Partagez | 
 

 [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shiratori
Simple Civil
avatar
Messages : 88
Race : Colombe humaine

Feuille de personnage
Niveau:
15/75  (15/75)
Expériences:
42/80  (42/80)
Berrys: 25.000 B

MessageSujet: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Ven 1 Aoû - 4:05

Les coudes sur la table, les yeux grands ouverts en train de fixer la scène, le pied battant discrètement la mesure, Shiratori profitait d'un moment de détente unique. Dans un petit bar de Shell Town, le patron avait eu une idée novatrice pour attirer plus de clients, et cela fonctionnait vraiment bien. Organiser des spectacles tous les vendredis de chaque semaine, mais pas n'importe lesquels, des interprétations de qualité, pas un vaste concours de talent d'école primaire. Cette fois, c'était un marathon de danse mettant en scène une danseuse de flamenco dont les pas de danse égalaient les meilleurs livres. En effet, la danse savait mieux que rien au monde raconter une histoire, il y avait dedans de l'émotion et à la fois de l'entrain. La jeune colombe avait vraiment l'impression de vivre son histoire au son de la musique et de la protagoniste dont l'aventure ne cessait de rebondir. Parfois elle prenait un cours tragique, et parfois elle terminait la scène de façon chevaleresque et héroïque. Shira avait toujours admiré sa mère pour ce son qu'elle avait, mais cela ne l'empêchait pas de savoir lire correctement une histoire dans son lit afin de l'endormir. Maintenant la jeune adulte n'avait plus besoin de se bercer de contes de fées, sa vie était devenue son histoire personnelle. Cependant parfois elle se complaisait à écouter celle des autres afin de vivre une aventure plus tragique ou plus romantique.

À la fin du spectacle magnifique, le public se mit à bombarder la danseuse de pourboires et cadeaux divers comme des fleurs. Shira se demandait souvent si les gens n'allaient pas en cueillir spécialement pour l'occasion, ou parce que la femme les avait déjà séduits sur l'affiche. La jeune colombe enroba alors une poignées de berries dans une bourse qu'elle referma ensuite, et la jeta aux pieds de la danseuse. Bien évidemment elle espérait de tout coeur que cet argent soit pour elle et non pour enrichir le portefeuille du gérant. Shira se disait que le mois prochain elle proposerait bien à ce dernier de danser elle aussi sur ce type de danse afin de se faire connaitre. Malheureusement elle avait un peu peur qu'on reconnaisse en elle la signature de sa mère et qu'on fasse le lien. Elle tenait quand même à passer incognito dans ce "monde extérieur", sinon les gens risquaient d'en vouloir à sa vie ou à son argent. La jeune femme voulait qu'on la traite comme une civile avant tout, pas une noble, c'était pour ça qu'elle avait voulu de ce travail de serveuse, pour vivre comme les autres.

Une fois le spectacle terminé, une partie des clients s'en allèrent, tout comme Shira qui n'avait plus rien à faire dans cet établissement. Bien qu'elle désire une vie normale, il ne fallait quand même pas fréquenter des endroits mal fâmés et risquer de devenir elle aussi peu fréquentable. La journée avait bien épuisé la jeune colombe, il était temps pour elle de trouver un endroit où dormir. Malheureusement elle ne voyait aucun hotel dans le coin et dormir à la belle étoile ne serait pas bon pour son dos ; fabriquer toute une cabane prendrait trop de temps et elle aurait fini par s'endormir de fatigue avant d'avoir fini. La dernière solution semblait être de demander gentiment le gîte à un équipage de marines...

Sans plus attendre, la jeune femme se dirigea vers le port en tenant plus fermement son sac dans sa main. Le soir tombait de plus en plus et l'obscurité gagnait petit à petit le village, laissant comme seul éclairage ceux des habitations. Il fallait que Shira se dépêche de trouver un endroit où dormir avant qu'elle ne voie plus rien à ses pieds, ou presque.

Après quelques minutes de marche, la jeune colombe arriva enfin au port et aperçut plusieurs navires de la marine, dont celui le plus à l'ouest étant encore le seul éclairé. Sans attendre, la demoiselle appela les marines afin de les faire venir. Avec un large sourire, deux des membres de l'équipage déployèrent la passerelle en bois afin de la laisser monter. La jeune femme monta alors à bord avec entrain en voyant qu'ils festoyaient entre eux d'une manière bien conviviale. Étrangement ils repoussaient ses offres d'argent pour payer le gîte, sans doute pensaient-ils simplement faire leur devoir sans recevoir de récompense. Ils la conduirent alors au plus profond du navire vers la zone des dortoirs afin de lui indiquer sa chambre. Soudain elle sentit le canon d'un mousquet sur sa tempe, des ricanements se faisant entendre. Pendant que le tireur la maintenait en joue, un autre apportait du matériel, avant de s'entendre ordonner de serrer les mains dans le dos. Contrainte de leur obéir au prix de sa dignité, Shira se laissa ligoter dans les règles de l'art, que ce soit aux bras, aux poignets, aux cuisses ou aux chevilles. Un second marine vint la bâillonner sèchement avec un foulard avant qu'elle ne se fasse trainer vers la cale. Après qu'on lui ait enfilé et serré un sac opaque sur la tête, les marines l'enfermèrent dans la dernière salle en prenant soin de cadenasser la porte pour ne prendre aucun risque. Shira était apparemment devenue la mascotte d'un équipage de marines pas très nets.


Dernière édition par Shiratori le Dim 2 Nov - 4:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1529
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
195/500  (195/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Jeu 20 Nov - 13:49





Une nuit qui semblait paisible ! Une colombe sous les verrous ?!

La journée avait été bien remplie pour notre cuisinier aussi bien que pour le reste de son équipage, à cet instant composé de Nescafé le petit hamster ninja, ainsi que Kain D. Valentine, l'illustre capitaine borgne dont le QI ne dépassait pas celui d'une poule atteinte de démence. Ils avaient fait le tour du coin en essayant de ne pas se faire remarquer par la marine. Avaient-ils peur d'être reconnus ? Non, pas du tout ! Ils étaient sans doute parmi les boucaniers les moins connus des mers de par ce vaste monde. Leur notoriété restait à construire plus qu'autre chose. Ceci dit, la ville de Shell était connue pour être menée d'une poigne de fer par un colonel de la marine assez... vindicatif. En fait, ça ressemblait plus à une dictature militaire qu'autre chose. Aussi, n'importe qui pouvait se retrouver écroué si l'envie en prenait au haut gradé tant redouté. Les pirates amateurs n'avaient encore ni prime, ni symbole à arborer : ils voyageaient dans un rafiot tout à fait neutre qui ne laissait rien présager de leur nature. De plus, à part l'aspect impressionnant du grand mastodonte à l’œil manquant, rien ne pouvait lever de soupçon. Heziel était tout à fait normal et Nescafé... eh bien, les gens avaient plus tendance à le trouver mignon que dangereux, fort heureusement.

Assis sur le pont du dit bateau, le cuistancier marin regardait les étoiles, en paix. C'était une belle nuit. La lumière des chaumières permettait d'y voir encore clair sur le port, avec un petit effort d'attention. Les bateaux arrimés se soulevaient paresseusement sous les caresses des vagues, avant de retomber avec tout autant de mollesse. L'eau mouillait les coques endormies et les pierres silencieuses du quai. Le brun lui même sentait le va et vient de la mer. C'était comme un appel à l'aventure. Il avait été décidé de passer la nuit ici plutôt que reprendre la route, dans la mesure où les courses n'avaient pas encore été faites. Le meneur de l'équipage dormait dans la soute avec la petite boule de poil, dans un ronflement que grâce à l'habitude, Heziel entendait presque de l'extérieur. Montait-il la garde ? Sans doute pas, il ne trouvait tout simplement pas le sommeil. Il n'avait aucune raison de s’inquiéter pour ses camarades. Si ils venaient à devoir se réveiller, ce serait plutôt la cause de cette perturbation qui en assumerait les conséquences... non, quelque chose lui pesait sur l'esprit.

Il se demandait comment tout le monde allait, à Mormoilnoeud. Il n'avait pas eu l'occasion d'écrire à ses parents depuis de nombreuses semaines déjà, entre le restaurant à Notebouque et le départ précipité pour cette vie de piraterie. Est-ce que Emilia allait bien ? Aux derniers nouvelles, elle craquait sur le fils du boulanger... il sourit à cette idée. Sa petite sœur, dont il avait toujours une vision si innocente et pure, était après tout devenue une femme. Il était temps qu'elle découvre la vie, la vraie. Celle qu'aucun livre ne conterait jamais assez. Et tant qu'elle s'épanouissait, il n'avait absolument aucune raison de s'en faire. Son père s'était fait mal au dos en coupant du bois, dans un concours de circonstance qui restait assez mystérieux. Quant à sa mère, elle était en pleine forme, à ceci près que devoir s'occuper de son mari momentanément indisposé provoquait quelques situations de vieux couple assez comiques. C'était l'image qu'il avait des siens à cet instant, la seule image.

Sorti de sa rêverie par des bruits festifs, il se tourna vers l'ouest. Un bateau de la marine semblait encore plein d'entrain, coupant avec la somnolence qui présidait l'assemblée de bâtiments de navigation présents. Il trouvait cela amusant. Il n'avait pas l'habitude de voir la marine faire preuve d'un comportement de la sorte. D'habitude, ces types étaient plutôt droits et calmes. Ceux de cet endroit étaient réputés pour une certaine efficacité dans les sales besognes données par leur chef. À vrai dire, cela intrigua le jeune cuisinier qui se décida à s'approcher un peu. Il ne remarqua pas tout de suite qu'une vingtaine de mètres devant lui, une jeune femme avançait sans un mot ni un bruit dans la même direction. Il ne comptait pas dormir immédiatement de toute façon, alors autant aller faire un tour. Il fut cependant surpris lorsqu'il constata non seulement qu'il n'était pas seul sur le quai, mais également que cette autre personne montait dans le navire gouvernemental ! Ils semblaient lui sourire et l'accueillir pour la soirée. Jusque là, pas de problème.


Néanmoins, un rictus démoniaque sur le visage d'un des marine lui fit froid dans le dos. Cette inconnue ne l'avait sans doute pas remarqué, de dos. C'est ce qui mit la puce à l'oreille de notre brun aigre-doux. Il resta perplexe quelques secondes quant à la conduite à agir, avant de finalement se décider.

- Je devrais... sans doute aller voir ce qui se passe.

Ne prenant pas la peine de retourner voir ses camarades endormis, il ne pouvait rester inactif alors que son instinct lui disait de s'en mêler. Lorsque les soldats retirèrent la planche qui reliait le bateau au quai, il se faufila sur le navire tel un acrobate, escaladant l'une des parois comme un chat. Quelque chose que son ami n'aurait jamais pu faire avec sa corpulence. Dans la mesure du possible, il préférait ne pas être repéré. Il se glissa sur le pont en silence, progressant à pas de loups sans éveiller le moindre soupçon. Aucune trace de la demoiselle. Plusieurs hommes s'extirpèrent des entrailles du bateau en ricanant de façon sordide. Qu'est-ce qu'ils avaient bien pu lui faire ? Il ne la connaissait aucunement, mais le côté humain exacerbé de notre cuistot refit surface. Il n'aimait pas l'idée que ces hommes lui aient joué un sale tour, sans pour autant connaître les détails. Profitant d'un moment d'inattention, il se glissa plus profondément dans le navire des gouvernementaux. Un silence de plomb régnait pour l'heure. Il progressait dans la pénombre, au travers des différents couloirs. Soudain, il lui fallut se cacher : deux nouveaux marins, remontant de la cale, manquèrent de peu de le découvrir. L'un des deux riait mesquinement tandis que l'autre finissait une explication.

- Aucune chance qu'elle ne s'échappe, fuhfuhfuh... cadenassée comme elle est, la porte ne s'ouvrira pas.

Quelque chose laissait lourdement présager que ce « elle » n'était autre que l'étrangère aperçue plus tôt. Une fois le danger écarté, le cuisinier continua de progresser vers les tréfonds. Les marches de l'escalier grinçaient de façon sinistre. Il y avait donc une histoire de cadenas dans tout ce fatras... une fois arrivé en bas, plusieurs portes se présentèrent à lui. Il ne lui fallut que peu de temps pour trouver la bonne, avec les informations dont il disposait. Une seule porte était verrouillée de la sorte, au fond du couloir. Il s'en approcha et tenta de faire bouger le tout, mais rien à faire. C'était solidement bloqué. Deux solutions s'offraient à lui : défoncer cette porte ou aller chercher la clé. L'un comme l'autre pouvaient provoquer l'alerte, à ceci près qu'aller chercher la clé l'éloignerait d'ici. Si il se faisait avoir en chemin, tout n'aurait servi à rien. Le cadenas empêchait la porte de s'ouvrir dans un sens conventionnel, mais les gonds, eux, étaient sans défense...

Avec l'aide d'un Roasting-rare aussi « discret » que possible, il s'attaqua aux petites et frêles parties en bronze et fit sauter la porte de ses gonds dans un bruit métallique. La lourde épaisseur de bois vint s'écraser au sol devant lui, l'obligeant à reculer pour ne pas y perdre ses orteils (ou pire). Il l'enjamba et entra dans la pièce. Bingo ! Quelqu'un était là, la tête dans un sac et ligoté de toute part. Sans même se demander si cette personne avait une raison valable d'être traitée de la sorte, Heziel entreprit de retirer chaque entrave, jusqu'à ce que la jeune femme soit libérée.

- Est-ce que ça va ?



_________________






Dernière édition par Heziel Coffe le Lun 23 Fév - 18:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shiratori
Simple Civil
avatar
Messages : 88
Race : Colombe humaine

Feuille de personnage
Niveau:
15/75  (15/75)
Expériences:
42/80  (42/80)
Berrys: 25.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Lun 24 Nov - 13:08

La nuit égalait le jour et le jour égalait la nuit, tout était identique depuis la cale du bâteau pas le moindre rayon de lumière perçait la couche de bois qui la séparait du pont et du monde réel. Les poignets reliés dans son dos, une fine couche de cordage reliant ses bras à son buste entier, les chevilles elles aussi entravées par la corde, et un bâillon de tissu venant solidement étouffer le moindre bruit qu'elle pourrait faire. La situation semblait désespérée, rien ne pouvait la sortir de ce pétrin, alors que l'équipage quittait Logue Town pour voguer sur East Blue. Aussi Zoan soit-elle, Shira ne pouvait pas utiliser sa transformation pour espérer se délivrer, elle pouvait à peine se délier les poignets et desserrer les liens aux chevilles, ses serres n'étant pas aussi petites que pour passer outre. En haut les marines faisaient clairement la fête, Shira pouvait entendre les claquages de pintes et les rires depuis le pont, alors que personne ne se doutait que les marines gardaient un butin illégal dans leur cale, même si il ne pouvait techniquement pas prouver qu'il était ici contre son gré. Elle n'avait plus qu'à attendre qu'un pirate vienne la sortir des griffes de ces marines indignes, ironie profonde qui voulait qu'un criminel sauve un civil de la justice corrompue. De plus avec le cadenas à la porte, ils n'avaient aucune chance d'être découverts, leur mascotte ne pouvait pas s'échapper ni même appeler à l'aide, définitivement coincée dans cette petite pièce, entourée de balais et autres accessoires encombrants.

L'un des marines se permit de lui rendre visite, sans doute un des matelots du capitaine qui voulait un peu profiter de la prisonnière avant qu'ils ne finissent découverts un jour ou l'autre. Ce qui ne risquait pas d'arriver de sitôt, vu à quel points ils semblaient protecteurs envers leur prisonnière, à première vue. Il ouvrit alors la porte ainsi que le cadenas qui allait avec, avant de fermer la porte, faisant suer Shira de plus en plus à force qu'il se rapprochait d'elle. Une femme normale aurait clairement imaginé des choses, mais comme ce n'en était clairement pas une, elle n'avait aucune idée de ce qu'il allait faire. Il se pencha alors vers Shira et la plaqua au sol sur le dos, reluquant sans gêne sa poitrine compressée dans son décolleté sous les yeux impuissants de la victime. Il se mit à passer ses mains sur ses seins et commença à la dévêtir sans se priver, quand son capitaine l'appela soudain, le faisant la rhabiller aussitôt en pestant. Visiblement sauvée par le gong, Shira poussa un gros soupir de soulagement en le voyant s'éloigner, bien qu'il ait remis le cadenas comme avant, mais au moins il ne lui faisait plus subir de harcèlement sexuel, c'était déjà bien assez avec son boulot de serveuse. C'est alors qu'elle entendit de nouveau la cale s'ouvrir après seulement quelques minutes.

