques jours de plus.

« - Ce n’est pas la peine… En attendant, j’aimerais bien retrouver le propriétaire de ces animaux, et les remettre en cage avant qu’ils ne blessent quelqu’un. »

Au moment où j’eus fini de parler, un homme sortit de l’auberge. Epais, barbu, les joues rouges noyées par l’alcool et l’allégresse, une sorte de soulagement inscrit sur son visage. Je ne m’arrêtai pas à ses traits physiques, j’allai chercher sa voix, celle que j’avais entendue plus tôt. Il n’était pas seul dans le bar, mais maintenant si… La voix s’était éteinte. Et merde, ce gars… Lorsqu’il sortit, il me regarda avec un air comblé sur le visage. Alors, il sortit une arme pour me tirer dessus, comme si c’était naturel.

A ce moment-là, un autre coup de feu retentit, et le sang vint tâcher la porte derrière l’homme armé. Mes yeux se tournèrent vers la femme qui arrivait tranquillement, un sniper dans la main. Elle était d’une beauté époustouflante, comme sortie d’une autre dimension. Une robe d’un rouge carmin modelait ses formes comme celles d’une déesse, une fente au niveau de sa taille droite permettait d’observer sa jambe droite surmontée d’un collant qui assombrissait sa peau. Sa démarche élégante était agrémentée par des talons noirs et son décolleté outrancier.

« - On dirait que vous avez été mêlés à des affaires qui ne vous concernaient pas, les enfants. »

Je fus un instant pétrifié devant une beauté si inhumaine, mais mon regard réussit enfin à s’accrocher au sien tandis qu’elle semblait porter une attention particulière à Kyoshiro. Je n’étais pas jaloux, loin de là, mais je me demandais ce qu’elle lui trouvait. Son sourire séducteur me fit comprendre qu’elle allait chercher à obtenir quelque chose de lui. Elle ne semblait pas vouloir s’attarder sur des explications mais en regardant la benne, elle soupira longuement.

« - Notre Organisation avait une affaire à régler avec ces pirates… Les affaires des hors-la-loi ne sont pas tendres, et on dirait qu’un petit plaisantin vous a mêlé à nos histoires. Je vais appeler mes hommes pour finir ce travail, en attendant, est-ce que ça vous plairait de venir avec moi ? »

Elle avait une idée derrière la tête, j’en étais sûr à présent. Pourtant, cela m’intriguait plus que je ne le laissai paraître au premier abord, et je lui lançai sur un ton plus froid que je ne l’aurais voulu :

« - Qu’est-ce qui nous fait croire qu’on peut vous faire confiance ?
- J’étais embusquée là-bas, et j’aurais pu vous tuer pour éviter d’avoir des témoins… Superflus. Seulement, vous m’avez impressionné, et contrairement à cet idiot qui vous a laissé tomber, je pourrais avoir réellement besoin de votre aide.
- Pour faire quoi ?
- J’aimerais que vous retrouviez quelqu’un pour moi, une de mes… amies a été enlevée. J’ai besoin de gros bras pour s’introduire dans les bureaux de mon ennemi.
- Pourquoi avez-vous tué cet aubergiste ?
- Il en avait trop vu… Et juste avant qu’il ne rentre se cacher, une drogue lui a été injectée. Une drogue qui l’a poussé à tuer toutes les personnes qui étaient avec lui…
- Ozone, marmonnai-je en la fusillant du regard.
- Vous êtes bien informé, lâcha mon interlocutrice en souriant. Mais je ne suis pas responsable de cette injection. Quoiqu’il en soit, la personne qui a été enlevée est innocente. Je suis prête à payer énormément pour la revoir en vie.
- Comment se nomme-t-elle ?
- Sara. »
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1521
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
455/500  (455/500)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Ven 7 Nov - 21:55






Nettoyage de cadavres












La mission s’était terminée bien plus rapidement que prévue, peut-être que le niais avait espérait combattre des hordes d’animaux plutôt qu’un groupuscule mais il ne pouvait qu’être satisfait du travail accompli. Malgré la mort de ces pirates, mort qui ne pouvait que le chagriner, aucun civil n’avait trouvé la mort grâce à l’intervention de son camarade et de la sienne, comment pourrait-il ne pas être content de ce résultat encourageant ? Son camarade, par contre, semblait ne pas vouloir s’attarder à contempler la situation, préférant nettement l’action, ce à quoi Kyoshiro répondit :

« Oui, ne perdons pas de temps. »

Oui, aussi satisfait que cela puisse être de savoir qu’il avait aidé à sauver des vies, le garçon ne pouvait ignorer la possibilité que d’autres animaux soient en train de se balader dans les rues, mettant en danger des civils innocents. Acquiesçant de la tête pour montrer à Erwin qu’il le suivrait pour la suite des évènements, l’attention du jeune homme fut accaparée par l’apparition de ce fervent consommateur d’alcool qui ne fit pas long feu, abattu par un tireur isolé qui se fit connaître. De dos, le garçon reconnu le ton de la voix comme appartenant à une femme mais, malgré le fait qu’il se pensait préparé à tout voir, il resta subjugué devant cette sublime apparition.
Immobile, comme figé, le garçon ouvrit des yeux ronds de surprise face à une demoiselle d’une rare beauté et aux formes aussi élégantes qu’attirantes. Cette femme n’était juste pas jolie ou belle, elle avait un charme certaine, une aura de séduction émanait d’elle à l’attention de tous les mâles des environs et aujourd’hui elle avait jeté son dévolu sur ces deux hommes, hommes qui ne restaient que des enfants selon elle. Des enfants…sérieusement ?
Aussi sûre d’elle qu’elle semblait être, certaine de pouvoir tuer un logia alors qu’elle n’avait peut-être pas les projectiles nécessaires, la demoiselle semblait vouloir l’attention de ces deux individus et le niais, se concentrant pour garder une expression sereine et calme sur le visage, demanda :

« Pour ? »

La demoiselle semblait avoir besoin d’aide pour sauver quelqu’un sans doute et elle avait été impressionnée par la démonstration d’agilité et de combativité des deux hommes. Cependant Kyoshiro, voulant emmerder le monde jusqu’au bout, fronça légèrement les sourcils et répondit immédiatement à cette inconnue :

« Des enfants ont réussi à vous impressionner ? Vos critères de sélection doivent être extrêmement bas. »

D’ordinaire il n’aurait certainement pas relevé cette petite phrase mais il était passé de l’état de gars fort à celui d’enfant en l’espace de quelques minutes, il avait beau être jeune cela ne l’embêtait pas moins pour autant. Il n’aimait pas qu’on se moque de lui totalement gratuitement et sans raison, surtout après avoir donné un avant-goût de ce dont il pouvait être capable quand quelque chose en valait vraiment la peine.
Mais bientôt, bien trop rapidement, le jeune homme fut mis hors course lors de la discussion qui suivit car s’il ne pouvait que supposer l’importance que pouvait avoir la femme à sauver pour celle qui se trouvait devant lui, le sujet dériva sur une drogue et un nom qui ne manqua pas de provoquer l’incompréhension du niais. Ce dernier se tourna vers son camarade et lui demanda :

« Ozone ? Pourrais-tu éclairer ma lanterne ? C’est le nom de cette drogue ?»

Le jeune homme était nouveau sur cette île et, n’ayant pas eu le temps de partir à la récolte d’informations, ce nom d’Ozone ne lui disait strictement rien. Comment pouvait-il espérer pouvoir aider s’il ne connaissait pas tous les détails de la situation ? Son camarade semblait plus informé que lui, bien plus informé car il était probablement présent sur cette île depuis un petit moment déjà. Serait-il enclin à partager des informations sur cette drogue, ou sur ce qu’il connaissait d’elle et de ses effets, à son compagnon d’infortune ? Kyoshiro espérait silencieusement que oui. Quoiqu’il en fût, même si la demoiselle ne semblait pas assez polie pour se présenter aux deux hommes dont elle requérait les services, elle semblait avoir une bonne raison de vouloir les engager : sauver une amie. Que demander de plus ? LE garçon savait bien jusqu’où il était capable d’aller pour sauver quelqu’un, il en avait fait l’expérience quelques jours plus tôt et ne fut donc pas plus étonné que cela que cette femme n’ait pas hésité à tuer cet ivrogne si cela lui permettait de sauver son amie.
Comment Kyoshiro pouvait-il lui jeter la pierre alors que lui-même avait aussi tué pour réparer une erreur ? Non, même si cela lui faisait mal d’admettre qu’il ne pouvait pas en vouloir à une meurtrière, il devait bien avouer qu’il serait le plus grand hypocrite de ces mers s’il refusait cette mission pour ce seul motif. Soupirant intérieurement, tout tiraillé par ce dilemme qu’il était, il se tourna vers cette sublime créature drapée de rouge et lui demanda :

« Et où se trouve ce fameux bureau ? »

Oui, ces mots signifiaient simplement que le jeune homme acceptait d’aller faire un tour à ce bureau pour voir ce qu’il pouvait faire. Se fichant pas mal d’être payé ou non, vu le peu d’intérêt qu’il portait à l’argent, il espérait simplement arriver à temps pour sauver l’amie de cette femme…il espérait arriver assez tôt pour que cette personne ne soit pas aussi blessée que la femme pour laquelle il avait lutté, quelques jours plus tôt.
Bientôt la localisation de la cible de Kyoshiro serait connue et ensuite il irait, avec ou sans son camarade mais il irait car il aurait au moins eu l’impression de faire une bonne action aujourd’hui. Oui, les animaux ne comptaient pas vraiment.









© Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3116
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
258/1000  (258/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Ven 7 Nov - 23:35

Nettoyage de cadavres [5]

La femme lança un sourire déstabilisant à Kyoshiro sans relever sa pique. Le rouge qui entourait ses lèvres faisait ressortir celles-ci, obligeant chaque regard à se poser sur l’indissociable figure sanguine qui semblait ressortir de son apparence. Cela provoquait chez moi un effroi à peine caché, un frisson d’horreur. Elle m’attirait autant qu’elle m’effrayait. Mon regard se posa à nouveau sur sa robe qui mettait en valeur sa poitrine aux contours ensanglantés. J’inspirai profondément, avec de revenir à la réalité quand Kyoshiro posa sa question. Sans laisser à notre interlocutrice le temps d’inventer un quelconque bobard, je sortis la vérité d’une traite, ne pensant nullement aux conséquences :

« - C’est une drogue créée par un groupe pharmaceutique aujourd’hui exilé sur le Nouveau Monde, sans localisation précise. Elle… altère la perception de toutes créatures vivantes, amplifie les réflexes, les muscles, dans le but de créer des guerriers parfaits. J’imagine que cet homme a ingéré une version antérieure de la drogue qui provoquait des délires, psychoses et poussait même les faibles d’esprit au carnage, n’est-ce pas ? »

C’était une question rhétorique, j’étais parfaitement au courant de ce qui venait de se dérouler ici, autant pour la drogue que pour l’entreprise, et leur incapacité à trouver un remède à cette perte de stratégie qu’ils essayaient tant de combler. Les drogués étaient incapables de travailler en groupe, cela les rendait inutiles sur un champ de bataille, et s’ils voulaient commercialiser leur produit, ils devaient régler ce petit détail qui avait coûté la vie à tellement de personnes. Ronchonnant, je faillis sortir une nouvelle fois mon arme de mon holster mais je me résolus finalement à aller sauver cette jeune fille d’abord pour savoir ce que nous allions pouvoir faire pour elle.

Lorsque mon camarade du jour eut accepté, la femme très bien habillée me tendit un papier avec indiquer un Groove et une adresse. J’avais vécu assez longtemps ici pour savoir que cet endroit n’était décidément pas mon favori. J’eus un instant une moue réprobatrice avant de me rendre compte que la réfléxion poussée n’était pas réellement demandée. Nous avions juste à pénétrer dans le bâtiment, et trouver la fille.

« - Pas un bureau, dis-je à l’intention de Kyoshiro. Nous allons au restaurant. »

Tout en disant cela, je m’éloignai de notre séduisante donneuse de quête. La partie allait commencer, et elle n’était apparemment pas prête de s’arrêter.

Quelques minutes plus tard, le bâtiment fut proche. Son enseigne pâle détonnait complètement avec les personnes qui entraient dans le restaurant, classes et dignes, sophistiquées en quelques sortes, sûrement des crapules sans cœur qui se délectaient des charmes physiques sans jamais penser à une quelconque moralité.

