Partagez | 
 

 [FB - 2 mois]Sauve qui peut ! (mission de vol)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 436
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
33/250  (33/250)
Berrys: 4.281.592.000 B

MessageSujet: [FB - 2 mois]Sauve qui peut ! (mission de vol)   Jeu 23 Oct - 16:56

Sauve qui peut !













Elina reposa le combiné escargophonique. Les dernières nouvelles étaient plutôt bonnes pour son organisation naissante. Shiro et Seika avaient récolté des informations qui pourraient l’aider à renflouer ses caisses. Il semblerait qu’une île hivernale, assez loin de sa position actuelle, abriterait un trésor enfoui. Shivering island avait été ensevelie, il y a de cela plus d’un siècle, par l’éruption d’un volcan. Les cendres et la lave auraient emmené par le fond une cité extraordinaire, berceau d’une civilisation prospère. Les rumeurs avaient fini par arriver aux oreilles de la fratrie aux cheveux blancs, et ils s’étaient empressés d’en informer leur patronne. Elle les avait alors envoyés sur Micqueot island, afin de lui préparer le terrain pour un futur accord commercial avec le fameux père de l’Itelzbulger Stein. Ensuite, ils se rejoindraient tous sur Yakoutie island, pour débuter sa véritable opération majeure.

Pour l’heure, la jeune femme transitait par une île quelconque, en escale entre deux trajets par navettes. L’araignée ne possédait pas encore les moyens de s’acheter un navire, mais cela s’arrangerait bien vite, une fois qu’elle aurait mis la main sur Yakoutie Island. Elle sortit de l’auberge minable dans laquelle elle séjournait et s’engagea dans une rue du village portuaire. Cette île, dont elle ne connaissait même pas le nom, avait tout d’un trou à rats. Un port immense, principale source de revenue des habitants, jouxtait le seul village de l’ilot minuscule. Le soleil brillait en cette fin d’après-midi, mais le vent froid de North Blue empêchait la jeune femme de profiter pleinement de sa chaleur. Elle contourna une flaque d’eau, dans la ruelle qui l’amenait au port, et continua à avancer en maugréant. Les maisons de briques, ou plutôt de bric et de broc, traçaient en désordre un chemin accidenté, le long de la rue grossièrement pavée. Fort heureusement, Elina s’était doutée de pareille situation et avait revêtu une tenue appropriée. Elle portait un ensemble en coton blanc, recouvert d’un manteau de fourrure gris. Elle s’était chaussée de ballerines noires à semelles souples, préférant ce genre de soulier à des escarpins. De toute manière, il était inutile d’espérer marcher au milieu de ces nids-de-poules en talons ! Elle n’avait pas osé s’introduire dans les demeures des habitants. Le jeu n’en aurait certainement pas valu la chandelle : il n’y aurait rien à piller ici ! Au moment même où elle ruminait pareille pensée, elle arriva en vue des docks.

« Et bien ! Pour une surprise... », constata-t-elle en son for intérieur.

Devant elle, apponté à ce ramassis de planches gondolées sur pilotis que les locaux osaient appeler « quai », se tenait fièrement un immense bâtiment de la marine. D’un rapide coup d’œil, Elina estima qu’il s’agissait là d’un navire de guerre standard. Le vaisseau possédait quatre mats, aux voiles toutes carguées et d’un blanc immaculé. La coque bleutée sur toute la hauteur des six ponts et le bastingage impeccable détonnaient avec la pauvre stature de la jetée. Des mouettes et des inscriptions « MARINE » avaient été peintes sur les faces du bateau, ainsi que sur son pavillon, rendant impossible une quelconque méprise. Voilà qui devenait bien plus intéressant ! Selon toute vraisemblance, un haut gradé devait se trouver sur le bâtiment, certainement pour une mission inconnue. Puisque qu’elle se trouvait sur North Blue, dans un village sans intérêt sous la protection du gouvernement mondial, l’araignée s’étonna un instant d’un spectacle pareil. Cependant, elle n’avait aucune raison de s’inquiéter pour le moment. Elle ne possédait pas encore de prime, aussi elle passa devant les matelots sans aucune appréhension. Ces derniers ne se génèrent pas pour la dévorer des yeux, certains eurent même l’audace de la siffler comme une vulgaire fille de joie !