Il ne fallut pas longtemps pour que la porte s'abatte sur Shira avec force, manquant de peu de l'assommer, si elle n'avait pas conscience de se faire sauver, bien trop pour se permettre un évanouissement. La silhouette se mit alors à dénouer ses liens principaux au buste, délivrant bientôt le plus gros de ses entraves, ce qui lui permit d'ôter son bâillon pour pouvoir lui parler.


-Non ça ne va pas du tout, nous n'avons aucune chance de partir d'ici sans nous faire repérer ! Le seul moyen ce serait que vous vous battiez contre eux avec vos compagnons, sinon nous risquons de finir prisonniers ensemble ! Et moi je ne peux pas me résoudre à frapper un marine, ce serait m'attirer des ennuis avec la justice...
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1529
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
195/500  (195/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Lun 1 Déc - 21:50





Une nuit qui semblait paisible ! Une colombe sous les verrous ?!

Les informations données par la jeune femme semblaient pour le moins inquiétantes. Si ces marines l’avaient capturée sans aucune raison, alors il en irait de même pour lui si il était pris à roder dans le coin. Enfin, il n’y pensait pas réellement, il avait toujours été relax vis-à-vis de la marine, sans doute parce qu’il n’avait rien à réellement se reprocher pour l’instant. Certes, il était un pirate mais son seul crime était sans doute de l’être. Rien de plus. Il était même bien plus compatissant que la plupart des voyous qui naviguaient ! Quoi qu’il en fût, il n’était pas gêné par l’idée de devoir cogner quelques marines pour qu’ils puissent prendre la fuite. Le navire s’était mis en mouvement pendant qu’il libérait l’inconnue, ce dont il prit conscience un peu trop tard. Il adopta un air alarmé et prit une posture étrange.

- Oy Oy, qu’est-ce que Kain va faire si je suis pas rentré à l’heure ?!

Il soupira avant de se retourner pour regarder le couloir. Toujours personne. S’il fallait s’enfuir de cet endroit, il faudrait sans doute prendre une barque. Le temps de remonter en tentant d’éviter le plus possible l’affrontement, le navire aurait sans doute bien progressé sur la mer assombrie par la nuit. C’était un bâtiment naval à la structure légère qui filerait sans doute tel un poisson sur les flots. Notre cuisinier finit par se frotter la tête en soupirant. Quel ennui… même si il ne regrettait pas d’avoir écouté son instinct, ce qui l’avait amené jusqu’à cette cale, les choses allaient se corser par la suite : les agents de la marine présents constituaient une vraie menace et même si le cuistot restait confiant en ses capacités physiques quelques peu singulières, on ne savait jamais ce qui pouvait arriver. Il finit par adresser un sourire plus tranquille à sa camarade d’infortune et plissa les yeux.

- Oh, moi c’est Heziel au fait, enchanté.

Il lui tendit la main pour l’aider à se remettre d’aplomb avant de poursuivre.

- Pas d’inquiétude pour ça. Je peux m’occuper de cogner sur ces bonhommes en blanc et bleu et je doute qu’une autre solution se présente à nous désormais. Par contre, toute aide de mon équipage nous est inaccessible, je suis venu ici seul.

En vérité, notre jeune cuistancier réfléchissait déjà, une chose qui était devenue plus qu’habituelle depuis qu’il supervisait le petit rafiot de son équipage nouveau-né. Même si il n’était pas le capitaine, il devait constamment vérifier que tout roulait comme sur des roulettes, évitant ainsi les malencontreuses mais fort possibles bourdes de son bien aimé borgne de compagnie. Actuellement, son esprit était concentré sur la question suivante : comment engager les hostilités avec la marine sans compromettre le statut d’innocente –du moins statut présumé- de la belle ? Une interrogation qui méritait qu’on se penche dessus, d’autant que notre cuisinier n’aimait pas provoquer de soucis aux autres et allait mettre un point d’honneur à trouver une solution à ce problème fastidieux. Il se frottait le menton avec un air pensif, adossé dans l’encadrement de la porte descellée. Passer de façon inaperçue restait la porte de sortie rêvée mais sans doute condamnée : si ils parvenaient à voler une barque, ils finiraient sans doute mitraillés comme des piafs à l’ouverture de la chasse. La mer était calme ce soir et aucun embryon de tempête n’allait couvrir le bruit d’une fuite de ce genre. Le ciel dégagé offrait également une lumière idéale aux tireurs, la lune inondant les environs de sa clarté funeste. Pour l’heure, il fallait sortir d’ici.

- J’ai peut-être une idée… si l’affrontement devient inévitable, je tenterai le coup. Partons.



Il lui fit signe de le suivre et se déplaça prestement dans le couloir mal éclairé, dans le but de remonter vers les niveaux supérieurs du navire. Il fallait rapidement se mouvoir et rester discrets le plus longtemps possible. Avec un pas félin, il remonta les marches en bois sans en faire craquer une seule, s’accroupissant ou s’adossant dans les coins de murs afin de pouvoir jeter quelques coups d’œil à droite et à gauche. Il finit par remarquer deux marines et resta immobile, les yeux écarquillés. Sa main effleura le mur et percuta quelque chose, trop doucement pour la propulser mais assez pour la faire vaciller. La lanterne éteinte flancha avant de percuter le sol dans un bruit bien indésirable, roulant innocemment dans le couloir.

- Minnnnceuu- .

Il se couvrit la bouche avant d’avoir pu finir sa complainte un peu bizarre, tandis que ce qui devait arriver arriva : les deux gouvernementaux s’approchèrent en se demandant ce qui pouvait bien se passer ici. Dans une posture de semi alerte, ils se dirigeaient pas à pas droit vers notre cuisinier bien maladroit pour le coup ! Celui-ci resta silencieux, priant pour qu’ils ne le trouvent pas tout de suite. Sinon, les éléments de son affaire risquaient de devenir particulièrement épineux.

- C’était quoi, ça ?!

- Peut-etre que c’est tombé avec le remou des vagues, non?

- Idiot, par une mer aussi calme ? Pas possible, non, pas possible ! Hey, qui est là ?

Leurs pas se faisaient plus pressants. Ils comptaient définitivement venir le chercher dans son petit coin sombre. Lorsqu’ils furent assez proches, Hezzy sortit de sa cachette prestement, surprenant les deux marines. Pas assez rapides pour réagir à temps, ils se retrouvèrent l’un l’autre assommés par leur tête respective, le pirate aigre-doux les ayant saisis par l’arrière du crâne avant de violemment les diriger l’un contre l’autre dans un bruit sourd et une plainte étouffée. Ils tombèrent au sol les yeux en spirale, des petites étoiles autour de la tête. C’était moins une ! Il s’affaira ensuite à les trainer pour les cacher du mieux qu’il pouvait. Une autre idée germa dans sa tête et il l’appliqua bientôt, les bras emplis de vêtements. L’un des deux hommes avait la même stature que la sienne, ce qui lui permettrait de sa camoufler un minimum. Après tout, la nuit, tous les chats sont gris… du moins c’était un proverbe qui lui semblait adapté à la situation. Il laissa les deux compères inertes profiter des bras de Morphée de façon forcée, à moitiés nus dans un recoin isolé, avant de revenir vers la demoiselle en lui tendant une partie de son butin. Il se déguiserait lui-même par la suite et avec un peu de chance, ils pourraient traverser le pont sans trop d’encombres… au moins le temps de trouver comment régler tout ceci.

- Je ne sais pas si ça pourrait vous aller… essayez de piocher ce que vous pouvez, ça ne peut pas nous faire de mal après tout.


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Shiratori
Simple Civil
avatar
Messages : 88
Race : Colombe humaine

Feuille de personnage
Niveau:
15/75  (15/75)
Expériences:
42/80  (42/80)
Berrys: 25.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Ven 5 Déc - 2:47

L'obscurité avait déjà gagné le ciel depuis de nombreuses minutes, mais heureusement la lumière de la lune éclairait un peu les escaliers, seule issue possible pour sortir de la cale. Retirant rapidement ses entraves avec l'aide du jeune homme, Shira se releva enfin sans faire de bruit, pendant que son sauveur réfléchissait visiblement à un moyen de sortir de cette galère avec sa compagne de fortune. Ils pouvaient très bien se faire enfermer par surprise, ce qu'elle souhaitait le moins, ou encore se faire encercler une fois sortis, mais avec la liberté qu'elle avait retrouvée elle était en mesure de les sauver tous deux sans complication. Cependant ça impliquait de se changer en colombe, son pouvoir, et elle ne savait pas si le jeune homme était un maudit ou pas. Il se pourrait qu'ils tombent à la mer et que seuls les marines soient proches pour les repêcher, alors il fallait s'enfuir le plus discrètement possible. Pour la rassurer, le jeune homme lui sourit alors et se présenta poliment, signe qu'il ne pouvait pas être un pirate, ou un bien méchant en tout cas. Shira en profita pour se courber en une révérence et se présenta à son tour en donnant son surnom, évidemment, pas son nom complet. Après tout elle recherchait des traitements de civils aisés, pas de nobles. Mais d'abord sortir de la cale était la priorité, avant de faire plus ample connaissance, au moins Shira pouvait déployer tranquillement ses ailes une fois dehors. Sortis de la pièce en question, le duo se faufila vers les bruits humains afin de voir si certains se dirigeaient vers eux.

Pendant ce temps-là, les marines faisaient la fête et ça s'entendait de loin, ce qui pouvait jouer en l'avantage du duo. Shira posait ses pieds au même endroit que les siens en se fiant à sa chance de ne pas faire grincer le bois sous lui, dans l'espoir d'être aussi discrète que lui, et c'était réussi. Il n'y avait personne à craindre dans les parages, tous semblaient avoir confiance en leur cadenas et leurs entraves, si bien que personne ne se préoccupait des risques de libération de la prisonnière. C'était une chance, car le jeune homme pouvait ainsi commencer son plan pour rejoindre son navire en compagnie de son invitée surprise. Depuis un moment Heziel semblait confiant, ce qui était encore plus rassurant, alors que Shira n'avait aucune idée de ce qu'il projetait de faire. Cependant elle lui faisait confiance elle aussi et s'en remettait à son fameux plan, même si il ne laissait pas apparaître le bout de son nez pour le moment. C'est quand il renversa une lanterne que la demoiselle se douta qu'il allait devoir passer au plan B, si toutefois il en avait un en tête. Et puis l'improvisation pouvait avoir du bon parfois.

Les marines se rapprochaient d'eux de plus en plus, seulement un ou deux heureusement, mais c'était quand même stressant dans le moment. Le jeune homme rossa alors les deux mousses et se mit à enfiler sa tenue de marine par-dessus ses vêtements. Ce n'était pas une bonne idée du tout, surtout qu'il n'y avait aucune femme dans leur équipage, elle se ferait de toute façon démasquer, sans compter qu'avec si peu d'effectifs ils devaient tous se connaître. Cela revenait presque à se jeter dans la gueule du loup, il fallait l'arrêter tant qu'il ne commettait pas cette bêtise. Shira repoussa alors l'uniforme qu'il lui tendit et l'invita à retirer le sien hâtivement, ayant évidemment une idée bien meilleure à proposer.


-C'est une mauvaise idée, ils doivent tous se connaître dans un si petit équipage. Faites-moi confiance une petite minute, je vais nous transporter vers votre navire. Si vous voulez bien m'indiquer sa direction, je ferai en sorte que nous arrivions à bord sans trop de dommages, si nous passons inaperçus.

Sur ces mots, et une fois la direction indiquée, Shira lui demanda de fermer les yeux, avant de doucement lui écarter les bras à l'horizontale. Il fallait d'abord prendre un peu d'élan, après quoi la demoiselle se transforma en colombe en un instant et se propulsa vers le jeune homme avant de lui agripper le torse sous les bras avec ses serres, la meilleure façon de transporter qu'elle connaisse. Heureusement il n'était pas le plus lourd poids qu'elle s'était exercé à soulever en vol, elle n'avait éprouvé aucune grosse difficulté à le soulever de sol. Une fois sur son navire, Shira lâcha le jeune homme sur le bois, avant de se transformer de nouveau rapidement en humaine et d'atterrir à son tour, la pointe de sa botte tapant le sol dans un petit bruit. Une plume blanche s'échappa alors de son corps, mais se fit attraper par la demoiselle entre deux doigts comme on ferait d'une rose en plein spectacle de danse ardente. Cependant au lieu de la lancer sur une paroi en bois pour s'y ficher, elle la plaça simplement devant son visage, le genou opposé retombant au sol délicatement. Elle le regarda alors en enfilant la plume dans sa chevelure derrière son oreille, affichant un petit sourire doux et à la fois reconnaissant du service.

-Merci de m'avoir sauvée, c'était très aimable de ma part. Je sais que ce n'est en aucun cas courtois de vous demander encore un service, mais j'aimerais que vous ne parliez pas de mon pouvoir à vos compagnons ni à aucune autre personne. Je tiens à garder un certain anonymat, voyez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1529
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
195/500  (195/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Dim 14 Déc - 17:31





Une nuit qui semblait paisible ! Une colombe sous les verrous ?!

Voler. Une sensation assez bizarre à laquelle notre cuisinier habitué aux remous des vagues aurait sans doute du mal à s'habituer ! Il avait omis de prendre en compte les compétences de la jeune femme, qu'il pouvait désormais appeler Shiratori. En effet, elle s'était révélée capable d'une métamorphose fort utile dans leur situation étriquée, qui leur avait permis de quitter ce navire de malheur en un seul morceau et ce, sans provoquer de grabuge risqué. En effet, elle pouvait se changer en colombe et par dessus le marché, porter un homme au moins de la même carrure que notre brun ! Il profitait de l'air frais de la nuit, indiquant la direction de l'île d'origine d'une façon approximative. Il devait rentrer à Shell town avant le lever du jour, sinon ses compagnons allaient commencer à s'inquiéter de son absence, Heziel n'étant pas du genre à disparaître sans mot dire à l'accoutumée. Finalement, après un petit voyage aérien qui s'était révélé surprenant mais agréable, ils finirent par regagner la terre ferme et se posèrent comme deux fleurs. Comme si tout cela ne s'était jamais produit.


- Heu... eh bien... merci pour la balade.

L'obscurité était intense sur le quai, seulement dérangée par quelques lanternes esseulées qui montaient silencieusement la garde contre les ombres. La demoiselle remercia notre cuisinier pour son intervention fortuite : effectivement, qui savait ce qui aurait pu l'attendre dans ce bateau si personne n'était venu la chercher ? Pour sa part, Heziel était plutôt focalisé sur sa capacité à se transformer ainsi en animal, qu'elle semblait bien maîtriser. À cette époque, Kain n'ayant pas encore développé ses pouvoirs sismiques et Loyal n'ayant pas encore rejoint l'équipage, l'originaire de Mormoilnoeud n'avait qu'une idée vague de ce que pouvait faire un fruit du démon et n'avait encore jamais assisté à ce genre de phénomène. Il en restait donc relativement abasourdi mais fit le lien assez rapidement. Il ne faisait pas partie des sceptiques, mais bien de ceux qui croyaient aux légendes : dans un monde si vaste, il était impossible de rester terre à terre bien longtemps et il venait d'en avoir la preuve. Shiratori lui demanda poliment si il pouvait garder le secret sur ce à quoi il venait d'assister, ce qui ne sembla pas bien compliqué à notre aigre-doux. Elle voulait apparemment conserver son identité secrète, pour des raisons que le brun considéra d'emblée comme personnelles.

- Pas d'inquiètude, je resterai muet comme une tombe ! Néanmoins... vous avez... enfin je veux dire, ce qui vient de se passer... c'était l’œuvre d'un fruit du démon n'est-ce pas ?