« - Ce restaurant est dirigé par une famille de hors-la-loi, des mafieux nommés Wolves. Leurs plats sont délicieux si on omet le fait qu’ils ont une fois mis un poisson très puissant dans les assiettes de tous les clients… S’ils gardent cette Sara, elle doit se trouver dans les cuisines. Malheureusement, je ne suis pas très bon pour faire diversion, il faudrait que tu le fasses si ça ne te dérange pas… Pour ça, il faut juste obliger un maximum de monde à sortir dans la salle principale du restaurant. Une fois que j’aurai fini, je déclencherai l’alarme incendie. Pour entrer, j’attendrai bien sûr que les gardes de derrière soient appelés… Sinon, on peut aussi foncer dans le tas. »

Abandonnant Kyoshiro après un « Fais ton choix. » discrètement placé, je me rendis près de l’arrière de la boutique. Deux hommes étaient positionnés là, en train de jouer aux cartes sur un tonneau sûrement vide, assis sur des tabourets presque à même le sol. Ils semblaient heureux de pouvoir échanger quelques mots, leurs armes négligemment posées à leurs pieds. Il m’aurait été très facile de les abattre. Fermant les yeux, je concentrai mon Haki sur l’intérieur du restaurant. Les clients étaient relativement nombreux, ou du moins beaucoup de personnes étaient assises aux tables du commerce. Dans la cuisine, il y avait une demi-douzaine d’hommes, ainsi que trois personnes isolées. Étaient-ils dans une salle à part ? Je fronçai les sourcils en rouvrant les yeux. L’un des gars gueula qu’il devait aller pisser et se dirigea vers l’endroit où j’étais posté. Je me décalai sur le côté rapidement, de sorte à être invisible à ses yeux, caché par une racine imposante.

Il bailla longuement avant de baisser disgracieusement son froc tandis que je détournais le regard, n’entendant que le bruit désagréable d’un homme en train d’uriner. L’intime devrait rester intime. Lorsqu’il gueula à son collègue quelques anecdotes sur sa femme et leur vie sexuelle, j’eus presque envie de sortir et de l’assommer, mais je me retins. Un signal, le choix de Kyoshiro, allait diriger nos prochaines actions.
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1521
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
455/500  (455/500)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Sam 8 Nov - 23:31






nettoyage de cadavres












N’ayant que très peu d’expériences positives avec les représentantes du sexe opposé, le jeune niais fut aisément sous le charme de cette femme qui semblait tout droit sortie d’un rêve tellement sa beauté semblait irréelle et hors d’atteinte. Était-il en train de rêver ? Non, il n’eut même pas besoin de se pincer pour se rendre compte qu’il n’était pas en train de dormir mais qu’il était simplement en la présence d’une femme d’une rare beauté qui devait user de ses charmes pour parvenir à ses fins. Comment l’en blâmer ? La nature l’avait dotée d’un corps à la silhouette attrayante et aux formes plus qu’avantageuses, elle aurait eu tort de cacher ce don de la nature derrière d’amples vêtements comme une beauté qui s’ignore. Il aurait pu rester des heures à la regarder, à l’admirer sur toutes les coutures sans jamais se lasser un seul instant mais ce fut l’étonnante concentration de son camarade qui réveilla subitement la sienne, comme une violente claque ayant pour seul but de le ramener à la réalité.
Cette femme était peut-être belle mais le jeune homme n’était pas venu initialement pour contempler toutes les femmes qui croiseraient sa route, il s’était arrêté ici car il savait qu’il pourrait se rendre utile et c’était exactement ce qu’il avait l’intention de faire. Secouant la tête pour arrêter de fixer le visage de la demoiselle ainsi que sa généreuse poitrine savamment mise en valeur, le garçon se tourna vers son camarade qui lui expliqua tout ce qu’il savait sur cette fameuse drogue et ce fut un euphémisme de dire que cette nouvelle surprit et dégoûta le garçon. Il n’avait jamais vraiment compris l’intérêt d’une drogue et la volonté d’en consommer, avaler une substance pour tenter d’échapper à la réalité était une chose que le garçon n’arrivait pas à concevoir car il avait toujours fait face à la rigueur de la vie.
Non, ce n’était pas seulement les effets de cette drogue sur l’esprit humain qui révulsaient le jeune homme mais également les effets sur un corps qui n’était pas censé subir de tels changements. Un guerrier parfait devait se former à force de temps, d’entraînements acharnés et de dévotion à un objectif précis. Quel mérite y avait-il à tricher pour devenir plus fort ? Non, vraiment, sa fierté de guerrier et de samouraï ne pouvait clairement pas cautionner la création et l’utilisation d’une telle drogue. La drogue ne faisait qu’affaiblir l’esprit d’hommes déjà faibles, les transformant en meurtrier ou en choses qu’ils n’étaient pas, leur faisant faire des choses parfois impardonnables et cette idée d’en propager la consommation révulsait le garçon au plus haut point. Un jour, un jour peut-être il s’attèlerait à la traque de ces marchands de mort et de souffrance.
Les deux garçons se mettant en route, Kyoshiro écouta son camarade lui annoncer leur prochaine destination et ne manqua pas de lui demander, comme s’il n’avait pas bien entendu :

« Au restaurant ? »

La demoiselle avait parlé d’un bureau, quelques secondes auparavant et voici qu’on lui parlait d’un autre lieu, d’un restaurant vers lequel Erwin était en train de le mener, calmement, silencieusement. Qu’espéraient-ils y trouver ? Kyoshiro ne le savait pas mais resta attentif lorsque, arrivant devant le bâtiment, son compagnon d’infortune lui expliqua la situation. Ce n’était pas un simplement restaurant et, de ce qu’il en comprenait, ses propriétaires n’étaient pas des anges du tout, et il était probablement que la femme recherchée soit retenue ici ou au moins dans l’arrière-boutique. Son camarade lui exposa un plan, une idée dans laquelle Kyoshiro pourrait faire diversion mais aujourd’hui il n’avait pas envie d’être subtil et il expliqua pourquoi à son ami :

« De ce que tu me racontes ces hommes sont loin d’être de bons samaritains, nous n’avons pas vraiment de raison de prendre des gants avec eux. Si on ajoute à ça l’empoisonnement et l’enlèvement, c’est peut-être un peu présomptueux de ma part mais ils méritent ce qui va leur arriver. Tu ne crois pas ? »

Oui, cela ne ressemblait pas à un discours que le gentil bretteur aurait tenu d’ordinaire mais les derniers jours avaient réussi à le changer plus qu’il ne l’avait imaginé, peut-être ne s’en rendait-il même pas compte mais neutraliser des gens vraiment maléfique ne le gênait désormais plus le moins du monde. C’était la bonne chose à faire, il le savait pertinemment et ne laisserait pas le culte qu’il vouait à la vie se mettre en travers de son chemin. Cela ne lui apporterait rien de bon…vraiment rien.
Les deux hommes firent preuve d’une furtivité assez relative et, s’arrêtant en voyant un homme en train de se soulager, Kyoshiro fit preuve d’une subtilité qui le caractérisait bien en sortant de sa cachette et, pointant un point haut dans le ciel, il hurla à l’attention des deux hommes :

« Regardez ! Un homme-poisson rose volant ! »

Tout autant surpris par l’arrivée de cet inconnu que par sa déclaration, les deux hommes levèrent la tête et aussitôt le niais se dirigea vers celui qui n’était pas partie se soulager, bondissant sur lui et lui attrapant la tête avant de la fracasser violemment à travers le tonneau. Oh oui, ce bruit ne passerait pas inaperçu auprès de l’autre homme, celui au pantalon baissé, mais le bretteur espérait que son camarade s’occuperait volontiers de ce dernier.
Bientôt l’entrée serait libre et les deux hommes pourraient pénétrer par l’arrière avec une discrétion assez sommaire.








© Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3116
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
258/1000  (258/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Dim 9 Nov - 11:25

Nettoyage de cadavres [6]

La diversion de Kyoshiro semblait tout droit sortie d’une mauvaise blague alors qu’il m’accompagnait à la porte de derrière pour prendre de revers les « méchants » comme on pourrait tout simplement les appeler au vue de leur rôle dans cette affaire. Lorsque l’homme le plus proche de la porte fut assommé, il ne restait plus qu’à s’occuper de celui à la braguette baissée. Je ne pris pas de pincettes pour l’assommer contre la racine auprès de laquelle il se trouvait, et sa tête rencontra le bois humide. Lorsqu’il tomba au sol, des insectes grouillants s’étaient attachés à ses dents. C’était à la fois écœurant et intéressant, je me demandais s’ils étaient carnivores. Mais en les voyant se diriger vers le sol pour fuir l’haleine de leur victime, je constatai que non, même eux ne mangeaient pas tout et n’importe quoi.

Me tournant vers mon camarade, je lui lançai un sourire à moitié amusé. Il était rare que je passe plusieurs semaines d’affilés à faire les gros yeux et à démontrer ma force. Cela ne m’était arrivé que deux fois de maintenir ce sérieux constant : Une fois lorsque j’étudiais à l’Archipel Shabaody avec mon maître d’arme et ces dernières semaines, depuis la capture de Kotaro où les emmerdes semblaient s’accumuler au point où le Gouvernement Mondial nous avait même menacé. Au final, pour moi ces personnes pourraient tout aussi bien être des « méchants ». Je soupirai longuement avant de tirer mon revolver, montrant ma principale arme de combat, une arme faite pour tuer, cachée jusqu’à présent.

« - Bon, je passe devant, dis-je en remarquant que personne ne sortait. L’objectif est de sauver la demoiselle, pas de maraver du hors-la-loi, donc dès qu’on a la fille, on se barre. »

J’avais dit cela avec un certain sérieux. Mon sourire s’était à nouveau éteint. Mes lèvres ne bougeaient plus qu’en accord avec le reste de mon corps. C’était une manière de me préparer au combat qui allait venir. Ouvrant en grand la porte, je vis le regard stupéfait de plusieurs cuisiniers qui arrêtèrent leur œuvre en levant les mains et en reculant doucement à la vue dissuasive du calibre que je tenais dans les mains. Mais la petite victoire fut de courte durée quand l’un des hommes lança un couteau à une vitesse ahurissante, celui-ci recouvert de Haki de l’Armement, visible à l’œil nu grâce à la fine couche noire sur l’objet. Je me baissai d’un coup, avant de tirer une balle qui rebondit plusieurs fois avant d’aller se ficher dans la main du lanceur de couteau. Celui-ci ne l’avait pas vu venir, mais mon esprit relativement affûté avec calculer la trajectoire que prendrait la balle dans le feu de l’action. J’étais rassuré de voir que le ricochet était finalement utile.

« - Ne bougez plus ! On veut juste Sara ! »

Les hommes parlèrent dans une langue qui m’était inconnu, ou dans un langage du moins assez éloigné du nôtre.

« - They are with Oberyon, stop them ! »

Alors que mon regard se porta sur les hommes de droite, je constatai que certains d’entre eux hésitaient à nous attaquer. Mais lorsqu’un « Now ! » surgit de la bouche d’un des hors-la-loi, tous se dirigèrent vers nous, divisés en deux groupes, comme offerts à notre merci ou à notre colère. Je pris celui de droite, et n’eus aucun mal à m’en défaire. Si nos ennemis n’étaient pas forcément intelligents, ils avaient le mérite de tenter une approche directe qui nous faisait gagner un temps fou ! Mais tandis que mon Haki était concentré sur eux, je sentis les voix à part s’éloigner de nous, l’une d’entre elle relativement confuse.