« Riez, lancez vous des accolades ou des plaisanteries graveleuses tant que vous le désirez... », pesta la jeune femme en les ignorant. « Nous verrons qui rira le dernier, ce soir. »

En effet, l’araignée venait de repérer une occupation toute trouvée pour cette nuit ! Un navire de cette taille devait forcément avoir appréhendé plus d’un pirate ou hors-la-loi ! Les marines auraient forcément un petit quelque chose qu’elle pourrait leur soustraire. S’ils se trouvaient dans un tel lieu, isolé et misérable, ils ne pouvaient être qu’en transit eux aussi. L’équipage se ravitaillait donc et passerait probablement la nuit ici. Elle devrait être prudente, le pire scénario serait, bien entendu, de tomber nez à nez avec l’hypothétique haut gradé responsable de ce vaisseau lors de son larcin. Néanmoins elle avait confiance en ses capacités. Elle profiterait de la nuit tombée pour « réquisitionner » les objets de valeur ou le pécule qu’elle trouverait à l’intérieur ! La simple balade censée lui changer les idées jusqu’au départ de sa navette, tôt le lendemain, venait de lui offrir une occasion inespérée de récolter quelques fonds supplémentaires. Elle espérait bien en profiter au maximum !









Dernière édition par Kokuro Elina le Lun 21 Déc - 12:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 436
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
33/250  (33/250)
Berrys: 4.281.592.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 2 mois]Sauve qui peut ! (mission de vol)   Sam 27 Déc - 16:38

Sauve qui peut !













L’îlot sordide en plein jour resplendissait à la faveur des étoiles, en cette chaude nuit au ciel dégagé. Elina adorait pareils spectacles, ne cessait jamais de s'extasier devant les merveilles de la nature. Elle s'arracha à contrecœur du tableau parfait qu'était ce navire de la marine prêt à être pillé, baigné dans une lueur d’albâtre. Elle progressa parmi les ombres, prenant bien garde à ne pas émettre le moindre son, ni même à croiser les gardes en faction. L'assassin, voleuse improvisée pour la nuit, n'était plus néophyte dans l'art de se dissimuler. Elle gardait ses cheveux attachés et portait une tenue moulante de soie noire confectionnée grâce à son pouvoir d'araignée. Ainsi, même après ses transformations de Zoan, elle reprenait forme humaine avec les mêmes vêtements. Son fruit du démon lui facilitait grandement la tache pour ce genre d'occupations. Elle s'adossa à un mur, dans une ruelle sombre proche de la jetée, et jeta un coup d'oeil furtif plus en avant.

Cinq marines en factions gardaient l'entrée de leur navire. Tous étaient armés et attentifs malgré l'heure tardive, de vrais professionnels. Néanmoins, il ne prévoyaient certainement pas de se faire détrousser par une araignée ! La demoiselle se métamorphosa en Nephila et avança jusqu'à un point d'amarrage du navire. Sans qu'aucun marine ne l'aperçoive, elle progressa le long de l'amarre jusqu'au pont du navire. Une fois sur place, elle se précipita dans un escalier sombre afin de s'enfoncer dans les étages inférieurs. Elle longea les murs, se dissimula dans les coins d'ombre lorsqu'elle croisa un garde, fureta partout jusqu'à ce que, finalement, elle trouve son bonheur. À force de recherches, elle avait fini par mettre la main sur la salle des coffres. Celle-ci fourmillait d'objets d'art, d'or et de multiples richesses confisquées aux ennemis de la Justice.

« La belle affaire ! », ricana en son fort intérieur la Zoan.