Sa curiosité avait besoin d'être satisfaite et puis après tout, il pouvait bien obtenir une réponse à cette question suite à ce sauvetage inopiné. Tant qu'il s'en tenait à ce qu'elle lui avait demandé, il n'y avait pas de mal à creuser un peu pour en découvrir plus. Les rues étaient désertes à cette heure et personne ne risquait de venir troubler leur tranquillité. Néanmoins, une autre interrogation se posait pour notre cuisinier : était-elle réellement en sécurité ? Après tout, ces marines avaient vu son visage et ils risquaient gros en l'ayant laissé filer. De plus, avec un peu de fierté, ce serait une honte de s'être fait ainsi semer par une demoiselle enfermée dans une pièce et entravée. Peut-être que des représailles allaient venir, qui savait ? Soucieux, il se lança donc.

- Vous pensez que ça va aller ? Ils pourraient revenir, plus tard... ils découvriront bien vite que vous vous en êtes sortie et avoir une victime d'enlèvement dans la nature pourrait compromettre leur carrière.

Même si il était peu probable qu'un témoignage ait un quelconque impact si il était isolé, toutes les possibilités devaient être prises en compte. Ces types s'y étaient mis à plusieurs pour s'assurer de sa capture, le plus probable était donc que ces couards redoutent qu'elle parle. Du moins, c'était la manière de penser du cuistancier marin qui trouvait cela scandaleux. Des membres de la marine qui profitaient ainsi de leur statut pour réaliser des actions ignobles de ce type... plus principalement, les gens de cette trempe lui donnaient envie de refaire quelques visages. Il se massa la nuque en tournant légèrement la tête. L'air frais du soir balayait ses vêtements et sa peau et il inspira une grande goulée avant d'observer les alentours. Cette île semblait totalement endormie. Y'avait-il seulement encore un établissement d'ouvert dans le coin ? Il aurait été préférable pour la demoiselle de trouver un abri pour passer la nuit. Il sourit doucement.

- Je vous proposerai bien de passer la nuit sur notre humble navire, mais je doute que vous en ayez envie après ce qui vient de se passer. Peut-être que vous connaissez déjà un établissement où vous loger ?

Effectivement, s'enfuir d'un bateau pour atterrir sur un autre risquait d'être quelque peu frustrant pour la demoiselle et notre cuistot avait lancé l'invitation par politesse et précaution, sans vraiment s'attendre à ce qu'elle soit saisie. Au moins, si c'était nécessaire, elle savait où aller. Après tout, notre pirate n'avait pas de réelle connaissance des lieux à part ce qu'il en savait déjà, à savoir que c'était un endroit où la marine se faisait omniprésente dans la vie des citoyens et le colonel local plutôt despotique. Despotique, ou très puissant, selon à qui vous demandiez l'information. Dans la mesure où il n'était pas encore primé, notre chef ne s'en faisait pas tellement pour cela. D'un autre côté, il faudrait sans doute faire attention, peut-être que la zone était sujette à un couvre feu d'une quelconque sorte et il n'avait pas spécialement envie de finir dans d'autres ennuis pour si peu.


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Shiratori
Simple Civil
avatar
Messages : 88
Race : Colombe humaine

Feuille de personnage
Niveau:
15/75  (15/75)
Expériences:
42/80  (42/80)
Berrys: 25.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Lun 15 Déc - 19:03

Le chemin avait duré moins longtemps que prévu, mais pourtant Shira avait réussi à porter un homme bien portant depuis le navire jusqu'au quai de Shell Town où elle avait déposé son passager. Elle prit un moment pour se reposer, assise par terre, alors que son sauveur reprenait ses repères au sol l'espace d'un instant. Il fallait dire que ça ne devait pas être évident de quitter terre aussi longtemps et revenir sur ses jambes d'un seul coup, cependant elle ne l'avait pas porté bien longtemps et il ne mit pas longtemps à se réhabituer à la gravité terrestre. Une fois reposée un minimum, Shira se releva et se frotta un peu pour retirer la poussière qui s'était déposée sur ses habits. Son compagnon de fortune en profita pour lui demander l'origine de son pouvoir, si c'était un fruit du démon, ou alors sans doute le fruit d'un accouplement entre humain et colombe. Elle se gratta alors un peu la tête de gêne et lui répondit simplement que c'était un fruit du démon, rien d'autre ne pouvait être à l'origine d'un pouvoir aussi flagrant. Shira fut ravie qu'il soit un homme de parole et s'était arrangée pour satisfaire sa soif de réponses pour qu'il ne lui en veuille pas. Cependant elle se doutait que ce n'était pas si peu qui allait lui faire briser sa promesse.

Un sujet délicat se révéla alors, celui du sort de Shira une fois que les marines se seraient aperçus de son échappée. Shell Town n'était pas très loin alors il était tout à fait imaginable qu'elle puisse nager jusque là et donc représenter la menace de les dénoncer. En effet il était temps de s'en inquiéter, car elle ne serait pas tranquille dans une ville dominée par la marine alors que les mêmes représentants de la justice devaient la chercher. Il fallait réagir vite, car le navire des ripoux pouvait apparaître au loin à tout moment, une fois qu'ils auraient terminé leur festin. Sans hésiter, Shira se rapprocha de son sauveur d'un regard déterminé.


-Je viens avec vous, je n'ai aucun endroit où dormir qui soit sûr dans cette ville, je préfère de loin la compagnie de pirates protecteurs que celle de la marine pervertie. S'il vous plait emmenez-moi le temps que cette affaire se tasse, je promets de ne pas vous déranger !

Il était clair que la demoiselle n'allait pas accorder sa confiance à des pirates, mais c'était toujours mieux que de combattre la marine et risquer qu'on lui colle une prime pour se venger. Au moins en étant prisonnière de pirates elle se créerait des circonstances atténuantes, si toutefois cela se produisait. Néanmoins Shira savait que son sauveur allait arranger le coup, la détermination se lisait aussi dans son regard lorsqu'il parlait. Ainsi la décision prise, la demoiselle laissa le jeune homme ouvrir la marche vers son navire qui devait se trouver sur le quai, dans le cas contraire elle devrait encore le transporter par la voie des airs. Ce n'était pas un problème, au contraire ça lui faisait plaisir de lui rendre ce service en échange de celui qu'il lui avait rendu plus tôt. En échange elle pouvait bien prendre sur elle son appréhension, le temps d'au moins faire connaissance avec l'équipage.
Revenir en haut Aller en bas
Valentine D. Kain
An Incredible Idiot
avatar
Messages : 687
Race : Humain
Équipage : Dokugan

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
265/350  (265/350)
Berrys: 10.393.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Ven 26 Déc - 14:52




~Un jour quelqu'un a dit, qu'il y avait un trésor inestimable quelque part sur l'océan.
Que la personne qui le trouverait deviendrait le Seigneur des Pirates.
C'est l'ère de la piraterie, la quête du plus grand trésor, le One Piece!

???: SO GAY KING !

Kain: IKEEEEE!

Kain D. Valentine se trouvait aux côtés d'un ami habillé avec une tenue des plus affriolantes. Il était presque nu. Un string rose ne camouflait en rien ses formes masculines. Le string était remonté par des bretelles de mauvais goût avec deux petits anneaux pour pouvoir laisser apparaître les tétons de la personne. Quelques poils se faufilaient d'ailleurs entre les anneaux. Il portait autour de son cou une cape d'un rose fushia et au col de velours. Une petite couronne de princesse se trouvait sur ses cheveux teints. So-Gay King passait ses doigts gantés dans sa barbe alors que notre héros borgne trépignait d'impatience à ses côtés. Ils se trouvaient tout deux en haut d'une colline de barbe à papa. Des poneys préparés les attendaient en contrebas, couchés sur des crottes arc-en-ciels. Suite au clin d’œil de roi, les deux hommes sautèrent sur des pingouins farceurs et firent une descente de la colline à vive allure. Dans leur descentes, d'innombrables pétales de fleurs de cerisiers volaient ici et là. Les pingouins arrivèrent au niveau d'un rocher. Ils prirent leurs élans et les deux amis sautèrent du dos des deux pingouins, leur faisant un « high five » au passage, ils firent des sauts périlleux avant d’atterrir sur le dos des poneys. Ils traversèrent un champ de crottes de nez laissées par le maléfique marine cracheur qui les scrutait du haut de son navire. Il ordonna à ses hommes de mains, des patates armées de drôles objets en plastique à l'allure phallique. L'un d'eux pris la parole que nos deux héros se rapprochaient à grande vitesse.

Homme patate: Qui sont ces héros?! Ils vont nous avoir !

Le leader aux crotte de nez se rapprocha de l'homme patate, l'air vraiment méchant et mécontent.

Krot Dené: Ce sont des... PIRATES !

Au même moment, il donna un coup de pied dans le ventre de l'homme patate, le poussant. Un puits apparu comme par magie sous ses pieds et il commença à faire une chute infinie dans le trou sans fond. On pouvait entendre son cri résonnait durant sa chute. Dené se tourna alors vers nos héros, l'un fushia, l'autre violet à l'ancre. L'ordre d'assaut fut donné. Les patates courraient avec la ferme intention d'en découdre avec eux. Sogay sauta de son poney et dansa un drôle de ballet, on aurait dit un véritable cygne. Il donna des baffes à droite à gauche avec la grâce de... rien du tout. Kain lui sauta de patate en patate tout en rigolant. Ils ne furent même pas ralentis dans leur course. Dené se mit à cracher des crottes de nez explosives. C'était alors que Sogay, après avoir repoussé les crottes avec ses poils de torse, écarta les jambes dans un saut pervers. Krot écarquilla des yeux en voyant le roi se rapprocher. Sogay colla son string contre le visage du marine tout en refermant son emprise sur sa nuque avec ses jambes velues.

Kain:C'est le moment! Finis-le !!

Sogay King: HENTAI ATTACK !

Krot Dené: HMMMM !

Le méchant s'écroula au sol dans une explosion et mourut dans d'atroces souffrances. Le roi se releva, satisfait de son attaque, il replaça rapidement son string avant de se retourner vers le capitaine borgne.


Sogay King: Kain-dono... Deviens mon homme...

Kain: Que ?... De quoi tu parles ? Non, ne te rapproches pas de moi, teme. Reste loin, non, non, NOOOOONNNN ! TASUKE ATAI !! (tr : SAUVEZ-MOI!) AAAAAAAAAAH


Kain: AAAAAAAAAAH!

Nescafé : FERME-LA TEME !

Une batte de baseball miniature vint s'abattre sur le nez du capitaine. Après un craque, le visage de Kain fut révulsé en arrière, un filet de sang s'échappant des narines. Il plaça sa main sur son visage pour essayer de retenir le sang qui coulait dans tous ses draps. La tête de balais héroïque leva son buste pour regarder son rongeur qui était en train de tapoter sa batte ensanglantée dans sa petite papatte. Il était en train de surveiller son maître d'un regard noir.

Nescafé: Même quand tu dors tu dois être chiant.

Nous effectuons un petit rappel. Nescafé était une petit hamster, recueillit par Kain lorsqu'il devint pirate. Il est un hamster presque normal. Il ne parlait pas la langue des hommes. Pour une raison inconnue par contre, le borgne était en mesure de communiquer avec lui de manière tout à fait naturelle. Raison pour laquelle vous pouvez actuellement comprendre ce que racontait cette petite bestiole.

Nescafé: Toi, le narrateur, ta gueule aussi ou je te donne un coup de batte!

Kain: Tu parles à qui Nes' ?...

Nescafé: JE T'AI DEJA DIS QUE TU FAISAIS TROP DE BRUIT !

Le rongeur donna un nouveau coup de batte dans la tempe de son maître, puis il essaya de fracasser la caméra magique avec laquelle on peut, nous, être vivants, admirer la scène. Il ne pu atteindre son but. Le borgne était en train de se gratter le crâne tout en s'enfonçant des mouchoirs entiers dans les narines. Il annonça alors d'un air solennel...

Kain: J'ai faim.

Nescafé: à la bonne heure!

Notre capitaine borgne se leva alors d'un air nonchalant. Il était actuellement doublement handicapé, mentalement d'une part, et sans son odorat, il pouvait difficilement trouver où Heziel cachait la nourriture. Il due patienter quelques minutes et constata l'absence de son ami d'enfance. Il hocha de la tête, heureux qu'une telle situation puisse s'offrir à lui. Il jeta brièvement un œil dehors et remarqua l'absence totale du cuistancier. Il se mit à ricaner tout seul dans son coin tout en jetant un mouchoir après l'autre dans l'eau de l'océan, Nescafé était non loin derrière lui, papatte sur le front et une goutte de sueur sur sa tempe.

Dans un soucis de bien faire, il sortit la petite table qu'ils utilisaient pour les repas et plaça une nappe par dessus. Il sortit son assiette favorite (en réalité, il s'agit d'un plat, mais pour lui ce n'est guère plus qu'une simple assiette plus grosse) et dénicha une cuisse de sanglier caché dans un tonneau de sel. Il retrouva également un morceau conséquent de poisson-lune au miel qu'avait préparé son ami la veille. Kain ne pu retenir sa salive, Nescafé l'avait rejoint. Il avait pris également son casse-croûte et scrutait l'horizon de ses jumelles. Notre héros s'empressa de commencer son repas et mangeait comme un véritable goret. Parlant dans une langue incompréhensible avec la bouche pleine. Quelques bribes de ses mots :  « CHAY BON » ou « UMAIII » (tr : délicieux). Pendant son repas, Nescafé remarqua quelque chose au loin avec ses jumelles, il se rapprocha alors de son maître et commença à l'alerter de quelque chose. Il ne fit rien, il était trop occupé par sa nourriture. Le rongeur tenta d'attirer son attention en lui hurlant dessus tout en faisant le tour du borgne. Se plaçant successivement sur son assiette (feignant de se faire prendre pour un morceau de viande), à côté de son oreille, sur son crâne. Dans un élan de rage, il sortit de nouveau sa batte de baseball et écrasa de nouveau le nez du capitaine.

Nescafé: ECOUTE-MOI UNE SECONDE TEME!

Deux mouchoirs dans le nez plus tard. Nescafé pu finalement expliquer ce qu'il avait vu, en soufflant.

Nescafé: Il est trop tard maintenant... Baka.

Kain: De ? J'ai encore faim moi, 'foiré!

Nescafé: Si tu m'avais écouté toute à l'heure, il serait encore temps, mais là... c'est trop tard maintenant... il...

Kain: Il ? ...

Soudainement, un frisson parcourut la totalité de la colonne vertébrale du borgne en pensant continuellement au mot « il »...



Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1529
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
195/500  (195/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Sam 27 Déc - 2:00





Une nuit qui semblait paisible ! Une colombe sous les verrous ?!


- K-K... Kaiiiiinn...

Les choses s'étaient déroulées de façon assez surprenante pour le jeune cuisinier marin. Il avait lancé une invitation sans trop y croire, plus par politesse et par prévenance que par réelle attente. Pourtant, cette proposition avait pris une dimension plus tangible lorsque la jeune demoiselle l'avait acceptée. Elle s'était même empressée de prendre la situation dans l'autre sens, demandant l'hospitalité de nos pirates farfelus ! Apparemment, elle était convaincue du bien fondé de l'action d'Heziel et accordait plus de confiance à celui-ci qu'à n'importe quel vaisseau gouvernemental qu'elle pourrait encore croisée. Souriant doucement en plissant les yeux, notre jeune pirate aigre-doux avait lâché un de ces petits rires joyeux avant de lui affirmer que ce serait fait, encourageant par la suite Shiratori à le suivre jusqu'à leur petit rafiot douillet. Un petit bateau qui n'avait rien d'effrayant, mais contenait déjà des centaines d'anecdotes cocasses, ridicules ou excentriques. La promenade le long du quai avait été des plus tranquilles et c'est après un grand bol d'air frais que notre jeunes âmes étaient arrivées à l'embarcation des forbans, cherchant à se mettre à l'abri du froid montant de cette nuit étoilée.

Bien sûr, tout ceci était avant que notre Heziel Coffe courtois et aimable ne tombe sur la vision enchanteresse de son goret de capitaine qui avait fait ce qu'il savait faire le mieux : dévorer les provisions pendant que le chef cuisinier avait le dos tourné. En l'occurrence, l'absence de celui-ci s'était quelque peu prolongée et avait donné encore plus de temps au goinfre de commettre son atroce méfait. Les lieux du crime dépeignaient une histoire bien sordide : celle d'une pauvre cuisse de sanglier et d'un poisson-lune au miel qui avaient eu l'audace de se présenter sous l’œil unique de cet espèce d'Homo-Ventrus sans précédent. Pire encore, cet incroyable idiot avait eu l'audace de placer la nappe habituellement utilisée pour recouvrir la petite table, sans doute dans un futile effort de conscience. Il n'était pas capable de faire une seule chose autrement que de travers, un aspect de sa personnalité qui ne cessait de surprendre l'horonigai. Ce dernier se tenait actuellement dans l'entrée de la partie interne de leur petit navire, une main sur le pas de la porte. Une main qui serrait dangereusement fort le bois qui craquait, gémissant sa peine face au courroux du cuisinier qui, par politesse envers son invitée, retenait avec une difficulté titanesque la formidable impulsion qui lui soufflait d'étouffer le borgne avec la petite nappe brodée. Peut-être qu'avec les motifs étranges de goéland entre les dents, la tête de balais serait rassasiée au moins jusqu'à la nuit suivante ?

