Partagez | 
 

 Place au Roi. [Conquête]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 68

MessageSujet: Place au Roi. [Conquête]   Mar 23 Sep - 0:22



De gauche à droit : Matochika Cho et Frija Syrilia

De gauche à droit : Focker Lim, Handeler Rembrandt et Handeler Donatello

Oui, la première tentative des Decimas à gâcher une fois pour toute le carnaval constant qui se déroulait sur San Faldo avait été un échec. Oui, Centes s'était montré plutôt courroucé à l'idée de devoir considérer deux autres de ses hommes comme étant des incompétents. Oui, il avait montré de la miséricorde et avait décidé de leur fournir une seconde chance pour se rattraper. Sauf que cette fois-ci, il n'avait pas été suffisamment sot pour les envoyer seuls sur les lieux. Ça n'aurait été après tout guère plus qu'une perte de temps... Matochika Cho, qui leur avait sauvé la mise la première fois, s'était tout naturellement imposé en tant que leader d'une telle expédition. Mais comme il y avait également fort à parier que les troupes de la marine seraient prêtes à parer à ce genre d'éventualité, le Monarque avait songé à envoyer un autre de ses pions : Focker Lim, l'ancienne contre-amirale aux poings menaçants, s'était imposée à sa suite. Pour terminer, il fallait admettre que les nouvelles avaient communiqué rapidement : le rapport des deux frères avait au moins été correctement rempli. De ce fait, une alliée de Centes s'était rapidement manifestée... Et s'était montrée véritablement intéressée quand celui-là lui avait proposé de lui fournir la localisation exacte de sa proie. Mais pour cela, il fallait faire un léger retour en arrière dans le temps.

Quand Kokuwo Makui avait pris la lourde décision d'entraîner ses camarades dans une trahison en grande pompe, quelques semaines auparavant, il ne s'était pas montré assez orgueilleux pour penser pouvoir vaincre le Gouvernement Mondial seul. Son objectif était même à la base plutôt de rester tranquillement dans le siège de Mars, à vivre sans se préoccuper de quoi que ce soit, comme il l'entendait. Toutefois, il avait rapidement été contacté par une autre figure hors-la-loi, avant même que l'idée de la trahison ne lui effleure l'esprit, à vrai dire. Centes Decima. Un souverain bien hors du commun. Le pacte qui était né de cette rencontre fortuite avait indéniablement permis au Roi de recueillir quelques données sur les ennemis montants qui l'inquiétaient le plus. Parmi eux se trouvaient quelques grands noms, comme Elimane Loyckh, Tsukiyo no Hato ou encore Daisuke Aurola. C'était pour ce genre de types dangereux qu'il avait organisé toute cette mascarade. Mais un autre poisson bien étrange s'était précipité dans le filet : il se nommait Zeke Lundren et possédait un bien curieux pouvoir. Evidemment, à la mort d'Aaron et à la défaite de Makui, le Decima fut légèrement déçu. Toutefois, à force de réflexion, il comprit que la chose lui permettrait de toute manière d'agir intelligemment par la suite... D'autant plus que l'alliance n'avait pas pris fin.

Autrement dit ? La présence de Syrilia sur le navire des Decimas qui voguait droit vers San Faldo n'était pas le fruit du hasard. Elle avait été placé là parce que Rembrandt lui avait signalé la présence d'un homme capable d'user de poches d'une taille manifestement exceptionnelle. Était-il Zeke Lundren ? C'était probable, mais même si ça n'était pas nécessairement le cas, c'était la première fois depuis quelques jours que la rouge avait la moindre trace de ce pitoyable hors-la-loi. Elle avait donc sauté sur l'occasion, acceptant la lourde mission de soumettre San Faldo sous l'égide de Centes tout en profitant de l'occasion pour localiser ce foutu meurtrier et lui faire payer ses forfaits au centuple.

Le petit groupe à bord du navire imposant et manipulé par une pléthore de soldats sans grande importance se rapprochait dangereusement de l'île qu'ils souhaitaient tant attendre, de seconde en seconde. Matochika Cho avait pour objectif de localiser immédiatement la base de la marine et de venir à bout des ennemis les plus coriaces. Focker Lim devrait lui prêter main forte en attendant les renforts dont elle devrait fatalement s'occuper. Pour le reste ? Syrilia et les deux artistes avaient quartier libre. Mais nul doute que ce qu'ils allaient faire allait se montrer utile aux envahisseurs, d'une manière ou d'une autre. Rembrandt lui aussi n'avait attendu qu'une telle occasion pour se venger de cet étrange maudit. L'occasion lui semblait surnaturelle, et il n'allait pas la laisser passer sans la saisir aussi fermement que possible.

Les niveaux n'ont pas changé :
Cho est 41, Syrilia est 39, Lim 34, Rambrandt 30 et Donatello 29 !
C'est petit, c'est caca, mais c'est un début de conquête donc je pouvais pas trop me mouiller. Bon courage aux hypothétiques valeureux défenseurs ! (Vous en aurez besoin)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Sam 27 Sep - 16:35

Party Crashers


« Un gentleman est quelqu'un qui ne blesse jamais les sentiments d'autrui sans le faire exprès. » - Oscar Wilde




Une vision, une scène, une arrivée.. Une forme ectoplasmique se dandinait dans les airs de San Faldo, autrefois connue pour son Carnaval. L’île avait été prise de force par un groupe de Hors-la-loi défiant toute espérance. Parmi eux : Shindô, l’une des nouvelles têtes de Grand Line, et Zeke Lundren, ancien associé du chasseur de primes Noctis Archer, aujourd’hui décédé. Tous deux étaient à présent connus du Gouvernement Mondial et avaient écopé d’une prime plus ou moins importante chacun.

De son côté, le nouveau compagnon de Zeke : Shikisha On’tei, se reposait à l’air libre sur une sorte de plateforme surélevée non loin du port. Avantagé par les pouvoirs liés à son fruit du démon, il avait été désigné sans aucun doute pour protéger la zone d’éventuelles attaques ou infiltrations ennemies. Il était également chargé de prévenir ses comparses lorsque cela arrivait, puisqu’il était capable de voir ce qui pouvait arriver depuis l’océan.


« Navire ennemi en vue.. Cinq personnes détectées :
- Matochika Cho, ou le Musicien. Puissant soldat du Gouvernement ayant disparu depuis quelques mois. On dit qu'il est capable de miracles grâce à sa musique.
- Focker Lim, ou le Roc. Haut gradé de la Marine exerçant sur East Blue. Disparue depuis quelques mois. Elle dispose de deux gants recouverts de Granit Marin.
- Rembrandt, utilisateur du Color Trap, affronté récemment sur cette même île.
- Donatello, utilisateur d’argile, affronté récemment sur cette même île.
- Femme à la longue chevelure rousse, inconnue d’après mes sources.
On dirait que ces deux-là ont ramené du renfort. »


Regroupant toutes ces informations, Shiki’ décida de vite se rendre à la boutique où devait se trouver Zeke. Il fallait qu’il le prévienne de cette arrivée en force afin que tous puissent se préparer à réagir. Lâchant sa cigarette, il se leva d’un bond avant de se mettre en route. Bien heureusement, le bâtiment ne se trouvait pas loin d’ici. Il ne lui fallut donc que quelques minutes pour y arriver. Poussant la porte avec force, l’homme à la peau d’ébène s’avança près du comptoir en tapant dessus avec le plat de la main, annonçant indirectement qu’il se passait quelque chose de mauvais.


« On a un problème. L’un de mes fantômes a aperçu un navire arrivant droit vers l’île et cinq personnes que nous connaissons y sont à bord. Enfin.. Je n’en ai recensé que quatre parmi mes livres d’informations et mes connaissances personnelles. Il reste une inconnue.. Assez grande, rousse, regard meurtrier et portant deux lames sur elle. Il faut que tu gardes mon corps à l’intérieur de ta poche. Je me charge de prévenir Taya. »

Sachant très bien que celle-ci avait passé la nuit à l’hôtel, le Musicien créa un fantôme qu’il envoya directement en direction de celui-ci. Une fois qu’il aurait trouvé la chambre de la jeune femme, il pourrait la prévenir du danger en changeant plusieurs fois de formes pour former « S.O.S ». Juste après cela, Shiki’ sortit de son corps, passant sous sa forme d’ectoplasme, regardant Zeke.




Technique :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 68

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Mar 30 Sep - 16:41



De gauche à droit : Matochika Cho et Frija Syrilia

De gauche à droit : Focker Lim, Handeler Rembrandt et Handeler Donatello

Le navire se rapprochait d'instant en instant des quais de San Faldo mais déjà Syrilia dégageait une forte aura malfaisante et sanglante, comme si elle se voyait déjà étriper Zeke aussi sauvagement que possible. A vrai dire, elle n'avait que faire de la mission et des obligations qu'elle avait à l'encontre de Centes : si sa cible se montrait, elle serait prête à faire rater la conquête de l'île pour faire payer à ce foutu criminel. Enfin, malgré cette haine aveuglante qu'elle éprouvait à l'intention du meurtrier de son mentor, elle était également convaincue que ces quatre types qui naviguaient avec elles seraient de toute façon capables de s'occuper des gradés de la Marine de l'endroit et des hypothétiques renforts... Après tout, le Roi en personne avait à la base voulu les envoyer seuls. De fait, à moins qu'elle ne puisse facilement leur prêter main forte sans perdre de temps de quelque manière que ce soit, la rouge ne les aiderait pas vraiment. Ou ce ne serait tout du moins pas là sa priorité du tout. Les yeux rivés sur l'objectif qui grandissait un peu plus à chaque secondes, laissant le vent faire virevolter ses cheveux rouge sang, elle ne prêta pas attention aux deux frères qui, à ses côtés, étaient de plus en plus bavards. Peut-être que l'approche de l'île les mettait à cran ? Quoi qu'il en fut, Rembrandt attrapa son pinceau et le trempa dans un pot de peinture avant de tartiner allègrement le torse de son frangin, le recouvrant ainsi du gris de l'ennui. Il prit ensuite la parole en hochant la tête d'un air satisfait :

-Bien, 'Tello. Comme ça, les ennemis qui verront le symbole se désintéresseront de toi et... Ouais, en fait, tu t'en cognes, de l'explication. Donc frappe sur eux avant qu'ils ne le fassent.
-D'accord, Rembow' nii-chan...

Le peintre se détacha un instant de la silhouette de son cadet pour fixer le port grandissant à chaque instant. Leur objectif, à eux deux ? La gare. Grâce aux peintures de Rambrandt, ils pourraient stopper net toute avancée ennemi en bloquant l'accès à la ville grâce à divers symboles de peinture. L'artiste claqua des doigts et prit la parole une fois de plus, à l'intention de quelques soldats encombrés de pots de peintures :

-Au boulot, bande de larves ! Si vous en perdez une seule goutte, j'vous butte !

Bien évidemment, perdre une seule goutte ne serait pas suffisant pour annoncer une défaite du côté des Decimas... Mais pour le coup, l'artiste préférait jouer la sécurité et conserver autant de liquide coloré que possible. Plus il en avait, plus il pourrait se protéger des agressions extérieures... Il lui tardait de mettre la main sur cet homme masqué pour lui faire payer son affront passé.

Matochika Cho et Focker Lim, quant à eux, étaient, à l'instar de Syrilia, absolument impassibles et immobiles. Ils semblaient attendre quelque chose, un signe, qui leur permettrait soudainement de se déchaîner sur les ennemis qui croiseraient leurs routes respectives. Les poings de la demoiselle, gantés, étaient capables de terrasser la plus solide des défenses. Le musicien, quant à lui, avait brillé tout au long de sa carrière grâce à ses exploits musicaux, mais pas seulement. Même si la guitare qu'il portait en bandoulière dans son dos était certainement sa plus fidèle alliée, il ne fallait pas le prendre à la légère : il avait été un vice-amiral redouté, capable de combattre avec violence et efficacité.

La proue du navire eut à peine touché le quai que les soldats des Decimas débarquèrent soudainement. Les premiers à mettre le pied au sol étaient des soldats. Ils portaient tous un sabre à la taille et un fusil en bandoulière, que certains avaient manifestement décidé de porter directement. Ils portaient également tous un masque, semblable, et une cape ample avec capuche qui les faisait certainement passé pour des voyageurs. Cette petite unité de guerriers n'était là que pour nettoyer l'île des divers rats qui s'y cachaient. Les soldats de la marine ne méritaient pas le même traitement que leurs gradés, et le Matochika n'aurait pas à s'inquiéter de leur cas. Ce dernier s'élança donc droit en direction des ruelles, suivi de près par l'ancienne contre-amirale. Les deux artistes et les quelques soldats qui servaient de porteurs se mirent aussitôt en route, en direction de la gare du train des mers. Pour finir, Syrilia fonça droit vers un immeuble qu'elle escalada avec une agilité hors norme. En prenant de la hauteur, elle espérait localiser sa cible plus facilement. Comme quoi, même le plus dangereux des démons est capable de réfléchir, lorsque le jeu en vaut la chandelle...