« - Et merde, ils se barrent avec Sara ! Lançai-je à Kyoshiro. »

Utilisant mon arme pour les handicaper rapidement, je passai au-dessus des hommes et ouvris la pièce dans laquelle ils se trouvaient quelques instants plus tôt. C’était un bureau, avec de la paperasse par terre et une trappe fraichement ouverte. Sans attendre mon camarade je m’y engouffrai vivement. Mon corps chuta tandis que mon regard fut plongé dans l’obscurité, une petite lumière au loin m’indiquant que nos ennemis étaient encore proches… Commençant à avancer à tâtons, je me perdis peu à peu dans des ténèbres plus oppressantes que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1521
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
455/500  (455/500)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Mar 11 Nov - 4:41






Nettoyage de cadavres












Malgré le côté sérieux et dramatique de la situation dans laquelle il était plongé, il n’y avait rien en ce bas monde qui pourrait venir définitivement à bout du franc sourire du jeune homme ainsi que de sa bonne humeur maladive. Même si son visage montrait parfois des émotions différentes, le cœur du jeune homme n’avait jamais cessé de sourire à la vie car il ne voulait surtout pas faire partie de ceux qui finissaient par être abimés par la vie et blasés de cette dernière. Oui la vie était parfois difficile, elle mettait parfois sur la route des obstacles qui semblaient insurmontables mais l’important était de ne jamais perdre espoir en la certitude qu’après les ténèbres viendrait toujours la lumière. Peut-être pas le lendemain, peut-être pas le surlendemain mais des jours meilleurs se profilaient toujours à l’horizon…il fallait simplement se montrer patient et laisser au temps le temps de faire son office.
Oui le garçon pouvait parfois paraître en colère, énervé ou concentré comme c’était le cas ici mais jamais rien en ce monde ne parviendrait à entamer sa joie de vivre et son émerveillement perpétuel. Qui d’autre que lui, un éternel joyeux, serait capable d’user d’une blague aussi minable et enfantine que celle-ci pour détourner l’attention de quelqu’un ? Et qui d’autre que lui parviendrait effectivement à détourner l’attention avec une blague aussi minable ? Lui…il n’y avait vraiment que lui.
Sa distraction avait vraiment marché et le jeune bretteur fut soulagé de voir que son camarade s’était occupé du second homme, ledit camarade dégaina également une arme et expliqua au jeune homme qu’il voulait aller à l’essentiel. Pensait-il que le niais avait soif de sang pour penser avoir besoin de lui expliquer l’évidence même ? Fronçant légèrement les sourcils devant l’énonciation de cette évidence, Kyoshiro renchérit avec :

« Bien sûr. Même s’ils le mériteraient peut-être, je n’ai aucune intention de faire couler du sang si ça peut être évité. »

Même si cela tombait sous le sens, ça allait tout de même mieux en le précisant. Aussi mauvais que soient ces hommes qui se trouvaient dans ce bâtiment, quoi qu’ils puissent faire ou dire, le jeune homme se haïrait s’il commençait à jouer leur jeu et à commencer à tuer simplement parce qu’il en avait l’envie ou la possibilité. Il ne pourrait plus jamais se regarder dans un miroir sans voir autre chose qu’un monstre s’il se mettait à tuer tous ceux qui avaient le malheur de le gêner…il ferait donc le strict nécessaire pour sauver cette fille. NI plus, ni moins. Bientôt le deux hommes pénétrèrent dans ce qui semblait être la cuisine et, voyant des couteaux voler de part et d’autre de sa tête, le garçon reconnu ces étranges plaques qu’il avait déjà croisées par deux fois. Ne sachant toujours pas ce que c’était, il fronça les sourcils car il commençait à avoir une petite idée de la dangerosité de cette mystérieuse capacité.
Malheureusement il eut d’autres soucis car en plus d’être paniqués et agressifs, les hommes dans ce bâtiment semblaient parler un langage inconnu aux oreilles de Kyoshiro qui, surpris, leur demander :

« Vous pouvez répéter ? J’ai peur de ne pas comprendre. »

S’il ne comprenait pas un seul de ces mots, l’intonation suffisait parfois pour comprendre l’intention qui se cachait derrière un mot. En entendant un étrange mot sortir de la bouche d’un de ces hommes, le niais avoua :

« Ça par contre, j’ai compris. »

Voyant les ennemis foncer vers lui et son camarade percer à travers la mêlée, le bretteur suivit l’exemple de l’homme au pistolet et fonça sur les ennemis, usant de quelques mouvements de corps à corps basiques pour se défaire de ces pots de colle avant d’entrée dans cette mystérieux pièce et de pénétrer dans ce sombre tunnel, quelques mètres derrière son compagnon d’infortune. Il faisait noir, de plus en plus noir et si les bruits des pas lointains étaient à peine perceptibles, Kyoshiro ne voyait plus trop où il allait. Ni une, ni deux, posant la main sur l’épaule de son camarade, il dépassa ce dernier avant de lui expliquer :

« Si cela ne te dérange pas je passe devant, histoire de voir où nous allons. »

Fermant ses yeux un instant pour se concentrer sur quelque chose qu’il avait toujours voulu essayer, le garçon rouvrit ses paupières et ses yeux brillaient désormais d’une lumière encore plus imposante et perçante qu’une lampe torche. C’était magique, tout simplement magique, il arrivait à voir aussi bien voire mieux qu’en plein jour sans être ébloui pour autant…son camarade se demanderait sans doute ce qu’il trafiquait devant, mais ce n’était pas important car il voyait désormais les dos de quelques fuyards, au loin. Joignant ses mains en porte-voix autour de sa bouche, le garçon lança à haute et intelligible voix :

« Ohé ! Vous pourriez vous arrêter ? Nous aimerions juste discuter. Ohé ! Euh…s’il vous plait ?»
Il savait bien que ces fuyards ne se retourneraient pas s’il s’était montré agressif et peu avenant mais il fut on ne peut plus déçu de voir que même les bonnes manières ne fonctionnaient pas. Pire, elles semblaient provoquer l’agressivité de l’un de ces hommes qui dégaina un pistolet et fit feu en pleine course, ratant les deux hommes à cause de son impossibilité de viser tout en courant.
Fronçant les sourcils tout en accélérant sa course, le garçon se lança à lui-même :

« Voilà qui est grossier. »










© Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3116
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
258/1000  (258/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Mar 11 Nov - 23:16

Nettoyage de cadavres [7]

Kyohiro était passé devant pour illuminer le couloir ténébreux, son pouvoir était décidément quelque chose en rapport avec la lumière, j’en étais à présent certain. Mais là encore je n’étais pas certain : S’agissait-il d’un Logia ou d’un Paramecia ? Ne me posant que brièvement la question, je continuai à avancer tandis qu’il tentait d’interpeler les fuyards. Inutile, ces couards venaient déjà d’accélérer la cadence, mais à présent la visibilité était bien meilleure. Je pouvais aller d’étape en étape en me téléportant, pour éviter qu’ils n’arrivent à l’autre bout du tunnel. Quand je pensai à cette probabilité, l’un d’entre eux s’arrêta et se retourna vivement. Ni une, ni deux, il frappa le mur de son poing. Le tremblement qui s’en suivit fut remarquablement puissant. On aurait dit que la terre se fendait en deux à cet instant-là. Saisissant mon camarade que j’espérai toucher à temps pour l’emmener avec moi, je disparus à l’extérieur du bâtiment et sans m’inquiéter de savoir s’il était à mes côtés, je me tournai dans la direction qu’avait suivie le tunnel en dehors du restaurant.

Les corps évanouis des deux hommes étaient encore étalés par terre, mais quelqu’un avait dû passer par là parce que le froc de celui qui pissait avait été remonté pour masquer ses disgracieuses fesses. Sans m’arrêter sur ce détail, je me mis à courir à toute vitesse dans la direction que j’avais réussi à calculer. Être navigateur avait ses avantages, principalement quand il s’agissait de savoir se repérer… Chose pour laquelle je n’étais malheureusement pas tout le temps doué, comme me l’avait prouvé une de mes aventures sur l’Archipel de Gekko. Continuant ma course jusqu’à arriver à une maison sous laquelle passait le tunnel, je me concentrai pour repérer les voix des malfaiteurs. Ils étaient ici, la personne qu’ils transportaient avec eux.

« - C’est parti, soupirai-je en pointant mon arme vers la fenêtre. »

Je savais où ils étaient dans la pièce, le challenge était donc de les atteindre avant qu’ils ne remarquent ma présence. Heureusement, encore une fois j’étais armé de balles ricochets. Il me fallait viser leurs tendons, d’abord ceux des bras puis des jambes, mais pour cela je devais être parfaitement sûr de mon coup. Finissant par baisser mon arme, je pensai à tous les obstacles et tous les ricochets qui allaient être faits… Alors, après m’être décidé à tenter le sort, je tirai quatre balles d’affilés à des points divers. Entendant des voix graves hurler, je compris que j’avais touché ma cible. Ils étaient sûrement handicapés des bras à présent, et ça valait le coup de m’introduire brutalement à l’intérieur de la maisonnette.

« - Libérez la jeune fille ! »

L’ordre était sorti de lui-même lorsque j’avais fracassé la fenêtre pour atterrir juste devant eux, mon arme pointée sur eux de manière menaçante. La créature sensuelle qui devait nous accueillir était différente de l’image que je m’en faisais, et je reculai d’un pas en la voyant s’avancer vers moi, ses grosses lèvres entourées de duvet. Les deux hommes étaient à terre… La « demoiselle » en détresse avait l’air ravie de son sauvetage, mais ce qui m’inquiétait réellement c’était les blessures de ses agresseurs qui n’avaient pas été infligées par des balles. Enfin, à vrai dire cette pensée était assez secondaire, elle ne relevait que de mon esprit qui avait tendance à analyser la situation dans sa globalité et à se concentrer sur un détail pour s’évader…

La seule question possible était : S’agissait-il réellement d’une fille ? En dessous de sa robe qui semblait avoir été cousue dans un rideau de douche à la va-vite, il y avait des jambes velues, des pieds semblables à des palmes… Et ses bras, je ne pensais pas qu’il était plus d’en avoir de si virils. Si on omettait tout ça ainsi que sa mâchoire carrée, ses dents jaunes et ses yeux trop grands, on pouvait presque avoir un semblant de fille… Dans la robe ? Ses seins par ailleurs n’avaient pas vraiment de formes, soit ils tombaient soit ils n’existaient pas, ou alors c’était l’ampleur de son habit qui les rendait impossible à percevoir… Quoiqu’il en soit, tout ça m’avait fait oublier Kyoshiro. Et à présent que je me trouvais devant la demoiselle à sauver, je n’avais pas d’autre envie que de fuir. Un mince regret était aussi présent, celui qui me disait que je n’aurais jamais dû accepter cette mission…

« - Sara ? »

L’Okama, elle ne pouvait appartenir qu’à cette communauté, réagit à ce nom en rougissant et je fus choqué de cette révélation. Est-ce que ça l’adoucissait, entendre son nom sifflé par mes lèvres ? J’avais envie de pleurer, là, maintenant, mais je me retins, déglutis un long moment et reculai encore jusqu’à ce que le mur soit le dernier obstacle à ma liberté. Bordel, j’étais trop jeune pour ça ! Fermant les yeux, j’entendis mieux encore le glapissement de la demoiselle en détresse, et tout à coup j’en vins à me rendre compte que ma mission n’était pas terminée, il fallait la ramener auprès de la véritable bombe.

« - On a été envoyé par une jeune femme qui veut te revoir maintenant ! Ne tardons pas, il vaudrait mieux y aller… »

Mais aller où ? Elle devait bien le savoir…
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1521
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
455/500  (455/500)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Jeu 27 Nov - 15:29






Nettoyage de cadavres












Si, techniquement, cela faisait bien des années que le jeune homme était entré en possession d’un fruit du démon parmi les plus rares et les plus prisés sur ces mers, l’un de ceux lui permettant de transformer son corps tout entier en un élément et d’en gagner les propriétés, il ne l’avait vraiment réalisé que quelques jours plus tôt et chaque jour était une nouvelle découverte pour lui. Si son gardien, son protecteur, lui avait ravivé les souvenirs de quelques techniques utiles liées à son fruit, le jeune bretteur s’était débrouillé pour découvrir le reste par lui-même et pour en apprendre un peu plus sans que personne ne lui vienne en aide. Qui le pourrait, de toute façon ? Seul un logia pouvait vraiment comprendre tout le potentiel d’un autre logia et, malheureusement, le jeune homme n’en connaissait pas vraiment sauf peut-être cette jeune femme avec qui il s’était battu quelques jours plus tôt.
Il aurait pu lui demander aide ou conseil, il aurait dû lui demander comment elle était arrivée à maîtriser et exploiter le plein potentiel de son fruit aussi bien qu’elle l’avait montré lors de leur combat contre le demi-frère de leur capitaine, cela aurait été la plus sage des décisions mais il n’en fit rien. Il ne désirait pas être sage, ni même prudent : il désirait être fort. Il avait été confronté à l’échec et à la limite de ses capacités de sabreur pour la première fois de sa vie mais désormais une gigantesque porte s’était ouverte devant lui, lui montrant la voie d’un chemin encore plus interminable qu’avant. Il avait un si gigantesque potentiel enfoui en lui et dont il ignorait tout, une telle force qu’il désirait apprivoiser par lui-même sans qu’on ne vienne lui tenir la main comme l’enfant qu’il n’était plus depuis bien longtemps. Capable de générer des rayons destructeurs ou de créer des armes faites de la lumière la plus pure, les capacités de ce fruit s’étaient révélées incroyables jusqu’à maintenant et, bien décidé à continuer sur sa lancée, le garçon avait fouillé dans son imagination et avait éclairé ce sombre de tunnel…de ses yeux. Quoi ? Certes, ce n’était pas vraiment impressionnant mais un pouvoir pouvait se révéler utile sans forcément en mettre plein la vue à toute l’assistance, n’est-ce pas ?
Il pouvait manier la lumière et cela ne se limitait pas à concentrer cette énergie pour en faire un instrument de destruction, l’usage premier de la lumière n’était-il pas de voir dans des lieux où seules les ténèbres régnaient ? Et dans ce couloir où les ennemis avaient déjà pris une avance certaine, lui et son camarade ne voyaient pas à dix mètres et ce fut donc l’occasion parfaite d’expérimenter ce nouvel usage de son fruit. Oh oui il devait paraître totalement ridicule avec ses yeux qui émettaient la même lueur qu’une torche, cependant l’efficacité primait toujours sur l’aspect esthétique de ses actions…Il s’était toujours fiché de ce que les autres pouvaient penser de lui et ce n’était pas aujourd’hui que ça allait changer.