Sans plus attendre, elle fit le tri dans le butin qu'elle avait sous les yeux. Elle prit grand soin de ne rien renverser, ni même de respirer trop fort. Malgré toutes ses précédentes escapades nocturnes, Elina restait un brin angoissée lorsqu'elle s'aventurait en territoire ennemi. D'autant plus que, pour l'heure, elle ne disposait d'aucun renfort ! Le souffle court, elle mit de côté un sac de rubis, avant de laisser à sa place un tableau d'une valeur certaine, mais bien trop encombrant pour être transporté à l'insu des marines. Une fois son trésor séparé en deux tas, l'araignée estima rapidement sa prise à une bonne dizaine de millions de Berrys. Elle sourit, seule, dans cette pièce obscure qui lui fournissait de quoi alimenter un peu plus l'organisation qu'elle montait peu à peu.

« Le tout aux frais du gouvernement mondial. », s'amusa derechef la voleuse.

Laissant là ses accès de gaieté, elle entreprit de commencer le déménagement. En de multiples allers-retour, elle vida peu à peu la pièce de ses richesses les plus simples à transporter. Telle une fourmi travailleuse plutôt qu'une araignée prédatrice, Elina travaillait sans relâche à détrousser ceux qui luttaient contre de tels agissements. L'ironie de la chose n'était pas pour lui déplaire ! Pierres précieuses, petites calligraphies roulées et coincées dans sa gueule, ou tout simplement liasses de billets accrochées à sa carapace archéenne avec de la toile, elle s'employait diligemment à vider le coffre de ces messieurs en toute impunité. Cependant, à force de voyages, la cupidité de la jeune femme finit par l'amener sur une pente glissante. Environ à la moitié de son office, Elina rentra par un petit hublot du bâtiment qui donnait sur le port. Elle se pressa et arriva à la salle aux milles merveilles en un rien de temps. Cependant, alors qu'elle se dirigeait tout de go vers le trésor suivant en forme hybride, elle pila net. Derrière la porte s'élevèrent des bruits ! Une altercation semblait avoir lieu dans le couloir et, avant même que la femme araignée ne songe à s'enfuir, la porte s'ouvrit avec fracas.


- Je vous dis que y'a personne, contre-amiral ! J'ai monté la garde toute la nuit et... Oh bah ça alors !


Trop tard. Devant elle se tenait un jeune soldat accompagné d'un homme massif aux traits brutaux. Sa moustache broussailleuse s'agita lorsqu'il posa ses yeux noirs sur le corps de la Zoan, debout dans la pièce. Il passa une main énorme dans sa chevelure noir de jais, avant de presque aboyer sur son soldat :


- Lorsque je vous dis que j'ai entendu quelque chose, croyez-moi soldat ! Vous ! Saleté de voleur ! Les mains en l'air et rendez-vous sans faire d'histoire, ou je m'occuperai de votre cas !


Lentement, Elina leva les bras au dessus de sa tête, tandis que l'autre soldat s'approchait à pas compté de la femme-araignée. Il s'arrêta juste devant elle et sortit de sa ceinture des menottes, avant de lui jeter un regard inquiet. Lorsqu'un rayon de lune éclaira par le hublot le visage décharné de l'hybride, les yeux de l'homme s'écarquillèrent sous l'effet du choc. Ses traits se crispèrent et il resta paralysé un bref instant sous cette vision cauchemardesque. Les yeux rouge sang de prédatrice eurent l'effet escompté et, avant même qu'il ne puisse réagir, Elina se saisit des menottes et les lui passa. Dans le même mouvement, elle s'empara du pauvre homme et le plaça devant elle, tel un bouclier humain. Sa chance ne l'avait pas quittée ! Fort heureusement, cet idiot n'avait pas de menotte en granit marin sur lui, sinon elle aurait été faite comme un rat au moment même où elle aurait touché le matériau. Elle prit la voix la plus inquiétante qu'elle put et lança à l'officier, qui était toujours dans l'encadrement de la porte :


- Restez où vous êtes, ou je supprime votre homme !