La semaine est passée, c'était donc à moi de reprendre derrière !
Les soldats disséminés sur l'île sont au nombre de quarante, sont niveau 10 et n'attaquent que les marines. En revanche, si vous les prenez pour cible, ils vous attaqueront également (bon, c'est pas le problème le plus épineux que vous puissiez rencontrer, on est d'accord xDD).
Dix de ces soldats accompagnent Rembrandt et Donatello jusqu'à la gare.
Matochika et Focker foncent droit vers le QG de la marine sans plus de cérémonie.
Syrilia prend de la hauteur et scrute les environs depuis un immeuble.
Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
avatar
Messages : 1422
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
139/350  (139/350)
Berrys: 4.547.373.733 B

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Jeu 2 Oct - 6:26

Fuite contrôlé






La nuit avait été plutôt difficile pour l'inventeur, après avoir à contre cœur abandonné Taya après un moment difficile, il avait du s'assurer que le reste de son plan s'était déroulé comme prévu. Le résultat était plutôt satisfaisant, l'hypnotiseur avait ramené un peu de granit marin qu'il s'était empressé d'utiliser pour neutraliser l'un des colonels. Le médecin de son côté avait achevé son travail en sauvant tout les marines malgré l'environnement peu sanitaire dans lequel il devait travailler. C'est en voyant que tout allait pour le mieux que Zeke s'accorda finalement une pause. Après avoir dormi quelques maigres heures dans la boutique vide, il s'était finalement réveillé en entendant les premiers travailleurs pénétrer les lieux. Il avait finalement passé la première moitié de la journée à discuter de son entente avec l'homme-poisson nommé Shindô. Enfin avant l'arrivé de la mauvaise nouvelle...

En effet, alors que les deux hommes tentaient de préciser les modalités de leur deal, un bruit pour le moins violent retenti à l'avant de l'usine. Passant dans la pièce de l'accueil, l'ingénieur compris vite que quelque chose clochait. Et il était loin d'avoir tord, la description que l'homme à la peau d'ébène venait de lui faire lui avait rapidement glacé le sang. Cette femme... La description ne pouvait pas vraiment être plus claire, il s'agissait clairement de celle qui le chassait. Qu'est-ce qu'elle foutait ici ? Merde ! Et en plus elle avait du renfort. Comment l'avait-elle trouvé ? Un hasard ? Peu probable... Dans tous les cas il fallait bouger immédiatement. Suivant le conseil du maestro, l'inventeur s'était empressé d'enfoncer son corps inconscient dans l'une de ses poches avant de foncer vers la cave. Son objectif ? Il l'ignorait. En fait une fois arrivé il s'était contenté de figer comme un abruti en plein milieu de la pièce cherchant quoi faire. Devait-il fuir ? Après tout ces types ne pouvaient être que là pour foutre la pagaille ou pour avoir sa tête. Enfin il ne voyait rien d'autre du moins. Préférant choisir la prudence, sont choix avait rapidement été fait.

-File leur à tous une double dose de drogue, on doit les déplacer d'urgence !

-Hein ? Tu rigole j'espère ?

-On va être attaqué, grouille.

Hésitant à nouveau sur la marche à suivre l'ingénieur lança finalement un dernier ordre qu'il espérait ne pas regretter.

-Hypnotise le colonel pour qu'il appelle la marine je vais t'écrire ce qu'il doit dire...

-Attend après tout ce qu'on à fait ici ? On va tout planter ?

-Pas trop le choix...

Déchirant un bout de papier sur lequel il avait écrit plusieurs directives, il passa celui-ci à l'hypnotiseur avant de commencer à prendre les marines dans ses poches. En moins de vingt minutes tout était terminé. Le colonel avait contacté Marine Ford pour les prévenir que San Faldo était attaqué par les hommes de Makui en précisant que ceux-ci devaient envoyer un maximum de renforts. Si l'homme devait perdre l'île, alors il préférait encore que celle-ci finisse dans un environnement dans lequel son commerce fonctionnerait. Un dernier élément devait toutefois être décidé, devait-il simplement fuir ou essayer de tirer profit de la situation ? Il avait déjà fait des trucs plus dangereux non ? Et puis cette fois il aurait de vrais partenaires au moins... Il allait à nouveau tenter le diable, mais qu'est-ce qu'il pouvait faire de plus après tout ? Fonçant vers le port juste à côté de l'usine avec ses alliés, il avait rapidement trouvé ce qu'il cherchait. Deux navires de la marine étaient amarrés côte-à-côte, les deux de taille relativement moyenne et probablement suffisamment rapides pour ce qu'il allait tenter. Un autre plan fait à l'arrache, il ne lui restait plus qu'à croiser les doigts pour que ça marche. Cinq minutes, c'est tout ce qu'il lui avait fallu pour préparer spécialement les deux bateaux pour sa petite course poursuite. Au moment où leur navire avait finalement quitté le port, il se doutait que les attaquants s'étaient probablement déjà déployés dans toute la ville à leur recherche ou à la recherche du maire. Il allait tant bien que mal tenter de couvrir ses arrières, mais un affrontement direct avec ces malades n'était pas une option. Pas pour le moment. Aussi rageant que ça puisse paraître il n'avait guère le choix que d'abandonner les lieux. Toutefois, cette nouvelle attaque n'était pas forcément une mauvaise chose, ces multiples attaques allaient sans aucun doute stresser la population, rendant les choses plus facile pour un éventuel retour. Dans tout cas, ce qui énervait l'ingénieur était le fait que dans sa course il avait abandonné son nouveau partenaire. Pas un problème en soit puisqu'il pouvait nager, mais quand même il valait peut-être mieux le prévenir de son départ.

-Shiki... Tu pourrais dire à cet homme-poisson de ramener ses fesses sur le bateau ? Au fait, je m'excuse d'avance si les choses tournent mal. On pourrait avoir des poursuivant d'ici peu donc si vous préférez me laisser et partir de votre côté je comprendrai...




Dernière édition par Zeke Lundren le Sam 4 Oct - 20:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1294
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Jeu 2 Oct - 20:36




Place au Roi.


    La nuit avait été globalement courte. En effet, j'avais eu quelques difficultés à m'endormir et ne cessais de penser à la discussion que j'avais eu avec Zeke. Voir son visage avait été une expérience plutôt surprenante pour moi. Avoir enfin un visage à mettre sur cette personne. J'avais imaginé bien des choses à son propos, mais la vérité était bien différente et, au final, il ne cachait que son identité par crainte.

    Alors que le matin était là et que je commençais à enfiler quelques vêtements propres, les miens étant recouverts de sang, je m'apprêtais déjà à partir et à prendre le large vers Shabondy après avoir fait un détour dire au revoir à mes compagnons de voyage. Je ne pouvais pas partir comme une voleuse alors, c'était la moindre des choses. Soupirant, j'étais fin prête pour le voyage et je me réjouissais d'avance de celui-ci. J'étais sur le départ lorsque je vis quelque chose ressemblant à un fantôme parvenir dans ma chambre. Ma première réaction fut de pousser un hoquet de surprise avant de me rendre compte que l'ectoplasme tentait simplement de me faire passer un message. Celui-ci était plutôt clair : c'était un message de détresse certainement envoyé par Shikisha. Il ne m'en fallut pas plus pour m'empresser de sortir de la chambre et de ce gigantesque hôtel.

    Pressant le pas, je marchais en direction de la grande bâtisse où devait se trouver mes camarades. Je ne tenais pas à courir pour ne pas trop attirer le regard des passants, même si cela me démangeait les pieds. Je ne savais absolument pas ce qui venait de se passer et des tas de scénarios possibles se déroulaient dans ma tête, tous plus terribles les uns que les autres. Je tentais de me dire que rien de grave n'était arrivé, que je ne devais pas m'en faire, mais c'était plus fort que moi, l'inquiétude me rongeait au plus profond.

    En arrivant dans la pièce du bâtiment, je fus rassurée de voir que personne n'était blessé et, d'après ce que j'avais pu comprendre, nous étions sur le point d'être attaqué. Un combat, encore une fois. Soupirant, je regardais Zeke faire ses préparatifs avec appréhension. Qu'allions-nous faire ? La journée de la veille avait déjà été éprouvante et voilà qu'à peine un peu de repos pris, la bataille reprenait. Heureusement pour moi, je n'étais pas vraiment blessée, néanmoins, cela n'était peut-être pas le cas de mes camarades.

    La situation semblait plutôt mauvaise car Zeke avait prit la décision de faire appel à la Marine pour nous soutenir. Ce n'était pas vraiment un plan que j'approuvais, mais je n'avais pas vraiment mon mot à donner et, de toute manière, je n'étais pas vraiment connue par le Gouvernement. Du moins, pas assez pour qu'il porte attention à ma personne. En soi, je n'étais donc pas vraiment en danger... Pour le moment. Je pouvais bien rester ici à me terrer en attendant que la Marine s'occupe des fauteurs de troubles.

    Alors que nous nous trouvions à côté de deux navires de la Marine, ne sachant toujours pas quel était l'objectif de Zeke, nous montâmes sur un de ces bateaux. Je me contentais de suivre le mouvement, pensant soudainement que l'individu avait peut-être pris la fuite. Alors que le navire s'éloignait tranquillement de la côté, l'homme demanda alors à Shikisha de prévenir la femme qui le pourchassait qu'il était sur ce bateau et qu'elle avait un moyen de le suivre. C'était donc ça, son plan ? Attirer une personne ici, sans raison. Il s'agissait certainement de la personne qui l'avait poussé à cacher son visage. Un acte bien inutile en soi.

    Je poussais un long soupir en l'entendant dire que si nous souhaitions le laisser là, nous pouvions. Pour qui nous prenait-il ? Des lâches ? Certes, je n'étais certainement pas la personne la plus courageuse du monde, mais je n'allais pas l'abandonner ici pour sauver ma petite vie. Je restais donc silencieuse, en pensant néanmoins beaucoup.



_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
Carmen y Baroona
Chasseur de marines
avatar
Messages : 229

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
12/250  (12/250)
Berrys: 3.166.000 B

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Ven 3 Oct - 12:20


Poil de carotte

- Quoi ? Lui donner Whiskey Peak ? Mais bordel qu’est-ce que t’as foutu ?

Le deal avait fini par avoir lieu et s’était déroulé sans encombres d’après notre homme-poisson qui, très content de lui, avait fini par interrompre subitement la discussion pour aller s’entretenir avec son collègue resté à Whiskey Peak. Il avait donc quitté l’homme masqué et sa clique, en quête d’un coin tranquille où il pourrait discuter de ce genre d’affaires sérieuses sans trop de craintes. Et naturellement, son choix se porta sur le toit de Janeiro, la marque de vêtement dont l’immeuble dominait toute cette partie de la ville. Le panorama n’était pas au niveau de celui qu’on avait depuis le sommet central de l’île, près de la statue, mais on y avait tout de même une vue globale sur une importante partie de San Faldo.

- Relax Mad, c’est pas vraiment « donner Whiskey Peak ». Les termes du deal sont précis et ça me parait bien.

Les yeux de son escargophone, imitant l’expression faciale de son interlocuteur, se fermèrent tandis qu’il put entendre le bruit caractéristique d’une paume percutant un front avec force, le tout accompagné d’un soupir lourd de sens.

- T’étais censé t’en faire un partenaire et tu m’appelles pour me dire que maintenant on bosse pour ce mec ?

- T’avais qu’à le faire si t’es pas content. En plus c’est toi qui as insisté pour que je quitte l’île un moment pour « apaiser les tensions », alors que j’aurais très bien pu gérer. Celui qui venait me dire qu’il n’était pas content pour ma prime aurait eu mon poing dans sa face, tout simplement.

- Je t’ai dit de m’appeler ! M’APPELER !

- C’est pas ce que je fais là ?

- PENDANT LE DEAL, Abruti !

- Fais gaffe Mad. Jusqu’ici je suis resté poli moi.

- Okay, t’as raison, restons concentrés. Tu y retourne et tu vas lui dire que tu t’es trompé. De toute façon rien n’a encore été officialisé et …

- Euh, attends deux secondes…, interrompit-il en tournant sa tête sur le côté.

Alors qu’il pensait être tranquille sur ce toit, il venait de remarquer qu’on l’avait rejoint. C’était une humaine, rousse, armée de deux sabres, dotée d’un féroce regard, qui semblait profiter de la vue pour traquer quelque chose. Shin’ la dévisagea un moment, avant de froncer les sourcils. Il avait besoin d’être seul et avait volontairement cherché un lieu peu évident d’accès. Elle n’avait qu’à se trouver un autre coin.

- Hey, poil de carotte ! J’sais pas si t’as vu, mais c’est occupé ici. Alors tu peux dégager s’il te plait ? Merci.

Satisfait, Shindô s’apprêta donc à reprendre sa conversation lorsqu’une étrange forme se manifesta. Rapidement il passa alors de surprise à exaspération, puis d’exaspération à agacement. Serrant le poing, il s’efforça d’articuler calmement un « Je rappelle plus tard » à son interlocuteur outremer avant de raccrocher, sans avoir attendu une quelconque réponse de sa part, puis s’adressa au nouveau venu, tout en prenant la rouquine en vis-à-vis.

- Sérieusement ? Il y a je-ne-sais-pas-combien de toits dans cette ville et il faut que tu te ramènes ici ? C’est quoi votre problème, vous vous êtes ligués pour me pourrir ma journée ou quoi ?

Il ne croyait pas si bien dire.


résumé:
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Dim 5 Oct - 17:11

Party Crashers


« Un gentleman est quelqu'un qui ne blesse jamais les sentiments d'autrui sans le faire exprès. » - Oscar Wilde




Zeke et Taya prévenus, il ne restait plus qu’à prévenir le nouveau venu dans l’organisation : Shindô, l’homme poisson aux propriétés étranges. Il fallait que tout le monde soit au courant et que rien ne soit laissé au hasard. La situation ne se prêtait pas vraiment à la détente ou au laisser aller. Ainsi, dès que Zeke fut mis au courant, l’homme à la peau d’ébène s’était empressé de sortir du bâtiment afin de rejoindre la position du dernier. Celui-ci savait bien évidemment où il se trouvait, disposant d’une vue panoramique sur l’ensemble de l’île, ou presque, ce qui lui donnait un certain avantage ! Toutefois, les choses ne semblaient pas se passer comme prévu. En effet, l’une de nos « invités » s’était déjà rendue jusque-là. Il s’agissait de celle à la chevelure rousse et à l’air menaçant… A cause de ça, Shiki’ fut obliger d’approcher d’une façon différente.