Une fois les ténèbres dissipées, il poursuivit donc sa petite course à travers cet étroit couloir en se doutant bien que son camarade, derrière lui, aurait probablement envie d’avoir des explications sur ses étranges capacités. Comment l’en blâmer ? Ou du moins était-ce ce que pensait le jeune bretteur jusqu’à ce que son mystérieux camarade ne le touche et ne le transporte dans un tout nouvel endroit. Surpris, légèrement hagard, ses yeux reflétant sa totale incompréhension, le jeune Kyoshiro essaya de comprendre ce qu’il venait de se passer.
Il était rapide, il devait posséder un des fruits les plus rapides de ce monde cependant même lui n’était pas capable de s’éclipser de la sorte jusqu’à un endroit qu’il n’avait pas encore visualisé. Apparemment il n’était pas le seul à avoir quelques particularités, pas le seul qui aurait peut-être besoin de quelques éclaircissements. Mais ce n’était pas le moment car les deux hommes avaient encore fort à faire. S’adaptant à son nouvel environnement en le balayant de son regard de braise, le bretteur suivit son mystérieux camarade  jusqu’à une maison où il fit une entrée que l’on pourrait qualifier de…remarquée. Tirant à tout va avec d’étranges projectiles, le jeune home pénétra dans la maison et appela à haute voix la femme qu’ils étaient tous venus sauver. L’avait-il trouvée ?
Lui emboîtant le pas, le garçon pénétra dans la maison et se trouva décontenancé par ce qu’il eut sous les yeux. Les hommes blessés, à terres, n’étaient pas la source de sa surprise mais bien l’apparence de cette femme. Certes on ne lui avait rien dit à ce sujet donc il ne pouvait qu’espérer qu’elle soit très jolie…mais c’était loin d’être le cas. N’étant pas du genre à se moquer gratuitement des gens, même des femmes qui semblaient très masculines – puisqu’il ne connaissait rien des okamas – le garçon désira ne pas paraître trop rustre. Se tournant vers la demoiselle avec son plus franc sourire, il lui lança sur un ton enjoué :

« Oh, j’imagine que c’est vous la charmante demoiselle que nous devons secourir et amener en lieu sûr. Ravi de vous rencontrer ! »

Kyoshiro ne sut pas si c’était le mot « charmante » qui avait fait effet, le ton enjoué de sa phrase ou sa politesse de circonstance, cependant son message fit effet car la demoiselle reporta immédiatement son attention vers lui et le gratifia d’un sourire qui aurait pu être charmant s’il n’avait pas été édenté. Moins prompt à juger autrui que ses pairs, le jeune homme ne recula pas lorsque la demoiselle se tourna vers lui, simplement content d’avoir pu attirer son attention. Qui était-il pour juger de son apparence, après tout ? Lui-même ne se considérait pas comme un canon de beauté non plus.
Inclinant la tête et son torse en guise de respect, le jeune homme montra la porte de sortie à la demoiselle d’un mouvement souple du bras avant d’ajouter :

« Si vous voulez bien nous suivre. »

Évidemment qu’elle allait les suivre, c’était l’évidence même mais cela ne faisait pas de mal d’y mettre parfois les formes et de rester poli lorsque les circonstances le permettaient. N’est-ce pas ? Mais bien vite, alors qu’il invitait la demoiselle à les suivre, le garçon réalisa qu’il ne savait pas si la magnifique femme leur avait donné un lieu de rendez-vous. Bien embêté, il s’approcha discrètement de son camarade et, plaçant une main pour cacher les mouvements de sa bouche  à la demoiselle, afin qu’elle ne voit pas ce qu’il était en train de dire, le garçon demanda à son camarade :

« Nous suivre où, au fait ? On retourne là on nous avons rencontré cette femme ? Peut-être y est-elle encore, avec un peu de chance. »

Peut-être que son compagnon en savait plus que lui ou bien peut-être les deux hommes devraient-ils se tourner vers la damoiselle en détresse pour savoir si elle savait où traînait son ami. Quoiqu’il en fut, les hommes ne devaient pas traîner et devraient bientôt se remettre en marche…avec une destination, de préférence.







© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3116
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
258/1000  (258/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Ven 28 Nov - 7:20

Nettoyage de cadavres [8]

Notre incapacité à savoir où aller était décevante, mais l’Okama en face de nous semblait avoir repris son sérieux après une période d’exaltation. Elle semblait s’attacher à la vision de Kyoshiro, rougissant devant tant de politesse et de bonnes manières. Se dirigeant vers le garçon qu’elle tenta d’attraper par le bras pour l’emmener avec lui, elle désigna à son oreille, d’une voix grave mais qui se voulait susurrée :

« - Le Groove neuf, au Paradis de la Boisson. »

Je fronçai les sourcils, cette enseigne ne me disait rien. Et ce qui ne me disait rien sur Shabaody était principalement récent. Fronçant les sourcils, je me contentai de suivre le mouvement de la demoiselle en robe et aux poils proéminents. Elle sautillait avec beaucoup d’entrain, et son pas vif était assez difficile à suivre. Il n’y avait pas à douter que sa condition physique ait quelque chose à voir avec ça. Quitte à la connaître, autant le savoir allié et non ennemie. Dans un coin de ma tête, je rangeai son seuil de dangerosité simplement à côté de sa voix, pour éviter de la défier au corps à corps. Certaines personnes étaient simplement plus fortes que moi, il me fallait juste l’accepter. Regardant Kyoshiro, je lui adressai un sourire compatissant en voyant les tentatives d’approches de l’Okama. Si elle n’avait pas senti la transpiration en dessous de sa robe à fleurs, on aurait presque pu lui prêter un aspect charmant.

« - Au fait, pourquoi avez-vous été capturée ? Lui demandai-je en me tournant vers elle, son sourire s’effaçant devant une question aussi indiscrète.
- J’ai… On voulait faire chanter ma sœur, répondit-elle, une timidité à peine feinte dans sa voix alors qu’elle se recourbait sur elle-même, tirant sa robe vers le bas. »

J’acquiesçai d’un signe de la tête sans interrompre ma route. Nous étions passés par trois Grooves différents avant d’arriver devant le Paradis de la Boisson. Mon regard se porta pendant quelques instants sur la devanture qui représentait une femme vêtue d’une robe rouge tenant plusieurs chopes de bières sur un plateau argenté. Au-dessus de sa ceinture, elle portait une ceinture de cuir marron à boucle simple, sans artifice, mais à laquelle était attaché un revolver. Ce simple signe distinctif me disait beaucoup de choses sur cette enseigne : Il s’agissait d’un lieu d’affaires avant d’être un lieu de boisson. Les serveuses n’étaient pas des otages potentiels, elles devaient avoir une formation pour se défendre et faisaient sûrement parties d’un clan. Ce même clan qui dirigeait cet endroit… En regardant de plus près, je pouvais discerner une fleur, un camélia qui ornait le poignet de la jeune femme. Sa couleur rose pâle pouvait symboliser une opposition entre le rouge de la robe, passionné, et leur caractère plus tempéré et tendre.

En passant la première impression que me donnait l’insigne, j’entrai dans le bar à la suite de l’Okama qui semblait avoir finalement quitté Kyoshiro du regard. Elle ne portait pas de camélia, mais à son poignet je pouvais observer un ruban blanc dont quelque chose semblait avoir été retiré. La femme qui nous avait demandé de l’aider arriva alors d’un pas nerveux en face de Sara, l’Okama, qu’elle serra dans ses bras. On pouvait lire sur ses traits un soulagement extrême. « Le pire a été évité. ». C’était ce que ça voulait, sûrement.

« - Grande-sœur, j’ai perdu mon camélia, avoua honteusement la jeune femme en montrant son poignet. »

La femme se retourna vers Kyoshiro et moi, sortant un camélia de sa poche – sa robe avait en effet une poche qui semblait lui rentrer dans la cuisse et lui fit perdre tout à coup son charme. Alors qu’elle l’appliquait de manière mécanique au poignet, son regard commença à nous détailler. Elle ne s’attendait pas à ce que nous fassions un rapport, et ce fut Sara qui commença à parler d’une voix montant dans des aigus cassés :

« - Ils ont été incroyables ! Ils ont trouvé le passage secret et n’ont pas été enseveli par l’écroulement du passage secret ! Et le rouquin a réussi à tirer sans même me regarder, j’imagine qu’il a le Haki de l’Observation. Pareil, son pouvoir lui a permis une téléportation parfaite ! »

La jeune femme me regarda avec un sourire de plus en plus étiré, comme si elle voulait me dire quelque chose. Se mettant à mes côtés, elle écouta la suite du rapport de Sara.

« - Et l’autre garçon a illuminé ses yeux à un moment, je crois qu’il est capable de toutes autres sortes de prouesses ! »

Un sourire s’étira sur le visage de la jeune femme alors qu’elle prit mon pistolet à ma ceinture d’une manière habile, m’obligeant à le lui reprendre en la bousculant sur le côté de sorte à pointer mon arme sur sa taille. Pourquoi venait-elle de faire quelque chose d’aussi stupide ? En me regardant, surprise, elle approcha sur visage du mien mais la pression de l’arme sur sa robe la dissuada de continuer.

« - Qu’est-ce que ça veut dire ?
- Je voulais tester votre ami. Des yeux qui s’illuminent, ce n’est pas commun. Je voulais savoir s’il était capable d’autre chose… »

Elle avait une idée derrière la tête. Rangeant mon arme, je me retournai et m’apprêtai à sortir. La voix de la femme en rouge retentit alors, dominant le capharnaüm ambiant. S’avançant à nouveau vers moi, cette fois-ci gardant tout de même une distance de sécurité, elle m’indiqua enfin ce qu’elle attendait de moi :

« - Je sais que je m’y suis mal prise, mais je voulais aussi vous tester en vous demandant de sauver Sara. Ce soir se tiendra un gala et je crains pour ma vie, je recherche donc des personnes puissantes pour me protéger. Vous aurez la fin d’après-midi pour disposer si vous acceptez, mais en attendant, j’aimerais une réponse à cette invitation. »

Elle parlait d’une voix presque suppliante, et me retournant vers Kyoshiro je lui demandai simplement :

« - Tu en penses quoi ? Si tu es partant, je le fais. »
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1521
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
455/500  (455/500)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Mer 3 Déc - 18:15






