Partagez | 
 

 Torn Apart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Torn Apart   Sam 18 Oct - 11:46


Un Nouveau Départ


Solo ~



Il est communément admis que lorsqu'un Homme se révèle condamné, par une maladie ou une quelconque pathologie physique voire psychologique qui va nécessairement mettre fin à sa vie, son esprit commence à suivre un schéma. En réalité c'est une suite d’événements logiques liée au fonctionnement du cerveau humain, à la réflexion de la personne. Si on ne peut que qualifier cette pensée de théorie (de par son improuvabilité) elle semble pourtant s'appliquer dans la majorité des cas. Son cheminement se divise en cinq étapes distinctes:

- Le déni. Le condamné refuse sa mort imminente. Cela lui semble illusoire, irréel, accusant probablement une erreur quelque part. A défaut d'être heureux, il se sent bien parce qu'il est convaincu de sa survie. Pour lui, rien n'a changé,il pense au moment où il rentrera chez lui après sa guérison.

- La colère. Son destin est scellé et il le sait. Il commence à chercher refuge, dans les chiffres, les probabilités. Il en vient à se poser des questions, sur le pourquoi, sur les raisons qui l'ont amené à cet état et vient alors le moment d'accuser un coupable. Il faut que quelqu'un paye pour sa mort: le médecin, la personne qui l'a abandonné, son animal de compagnie? Peu importe, il faut transférer sa frustration sur quelqu'un.

- Le marchandage. Un répit lui est nécessaire. Il n'est plus question de vivre, mais de vivre jusqu'à une certaine durée, pour profiter de quelque chose: la naissance d'un enfant, une fête familiale, une vengeance. Pour cela, le condamné le tourne généralement vers un médecin, à une puissance supérieure, à quiconque pourrait lui offrir ce qu'il désire.

- La dépression. Conscient de son destin, il perd toute énergie de vivre, de combattre. Tout lui semble subitement sans intérêt et il se morfond sur son sort en ne prenant plus soin de rien.

- L'acceptation. Une forme de sérénité s'empare de la personne. Un peu comme un rat arrête de se débattre des serres de l'aigle quand il prend conscience de sa fin. A ce moment certains tentent de magnifier leur conditions d'existence pour le peu de temps qu'il leur reste afin de les vivre de la meilleure manière qui soit.



---------------------------------------------------