En effet, au lieu d’arriver simplement dans le meilleur des mondes, le Musicien fut dans l’obligation de s’infiltrer dans les murs du bâtiment sur lequel se trouvaient les deux personnes. Accompagné de trois fantômes explosifs, il déboucha rapidement sur le toit, se plaçant entre les deux présences avant de laisser le bruit sourd de l’explosion de ses fantômes prendre place dans les lieux. Au même moment, en approchant son visage de celui de l’homme poisson, il prononça quelques mots.



« On décampe. »

Sur ces mots, le Gentleman prit son envol, se dirigeant vers le port afin d’embarquer sur le navire qui allait nous emmener loin de cette île prise d’assaut. Bien évidemment, Shindô devait normalement comprendre que le but était de le suivre. Du moins, il l’espérait.

Ainsi, après quelques minutes de vol au-dessus de la ville, Shiki’ parvint à atteindre le bateau où il se déposa lentement. Du moins.. Il descendait assez bas pour donner l’impression de tenir debout sur le pont du navire, comme une personne normale.


« On fait quoi maintenant ? »




Technique :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 68

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Mar 7 Oct - 21:19



De gauche à droit : Matochika Cho et Frija Syrilia

De gauche à droit : Focker Lim, Handeler Rembrandt et Handeler Donatello

Quelle chance eut Syrilia que celle de tomber nez à nez avec un homme-poisson manifestement sérieusement suicidaire ! La bretteuse prêta tout juste attention à ses paroles, faisant fi des quelques insultes proférées à son égard tout en se saisissant de ses deux sabres qu'elle tira vivement, les dégainant immédiatement. C'était sa manière à elle de dire bonjour, de faire des politesses, et de s'excuser pour la gêne occasionnée. De toute manière, si cet amphibien avait l'outrecuidance de l'insulter, c'était que le destin voulait le voir mort. Dommage pour lui : la jeune femme n'avait pas de temps à perdre et allait le trancher en deux sans lui laisser la moindre chance de lui poser problème. Plus vite elle en aurait fini avec ce type et plus vite elle pourrait mettre la main sur le prénommé Zeke. L'objectif était donc de le terminer en un seul mouvement. Malheureusement, la jeune femme fut coupée dans son élan quand le sol ou plutôt le toit qui faisait alors office de sol explosa violemment, sans aucune raison. Elle bondit en arrière vivement, évitant les quelques débris menaçant avant de jeter un regard au type qui flottait à quelques mètres de là et qui semblait lié à cette affaire. Haut de forme, costume... C'était un des camarades du criminel, selon les renseignements donnés par Rembrandt. Cela dit, la rousse n'avait absolument aucune connaissance pointue sur cet homme : son style de combat, ses aptitudes, tout lui était parfaitement inconnu. Enfin, pour qu'il puisse être capable de faire exploser un toit et de flotter au-dessus du sol sans stratagème visible, il devait être un maudit. La sabreuse officiant pour les Decimas prit donc une décision : elle allait s'occuper en premier lieu de l'homme poisson puis elle couperait ce type-là en morceaux, petit-à-petit, afin d'obtenir une localisation exacte où chercher la cible de sa vengeance. La demoiselle bondit alors vivement dans les cieux, au-dessus de l'épicentre de l'explosion provoquée précédemment. Elle réalisa alors une violente acrobatie, son épée en avant. Une puissante vague d'air en fut générée. Parfaitement verticale, elle allait couper le bâtiment comme du beurre, et l'homme poisson avec s'il ne faisait rien. La jeune femme retomba sur le toit, ou tout du moins ce qui en demeurait, et réalisa une nouvelle roulade pour amortir sa chute avant de se relever.

De leur côté, les deux frères Handeler arrivèrent bien rapidement à la gare de San Faldo, qui était leur objectif depuis le départ. Tandis que Donatello se contentait de regarder les alentours avec son air endormi, Rembrandt attrapa la première boite de peinture emportée par l'un des soldats qui l'avait accompagné et l'ouvrit, analysant le contenu avec satisfaction. Comme à son habitude, le peintre semblait heureux de pouvoir travailler son art dans des conditions aussi extrêmes. Il hocha la tête avec vigueur et emporta le pot après l'avoir refermé droit vers l'un des murs. Il attrapa alors son pinceau et le fit tourner vivement entre ses mains, s'apprêtant à passer à l'action. De son côté, le cadet prit mollement son marteau et un burin amené là par un des autres soldats, se plaçant au niveau des quais et regardant la surface de la mer, comme à la recherche de quelque chose. Son regard se porta bientôt sur les rails qui ondulaient sous les assauts des vagues, et il se mit soudain en position, présentant son burin en le pointant droit en direction desdites rails. Tout en restant flegmatique en apparence, le sculpteur sembla se concentrer à son tour, attendant avec patience le moment où les vagues soulèveraient à nouveau le corps d'acier.

Cho et Lim, les deux agents du Gouvernement Mondial soumis à Centes, continuaient leur chemin sans se préoccuper du sort des autres membres de l'offensive Decima sur San Faldo. Leur objectif était simple et ils semblaient d'ailleurs ne posséder aucun libre-arbitre : rien ne les fit diverger de leur folle course, pas même l'explosion provoquée par les fantômes sur un bâtiment non loin de là. Au contraire, les deux anciens hauts-gradés poursuivaient leur course effrénée droit vers le Quartier Général de la Marine locale. Le vice-amiral, légèrement en tête, parviendrait en tête le premier d'ici une poignée de secondes, et strictement personne dans cette base n'avait le pouvoir de lui tenir tête. La contre-amirale, relativement moins puissante, le seconderait toutefois : ce duo semblait impossible à arrêter, de quelque manière que ce soit.


Du coup, je m'attarde très peu sur les deux artistes qui arrivent à la gare et sur les deux marines qui progressent juste. Les véritables actions se feront au poste prochain !
Revenir en haut Aller en bas
Carmen y Baroona
Chasseur de marines
avatar
Messages : 229

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
12/250  (12/250)
Berrys: 3.166.000 B

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Ven 10 Oct - 3:03


Je la prends

- Bon, on va établir quelques règles pour bien s’entendre. Numéro un : pas de foutus explosifs quand il y a un allié dans le coin, bordel !

Un immense centre commercial dédié principalement aux vêtements, le tout réparti sur plusieurs étages. Le rêve, hein ? Au sommet de ce dernier, il y avait un toit sans réelle importance, hormis qu’un trou béant en ornait désormais le centre ; trou à travers lequel on pouvait voir le niveau inférieur – un local de stock pour matériel d’entretien – où notre homme poisson s’extirpait péniblement des décombres après avoir été pris de court par une subite explosion. Il dut mettre sa main en visière pour pouvoir regarder vers le haut sans être ébloui et put ainsi apercevoir malgré la poussière la tignasse pourpre s’élever dans le ciel.

L’impact de l’attaque sur le bâtiment provoqua un bruit impressionnant, qui résonna sur l’ensemble de l’île. L’onde verticale progressa sans rencontrer la moindre résistance et scinda littéralement en deux l’illustre complexe commercial. Le logo de la marque, symboliquement coupé, manqua de s’écraser sur un groupe d’amies lancées dans une course effrénée pour tenter d’échapper au désastre. Incrédule, Shindô de son côté ne parvenait pas à détourner le regard de la ligne au sol, sur sa droite. Il avait pu échapper à l’attaque en roulant sur le côté au dernier moment, mais se trouvait toujours dans le local d’entretien. Un grondement métallique le ramena toutefois à la raison : il devait quitter les lieux avant que le tout ne s’effondre.

- Trop caractérielle pour moi, on dirait ma sœur, dit-il à l’égard de la rouquine, en défonçant la porte.

Dévalant la cage d’escalier à toute vitesse, il réalisa rapidement qu’il n’aurait pas le temps d’atteindre le rez-de-chaussée avant l’effondrement de sa moitié d’immeuble et décida donc de s’arrêter au septième étage, où il entra au hasard dans la première boutique à sa portée, pour y dérober les plus amples vêtements qu’il puisse y trouver, avant de délibérément sauter à travers la baie vitrée. Aidé de son parachute de fortune, il put ainsi atterrir au beau milieu d’une grande rue piétonne, sept niveaux plus bas.

- Hey le musicien ! « On décampe » je veux bien, mais pour aller où ? Hurla-t-il sans savoir si le concerné l’entendait.

S’engagea alors une course-poursuite effrénée entre le Fugu et le maudit, qui possédait l’avantage de voler et évitait donc les bousculades, le nuage de poussière et les voies sans issue. Assez vite, leur destination devint évidente : ils se dirigeaient vers le port et en comprenant cela, Shindô s’arrêta net. Était-ce un plan de l’homme masqué destiné à tendre un piège aux assaillants ou bien une simple fuite ? Deux silhouettes familières se dessinèrent soudain sur le pont d’une embarcation ; l’occasion d’obtenir peut-être des explications précises sur la situation. Regard intrigué, le pouce orienté vers la ville dans son dos, Shin’ s’adressa au groupe de sa voix tonitruante.

- Je viens de croiser une jolie rousse avec des couteaux, une amie à vous ? Je vous préviens déjà : je la prends, fit-il en étirant ses poignets.



résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 68

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Lun 13 Oct - 18:09



De gauche à droit : Matochika Cho et Frija Syrilia

De gauche à droit : Focker Lim, Handeler Rembrandt et Handeler Donatello

Comment diable des soldats de bas rang, même en grosse supériorité numérique et armés de technologies de pointe, auraient pu tenir tête à deux icônes de la justice d'hier ? C'était impossible, tout simplement. L'ancien vice-amiral Matochika et l'ancienne contre-amirale Focker enchaînaient les cibles, terrassant les quelques fous qui s'opposaient à eux d'un simple mouvement. Aucune balle ni aucune lame ne semblait être en capacité de les effleurer : les poings gantés de la jeune femme éclatait des crânes tandis que son aîné se contentait de les percuter de puissants coups de genou, comme s'il ne s'était agit là que d'un simple jeu d'enfant. Et en réalité, c'était bel et bien le cas, pour les deux pions des Decimas : ce n'était guère plus qu'une formalité. Un commandant, plus téméraire que ses camarades, en vint à se saisir d'un sabre long et se mit alors à courir droit en direction du musicien, pensant pouvoir être suffisamment rapide pour lui couper un bras. Malheureusement pour lui, le combattant n'eut aucun mal à éviter sa piètre tentative et à l'envoyer traverser trois ou quatre murs d'un simple coup de pied. Le plus dramatique était certainement de réaliser que les deux pions de l'armée de Centes ne se donnaient même pas à fond. Il ne fallut guère plus d'une ou de deux minutes pour que le quartier général ne soit totalement vidé de son esprit combatif. Les quelques rescapés, démoralisés, préférèrent alors s'en aller en déposant les armes, fuyant aussi rapidement qu'ils le pouvaient en direction de la gare. Idiotie, futilité : les quelques soldats emmenés par Rembrandt et Donatello étaient là, derrière quelques barricades de fortune érigées en hâte, et les fusils qu'ils portaient ne tardèrent pas à cracher leurs projectiles meurtriers.
C'est ainsi que périrent la grande majorité des marines présents sur San Faldo, sans infliger le moindre dommages aux forces d'invasion.

De son côté, Syrilia fut à peine à nouveau sur le toit qu'elle comprit qu'il valait mieux s'en aller définitivement : son offensive avait été plus effective que prévue, et les fondations du bâtiment semblaient sérieusement touchées. Autrement dit : tout l'édifice risquait de s'effondrer d'une minute à l'autre. Poussant un léger soupir, plus pour achever de reprendre son souffle après un tel mouvement que par fatigue ou par lassitude, l'épéiste se mit à courir et bondit une fois au bord du vide, s'élançant vers un autre bâtiment adjacent, plus bas. Elle y atterrit alors sans difficulté et jeta un regard en arrière, remarquant que l'homme-poisson venait d'utiliser un tas de vêtements en guise de parachute pour se poser directement en plein milieu de la rue. Malheureusement pour lui, la bretteuse n'allait pas le laisser s'enfuir sans rien dire de plus : il avait l'air de connaître l'un des amis de sa cible, et il pouvait donc posséder quelques renseignements très intéressants. Et il l'avait également insulté. Deux raisons de le voir finir sa journée en le décapitant violemment après avoir obtenu ce qu'elle recherchait. La rousse bondit une fois de plus, cette fois-ci en direction d'un autre bâtiment, bien décidée à suivre la course de son adversaire depuis la voie des airs. En agissant de la sorte, elle pouvait progresser plus aisément que dans les ruelles, et gardait un avantage en cas d'affrontement : celui de la hauteur. Avantage d'autant moins négligeable puisque l'individu était bien plus grand qu'elle, en temps normal. De surcroît, l'homme poisson pouvait ne pas la remarquer, si elle le poursuivait depuis les airs... Ce qui ne serait pas le cas si elle prenait le luxe de le poursuivre au sol.

