Le Deal du moment : -40%
Promo sur les chaussures de running Nike Air Zoom ...
Voir le deal
78.47 €

Partagez
 

 [QUÊTE] Robin City 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Taito Nowaki
The Wildest Lizard
Taito Nowaki
Messages : 542
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
[QUÊTE] Robin City 3 Left_bar_bleue40/75[QUÊTE] Robin City 3 Empty_bar_bleue  (40/75)
Expériences:
[QUÊTE] Robin City 3 Left_bar_bleue74/350[QUÊTE] Robin City 3 Empty_bar_bleue  (74/350)
Berrys: 278.532.000 B

[QUÊTE] Robin City 3 Empty
MessageSujet: [QUÊTE] Robin City 3   [QUÊTE] Robin City 3 Icon_minitimeMer 15 Oct - 13:29


Robin City 3




Baillant comme pas deux, pour une fois, j'allais profiter de ma journée. Violet et le petit Hotaru étaient de service aujourd'hui. Me prélassant sur mon lit, je regarde dehors un bref instant. La fenêtre n'est pas ouverte et les stores permettent de ne pas laisser passer la lumière dans la pièce. Parfait. Sans rien dire, je me lève en douceur et me dirige vers un petit bureau. Ne prenant pas le soin de totalement m'habiller, je me met directement sur la seule chose qui captive toutes mes pensées. Sur le petit bureau se trouve des ustensiles pour tripoter des armes à feu. Armé de lunettes, je regardais sous tout ses angles l'arme que j'avais appelé " Funny ". Iil me fallait installer une pièce que j'avais acheté récemment. Sourire aux lèvres donc, tel un horloger qui tripote ses appareils, j'étais aussi concentré que lui. Cette simple manipulation facile de vue m'avait pris une bonne heure. Suite à cela, admirant mon arme se refaire petit à petit, je souriais en coin.

" Encore quelques pièces et tu seras de retour..."

Me redressant, je vins alors à m'habiller après une bonne douche. Prêt pour profiter de ma journée, je me mis à me balader dans le Q.G avant d'aller en ville et passer devant la prison. En y repensant, Robin City y est bien bloqué. Ses dires de la dernière fois me faisaient tout bizarre . Pourquoi est-ce que malgré ses menaces, j'étais serein ? N'importe qui aurait flippé et pris ses dires au sérieux. Moi pas... Sans rien ajouter et me contente de hausser les épaules, je ne remarquais pas une personne passant ici. Celle-ci était ni plus ni moins le larbin du Colonel Streiss.
Traçant ma route, je vins doucement à faire des boutiques, notamment d'arme. Allant vaquer à mes occupations, en chemin, je croisais ma soeur - qui entre deux tours de garde - se mettait à regarder les armes tranchantes. Alala... C'est bien notre grosse différence tient. Elle, elle ne jure que par les katanas, tandis que moi, je me suis convertis aux armes à feu. Peut-être qu'un jour, pour renouer avec mes origines, j’achèterais un arc, mais sans une touche de technologie, je ne garderais pas longtemps. Les armes de destruction massive, les pistolets et autres engins capable de faire exploser un méchant, c'est ma spécialité.

Bref, revenant au moment actuel, je me rend compte qu'il est tard. Quoi ? Déjà 20h ? Soupirant en me disant que demain sera encore une journée chiante à devoir écouter ce bœuf de " Streiss ", je fait donc marche arrière et remarche sur mes pas. Malheureusement, tout ne semble pas aller pour le mieux, surtout au niveau de la prison. Quand je vois ce monde attroupé à l'entrée, une seule idée me vient en tête. Non... Cela ne peut pas être réel. IL n'est pas encore partit. Ce serait une mauvaise blague. Grognant, je m'approche pour alors me présenter et demander des explications quant au regroupement actuel.

" Lieutenant Nowaki. Que se passe-t-il ?"