Nettoyage de cadavres












Il était vrai que la demoiselle pouvait au moins attendre de ses héros, de ses sauveurs que ces derniers sachent exactement de quoi il retournait et où elle devait être conduite ensuite, malheureusement la réalité était parfois bien différente de la fiction et cette femme se trouvait donc face à ces deux hommes qui s’échangeaient des regards d’incompréhension et de questionnement. Devraient-ils avouer qu’ils étaient perdus et ignorants de la marche à suivre concernant la suite des évènements ? Certes cela détruirait probablement l’image de chevaliers sur leurs blanches montures que devait avoir en tête la demoiselle, mais au moins ils finiraient par être fixés quant à leur destination.
Qui allait lui demander ? Kyoshiro se porta volontaire, de toute évidence, puisque la demoiselle sembla grandement apprécier ses manières et ses compliments, à la grande surprise du bretteur qui n’avait jamais vraiment eu beaucoup de succès auprès de la gente féminine. La demoiselle se rapprocha du jeune garçon et lui murmura quelque chose qu’il supposa être la destination…mais pourquoi ? L’avait-elle lancée au hasard ou avait-elle deviné que les deux individus ne savaient pas où aller ? Si oui, comment l’avait-elle su ? Tellement de questions se bousculèrent dans la tête et, l’espace d’un instant, le bretteur chercha son camarade du regard comme si ce dernier pouvait être capable d’y répondre à toutes.
Malheureusement, vu la tête de son camarade et ses sourcils froncés, ce dernier semblait tout aussi perplexe et perdu que le jeune niais. Ne connaissait-il pas cet endroit alors qu’il semblait être ici depuis un moment ? Haussant intérieurement les épaules, l’épéiste supposa que cette île devait être suffisamment grande et vaste pour qu’en faire le tour demande énormément de temps.
Laissant la demoiselle mener la marche jusqu’au fameux lui du rendez-vous, le jeune homme resta incroyablement silencieux malgré la proximité de ladite demoiselle qui semblait fascinée voire obnubilé par l’homme à son bras. Pourquoi ? Kyoshiro avait arrêté de se poser la question depuis bien longtemps et était simplement content d’avoir pu rassurer cette femme sans trop de difficultés. Donnant un coup d’œil furtif et peu intéressé par l’enseigne de l’établissement devant lequel le groupe s’arrêta, le niais suivit le mouvement et y pénétra sans mot dire.
Laissant les retrouvailles entre la demoiselle et la commanditaire suivre leur cours sans dire un mot, le garçon ne put s’empêcher d’arquer un sourcil de surprise lorsqu’il se rendit compte que la demoiselle, durant cette course poursuite effrénée, avait eu le temps et la possibilité d’observer les deux individus dévoiler leurs compétences respectives. Elle devait être terriblement observatrice et d’un calme à toute épreuve pour arriver à prendre le temps d’observer de cette façon, tout en se faisant trimballer un peu partout par ses ravisseurs. Impressionnant, n’est-ce pas ?
Toujours aussi silencieusement, le garçon prêta une oreille attentive à ce qui était en train de se dire jusqu’au moment où la commanditaire tenta de subtiliser l’arme d’Erwin pour, apparemment, tester Kyoshiro. Le tester ? Avait-elle l’intention de lui tirer dessus pour voir s’il était un logia maître absolu de la lumière, comme Kyoshiro le supposait, ou pensait-elle le mettre assez en difficulté pour qu’il en vienne à révéler d’autres de ses techniques ? Il n’eut pas vraiment le temps de répondre car la situation se désamorça rapidement, la pression baissant assez pour permettre à la dame de révéler la raison de tous ces petits tests. Elle avait besoin de gens fort pour assurer sa protection et bientôt tout devint beaucoup plus clair dans l’esprit du niais.
Se tournant vers Erwin qui lui demandait son avis quant à la marche à suivre, agréablement surpris qu’on lui demande son avis, ce qui s’était révélé assez rare ces derniers temps, le garçon leva les yeux au ciel d’un air pensif avant d’en arriver à la conclusion suivante :

« Même si je n’aime pas ses méthodes, je ne peux pas la laisser en sachant la menace qui pèse sur elle. Si je l’abandonnais et qu’il lui arrivait quelque chose, ce serait comme si je l’avais tuée moi-même. J’imagine que tu comprends.»

Chiant comme la pluie ce sentiment de culpabilité, n’est-ce pas ? Malheureusement il ne se contrôlait pas et si jamais la demoiselle trouvait la mort après le refus de Kyoshiro, comment ce dernier pourrait-il se regarder en fasse en sachant qu’il était directement responsable de sa mort ? Il ne le pourrait pas, surtout parce qu’il était quelqu’un qui avait fait sa mission d’aider les gens dans le besoin. Tourner le dos à quelqu’un alors qu’elle était en danger, simplement parce qu’elle avait gardé des secrets ? C’était tout simplement hors de question.
Supposant que, comme convenu, son camarade le suivrait puisqu’il était partant pour cette périlleuse mission, le garçon se tourna vers la commanditaire et, d’une voix sèche et déterminée, lui lança :

« Je le ferais. Mais plus de coups fourrés de ce genre, à l’avenir. Si vous voulez que nous vous protégions, il va falloir commencer par nous faire confiance et jouer carte sur table. »

Comment savoir si tout ceci n’était pas un test supplémentaire ? Comment savoir qu’elle était sincère et ne tenterait pas de les mener dans un piège à la première occasion ? Le bretteur n’avait pas l’ombre d’une certitude concernant cette situation, seulement qu’il devait agir et qu’il devait rester prudent pour ne pas se faire avoir une énième fois. Sa naïveté l’avait mené dans des situations assez incongrues mais désormais il était à l’orée d’un monde beaucoup plus dangereux et il ne devait plus laisser ce trait de caractère le mettre en danger de la sorte, il devait rester prudent même face à quelqu’un qui semblait désespéré.
Se campant fermement sur ses positions, le garçon renchérit immédiatement sur le même ton sec, assez inhabituel chez lui :

« Qui vous veut du mal, et pourquoi ? Ce sont les deux seules informations qui m’importent. En supposant que vous le sachiez.»










© Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3116
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
258/1000  (258/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Dim 7 Déc - 10:08

Nettoyage de cadavres [9]

Sous les remarques de Kyoshiro, la femme acquiesça gravement. Son acolyte semblait prendre la nouvelle avec entrain, affichant un sourire déformant son infect visage. J’avais soit envie de rire, soit envie de partir, mais dans les deux cas je ne pouvais pas : par convenance et par promesse j’étais coincé dans cette situation. Un simple « Non », égoïste et salvateur, aurait suffi à me détourner de cette situation, cependant j’étais loin d’être ce genre de personne, voulant à tout prix s’aider soi-même avant d’aider les autres. Je pourrais le devenir, rien ne m’empêchait, grâce à mon pouvoir, d’abandonner tout du jour au lendemain. C’était une possibilité. Je pouvais recommencer ma vie tous les jours, oublier ceux que j’avais aimé la veille pour aimer à nouveau le jour même. Secouant la tête face à cette pensée, je finis par revenir dans la situation en écoutant attentivement Kyoshiro.

« - Les personnes qui nous veulent du mal sont des groupes mafieux de Shabaody. Nous nous sommes installés récemment ici, et malheureusement sur les Grooves de non-loi les groupes de hors-la-loi sont nombreux. Ce soir est particulier, c’est un gala organisé par l’un des trois plus puissants groupe de Shabaody derrière la Triade et Konan : Vlad et ses hommes ont décidé de tous nous réunir. Je pense qu’il veut encore une fois tenter de nous réunir sous sa bannière, mais ce qui m’inquiète est surtout la menace implicite qu’il a formulé : « Si vous ne venez pas, vous perdrez plus que vous ne gagnerez. ». Il faut être habillé classe pour ce soir, des tenues seront mises à votre disposition… Je vous remercie pour votre coopération. »

Konan… De mauvais souvenirs de Himitsu Shima ressurgirent à l’évocation de ce nom. Mais c’était surtout le nom de la Triade qui m’intrigua. J’en entendais parfois parler au détour d’une conversation, mais si certains pouvaient la citer, peu savaient réellement de quoi il s’agissait. J’aurais aimé en savoir plus mais notre hôte se sentait fatiguée. Elle partit avec l’Okama sans demander son reste, nous remerciant une nouvelle fois. Je soupirai quelques secondes, puis mon regard se porta sur mon camarade et je lui demandai brièvement :

« - Tu es prêt pour ce soir ? Ca promet d’être une soirée agitée. »

Après quelques minutes, la salle commença à se remplir de personnes en tout genre. Il nous restait tout un après-midi à tuer, mais dans les faits je préférais être préparé à toutes éventualités, et je ne le pourrais jamais en étant seul. J’avais besoin de Cid et Hope au moins pour couvrir mes arrières et faire en sorte que cette soirée se passe bien. Si l’envie d’impliquer Cid était moindre sur Shabaody où son Haki était connu du second de Jasmine, en revanche Hope restait un illustre inconnu. Mon ami serait donc de la partie, avec en prime… Katia. Ce n’est pas moi qui décidai de cela. Elle s’imposa au dernier moment, et la soirée arriva bien rapidement alors que je vaquai entre Shabaody et Micqueot, utilisant mon pouvoir sur une longue distance.

« - Bien, nous allons pouvoir y aller. »

La femme venait de parler de façon solennelle. Elle s’était finalement présentée sous le nom d’Elsa. Sara nous accompagnerait, pour l’occasion elle portait une robe déformée par ses hanches carrées. J’aurais voulu lui faire une remarque là-dessus mais encore une fois ce n’était pas dans mon intérêt. Le soleil était en train de traverser l’horizon quand nous commençâmes à nous diriger vers la salle réservée spécialement pour l’occasion.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1521
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
455/500  (455/500)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Lun 8 Déc - 19:43






Nettoyage de cadavres












Bien sûr qu’il aurait été tentant pour le jeune homme de refuser en bloc cette proposition simplement parce que la femme avait tenté de se jouer du duo pour parvenir à ses fins, il aurait été aisé d’agir comme les pirates et hors la loi côtoyés par le jeune homme pendant ces derniers années mais il avait toujours mis un point d’honneur à ne pas agir comme les criminels auxquels il ne voulait certainement pas ressembler. Il avait déjà ôté la vie à quelqu’un il y avait quelques jours, cette nouvelle était déjà assez perturbante en soi pour qu’il ne vienne pas ajouter d’autres péchés à sa jeune et courte liste. N’est-ce pas ? Peut-être cherchait-il à se racheter en quelque chose, à faire amende honorable pour cet acte que rien ne pourrait pardonner…peut-être cherchait-il à redevenir celui qu’il était avant cela, même en sachant que c’était impossible. Le garçon qu’il avait toujours été fut de ceux qui tendaient la main aux misérables quand tous les autres les ignoraient…quand avait-il cessé d’être ce garçon ? Quand avait-il songé à « non » comme une option viable face à quelqu’un lui demandant de l’aide ?
Plus d’une fois il avait accordé son aide à quelqu’un qui ne le méritait pas, plus d’une fois il s’était fait entuber au point de le regretter par la suite mais il n’avait jamais songé à tourner le dos à plus faible que lui : JAMAIS ! Peut-être que ces derniers jours avaient été plus bouleversants que prévus pour lui, peut-être avait-il simplement du mal à accepter sa condition de maudit, la présence d’un ange sur son épaule et l’odeur du sang sur ses jeunes mains…peut-être était-ce tout cela en même temps, tout simplement.

Ayant donc pris sa décision, le garçon croisa les bras devant sa poitrine et écouta les explications de la demoiselle et, il fallait bien l’avouer, il n’y compris absolument rien. La Triade ? Konan ? Vlad ? Qui étaient donc ces gens-là dont le jeune bretteur n’avait clairement jamais entendu parler ? Le mystère restait entier mais il ne voulait pas passer pour le bouseux de la campagne qu’il était sans doute et se figea dans un mutisme inhabituel, le temps que la demoiselle termine ses explications. Quelqu’un voulait donc qu’elle se joigne à lui et il lui forçait légèrement la main. Retenant un « Eh bien changez de groove » qui n’aiderait pas beaucoup en ces circonstances, le garçon pris son air réfléchi et enregistra les informations avant de répondre :

« Je vois. Si vous avez l’intention de refuser sa proposition de ralliement, merci de nous en informer au plus tôt afin que nous puissions nous préparer au pire. Si nous devons assurer votre sécurité, nous devons découvrir au plus tôt ce qui reste de vous tomber sur le coin du nez. »

Si elle avait la moindre information sur les forces en présences ou la nature des ennemis qui tenteraient de s’en prendre à elle, ce serait toujours ça de pris pour le duo qui allait devoir parer à toute éventualité. Comment combattre un ennemi dont ils ne connaissaient rien ? Comment protéger quelqu’un lorsque l’on ne savait absolument pas d’où l’attaque viendrait ? Ce ne serait pas impossible, certes non, mais juste très compliqué.
S’écartant finalement des demoiselles pour discuter avec son camarade de la marche à suivre, le garçon arqua un sourcil de surprise et tenta de répondre le plus sincèrement possible :

« Prêt ? Je n’en sais trop rien, mais je n’ai pas vraiment d’autre choix que de l’être. J’aurai l’air malin s’il lui arrive quelque chose…disons que je ferais de mon mieux. Et toi ? Nerveux ? »

Bien sûr qu’il fallait être un peu nerveux, le contraire voudrait dire qu’il ne se rendait absolument pas compte du danger de la situation dans laquelle il était, ce qui n’était pas le cas ici. La tension lui permettait de rester aux aguets, d’être constamment vigilant et de ne jamais penser à l’éventualité de baisser sa garde et de perdre celle qu’il devait protéger des yeux…pas comme il l’avait fait quelques jours plus tôt. C’était peut-être son précédent échec qui le poussait à ce point à réussir, ce coup-ci, en faisant que rien n’arrive à cette mystérieuse femme.
Et bientôt le groupe se mit finalement en route, le garçon profita du temps imparti pour changer sa tenue, salie par le combat contre les animaux, en revêtant un costume noir sobre et chic à la fois, agrémenté d’une chemise immaculée. Il n’avait jamais aimé les vêtements chics et tape-à-l’œil, clairement pas, mais il avait l’air à peu près présentable dans un costume digne de ce nom et passait du bouseux de la campagne au jeune homme propre sur lui. Et bientôt, en approchant du bâtiment, il comprit que sa tenue serait de circonstance. Arrivant face à un bâtiment à la façade immaculée, le groupe s’approcha et la demoiselle révéla son identité aux portiers qui attendirent un instant avant d’ouvrir la porte et de laisser entrer le cortège. Suspect ? C’était peu dire mais vraisemblablement plus rien n’eut vraiment d’importance une fois qu’ils furent tous plongés dans la chaleur ambiance de cette salle de gala.
Ouvrant des yeux ronds malgré son envie de paraître tout de même mesuré et calme, le garçon ne put s’empêcher d’être époustouflé par le luxe qui régnait dans cette salle déjà bondée de convives. La musique était douce, les meubles et chandeliers semblaient scintillants et couteux, les serveurs qui passaient distribuer boissons et petits fours étaient sur leur 31 si bien que Kyoshiro eut légèrement l’impression de faire tâche au milieu de tout ce luxe et cette classe.
Cette salle était vaste et bien remplie mais, malgré la foule le jeune homme arrivait tout de même à voir deux grands escaliers qui menaient à un balcon derrière lequel il pouvait apercevoir une double porte gardée par deux hommes en costumes noirs. Une salle privée ? Peut-être serait-ce de là que descendrait l’hôte de cette petite fête. D’un mouvement discret du coude, le jeune homme tenta de gagner l’attention de son camarade avant de lui montrer ledit balcon d’un discret signe de tête.