Tandis qu'un sourire sombre se dessinait sur son visage, le cuisinier à l'air d'habitude si gentil tentait de maîtriser les envies de meurtres à coups de poêle que savait faire naître en lui son ami d'enfance. Alors que le bois continuait de grincer de plus en plus fort, il fixa Nescafé ainsi que son maître d'un regard démoniaque dont il avait le secret depuis sa plus tendre enfance, une voix d'outre tombe s'échappant de ses lèvres qui formaient un rictus à la limite de la démence.

- Nous avons … une invitée...

Il s'approcha avec lenteur de son bien aimé capitaine, tandis que le rongeur à son côté couinait, n'étant que trop conscient de la façon dont les événements allaient tourner : au VINAIGRE. Les pas du cuistancier résonnaient dans le silence. Pour les gens qui n'étaient pas habitués à la scène, cela pouvait paraître terrifiant. Heziel Coffe, sous son apparence de velours, pouvait révéler une facette bien plus coriace et épineuse. Il était un peu comme un chocolat fourré à l'alcool : le dessus était délicieux, mais l'intérieur n'était à savourer qu'avec une certaine modération et surprenait toujours la première fois. Il s'approcha en serrant le poing, une veine battant sur sa tempe. Entre le fait que l'héritier des Valentine passe pour un illustre porc devant Shiratori et le fait qu'il avait encore une fois « grignoté » dans « la bouffe », le brun avait perdu le compte des raisons qu'il avait de céder à la tentation. Ce qu'il ne tarda pas à faire.

- Est-ce là une façon... est-ce là une façon.... EST-CE LA UNE FAÇON D'ACCUEILLIR UNE INVITEE, AAAHOOOOO ?! (tr : idiot)

Son poing, décoché comme une flèche, fila droit dans la masse chevelue qui protégeait le crâne du fameux abruti à l'oeil unique (cette même masse chevelue devant sans doute étouffer son cerveau à un point tel que son QI était ce qu'il était). Un bruit sourd retentit : ça sonnait creux, même si ça sonnait fort. Sous la force de cette cacahuète colérique dont il avait le secret, la tête de son nakama alla s'enfoncer dans la table basse, déchirant le pauvre morceau de tissu décoré au passage. Quelques copeaux volèrent à droite à gauche, mais rien de bien grave, tandis que le petit hamster fuyait dans un coin de la pièce sans demander son reste face à la vindicte du cuistot de l'équipage. Ce dernier se redressa avant de souffler un grand coup, évacuant toute la tension. Tout ce stress, c'était mauvais pour son art culinaire... c'était peut-être pour ça qu'il frappait souvent sur l'armoire à glace qu'il accompagnait au travers des flots. Il se retourna tout sourire vers la demoiselle l'accompagnant, comme si rien de tout cela ne s'était passé. Ces choses étaient devenues habituelles pour lui.

- Le porcinet malpoli qui avait la bouche pleine de nos rations, c'est Kain Valentine, le capitaine de ce navire ! Et la petite chose qui est allée se cacher dans un coin sombre, c'est Nescafé !


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Shiratori
Simple Civil
avatar
Messages : 88
Race : Colombe humaine

Feuille de personnage
Niveau:
15/75  (15/75)
Expériences:
42/80  (42/80)
Berrys: 25.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Dim 28 Déc - 23:02

La nuit était vraiment magnifique vue depuis l'extérieur de la cale d'un navire, Shira ne regrettait pas d'avoir fait confiance à un pirate au lieu de la marine, pour une fois. Dans un sens c'était compréhensible, ils devaient risquer leur vie pour capturer les criminels, alors ils devaient bien décompresser de temps en temps, même si parfois ça allait trop loin. Shira avait tout le temps de réfléchir, alors qu'elle marchait aux côté de son compagnon du jour afin de gagner son embarcation pour y passer le nuit. Non pas qu'elle ne comprenait pas ce qu'elle avait vécu, mais cette attitude était résolument insolite et soulevait des questions qui lui occupaient l'esprit. Pourquoi s'en prenaient-ils à des civils au lieu de pirates ? Pourquoi leur supérieur ne faisait rien pour que ce genre de choses n'arrive pas ? Beaucoup restaient sans réponse, mais ce n'était pas vraiment une bonne idée de se torturer les méninges pour savoir ce qui les avait poussés à l'enlever. De plus elle avait toujours son travail, cependant le week-end risquait d'être terminé d'ici le matin, alors il valait mieux atteindre Logue Town avant que son patron ne la vire. Il était clair que ce boulot était important pour elle, c'était non seulement sa seule rentrée d'argent, mais c'était le début de sa nouvelle vie d'adaptation au monde extérieur au royaume de Goa. Au moins tout était rentré dans l'ordre à présent, Shira était libre de toute entrave, son compagnon avait promis de ne parler de son pouvoir à personne, et les étoiles étaient au rendez-vous dans le ciel, tout pour passer une nuit merveilleuse avec un chic type comme on en faisait peu.

-Eh bien quelle faim, je pense que jamais je ne pourrais avaler autant de choses.

Ce dernier s'arrêta soudain devant ce qui devait être son navire, et y monta avant de faire basculer une planche à crans pour qu'elle puisse monter, même si elle aussi savait sauter, c'était une sorte de tapis rouge déroulé. Malheureusement la joie et la convivialité n'allaient pas durer, car il y avait un peu de désordre et la salle à manger était remplie de divers emballages d'aliments et en-cas qui traduisaient un festin barbare. Shira n'avait jamais imaginé que les pirates pouvaient avoir des manières aussi rustres, mais ce n'était pas bien dérangeant, tant qu'elle ne salissait pas ses habits pour la plupart blancs. En revanche si elle le prenait bien, le cuisinier dégageait lui une aura des plus obscures en voyant que son compagnon avait englouti une partie des rations de réserve, ce qui risquait de lui apprendre à mettre un cadenas sur la porte de son garde-manger. Shira ne put retenir un petit gloussement en voyant la réaction du cuisinier devant le corps de son compagnon en train de se masser l'estomac de satiété. La demoiselle mit une main sur l'épaule du cuisinier d'un air gêné et prit la parole afin d'essayer de calmer les tensions.


-Ecoutez c'est entièrement ma faute, je n'aurais pas dû vous retarder en vous mêlant à mes ennuis, pour me faire pardonner je m'engage à vous aider dans vos prochaines courses. Au moins ce sera une occasion de vous ravitailler en en plus de chercher ce que vous prévoyiez d'acheter sur une future île. De toute façon il me semble que certains aliments étaient moisis, d'après ce que j'ai vu...

En ces mots, la demoiselle espérait faire réagir le glouton pour qu'il ait une digestion difficile, et en même temps apaiser la colère du cuisinier qui devait sans doute être dans un état d'intense colère. Après tout on en pouvait pas reprocher au glouton de ne pas avoir prévu l'arrivée d'une invitée surprise, juste d'avoir englouti une grande partie du garde-manger. Cependant le poing justicier du criminel avait déjà rossé le gourmand qui alla s'encastrer dans la table, un acte pas moins excusable que la gloutonnerie selon elle. La violence ne devait jamais être la seule solution disponible, mais vu qu'il l'avait sauvée, elle n'avait pas l'intention d'épiloguer sur le sujet. De plus, le mieux était d'être en sûreté et bien arrivé à destination, après si ce n'était qu'un peu de nourriture, ça s'achetait bien, et en plus le cuisinier pourrait en profiter pour acheter une porte renforcée et un cadenas en acier pour son garde-manger.
Revenir en haut Aller en bas
Valentine D. Kain
An Incredible Idiot
avatar
Messages : 687
Race : Humain
Équipage : Dokugan

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
265/350  (265/350)
Berrys: 10.393.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Mar 30 Déc - 22:03





~Un jour quelqu'un a dit, qu'il y avait un trésor inestimable quelque part sur l'océan.
Que la personne qui le trouverait deviendrait le Seigneur des Pirates.
C'est l'ère de la piraterie, la quête du plus grand trésor, le One Piece!


L'image que le borgne était en train de voir était en quelques sortes... Une exclusivité... Voir la table se rapprocher lentement vers votre visage est une expérience des plus improbables. Qui pouvait se mettre à sa place et se dire qu'un jour « il verrait une table de trop près ! » Personne bien évidemment. Pour Kain, c'était presque un événement commun, un fait, qu'il retrouvait à chaque fois avec une certaine nostalgie. On pouvait entendre les pleurs de Nescafé lorsque le poing emplie de vindicte du cuistancier de l'équipage, s'enfonçait dans les cheveux grisâtres de notre capitaine favoris. En parlant des cheveux de Kain, on pourrait même dire... qu'ils s'étaient habitués à être violés de la sorte. Eux qui se laissaient aller généralement au vent, lavés régulièrement à l'eau infinie de l'océan... Quelques fois, les frottements de ces milliers de cellules épidermiques avaient la fâcheuse tendance à entrer en combustion. Ceci due uniquement à la vitesse du véritable marteau qui s'abattait avec fureur sur une cloche bien trop vide. Le nez, qui commençait à être déjà tordu avec toutes les maltraitances qu'il avait déjà subit, commença à entamer le bois de la table. Comme par magie, on eut cru croire un instant, que le nez du borgne était en réalité une lame. Il était intéressant d'admirer la table se fendre en deux parties bien distinctes. Quelle précision folle ! Malheureusement, ce qui relevait être de l'art allait bientôt être défait. En effet, cette action qui serait capable de rendre jaloux n'importe quel bûcheron allait être dévastée par la suite des événements. Après le nez venait le front. Le front lui, était un véritable bourrin. Les échardes de bois se comptaient par millier. Heureusement que la nappe venait protéger le visage de notre capitaine. Ainsi, les véritables lames de bois s'en allaient de part et d'autre du morceau de tissus, alors qu'une délicieuse sauce à base de crème fraîche qui s'était intelligemment homogénéisé avec le rhum venait perler tel une cascade sur le visage de notre victime. L'action était bien trop rapide, mais les fines oreilles purent entendre un éternuement du borgne. La pilosité nasale et le degré d'alcool relevé du rhum ne faisaient effectivement pas bons ménages... En bref, tout ça pour dire que Kain s'était une fois de plus défoncé le visage...




Tout à coup, une ombre surgit de nulle part (en réalité, c'était de derrière le pied de Kain). Cette ombre vola jusque le garde-corps de la petite embarcation avant de faire une pirouette sur elle-même. Cette chose (pleine de poils) se mit à taper du pied avec un certain rythme. Puis, il en fit de même avec ses petits doigts. La lumière envoyée par l'astre lunaire venait embellir le poil de notre ami. Il passa une patte sur sa moustache avant de placer des lunettes de soleil sur le bout de son nez. Une petite étincelle brilla sur le coin du verre. Il sortit alors son saxophone et se mit à jouer tout en dansant sur la rambarde. Il sauta alors sur les fesses du borgne avant de glisser par son pantalon jusqu'au sol. Il faisait le tour d'Heziel sur les diverses notes de son instrument miniature. Seul ceux qui le connaissaient par cœur étaient véritablement au courant de quoi il en ressortait. Il se rapprocha petit à petit de Shiratori, la nouvelle arrivante. Kain avait encore le visage enfoncé dans le bois, mais il était déjà en train de reprendre connaissance. Si il n'avait pas bougé d'un seul centimètre depuis cette minute, c'était tout bonnement parce qu'il s'était endormi, oui... Alors que notre héros borgne daigna finalement lever sa tête, il avait toujours la nappe sur la figure. On pouvait distinguer des « hmmhmmm », ne comprenant pas immédiatement pourquoi il voyait tout blanc et était incapable de parler. Lorsqu'il comprit qu'un morceau de tissus était en train de lui brouiller la scène qui lui faisait face, quelque chose de peu commun lui arriva. Il vit une paire de fesses.


Ce n'était pas les fesses d'une personne lambda. C'était celles de Nescafé ! Mécréant ! Le jeune rongeur sauta sur le visage de Kain et prit appuie sur son front. Là, il fit quelques signes avec ses pattes. Pour le commun des mortels, il s'agit là de signe, mais pour un ninja.... C'était des mudras ! Après avoir « invoqué » son sort, il fit un saut périlleux et se propulsa jusque l'épaule de l'invitée de l'équipage. Une fois ici, il s'approcha doucement de son visage tout en ayant sa fameuse assurée. Une fois au niveau de son oreille, il se mit à couiner. Normalement, seul notre héros à la tignasse grise était en mesure de comprendre ce que prononçait le petit hamster.


Nescafé: Ma belle demoiselle... Je dois avouer que votre corps de mammifère femelle est très... oh... Sublime, my byouty~


Kain: HEIN ? Tu parles de quoi Nes'?


Nescafé: Ferme-là Baaaaaka. Mes mots sont trop subtiles pour un simplet intellectuel comme toi. Ton néant cérébrale ne saurait être convenablement rempli pour traiter correctement ne serait-ce qu'un seul de mes mots !


Kain: … Hein ?


Nescafé: à la bonne heure !


Shiratori:Ecoutez c'est entièrement ma faute, je n'aurais pas dû vous retarder en vous mêlant à mes ennuis, pour me faire pardonner je m'engage à vous aider dans vos prochaines courses. Au moins ce sera une occasion de vous ravitailler en en plus de chercher ce que vous prévoyiez d'acheter sur une future île. De toute façon il me semble que certains aliments étaient moisis, d'après ce que j'ai vu...


Après quelques secondes de réflexion intense...


Kain:... Hein ?.... Moi « zi » ? C'est qui zi ?...


Décidement, notre héros national était une cause perdue. On pouvait constater le désarroi de notre petite boule de poil avec un facepalm des plus mythiques que l'histoire n'ait jamais pu relater jusqu'à maintenant. Une chose était sûre, c'était que l'annonce de Shiratori était des plus louables. Malheureusement, Kain n'était pas intellectuellement capable de se rendre exactement compte de l'aide pécuniaire qu'elle proposait. C'était pour cela que Nescafé s'empressa de rétorquer dans un nouveau couinement mignon.


Nescafé: Ne vous en faîtes pas pour nous douce plumes... Notre baaaaka de capitaine a un système digestif des plus.... étonnants. Les aliments moisis ne semblent pas le gêner le moins du monde ! Ne dépensez pas sous pour nous ! Cela ne serait que trop d'honneur pour les humbles voyageurs que nous sommes !


Kain:.... J'ai vraiment du mal à comprendre d'quoi vous causez...


Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1529
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
195/500  (195/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Lun 5 Jan - 19:30





Une nuit qui semblait paisible ! Une colombe sous les verrous ?!

Lorsque le petit rongeur se mit à faire du gringue à la demoiselle (oui, c’était comme ça que le cuistot appelait ce comportement, sans même savoir qu’il visait terriblement juste), Heziel éclata d’un rire franc alors que Kain sortait sa tête de la table. Cet abruti s’était donné le luxe de s’endormir alors qu’on le sermonnait –oui, le cuisinier avait une façon bien à lui de « sermonner » son camarade, qui pouvait se révéler létale pour les non-initiés, À ne pas reproduire chez vous les enfants- ce qui ne manqua pas d’arracher un soupir au brun, plus serein cette fois. Décidément, il ne pourrait jamais changer les mauvaises habitudes de cette tête de mule au grand cœur et à l’immense estomac. Ceci dit, au fond, il l’aimait bien comme ça et pour rien au monde il n’aurait désiré qu’il évolue. Il s’étira en poussant un bâillement, la nuit se faisait plus avancée et ils avaient eu une journée bien remplie. Il écouta le plaidoyer de la jeune colombe avec un certain intérêt, se frottant le menton à l’évocation du mot « moisi ». Il n’avait pas saisi la tentative de faire réagir le borgne, sans doute parce qu’instinctivement, il savait qu’elle serait un échec et avait modifié sa façon de penser en conséquence. Néanmoins, il ne releva pas ces derniers propos, convaincu de la fraicheur première de ses ingrédients, laissant ce point de côté.