Regardant vers les cellules, je vois un début de flaque de sang à un tournant. Pas besoin de voir le reste dans le couloir, je le devine aisément. Quelqu'un est mort et visiblement, une autre personne c'est échappée et quelque chose me dit que l'échappé et le meurtrier ne sont qu'une seule et même personne. Soufflant, j'écoute les dires de ces bras-cassés qui ont laisser partir comme je l'imaginais " Robin City ". Ainsi donc, je me retrouve avec une autre affaire sur les bras.
Seule chose nouvelle dans l'affaire, c'est que visiblement, Streiss n’est pas là pour gueuler. Je m'en étonne presque sur le coup. Bref, le méfait ayant été commis il y a peu de temps, sans doute que le jeune homme ne doit pas être loin. Il ne tient qu'à moi de le poursuivre donc.

Tournant sur mes talons, je part à la recherche du malfrat. Merde... J'ai pas mes armes. Soufflant de colère, je fait donc demi-tour et je cours vers la base. En chemin, je me rend compte qu'il est trop tard, l'état d'alerte est déjà donné. Tch... Bon, le point positif est que l'île est en alerte et donc, l'homme aura moins de chance de s'échapper de l'île. En revanche, il peut aisément s'y cacher. Cette histoire ne tourne pas rond, il y a forcément un truc. Comme dans les tours de magie. Arrivant dans ma chambre, je m'arme de toutes mes armes pour chasser l'autre abruti. Mais alors que j'allais sortir, voilà que Violet me tombe dessus. Remarquant mon état pressé, je lui explique brièvement ce qui se passe. Celle-ci prend donc la décision de m'aider. J'accepte son aide, mais afin de couvrir plus de terrain, je lui donne l'instruction d'aller ailleurs en ville. A deux, on a plus de chance de choper cet énergumène.

Bref, nous voilà donc en état d'alerte à cause d'un abruti qui c'est échappé une deuxième fois. Cela devenait presque lassant, pourtant, un détail me chipotait. Ses menaces. Il avait dit vrai. Et quand on dit un truc comme il a dit, ce n'est pas pour rien. Il a été aidé... Ou alors, il cache quelque chose dans ses manches. J'avais hâte de lui coller une balle entre les deux yeux et découvrir le fin mot de l'histoire.
Cherchant dans les endroits les plus logiques selon moi, comme les commerces par exemple, il n'y avait aucune présence de l'homme en centre-ville. Me mordant la lèvre à force de m'énerver, je vins donc à aller en périphérie de tout ça. En effet, les habitations étaient aussi une possibilité. Sans rien dire, je vins donc je me dirigeais vers les quartiers plus ou moins chaud de ce lieu. Bien que l'île soit sous le contrôle de la marine, il arrive parfois que ces quartiers posent problème, mais alors que j'allais y faire un tour, mon escarhophone sonne dans ma poche. Le décrochant, j'écoute ma chère soeur qui parle tranquillement.

" Tai', je crois que j'ai une piste. Un homme a appelé sous peu en disant l'avoir repéré. Tu es où ?"
" Proche des quartiers bof."
" Ok... Tu es sans doute le plus proche. Rends-toi au quartier de riche plutôt."