Voilà qui lui donnerait sans doute le temps de réfléchir à un moyen de s'échapper de ce mauvais pas. Tout homme censé y réfléchirait à deux fois avant de risquer la vie d'un de ses subordonnés ! En tout cas, voilà ce que l'araignée espérait car, pour l'heure, elle était réellement dans de beaux draps !








Dernière édition par Kokuro Elina le Lun 21 Déc - 12:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 436
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
33/250  (33/250)
Berrys: 4.281.592.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 2 mois]Sauve qui peut ! (mission de vol)   Sam 27 Déc - 17:26

Sauve qui peut !













Un instant, l'officier sembla perturbé par la nouvelle. La pénombre ambiante de la salle, seulement éclairée par les hublots vitrés, ne permettait pas d'en être certaine, mais il semblait douter en ce moment précis. Peut être avait-elle une chance de s'en sortir ! Cependant, la joie de l'araignée fut de courte durée. Le contre-amiral fit craquer ses articulations avant de s'avancer d'un pas, l'air menaçant, en direction de la hors-la-loi. Alors que cette dernière allait le mettre en garde de nouveau, il prit la parole de sa voix rocailleuse:


- Un civil faible n'est pas une honte. Mais c'est un crime, pour un marine, de succomber aussi facilement aux mains du mal ! Je m'en vais vous punir... tous les deux !


Soudain, l'homme se déplaça à une vitesse ahurissante et, en un rien de temps, il fut au contact avec le soldat de la marine pris au piège. Par réflexe, Elina se jeta sur le côté en direction du hublot. Elle entendit un craquement sinistre accompagné d'un cri d'agonie. L'instant d'après, un des murs de la pièce accueillait le corps de l'ancien marine, projeté sans plus de ménagement. Au ralenti, Elina se vit avancer vers le hublot salvateur. Elle sauta, désespérée, dans l'espoir de se transformer au dernier moment en Nephila et de s'enfuir par l'ouverture minuscule. Un bien piètre espoir. Un étau d'acier se referma sur sa cheville. Les entrailles glacées, elle jeta un coup d'oeil en arrière pour apercevoir le visage déformé par la haine du contre-amiral. D'un mouvement sec, il jeta la femme-araignée contre le sol, derrière lui. Le choc fut atrocement rude et manqua d'assommer Elina sur le coup. Elle eut la présence d'esprit de rouler sur la gauche, tandis qu'elle crachait du sang en cherchant de l'air à grand peine. La poitrine en feu, des dizaines d'étoiles devants les yeux, elle n'en entendit pas moins le sol se fissurer dangereusement, à la place qu'elle occupait la seconde d'avant. Elle profita de ce moment pour se dissimuler dans les ombres et se transformer en Nephila pour reprendre son souffle.


- Vermine ! fulmina l'officier. Aussi lâche qu'on pouvait le penser !


Ne prêtant pas attention à ses vociférations, la jeune femme tenta de réfléchir calmement. Mais, déjà, le marine se dirigeait vers la porte pour allumer la lumière. En désespoir de cause, elle jeta une pièce à l'autre bout de la salle. La seconde d'après, le marine apparaissait à côté de l'endroit en question. Elina tenta le tout pour le tout et fonça jusqu'à la porte sous forme hybride. Mais une fois encore, le marine fut plus rapide. Il la rattrapa, la repoussa à l'intérieur de la pièce et lui colla un grand coup de poing dans le ventre qui l'envoya voler contre le mur. Tout l'air sortit de ses poumons et elle suffoqua un bref instant. Ses capacités de Zoan lui conférait une vitalité et une vitesse supérieures à la normale, pourtant elle était totalement impuissante face à cet homme ! Il lui fallait fuir ! Fuir au plus vite ! Elle devait trouver une ruse, n'importe quoi, afin de lui ménager une ouverture, aussi minime soit-elle !


- Immonde créature... Inutile de chercher à t'emprisonner, je vais t'achever ici, et maintenant !