Le détenteur de la tignasse grise si malmenée s’engageant dans une joute verbale avec son animal de compagnie, le cuisinier se retourna avec l’ombre d’un sourire et rangea un peu du désordre qui régnait dans la petite pièce qui servait d’abri sur l’embarcation. Il s’appliqua particulièrement dans le rangement de ses ustensiles de cuisine et de son plan de travail : les deux éléments qui paraissaient plus propres encore que les habits d’un Tenryuubito. Empilant poêles et casseroles dans un ordre bien précis, il rangea ensuite les couteaux, puis les fourchettes et les cuillères, avant de s’attaquer aux verres. Une fois la vaisselle faite, alors que Kain sortait encore du brouillard dans lequel se trouvait sa matière grise considérée comme absente et que le petit hamster continuait d’effectuer son jeu de séduction particulier (son aspect mignon l’aidant beaucoup dans la plupart des cas pour se retrouver niché au meilleur endroit possible), Heziel se tourna finalement vers l’invitée du jour, gardant une dégaine détendue.

- Ne vous inquiétez pas pour ça. Même si j’avais été sur le bateau, il aurait encore trouvé un moyen de manger dans mon dos. Ceci dit, si vous voulez nous accompagner aux courses de demain, ce sera avec plaisir. Avec un ventre pareil, vous imaginez bien qu’il faut un garde-manger paré à toute éventualité.

Il fit quelques pas et déploya une couverture, faisant en sorte d’offrir à leur hote la meilleure place possible pour dormir. Après tout, même si ils étaient pirates, ce n’était pas pour autant qu’il fallait en oublier les politesses les plus élémentaires ! Il fallait aussi dire que l’aigre-doux était le « civilisé » du lot. Avoir travaillé dans un restaurant durant plusieurs années lui avait appris à répondre aux attentes des gens. Une fois le lit de fortune mis en place, mais un très bon lit de fortune cela dit, il esquissa un sourire en plissant les yeux à l’intention de la demoiselle.

- Voilà pour vous ! Désolé de ne pas avoir mieux à offrir, nous sommes encore très modestes dans notre … profession ? Il se gratta l’arrière du crâne avec une légère gêne. Mais bon, cela devrait aller ! Je pense qu’on peut se tutoyer maintenant, non ?

Il laissa la dernière partie de son propos en suspens, laissant le choix à son interlocutrice d’adhérer à cette idée simple ou pas. D’un pas tranquille, il alla lui-même se coucher dans un hamac accroché à deux des piliers en bois brut qui tenaient la petite case intégrée au navire. Il s’y laissa tomber doucement sur l’arrière train avant de s’y allonger totalement, croisant les mains dans sa nuque en baillant à nouveau. Le sommeil commençait à le prendre doucement et il comptait bien s’y laisser aller pour de bon. Demain, il faudrait aller faire le tour du marché pour retrouver de nouvelles provisions, avant de reprendre la mer pour de bon vers une autre ile inconnue. L’odeur de l’aventure qui pointait le bout de son nez était une fragrance bien singulière qui plaisait au pirate en herbe. Depuis qu’il était parti de Notebouque, même si l’équipe du Crabe-repu lui manquait un peu, il ne s’était jamais senti aussi vivant qu’en mijotant de bons petits plats pour son ami d’enfance et la mascotte de leur groupe naissant.

- Demain, il faudra se lever tôt si on veut avoir du choix… en attendant… passez tous une bonne nuit…

Sur ces mots, sa voix commença à baisser jusqu’à doucement devenir inaudible, marquant son entrée délicieuse dans les bras de Morphée. Alors que notre ami au sommeil facile s’endormait sans le moindre accroc, il s’imaginait déjà quelle sorte de poisson formidable il pourrait trouver le lendemain.



_________________




Revenir en haut Aller en bas
Shiratori
Simple Civil
avatar
Messages : 88
Race : Colombe humaine

Feuille de personnage
Niveau:
15/75  (15/75)
Expériences:
42/80  (42/80)
Berrys: 25.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Dim 8 Fév - 19:00

Malgré le coup porté à la tête, le glouton semblait se remettre, ce qui fit pousser un petit soupir de soulagement à Shira. Elle n'aimait pas se réjouir du malheur des autres mais vu qu'il allait bien, il n'y avait aucune raison de se retenir de rire un peu. Le cuisinier, une fois la tempête passée -un peu trop vite à son goût-, prit le temps de ramasser les restes du carnage que le glouton avait laissé derrière lui. Shira espérait qu'il avait le ventre plein à faire craquer la ceinture, car si il avalait autant, ce n'était pas humain, surtout tous les jours. Mais après tout elle avait tout à apprendre de ce monde extérieur, ce n'allait pas être sa dernière surprise.

Depuis cette scène, une autre idée de la piraterie avait émergé dans son esprit, celle de gens qui savent s'amuser et qui ne font pas toute une histoire des problèmes. Shira se souvenait beaucoup de l'époque où ses parents la privaient d'une assiette supplémentaire pour des raisons de santé. Et ça l'avait plutôt bien réussie à voir ses formes harmonieuses et bien équilibrées, mais elle ne serait jamais contre un petit festin de temps en temps. Du moment qu'elle s'arrêtait à temps, ce n'était pas dramatique pour sa ligne. Une fois que la table et le sol furent débarrassés et vaguement nettoyés au balai des quelques restes qui y traînaient, le cuisinier se tourna vers la demoiselle avec un petit sourire. Sans doute pour essayer de la rassurer, même si elle n'avait pas du tout peur d'eux. C'était certes une bande de pirates belliqueux qui n'hésitaient pas user de violence pour avoir ce qu'ils voulaient, ils n'en étaient pas moins amusant avec les civils, apparemment. Elle se sentait plus en sécurité avec eux qu'avec les marines.


-Oh je n'en doute pas, les plus affamés sont toujours ceux qui ne manquent pas de ressources pour parvenir à leur nourriture ! Je vous remercie encore de votre hospitalité et je promets de me faire toute petite pour ne pas vous déranger dans votre quotidien. À deux cela ne devrait pas être bien long de faire le plein de victuailles, de plus maintenant nous savons qu'à part le bois de ce navire, il ne pourra plus rien avaler.

Sans plus attendre, Shira suivit le cuisinier vers le dortoir général où tout le monde avait son petit hamac. Chacun portait une étiquette avec son nom pour qu'on les reconnaisse, c'était plutôt mignon. Il y avait même un petit hamac pour le rongeur, comme quoi la taille ne diminuait pas la qualité du traitement. La demoiselle le laissa alors installer tout ce qu'il fallait avec la couverture en prime, faisant qu'elle testa rapidement le "lit" qui se trouvait devant elle. C'était vraiment une expérience nouvelle, un tel lit qui remuait au gré de la houle marine et qui pouvait la faire tomber à la moindre secousse. Au moins ça avait le mérite d'être exotique comme couchette, et original aussi. Visiblement le petit équipage ne semblait pas posséder un gros budget pour s'offrir des chambres à lit, et Shira commençait aussi à devenir à cours d'économies. Mais après tout ce n'était pas si dramatique, et ça ne l'empêcha pas le moins du monde de s'installer confortablement.

-Je comprends parfaitement et ça ne me gêne aucunement. Pour le tutoiement, navrée mais je m'y oppose en ce qui me concerne, je n'utilise la deuxième personne du singulier que pour les amis de longue date ou pour ceux que fréquente intensément et de façon régulière. Mais que cela ne vous empêche pas de me tutoyer, je ne suis plus à ça près !

Sur ces mots, Shira débuta sa phase d'endormissement aux paroles du cuisinier qui lui souhaitait la bonne nuit. La journée avait été mouvementée et la jeune femme comptait garder ce charmant trio dans sa mémoire un long moment, ne serait-ce que pour le grand service qu'il lui avait rendu. Après, ce n'était pas forcément nécessaire des les déranger des semaines, seulement le temps que l'affaire se tasse un peu.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Valentine D. Kain
An Incredible Idiot
avatar
Messages : 687
Race : Humain
Équipage : Dokugan

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
265/350  (265/350)
Berrys: 10.393.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Mer 18 Fév - 23:34


Kaizoku Ni Ore Wa Naru !



~Un jour quelqu'un a dit, qu'il y avait un trésor inestimable quelque part sur l'océan.
Que la personne qui le trouverait deviendrait le Seigneur des Pirates.
C'est l'ère de la piraterie, la quête du plus grand trésor, le One Piece!


Finalement, toute bonne chose avait une fin. Il en était également de même pour les journées. La nuit s'était installée depuis un petit moment déjà sur cette île d'East Blue. Il était temps pour nos héros en herbe d'aller se coucher afin d'être en forme pour le lendemain qui approchait déjà à grands pas. Kain abandonna l'idée de vouloir comprendre la discussion qu'entretenait les deux autres protagonistes humanoïdes. Nescafé alla se loger sur l'épaule du capitaine. Là, il posa ses fesses dans la clavicule du borgne et lâcha un bâillement royal. Comme une réponse au mignon petit rongeur, Kain en fit de même. Une horrible mélange d'odeur lié au repas tardif qu'il s'était autorisé tantôt s'échappa de ses lèvres. Son visage devint vert, l'odeur attaquant ses propres narines. Il due avec empressement se rincer la gorge avec une bonne lampée d'eau qu'il recracha aussitôt sec dans l'eau de l'océan.

Alors qu'Heziel semblait déjà être descendu pour aller se laisser enlacer par les doigts de Morphée (notez que l'on pourrait songer à des pratiques homosexuelles en lisant littéralement la métaphore... Bref, laissez tomber), Kain se mit à descendre les escaliers également. Il était s'approchait à grands pas de son propre hamac qui était placé le plus au fond de la pièce. C'était uniquement par mesure de surêté. Quand son ami d'enfance était aux aguets et que notre héros, avait une petite fringale, il pouvait se faire ramener de force aussitôt sec dans son hamac. Mécanisme simple et efficace. Malheureusement, cela n'était régulièrement pas suffisant pour arrêter la ruse de cet homme à la tête de balais.

Kain se plaça alors à côté de son montage de cordes et leva les bras vers le ciel. Il gonfla alors ses poumons, inspirant profondément...

Kain: KAIZOKU NI ORE WA NARU !

Il eut à peine le temps de prononcer ces mots que son corps tomba dans le hamac. Pour le coup, sa délicatesse pouvait être comparée à celle de Grag'Has ratant une marche d'escalier ( le tenancier du bar de Mormoilnoeud). À peine eut-il touché le cordage qu'une bulle se forma au niveau de sa narine. La bouche béante, il avait commencé à ronfler pour le plus grand malheur de tous. Normalement, il était bon de rappeler qu'il s'était réveillé uniquement pour manger en douce. Ainsi, son corps n'avait pas fourni l'énergie nécessaire pour lui permettre de veiller plus longtemps. De plus, sans vouloir brusquer les plus sensibles d'entre vous... Il n'avait pas mangé grand chose. Juste de quoi tenir pour ne pas mourir de faim (littéralement) durant son sommeil.

Les aventures qui attendait le petit groupe le lendemain semblaient être bien calme. Pourtant, personne ne savait ce qui allait pouvoir arriver. Nos pirates étaient, après tout, bien connu pour pouvoir attirer toutes sortes de mésaventures plus rocambolesques les unes que les autres. L'avenir, ou plus précisément, les prochains postes de ce rp sauront vous les raconter avec une précision et une qualité reconnues.


@Heziel Coffe


Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1529
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
195/500  (195/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Lun 23 Fév - 18:57





Une nuit qui semblait paisible ! Une colombe sous les verrous ?!

Le réveil se fit en toute tranquillité. Un sommeil réparateur s’était emparé de tous les résidents du petit navire, plongeant l’embarcation dans un calme seulement perturbé par les ronflements gras du capitaine de l’équipage naissant. Le cuistot, pour sa part, s’était déjà habitué à ce genre de désagrément et avait appris à en faire abstraction, retrouvant peu à peu des nuits sereines et reposantes. Pas sûr qu’il en fut de même pour l’invitée exceptionnelle du jour… mais personne ne pouvait savoir, après tout. Lorsqu’il ouvrit les yeux, Heziel se frotta doucement avant de se redresser et de s’étirer, presque comme un félin, baillant à son tour sans la moindre retenue avant de finalement mettre un poing fermé devant sa bouche pour faire preuve d’un peu de politesse. La cabine était encore plongée dans la pénombre mais quelques rayons de soleil perçaient timidement dans la coque, signifiant le lever du jour encore récent. Après quelques secondes passées à dissiper sa torpeur, le pirate en herbe se releva finalement avant de réitérer quelques étirements pour la forme.


Il semblait être le seul debout pour l’instant, mais ça n’allait pas tarder. Il fallait faire un tour en ville pour finaliser l’achat des provisions, surtout que la demoiselle s’était proposée afin prêter main forte au cuisinier dans cette épreuve nécessaire. Il le disait pas non à un peu d’aide, après tout il fallait penser à tout avec un estomac pareil… le borgne était un gouffre dans lequel les provisions et les économies de l’équipage semblaient s’évanouir de façon mystique. La nourriture qu’un homme normal pouvait ingurgiter en une journée entière suffisait à peine à calmer son « estomac » - appelé parfois « son gargantua » par le brun- pour la maigre période de paix de quelques heures à peine. Aussi, tout apport financier ou humain à la cause sacrée de satisfaire les estomacs du rafiot était considéré le bienvenu. Finalement, il prit une voix relativement haute afin de provoquer le réveil de possibles endormis, comme le grand dadais qui continuait de ronfler paisiblement dans son coin, Nescafé se soulevant à chaque mouvement de la poitrine de son maitre qui se gonflait et se dégonflait au fil de ses inspirations et expirations.

- Allez tout le monde ! Debout ! On doit aller faire le tour du marché tout de suite si on veut être repartis pour cette après-midi. Mais d’abord, petit déjeuner oblige.

Effectivement, Shell Town n’était qu’une escale dans un périple bien plus grand et il n’était pas envisageable de prendre racine dans un coin comme celui-ci. Se dirigeant vers le coin cuisine, il s’empara immédiatement du nécessaire pour faire quelques pancakes dorées et délicieuses à souhait. Une bonne farine artisanale, d’une couleur entre le beige et le blanc pur, des œufs, du lait, un peu de levure et du beurre. Il ajouta également un peu de sucre roux pour donner une petite touche personnelle. Une fois la concoction préparée avec soin, il prépara rapidement une bonne trentaine de pancakes, sachant pertinemment que plus de la moitié serait engloutie par le gourmand du lot. De quoi lui passer la faim jusque tard dans la matinée. Il servit le tout dans des assiettes et se saisit d’un pot d’une délicieuse confiture trouvée plus tôt dans la semaine auprès d’un humble producteur fruitier pour accompagner le plat. Pour les récalcitrants, il fit fondre un peu de chocolat auquel il ajouta du beurre, du lait et un peu de crème pour donner une pate fait maison dont on lui dirait des nouvelles. Il ne restait qu’à poser tout ça sur la table encore endommagée de la veille pour que les gens se servent d’eux même.

- Bon appétit !



_________________




Revenir en haut Aller en bas
Shiratori
Simple Civil
avatar
Messages : 88
Race : Colombe humaine

Feuille de personnage
Niveau:
15/75  (15/75)
Expériences:
42/80  (42/80)
Berrys: 25.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Jeu 26 Fév - 18:19

Dans son sommeil, Shira repensait à ce qu'il s'était passé durant la journée, et elle avait été bien mouvementée. La demoiselle ne se serait jamais doutée que des marines pouvaient à ce point déborder sur leur fonction de protection et de justice. Mais heureusement les pirates n'étaient pas tous mauvais, et elle avait eu l'occasion de rencontrer un groupe qui l'avait sauvée. Non pas pour leur voler une prisonnière, mais pour leur dérober leur autorité sur une habitante sans le moindre casier judiciaire. C'était un geste vraiment gentil de leur part et elle n'avait pas l'intention de l'oublier, comme quoi pirate ne voulait pas forcément dire "sauvage", il y en avait de civilisés, tout comme elle. Mais dans son intelligence, Shira ne croirait jamais que tous les pirates avaient une part de bon en eux, c'était juste le cas pour ces trois énergumènes. Après, elle avait clairement laissé une chance aux pirates, ils n'étaient pas tous corrompus jusqu'à la moelle, mais pas tous comme le trio non plus.