Il y avait du monde, vraiment trop de monde et ce serait d’autant plus compliqué de savoir d’où viendrait l’attaque…s’il y avait un assaillant il pouvait déjà être dans la salle, caché au milieu des convives ou déguisé en l’un d’entre eux. Comment savoir ? Ce sentiment oppressant d’ignorance était frustrant.








© Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3116
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
258/1000  (258/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Lun 8 Déc - 23:40

Nettoyage de cadavres [10]

A sa première question, Kyoshiro avait eu le droit à un regard méfiant, mais notre employeur avait finalement répondu de manière concise qu’elle ne souhaite pas faire d’alliance avec cet homme, et qu’il serait préférable de se tenir sur ses gardes s’il venait à trop insister. Elle n’était pas sûr qu’il tenterait de la tuer devant les yeux de l’assistance pour l’exemple mais au moins, elle espérait qu’il ne tente rien ni pendant, ni après. Quoiqu’après elle se débrouillerait tout seul. Une fois la mission terminée, nous serions libres de nos obligations envers elle, et elle nous serait redevable. Ses propres mots étaient « Un prêté pour un rendu », signifiant clairement qu’elle pourrait devenir une potentielle alliée. Mais des alliés comme ça, j’en avais déjà trop. Ceux qui trempaient dans des commerces véreux, dans des meurtres sordides, et je détestais ça. Mais notre monde était aujourd’hui principalement composé de ces gens-là, de ces… idiots qui n’avaient que le mot « tuer » à la bouche. Je n’étais pas un meurtrier, et elle ? Peut-être, mais à juger trop vite je risquais de la confondre avec des personnes qui n’avaient rien à voir avec elle.

Quant à la deuxième question de mon camarade qui m’était adressée, j’avais fini par lui répondre que j’étais un tantinet nerveux. Ce qui maintenait mes sens en alerte était l’adrénaline qui courait constamment dans mes veines quand je pensais à cette situation de mort imminente qui m’attendait. A n’importe quel moment, un sniper pouvait tenter de nous attaquer, de nous tirer une balle dans la tête pour nous montrer notre « mauvaise alliance ». Nous n’étions pas dans le bon camp après tout. Tout en continuant ma réflexion, et après avoir décidé de me concentrer sur ce qui allait arriver, je fis notre trajet jusqu’à la salle tout en restant à la fois pensif et concentré grâce à mon Haki de l’Observation.

« - Je vois. »

Alors que nous avions pénétré dans la salle, Kyoshiro m’avait fait remarquer un endroit stratégique, probablement de là où allait arriver l’hôte de ces lieux qui n’était pas présent actuellement. Avec mon Haki, je pus localiser une petite demi-douzaine de personnes derrière la porte sans pour autant avoir déjà attribué ces voix auparavant à telle ou telle personne. Le début de la soirée se fit calmement. Les serveurs apportaient des petits fours tandis que les gardes du corps surveillaient leurs protégés. J’abordais un air sérieux et détaché, montrant une expression neutre qui ne reflétait absolument pas mon état d’esprit.

« - Oh, Elsa ! Vous êtes ravissante ! »

Un homme à la bedaine imposante et à la démarche brusque s’approchait de notre protégée tout en jetant un regard écœuré à Sara. Celle-ci fit mine de l’ignorer contrairement à sa « grande-sœur » qui répondit sur un ton acerbe, avec une animosité qu’elle ne prit même pas la peine de dissimuler :

« - Et vous, vous êtes toujours aussi gras, Minister. »

L’homme qui se faisait appelé « Minister » était surtout connu pour tremper dans des intrigues politiques véreuses. Sa capacité à manipuler les gens était grande selon les légendes, mais avec un tel physique et si peu de prestance, j’avais du mal à le croire. Pourtant, lorsqu’il s’adressa à un homme plus naïf, en trois minutes il réussit à commencer un accord commercial et se tourna vers Elsa pour la narguer du regard. Cet homme était exécrable, c’était l’impression qui semblait ressortir de lui en tout cas. Et je ne pus m’empêcher d’en faire la remarque à Kyoshiro :

« - Je ne l’aime pas, ce gars-là. »

Mais alors que je parlais, une autre femme vint aborder notre employeur, et ce fut alors le défilé. J’intervins pour ma part à deux reprises, l’une pour empêcher une personne de tirer son arme silencieux, l’autre pour calmer le jeu entre Sara et un garde du corps Long-Jambes qui se croyait tout permis, au point de poser une jambe sur le buffet. Regardant la scène défilé sous mes yeux, je constatai à trois reprises que les six voix derrière la porte n’avaient pas bougé de la pièce. Cela ne m’inquiétait pas, de toutes les manières il nous restait une bonne demi-heure à tuer avant de voir arriver le principal invité.


Dernière édition par Erwin Dog le Lun 15 Déc - 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1521
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
455/500  (455/500)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Ven 12 Déc - 13:33






Nettoyage de cadavres












Alors qu’il pénétrait dans cette luxueuse et somptueuse salle, le jeune homme fut frappé par une interrogation qui le laissa perplexe et que son camarade s’était peut-être déjà posé : combien de temps durerait cette protection ? Certes cette soirée ne serait pas sans risque mais à la fin de cette soirée la demoiselle ne serait pas libre comme l’air pour autant, elle serait toujours menacé par cet homme qui voulait la voir alliée à lui. Allait-il renoncer après cette soirée ? Kyoshiro savait bien que non et il se demandait donc combien de temps il allait devoir jouer le garde du corps jusqu’à être certain qu’elle ne courrait plus aucun danger. Il ne pouvait décemment pas repartir sans avoir réglé le problème avec l’individu qui voulait du mal à la demoiselle, mais d’un autre côté ses compagnons finiraient par l’attendre et il ne pouvait leur faire faux bond. Qu’est-ce qui était le plus important : son devoir envers les nécessiteux ou envers ses compagnons ? C’était vraiment un cruel dilemme auquel il faisait face et, bien entendu, il n’y avait personne ici qui pourrait lui être de bon conseil car personne ne le connaissait vraiment.
Non, secouant la tête le jeune épéiste se rendit à l’évidence même : il devait se concentrer sur sa tâche présente et laisser les évènements suivre leur cours sans s’interroger sur ce qui arriverait bien plus tard. Se focaliser sur l’avenir pouvait être une bonne chose du moment que cela ne se faisait pas au profit de l’instant présent….ou quelque chose du genre. Ce n’était pas le moment d’être tête en l’air, il devait garder ses cinq sens en alerte pour repérer d’où viendrait la potentielle attaque. Potentielle ? Oui, car rien ne garantissait que l’hôte de cette petite réception n’oserait pas attaquer en public, sous les yeux de tous les invités. Après tout cet hôte ne semblait qu’assez peu recommandable…qui pouvait dire ce qui serait capable de l’arrêter ou non ?

Non, vraiment, le jeune homme ne pouvait et voulait pas se targuer de comprendre l’esprit des criminels de tous poils, il ne savait pas ce qui les faisait réagir au quart de tour et ne pouvait donc se permettre de présumer de ce que ce dangereux individu oserait faire ou non. S’il souhaitait tellement une alliance il semblait peu probable qu’il mette réellement sa menace à exécution, ce serait plus logique de s’en prendre aux proches de la demoiselle pour faire pression sur elle…mais rien n’était à écarter par simple intuition.
Les deux gardes du corps pénétrèrent donc dans la salle et, du mieux qu’ils pouvaient, l’inspectèrent d’un regard discret et suspicieux jusqu’au moment où, alors que la fête commençait à s’éveiller tout doucement, un homme assez gras s’approcha de la demoiselle. Pivotant en direction de cet inconnu, Kyoshiro put remarquer à son ventre rebondi qu’il devait être un bon vivant et ne devait clairement manquer de rien comme ses habits et son teint le suggéraient. Si le niais ne savait pas encore trop commencer se comporter vis-à-vis des visiteurs inconnus, puisque c’était là son premier boulot officiel de garde du corps, il sut immédiatement que cet homme n’était pas en odeur de sainteté auprès de la demoiselle lorsque celle-ci fit preuve d’une répartie qui ne manqua pas de décrocher un sourire amusé au bretteur.
Reprenant un ton sérieux de circonstance, le garçon suivit cet homme bedonnant du regard et se rendit compte qu’il était, finalement, assez fourbe et manipulateur. C’était un autre genre de criminel, plus subtil, moins brutal, de ceux qui ne souhaitaient pas se salir les mains et préféraient manipuler les gens pour arriver à leurs fins. Des lâches, simplement des lâches, voilà ce qu’étaient ces gens aux yeux de Kyoshiro qui, calmement, répondit à son camarade :

« Comme ça nous sommes deux. Je me méfie de lui, même s’il n’a pas l’air vraiment dangereux.»

Il savait bien, malheureusement, que les apparences pouvaient être trompeuses et qu’il était tout à fait possible que cet homme ait en sa possession des hommes de mains qui, eux, n’avaient pas peur de se salir les mains. Ce gros lard pourrait-il prendre ombrage de la réflexion de la demoiselle au point de la vouloir blessée ou pire ? Bien sûr, c’était une possibilité à ne pas écarter et, immédiatement, le garçon se rapprocha d’elle pour remplir correctement son rôle.
Quelques instants plus tard la fête commença à battre son plein et les deux garçons furent occupés à chaque instant, écartant les gêneurs discrètement en faisant barrage de leur corps ou resserrant un peu trop leur poigne de fer sur quelques curieux qui s’approchaient un peu trop de la demoiselle. C’était peut-être extrême mais cela avait le mérite d’être dissuasif et, bientôt, la demi-heure restante s’évapora sans que l’épéiste n’ait le temps de s’en rendre compte. L’espace d’un instant la musique s’arrêta et tous les invités levèrent la tête vers le balcon, observant la double porte d’ouvrir lentement dans un grincement gênant.
Une ombre se dessinait dans l’entrebâillement de la porte, oui, il l’était là…l’hôte se montrait enfin.

« C’est l’heure. »








© Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3116
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
258/1000  (258/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Ven 12 Déc - 16:44

Nettoyage de cadavres [11]

« - Sérieusement ? »

Mon sang n’avait fait qu’un tour quand l’hôte de la soirée s’était dévoilé, majestueux, se mettant en scène en hauteur par rapport à ses invités. Les voix dans la salle qu’il occupait l’avaient suivi d’un pas fluet, et s’étaient arrêtées pour être visible par toute l’assemblée. Ils portaient des costumes datant d’un autre âge : des froufrous sortaient de leurs chemises en lin tandis que les femmes étaient habillées de corsets et d’amples robes. Tous sans exception portaient des coiffes blanches, imposant sur leurs têtes des coiffures extravagantes pour notre époque. L’homme le plus avant semblait être le fameux Vlad, le chef de cette congrégation. Il avait le regard sombre et le teint pâle, ses canines ressortaient alors que le soleil dehors venait de partager ses derniers rayons avec les arbres de Shabaody. Toutes les personnes derrière partageaient cette même caractéristique : teint pâle, crocs proéminents, regard sombre. Ils partageaient tous les mêmes caractéristiques que les plus dangereuses des créatures nocturnes que j’ai connues jusqu’ici. Des vampires.