Quand elle parvint au port, la jeune femme remarqua un navire, à quelques dizaines de mètres de là. Il semblait y avoir quelques personnes dessus, mais c'était sans importance : de toute manière, elle ne pouvait pas être certaine de leur identité, au contraire même. Dans le même sens, elle avait mieux à faire : l'humanoïde impoli se trouvait là, sur les quais, fier et plus idiot qu'il ne semblait le croire. S'opposer à Syrilia relevait du suicide : elle allait le lui faire comprendre. Sans prendre le temps d'arrêter sa course, l'épéiste bondit une fois de plus, envoyant soudainement une dizaine de lames d'air droit vers Shindô en tournant sur elle-même. Celles-là faisaient facilement un bon mètre, et avaient pour objectif de l'acculer. Toutes les éviter serait complexe, puisqu'elles ne ciblaient pas exclusivement l'homme poisson mais un cercle de quatre ou cinq mètres autour de lui. Seul un geste ample lui permettrait par conséquent de s'en sortir sans douleur, à première vue tout du moins. Suite à cela, l'ancienne alliée de Makui retomba au sol en une roulade toujours aussi gracieuse et se redressa, marchant en direction de l'homme poisson calmement, mais sans cacher son instinct meurtrier de quelque manière que ce soit.

Donatello n'eut qu'à frapper dans le burin lorsque les rails apparurent à nouveau, correctement dévoilées. Le projectile fondit droit en direction d'une des attaches et la fit tout simplement sauter, détachant les rails sans aucune difficulté. De ce fait, si le train des mers arrivait trop rapidement d'ici quelques minutes, il finirait tout simplement au fond de l'océan. Les quelques rescapés, quand à eux, auraient affaire à la pluie de burins que leur réservait l'Handeler. De son côté, Rembrandt n'eut aucun mal à recouvrir la façade de la gare de rouge du taureau. En agissant de la sorte, il s'assurait que les quelques rescapés de l'accident maritime qu'avait préparé son frangin attaqueraient le murs, et non pas eux. Ce côté-là de l'île était pour ainsi dire parfaitement sécurisé.


Matochika et Focker ont capturé la base. Donatello brise les rails pour envoyer le train des mers au fond de l'océan si ce dernier arrive trop vite, et Rembrandt recouvre la façade extérieure de la gare du rouge de la colère pour empêcher les hypothétiques assaillants d'attaquer. Syrilia, quant à elle, poursuit Shindô jusqu'au moment où elle passe à l'assaut.
Revenir en haut Aller en bas
Carmen y Baroona
Chasseur de marines
avatar
Messages : 229

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
12/250  (12/250)
Berrys: 3.166.000 B

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Mer 15 Oct - 17:18


L’insulte

- A qui tu parles ?

Au vent. Shin’ s’était adressé à un groupe d’individus affairés sur une embarcation, sans prendre le temps de vérifier de qu’il s’agissait – il faut dire que tous les humains se ressemblent aussi, ça n’aide pas. Le plus gênant dans ce genre de quiproquo était ce moment où, réalisant son erreur, on cherchait à discrètement s’en aller comme si de rien n’était, la tête basse. Le Fugu détourna simplement son attention du navire pour se tourner vers la ville, d’où émanaient çà et là grondement de bâtiments en effondrement et bruits de bataille. Cependant et en dépit de ce qu’on pourrait penser d’un guerrier comme Shindô, il n’aimait pas ce qu’il voyait.

Soudain elle apparut, la rouquine, la fougueuse rouquine. Jaillissant depuis les toits, elle ne perdit pas une seule seconde pour cribler sa cible d’attaques à longue distance, ce qui fit sourire l’ancien chasseur de prime. Cette humaine était comme lui au final, il ne la connaissait pas, elle ne le connaissait pas, mais tous deux n’avaient pas besoin de mots, de raisons ni de prétexte pour se battre. Il avait une petite idée de ce qu’elle voulait, bien sûr, mais ne comptait pas lui demander, parce qu’il ne voulait pas demander, ça ne servirait à rien.

- Des lames d’air... Parce que j’ai une tête de campeur qui se bat à distance peut-être ? Dit-il en serrant son poing au niveau de sa hanche.

L’attaque sonnait comme une insulte, d’autant plus que ce n’était pas la première fois. Concentré sur la dizaine de projectiles se rapprochant à toute vitesse, il n’esquissa pas la moindre tentative d’esquive ou de protection. Renforcement ses points d’appuis, il se contenta d’attendre le bon timing pour finalement frapper, d’un unique coup de poing bien droit, dans le vide devant lui. Dans un premier temps, la technique sembla n’avoir eu aucun effet. Toutefois, à l’instant où elles étaient censées le percuter directement, les lames d’airs furent largement déviées, s’écrasant alors partout autour de lui.

- Karakusagawara Seiken, murmura-t-il calmement après coup.

Sans transition, il se précipita alors vers un immense conteneur métallique, qu’il souleva sans trop d’efforts malgré la différence de taille, avant de le balancer vers son adversaire. Sans prendre le temps d’observer le résultat de l’attaque, il enchaina avec une série de bonds arrière qui le rapprochèrent de l’eau, sans encore y plonger. Il savait, peu importe le niveau de son ennemi, que dans cet environnement il avait l’avantage. Enfin, ça c’était avant de remarquer le rouge sur le sol…

- Officier Wenham, de la Marine, ça te dit quelque chose ? Demanda-t-il, profitant de la situation pour tenter d’obtenir des informations.

Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 68

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Jeu 16 Oct - 21:56



De gauche à droit : Matochika Cho et Frija Syrilia

De gauche à droit : Focker Lim, Handeler Rembrandt et Handeler Donatello

Pour le commun des mortels, poser une interrogation, quelle qu'elle soit, est un moyen fiable, bref et efficace de se renseigner quant à tel ou tel sujet. Les règles de bienséance et de la courtoisie veillent à ce que l'intéressé, c'est à dire la cible de l'interrogation en question, formule une réponse intelligible et directe afin de remplir sa part du marché. Vous comprenez d'ores et déjà où je veux en venir : Syrilia n'avait que faire de la bienséance et marchait avec allégresse sur la courtoisie, a fortiori lorsque le type qui lui adressait la question lui avait un petit peu plus tôt demandé de "dégager, s'il te plaît, merci". Si les lames d'air de la bretteuse ne semblaient pas être assez puissantes pour terrasser ce fichu homme-poisson, qui démontrait quelques capacités dont elle aurait pu se réjouir en temps normal, l'épéiste ne se laissa pas démonter pour autant : elle aurait tôt ou tard l'occasion de le couper en dé, et ses coups de poings n'y changeraient rien. Quand le type prit la liberté de lui envoyer un container d'acier comme s'il ne s'était agit que d'un vulgaire avion en papier, la rousse fit tournoyer l'une de ses lames dans sa main droite. Le projectile n'eut pas le temps de l'atteindre qu'il fut violemment scindé en deux, verticalement. Les deux parties de l'objet s'écrasèrent à sa droite et à sa gauche, sans la toucher de quelque manière que ce soit. Seul le choc des deux morceaux avec le sol généra une rafale de vent susceptible de l'atteindre : la chevelure sanguine de la demoiselle s'affola vivement avant de s'abaisser à nouveau quelques instants plus tard. En restant silencieuse et immobile, jaugeant l'ennemi du regard, la jeune femme comprit immédiatement deux choses : la première, c'était que ce type n'était apparemment pas aussi fort qu'il n'y paraissait, à en croire le sang à même le sol entre eux deux. La seconde, plus inquiétante pour un quidam, c'était le fait que l'amphibien cherchait manifestement à se rapprocher de l'eau, qu'il tenterait d'utiliser à son avantage. Si la Frija ne savait pas grand chose des hommes-poissons, elle était certaine qu'ils possédaient des pouvoirs relativement contraignants en lien avec le domaine aquatique. C'était du moins ce que lui avait dit Aaron à l'occasion de l'une de leurs rares discussions. Cela étant, elle s'en foutait.

La combattante n'avait en effet pas pour velléité celle de laisser son ennemi combattre à long terme : elle allait en finir rapidement et violemment, afin de ne lui laisser aucune occasion d'user de ses mystérieux pouvoirs. Après tout, ce type n'était qu'un moucheron qui se dressait sur le chemin de sa vengeance : il convenait par conséquent de l'écraser d'un revers de la main sans plus s'intéresser de son funeste destin. Avec force, la jeune femme brassa l'air une fois de plus, horizontalement cette fois-ci, balançant une offensive semblable aux précédentes mais largement plus grande. Cette dernière visait les jambes de l'inconnu. Une nouvelle fois, Syrilia espérait qu'il ne tomberait pas aussi facilement, d'autant plus qu'il avait déjà été capable de se protéger partiellement une première fois d'un assaut de ce type... Mais ce que souhaitait faire la jeune femme, c'était le forcer à éviter par la voie des airs. Sans perdre davantage de temps, l'ancienne alliée de Makui se projeta droit dans la direction de l'humanoïde pour tenter de le transpercer de sa lame gauche en plein abdomen, en fonction de ses déplacements. Toutefois, la bretteuse gardait plusieurs choses à l'esprit : premièrement, ce gars était largement plus grand qu'elle et elle n'allait par conséquent pas se risquer à s'approcher trop près si elle n'était pas certaine de pouvoir éviter ses attaques. Secondement, si l'amphibien sautait sans l'eau, elle ne réaliserait pas l'idiotie de l'y suivre vivement : même si faire trempette ne l'aurait pas gêné en temps normal, elle s'aventurerait en territoire ennemi mais s'éloignerait surtout de son objectif principal, à savoir le meurtrier de son mentor. Troisièmement, elle allait de toute manière se méfier de ses mouvements, quels qu'ils soient : ce gars avait réussi une fois à repousser ses lames d'air, cela laissait supposer qu'il pouvait réitérer des attaques de ce genre.


Juste Syrilia, dans ce poste. Les autres ont déjà fait ce qu'ils avaient à faire, de toute manière !
Revenir en haut Aller en bas
Elimane Loyckh
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 4324
Race : Humain
Équipage : Solo

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
96/350  (96/350)
Berrys: 1.000.409.790 Berry

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Sam 18 Oct - 19:12





Mission

de paix

­
• Nom :
      Elimane
• Prénom :
     Loyckh
• Âge :
      25 ans
• Grade :
      Vice-Amiral
• Time Type :
      Présent
• Affiliation :
      Gouvernement Mondial Section Marine
• Condition/Habits :
      En uniforme réglementaire sans manteau
• Lieu :
      Au large de San Faldo sur le GWS1554 « Ferdinant »
• Situation Initiale :
      En route vers le QG de la Marine
• Situation Présente :
      Mission de soutien à San Faldo



Accostage à San Faldo

Le ciel s'assombrissant de minute en minute, Loyckh crayonnait une page de son book tout en imitant les colorations ternes du soleil couchant du mieux qu'il le pouvait. De la terrasse du GWS1554 « Ferdinant », la vue semblait imprenable, seule la vigie pouvait se targuer d'avoir mieux que le vice-amiral. La mine pointue dessinant l'horizon telle un miroir l'aurait réfléchit, le jeune homme maîtrisait ce domaine avec une quasi perfection. Après dix minutes, le résultat dépassait ses attentes. Il stoppa donc ses mouvements et contempla le spectacle vespéral encore quelques instants, posant de même ses affaires sur la table basse. Une fois la nuit débutée, il se leva, pris ses instruments, son livre de dessins et poussa la porte fenêtre donnant sur ses quartiers. Il entra à l'intérieur, rangea ses affaires et s'affaissa sur le lit double en ayant au préalable enjambé une pile de documents sur les primes des principaux hors la loi de la région.

Le navire venait de quitter l'île de Pucci, l'Eternal Pose pointait vers Marineford et le capitaine du navire comptait terminer à bien sa mission. Soudain, le Denden Muchi sonna, rompant le silence relatif du poste de commandement. Le capitaine décrocha, parla un moment puis demanda à tout le monde de stopper les machines. Il écrit rapidement une note sur un bout de papier, plia celle-ci et la confia à une jeune femme en lui ordonnant de l'apporter à Elimane Loyckh, celle-ci s'exécuta aussitôt.

Cherchant un défaut dans le lissage du plafonnage, l'officier supérieur ne pensait pas à grand chose. Pour bien dormir, il pratiquait un car-wash mental chaque soir, cela le libérait de son stress et lui permettait de dormir comme un nouveau né. Le vice-amiral était reconnu pour son calme et une zénitude presque agaçante pour ses ennemis, mais cela ne s'apprenait pas en deux jours. Sa technique consistait à rester au calme, concentré, et ne penser à rien tout en fixant un objet ou une chose durant un temps plus ou moins conséquent, dépassant parfois la demi-heure. Mais cela fonctionnait tellement bien qu'il ne pouvait se résoudre à abandonner cette pratique qu'en temps de crise.

Cette nuit allait commencer une de ces périodes de trouble intense que peu de gens n'aimaient. On toqua à la porte. Loyckh ne sursauta pas mais eu un léger haussement de tension. Il se leva rapidement, traversa la pièce en quelques secondes et ouvrit. La jeune et jolie femme blonde de tantôt lui tendit la note sana même se présenter. Les usages classiques n'étaient apparemment pas de mise, et même si le vice-amiral connaissait l’identité de la messagère, il n'était pas normal qu'elle ne se soit présentée avant tout autre chose, ce devait être très important. Il déplia en hâte la lettre et lu le message à voix basse.


« Merci Mademoiselle Von Freud, vous pouvez regagner vos appartements, votre service aurait dû finir il y a une heure et nous auront besoin de toutes les forces possible demain. »

Sans refermer la porte, je passais devant Felicia et courus vers les escaliers que je dévalais en un rien de temps, bousculant au passage un sergent dont la colère momentanée emporta les mots. Je n'y pris pas attention car dans l'immédiat, je devais rejoindre le capitaine Joss. J'ouvris la porte un rien essoufflé et vint prendre les nouvelles auprès des officiers en pleine discussion autour d'une carte.