Sans réfléchir, Elina tissa un peu de soie en extrême urgence sur ses deux poignets. Elle lança deux jets de toiles en plein dans les yeux du marine. Trop occupé à charger son poing de cette étrange force, il ne vit pas le coup venir. Ainsi aveuglé, il loupa Elina lorsqu'elle se déporta vers la porte en toute hâte.

Elle réussit à sortir, le cœur au bord des lèvres. À peine hors de la salle, elle bifurqua à droite et, dans la seconde, se transforma en Nephila avant de regagner le plafond. Elle se positionna juste au dessus de la porte au plus vite. Au moment où son ennemi la traversa, elle fit le chemin inverse en marchant sur le plafond. Elle progressa le plus vite possible sous sa forme totale, la peur au ventre, et finit par accéder au hublot. À l'intérieur, les cris de rage de l'officier dupé retentissaient. Bien vite, le navire s'anima et Elina ne demanda pas son reste. Elle fusa le long de l'amarre jusqu'à la terre ferme, puis fonça en direction des ombres. Mais là encore, elle avait sous-estimé le contre-amiral. Ce dernier avait lancé toutes ses troupes à sa poursuite ! Malgré ses talents et sa discrétion, elle finit par se faire repérer.

En effet, ses blessures au ventre et son exosquelette brisé par endroit laissaient une piste sanguinolente à l'attention de ses poursuivants. Lorsqu'elle s'en rendit compte, elle maugréa et tissa rapidement des toiles afin d'obstruer les plaies. La course poursuite coupa court. Les marines perdirent subitement sa trace, tandis qu'elle s'était réfugiée dans une cave dont la minuscule fenêtre était restée malencontreusement ouverte sur la rue. Elle la referma en un instant, laissant les hordes de marines passer en trombe dans la rue. Les pas et les cris s'éloignèrent peu à peu, tandis qu'Elina reprenait difficilement son souffle. Tout son corps la faisait souffrir et des hauts le cœur la secouaient. La force de ce marine était tout simplement démentielle ! Si c'était là la force d'un contre-amiral, elle n'osait imaginer celle de ses supérieurs ! Elle était décidément trop faible, malgré ses inlassables entraînements avec Shiro et Seika. Il lui faudrait progresser, trouver un moyen de s'opposer à ce genre de monstre si elle voulait un jour se hisser sur le toit du monde.

« Pour l'heure, il va déjà falloir me sortir de ce mauvais pas ! », se raisonna la jeune femme.

La nuit était encore profonde. Aussi, elle profita de la faveur des ombres et du silence soudain pour s'élancer au dehors. Grâce à sa discrétion sous forme d'araignée, elle regagna ses quartiers, dans l'auberge miteuse qu'elle occupait. Alors seulement, elle se transforma en humaine et contempla les dégâts. Des côtes cassées, ainsi que de multiples hématomes sur le ventre et le dos du crane la faisaient souffrir. Mais, fort heureusement, la brute épaisse ne lui avait cassé aucun membre, pas plus qu'il ne lui avait abîmé son visage. Elle se faufila dans le couloir et vola un seau d'eau et un gant de toilette pour enlever tout le sang qui la recouvrait. Elle lava consciencieusement la pièce, car des gouttelettes de sang s'étaient logées sur le parquet. Une fois sa triste besogne réalisée, elle se débarrassa des eaux rougeâtres et du gant souillé là où personne n'irait les chercher. Enfin rassérénée, elle déroba dans l'auberge de quoi se concocter un alibi convainquant. Car, au vu du caractère du contre-amiral, il n'en resterait pas là lorsque ses hommes rentreraient bredouilles.

« J'ai quelques heures avant qu'ils ne se rendent compte que j'ai filé ! », se dit la jeune femme. « Juste le temps de mettre sur pied ma mise en scène, puis il faudra que je prenne un peu de repos... »








Dernière édition par Kokuro Elina le Lun 21 Déc - 12:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 436
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
33/250  (33/250)
Berrys: 4.281.592.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 2 mois]Sauve qui peut ! (mission de vol)   Sam 27 Déc - 22:34

Sauve qui peut !