Il était évident que des trois, c'était le cuisinier qu'elle préférait, sans doute parce que c'était le premier rencontré. Et puis le rongeur aussi avait son charme, on aurait dit qu'il traduisait le comportement primitif de son compagnon le capitaine par des paroles civilisées pleines de sens. C'en était vraiment drôle, surtout qu'il donnait vraiment l'impression d'être humain en faisant des avances à Shira. Après tout son coeur n'était pas encore pris, mais un hamster n'était pas forcément l'époux idéal, loin de là. Et puis bon nombre d'hommes devaient aimer le style de femmes qu'elle représentait, elle ne risquait pas d'être surprise encore longtemps pour tous les compliments qu'on lui ferait dans le futur.

Sans s'en rendre compte, la demoiselle s'était endormie dans ses pensées, et avant qu'elle n'eut l'occasion de penser à une chose de plus, un réveil en fanfare tonitruant tira le groupe de son sommeil. Shira sursauta et tomba de son hamac, les yeux en spirale, alors que sa voix ondulait. Mais heureusement elle se remit vite et empêcha quiconque de lui apporter de l'aide. Après tout elle n'était pas grabataire pour se casser quelque chose en une chute d'un mètre grand maximum. Elle aurait voulu se faire réveiller par un bon repas alléchant, mais c'était trop tard, maintenant elle était éveillée et devait commencer la journée. C'était vraiment unique en son genre, un réveil de pirate, et surtout ça faisait battre le coeur comme jamais. Une chose intéressante de plus à rajouter à son expérience dans le "monde extérieur".

Sans plus attendre, Shira partit se débarbouiller dans la salle de bain, ou son équivalent, afin de se mettre d'attaque. Pendant ce temps, planait une odeur délicieuse de pâte cuite encore non identifiée mêlée à d'autres goûts sucrés. Après s'être refait une beauté, la demoiselle passa à table comme les trois autres marins, voyant avec les yeux brillants une tour constituée de crêpes bien épaisses et qui lui remplissaient le ventre rien qu'en les regardant. Il allait de soi que le capitaine mangerait certainement une bonne partie, vu son ventre qui gargouillait plus fort que celui d'un monstre marin accentué par un microphone. La demoiselle se saisit alors des couverts et invita doucement une tranche à venir sur son assiette avant de commencer à manger. Elle se demandait si Nescafé avait une chaise adaptée à sa taille, mais il y avait peu de chances que ce soit le cas, à moins d'avoir eu recours à Gaudi, le master hamster charpentier.

D'ailleurs en parlant de lui, Shira l'invita aussi à la rejoindre afin d'entretenir une conversation avec lui au sujet du capitaine. Il semblait être son interprète, et de ce fait il était logique de faire appel à lui. Et puis, pour une raison qui lui échappait, elle avait très envie de frotter ses poils tout doux contre elle, même si elle se retenait avec un mental d'acier.


-Dites-moi, monsieur Nescafé, comment a vu le jour votre équipage ? Sur quels critères votre capitaine vous a recruté ? Est-ce que vous possédez des compétences particulières en son sein ?
Revenir en haut Aller en bas
Valentine D. Kain
An Incredible Idiot
avatar
Messages : 687
Race : Humain
Équipage : Dokugan

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
265/350  (265/350)
Berrys: 10.393.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Mar 10 Mar - 13:10


Kaizoku Ni Ore Wa Naru !



~Un jour quelqu'un a dit, qu'il y avait un trésor inestimable quelque part sur l'océan.
Que la personne qui le trouverait deviendrait le Seigneur des Pirates.
C'est l'ère de la piraterie, la quête du plus grand trésor, le One Piece!


Le matin pointait déjà le bout de son nez. La nuit avait été bien trop courte. Le ronronnement continue du ventre du capitaine battait le rythme des respirations. Nescafé était une fois de plus posé sur l'estomac de son capitaine et était soulevé à des intervalles réguliers due à l'oxygène qui remplissait les alvéoles du borgne. Alors qu'Heziel était déjà debout, le capitaine et le petit rongeur étaient les dernières personnes à profiter encore de ces quelques instants de sommeil.

C'était sans compter sur cette douce odeur de petit-déjeuner encore chaud que Kain put se lever. Tel un zombie, avec le pas traînant, il sortit progressivement de son sommeil. Son unique œil était encore clos tandis qu'un filet de salive venait nettoyer le sol. Le soleil n'y fit pas grand chose malheureusement et il rata la marche d'escalier. Son nez vint manger le plancher. L'odeur du caramel lui permit de ne pas se rendormir. Et c'est en se frottant le bord de l’œil qu'il se décida finalement à rejoindre le groupe autour de la table.

Les mets promis de ce matin n'étaient autre que des pancakes. Kain prit avec sa fourchette les premiers qui arrivèrent à portée de main. Portant le tout avec le moins d'élégance possible à ses lèvres, il en prit une bouchée conséquente. C'était là que s'opéra sa métamorphose. Son œil s'écarquilla avant de se refermer immédiatement. Il s'enlaça dans ses bras et commença à grogner un « hmmmm » qui pouvait paraître inquiétant pour ceux qui n'y étaient pas habitués. Soudainement, il releva ses bras en l'air, son œil s'était transformé en pancake et un filet de salive caramélisée dégoulinait sur ses lèvres roses. Il hurla ainsi « délicieux » avant de se jeter sur de nouveaux pancakes.

La bonne humeur du capitaine était finalement de retour et il était réveillé. L'énergie que lui procurait ce plat était précieuse, car il était celui qui rythmait les journées de cet équipage naissant. Alors que Kain était affalé à ses affaires très personnelles qu'il devait régler avec son petit-déjeuner, Nescafé était placé un peu plus loin. Il était assis à côté de Shiratori. Il avait pris la peine de découper un petit morceau d'une des fameuses « galettes ». Elle aurait pu être avalée en une belle bouchée pour un humain de corpulence normal. Pour le rongeur, ce morceau de pâte faisait sa taille. Pour sûr, il aurait du mal à terminer la généreuse part qu'il s'était préparé. La femme colombe vint donc le questionner et le rongeur souri avant de lever ses deux pattes en l'air. Il put finalement lui répondre avec toujours la même voix chaleureuse qui le caractérisait tant. Il rigola doucement dans un premier temps.

Nescafé: Si vous voulez tout savoir charmante demoiselle. L'équipage n'est pas né avec moi, mais il y a bien longtemps. Alors que ma mère n'était pas encore née. Il y a une dizaine d'années de cela. Kain et Heziel sont des amis d'enfance et c'est là qu'ils se sont promis de partir un jour sur les mers pour conquérir la mer de tous les périples !

Il fit une petite pause dans son monologue. Il prit le temps de regarder les deux amis qui se chamaillaient encore avant d'exploser de rire en même temps. C'était une scène pittoresque qui montrait à quel point l'amitié que partageait les deux hommes était solide. Le rongeur prit une nouvelle bouchée de son morceau de pancake et avala une goutte de lait pour faire descendre le tout.

Nescafé: Kain m'a trouvé sur une petite île alors que je prenais le thé. On s'est tout de suite bien entendu. Il ne m'a pas recruté parce que j'étais fort, intelligent ou quoi que ce soit. Juste parce qu'il me considère comme son ami et moi également. Kain ne se base pas sur la force brute de quelqu'un pour savoir si cette personne mérite ou non de rejoindre notre clique.

Un petit sourire dans le coin de ses lèvres apparut. Nescafé tournicota ses petits doigts dans ses moustaches.

Nescafé: Kain veut voyager avec ses amis et il a un sacré don pour s'en faire ! C'est pour ça que je suis persuadé qu'il a toutes ses chances d'accomplir son rêve qui est celui de devenir le Seigneur des Pirates !

Son monologue était terminé. Il grimpa alors sur l'épaule de Shiratori et se posa délicatement avant d'annoncer d'un air gaiement :  « Aujourd'hui, je vais rester avec toi ! Kain peut se passer de moi le temps d'une matinée!


@Heziel Coffe



Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1529
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
195/500  (195/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Jeu 12 Mar - 13:11





Une nuit qui semblait paisible ! Une colombe sous les verrous ?!

Alors que la colombe discutait avec le hamster, le glouton faisant son office en se remplissant allègrement la panse, Heziel dégustait tranquillement son propre petit déjeuner. Il faisait bon vivre au sein de cette petite clique, à n'en pas douter. Mais d'autres viendraient sans doute s'y greffer ! Les postes à prendre étaient d'une importance capitale pour la suite du voyage. Quelqu'un pour traiter les blessures et les maladies, ainsi qu'une autre personne pour s'assurer que le navire aille dans la bonne direction et puisse affronter vents et marées. Enfin, ça, c'était encore à condition d'obtenir un bateau... décidément, les choses étaient loin d'être finies ! Pour l'heure, le voyage tranquille sur East Blue rendait les circonstances agréables, mais il fallait prévoir. Une chose que Kain ne savait guère faire de façon intellectuelle, mais bien à l'instinct : si il ne réfléchissait absolument pas aux tenants et aboutissants d'une telle épopée, cela n'empêchait pas le borgne d'avoir un certain flair. Restait à voir si ça serait suffisant pour atteindre Red Line... avec un petit coup de pouce de la part du second, bien sûr.

Faisant fi du fait qu'il était le seul être vivant du rafiot à ne pas comprendre ce que le hamster pouvait raconter, il se mit à compter sur ses doigts alors qu'il faisait mentalement la liste des différentes courses auxquelles il devrait s'affairer durant la matinée. Les provisions descendaient ici avec la même vitesse que les fonds d'une banque qu'on vient de dérober, sauf que contrairement au cas d'un braquage, personne n'essayait de récupérer la marchandise une fois qu'elle était consommée ! En y réfléchissant bien, Heziel ne comprenait toujours pas comment ils arrivaient à joindre les deux bouts, malgré ses calculs savants et son sens des affaires certains qui lui offraient au moins la possibilité d'économiser un maximum. Définitivement, l'appétit gargantuesque du borgne n'était pas de ce monde. Ce qui le faisait sourire, d'un certain côté. Une bonne étoile semblait veiller sur l'argent de poche de l'équipage naissant.

- Bon, le marché nous attend !

Sur ces mots, il laissa le temps à tout le monde de se préparer. Kain faisait son mauvais bougre au départ, mais dès que son ami d'enfance fit une allusion à la possibilité de trouver de la viande à manger, le trou noir qui lui servait de système digestif sembla envoyer un électrochoc à son cerveau, lui assignant ainsi la tache de se rendre sur les lieux si sacrés de la boustifaille locale. Quant à Nescafé, il semblait s'être trouvée une nouvelle amie avec laquelle partager son temps, dans la mesure où il était monté sur l'épaule de la demoiselle. Même si il ne connaissait pas le petit rongeur aussi bien que son camarade à la stature imposante, le cuistancier n'avait pas mis longtemps à comprendre que la boule de poil n'hésitait pas à « profiter » de son aspect excessivement mignon pour s'attirer la faveur de jolies femmes à foison. Un coup qui marchait presque à chaque fois : le pouvoir attendrissant de l'animal était presque intolérable.

Il faisait beau au dehors. Le chant des mouettes et le reflux des vagues accompagnaient le souffle de vie qui animait le quai. Une petite promenade s’annonçait pour le groupe. Il leur en prit une bonne partie de la matinée, mais ce fut une bonne matinée ! Une fois rendu au marché, Heziel activa son mode terminator des courses, celui qui lui permettait sans doute de ne pas envoyer l'équipage droit dans le mur financier. Tous les étals l'intéressaient, tous autant qu'ils furent. Il discutait gaîment avec les marchands locaux, comparait les produits, partageait ses expériences de cuisinier aguerri ainsi que ses préférences personnelles, sans jamais être impoli ou froisser. À le regarder faire, on comprenait bien qu'il s'agissait là d'une véritable passion plus que d'un simple poste sur un navire. Le brun rayonnait littéralement, n'hésitant pas à tester certaines recettes auprès des gens, directement. Sa bonne humeur et son aspect confiant semblait lui accorder la bonne volonté des différents producteurs, qui n'hésitaient pas à le laisser toucher à leur matériel le temps d'une petite séance de cuisine. Sa curiosité semblait sans limite. De son côté, Kain mangeait tout ce qui pouvait se présenter comme étant une dégustation gratuite, sa carrure impressionnante et son aspect psychologique paradoxalement presque enfantin laissant les gens bouche bée, si bien qu'ils n'en arrivaient même plus à se plaindre... suite à ces quelques heures à se promener avec ses compagnons, le cuistot décida de rentrer faire à manger, aidé par la force de persuasion de son collègue qui avait faim.

- HEEEZZZZZ ! MESHIII, MESHIII ! (tr : à manger)

- Oui, oui ! Ça arrive ! Te joindras tu à nous, Shiratori ?

Il laissait la question ouverte, elle était libre de participer à leur repas ou non ! En tout cas, ils se dirigeaient désormais vers le petit navire. Heziel était presque surchargé de produits dont il se ferait un plaisir de régler le sort dans les jours qui viendraient. Le repas de midi promettait d'être un bon moment, comme d'habitude !



_________________




Revenir en haut Aller en bas
Shiratori
Simple Civil
avatar
Messages : 88
Race : Colombe humaine

Feuille de personnage
Niveau:
15/75  (15/75)
Expériences:
42/80  (42/80)
Berrys: 25.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Lun 23 Mar - 9:52

Il fallait avouer que le jeune rongeur était très mignon, ses petits yeux, ses oreilles remuantes, son pelage tendant au caressement. Bien plus qu'un hamster, il semblait être un vrai pirate fier et ne s'en cachait pas, ce qui était évidemment tout à son honneur. Il n'avait peut-être pas la bonne taille pour briser le couvercle du tonneau de rhum avec son pied, mais être plus petit avait des avantages bien plus importants. Shira l'écoutait parler tout en mâchant son morceau de pancake fondant, l'entendant évoquer leur amitié tous les trois, alors qu'il cessait de manger un instant. Il était très fier de ses deux compagnons, mais aussi il s'était bien intégré au sein de ce duo d'amis d'enfance. La demoiselle regardait le petit hamster rigoler des âneries de ses deux partenaires, ce qui la fit rire discrètement aussi, pendant qu'elle terminait son gros pancake et posait ses couverts en croix sur l'assiette pour annoncer qu'elle avait terminé. Son éducation était toujours restée, même malgré le traumatisme de son fruit du démon, mais elle semblait l'avoir surmonté et paraissait enfin heureuse naturellement. C'était une aubaine d'avoir rencontré de si gentils pirates, mais le plus surprenant était qu'ils savaient s'amuser comme personne à Goa. Mais heureusement elle se délectait de beaucoup de choses, ce n'était pas une première.

Selon le jeune rongeur, il n'avait pas été accepté parce qu'il était fort, ce qui était prévisible, ou pour son intelligence, ce qui l'était tout autant au vu de cette paire de fêtards. Ils s'étaient bien entendus depuis le début, et au fil de leur escapade commune, ils avaient fini par se retrouver ensemble sur le navire du capitaine. C'était une micro histoire très touchante, Shira se souvenait avoir lu bon nombre de ce genre dans les livres, sauf qu'elle semblait plus proche des personnages principaux cette fois. Apparemment le but de l'équipage était de faire du capitaine le roi des pirates, c'était loin d'être anodin comme ambition. C'était la première fois qu'elle rencontrait quelqu'un qui veuille devenir roi de quoi que ce soit, surtout avec un tel sérieux. C'en était aussi impressionnant, car ce simple rongeur de quelques centimètres avait de la foi pour un humain complet et de la motivation comme pas deux. Il avait vraiment envie de faire de lui le roi des pirates, ça s'entendait à sa voix et dans ses yeux brillants. Une fois sa petite histoire terminée, Nescafé grimpa habilement sur l'épaule de Shira, il voulait l'accompagner durant la matinée. Ce n'était pas de refus pour la demoiselle, qui accepta d'ailleurs chaleureusement.