Sans rien dire, je coupe court à la communication, puis je cours vers cette saleté de quartier. Arrivant proche des villas en tout genre, je tente de repérer ma cible, mais c'est sans succès que je remarque quelque chose. Se pourrait-il que ce soit une fausse piste ? Non.. Mon instinct me dit que quelque chose n'est pas loin. Inspectant la zone, c'est intrigué par un bruit étrange que je m'approche d'une villa. Par la fenêtre, je remarque une silhouette qui semble guetter. Hm ? Repéré... C'est donc sans plus tarder que je fonce vers la maison. Enfonçant la porte, je ne remarque pas la silhouette de tout à l'heure fuir au loin. Non, je me contente d'entendre des bruits comme quoi quelqu'un hurle de rage en comprenant que je suis là.
La villa est grande, un vrai château pour riche. N'aimant pas cette odeur d'argent, je ré-entends des cris. Visiblement, quelqu'un a des soucis. Prenant l'escalier qui mène à l'étage supérieur, je tente de me faire discret, mais alors que j'arrive dans le couloir, me voilà devant une scène assez... tendue. Mon cher ami est là, mais pas seul, un inconnu semble pris en otage. Soufflant, je tient une main au niveau d'une de mes armes, mais le souci qui m'empêche de dégainer, c'est que une lame d'épée est mise sous la gorge du propriétaire. Ainsi donc, me voilà avec un gros risque que la tirelire humaine se fasse saigner comme un porc et moi, j'ai clairement pas le temps de tirer avant qu'il agisse. Et merde...

Entrant dans un moment de négociations, mon ennemi du jour m'ordonne de mettre mes armes au sol et les abandonner avant de m'approcher. Surement prévoit-il de me tuer une fois à portée. Ainsi donc, je prend mes deux armes et les poses délicatement au sol avant de donner un coup de pied dedans pour qu'il les aient au pied. Malheureusement, il est pas con et il pense à mon autre paire d'armes. Tch... Faisant ce qu'il me demande, me voilà vraiment désarmé face à lui. J'approche en douceur pour alors regarder la pièce dans laquelle il est. Waow... Un blason semble maintenir sur le mur une belle épée. Trop classique pour moi, mais bon... Faisant deux derniers pas, je me retrouve dans une zone à risque. Actuellement, il peut aisément tendre son bras et me trancher avec son arme. Cherchant à agir, finalement, je vais peut-être jouer un gros coup qui risque de me coûter cher. Le laissant savourer indirectement sa victoire, je le laisse parler dans sa barbe.

" Tu vois ce que je t'avais dit..."
" ... Tch..."

Ni une ni deux, il lève son arme et s'apprête à la faire tomber sur moi. Tapant le plus vite possible dix fois le sol, d'un coup sec, je me jette sur le côté disparaissant de sa vue. Son coup a malheureusement eu le temps de me toucher légèrement l'épaule. Où est-ce que je suis aller ? Proche du blason. Chopant l'épée encore dans son fourreau, je le laisse rire de la situation. Oh ? Il ne semble pas me connaitre et tant mieux.

" Tu veux t'amuser ?"
" C'est ... toi qui me dit ça hein ?"

Soudain, il sort de sa poche un objet que je ne peux que reconnaitre. Un burn dial ? Mettant celui-ci en couple avec son arme, je devine aisément la suite. Du moins, cela était sans compter le fait qu'il ajoute un autre dial qui ne semble pas être le même. Sans un mot, il donne alors un coup d'épée dans le vide qui créer un épais nuage de vapeur annulant la visibilité parfaite que nous avions. Je cri au propriétaire de la maison de s'enfuir et voilà que sortant de nul part, un gerbe de flamme fonce sur moi. Je me jette sur le côté normalement me faisant brûler à l'épaule déjà un peu meurtris tout à l'heure.
A ce rythme, je vais y passer et je vais pas gagner comme la dernière fois. Fonçant vers l'endroit d'où était venu le gerbe de flamme. Frappant avec l'épée encore dans son fourreau, mais rien ne marche. Il n'est pas là et voilà qu'un autre gerbe de flamme essaie de me cramer les fesses. Réagissant rapidement grâce à mon " soru ", je remarque que la vapeur se dissipe de plus en plus. Ainsi donc, j'essaie de le faire frapper encore et encore afin qu'il efface cette vapeur qui me gêne.
Après un petit temps, je termine par enfin remarquer sa silhouette. Tentant d'aller au contact, je donne plusieurs coups d'arme, il me repousse après une feinte qui a fonctionné.

" Bordel..."