« - Vous auriez pu nous prévenir que nous aurions à faire à ce genre de personne, lâchai-je d’une voix acerbe alors que de douloureux souvenirs me revenaient en mémoire. »

Deux femmes, une plus âgée que l’autre avec des rides prononcées mais gracieuses sur le visage et l’autre dont deux boucles dorées sortaient maladroitement de sa perruque, s’avancèrent aux côtés de l’hôte de ces lieux et prirent la parole. Leurs regards semblaient viser le vide mais leurs paroles étaient clairement adressées aux invités.

« - Aujourd’hui, vous avez l’honneur d’assister au premier bal annuel de Blood Fangs ! »

La plus âgée avait parlé d’une voix solennelle et s’était retirée gracieusement, laissant sa place à un homme à la carrure plus imposante que le maître des lieux. La jeune femme parla à son tour sans quitter des yeux le lustre au-dessus de nos têtes.

« - Maître Vlad sera votre hôte pour la soirée, mais nous, ses plus proches alliés, nous resterons à votre disposition pour tout renseignement. »

Cristalline. C’était le mot qui me vint à l’esprit en l’écoutant : une clochette qui tintait grâce au vent, sans violence, sans agression. Elle se retira mais contrairement à la fois précédente, personne ne prit sa place. L’homme à côté de Vlad, la voix grave mais séduisante, le regard à la fois sombre et rougeoyant, lança abruptement :

« - A la fin de la soirée, vous aurez un choix à faire : Nous rejoindre et accepter le don que nous vous ferons. »

La première partie de sa brève tirade provoqua une cohue que l’hôte apaisa d’un signe de la main avant de laisser continuer son acolyte.

« - Ou nous servir de nourriture et mourir. »

Mon regard se figea sur ces hommes. Cette fois-ci, des protestataires se firent entendre. Des injures fusèrent mais comme s’il ne les entendait pas, le vampire resta stoïque. Certains tentèrent de quitter la salle mais les portes avaient été verrouillées. Dans le lot, quelques hommes, quelques mafieux semblaient trouver ce tournant de situation agréable. Ils regardaient l’homme qui les surplombait dans toute sa splendeur et l’enviaient même, jaloux de sa force, de sa vitesse et de ses capacités d’hypnose. Sara et Elsa nous regardèrent, Kyoshiro et moi, avec appréhension. Elles savaient que la situation était certainement sur le point de dégénérer. Certains gardes du corps commencèrent à vouloir défoncer la porte, mais celle-ci avait été renforcée par un alliage de grande qualité, tout comme l’intégralité des murs de la salle. Les fenêtres quant à elle étaient recouvertes d’une étrange buée, et toutes les personnes qui tentaient de l’attaquer recevaient leurs coups décuplés.

« - Nous avons un gros problème, soupirai-je. J’imagine que ni vous, ni moi n’avons envies de devenir des vampires. Ces personnes ne reculeront devant rien pour nous tuer si nous fuyons, mais même parmi les invités ils ont des alliés alors une mutinerie est exclue. De plus, ajoutai-je en pointant les fenêtres du doigt, je pense qu’ils ont parmi eux un utilisateur de fruit du démon, ou alors un scientifique qui a créé un gaz spécifique… mais la première solution me semble plus plausible. »

Mes déductions n’étaient que des suppositions appuyées par une observation des éléments en notre présence. Sara acquiesça tout en tentant de se convaincre que la situation n’était pas désespérée. Le vampire n’avait toujours pas repris la parole, mais ses yeux fermés semblaient indiqués qu’il concentrait son ouïe sur les discussions dans la salle. Il avait commencé un pré-tri. Elsa nous l’indiqua discrètement, mais lorsqu’elle parla, un sourire fendit le visage de Vlad.

« - On n’est pas assez puissants pour tous les prendre en un coup, avouai-je finalement. Ils sont six mais on se ferait sûrement mangé tout cru… »

Mon regard se porta sur Kyoshiro, comme pour lui demander conseil. A ce moment-là, l’hôte des lieux prit enfin la parole. Il lança sur un ton enjoué :

« - Que la fête commence enfin ! »

Tapant dans ses mains recouvertes de gants blancs, les portes autour de nous s’ouvrirent et des serveurs arrivèrent. Le vin avait été remplacé par du sang, comme pour nous habituer à une condition de vampire que nous pourrions embrasser plus tard dans la soirée. Certains, timidement, burent le liquide qu’on leur proposait. Mon regard s’arrêta alors sur les vampires, les foudroyant simplement. Qu’est-ce qu’on pouvait faire face à eux ?


Dernière édition par Erwin Dog le Lun 15 Déc - 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1521
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
455/500  (455/500)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Dim 14 Déc - 22:43






Nettoyage de cadavres












Même s’il n’était pas des grands de ce monde, Kyoshiro était tout de même assez intelligent pour comprendre que quelqu’un qui organisait la soirée devait assez fortuné pour pouvoir payer pour tout ce luxe et avec de telles richesses venait forcément une certaine stature. Il n’était pas donné à tout le monde de devenir riche et de le rester, il n’était pas non plus aisé d’attirer autant les convoitises en jetant sa richesse à la figure de tout le monde lors de si somptueuses soirées comme celle-ci. Qui ne pourrait pas être jaloux en voyant tout ce monde, toute cette nourriture et tous ces luxueux ornements qui trônaient tout autour de la pièce ? Bien sûr, le jeune bretteur n’avait jamais été attiré par l’argent mais il comprenait aisément que d’autres puissent l’être.
Enfin, silencieusement, les portes finirent par s’ouvrirent et tout bruit dans la salle fut comme aspiré dans les ténèbres pour ne laisser la place qu’aux bruits de pas des maîtres de maison qui faisaient enfin leur entrée. Ils avaient une certaine classe, Kyoshiro devait leur reconnaître au moins cela, en plus d’un goût assez prononcé par des tenue chiques et tape à l’œil, mais après avoir posé les yeux sur chacun d’entre eux, il se rendit compte d’un détail amusant qu’il n’avait déjà vu que chez une des membres de son équipage : Méliandre. Ils étaient tous pâles, maladivement pâles et le garçon se serait sans doute inquiété de leur santé s’il n’avait pas immédiatement remarqué les canines qui dépassaient de leurs bouches.
Après quelques recherches et quelques discussions le jeune homme avait appris la véritable nature prédatrice de sa camarade et il se douta donc que les hôtes de cette soirée devaient avoir au moins ça en commun avec elle : ils étaient des prédateurs nocturnes qui se nourrissaient de sang comme seul et unique aliment… encore chaud, à la gorge de leurs victimes de préférence. Charmant, n’est-ce pas ?
Mais si la première fois le jeune homme s’était proposé comme réserve de sang personnelle, pour la demoiselle, afin de l’empêcher de blesser d’autres innocents aussi longtemps qu’elle ne saurait gérer sa soif de sang, il en allait tout autrement pour ces hommes et femmes avec qui il ne partageait strictement rien. Alors que cette fameuse scène se rejouait dans la tête du jeune homme, ce dernier, on ne peut plus surpris par ces pâles hôtes, ne put que lâcher en signe de surprise :

« Oh. »

Quoi ? Oui, il avait la surprise plus modérée que d’habitude mais ce n’était pas vraiment comme s’il découvrait cette race. Silencieusement il écouta les amis de l’hôte s’exprimer chacun à leur tour et ce fut le dernier, l’homme, qui attira l’attention du bretteur pour son étonnante proposition. Un cadeau ou la mort ? Un homme sensé choisirait forcément le cadeau mais tout dépendait de la nature exacte de ce cadeau. S’il n’était pas à leur goût, que faire ? Se créer un troisième choix, sans doute, mais dans une salle aussi bondée et exiguë ce ne serait certainement pas facile.
Écoutant son camarade lui expliquer ce qu’il avait pu analyser sur la pièce, le nouvellement maudit pivota vers la porte et se demanda si son pouvoir pourrait lui permettre de défoncer cette porte. Que faire ? Proposer à Erwin cette option alors qu’il n’était pas certain que cela marche ? Croisant son regard, il indiqua de ses yeux de braise la porte, puis son poing, en espérant que son camarade comprenne qu’il lui proposait au moins d’essayer cela…ou de garder cette option en dernier recours.
Sortir par les fenêtres était à exclure, la porte se révèlerait peut-être trop longue à détruire…il fallait trouver un moyen de fuir ou de se débarrasser de cet hôte et de ses amis. Mais comment ? Rentrer dans la pièce de laquelle ils venaient n’était pas une option sûre…qu’en était-il des portes d’où venaient tous ces serviteurs ? S’approchant de son camarade, le garçon lui murmura :

« Ces portes doivent bien mener quelque part. Peut-être ont-ils une porte arrière pour acheminer les vivres…cela vaut le coup d’essayer, non ? Rien ne garantit que je puisse défoncer la porte d’entrée à temps, et les affronter tous en même temps serait du suicide, comme tu l’as dit. Il ne nous reste qu’une seule option, puisque je pense qu’ils ne sont pas ouverts à la négociation. »

Les vampires étaient des créatures agiles et rapides et, malgré sa formation et ses nouveaux pouvoirs, le garçon n’était pas assez arrogant pour croire pouvoir faire face à une poignée d’entre eux et s’en sortir indemne. D’ordinaire il ne fuyait pas un combat, sa nature de guerrier le lui interdisait, mais aujourd’hui il ne s’agissait pas juste de lui car il avait des personnes à protéger.
Il devait penser à leur protection avant la sienne, il devait les mettre en sécurité et après, seulement après, il pourrait se préoccuper de débarrasser cette île de ces suceurs de sang…mais c’était loin d’être gagné.









© Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3116
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
258/1000  (258/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Lun 15 Déc - 22:21

Nettoyage de cadavres [12]

Tout le monde avait commencé à s’agiter dans la pièce. Kyoshiro proposait une solution des plus plaisantes – la première, celle de défoncer la porte – mais même dans ce cas-là ils pourraient faire un massacre avant que nous ne sortions et seuls quelques chanceux s’en sortiraient pour être ensuite éternellement traqués. Ce n’était pas vraiment une chance en fait. Il y avait deux solutions : détruire le mal à sa source, ou faire en sorte que le mal abandonne son idée de conversion. Fuir pouvait être aussi sympathique, mais nous ne pouvions pas tout faire. Ou peut-être que nous pouvions nous assurer une porte de sortie. Mon esprit était en ébullition, tout autant que la salle qui s’injuriait. Me tournant vers Elsa, Kyoshiro et Sara je dis à ceux-ci d’une voix basse, plus encore que d’habitude :

« - Tu devrais tester ton idée, les cuisines sont cependant pleines de serveurs. Il faudra que vous vous faufiliez un chemin entre eux. Après cela, Madame, vous irez jusqu’au quai et demanderez un dénommé Virgo. Dîtes-lui que vous venez de la part de Cid, il vous permettra de quitter l’archipel. C’est la seule chance que je vous offre. Je vais aller directement parler à nos hôtes pour essayer de les dissuader de nous attaquer ou de nous poursuivre. J’espère qu’on se reverra. »

J’avais ajouté cette dernière phrase en m’éclipsant. La foule m’avait englouti sans que je n’aie de réel effort à fournir. Plusieurs secondes me furent nécessaires pour atteindre l’endroit que je cherchais à atteindre : le bas des escaliers qui menait à nos chers amis les vampires. Il n’y avait pas de garde, mais en m’approchant je sentis une barrière invisible sur mon chemin… Qui me repoussa en arrière si violemment que je tombai sur les fesses. Ce fruit du démon était une vraie plaie, mais je commençai à en saisir le fonctionnement : elle pouvait apposer sur une surface sa capacité qui lui permettait de repousser tout ce qui s’en approchait. Apposé sur l’air, cela devait solidifier les particules entre elles, créant un mur invisible et infranchissable. C’était pour ça que j’avais ressenti cette sensation de solide avant de me faire expulser.

Mais ce n’était pas aujourd’hui qu’un vulgaire mur allait m’arrêter. Soupirant, je fis un pas en avant et apparus derrière la surface invisible et solide. Il ne semblait rien n’y avoir d’autre pour me faire obstacle. En arrivant en haut des escaliers, je pus voir les vampires qui me prêtèrent une attention toute particulière, surpris par mon « exploit ». La plus vieille des femmes me regarda avec condescendance et s’avança vers moi, élégante et menaçante, mais la main du maître des lieux la retint.