« Bonsoir Vice-Amiral Elimane, nous venons de recevoir un appel de détresse de San Faldo, apparemment, c'est le bordel. Ils demandent à tous les navires militaires proches de l'île d'aller voir quelle est la situation à San Faldo. Commandant Finch ? »

« Oui, si vous me permettez capitaine, ce doit être le bordel là-bas, j'ai un amis lieutenant en fonction là-bas et j'ai essayé de le joindre, mais il ne me répond pas. Or il possède un Denden Muchi mini, je le lui ai moi-même offert il y a peu. S'il ne répond pas, c'est qu'il lui est arrivé quelque chose. Vu ses compétences de combat, je doute qu'il n'ai des problèmes contre des rookies. »

« Le « Titans » et nous-même devrions prendre la route vers San Faldo, voir quel y est le problème et si nous pouvons intervenir. Que l'on demande à Water Seven des éclaircissements sur la situation et s'ils savent quel est notre ennemi. Capitaine, je vous laisse faire l'annonce, je monte sur le pont principal au poste d'observation avant. Que l'on me communique toute info utile sur mon Denden privé. »

« Bien Monsieur ! Kobalski, vous vous chargez des communications internes, capitaine Riad, restez en ligne et tentez de joindre Water Seven, lieutenant en chef Kuyabatoshi... »

Je n'eus le temps d'en entendre plus, déjà, je posais le pied sur le pont et m'installa au dessus du poste d'observation. San Faldo n'était qu'à quelques heures d'ici et le bâtiment faisait cap toutes voiles sorties vers cette île. En chemin, j'appris que des terroristes venus des favelas avaient provoqués un tumulte suite à diverses explosions créant un soulèvement puis une émeute dont la Marine n'arrivait à calmer. C'est donc pour cette raison qu'ils avaient faits appel à Water Seven, afin de recevoir des renforts. Mais chose étonnante, plus des trois quarts des militaires ne répondaient pas aux multiples appels et, encore plus bizarre, certains indices comme la destruction des rails laissaient penser que les habitants n'étaient pas seuls face au gouvernement.

Il nous fallu six heures pour apercevoir le rivage de notre destination. Nous accostâmes au nord du port de l'île, à l'opposé quasi de la gare. Le chaos avait envahi la ville et ses habitants, pris de panique, couraient dans tous les sens tout en vociférant comme des diables. Je divisais alors mes hommes en plusieurs groupes : Secours à la population et aide aux forces locales contre l'ennemi. Le capitaine Raul, le lieutenant Kayotara, la vice-capitaine Hona et l'adjudante Florine s'occupèrent de guider nos troupes pour venir en aide au service d'ordre, l'autre partie des officiers devait secourir la population et les militaires blessés; le capitaine Joss et le sergent-chef Waltring restèrent sur le navire avec le corps médical afin de transformer le navire en hôpital retranché. Harold Finch, John Reese et Sameen Shaw me suivirent lors de ma montée sur les toits de la ville, chemin plus aéré que les ruelles sinueuses d'en bas. Les trois hauts gradés ne pourraient que m'être utiles dans mon objectif principal : trouver les principaux agitateurs, leurs gros bras et mettre un terme à tout cela. Deux journalistes de guerre, et quelques Marines, nous emboîtèrent également le pas.

La situation sur place dépassait la simple révolte, des explosions retentissaient de toutes parts, un moment, le bâtiment sur lequel nous courions s'effondra, emportant avec lui un des journalistes qui disparu dans le nuage de poussière qui se forma ensuite. Quelques soldats s'arrêtèrent pour lui venir en aide. De notre côté, nous continuâmes notre course, de tuile en tuile par delà les cheminées, rejoint quelques toitures plus tard par le lieutenant Coku, le capitaine Ingraam et le lieutenant Batemane. Le Denden Muchi de Reese sonné et il décrocha, sans même s'arrêter.

Le commandant Party And Diner venait de repérer une jeune hors-la-loi en plein combat face à une autre figure notoire ennemie du gouvernement. Frija Syrilia se battait contre l'homme-poisson au nom de Shindô. Leur prime cumulée pesait timidement les 175 millions. Nous nous arrêtâmes, afin de prendre une décision. C'était soit demi-tour vers le port ou nous continuions à chercher d'autres incriminés... Le choix fût rapide à la suite des événements : Reese s'exclama soudainement « Lim ? ». L'ex-militaire parlait un peu plus loin, au sol, avec un grand type qu'il me semblait connaître de vue. C'est alors qu'Harold confirma mes pensées en nous signalant que les deux protagonistes ne sont autres que Lim Focker et l'ex-vice-amiral Cho Matochika, deux associés des Décima. Il y avait donc bien quelqu'un derrière tout cela, ce ne pouvait pas être qu'une coïncidence.

« Je me charge de Matochika, concentrez-vous sur Focker. N'oubliez pas qu'elle est plus forte que vous individuellement. Il doit également me surpasser en terme de force mais nous n'avons pas le choix, à trois contre Focker, vous avez peut être une chance ! »

Nous nous pointions donc devant eux avec la ferme intention de ne pas les laisser partir comme ils étaient venus. Le sang dégoulinant des poings de l'ex-Marine, nous comprîmes aisément qu'elle n'était pas restée là sans rien faire. Quelques corps aux alentours nous permettaient d'imaginer l'état dans lequel elle avait laissé ses opposants. Je me positionnais devant Cho, les autres devant Lim. Le combat n'allait pas être facile, c'est le moins qu'on pouvait dire. J'engageais directement les hostilités, les formalités n'étaient de mise.

« On va être plus difficile à battre que vos précédents adversaires ! »

« Ice Punch »



PNJ's situation:
 

Principaux PNJ:
 

Loyckh's Attaque(s):
 


©️ Never-Utopia


Les PNJ avec moi auront une petite fiche dès que j'ai mes réponses Smile
Revenir en haut Aller en bas
Carmen y Baroona
Chasseur de marines
avatar
Messages : 229

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
12/250  (12/250)
Berrys: 3.166.000 B

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Mer 22 Oct - 2:45


Dément

L’absence de réponse fit doucement ricaner l’homme poisson. Il avait posé sa question en sachant pertinement qu’elle ne lui répondrait pas. Mais bon, qui ne tente rien n’a rien. Il ne tint donc pas compte de ce vent magistral et se recentra très vite sur l’affaire urgente du moment : le combat. La proximité de l’océan le rassurait, mais il prenait également en compte tous les paramètres de la rencontre. La rouquine était très forte et dotée d’un important pouvoir de destruction. Le métal et les structures plus résistante n’étaient apparemment pas un souci, sans parler de son agilité, de sa vitesse… Shindô savait très bien que cette guerrière la surclassait sur plusieurs plans.

- Pas très bavarde. Tu sais que tu commences de plus en plus à me plaire ?

Cette fois-ci, la réponse fut rapide et cinglante. L’onde tranchante fusa à ras du sol vers l’homme poisson, qui comprit instinctivement ce dont il était question. Il arma son poing au niveau de sa taille, mais savait qu’il n’aurait pas suffisamment de temps pour que son onde se propage et bloque correctement la lame d’air. Avant que son cerveau n’ait même le temps de réellement interpréter ce qu’il se passait, il se mit à courir vers la susnommée attaque, sautant pratiquement en même temps que son ennemie, qui comptait le cueillir dans les airs. Son poing gauche toujours serré sur son flanc se détendit alors brusquement devant lui.

- Karakusagawara Seiken ! Hurla-t-il partagé entre rage et excitation.

Le sourire dément qui anima son visage à cet instant témoignait de l’intensité avec laquelle il vivait le moment. Certes, il s'était pris une lame dans le bide, certes, le sang coulait à flots et certes, ça faisait mal, mais tout ça en valait largement la peine. Le coup qu’il lui avait donné, en plus d’être particulièrement puissant, était accompagné d’un effet issu de son art martial, le gyojin Karate. En cas de contact direct, l’onde générée par cet effet se propagerait dans l’ensemble de son corps d’humaine, y causant de lourds dégâts internes. Par ailleurs même si le poing n'avait pas atteint sa cible, l'onde générée balaierait tout simplement la rouquine. Sans trop chercher à connaître l’état de son adversaire, Shindô se mit alors à péniblement marcher à quatre pattes en direction de l’océan, où il espérait pouvoir faire un maximum de chemin avant de perdre connaissance.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 68

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Jeu 23 Oct - 15:39



De gauche à droit : Matochika Cho et Frija Syrilia

De gauche à droit : Focker Lim, Handeler Rembrandt et Handeler Donatello

Pulupulupulu... Pulupulupulu... Pulupulupulu... Gatcha.
-Allô... ?

La voix traînante et lasse de Donatello résonna à l'autre bout du combiné tandis qu'il détournait son regard pour fixer son aîné, à quelques mètres de là. Le peintre, comme prit dans une sorte de transe, semblait s'amuser à dessiner un symbole immense en couleur rouge vive tout en y ajoutant de multiples détails absolument superfétatoires mais ô combien graphiquement impeccable. Le sculpteur écouta dans un silence religieux les paroles prononcées sur un ton affolé de l'un des hommes de main qui les accompagnait ici, sur San Faldo, et qui avait pour mission initiale celle de terrasser les forces de la marine sans grande importance :

-Donatello-san ! C'est mauvais ! Des renforts de la marine sont déjà arrivés ! Il y a le vice-amiral Elimane, et d'autres gradés !
-Hmmm...

Le colosse raccrocha avec un air embêté et se mit à marcher précautionneusement droit vers son frangin, comme s'il ne voulait pas le brusquer. Et c'était d'ailleurs véritablement le cas : quand il était dans une telle transe artistique, Rembrandt était particulièrement à fleur de peau. Le gêner, dans la majorité des cas, c'était expérimenter de nouvelles formes de tortures. Par exemple, une fois, le peintre avait obtenu une couleur étrange suite à ses multitudes de mélanges : il s'agissait d'un rouge pâle et clair, à mi chemin entre le rose et le magenta. Il avait alors nommé cette couleur le "rouge de la varicelle". Le pauvre Donatello avait passé les trois heures suivantes à gratter les symboles avec acharnement, avant de se rappeler qu'un peu d'eau suffisait généralement à ôter les symboles de son aîné. Quoi qu'il en fut, le colosse espérait tout simplement que son camarade comprendrait que la situation était relativement dangereuse : s'ils ne prêtaient pas main forte aux deux pions, ceux-là risquaient de se heurter à un problème épineux. Un vice-amiral ne devait pas se trouver ici...



En menant l'assaut, Syrilia ne s'était pas attendu du tout à la réaction que sembla adopter l'adversaire : en effet, celui-là, plutôt que d'éviter ou de bloquer la lame d'air d'une façon ou d'une autre, jugea bon de se jeter dessus pour prendre la bretteuse de court. Son mouvement surprenant, s'il aurait certainement désarçonné plus qu'efficacement un combattant lambda, n'arracha guère plus qu'un sourcil arqué d'incompréhension de la part de la demoiselle. Pour le coup, elle ne savait pas quoi penser de la situation, mais elle savait à cause de son précédent coup de poing dans le vide que ses capacités étaient relativement menaçantes. Restant sur ses gardes elle bondit comme prévu et s'apprêta à trancher l'ennemi lorsqu'elle remarqua que celui-ci, ayant préparé son assaut plus convenablement en sachant comment elle agirait sans l'ombre d'une hésitation, avait un peu d'avance sur elle. Autrement dit ? Il fallait pour le coup que la rousse privilégie la défense afin de pouvoir se consacrer plus amplement à l'offensive d'ici quelques secondes. De toute manière, l'amphibien devait d'ores et déjà souffrir à cause de la coupure béante... Ce n'était plus qu'une question d'instants pour qu'il ne s'évanouisse d'une manière ou d'une autre. Ainsi, quand le poing menaça l'abdomen de la jeune femme qui réagit immédiatement. Haki de l'armement. Elle ne l'utilisait pas souvent, à vrai dire, uniquement lorsque c'était nécessaire : l'occasion s'y prêtait. La plaque grisâtre qui vint recouvrir son ventre aurait en principe dû contrer tous les possibles dégâts fournis par un simple coup de poing... Mais à vrai dire, il n'en fut rien, ou pas grand chose. Si le choc en lui-même ne lui fit aucun mal, le reste fut un tant soit peu plus douloureux.

Une fraction de seconde après le choc, elle sentit son corps se soulever et être propulsé en arrière, comme prévu. Mais ce ne fut pas tout : elle sentit également comme une force exercée sur ses organes et ses muscles, remuant violemment ses entrailles et les soumettant à une pression surprenante. Sur le coup, la demoiselle lâcha l'une de ses deux lames et cracha quelques gouttes de sang avant de terminer sa course dans un entrepôt dont elle avait tout simplement traversé la paroi de bois. Crachotant et toussotant, pestant contre le pouvoir mystérieux de cet homme-poisson, Syrilia ne tarda pas à se relever malgré son corps légèrement endolori. Elle avait connu pire, à vrai dire, et ce n'était pas pour si peu qu'elle allait s'arrêter... le haki de l'armement avait été plus qu'utile, pour le coup. Toutefois, la rousse ne pouvait s'empêcher de se demander ce que pouvait bien être cet étrange pouvoir qui l'avait touché même si le choc en lui-même n'avait eu aucune efficacité réelle. Un fruit du démon ? Inconcevable. Pourquoi un maudit se rapprocherait-il de son propre chef d'une étendue d'azur, durant un affrontement ? Peut-être pour endormir sa méfiance, mais tout de même... C'était prendre beaucoup de risques pour une simple réplique. De ce fait, l'épéiste songea bien rapidement à une aptitude quelconque. Quoi qu'il en fut, elle devait surveiller les mouvements de son ennemi avec plus de sérieux qu'auparavant : dans le cas où elle le sous-estimerait, elle éprouverait sans doute une nouvelle fois cette désagréable sensation.

La Frija, après un instant destiné à retrouver son calme et à récupérer totalement ses capacités corporelles, passa par le trou dans le mur qu'elle avait formé à l'aller et remarqua bien rapidement son ennemi à quelques dizaines de mètres d'elle. A quatre pattes, ce type semblait vouloir se rapprocher aussi vivement que possible de l'océan... Comme si la rousse allait le laisser faire ! Fronçant les sourcils, celle-là usa de son unique arme pour balayer l'air verticalement. En naquit une lame d'air aux dimensions surprenante, dépassant probablement les deux mètres et qui fondit droit vers l'humanoïde pour tenter de le trancher en deux. Après ça, et malgré la douleur qu'elle ressentait toujours au niveau de l'abdomen, Syrilia se mit à courir en suivant de près son offensive, comme auparavant. Cependant, elle restait désormais bien plus vigilante : le même coup ne fonctionnerait pas deux fois...



Même si les marines de l'île étaient tombés sans être véritablement dignes de leurs deux ennemis, se comportant plus en victimes qu'en soldats, San Faldo n'en était pas pour autant une île au service des Decimas : l'arrivée des renforts le fit bien comprendre et les deux anciens gradés les fixèrent s'approcher avec un calme et une neutralité qui ne faisait que refléter leur manque de libre-arbitre. Ils ne répondirent pas aux provocations de leurs adversaires et Cho se contenta de fixer Loyckh lui envoyer un point de glace sans bouger. Au dernier moment, sa jambe droite frappa soudainement le sol et il disparut, se retrouvant alors à la droite de son ennemi. Le soru, effroyablement efficace et intelligemment exécuté, montrait qu'il n'avait pas usurpé son ancien rôle au sein du Gouvernement Mondial. Il enchaîna alors vivement avec un rankyaku envoyé de la jambe gauche, qui menaçait le logia horizontalement, dans l'optique de le trancher au niveau des reins. De son côté, Lim n'attendit pas que ses ennemis passent à l'action pour réagir : la jeune femme se propulsa droit vers le commandant Reese et arma son poing pour lui donner un uppercut d'une puissance effroyable. Si le commandant n'avait pas la présence d'esprit d'éviter, le granit marin l'enverrait douloureusement dans l'inconscience... S'il ne mourrait pas sur le coup.

Revenir en haut Aller en bas
Elimane Loyckh
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 4324
Race : Humain
Équipage : Solo

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
96/350  (96/350)
Berrys: 1.000.409.790 Berry

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Sam 25 Oct - 16:54





Mission

de paix

­
• Nom :
      Elimane
• Prénom :
     Loyckh
• Âge :
      25 ans
• Grade :
      Vice-Amiral
• Time Type :
      Présent
• Affiliation :
      Gouvernement Mondial Section Marine
• Condition/Habits :
      En uniforme réglementaire sans manteau
• Lieu :
      En bordure de Ville sur San Faldo
• Situation Initiale :
      Mission de Soutien à San Faldo
• Situation Présente :
      Combat face à Matochika et Focker



Combat en bordure de ville


« ... à trois contre Focker, vous avez peut être une chance ! »

Cette phrase résonnait fortement encore dans la tête de Nathan Ingraam. Le vice-amiral doutait-il des compétences des officiers moins gradés que commandant ? Il voulait absolument lui montrer de quoi il était capable et, simultanément à l'attaque de Loyckh, le capitaine tira vers Focker sans prendre attention que son alliée, Sameen Shaw, se situait en plein trajectoire du tir. Cette dernière n'y avait prêté aucune attention mais, suite à l'attaque de Lim, c'était légèrement décalée vers la droite pour suivre le mouvement et seul le sac à dos de la commandante ne fût touché. La balle effleura se dernier déchirant un morceau de toile et libérant deux grenades de celui-ci. Shaw sentit cette perte de poids minime et réagit en une seconde. Avant que la première grenade ne touche le sol, elle relança celle-ci vers le haut d'un mouvement de pied.

En ville, les soldats semblaient dépassés tellement le nombre de blessés était élevé. Les soldats venus en renfort et les rescapés valides transportaient les victimes encore vivantes sur des civières en route vers les navires transformés en hôpitaux de fortunes. Les morts jonchaient le sol des rues dans un spectacle chaotique digne d'un soire Halloween. Les ennemis du gouvernement n'avaient donc aucun respect, laisser les morts sur place afin qu'ils pourrissent risquait l’apparition de maladies elles-même véhiculées par les chats, les chiens et les rats. Une odeur cadavérique envahissait la ville d'habitude jouasse et festive.

Dans les quartiers épargnés, certains barmans rouvrirent leurs installations afin de permettre les discussions autour d'une choppe de bière. Beaucoup se demandèrent qui était derrière tout cela. Un fichu merdier! Certains n'aimaient pas se battre et beaucoup préféraient boire un verre plutôt qu'aider ses voisins, mais tous s'accordaient à dire qu'il y avait quelque chose de louche derrière tout cela. La ville se vidait petit à petit de ses corps meurtris, déplacés vers le bâtiment du Capitaine Joss, surmené. Il ordonna au central des denden muchi de demander encore des renforts et du matériel médical en urgence.


« Ice Punch »

Mon attaque fondait en plein sur mon adversaire qui ne bougeait pourtant pas. C'était au dernier moment que celui-ci esquiva le poing de glace en exécutant impeccablement un soru. Il finit sa course à quelques pas sur ma droite. Mon poing toujours en avant, je tournais un rien la tête pour suivre la suite de la riposte fulgurante. D'un mouvement de jambe, il m'envoya une lame d'air tranchante. Trop rapide, je n'eus que la présence d'esprit d'esquiver car mon corps suivait toujours le chemin de ma précédente attaque. Le rankyaku traversa donc mon ventre de part en part et échoua sur un rocher décorant le pied d'un arbre.

Pas de sang ? Mon adversaire ne savait donc pas que je possédais un logia ? Il aurait facilement pu prendre l'avantage avec cette simple attaque. Je pivotai alors rapidement pour éviter d'être à nouveau pris de court et exécutai à mon tour un soru vers l'officier renégat.

« Tsujo No Rensa »

Arrivé à hauteur de mon adversaire, j'armais ma jambe droite et l'abattais à hauteur d'épaule. Les bras repliés en arrière, je combinais cette frappe à une Ice Ball pour terminer mon action en position de chute faciale à quelques pas de là, l'élan m'ayant plus loin que prévu. Je me relevais afin de me préparer à la suite car s'il avait éviter l'emprisonnement dans la glace, il allait forcément contre attaquer. Je me concentrais alors en attendant mon adversaire, caché par la brume de glace soulevée par mes techniques.

Je ne devais pas le sous-estimer, après tout, il était du niveau d'un vice-amiral et je venais à peine d'être promu à ce rang. Il devait égaler ma force si pas la surpasser, mais je savais me battre et s'il fallait saigner un peu, ça m'allait, l'important était de gagner ces deux combats. Je ne connaissais ce type que de nom et évidemment avait été averti de son adhésion aux Décimas mais c'est tout, je ne savais pas de quoi il était capable, ni quelles étaient ces capacités. En revanche, j'avais lu plusieurs rapport d'entrainement où Lim Focker y figurait et ses capacités m'étaient connus, pour le principal. Elle non plus n'était pas à sous-estimer, mais mes hommes semblaient s'en sortir jusqu'à présent.

« Allait, viens ! »

Lim allait percuter John, qui n'eut le temps que de faire un pas en arrière, allongeant d'une seconde le délais entre sa tête et la matière grise des gants adverses. Mais avant que la jeune femme ne puisse abattre son attaque meurtrière sur lui, Shaw frappa avec sa batte une grenade qui vint se loger dans le torse du commandant. Celui-ci regarda le poing fondre sur lui puis, il explosa en une myriade de petit cristaux. La commandante continua son offensive en envoyant une seconde grenade en direction cette fois de Lim. Au même moment, le lieutenant Batemane tira vers elle et Finch usa de son pouvoir pour aveugler la Décima en lui envoyant un laser rouge vif en plein visage. La lieutenante Coku, quand à elle, ne pu que regarder car l'action semblait trop rapide pour elle. Ingraam n'était plus visible, il avait disparu dans la fumée dégagée par le rocher touché par le rankyaku. John Reese se matérialisa en peu de temps à coté de Finch, devenu aussi gris que le mur derrière lui. Reese fit un bref signe de remerciement à sa collègue et reparti combattre son adversaire.

Plus loin de là, le commandant Party And Diner engageait le combat face à Frija et Shindô. L'ennemi était double et plus puissant, mais le commandant pouvait se contenter d'un seul des deux. Il savait également que la suite des renforts n'allait logiquement pas tarder. Il envoya le capitaine Raul, la lieutenante Kayotara et la vice-capitaine Hona vers Syrilia. Aidés d'une centaine d'hommes, ils pouvaient peut être en venir à bout ou du moins la chasser de l'île. Lui-même et l'adjudante Florine, en compagnie d'une trentaine d'hommes, attaquèrent l'homme-poisson mal en point.

L'ennemie suivait une lame d'air de près tout en ne se souciant absolument pas des Marines. Ceux-ci lui tirèrent dessus pendant sa course. Service, quand à lui, envoya une volée d'objet un peu partout sur le sol et les murs des lieux sans pour autant faire exploser quelque chose. Un seconde classe le regarda hésitant puis repris sa course vers Shindô.



PNJ's situation:
 

Principaux PNJ:
 

Loyckh's Attaque(s):
 


© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Carmen y Baroona
Chasseur de marines
avatar
Messages : 229

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
12/250  (12/250)
Berrys: 3.166.000 B

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Lun 27 Oct - 18:55


Toute mouillée

Elle était là, devant lui, à portée de bras. Cette immense étendue azurée semblait l’appeler. Dans un premier temps il ne comptait pas vraiment fuir, mais juste se placer dans un environnement favorable. En effet, une fois qu’il serait dans l’eau, elle aurait alors un choix à faire : le rejoindre et se faire poutrer ou fuir et perdre le combat d’un point de vue moral. Enfin, ce dernier point n’était pas aussi formel dans son esprit ; lui-même rampait déjà au sol donc niveau disgrâce, difficile de faire pire, mais au moins son attaque avait été concluante. Shindô souffrait, ne souriait plus avec l’adrénaline qui commençait à diminuer et sentit encore plus intensément la douleur lancinante tout le long de sa poitrine. « Une énième blessure de guerre » pensa-t-il lorsque soudain une balle frôla sa jambe.

- On a de la compagnie, carotte !

La rouquine n’avait pas tardé à s’extirper des décombres pour relancer l’assaut sur l’homme poisson. Shindô vit cette lame d’air fondre sur lui et se sentit particulièrement exposé. Il était mal en point, ne pouvait se permettre d’encaisser quoi que ce soit d’autres et se savait trop diminué que pour esquiver proprement. Son regard se dirigea dans un premier temps vers la lame de la donzelle, sur le sol. Il posa même la main dessus, mais ne fit rien de plus. Sans réfléchir, il laissa donc ses instincts les plus primaires prendre le dessus et enfla littéralement comme un ballon de baudruche, pour ensuite brusquement relâcher le tout sur sa droite.

- Un peu d’intimité les mouettes, ce n’est pas trop demander ? hurla-t-il à l’égard des gouvernementaux fraichement arrivés, juste avant de plonger.

Dans l’eau, il n’exécutât qu’un seul mouvement qui l’éloignât du port, vers le bas , avant de simplement relâcher l’entièreté de son corps, en profitant de l’absence relative de bruit pour effectuer un petit bilan. Une première blessure un peu plus superficielle au torse, une ouverture moins étendue mais beaucoup plus sévère au niveau du ventre, une balle dans le genou discrète jusqu’alors et… un, deux, non trois orteils en moins, à cause de la dernière esquive approximative. Il était donc toujours opérationnel, toujours prêt pour le grand finish, parce que oui, il comptait partir. Des incrustes l’avaient privé de son duel et allaient payer pour ça.

Ainsi, il tendit les bras devant lui et mit ses mains en forme de bol, avant de se mettre à manipuler l’eau autour de lui en grande quantité. Très appliqué, il redirigea alors brusquement ses mains vers la surface, geste qu’il compléta d’un cri, uniquement audible pour les poissons des environs :

- Kairyu Kotenage !

La gargantuesque trombe aqueuse s’éleva sur une dizaine de mètre, tel un geyser jaillissant au beau milieu de l’eau, avant de se courber pour retomber avec force sur le port. Pas de quoi briser quoi que ce soit, hormis peut-être quelques frêles structures en bois. L’objectif ici était surtout de marquer son départ en mouillant brusquement tout le monde un bon coup et accessoirement de rendre toute arme à feu mouillée inutilisable. Ceci fait, il pressa une main hésitante sur le trou béant qui ornait son bide, histoire d’éviter que trop de sang ne sorte à chaque mouvement. Ils devraient rattraper les autres en quelques minutes, moment auquel il perdrait probablement conscience également.


A moins d’un évènement qui me pousserait à réagir, c’était mon dernier post.

Résumé:
 

Techniques:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 68

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Mar 28 Oct - 0:50



De gauche à droit : Matochika Cho et Frija Syrilia

De gauche à droit : Focker Lim, Handeler Rembrandt et Handeler Donatello

Comment aborder son frère pour ne pas le vexer pendant sa transe artistique ? Le jeune sculpteur hésitait grandement, à vrai dire. Il n'était toujours pas arriver aux côtés de son aîné que la crainte de recevoir un coup de pied naissait déjà. Oui, Rembrandt avait toujours été du genre impulsif... Il l'avait souvent frappé, et ce depuis aussi longtemps qu'il s'en souvenait. Mais Donatello ne lui en voulait pas, à vrai dire. C'était probablement grâce à cela qu'il avait obtenu une carrure aussi solide. Et puis... Son frangin avait toujours pris grand soin de lui. Malgré ses airs bourrus et la façon rabaissante et méprisante qu'il avait de lui parler, le peintre avait pour habitude de faire passer le confort de son cadet avant le sien, quand la situation était désespérée. Au final, il portait bien mieux son rôle de chef de la famille qu'on ne pouvait le croire aux premiers abords. Il n'avait juste jamais été très doué au niveau relationnel et sentimental... Ou plutôt maladroit. Maladroit était le terme, oui. En se souvenant du moment où il était revenu de son premier rendez-vous galant, le colosse eut du mal à retenir son rire. Ce jour-là, le jeune artiste était revenu, fulminant de rage, en déclarant qu'elle n'avait pas été capable d'admirer son génie. Le cadet avait fini par comprendre que son frangin avait passé la soirée à se vanter de ses capacités dans le domaine de la peinture... Malgré cela, bon nombre de critiques reconnaissaient que l'art de l'allié des Decimas était intéressant, même si trop juvénile et manquant sérieusement d'entraînement. Tandis que ses sculptures, à lui, étaient citées aux quatre coins du monde comme un modèle de pureté... Forcément, cela n'avait pas amélioré la tendresse déjà toute relative que lui portait son aîné, mais Donatello ne s'en plaignait pas. Sa vie lui convenait. Oui... Il avait toujours vécu avec plaisir.

Une lame fendit l'air, venant mordre son cou. Le sculpteur n'eut pas le temps de comprendre ce qui se passait que sa tête tomba lourdement sur le sol, suivie de son corps dont elle avait été détaché. Rembrandt, alerté par le bruit, se retourna et reçu une épée en plein entre les deux yeux, qui vint le coller au symbole rouge qui avait parfaitement rempli son office : il avait attiré cette dague droit en son centre. Malheureusement, ce qu'il n'avait pas prévu, c'était que sa tête serait sur la trajectoire de l'offensive... Ayana tira un Den Den Mushi du tissu qui lui servait vaguement de ceinture et passa immédiatement un appel en récupérant son arme sans prêter la moindre attention au cadavre qui s'échoua à ses pieds :

-Ici A. La couleur ne gênera plus. Mission terminée.
-Bien. Vous pouvez rentrer. Les renforts sont en route.
-Les rails sont brisées. Ils devront nager.
-J'en prends bonne note, je leur passerai le mot.

La demoiselle raccrocha et découpa le pan de mur sur lequel était gravé le symbole afin de s'assurer qu'il ne nuirait plus, en aucun cas. Elle se détourna ensuite et partie de son côté, sans laisser la moindre trace.


Matochika Cho était un combattant aguerri, talentueux et expérimenté. Il avait gagné son précédent grade de vice-amiral à la suite de dizaines d'affrontements plus complexes les uns que les autres, et s'était progressivement fait un nom sur Grand Line puis à travers le reste du globe. Cette expérience le laissa bien rapidement cerner la situation : si le sang ne coulait pas sur le corps de son ennemi, et s'il avait été capable d'envoyer une vague de glace telle que la précédente, c'était qu'il utilisait fortement un fruit du démon de type logia. L'enchaînement avait été particulièrement utile pour lui faire comprendre cela : il savait également, de fait, qu'il ne devait pas s'approcher inconsidérément d'un tel ennemi, sans réfléchir. Quand l'homme décida de contre-attaquer, le pion des Decimas resta concentré, ne laissant échapper aucun détail à ses analyses vives et efficaces couplées à un redoutable haki de l'observation. Tout cela faisait de lui un adversaire fabuleux, même pour un logia... Ainsi, quand l'ennemi vint tenter de lui donner un coup de pied, le jeune homme n'eut aucun mal à se protéger d'un tel assaut en utilisant un Kami-E, technique du rokushiki qui lui permit alors de déformer son corps et de passer outre cette vaine tentative. La balle de glace ne fut pas beaucoup plus constructive puisque grâce à son esquive surprenante, l'ancien vice-amiral parvint à poser la main gauche sur le sol et à se propulser un peu plus loin. Toutefois, l'offensive eut au moins un effet immédiat : celui de créer une légère brume ambiante, probablement destinée à entraver les mouvements de l'ancien haut-gradé. Il en fallait néanmoins beaucoup plus pour le gêner : usant toujours de son haki de l'observation, le jeune homme envoya deux nouveaux rankyakus dans la direction de Loyckh. Si ces attaques ne parviendraient pas à blesser le logia, elles auraient au moins l'utilité de soulever et de disperser cette petite brume. Mais, étrangement, Cho ne semblait pour le moment pas motivé à passer véritablement à l'offensive...

De son côté, Lim était sur le point de cogner violemment le premier de ses ennemis quand celui-là en vint à voler en éclat, manifestement atteint par la grenade envoyée par l'une de ses collègues et possesseur d'un logia qui lui permettait ce genre de folies. Avec un poil plus de vitesse, l'ancienne contre-amirale aurait donc probablement pu le mettre hors d'état de nuire d'un seul coup bien placé... Toutefois, pour le moment, les insectes qui l'entouraient semblaient vouloir passer à l'assaut pour l'acculer au maximum. La tentative était vaine, et la jeune femme usa de son haki de l'observation pour le leur faire comprendre. Sa main droite attrapa la grenade qui la menaçait et son gant de granit marin entoura celle-ci, contenant l'explosion sans aucune difficulté. La balle envoyée par le tireur fut bloquée par l'autre gant, le gauche. Quand à l'assaut visuel, la demoiselle réagit simplement en fermant les yeux, geste dérisoire mais pourtant suffisant pour se mettre hors de portée d'une telle agression. Une fois les pitoyables tentatives de ses adversaires détournées, la jeune femme décida de passer à l'offensive en leur laissant désormais un peu moins de chance pour s'en sortir. Et pour cela, Shaw, la lanceuse de grenades, semblait être un bon départ. Faisant littéralement fi des déplacements des autres ennemis tout en gardant son haki de l'observation éveillée pour les tenir à l’œil, la jeune femme se propulsa d'un coup sec droit vers Shaw Sameen et serra le poing droit. Son avant-bras se renforça immédiatement d'un tekai et le coup parti comme une balle de fusil, menaçant de cogner violemment l'abdomen de la demoiselle d'un instant à l'autre.

Quand Syrilia entendit des bruits de course et vit du coin de l'oeil toute une troupe de marine se dresser sur sa droite, la rousse ne put s'empêcher de pousser un soupir d'exaspération. Il fallait toujours que ces types inutiles au possible débarquent quand elle commençait à apprécier un affrontement... Ou plutôt une extermination à sens unique. Coupée dans son élan, la bretteuse bloqua les balles qui tentaient de se loger dans son corps d'un habile jeu de lames avant de jeter un nouveau coup d’œil à l'homme poisson qui semblait plus ou moins en bonne santé, malgré l'offensive qu'il venait d'essuyer. Et voilà qu'il sautait dans l'eau pour prendre la poudre d'escampette... Fermement convaincue d'avoir un temps bien trop précieux, la combattante affiliée aux Decimas ramena son attention sur les marines qui fondaient maintenant droit vers elle, hésitant un court instant. Les terrasser ici et maintenant, réduire leur pitoyable vie à néant, ou s'en aller directement ? La bretteuse n'eut pas plus de temps à réfléchir puisqu'un brouhaha vint soudain de la mer. Par réflexe, l'épéiste jeta un regard à la trombe d'eau qui, après s'être élevée à quelques dizaines du mètres du sol, commença à retomber proche d'elle, vers les gouvernementaux indésirables. Un cadeau d'adieu de la part de l'homme poisson ? Il n'était peut-être pas aussi faible qu'il n'y paraissait, même s'il restait éhontément lâche. Profitant de la diversion, la Frija se retourna et se mit à courir droit vers un bâtiment qu'elle escalada sans peine avant de disparaître en bondissant de toit en toit. Il fallait qu'elle trouve sa cible principale, aussi vite que possible...


Donatello et Rembrandt meurent de la main d'Ayana, membre du CP5 (PI).
Cho se contentent de jouer la distance en balançant des rankyakus après avoir évité les offensives de Loy.
Focker bloque les assauts grâce à son haki et à ses gants en granit avant de passer à l'assaut encore plus vivement, visant Shaw en plein dans l'abdomen. Elle reste vigilante sur le haki, évidemment, et prendra compte d'une tentative d'esquive trop prévisible (type saut sur le côté).
Syrilia profite de l'assaut de Shindô pour repartir à la recherche de Zeke, en ville.
Revenir en haut Aller en bas
Elimane Loyckh
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 4324
Race : Humain
Équipage : Solo

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
96/350  (96/350)
Berrys: 1.000.409.790 Berry

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Mer 29 Oct - 21:53





Mission

de paix

­
• Nom :
      Elimane
• Prénom :
     Loyckh
• Âge :
      25 ans
• Grade :
      Vice-Amiral
• Time Type :
      Présent
• Affiliation :
      Gouvernement Mondial Section Marine
• Condition/Habits :
      En uniforme réglementaire sans manteau
• Lieu :
      En bordure de Ville sur San Faldo
• Situation Initiale :
      Mission de Soutien à San Faldo
• Situation Présente :
      Combat face à Matochika et Focker



Combat en bordure de ville


« COUARD! FAUX CH'ETON! BRANLEUR! VAS DIRE BONJOUR A TA COUSINE LA SIRÈNE! »

Sur ces "justes" mots envers l'homme-poissons en fuite, le commandant Service demanda à ses hommes de chercher après d'autres ennemis. Il regarda également la rousse quitter les lieux sans la moindre considération envers sa troupe et lui. Il voulu également l'insulter mais elle parti trop rapidement des lieux. Il pris ensuite la peine d'essuyer son visage, mouillé des suite d'une trombe d'eau sortie de l'océan, et commença le ramassage de ses affaires dispersés inutilement sur les lieux. Il rageait de ne pas avoir pu accomplir son objectif: faire tout péter. Il fallait bien admettre qu'il lui manquait une grosse case à ce type.

Son matos rangé dans son sac, l'officier s'empressa de rejoindre les siens dans une recherche plutôt veine d'ennemis hypothétique et inconnus. En effet, personne ne savait qui avait provoqué ce gros bordel. Pourtant le vieil homme conservait un lien via denden muchi avec le capitaine Joss et toujours aucune réponse. Une descente des AOI serait donc inévitable dans les jours à venir, du moins, si la situation restait aussi floue. Cette division comptait un important groupe de pseudo-

Du coté portuaire, en lieu et place des navires transformer en hôpitaux, les blessés semblaient finalement moins nombreux que prévu. Beaucoup de plaignants n'avaient, en réalité, que des ecchymoses sans gravités. Les chutes de tuiles et de briques blessaient plus de gens que les ennemis, c'était au final donc plus gérable qu'une marée de frôle-la-mort. Le capitaine Joss vint aux nouvelles auprès du maître-docteur de son bâtiment. Celui-ci lui annonça le décès de trois personnes des suites de traumatismes importants et lui donna une liste provisoire de quarante-trois personnes mortes, à identifier. Il plia la page et la fourra dans la poche avant de soupirer fortement et de retourner sur le pont donner les directives aux médecins de bord.

Du coté du vice-amiral Loyckh, le combat faisait rage. Deux ennemis seulement mais de taille, l'ex-vice-amiral Matochika Cho et l'ex-contre-amiral Focker Lim. Deux renégats appartenant au groupe des décimas faisant partie de la vague de trahison qui avait envahis la Marine et la plupart des "gros bonnet" de celle-ci il y a quelques temps de cela. Trahison n'était pas réellement le mot approprié car les officiers n'étaient pas partis de leur plein gré, ils étaient plutôt "contrôlés" par l'ennemis. Comment les faire revenir à la raison? C'était une des questions principales que les instances gouvernementales se posaient car aucun déserteur n'avait jusqu'alors été capturé.

Le jeune Elimane se mesurait à Cho et le reste du groupe se battait face à Lim. Dans les deux cas, le combat n'était gagné d'avance, en effet, Matochika possédait une plus longue expérience que son adversaire et avait été promis il y a bien plus longtemps au rang de vice-amiral. Le marine n'avait pas encore pu toucher son adversaire mais l'inverser pouvait être également avancé. Jusque là, aucun ne prenait l'avantage sur l'autre. Quand à l'ex-contre-amiral Focker, elle surpassait largement chacun des trois commandants individuellement. Pour la battre, il fallait donc que ceux-ci, aidés de quelques autres officiers et soldats, la combattent ensemble.

Aidé de son haki, elle venait d'ailleurs de déjouer plusieurs attaques avec une facilité déconcertante. Les commandants devaient se donner plus à fond dans la bataille quitte à récolter une blessure ou l'autre. La jeune ennemie s'en pris à Sameen dans une attaque presque copiée-collée avec la précédente d'un point de vue technique, mais bien plus puissante et rapide.

Shaw vit la boxeuse arriver rapidement sur elle le poing détendu mais, à la place de reculer et au contraire de Reese, elle avança à son tour vers l'ennemie. Elle effectua alors un mouvement artistique n'ayant rien à envier aux gymnastes professionnels: elle prit une battue au sol, s'aida du poing de Focker pour passer au dessus d'elle. Malheureusement, son adversaire faisait partie d'une catégorie supérieure de combattants. Trop rapide, le poing vint éclater le pied de la marine qui continua sa figure acrobatique accompagnée d'une douleur vive : son pied était définitivement cassé.

Le capitaine Ingraam et le lieutenant Batemane vinrent l'instant d'après combattre leur ennemie au sabre. Soudain le sol de la moitié du terrain de combat devint gris clair ainsi que les murs autours ; Reese, Finch et Coku semblaient également avoir disparus. Puis, quelques instant plus tard, Shaw évanoui à son tour du champ visuel et plusieurs gros dômes de porcelaine se formèrent donnant un aspect assez spécial au terrain. Aucune de ces attaques ne semblaient destinées à la boxeuse, et pourtant.


Rien ! Rien n'avait réussis dans mes attaques, mais il n'avait rien fait de mieux que d'envoyer de simples rankyaku. Je les esquivais sans grande difficulté constata à quelques dizaines de mètres de moi, la défaite momentanée de Shaw, le pied complètement explosé. Focker continuait de leur poser des problèmes depuis les quelques minutes de combat. Allaient-ils y arriver ? Moi seul contre eux deux, c'était du suicide, déjà Cho, ça n'allait pas être de la tarte. Puis, une couleur grise envahit leur zone de combat, coloriant également les murs et pierre, tout, de couleur monochrome... Finch !

« Soru. »

J'avais compris ce qu'on me demandait de faire. Avec cette technique, je vins me placer au milieu du terrain, mon pied gauche sur le sol normal, le droit posé sur les pierres colorée. Reese confirma mon raisonnement en créant une dizaines de gros dômes en porcelaine épaisse. Nathan et Robin n'avaient quand à eux rien suivi de nos entraînements, et pour cause, ils tentaient de combattre au corps à corps Lim... Perte de temps et prise de risque inutile. Tant pis pour eux, je ne pouvais pas attendre plus longtemps. Mon haki me permis de constater que le journaliste et les quelques soldats se trouvaient aux abord des bâtiments, assez loin de nous.

« Toritsuke rareta ... Ice Storm ! »

Une tempête de glace vint s'abattre tout autour de nous, englobant aussi bien mes adversaires que mes compagnons. Néanmoins, la porcelaine jouant un rôle d'isolant thermique, protégeait mes trois commandants et un de mes lieutenants. Mon but était d'affaiblir au maximum Cho et Lim avec cette attaque. Les congeler ne serait sans doute pas possible avec seulement ceci mais je pouvais même espérer les blesser avec cette technique couplé au koléo.



PNJ's situation:
 

Principaux PNJ:
 

Loyckh's Attaque(s):
 


© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1181

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Jeu 30 Oct - 2:34



De gauche à droit : Matochika Cho et Frija Syrilia

De gauche à droit : Focker Lim, Handeler Rembrandt et Handeler Donatello

La réplique des pions Decimas avait été un échec total, aussi bien d'un côté que de l'autre : comme prévu, le vice-amiral Elimane s'était contenté de jouer la sécurité et évitant le rankyaku malgré son fruit du démon de type logia qui l'immunisait de toute manière contre ce type d'offensives tandis que la cible de la contre-amirale s'était arrangée pour réduire les dégâts causés par l'attaque au minimum. En effet, grâce à un mouvement des plus habiles, la commandante parvint à se placer hors de portée du gros de l'attaque, ne pouvant toutefois pas empêcher son pied d'appui de connaître un sort funeste. La solidité du granit marin additionnée à la puissance brute du choc avait été largement suffisante à briser les os dudit pied, mettant immédiatement la demoiselle hors d'état de nuire pour cet affrontement. Il était dangereux de s'opposer à un contre-amiral en étant en parfaite santé, alors maintenant qu'elle était handicapée, tentée de lutter ne serait qu'un acte suicidaire et déplacé. Cela étant, les autres n'étaient pas pour autant vaincus : ils le montrèrent rapidement en se protégeant les uns les autres, les maudits passant à l'attaque à leur tour. Les deux fruits du démon utilisés pour le moment pouvaient être handicapant pour un homme lambda, mais pour quelqu'un du calibre de Focker Lim, il ne s'agissait guère plus que d'une simple broutille dont elle pouvait se débarrasser d'un simple revers de la main. Toutefois, ce fut lorsque le maudit de la glace vint se joindre à l'enchaînement que la demoiselle comprit que tout ne se passerait pas aussi facilement que prévu : il lui fallait se défendre impérativement. Et Cho semblait manifestement sur la même longueur d'onde, puisqu'il ne lui en fallut pas plus pour se renfrogner soudainement et se mettre en garde. Et alors qu'ils s'y attendaient le moins, alors qu'Elimane entamait tout juste son assaut vraisemblablement dévastateur, un impondérable eut soudainement lieu.

Si les deux anciens hauts-gradés eurent le temps de tourner la tête en direction du nouvel arrivant pour anticiper son offensive, seul Cho fut suffisamment réactif pour l'éviter, usant d'un bon gracieux suivi d'une série de geppou pour se placer vivement hors d'atteinte. Lim fut quand à elle soudainement bloquée jusqu'aux hanches par une vague de plomb, qui en vint à se solidifier autour d'elle sans qu'elle ne puisse réagir de quelque manière que ce soit. Ajouté à cela le froid généré par Loyckh, la demoiselle se retrouvait en bien fâcheuse posture.


Exalva Flais, exécuteur d'AOI.

-Sacrée prise que j'ai eu là, hein...
-Ne baisse pas ta garde, Flais ! C'est une contre-amirale !

A ces mots, le nouvel arrivant posa immédiatement la main sur le bloc de plomb qui sembla se griser soudainement. La demoiselle réagit immédiatement en frappant avec vigueur sur la matière qui la retenait prisonnière, ne faisant guère plus que quelques fissures. Le froid généré par le logia commençait à faire effet : ses muscles engourdis ne frappaient plus aussi fort qu'ils ne le pouvaient en temps normal. De plus, le plomb renforcé par le haki de l'armement était une matière effroyablement solide : dans l'état des choses, il allait probablement lui falloir trente ou quarante secondes pour dégager l'entièreté de son corps... Mais elle n'allait pas en avoir autant.


Milosephko Yonass et Bayley Roo, exécuteurs AOI.

Le blondinet vint se placer derrière la contre-amiral en utilisant un soru impeccable, se positionnant de telle sorte que la jeune femme était dans l'incapacité de le toucher de quelque manière que ce soit, même avec ses mains. Il n'eut alors plus qu'à toucher le haut du crâne de la jeune femme pour la faire disparaître. Ce ne fut toutefois pas vraiment le cas : à la place de ladite jeune femme demeurait désormais un tabouret, comme si Lim avait été métamorphosée d'un simple contact. Evidemment, le pouvoir de Roo n'était pas aussi puissant, bien au contraire. Celui-là eut à peine le temps de tourner la tête vers l'ancien vice-amiral Cho qu'il s'en alla d'un soru encore plus vif que celui de l'exécuteur, semblant se diriger droit vers le port. Flais fit claquer sa langue contre son palais et s'apprêta à attaquer violemment en générant son pouvoir mais Roo lui hurla quelques mots :

-Arrête ! La mission est remplie ! Pas nécessaire de traquer celui-là !

Ce fut avec un soupir las que le logia baissa le bras, haussant les épaules. Il n'avait pas été partant pour cette mission de capture, préférant largement mettre fin à la vie de ses proies, mais les ordres étaient les ordres. Trawley l'aurait probablement démis de ses fonctions s'il avait commis une grave bavure. Maintenant, Focker Lim allait réapparaître à Impel Down, dans une cage dont les barreaux en granit marin sauraient la retenir suffisamment longtemps pour permettre aux gardiens et aux gradés de la maîtriser. Ils l'enfermeraient le temps que l'on trouve un remède à cette malédiction qui semblait l'avoir frapper, ou tout simplement le temps que Chairoka ne daigne lui prêter attention. Manifestement satisfait, Roo se dirigea vers Loyckh et lui tendit une main chaleureuse une fois à mi-distance :

-Enchanté de vous rencontrer, vice-amiral Elimane. Nous ne pouvons que vous remercier pour le mal que vous vous êtes donnés, vous et vos hommes. Sans cela, nous n'aurions probablement pas pu arriver à temps.

Flais et Yonass, vraisemblablement moins loquaces, se contentèrent d'observer les alentours avant de regarder leur compère avec impatience, pressés de rentrer. Cho et Syrilia allaient s'enfuir, cette fois-ci, mais ils ne perdaient rien pour attendre. AOI était passée à l'action, et elle n'allait connaître aucune défaite.


EDIT : Du coup c'est probablement le dernier tour !
Revenir en haut Aller en bas
Elimane Loyckh
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 4324
Race : Humain
Équipage : Solo

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
96/350  (96/350)
Berrys: 1.000.409.790 Berry

MessageSujet: Re: Place au Roi. [Conquête]   Ven 7 Nov - 19:56





Mission

de paix

­
• Nom :
      Elimane
• Prénom :
     Loyckh
• Âge :
      25 ans
• Grade :
      Vice-Amiral
• Time Type :
      Présent
• Affiliation :
      Gouvernement Mondial Section Marine
• Condition/Habits :
      En uniforme réglementaire sans manteau
• Lieu :
      En bordure de Ville sur San Faldo
• Situation Initiale :
      Mission de Soutien à San Faldo
• Situation Présente :
      Fin du combat. Maintenant, Shabondy.



The End


Les nouveau arrivants clôturèrent rapidement le combat. J'avais même limite honte de moi, en deux minutes c'était plié. Bon, ok, ils étaient trois et attaquèrent en fourbes tout en laissant Cho s'échapper. Leur arrivée me laissai tout de même un peu perplexe. Le jeune homme qui semblait le plus sympathique amorça un bref échange verbal avec moi pour me remercier d'avoir retenu deux des pions Décima. Encore en partie congelé, je fis les deux pas me séparant de lui et le salua d'une poignée de main.

« Moi de même. Je n'ai fait que mon devoir. On peut dire que vous êtes arrivé à point, nous aurions pu tenir encore mais certains de mes hommes y seraient passé. »

Je regardai vite fait autour de moi, une troupe de marine nous avait rejoint et remplissait à présent presque tout l'espace. Des médecins soignaient les blessés et donnaient de quoi se réchauffer aux victimes d'hypothermie. Je me sentis un peu mal à l'aise en voyant que certains avaient pris chère mais bon, je ne pouvais pas me retenir trop lorsque nos adversaires étaient de cette trempe. Je me retournai alors vers Bradley Roo, dont j'appris le nom que plus tard et lui présentai mon congé.

« Je vois que la situation est à nouveau calme et je dois à tout pris assister à une réunion. Je suis donc obligé de vous laisser. Ce fût un plaisir. »

Un bref coup signe de tête aux deux autres exécuteurs puis, je partis rapidement vers le port. Le trio Finch-Reese-Shaw restait en arrière car, indissociables, les deux hommes préférèrent rester sur place attendre la réhabilitation de Sameen et participer aux manœuvres sur place. En temps qu'officiers supérieurs, ils savaient parfaitement ce qu'ils faisaient, aussi, je ne leur donnai aucun ordre avant de partir. En chemin, je croisai Service, de mauvaise humeur, qui se mit à courir lorsque je pressai le pas. Je repensais aux AOI, ils semblaient efficaces, les croisements dans les couloirs de Marineford avec eux tendaient en une routine journalière mais je n'en avait encore que rarement vu sur le terrain. Et je ne connaissais que peu de leurs représentants gradés. Les simples enquêteurs constituaient nonante pour-cent de leur effectif, seuls quelques grades surmontaient le lot car ceux-ci étaient bien moins nombreux que dans la Marine. Il y avait cependant une correspondance entre les deux factions, en effet, un législateur équivalait à un contre-amiral dans la Marine. Cela évitait ainsi une dispute de pouvoir entre nous car il n'était pas rare que les AOI reprennent la tête d'une enquête que la Marine avait entamé. Pour éviter les conflits sur le terrain, le plus haut gradé prenait officiellement la charge des opérations tant qu'un supérieur n'en avait donné l'ordre contraire. J'expliquai cela à mon accompagnateur qui visiblement avait toujours un truc en travers de la gorge.

« Ouai, c'est tout de même autre chose que ces tarlouzes de cypher pol. Je les ai jamais rencontrer tous mais le CP3, quand tu fais pas ce qu'ils veulent, ils te chient dans les bottes et vont pleurer dans les jupes des patrons. »

« Mmh. T'as pas l'air en forme toi. »

« Désolé, c'est d'la faute d'une salope de carotte et d'une tantine de fish stick. »

Je ne soulevai pas ces mots car nous arrivions au port. Une demi-douzaine de navires gouvernementaux mouillaient à présent dans le port. Je demandai à l'un des capitaines en partance pour me déposer rapidement à Shabondy afin de pouvoir ne pas trop avoir de retard à la réunion. Le voyage se passa sans embrouille jusque l'archipel.


Principaux PNJ:
 

Loyckh's Attaque(s):
 


© Never-Utopia


Post très court mais je ne voulais pas épiloguer...
Revenir en haut Aller en bas
 

Place au Roi. [Conquête]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Place au Roi. [Conquête]
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité
» La place d'Haïti dans le monde
» Qui va à la chasse perd sa place [Pinsk Town-Thriller Bark, Rang D, Chasseurs de Prime, Balayage de zone]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 1 :: San Faldo-