Son agilité et sa force sont suffisant pour me mettre en déroute. Faut dire aussi que j'ai pas pratiqué le katana depuis longtemps... Me reculant une fois que la vapeur est dissipée, je le fixe et le vois mettre une main dans sa poche. Profitant de l'ouverture, je le désarme via un premier coup d'épée, puis profitant de l'élan, je dégaine ce katana pour donner le plus rapidement possible un second coup. Malheureusement, il use du manche de sa lame pour se protéger de peu. Ni une ni deux, il rompt le contact et fonce vers la fenêtre par laquelle il saute. Tch... Attrapant mes armes au sol, je tente de le canarder, mais en vain... Il s'échappe. Sortant mon den-den mushi, j'appelle en urgence ma soeur.

" VITE !!! il s'échappe de la villa, attrapez le bon sang !!! "

Disant qu'elle était sur le coup, je descend à la va vite et tente de le rattraper. Au loin, de l'animation semble se faire. Des flammes intriguent ma personne et plus j'approche du lieu, plus je remarque qu'un duel se déroule. Ma soeur combat l'homme avec toute sa persévérance. Et avec une certaine brillo, elle le désarme totalement évitant soigneusement de le tuer. Rompant le distance qui nous sépare, je me demande où sont les renforts et les hommes déployés depuis l'état d'alerte. Attrapant au cou l'homme qui grogne, je le soulève pour alors le mettre contre un arbre et appuyer une de mes armes contre son front.

" Qui t'a aidé !!! "
" Haha... Ma-gie..."

Gueulant comme un fou, il n'y a que ma soeur qui m'aide. Elle me calme et m'empêche de le tuer sur place. Mais alors qu'il avait de nouveau les menottes en main, une silhouette se dessine et d'un coup, d'un seul... un bruit de tire se fait entendre. Il se fait descendre froidement par la silhouette de tout à l'heure. Mais cette fois, pas question de pas réagir. Je dégaine et tire plusieurs fois, semblant toucher une fois la personne qui tente de s'échapper. En vain, elle tombe au sol secoué par des spasmes de douleur. Approchant avec ma soeur, nous découvrons avec surprise le larbin du colonel... Que fait-il ici ? Pourquoi a-t-il agis comme ça ? Prenant celui-ci par la peau du cul, je tente de lui faire cracher le morceau, mais il ne dit rien, si ce n'est que " il " l'a ordonné. Qui ça ? J'ai beau pousser ma gueulante, il ne répond pas. Bref, direction... Le bureau du colonel pour dénoncer ce traitre.

Ne comprenant rien de ce qui se passait et ma soeur encore moins, nous arrivions assez vite au bureau du colonel. Les marines semblaient tous en permission. Bizarre.. Toquant à la porte du colonel, nous entrâmes dans la petite pièce que j'adorais tant ( ironique comme paroles... ), puis je lançais contre le bureau du colonel - avec celui-ci présent - le petit larbin. Intrigué, l'homme me demande des explications quant à mon agissement.

" Mon Colonel... Nous avons arrêté Robin City une énième fois, mais cet homme a tué cette personne. Je le suspecte d'être complice de cet homme et de l'avoir fait échappé plusieurs fois..."
" ... C'est... vraiment un scandale cette histoire... Bon travail Lieutenant Nowaki. Vous pouvez partir. "

Intrigué par sa voix calme et froide, moi et ma soeur, nous commençons à nous retourner quand sa voix retentit de plus belle.

" Je vous libère tous de vos fonctions..."

Sans avoir le temps de réagir, Violet me bouscule et prend un coup de feu à ma place. Un deuxième retentit et c'est le larbin qui prend en pleine face. Ne comprenant rien, je suis occupé par Violet qui semble ne plus bouger. Saissant mon arme, je pointe l'homme responsable de tout ça, puis finalement, nous voilà dans un face à face de tireurs. Fronçant les sourcils, l'homme se lève tout en me gardant en ligne de mire, puis il se met à parler de sa voix plus calme que jamais.