« - Allons, ma mie, ne vous salissez pas pour de la nourriture. Qu’est-ce qui vous amène ici ? »

La question était posée sur un ton qui se voulait à la fois noble et supérieur. Il n’y avait chez eux pas une once de peur, comme s’ils étaient sûrs que personne ne pourrait jamais les arrêter. Je haussai les épaules en continuant à m’avancer, quand l’homme aux épaules larges qui s’était avancé plus tôt fit un pas vers moi, comme pour m’ordonner de m’arrêter. Il avait une certaine prestance malgré ses airs abrupts. Sans tenter le diable, mais en essayant de garder la tête haute, j’arrêtai mon pas à quelques mètres des vampires. Il ne fallait pas que je déglutisse. Je déglutis. Ceux que j’avais eus un peu de mal à voir étaient deux hommes aux charmes atypiques. L’un d’entre eux était tout à fait efféminé, il portait une tenue de soie rouge, sa taille semblait avoir été taillée dans le même argile qu’Aphrodite. L’une de ses mains, posée sur sa hanche, accentuait plus encore sa caricature, mais sa perruque courte permettait de le distinguer des autres personnes. Le dernier était tout simplement un tout jeune homme, sûrement dix ans en apparence. Il portait un petit chapeau melon noir entouré d’un ruban blanc, au-dessus de sa perruque mal mise. Son costume lui donnait d’étranges airs adultes, mais son regard semblait absent.

« - Je suis là pour vous proposer une offre que vous ne pourrez pas refuser. »

Tout en disant cela, je finis par sourire tel un démon. Le spectacle allait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1521
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
455/500  (455/500)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Jeu 18 Déc - 14:13






Nettoyage de cadavres












Une fois encore le jeune épéiste s’était fourré dans une situation qui venait brusquement d’empirer sans qu’il ne le voie venir…comment aurait-il pu ? Tout novice qu’il était dans le domaine de la protection rapprochée, il s’attendait à avoir affaire à des assassins isolés et cachés parmi la foule, à du poison dans la nourriture ou dans les boissons ou bien, plus grossièrement, à des explosifs disséminés dans la salle. C’étaient là, aux yeux du jeune homme, les moyens les plus répandus de tuer quelqu’un et ce fut à cela qu’il tenta de se préparer en pénétrant dans cette salle. Aux aguets, le regard vif et inquisiteur, le garçon observait avec suspicion chaque invité et chaque serveur comme si un assassin pouvait se cacher derrière le sourire enjôleur d’une belle femme ou la main souple d’un serveur tendant une simple coupe de champagne. Paranoïaque ? Non, enfin peut-être que oui, mais c’était le genre d’activité dans laquelle il fallait rester attentif en permanence.
En prenant en compte ces informations et en comptant également sur le soutien de son camarade, le jeune homme resta aux aguets jusqu’au moment où les hôtes de cette soirée se montrèrent et où la situation bascula totalement vers une tournure plus que surprenante. Comment avait-il pu se fourvoyer à ce point en ne pas imaginant les pires scénarios possibles ? Ce n’était pas une fête qui cachait une possible tentative d’assassinat : c’était un piège pur et simple. Bien vite, en comprenant la situation, le garçon se mit à réfléchir aux options qui se présentaient à lui : il pouvait tenter de fuir, de négocier avec les hôtes ou de faire preuve de subtilité en allant aux devants des ennuis. Si, pour le bien des gens dont il avait la charge, Kyoshiro préférait choisir la première option, il se rendit bien compte que sa marge de manœuvre était plus que réduite.
Derrière lui se tenait une large porte qui semblait avoir été suffisamment renforcée pour que quiconque ne puisse la défoncer facilement. Cela ne semblait pas être un problème pour le nouveau maudit qu’il était, sans doute, mais défoncer pareille porte demandait une certaine concentration que les hôtes ne seraient peut-être pas prêts à donner. Les techniques du jeune homme faisaient appel à la lumière, elles étaient donc très voyantes et très peu discrètes, Kyoshiro finirait donc par attirer forcément l’attention sur lui et sur les personnes autour de lui : mauvaise idée. Mauvaise idée parce qu’il ne savait rien de l’hôte et de ses amis, mauvaise idée parce que malgré ses pouvoirs il ne savait pas si une décharge de lumière chargée à bloc serait suffisante pour faire sortir cette porte de ses gonds, mauvaise idée parce qu’il ne savait pas combien de temps il aurait pour préparer son attaque avant que les hôtes ne fondent sur lui pour l’en empêcher.

Bientôt, à force de se poser tout un tas de question, le jeune homme fut extirpé de ses perpétuelles interrogations lorsque son camarade lui lança ce qu’il avait en tête : il désirait que Kyoshiro mène les deux demoiselles hors d’ici pendant qu’il resterait ici pour tenter d’amadouer les hôtes. Risqué ? C’était peu dire mais c’était la solution la plus sûre pour assurer la sécurité des deux femmes. Jetant un œil discret aux hôtes pour tenter d’évaluer à quoi allait faire face son compagnon, l’épéiste se tourna vers ce dernier et lui lança finalement :

« Bien. Je les mène dehors et je reviens pour toi et les autres invités ensuite. Sois prudent, je ne serais pas long. »

Les invités ? Pourquoi les invités ? Sans doute parce que Kyoshiro avait remarqué que tous n’étaient pas d’accord avec tout cela. Certains invités semblaient amusés et intéressés par cette proposition, bien entendu, mais un simple coup d’œil permettait de voir que d’autres pensaient de cette proposition comme une simple farce de très mauvais goût tandis que les autres invités portaient une lueur d’inquiétude voire de panique dans le regard. Certes, la priorité était de protéger les deux demoiselles, mais Kyoshiro ne pouvait délibérément pas tourner le dos aux autres qui se trouvaient dans le même pétrin qu’eux.
Voyant son compagnon disparaître dans la foule en un claquement de doigts, le garçon fit signe aux deux demoiselles de le suivre sans perdre un instant. Se frayant un chemin à travers la foule en jouant des coudes, le garçon pénétra enfin dans les couloirs menant sans doute aux cuisines et aux coulisses sous le regard médusé de quelques serveurs pris au dépourvu. Si certains tentèrent vaguement de s’interposer, du moins autant que cela était possible en tenant des plateaux de nourriture et de boisson dans les mains, les autres furent bien trop préoccupés par le service pour se rendre compte de cette petite…intrusion. Parfait, n’est-ce pas ?
Jouant des coudes et courant à travers les couloirs sans perdre davantage de temps, ne perdant pas du regard les deux demoiselles ne serait-ce qu’un instant, le garçon chercha désespérément du regard un signe qui lui permettrait de trouver la sortie et, enfin, après plusieurs minutes de course et de demi-tours répétés, le garçon arriva face à un couloir au fond duquel pouvait être aperçue une porte devant sur la ruelle extérieure. Que faire ? Les accompagner jusqu’au bout ? Non, elles pouvaient bien faire quelques pas sans lui alors que, d’un autre côté, son compagnon était toujours en danger.

« Rendez-vous au quai, comme prévu. Ne vous retournez sous aucun prétexte. Allez-y ! »

Les deux demoiselles se regardèrent un court instant, comme si elles hésitaient à laisser leurs sauveurs derrière, avant de courir en direction de la sortie comme c’était initialement prévu. Étaient-elles en sûreté ? Pas totalement mais toujours plus que si elles restaient dans cette antre du mal.
Les voyants partir, le garçon bondit en l’air comme s’il était porté par la lumière qu’il créait, comme s’il surfait sur l’air lui-même à une allure ahurissante. Il n’avait pas le temps de simplement courir pour retrouver son camarade, il devait, une fois encore, user de son fruit pour tenter d’éviter le pire. Qui pouvait prédire comment allaient réagir les hôtes face à cette tournure imprévue des évènements ?











© Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3116
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
258/1000  (258/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   Ven 19 Déc - 19:54

Nettoyage de cadavres [13]

« - Une offre ? Comment oses-tu… ? »

La vieille femme avait encore une fois failli sortir de ses gonds, mais le maître des lieux, d’un simple geste de la main, avait arrêté la tempête qui menaçait de s’abattre sur la salle. Dans mon intérêt plus que dans le leur, je voulais vraiment éviter que cela se termine en bain de sang. Ma petite intervention improvisée sur la base d’un mensonge permettrait aux personnes qui nous regardaient de s’organiser en deux camps : ceux qui voulaient s’échapper et ceux qui voulaient coopérer. La balance semblait pencher vers les révolutionnaires, et pour une fois cela me convenait parfaitement. Regardant les personnes en face de moi, je dis d’une voix ferme :

« - Mais tout d’abord, l’utilisateur de ce fruit du démon qui nous repousse partout, c’est bien le gamin, non ? »

J’avais pointé d’un doigt insolent l’enfant stoïque et concentré. Il ne prit pas la peine de répliquer, mais un sourire satisfait s’étira sur son visage et la plus jeune des deux femmes se mit en travers de ma route. Un enfant, deux femmes et trois hommes. Tous avaient ce petit quelque chose en plus qui devait les rendre dangereux. La brute finit par perdre patience tandis que notre hôte réfléchissait et, sans attendre, s’élança vers moi à une vitesse fulgurante.

« - Arrête-toi, David ! »

La voix imposante de l’homme avait résonné alors que le vampire avait pris du volume, gonflant légèrement sous son costume. Il avait cette nature bestiale, cet instinct sauvage qui correspondait parfaitement à un Zoan, mais lequel dans son cas ? Ses poils ne laissaient rien présager de bon, dans un espace restreint les mammifères étaient décidément les plus avantagés. Même moi j’aurais du mal à m’en défaire, surtout que je n’étais pas un combattant au corps à corps, et au moindre de ses coups je douillerais deux fois plus que certaines personnes… Mais dix fois moins qu’un civil, ce qui me rassurait d’une certaine manière.

« - Vous avez d’autres surprises comme ça ? Lançai-je finalement tandis que la brute tentait de reprendre sa contenance.
- La soirée ne fait que commencer et nous sommes un groupe plein de surprise. Mon ami utilise le Zoan du Rhinocéros Laineux, je te prierai cependant de ne pas trop l’énerver. Il a le massacre facile… D’ailleurs, David, occupe-toi de l’objet lumineux là-bas. Défoule-toi si besoin est, mais ne tue pas les invités. »

L’homme sourit et, alors que je tentai de le rattraper, il s’élança comme une fusée vers Kyoshiro. Sa voix ne me trompait pas ! En me retournant, je vis que le chef des vampires s’était déplacé juste devant moi, la paume de sa main se présentant pour empoigner mon visage. Utilisant mon pouvoir, je me téléportai en arrière pour l’empêcher de me broyer le crâne. Son sourire redoubla lorsqu’il comprit ma capacité.

« - Ne voudrais-tu pas nous rejoindre ? La vie de vampire est bien plus… enivrante et supérieure que celle des autres humains.
- Et il fallait que je tombe sur des élitistes… »

Reculant, je dévoilai mes armes et en pointai une vers le principal adversaire. La balle, simple cette fois-ci, partit d’un coup. Une barrière invisible l’intercepta au dernier moment et elle rebondit vers moi, m’obligeant à bouger ma tête pour l’éviter. C’était ce gamin… Il avait tourné les yeux vers moi. En bas, les groupes s’étaient enfin formés et se faisaient face, s’affrontant dans le blanc des yeux. Alors que je regardais tout en activant mon Haki, une fenêtre du bas éclata en mille morceaux.

« - Que se passe-t-il ? Lança la jeune femme vampire en s’avançant, toujours en mesurant son pas, vers le bord du balcon. Oh… »

Sara venait de rentrer dans la salle. Elle portait toujours sa robe de soirée mais celle-ci était déchirée au bord. La vieille femme grogna un instant et pesta vers la personne en bas, puis elle tourna le dos à l’action, rouvrit la porte par laquelle elle était entrée et se retira comme si la situation l’exaspérait, et cela devait être le cas. A ce moment-là, le chef vampire haussa les épaules et fit un signe à son subalterne un peu efféminé de se charger de la suite. Celui-ci dégaina alors une rapière et fonça sur moi. Notre hôte se retira à son tour alors j’esquivais les coups effrénés de mon ennemi. La jeune femme, elle, avait sauté du balcon et était atterri en bas, faisant face à Sara qui avait pris une pose de combat assez spéciale… Satanés travestis, savaient-ils donc tous se battre et jouer la comédie ? Elle aurait très bien pu se sortir de sa délicate situation toute seule !
Spoiler:
 


Dernière édition par Erwin Dog le Mar 23 Déc - 16:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] - Nettoyage de cadavres [Pv : Kyoshiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le PAM et AMURT appuient le nettoyage des écoles aux Gonaïves
» Nettoyage de mérous au club de Haguenau
» Nettoyage de la chapelle
» Grand nettoyage des rôles
» « Car on marche sur les cadavres, ils sont dans la terre et nous fixent. » || LIBRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Archipel Shabaody-