Voilà deux jours que la ville était en quarantaine. Suite au pillage de leur navire, la Marine avait décrété l'état d'alerte et personne ne rentrait ni ne sortait de l'île. Les soldats contrôlant l'unique port de ce minuscule lopin de terre, le procédé était on ne peut plus simple pour eux. Néanmoins, leurs recherches s'éternisaient et le coupable semblait s'être volatilisé. Tout le monde ne parlait que de ce vol audacieux, perpétré par un monstre par certains, un fantôme pour d'autres... Mais les mieux informés détenaient la vérité: c'était un possesseur de fruit du démon qui avait osé dérober la Justice. Un Zoan, pour être précis. Tous les marines passaient le secteur au peigne fin depuis déjà quarante huit heures, sans résultat. Pourtant, le contre-amiral était quelqu'un de méthodique. Il fouillait quartier par quartier chaque habitation, chaque chaumière, relevait chaque manteau des passants et les soumettait à un test simple : il les immergeait dans un bac d'eau de mer et attendait de voir s'ils se noyaient.

Elina était tout à fait au courant de la manœuvre mais, loin d'être apeurée, elle était presque rassurée. Rassurée que ces idiots procèdent en grande pompe et perdent du temps à tester même le plus humble des commerçants. Tous les habitants y passaient un à un et aujourd'hui, elle savait que ce serait probablement son tour. Mais les militaires lui avaient laissé plus de temps que nécessaire pour trouver une parade. Ainsi, elle ne fut pas même surprise de voir la porte de sa chambre s'ouvrir avec fracas devant trois marines, les nerfs en pelote:


- Personne ne bouge ! Déclinez vos...


Un cri strident résonna dans toute l'auberge. Les trois marines se confondirent en excuses devant la jeune femme, apparemment nue dans son bain moussant. Cette dernière se couvrait tant bien que mal les parties de son anatomie les plus inavouables. Elle cachait cette rondeur-ci sans pour autant réussir à dissimuler cette courbe-là. Et, bien entendu, ne se gênait pas pour hurler sa surprise et son mécontentement d'avoir été ainsi exposée. L'un des malotrus, plus brave, plus bête ou plus pervers que les autres, ne se laissa pas démonter pour autant :


- Madame ! Je vous ordonne de vous lever pour subir le test de l'immersion et...
- Êtes-vous complètement aveugle ? lui rétorqua Elina en hurlant. Goujats ! Vous faites irruption dans ma chambre pendant mon bain sans vous annoncer, et vous oser me demander de m'exhiber devant vos yeux lubriques ? Sortez immédiatement ! C'est une honte !


À force de vociférer ainsi, la femme-araignée avait fini par attirer l'attention de l'officier, resté dans la salle commune. Celui-ci monta les marches quatre à quatre, prêt à en découdre. Ce qu'il trouva le laissa bouche bée. Ses hommes étaient à présent rouges comme des pivoines, et l'un d'eux semblait même saigner légèrement du nez. D'un simple regard vers Elina, en piètre posture, il comprit la situation et vira au cramoisi :


- Bande d'abrutis finis ! Quelle image voulez-vous donner de la marine ? Cette jeune femme est dans un bain ! UN BAIN ! BANDE DE TRIPLES BUSES ! Sortez de là avant que je ne vous fasse passer l'envie de reluquer les civils !


Les trois idiots, une fois leur montée d'hormones douchée, se carapatèrent sans plus tarder. L'officier détourna les yeux et s'excusa platement. Il demanda son nom à la jeune femme, afin de l'inscrire sur le registre des innocents :


- Amane Julia, mentit sans ciller Elina. Je suis en transit ici, mais ma navette ne peut pas partir à cause de tout ce remue-ménage ! Estimez-vous heureux que je ne me plaigne pas à cause de cet outrage !
- Bien. Mes excuses, madame... Cela ne sera plus long !