Il était temps de faire ces fameuses courses, le cuisinier venait justement de l'annoncer, c'était l'occasion pour les deux partenaires du moment de passer un bout de temps ensemble. Le hamster était si mignon, il lui donnait sans cesse envie de lui caresser le poil ou de l'ébouriffer, quant au cuisinier et son capitaine, chacun dans son style, avançait vers Shell Town. Shira en oubliait presque qu'elle devait s'assurer qu'elle n'était pas recherchée par les marines belliqueux de la veille. Elle s'amusait tellement avec ces trois pirates joviaux qu'elle ne pensait plus trop à ce genre de choses. Tandis que le cuisinier recherchait des matières premières pour ses repas, le capitaine glouton mangeait à tous les rateliers, contrairement au rongeur qu'on aurait plutôt associé à l'expression en temps normal. C'était vraiment divertissant de faire ainsi les emplettes avec ces deux énergumènes, Shira ne se lassait pas de les observer sans rien dire. Après tout, mieux valait éviter de les déranger dans leurs occupations respectives, le cuisinier pour la cuisine, et le capitaine pour les dégustations. La demoiselle se permit alors une gratouille sur le sommet de la tête de Nescafé, alors qu'elle lui souriait amicalement.


-Mais au fait, comment vivez-vous votre petite taille ? Avez-vous l'impression d'être plus ou moins utile qu'un humain de taille correcte ? Ca ne doit pas être facile tous les jours, mais ça doit avoir ses avantages aussi, non ?

Une fois rentrée après cette petite conversation et cette longue matinée, Shira se joignit à la table en faisant de son mieux pour se mettre à l'aise. Pendant ce temps, Kain réclamait à manger avec un tel entrain que c'en devenait toujours aussi amusant de sa part. Il ressemblait à un enfant alors que c'était un adulte, c'était quelque chose de rare à Goa. Le repas était enfin prêt et Shira acquiesça à la demande du cuisinier, déjà en place devant son assiette, serviette sur les genoux et posture droite pour la forme. Il allait de soi que la demoiselle serait du dîner, elle n'allait pas refuser un si bon repas si gentiment proposé alors que le soleil pointait à son midi !

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1529
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
195/500  (195/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Mer 1 Avr - 1:08





Une nuit qui semblait paisible ! Une colombe sous les verrous ?!

- Oh, je le vis très bien ! Et puis, je compense ma petite stature par des sens ninja très affûtés... et surtout le fait que sans moi, Kain serait vraiment complètement paumé !

Sur ces mots, le petit hamster ricana doucement. Il était vrai que sa petite taille ne l'aidait pas à affronter les adversaires de l'équipage, mais il savait toujours se montrer utile lorsqu'il le fallait, par quelques conseils avisés.

Alors qu'ils s'approchaient de l'embarcation, rejoignant d'un pas léger les quais sous la chaleur d'un soleil à son zénith, Heziel fixa avec un air songeur ces grandes grues qui lui semblaient trôner au dessus des habitations. Il se posait des questions à ce sujet depuis la veille déjà, mais ce n'était qu'aujourd'hui qu'il avait finalement abordé le sujet avec les locaux. D'après eux, un forban était passé sur l'île depuis un petit moment et avait provoqué de grandes destructions, dont un incendie monumental qui avait poussé la communauté à un effort massif de reconstruction. Ces grandes structures métalliques n'étaient guère plus que des vestiges de cette époque de tourmente. Cela laissait notre cuisinier dans ses pensées : l'image des pirates n'était guère autant charcutée pour rien. Après tout, ils étaient des criminels... mais bon. Il doutait d'avoir à participer à ce genre de catastrophe un jour ; du moins pas du côté catastrophique, dira-t-on.

Arrivés sur le navire, il s'affaira à ranger les provisions tout en sifflotant, laissant la demoiselle discuter avec Nescafé tandis qu'il préparait le repas. À la carte ce jour-ci : papillotes de saumon au citron avec un peu d'aneth, des carottes fondantes et quelques rondelles de courgettes. Le tout relevé d'un peu zestes. La préparation se passa tranquillement, laissant les convives se régaler de la délicieuse odeur. Finalement, tout le monde se retrouva à table pour partager un bon moment ensemble. Kain se goinfra immédiatement comme le grand gourmand qu'il était, alors que Nescafé se faisait une petite part adaptée à sa taille et à son appétit personnel. Avalant une bouchée, le cuisinier se tourna vers la détentrice du fruit du démon avec un air souriant.

- Je ne m'en suis pas enquis plus tôt, mais... qu'est-ce que tu fais dans la vie ? Tu es du coin ?

Et pendant que les jeunes gens s'amusaient, quelque chose se tramait sournoisement contre eux, sans même qu'ils en furent conscients...



Non loin du marché, au même moment ...



- Un gorille aux cheveux blancs portant une ancre ? Pas de doute... ça correspond au signalement.

La vieil homme hocha la tête. Ce goret avait dévoré toutes ses délicieuses brochettes en libre service avant de déguerpir comme un malfrat ! Comment pouvait-il convaincre les autres clients désormais ? Si il tapait dans les réserves, il n'aurait plus rien à vendre... pour sa part, l'officier rangea dans sa poche la missive sur laquelle était écrit ce qu'il devait savoir sur l'individu. Ce type semblait avoir été mêlé à une bagarre dans un bar local avant de prendre la poudre d'escampette, la veille. Aucune trace depuis. Néanmoins, le Colonel Basile n'aimait pas l'idée que le trouble puisse s'installer sous sa direction, aussi quelques éléments avaient-ils été chargés de le retrouver...

Kicherch Trouv serait cet homme. Après tout, ça faisait un moment qu'il rêvait d'une petite promotion. Peut-être qu'arrêter un bestiau de ce style lui vaudrait les faveurs du Colonel ? À cette pensée, il serra le poing en esquissant un sourire avant de se tourner vers les deux soldats qui le suivaient silencieusement, fusil à l'épaule. Il savait où chercher, il ne restait plus qu'à fouiller plus attentivement.

- En avant ! Vers les docks !

D'un bon pas, ils prirent la direction des quais dans la nette intention de mettre la main sur ce grand dadais qui se croyait tout permis. La justice sonnerait ce jour là... où peut-être serait-ce juste le bruit trébuchant d'un salaire qui augmente ?





HRP
Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Shiratori
Simple Civil
avatar
Messages : 88
Race : Colombe humaine

Feuille de personnage
Niveau:
15/75  (15/75)
Expériences:
42/80  (42/80)
Berrys: 25.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Sam 4 Avr - 11:17

Alors que le cuisinier voyageait à gauche et à droite pour recueillir des conseils de cuisine et pour acheter des ingrédients ou autre chose, Shira profitait de la compagnie du petit rongeur. Elle avait déjà pu remarquer que son niveau de locution surpassait largement celui de son capitaine, mais ce qui était le plus surprenant était qu'il s'était donné une utilité telle qu'il ne saurait pas se passer du hamster un seul jour. "Des sens ninja ? Rien que ça, dites-donc ! Je n'imagine pas l'intensité des combats avec votre trio !". Mais déjà leur conversation entamée, le cuisinier montrait des signes d'achèvement des courses, notamment en revenant avec de nombreux sacs de courses. C'était déjà le moment de dire au revoir à Shell Town, mais heureusement elle avait eu ce qu'elle voulait : non seulement un peu de compagnie, mais aussi elle avait pu sonder la ville par les regards que lui lançaient ou ne lui lançaient pas les gens. Elle put alors constater qu'elle passait clairement inaperçue, même les marines regardaient droit devant eux, quand bien même ils passaient devant elle et la regardaient une microseconde dans les yeux. Apparemment les ripoux n'avaient pas jugé utile de mêler leurs collègues corrects pour une simple fille qui leur avait échappée. Il semblerait que cette histoire se tassait de plus en plus, les marines n'avaient pas eu d'ennuis à leur retour à la base, vu que Shira ne les avait pas dénoncés. Ainsi tout retrouvait sa place initiale, mis à part dans les mémoires des concernés.

Une fois retournée sur le navire, le cuisinier se mit à ranger les achats un peu partout en prenant soin de cadenasser ce qui contenait des provisions alléchantes. Ce n'est qu'après qu'il commença à préparer le dîner, en ce bel après-midi naissant. L'odeur les régalait de plus belle, Nescafé ainsi que Shira et même le capitaine qui passait ses premières phalanges et sa tête par la porte pour espionner ce que faisait son cuisinier. La demoiselle s'installa alors à la table en posant une serviette sur ses genoux, retenant ses mains sous la table en attendant que le repas soit servi. Il ne faisait aucun doute que Shira était très bien élevée et ne devait pas avoir habité dans le même "univers" que bien des pirates, avant qu'ils ne prennent la mer. Mais cela semblait avoir échappé aux pirates, comme si ils savaient qu'une dame était bien éduquée par défaut comme ils devaient de l'imaginer.

Le repas commença alors, chacun à sa place, Shira assise en nonante-quarante-cinq degrés (nonante d'angle au bassin et quarante-cinq pour les pieds repliés en arrière), le capitaine et le cuisinier en face d'elle. Quant à Nescafé, il venait chez Shira manger, il devait se douter que son capitaine mangerait largement l'oppulente assiette qu'il avait en face de lui et irait se resservir. Mais c'est alors que le coq brisa la glace entre la demoiselle et lui, lui posant quelques questions classiques. Shira sourit alors et avala après quelques secondes avant de s'éclaircir un peu la voix pour lui répondre.


-Je viens de cette mer, plus précisément près du village de Fuchsia, mais ça ne vous intéresserait pas que je vous fasse un cours de géographie. Pour répondre à votre seconde question, je suis serveuse à Logue Town, d'ailleurs j'aimerais bien y retourner rapidement, car le patron doit déjà s'inquiéter de ne pas me voir. Aussi, je danse à mes heures perdues, si vous voulez savoir, j'ai eu un bon professeur.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1529
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
195/500  (195/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Jeu 16 Avr - 0:52






Une nuit qui semblait paisible ! Une colombe sous les verrous ?!


Alors que la demoiselle répondait à la question, Heziel esquissa un sourire avant de se tourner vers le Borgne qui s'empiffrait comme un sagouin sans prêter attention à la conversation autour de lui, trop empêtré dans la poursuite folle de son désir de se remplir l'estomac. Effectivement, il trouvait une petite similitude à la fin du discours de Shiratori et à son compagnon actuellement en train de se sustenter allégrement.


- Oh... de la danse ? Ce doit être joli à voir. J'imagine qu'on peut aussi parler de danse ici, parfois. Mais ce n'est pas vraiment volontaire...

Effectivement, notre petite bande était composée de joyeux lurons aux réactions plus loufoques les unes que les autres. Entre le cuistot et sa posture de crabe, et Kain qui s'amusait à prendre des positions plus déconcertantes les unes que les autres lors de ses aventures Ô combien variées et fréquentes, n'importe qui aurait pu voir en ce duo spécial des talents corporels indéniables. Cela dit, ça se rapprochait plus de la comédie que d'une véritable forme d'art... d'autant plus qu'au fond, il était sans doute préférable de ne pas faire une démonstration. Il connaissait également le village de Fuschia, de nom : c'était quelque part, plus proche de Mormoilnoeud que d'ici. Ce genre de petit coin tranquille dans lequel piraterie et gouvernement mondial étaient des mots et rien que des mots. Du moins, la plupart du temps. Les gens se contentaient de vivre leur vie sans vraiment se mêler des choses qui pouvaient se produire dans ce vaste monde. Quant à Logue Town... c'était une ville très connue pour un élément principal : le seigneur des pirates. La « ville du début et de la fin ». D'ailleurs, elle était dernièrement protégée par la Marine suite à quelques incidents peu fortuits qui avaient conduit à une fermeture des portes de la cité. Le cuistot ne savait pas exactement où en était la situation, mais il espérait que les choses s'arrangeraient avec le temps : après tout, il leur faudrait bien passer par ce cap incontournable de East Blue pour venir se déverser sur Grand Line et franchir une nouvelle étape vers la réalisation de leurs rêves.

- Ma foi, pour notre part, nous quitterons sans doute l'île dans la journée. Il s'agissait surtout d'une petite pause pour nous ravitailler avant de continuer le voyage. Nous devons nous rendre jusqu'au delà de Red Line, dans la fameuse route de tous les périls. Autant dire qu'on ne doit pas tirer au flanc !

Sur ces mots, il rit doucement et se frotta l'arrière de la tête. De son côté, Kain semblait avoir le ventre tout rond tant il s'était empiffré. Nescafé s'amusait d'ailleurs à se laisser glisser d'un côté puis de l'autre, remontant à chaque fois au sommet de la « bulle » pour reproduire sa gymnastique, alors que le borgne affichait un large sourire qui indiquait sa satisfaction. À cette vision, le cuistancier passa le dos de sa main droite sur son front, comme pour éponger une sueur invisible, avant de finalement se lever et commencer à débarrasser ce qui pouvait l'être.

- Eh puis après tout, nous sommes des pirates malgré tout ! Il faut bien qu'on évite de se faire prendre. À ce niveau, c'est un miracle que Kain n'ait pas encore suscité l'attention des forces de l'ordre, depuis hier.

Hélas, le brun ne croyait pas si bien dire. Car si son ami d'enfance était un professionnel pour attirer toutes sortes de calamités dans un rayon assez vaste, il était aussi très performant pour garder certaines choses pour lui, considérant tout simplement qu'un peu de désordre n'était pas une mise en danger en soi...


---

- Allez, fouillez moi tout ça !

Au dehors, des hommes en bleu et blanc s'affairaient, montaient, descendaient des navires qui reposaient tranquillement contre les pontons pour vérifier la présence ou non du manieur d'ancre. Il était impératif de retrouver cet individu est les éventuels complices qui se terraient avec lui dans le coin. Si il avait été aperçu ici, aucun navire n'ayant quitté le port, il était évident qu'il se cachait encore comme un rat. L'officier observait, bras croisés dans le dos, alors que ses hommes passaient en revue chaque bâtiment naval. Aussi ridicule fut-il.

Ils arrivèrent finalement devant un petit rafiot qui ne payait pas de mine. Sans doute fut-il à peine assez spacieux pour accueillir quelques pauvres âmes, pas plus de cinq. Les consignes étant les consignes, malgré la stature du grand individu sur les traces duquel le petit trio gouvernemental était lancé, ce navire serait lui aussi fouillé. Alors que ses hommes montaient sur l'embarcation, Kicherch resta de marbre. Peut-être que ça serait vide ou inintéressant comme les autres. La trace du gros singe semblait pourtant mener dans la zone. Il fallait perservérer.

Finalement, un de ses subordonnés toqua à la porte qui menait à la cabine dans laquelle notre petit groupe faisait tranquillement festin. Le second ne manqua pas d'annoncer la couleur clairement, un fait qui risquait sans doute fort de permettre aux dokugans de gagner du temps. 

- Au nom de la justice, ouvrez cette porte!



[HRP : désolé du temps de réponse, période compliquée.]

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Shiratori
Simple Civil
avatar
Messages : 88
Race : Colombe humaine

Feuille de personnage
Niveau:
15/75  (15/75)
Expériences:
42/80  (42/80)
Berrys: 25.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Sam 18 Avr - 19:47

De plus en plus, l'heure du départ sonnait pour Shira, il fallait qu'elle rejoigne sa ville afin d'y retrouver rapidement son boulot. Après tout les boissons ne se servaient pas toutes seules, il fallait bien quelqu'un pour ça, et là c'était elle. Le patron avait toujours des petits soucis avec la serveuse de nuit, mais la demoiselle avait bien l'intention de se rattraper pour lui éviter à nouveau de devoir faire appel à elle toute une journée, comme elle n'aimait déjà pas trop ce boulot. En revanche Shira l'aimait assez bien, elle faisait tout pour motiver sa collègue afin qu'elle se contente du service de nuit, mais malheureusement cela semblait bien parti pour elle pour durer toute la journée. Heureusement elle n'était pas narcissique au point de se trouver flattée qu'on l'enlève, ça restait toujours aussi désagréable ce genre de choses.

Tous les membres de l'équipage faisaient de leur mieux pour se goinfrer tant qu'ils le pouvaient, surtout le capitaine et le hamster au nom si peu commun. Le cuisinier, quant à lui, mangeait à moitié du fait qu'il parlait avec Shira, qui ne mangeait pas moins lentement, de ce fait. Mais personne n'était assez pressé pour risquer de s'étrangler, la demoiselle pouvait bien rester le temps de manger un peu, elle n'allait pas risquer de s'étouffer pour quelques minutes. Elle avouerait difficilement qu'elle avait pris son temps pour retourner, mais il valait mieux s'assurer qu'aucun marine ne chercherait à retenter le coup plus tard. C'était heureusement le cas, personne ne l'avait regardée de travers dans les officiers de la marine, c'était la normalité absolue à Shell Town durant leurs emplettes.

La demoiselle ne se trouvait pas dans un équipage ordinaire, c'était le moins qu'on puisse dire, mais le plus intéressant était leur ambition. Tous trois voulaient partir à la conquête de Grandline en passant par Redline et Reverse Mountain avec leur navire. Autant dire qu'ils ne manquaient pas de confiance en eux, mais quelque part c'était une bonne chose, si ils prenaient conscience qu'il faudrait sans cesse s'entraîner pour être à la hauteur de ce monde qu'était Grandline. Shira se retint à temps de recracher ce qu'elle avait en bouche en entendant ça, savoir que des pirates des Blues voulaient se risquer au barbares de Grandline, c'était une chose ! Surtout qu'ils n'étaient que trois, ce n'était pas bien énorme en cas d'embuscade, ils seraient vite largués si tout le monde avait leur niveau en combat. Mais Shira n'était pas du genre à douter et ne tarda pas à sourire un peu pour exprimer son minimum de confiance.


-Si vous pouviez me déposer le plus tôt possible à Logue Town, ce serait vraiment gentil de votre part. Au moins avant de vous lancer sur Reverse Mountain, de préférence, je ne tiens point à partir aussi loin de chez moi et risquer ma peau sur Grandline.

Le repas touchait à sa faim, Shira avait mangé tout ce qui était dans son assiette et disposa de nouveau les couverts de façon à dissuader le cuisinier de la reservir. Le capitaine et le hamster avaient tous deux le ventre bien gonflé et poussèrent un énorme soupire de satiété en massant ensemble leur bedon respectif. Les pirates devaient être de fameux phénomènes en général, et ces deux-là savaient se démarquer du commun des mortels, bien plus que les dragons célestes, de loin. Le cuisinier débarrassa alors le peu qu'il restait du repas, à savoir juste quelques assiettes et couverts. Il souleva d'ailleurs un sujet difficile en disant que son capitaine n'avait même pas attiré l'attention à Shell Town. Est-ce que c'était parce que la marine n'y régnait pas en si bon maître qu'à Logue Town ? Ou alors simplement n'était-il pas bien connu de la justice en tant que capitaine. Tout était possible, mais cela restait quand même une question curieuse qui demandait réponse.

C'est alors que comme pour lui donner tort, un officier de la marine frappa à la porte de la salle à manger quelques minutes plus tard. Il annonçait clairement qui il était, son professionnalisme n'était pas à remettre en cause, mais il n'en restait pas moins une menace pour le trio de bandits des mers. Il était même fort probable qu'une bataille se déclenche suite au heurt entre le feu et l'eau, entre pirate et marine, entre le noir et le blanc. Shira se dressa alors en laissant le cuisinier ouvrir, montrant clairement son respect de l'autorité judiciaire. Il n'était pas question de réagir impulsivement et de risquer qu'on la prenne pour leur complice. Elle n'avait rien fait et comptait bien leur faire savoir avant qu'on la menotte comme la dernière fois.


-Je ne suis en aucun cas complice de ces pirates, je suis neutre. D'ailleurs sachez que je ne m'opposerai pas à l'exercice de votre fonction.
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1529
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
195/500  (195/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Lun 27 Avr - 13:53






Une nuit qui semblait paisible ! Une colombe sous les verrous ?!

La situation se présentait de façon plutôt corsée, en fin de compte. Petit résumé des choses qui venaient de se produire, aussi bien dans la tête du brun qu'à l'extérieur : après que Kain se soit renversé en arrière pour taper un gros roupillon avec le vent assez gonflé pour qu'on le méprenne avec un objet à part entière, quelqu'un avait toqué à la porte en parlant de justice ou d'un truc du style. C'était donc avec un gros doute que le cuistot avait doucement ouverte la porte de leur petite cabine, découvrant des hommes en blanc et bleu qui avaient tout l'air d'être là pour autre chose qu'une tisane. Qu'à cela ne tienne, il aurait encore pu tenter de sauver les meubles avec efficacité, mais Shiratori le prit de cours : annonçant d'entrée qu'ils étaient des pirates et qu'elle n'avait aucun lien avec eux, l'atmosphère devint immédiatement plus pesante. Accablé d'un regard lourd de signification, Heziel afficha un petit sourire gêné. Il ne lui restait que deux options : la douce, et la forte. La forte risquait de rendre les choses un peu plus compliquées par la suite. L'endroit grouillait de membres de la Marine. La méthode douce, elle... au moins il gagnerait un peu de temps. Mais comment faire ?

- Des pirates, n'est-ce pas ? Dans ce cas, les choses sont claires. Vous allez nous suivre sans faire d'histoires. Tous.

En ce qui concernait la colombe, il ne s'agissait sans doute que d'un interrogatoire pour en apprendre plus sur les forbans présents. Mais dans tous les cas, ils finiraient tous au poste et les dokugans n'auraient pas la place la plus confortable. Heziel réfléchissait à vive allure pour tenter de trouver une porte de sortie. Il y avait trois hommes en comptant celui qui semblait le mieux gradé et qui jusque là ne faisait que les observer avec un air satisfait. Finalement, il opta pour un petit numéro de comédie.

- PLUS UN GESTE !

Sur ces mots, il se mit dans des postures bizarres en effectuant des mouvements complètement stupides, comme si il se préparait à combattre en utilisant un art martial encore inconnu de tous. Et certainement pas très populaire de surcroit. Finalement, il vint se « cogner » contre une chaise et sursauta en se tenant le genou, à grands renforts de « aieuh aieuh » qui lui donnaient vraiment l'air débile. Puis il s'empara de Nescafé et le pointa droit devant les représentants de la justice, l'agitant doucement alors que le petit rongeur suait à grosses gouttes, n'ayant pas saisi son plan.

- Je vois... je ne suis pas de taille pour vous... alors vous allez devoir affronter mon capitaine !

- Hein ?
- Hein ?

- Oui... le pourfendeur des mers, le plus grand de son temps... le capitaine Dent-de-Mort !

Puis il écarta les babines du petit hamster pour laisser ressortir ses deux incisives larges et longues, devant des hommes qui commençaient à ne plus avoir qu'une seule explication en tête. La folie, sans doute. Ce type devait être timbré pour sortir des absurdités pareilles. D'autant plus que dans ce coin de East Blue, une certaine fermeture d'esprit était de mise... et ce hamster ne pouvait donc être qu'un hamster. Un petit « Mais il est fou, chef » se fit entendre chez porteurs de loi tandis que le cuisinier continuait son numéro de comédie ridicule, utilisant le pauvre petit rongeur comme un outil de premier choix.

Soudain, un ronflement tonitruant retentit à l'autre bout de la pièce, qui fit se retourner tout le monde. Kain, jusque là relativement discret et camouflé dans le décor grâce à sa bedaine énorme et gonflée d'après repas, venait de rappeler son existence à chaque individu présent. De la porte, on ne pouvait voir qu'une paire de sandales devant un énorme rond couleur chair qui ondulait doucement. La tête de l'armoire à glace était d'ailleurs cachée.

- Se pourrait-il que ce soit... ?

- Non, je ne pense pas. L'individu que nous recherchons est décrit comme une montagne de muscle, pas un ballon de baudruche. Quant à cet autre homme...

Il regarda Heziel avec un air de mépris mêlé à une once de pitié. De son côté, le cuistot n'avait pour l'heure croisée qu'une seule montagne de muscle dans cette ville, et il était arrivé ici avec. Il se dit qu'il devrait avoir une discussion avec son capitaine à son réveil, puisque celui-ci semblait ne pas avoir donné tous les détails de ses excursions... du genre, le fait qu'il était déjà recherché dans le coin.

- Il est visiblement détraqué mais ne semble pas représenter un danger pour qui que ce soit, avec son hamster.

Des rires mauvais éclatèrent chez les deux autres alors que Kicherch Trouv souriait à sa petite boutade. Il claqua des doigts et ses hommes descendirent du navire sur un pas militaire, alors qu'il s'en retournait fouiller d'autres endroits. Il se tourna cependant vers Shiratori, désireux de lui donner un dernier conseil avant de s'atteler à une nouvelle recherche.

- Vous devriez faire attention à vos fréquentations mademoiselle. Les vrais pirates sont bien moins sympathiques que ces clowns.

Une fois la petite patrouille passée, sous les ronflements d'un Kain qui n'avait sans doute pas conscience du fait qu'il venait de passer à pas grand chose de devoir combattre pour ne pas finir derrière les barreaux, Heziel soupira en se laissant tomber sur sa chaise. Il n'avait pas eu à en venir aux poings. Nescafé, pour sa part, piaillait d'indignation face à l'utilisation abusive et non prévue de sa personne pour tromper l'ennemi. Passant le dos de sa main sur son front, le cuistancier prit la parole.

- Bon... je crois qu'il vaudrait mieux qu'on lève les voiles fissa. C'est déjà un miracle que la gloutonnerie de l'autre goinfre ait servi à quelque chose, je ne pense pas que ça durera longtemps. Et je ne pense pas non plus que ce soit très sûr de t'emmener avec nous, de ce fait.

Il lâcha un petit sourire en plissant les yeux.

- En ce qui concerne notre périple, nous n'arriverons sans doute pas à Logue Town avant un moment. On compte profiter du voyage pour s'assurer d'être prêts pour Grand Line, et ça implique de très nombreuses escales. Ça vaudrait mieux pour toi de trouver un autre moyen de rentrer.

Il se frotta la nuque d'un air gêné. Elle était sympathique, mais ils ne pouvaient pas répondre favorablement à une telle demande. Se presser n'allait pas leur apporter grand chose d'autre que des ennuis, surtout que Kain ne tenait pas en place et qu'ils devaient encore trouver des compagnons pour affronter l'océan terrible qu'était Grand Line.


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Shiratori
Simple Civil
avatar
Messages : 88
Race : Colombe humaine

Feuille de personnage
Niveau:
15/75  (15/75)
Expériences:
42/80  (42/80)
Berrys: 25.000 B

MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   Mar 28 Avr - 22:54

Parfois un simple passage de la marine pouvait tout changer, et Shira le savait, à présent. Des pirates restaient des bandits, à la base, ce n'était pas vraiment un scoop de l'apprendre de la bouche des civils, vu que leur pavillon était noir en arborant une tête de mort. Ils s'engageaient donc, par ce symbole, à ôter la vie à ceux qui avaient le malheur de croiser leur route, innocents ou criminels aussi. Par chance en voyant Nescafé, on doutait de ce genre de réputations folkloriques, il semblait, lui et ses deux compagnons humains, faire partie d'une race de pirates qui ne se battaient que quand ils avaient un compte à régler. La demoiselle avait beaucoup appris avec ce trio imbrobable, encore plus quand elle ressentit la même chose qu'eux lors de la perquisition. Elle savait enfin ce que ça faisait d'être surpris par la visite de la marine, mais à la différence près qu'elle avait bien annoncé qu'elle n'était pas complice et n'avait donc rien à craindre.



Mais alors que les représentants de la justice appréhendaient le duo, le cuisinier, sans doute à cours de solutions, se mit à l'interprétation d'une comédie surjouée. Shira souriait un peu en voyant sa prestation amusante, cet équipage était déjà bien déjanté de base, ce n'était pas bien surprenant. Et par chance ce numéro avait fonctionné sur les marines, ils commençaient à faire des gestes traduisant leur incompréhension totale de son cinéma. C'était signe soit d'un esprit très simplet, soit d'un talent immense en comédie, si bien que Shira esquissa un petit applaudissement flatteur dans le dos du cuisinier. Après de longues minutes de stress diminuant de plus en plus au fil des secondes, les marines décidèrent de jeter l'éponge et s'en allèrent dans un dernier conseil à la femme qui se contenta d'acquiescer sagement mais hypocritement.

Le danger était désormais écarté, heureusement pour tout le monde. Le capitaine avait servi beaucoup plus qu'il ne l'avait imaginé, même si le pauvre Nescafé ne pouvait pas rester indifférent comme lui. Mais au moins il n'avait pas fini dans une cage à hamster, c'était de la fierté en moins pour de la liberté en plus. Quelque part ça allait peut-être porter préjudice à Kain et il allait avoir une baisse de prime voire de réputation aussi, à moins qu'on ne l'ait pas reconnu. Quoi qu'il en soit, le cuisinier s'en était sorti et de ce fait il souleva le fait qu'il serait dangereux de continuer à les fréquenter.

Malheureusement Shira ne pouvait le nier, sa présence dans l'équipage avait été une petite partie de plaisir, mais cela restait des pirates, et de ce fait sa réputation risquait gros. Surtout que le problème avait été réglé, et la présence des marines avait confirmé définitivement que personne ne la recherchait, auquel cas il aurait suffi de l'enlever à l'abri des regards indiscrets. La demoiselle poussa alors un long soupir pour lui donner raison, alors que le capitaine dormait toujours comme une masse. "Ne vous en faites pas pour moi, j'ai un moyen de transport universel, bien que risqué pour moi, pour arriver au port le plus proche et espérer tomber sur un navire marchand". La nostalgie l'envahissait déjà, elle se rappelait encore le repas copieux du soir de sa libération, c'était vraiment le plus magique qu'elle ait jamais vu et vécu. Elle prit alors Nescafé contre elle, le temps d'une dernière accollade et d'un dernier au revoir, ou adieu, personnel."Je voudrais bien vous "enlever" pour vous caresser encore, mais ce serait bien malheureuseux pour vous, alors le mieux est que nous nous disions au revoir et que nous nous promettions de nous revoir un jour !". L'émotion la gagnait de plus en plus, mais heureusement Shira put la réfréner facilement, vu le peu de temps vécu avec les pirates. Elle se tourna alors vers le cuisinier après avoir déposé le rongeur sur la table, lui adressant elle aussi un petit sourire plein d'espoir de retrouvailles futures. Elle avait vraiment pris plaisir avec eux et ne les oublierait jamais, vu le service qu'ils lui avait rendu. Quant au capitaine, elle lui transmettrait aussi son petit message, même si il ne se souviendrait sans doute pas des masses de son passage.


-J'espère que j'aurai l'occasion de payer ma dette envers vous un autre jour. Si vous êtes dans le besoin, n'hésitez pas à me contacter, après tout vous connaissez ce moyen de transport, et j'ai mis mon numéro d'escargophone sur la table, vous ne devriez avoir aucun mal à me joindre. Quant au capitaine gourmand, je lui souhaite de découvrir toujours plus de saveurs, que ce soit en nourriture qu'en aventures diverses.

Sur ces mots, Shira ouvrit la porte pour aller poser un pied sur la rambarde du navire dans le but de prendre son élan. Elle ne savait pas si quelqu'un allait la suivre, mais dans tout les cas la demoiselle avait confiance en eux, ils sauraient garder un secret. Enfin, ce n'était pas non plus comme si c'était une personne terriblement importante ou célèbre, il était même fort possible qu'ils oublient de lui demander un service retour. Mais en tout cas Shira les remerciait pour tous ces bons moments, et elle ne les oublierait pas, pour son cas. Après avoir replié ses bras contre sa poitrine, Shira les changea en deux grandes ailes blanches déployées, avant de sauter dans les airs et prendre un envol magnifique. Pendant ce temps, quelques plumes avaient volé, avec la brise marine, dont une qui atterrit sur le nez du capitaine au bois dormant. C'était comme un petit souvenir de sa part, involontaire mais néanmoins joli et doux. Ainsi la demoiselle s'envola en direction de Shell Town afin de trouver un marchand aimable qui voulait bien l'escorter jusqu'à Logue Town. Leur navire avait déjà quitté le port depuis quelques minutes, la ville se voyait encore au loin. La demoiselle disparut alors à l'horizon, au bout de quelques minutes, laissant le petit équipage fuir vers Grandline, avancer vers de plus grandes aventures.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Les débordements de la justice [Heziel Coffe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La justice de Raphael [Terminé]
» HAITI-Justice : Un Système Judiciaire Qui Pirouette.
» Les oubliés de la Justice haitienne...
» Haïti : La justice américaine émet un mandat international contre l’ex-président
» VOTE DE CENSURE POUR JEA !HAUTE COUR DE JUSTICE POUR RENE PREVAL !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: East Blue-