" C'est vraiment navrant d'en arriver là... Moi qui prenais toutes les précautions pour que ce soit discret... J'aurais du vraiment vous mettre aux arrêts dès le début. Mais vous connaissant, cela n'aurait fait que vous offrir plus de possibilités d'agir."
" Comme vous me connaissez bien mon colonel..."
" SILENCE !!! A cause de vous et votre putain de soeur... Le plan va devoir être revu et cela ne va pas lui plaire... Oh, vous devez vous demander qui n'est-ce pas ? Boarf... ce n'est pas comme si vous continuerais de vivre après cette réunion... Voyez vous, je suis colonel. Mais mon envie de grimper les échelons sont grandissantes. Manque de pot, il se trouve que des emmerdeurs m'en empêche. Ces amiraux, vice-amiraux ou autres supérieurs... ils ne ne voient pas d'un bon oeil, et de ce fait, le peu de choses que je fait, elles sont tout le temps remises en question. Mais... Un homme a décidé de m'aider. En échange de simples petits service, comme veiller sur ses petits poulains par exemple, il me donne de la matière comme des larbins à capturer encore et encore et ainsi, je passe pour un héros qui fait bien son boulot. "
" Charmante histoire..."
" LA FERME PETIT CON !!! Toi et tes copains, vous m'avez mis de beau bâtons dans les roues, mais rassure toi... Après ta soeur et toi, j'irais m'occuper du petit blondinet qui semble avoir une couche niveau curiosité. Vous êtes un beau trio d'emmerdeurs vous le savez ?"
" Vous me le rappelez trop souvent mon colonel... Quant à votre commanditaire, qui est-il ?"
" ... Trop de questions tue la question.. Bref... Je vais tirer et quand les autres arriveront, vous serrez les traitres de l'histoire. Moi, je serais promu pour avoir empêché un complot et tout ira bien. C'est bientôt terminé..."
" Je suis bien d'accord."

D'un coup, je tire sur lui et c'est un véritable échange à courte portée qui s'enchaîne. Par miracle, j'évite de peu quelques coups. A moins que ce soit sa visée qui est merdique. Le résultat donc est un colonel qui se meurt doucement dans son fauteuil suite à cet échange éclair de coups de feu. Seul quelques mots s'échappent de sa bouche.

" R....ai...t...o.... "

Suite à cela, il se laisse emporter par la faucheuse. Drôle d'histoire, mais au moins, tout cela semble terminé. La suite se passe assez rapidement. Des gens débarquent alertés par les coups de feu, un médecin arrive immédiatement sur place pour essayer de secourir les blessés et moi, je suis arrêté sur le coup. Heureusement, ma soeur est soignée et elle s'interpose entre mon jugement et moi. Servant de témoin, elle démontre que je ne suis guère le fautif de l'histoire et ainsi, elle arrive à négocier ma libération.

Tout est bien qui fini bien de vue, mais une nouvelle question reste sans réponse. Qui est ce fameux " Raito " ? Il me faudrait faire des recherches sur cela, mais pour l'heure, nous devons fêter ma libération. Après tout, cette histoire m'a donné un de ces mal de crâne. Indirectement, cette affaire a une conclusion importante et un impact sur l'image de la marine, c'est qu'elle est pas si invincible que cela. Un homme corrompu au sein de nos rangs, cela signifie que tout est possible. Et cette preuve de faiblesse est une chose que je ne peux pas tolérer et sans doute que mes supérieurs aussi. Ainsi donc, une petite idée naissait dans ma tête... Mais il me faudrait du temps pour que ma futur demande soit faite dans les règles de l'art.





_________________
Le monde est souillé...

L'heure est  venue de faire le ménage.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
 

[QUÊTE] Robin City 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Elle voit des nains partout ! [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue :: Île de Micqueot-