Sur ces balbutiements, l'officier quitta la pièce en refermant délicatement la porte. Aussitôt, Elina se détendit visiblement, soulagée d'être passée entre les mailles du filets. Il n'avait pas été aisé de mettre en place cette mascarade, mais à force d'efforts et d'ingéniosité, elle avait réussi. Les fruits du démon sont peut être considérés comme des légendes par certains, mais d'autres côtoient des utilisateurs quotidiennement. Toute personne connaissant l'existence de pareille malédiction en connaît le revers. Il est strictement impossible, pour un utilisateur de fruit du démon, d'être immergé dans de l'eau sans perdre ses pouvoirs et devenir extrêmement affaibli. Néanmoins, puisqu'Elina se savait démasquée en tant qu'utilisatrice de Zoan, la meilleure solution était d'utiliser les informations de ses poursuivants à leur encontre. Quoi de mieux que de se présenter déjà sous plusieurs litres d'eau pour que les soupçons s'évanouissent immédiatement ? Malheureusement, cela lui était impossible : étant maudite, l'eau aurait immanquablement amoindrie la demoiselle.

Tandis qu'elle entendait les bruits de pas des soldats s'éloigner, couverts par les remontrances salées de l'officier à l'encontre de ses subordonnées, Elina se leva. Elle se débarrassa, non sans mal, du filet de toile qu'elle avait tissé et sur lequel reposait une abondante couche de bulles de savon. Seul le fond de la baignoire était remplie, aussi faire tenir en équilibre précaire toute cette mousse n'avait pas été une mince affaire ! Mais la victoire n'en était que plus savoureuse. La jeune femme se sécha et vida le fond de son bain, avant que la supercherie ne soit découverte. Il ne lui restait plus qu'à attendre que les marines se lassent. L'aubergiste elle-même était persuadée qu'elle se nommait Amane Julia, nom d'emprunt qu'elle utilisait de temps à autre. Riche intuition qu'elle avait eue de s'en servir sur cet îlot minable...

Le dixième jour après son vol, elle avait presque récupéré intégralement de sa déconfiture face au contre-amiral. Ce fut d'ailleurs ce jour là que les recherches cessèrent. Selon les rumeurs, l'officier supérieur avait été rappelé par le quartier général afin d'accomplir une importante mission, et n'avait eu d'autre choix que d'abandonner les poursuites. Par précaution, l'araignée attendit une autre journée. Alors seulement, elle acheta un ticket d'une navette qui partait le lendemain en direction d'une petite île où elle savait qu'elle trouverait un receleur. Après avoir écoulé ses marchandises, elle se dirigerait vers Shivering Island, cette histoire de ruines perdues valant certainement le détour. Du moins l'espérait-elle... La nuit avant son départ, elle repêcha le trésor qu'elle avait volé. Entre chaque aller-retour, lors de son larcin, sa prudence naturelle lui avait conseillé de dissimuler dans les eaux le fruit de sa rapine. Ici encore, le fait qu'elle soit une utilisatrice de fruit du démon avait joué en sa faveur : quelle cachette plus improbable, dans son cas, que le fond des eaux ? Elle remonta donc la toile huilée, empaquetée dans un filet solide de toile arachnéenne. Puis, elle transvasa les pierres précieuses et autres richesses dans son sac de voyage, avant de se diriger d'un pas altier vers la navette.

« Qui aurait cru qu'une île si misérable me rapporterait autant ? Il est définitivement vrai que l'habit ne fait pas le moine... »






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB - 2 mois]Sauve qui peut ! (mission de vol)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB - 2 mois]Sauve qui peut ! (mission de vol)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le vent attise le feu. Sauve qui peut? (With you,Hanade)
» Sauve qui peut pour laisser le pays pour raison cyclonique.
» Après Haiti,Cuba,Sauve qui peut à la Nouvelle Orléans avant l'arrivée de Gustav
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Quand le téléphone portable peut sauver la vie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue-