Partagez | 
 

 Quand tout devient sérieux ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Quand tout devient sérieux ...   Dim 17 Aoû - 19:33

∞ Quand tout devient sérieux ... ∞
~ Shiba Shinkakei & Pyras Dante & Rhees ~

Cela fait déjà quelques temps que je suis parti de Alabasta. En chemin j’ai fait quelques rencontres notamment celle de Color. Qui est Color ? C’est en fait une sorte d’animal, je ne sais pas trop à vrai dire mais je l’ai sauvé d’une bagarre contre un groupe de délinquant. Trois voyous voulaient s’en prendre à lui alors qu’il était sans défense dans une ruelle sombre. Ils ont bien été surpris en voyant l’un de leurs potes devenir un caillou tiens. Souriant alors que j’avance vers une petite place d’un village fermier, je revois leurs tronches décomposées et effrayées puis les deux gars abandonner lâchement le troisième type. Je me demande s’il est toujours une statue de pierre dans la ruelle sombre tiens. Color me saute sur l’épaule, pointant du doigt un endroit propice où fait mon speech. Je plisse un peu les yeux, pour une île révolutionnaire, il ne semble pas y avoir grand monde par ici, c’est donc en haussant les épaules que je monte sur un petit muret, mon ami animal descendant à côté de moi, se mettant sur deux pattes et enroulant sa drôle de queue autour de ma jambe gauche.

-Color.

Je le regarde en souriant. C’est tout ce qu’il sait dire ce petit bonhomme, alors c’est ainsi que je le nomme. Il est très utile en ce qui concerne la causette, une fois lancé, on ne l’arrête plus et celui-ci est capable de répéter « Color » des heures et des heures, persuadé qu’on le comprend. C’est adorable mais parfois je me choppe des maux de crâne … C’est aussi horrible, oui. Prenant une grande bouffée d’air frais, je me racle la gorge, ayant préparé un texte. Il est vrai que venir faire un discours sans préparer le discours, c’est un peu comme réparer un bateau sans outils, ce n’est pas pratique. Posant mes mains sur les hanches, je jette un regard sur les rares personnes, grognant intérieurement.

-Mesdames et messieurs, si vous vivez ici, c’est que vous êtes au courant que les Révolutionnaires existent. Cependant, êtes-vous intégré dans ce mouvement, voulez-vous vous battre contre ce Gouvernement Mondial ? Ils nous méprisent, ils disent vous protéger, vous, citoyens, mais ceci est absolument faux et tout comme moi, vous avez sûrement été victime de leurs fameuses et parfaites lois.

Levant un poing en l’air dans le feu de l’action, on peut dire que je suis à fond dedans. Souriant, je regarde les personnes qui s’arrêtent pour m’écouter.

-Aujourd’hui, je suis là en tant que Capitaine, en tant qu’Homme et surtout en tant que Révolutionnaire. Je suis là pour vous demander de l’aide et vous proposer de rejoindre mon bateau qui est au port là-bas. Grâce à vous, ensemble, nous pouvons renverser ce Gouvernement qui ne mérite qu’une seule et unique chose, vivre dans la merde dans laquelle ils nous mettent si bien ! Alors, qui est avec moi ?

Voilà, c’est dit, c’est fait. Au milieu de ce petit discours, j’ai senti Color qui me lâchait la jambe, sûrement honteux de me voir aussi à fond. D’ailleurs, je pense ensuite à baisser le poing, constatant qu’il y a à peine une dizaine de personne qui s’est arrêté pour m’écouter. Je m’assieds donc sur le muret, regardant les gens partir en voyant un homme s’approcher


J’ignore ce qu’il lui a pris mais ce type est complètement fou. Déjà il arrive comme une fleur dans cette ville et ensuite, le voilà qui nous joues le super héros … Mais dans quoi me suis-je embarqué, sérieusement ?

-Color !

J'espère qu'il comprendra qu'il y a malgré tout quelques types intéressés on dirait ...


Écoutant depuis une ruelle, un homme plisse les yeux et souris en coin, amusé par le discours de l’homme aux cheveux foncé. Lorsque Carl a fini son petit bazar, le brun de presque deux mètres sort de la ruelle, se dirigeant doucement vers l’homme, un air amical sur le visage.

Code by Silver Lungs


Dernière édition par Carl Tewson le Jeu 21 Aoû - 15:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Quand tout devient sérieux ...   Mar 19 Aoû - 17:03




Un futur meneur ?

Cela faisait maintenant un long moment que j'étais dans la ville D'Illusia. J'avais fait une très longue halte ici. Et j'avais une place maintenant assez respectueuse auprès de mes camarades. Les marines avaient presque quitté les lieux. Aujourd'hui, j'étais en repos. J'avais donc décidé de me promener un peu en ville. Pour une fois, . Alors que je me promener tranquillement un détail m'interpellai, une foule était en train de se rassembler. C'est donc inquiet que je me suis approché de la place.

-Mesdames et messieurs, si vous vivez ici, c’est que vous êtes au courant que les Révolutionnaires existent. Cependant, êtes-vous intégré dans ce mouvement, voulez-vous vous battre contre ce Gouvernement Mondial ? Ils nous méprisent, ils disent vous protéger, vous, citoyens, mais ceci est absolument faux et tout comme moi, vous avez sûrement été victime de leurs fameuses et parfaites lois.

-Aujourd’hui, je suis là en tant que Capitaine, en tant qu’Homme et surtout en tant que Révolutionnaire. Je suis là pour vous demander de l’aide et vous proposer de rejoindre mon bateau qui est au port là-bas. Grâce à vous, ensemble, nous pouvons renverser ce Gouvernement qui ne mérite qu’une seule et unique chose, vivre dans la merde dans laquelle ils nous mettent si bien ! Alors, qui est avec moi ?


Ce mec était visiblement un peu fou et surtout pas au courant dont la plupart des habitants de l'île étaient pro marine. Cependant, je n'avais plus de bateau et je devais m'enfuir d'ici le plus rapide possible et de façon immédiate. Son offre commença donc soudainement à m’intéresser. Je regardais toutes les personnes autour de moi, en train de chuchoter, sûrement en train de le prendre pour un fou en même temps … Il avait l'air tellement motivé, avec sa petite bête à côté de lui. Le choix se fit vite dans la tête, je devais tenter ma chance une bonne fois pour toutes et me forger une réputation. Je me divisais donc en morceaux de papier, me reconstituant à côté du jeune homme, d'une couleur blanche immaculée avant de lentement reprendre ma couleur normale, le regardant d'un œil observateur.


-Eh bien, Jolie discours. La plupart des habitants son pro marine et la plupart des révolutionnaires sont pro-Eken vus qu'il dirige l'île, mais tu devrais bien trouver quelques personnes de confiance ici.En tout cas, j'espère que tes convictions sont aussi grandes que ta gueule, sans vouloir te vexer bien sûr. Je me joins donc à toi ! Shiba Shinkakei. Médecin chirurgien à mes heures perdue et détenteur du Logia du papier.

Dans un élan de motivation, j'écrivais dans le ciel «  Come on and travel with us Bitches » à l'instar de tous les révolutionnaires de l'île, voyant une potentielle nouvelle recrue arriver, grande et brune, de presque deux mètres. Assez impressionnant le morceau de viande


Revenir en haut Aller en bas
Pyras D. Dante
Ryuu no Me | Ryuutei
avatar
Messages : 306
Race : Humain
Équipage : L'Alliance Rose / La Révolution

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
211/250  (211/250)
Berrys: 14.837.500 B

MessageSujet: Re: Quand tout devient sérieux ...   Ven 22 Aoû - 11:21

Opportunité

Le Destin est parfois comparable à un gosse qui s'amuse avec une fourmilière. Cette saleté aime à se jouer des pauvres mortels en les plaçant dans des situations des plus paradoxales. Prenez un jeune qui vient de finir ses études. Pas de boulot sans expérience... Et pas d'expérience sans boulot. Et combien de fois ai-je assisté à ce genre de chose ? En vérité, j'étais moi-même pris dans une de ces spirales infernales. Besoin d'un équipage révolutionnaire pour me rendre sur Grand Line et trouver l'armée révolutionnaire. Ironique non ?

Dans cette optique, j'avais mené quelques investigations sur les tendances des Royaumes environnants à ma position actuelle, afin de voir s'il y avait moyen de trouver un quelconque lieu où les Révolutionnaires se regroupaient, étaient particulièrement actif, ou en proie à un conflit laissant à penser que cette armée se trouvait sur place. A force d'errer dans les tavernes et de tendre l'oreille, j'avais entendu plusieurs bruits de couloir en rapport avec le Royaume d'Illusia. Les autres pistes exploitables étaient à mon sens trop... nettes pour être vraies. Après tout, un mouvement traqué par le Gouvernement Mondial n'allait pas se manifester ouvertement, sous peine de voir les Enfers se déchaîner à son encontre. En ce sens, les rumeurs étaient plus fiables que les faits exposés par les ivrognes du coin.

Après avoir gagné l'île grâce à un transport marchand, profitant du fait qu'il s'agissait d'une plaque tournante du commerce, je me retrouvais ainsi à errer dans les rues de la capitale, arborant toujours mon écharpe qui masquait la moitié inférieure de mon visage, ma tignasse blonde couvrant mes yeux alors que j'essayais de rester discret. Le plus dur restait maintenant à faire, à savoir trouver une quelconque antenne de recrutement, ou une cellule active, de l'Armée Révolutionnaire. Ces hommes sont censés être de véritables fantômes, frappant un coup et disparaissant l'instant d'après. Les trouver n'allait pas être une affaire relativement facile.

Enfin, c'est ce qui me passait par la tête juste avant que je n'entende un grand gaillard se mettre à déblatérer un discours sur la place publique. C'était ça, la Révolution ? Un gars qui faisait office de prêcheur en pleine rue pour trouver des recrues ? Et que dire si ce n'était qu'il était évident de lire le doute dans sa voix, sa gestuelle, et tout le reste de son être. L'homme semblait malhabile dans sa manière de faire, manquant de conviction malgré la force des mots qu'il employait. Quant à l'étrange créature qui l'accompagnait, elle n'aidait en rien à rajouter de la crédibilité à ses paroles.

Bras croisés, au milieu de la foule, j'attendais de voir comment celle-ci allait réagir. La plupart des passants faisaient mine d'ignorer l'homme qui leur donnait l'impression d'être l'un de ces prédicateurs annonçant la fin du monde. Je poussais un soupir étouffé par mon écharpe, tandis que la donne changea radicalement avec l'arrivée d'un nouveau venu. Ce dernier, en revanche, envoyé déjà davantage de pâté, de par sa carrure impressionnante, que son homologue prêcheur. Lui, au moins, avait compris que pour rameuter une foule, il faut lui donner dans tout ce qui touche au spectacle, au grandiose, sans quoi, les mots se perdent dans le quotidien des gens pour finalement s'évaporer et mourir sans avoir eu le moindre impact.

Cet homme me donnait davantage l'impression d'un révolutionnaire actif, ne se contentant pas de parler, mais plutôt d'agir. Voilà qui suscitait mon intérêt au plus haut point. Tant le premier homme donnait l'image d'un militant dont les seules actions étaient de coller des pancartes du genre "Le Gouvernement Mondial c'est Mal", tant le second me rappelait plus à l'image d'un combattant prêt à déboîter du Tenryuubito. Devais-je donner sa chance à ce duo plutôt complémentaire ? Voir même à ce trio si j'en jugeais le nouveau venu qui se plaisait à donner à son tour dans le sensationnel, utilisant ce qui ressemblait étrangement aux pouvoirs d'un Fruit du Démon. Pourquoi pas. Après tout, j'étais venu ici pour trouver un équipage révolutionnaire. Peut-être était-ce un signe du destin. Et puisqu'il fallait donner dans le grandiose pour rassembler les foules, j'allais de mon côté mettre la main à la patte.

Au beau milieu de la foule, je laissais mon être fulminer, laissant une épaisse fumée noire émaner de tout mon corps alors que ce dernier rougeoyait. Quelques petits cris de la foule plus tard, c'était une véritable allée qui s'était formée, pour me laisser passer jusqu'à l'estrade vers laquelle je marchais. Après tout, un homme magma qui déambule a pour effet de pousser les passants à s'écarter de son chemin. Gardant toujours mon écharpe sur mon visage, couvrant la moitié de ce dernier jusqu'à mon nez, je finis par arriver face au prédicateur, au grand brun et à son acolyte albinos, sous un silence quelque peu médusé de la population qui en venait à se demander non pas qui j'étais, mais plutôt ce que j'étais. Sans leur prêter la moindre attention, je m'adressais au "Capitaine" avec une voix pour le moins... sèche, le tout avec une expression assez dure sur la partie visible de mon faciès.


Dans l'éventualité où tu compterais réduire à néant le Gouvernement Mondial par des actions plutôt que des mots... Je pense pouvoir accepter de rejoindre ton groupe. La vraie question serait plutôt de savoir si tu es prêt à assumer tes paroles et à aller jusqu'au bout de tes promesses...

Je n'avais pour l'heure pas vraiment envie de me présenter, tant que je n'avais pas l'identité de celui qui serait peut-être mon "Capitaine", ou encore la réponse à mes questions. Selon ce qu'il allait me dire, je choisirai peut-être de tourner les talons pour trouver quelqu'un de plus sérieux, ou, dans le cas contraire, je ferais en sorte de m'intégrer au sein de son "équipage", afin de pouvoir enfin remplir mes objectifs personnels : Faire de Mariejoa et Marine Ford un brasier dont la fumée serait visible partout sur le globe.

La décision se prendrait suite aux paroles de mon homologue...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Quand tout devient sérieux ...   Mer 3 Sep - 12:47

∞ Quand tout devient sérieux ... ∞
~ Shiba Shinkakei & Pyras Dante & Rhees ~

Une fois mon petit spectacle terminé, je souris en coin, fier de ma démonstration alors que Color grimpe sur mon épaule, s’aidant de mes vêtements pour ainsi se poser et enrouler sa drôle de queue autour de mon bras comme il en a l’habitude. Souriant, je m’assieds ensuite sur le muret, voyant quelques personnes s’approcher. La première est une sorte d’homme papier, je l’ai vu un peu plus loin se décomposer et se recomposer à côté de moi, déglutissant, je le laisse causer, souriant même.

-Et bah mon gars, toi non plus t’as pas l’air d’avoir la langue dans ta poche. Enchanté Shiba, moi c’est Carl !

Comme tout homme qui se respecte, je lui tends ma main, voulant serrer la sienne pour le saluer. En même temps, un géant commence à me faire de l’ombre, grognant à moitié, je plisse les yeux pour regarder le nouvel arrivant. Après le petit bonhomme de papier avec une tronche bizarre et des cheveux blancs, j’ai à présent face à moi un mec de deux mètres, brun et les mains dans les poches, un grand manteau noir sur le dos alors que ses vêtements en dessous celui-ci ne laisse deviner qu’il n’est qu’un civil. D’ailleurs, ce pauvre homme n’a pas le temps de se présenter qu’un troisième gars arrive.

Encore un petit bonhomme blond qui se cache cependant le visage. Cependant, je lui souris amicalement, tendant une main vers lui. Après tout ce qu’il vient de dire est totalement vrai, un Gouvernement ne se détruit pas avec des mots, il faut des actes. Me léchant les lèvres en souriant en coin, je soupire, m’exprimant alors que Color descend de mon épaule, se posant à côté de moi et commençant à parler de son côté alors que je tente de couvrir sa voix avec la mienne.

-Comme je l’ai dit, je me nomme Carl Tewson. Sachez aussi que la Marine m’a pris trop de choses dans ma vie pour que mes paroles ne soient que des paroles en l’air.

Regardant les trois hommes tour à tour, je continue.

-J’imagine que pour vouloir autant la détruire aussi, le Gouvernement Mondial qui dit protéger les citoyens n’est en fait qu’un mensonge cru par ces imbéciles de supporteurs.

Serrant le poing et fronçant des sourcils, je termine donc.

-Je vous promets messieurs que mes paroles ne sont pas des paroles en l’air, j’y laisserai la vie si il le faut mais il est hors de question que je recule face à cette Marine, je vous jure que je ferai tout ce qui est en mon putain de pouvoir pour détruire ce Gouvernement de monstres !

Hochant la tête, je crois dur comme fer à mes propos, souriant même tellement je suis fier de moi. Soupirant après ce petit discours, je montre du nez mon bateau, juste assez pour accueillir moins d’une dizaine de personne.

-C’est ça, mon navire. Ce n’est sûrement pas un navire de conquête mais celui que vous voyez là-bas, au port, c’est le mien. Bientôt le notre !

Il est vrai qu’il est un peu ridicule mon bateau mais c’est tout ce que j’avais pu acheter.


Un logia de papier l’accompagne donc, bien. Ils seraient donc trois à rejoindre l’équipage de cet homme si je compte l’espèce de rat nommé « Color ». J’écoute rapidement un peu tout ce qu’ils se disent, restant le plus discret possible malgré ma grande taille. Cependant, le gamin qui masque son visage m’a un peu sauvé, à arriver aussi vite, j’ai passé la case présentation …

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Quand tout devient sérieux ...   Ven 5 Sep - 2:24


TITRE




Le Royaume d’Illusia… ma prochaine destination. C’est ici me ma nouvelle quête révolutionnaire me mena, une île où la Révolution prend peu à peu le pouvoir sur le gouvernement mondial.

Ça ne faisait pas très longtemps que j’avais rejoins ce mouvement, mais déjà je me plaisais à voir la marine perdre du terrain face à cette organisation, alimentant de plus en plus mon envie de faire couler le gouvernement.
Si j’étais ici, ce n’étais pas pour rien, je voulais rencontrer le commandant en charge de ces lieux, un grand Commandant Révolutionnaire, connu et reconnu par ses pairs. Si je voulais faire partie intégrante de ce mouvement, je me devais de le voir, de me faire connaitre.
Je posai donc enfin pied à terre après des heures de voyage. Cela devenait quelque peu fatiguant de traverser les mers dans ces conditions, dans de petits navires marchands, au milieu de tous leur stock et en plus… jamais avec la même personne. Cela n’aidait pas vraiment à se faire des relations et donc de trouver des partisans de la Révolution voulant bien m’accompagner dans mon périple. Même s’il est vrai que j’aime bien être seul, ce genre de quête est difficilement réalisable. J’espérai donc que Eken Sor allait pouvoir m’aider dans cette optique la.

Après avoir aider le commerçant à sortir ces marchandises de son bateau, comme convenu comme prix de ma traversée, je me lançai donc à la recherche du quartier général de la Révolution de l’île. Je n »avais aucun doute quant à sa présence ici… je tenais cette information d’une source sûre.
Soudain, levant les yeux au ciel, un événement attira mon attention… quelque chose venait d’apparaitre au dessus de nos têtes, un message « Come on and travel with us Bitches ». Cela avait le don d’éveillé ma curiosité, je me rendis donc sur les lieux d’où semblait provenir cet étrange appel.

Une fois sur place, j’aperçus quatre type, très différents les uns des autres… un brun avec une espèce de bête sur l’épaule, un second bien plus grand ; un blondinet qui semblait avoir laissé une belle trace derrière lui, mais je n’arrivais pas à déterminer de quoi il s’agissait, et un mec aux cheveux blancs avec une gueule plus que bizarre.
Étaient-ce ces énergumènes qui étaient à l’origine du message ? Il m’était impossible de le savoir, cependant, je n’étais pas venu pour rien puisque je pus entendre une bride de conversation fort intéressante.

- Je ferai tout ce qui est en mon putain de pouvoir pour détruire ce Gouvernement de monstres !

Ça c’étaient des paroles qui me plaisaient… peut-être que finalement j’avais réussi à le trouver seul l’équipage qui allait pouvoir m’accompagner dans ma quête de vengeance. Car, de loin, ce petit rassemblement faisait fortement penser à un recrutement… et je voulais en être.
M’avançant donc doucement vers le petit groupe, j’interrompis la conversation afin de me présenter.

- J’ai cru entendre que tu voulais faire couler le gouvernement… alors on veut la même chose ! Si tu veux bien de moi, je serai heureux de faire partie de cette aventure. Je m’appelle Rhees, et je t’offre mes services de vigie, ainsi que de combattant expérimenté !

J’espérai avoir réussi à braquer tous les regards sur moi, car c’était mon but d’attirer leur attention Je n’attendais plus qu’une chose, la réponse de celui qui, s’il acceptait, allait être notre capitaine.

Je profitais de ce moment de latence suivant mon intervention pour jauger visuellement ceux qui allaient peut-être devenir mes compagnons de voyages, et finalement c’est sur le petit animal que mes yeux se fixèrent… il était trop mignon.
Revenir en haut Aller en bas
Pyras D. Dante
Ryuu no Me | Ryuutei
avatar
Messages : 306
Race : Humain
Équipage : L'Alliance Rose / La Révolution

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
211/250  (211/250)
Berrys: 14.837.500 B

MessageSujet: Re: Quand tout devient sérieux ...   Dim 22 Fév - 13:47

Destinée

Les choses semblaient enfin se mettre en marche. Ce n'était pas un recrutement très discret, mais au moins, j'avais désormais un pied dans l'Armée Révolutionnaire. Ce que je déciderai d'en faire, la manière dont je progresserai au sein de celle-ci, ainsi que les actions que j'allais mener en son nom... Tout cela ne dépendrait maintenant que de moi. Arpentant les rues jusqu'au port en compagnie de ce nouvel "équipage", je sentais en moi un élan de fierté. J'avais enfin réussi mon premier objectif. J'avais accompli le premier pas dans ma quête de vengeance envers ceux qui m'avaient dépossédé de tout ce qui m'était cher. J'avais hâte d'enfin commencer ma véritable mission, d'assouvir mon désir de destruction à l'encontre des dirigeants de ce monde qui prêchaient une justice hypocrite, basée sur le mensonge et la violence. Si la force était ce qui faisait leur pouvoir, alors je n'avais qu'une idée en tête : en déployer une plus importante pour les écraser tous.

Marchant aux côtés de mes nouveaux "camarades", nous nous dirigions vers le port. J'avais les mains dans les poches et mon écharpe couvrait toujours la partie inférieure de mon visage. Au milieu de la foule, je ne vis pas l'un des nombreux piétons sur mon chemin, qui me bouscula en s'excusant rapidement, avant de continuer sa route. L'homme me semblait assez suspect, dans la mesure où il portait un long manteau à capuche lui dissimulant l'entièreté du visage. Mais qui étais-je pour le juger ainsi, moi qui n'aimais pas non plus me montrer entièrement ? A dire vrai, je ressemblais à un foutu ninja avec mon écharpe disposée comme cela. N'y prêtant cependant pas plus d'attention que cela, je repris mon chemin, légèrement derrière le reste du groupe.

Après plusieurs mètres, un son loin d'être anodin retentit à mes oreilles. Le fameux "Pululupulu" d'un escargophone. Cette foutue bestiole semblait assez proche d'ailleurs. La sonorité bien spécifique continua de se faire entendre quelques secondes avant que je ne sente ledit animal dans... ma poche ? Qu'est-ce que cette bestiole foutait là ? Je n'avais jamais pris d'escargophone dans ma poche que je sache ? M'arrêtant sans tenir compte du fait que les autres continuaient leur chemin, je sortais l'animal de communication en décrochant, gratifiant mon interlocuteur d'un "Allô ?" des plus dubitatifs.


Bonjour, jeune Pyras D. Dante.

Mes yeux s'écarquillèrent légèrement en entendant cette voix déformée, mais surtout en réalisant que je n'étais pas inconnu pour celle-ci. Mon interlocuteur savait qui j'étais avant même que je n'ai pu dire un mot... Mes sourcils se froncèrent alors, ma méfiance naturelle reprenant le dessus. Je ne répondis rien, attendant la suite des déclarations pour me faire mon avis sur la question.

Nous avons toujours été curieux de vous rencontrer et sommes ravis de voir l'intérêt que vous portez à l'Armée Révolutionnaire cependant...

Cependant quoi ? Si tu me dis que je n'ai rien à y faire mon connaud, t'as vraiment intérêt à être bien caché, parce que je risque de te cramer les miches ! Mais je me retenais cependant d'exprimer cette opinion. Bien que le "cependant" ne soit jamais un mot de bon augure, j'attends impatiemment de savoir ce qu'on allait me sortir comme soupe après une telle déclaration.

Aux vues de vos compétences, nous aurions une autre proposition à vous faire. Un emploi au sein de l'Armée Révolutionnaire qui serait plus... particulier.

Je sentais un poids s'ôter de ma poitrine en entendant ces mots. Au moins, je n'avais pas droit à un sermon comme quoi j'étais trop instable ou une bêtise du genre qui m'aurait valu ma place dans la lutte contre le Gouvernement Mondial. Bon, certes, j'étais instable, c'était un fait. La colère était une émotion que j'avais du mal à gérer, mais ce n'était pas pour autant que j'allais mettre une base à feu et à sang parce qu'un idiot a fini le paquet de Chocapic avant que je ne me serve de bon matin. Quoi que... Évitons de parler de petit-déjeuner non-pris, car il était vrai que cela me rendait ronchon pour toute la journée. Cependant, avant que je n'ai eu le temps d'analyser concrètement les paroles de mon interlocuteur, ce dernier reprit la parole.

Si vous désirez réellement vous rendre utile à la Révolution, nous vous demandons de vous rendre sur South Blue d'ici trois semaines... Seul, à proximité de Kawaii Kazan Shima. Nous vous donnerons de plus amples directives lorsque vous serez sur place. Bien entendu, veillez à ne parler de cela à personne. Quant à l'équipage que vous projetez de rejoindre, le fait de rester avec eux serait incompatible avec la mission en question. Le choix est votre, Pyras D. Dante.

Après ces mots, l'animal me gratifia d'un "Gotcha" caractéristique d'une fin de conversation, mon interlocuteur ayant raccroché. Mon visage se tourna naturellement vers le groupe qui se dirigeait vers le port et qui se trouvait maintenant à environ trois-cent mètres devant moi. D'un côté, je pouvais les rejoindre. De l'autre, je pouvais accepter cette "mission spéciale" sans savoir si je pouvais avoir ou non confiance en la personne me l'ayant donnée. Mais pouvais-je avoir autant confiance en ces personnes prétendant être révolutionnaires ? Je n'avais de preuve de bonne foi ni de l'un, ni de l'autre. Néanmoins, la manière de recruter par Den Den Mushi sans se dévoiler au grand jour me semblait plus professionnelle, plus digne d'un Révolutionnaire, que le fait de clamer son appartenance à ce mouvement en pleine rue.

Remettant l'escargophone dans ma poche, je fermais les yeux un court instant, le temps de prendre ma décision. La seconde d'après, j'avais disparu au milieu de la foule. Mon choix était fait. Si mes compétences pouvaient être utiles d'une façon bien spécifique à la Révolution, alors je n'aurais pas d'hésitation à les utiliser comme on me le demandait. Et puis, s'il s'agissait d'un piège, j'aurais toujours l'occasion de changer en tas de cendre l'énergumène qui me l'aurait tendu. J'ignorais si le reste du groupe allait noter ma disparition, mais pour l'heure, j'avais une mission : me rendre à Kawaii Shima Island, sur South Blue, d'ici trois semaines maximum. Je n'avais pas de temps à perdre...

La Révolution était en marche...


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quand tout devient sérieux ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand tout devient sérieux ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand tout devient sérieux ...
» Avec l’insomnie, plus rien n’est réel ! Tout devient lointain. Tout est une copie, d’une copie, d’une copie...
» " Ensemble, tout devient possible "
» Dean Davis - C'est quand tout semble parfait que tout part en vrille
» Quand Bisounours devient Grizzlie, là ça me plaît !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue :: Royaume d'Illusia-