Le Deal du moment : -38%
Promo rare sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
Voir le deal
235 €

Partagez
 

 [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Etowaru Ryori

Etowaru Ryori
Messages : 331
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue31/75[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (31/75)
Expériences:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue155/220[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (155/220)
Berrys: 840.000 B

[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty
MessageSujet: [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )   [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Icon_minitimeMar 15 Juil - 0:15


Des esclaves ?




Voyager, cela fait du bien. Tranquillement, je marchais dans les rues de cette île. L'île de Miquoi ? Bah.. Pas d'importance. De ce que j'ai u actuellement, cet endroit est peuplé de brigands et de pirates qui sont bons ou mauvais. Pour l'heure, aucun n'attire mon attention. Ils sont des insectes que je regarde et ignore. Pourquoi m'attarder sur eux hein ? Soufflant, je trace ma route jusqu'à ce que je passe devant un petit groupe de personnes qui s'étaient mises contre le mur d'une maison. Ils semblaient jouer les racailles et rigoler des passants. Quand mon tour était venu, ils se permirent quelques paroles qui me passaient par dessus. Se moquer de mes habits, mon visage, mon maquillage pas encore... En revanche, quand quelques dires s'élevaient comme un puissant poison dispersé dans l'air, là, cela m'énervais. Le classique " Il va nous faire un tour de mama-magie ? Comme c'est mignon. ". Oh ? Il se moque de mon talent et de mon art ? Je me stop immédiatement sans me retourner pour autant. Face à cette réaction qui prouve que j'ai été touché par ses dires, les trois abrutis enchaînent quelques paroles dans le même genre et cela me met lentement hors de moi. Pourtant, malgré mes poings serrés, mon visage est serein. Un sourire inquiétant maquille mon visage et avec lenteur, je me contente de sourire.

" De la magie non ? Votre langue a fourchée mes petits... Commes les vipères que vous êtes."


Ils rigolent. Ils ne comprennent pas mes comparaisons.  Un genre de primate qui ne sont pas capables d'apprécier un show digne de ce nom. Inspirant tranquillement, je m'approche d'eux jusqu'à ce que j'en prenne un par le col pour le retourner sans mal. La tête la première, l'homme semble dormir pour de bon. Mais ce n'est pas terminé. Ses acolytes se munissent de petits couteaux, mais il est déjà trop tard, mes mains armées d'une carte en métal sont sous leurs gorges. Laissant la carte glisser d'un petit millimètre, je les laissent admirer une goutte de sang couler. Celle-ci a pour but de montrer que mes cartes ne sont pas que du papier. Le regard noir et le ton dur, je me permet quelques dires.

" Prenez donc son corps... et partez avant que je ne décide de me servir de vos corps comme exemple de tour manqué..."


Mon show ayant été compris cette fois, ils se taisent et font ce que je dit. Gentils garçons... Admirant la troupe au nombre de trois partir comme ils peuvent, je me retourne pour reprendre ma route tranquillement. Le lieu est remplit d'idiots de ce genre. Ils se prennent pour des dieux, des sur-êtres car ils disent avoir le pouvoir ? Qu'est-ce qui differentie un simple civil d'un pirate ? Un homme d'un autre homme ? C'est ridicule comme titre. Soupirant, je me lasse de cette vue qui me dégoûte. Personne n'est apte à profiter de mon spectacle. Cette île mériterait juste de brûler magiquement. Mais je n'ai pas cette envie.
Alors que ma marche approche de sa fin, voilà qu'un bruit se fait entendre. Visiblement, ce sont des êtres humains qui hurlent et notamment une femme. Comme une esclave, celle-ci possède des chaînes aux mains qui les lient ensemble. Malheureusement, ses jambes ne sont pas reliées. Elle court pour échapper à des ravisseurs et au nombre de deux, ils ne tardent pas à la rattraper. La traitant de tout les noms, cette femme aux cheveux verts est trainée au sol comme un vulgaire objet. Les deux hommes s'en amuse d'ailleurs, la traînant dans la boue au sens propre.

Quelle cruauté. L'homme est ainsi. Il a besoin de se sentir supérieur pour vivre. Moi-même, je ne fait pas exception. Soufflant de lassitude, malgré les appels au secours, je n'y réponds pas. Pas par peur, pas par lâcheté, juste que ce n'est pas à moi de faire cela.  Je commence donc à détourner mon regard et ma personne, faisant comme tout les autres. J'ignore le besoin d'autrui.

" AIDEZ-MOI, JE VOUS EN SUPPLIE !!! "


Ses cris sont assourdissants. Elle semble vraiment à bout. La vie est dure avec chacun. Nne me détournant pas de mon chemin, je ne fait pas attention où je vais et je me heurte à quelqu'un. Levant mon regard, je grogne doucement.

" Hm ?"





Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15027
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue52/75[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue879/1000[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty
MessageSujet: Re: [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )   [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Icon_minitimeMar 15 Juil - 1:34


[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) T-k-an10
Monster (Album Version) by Skillet on Grooveshark

« Mort à l'esclavage ! »
PV Ayato

Il avait déjà passé quelques jours sur North Blue, notamment sur Luvneel où il avait pu combattre le dangereux lieutenant de la marine Daisuke Aurola, maudit du fruit du démon de type logia de la fumée, lorsque son chemin mena Nakata jusqu'à la petite île de Micqueot, à la réputation pour le moins mitigée. Selon les personnes qui en parlaient, il s'agissait soit d'un lieu paradisiaque où la boisson de qualité coulait à flot, où les nuits dans les tavernes n'étaient pas franchement chères puisque l'endroit se basait en partie sur le tourisme pour son économie, mais aussi et surtout où les peu farouches jeunes femmes blondes aux yeux d'azurs offraient mille et un plaisirs aux jeunes gens entreprenants, soit d'un affreux nid à problèmes, où ne cessaient de s'affronter forbans et hors-la-loi de toutes les mers dans le simple but de démontrer à la face du monde qu'ils étaient les plus gros ivrognes de tous les temps. Vous comprendrez aisément que le forban préférait amplement la première version des faits, à laquelle il se référait bien volontiers : il n'allait pas refuser un instant de chaleur avec l'une de ces belles nordiques, après tout ! Le Phoenix marchait donc tranquillement sur un tapis de neige immaculée, au milieu de quelques bâtiments principalement de bois, dans une tenue pour le moins légère. Il n'avait plus quitté ces vêtements depuis quelques temps, à vrai dire, même si bien évidemment il ne boudait jamais un lavage de ces derniers pour garder une hygiène irréprochable. De toute manière, il était heureux de pouvoir s'habiller de cette manière : les codes vestimentaires de la marine auxquels il avait dû se plier pendant les premières années de sa vie d'aventurier l'avaient plutôt lassé au fil du temps. Un uniforme était sympathique, dans un premier temps, mais c'était rapidement quelque chose d'assez redondant, a fortiori lorsque l'on considérait que seuls les gradés pouvaient se permettre d'emprunter une tenue moins conventionnelle. De fait, encore un bel exemple d'égalité à sens unique. Le Fenice, poussant un soupir las tandis qu'il se remémorait ces quelques souvenirs dérangeants de ses années de service, continua son chemin en glissant ses mains dans ses poches. Au final, il faisait plutôt froid, tout de même... Il aurait bien pris une écharpe, pour le coup. Malheureusement, il n'en avait pas sur lui : il devrait y songer un peu plus fortement, à l'avenir...

Le jeune garçon, aujourd'hui célèbre en tant que glorieux Shishibukai, n'était encore à l'époque qu'un parfait inconnu. Sa première prime, dont il allait écoper suite à l'affrontement qui l'avait opposé audit Daisuke, n'avait pas encore été officialisée : tant et si bien que les gens qui le croisaient se permettaient de lui jeter des regards mi amusés mi interloqués devant sa tenue. N'y prêtant aucune importance, le justicier continua son chemin, balayant du regard les bâtiments qui s'étalaient sous ses mirettes afin de découvrir une hypothétique auberge assez chaleureuse pour accueillir un voyageur en peine. Néanmoins, Nakata était encore loin de se douter que cet escale, le début de cette dernière tout du moins, ne serait pas forcément des plus reposantes. Et pour cause : il n'avait pas encore mis le pied dans le moindre bâtiment que déjà des cris s'élevaient, dans une rue adjacente. La curiosité est un vilain défaut, certes : les mères ne le répètent jamais assez à leurs enfants, se mêler de ce qui ne nous regarde pas peut très rapidement dégénérer et s'avérer pour le moins dangereux. Logique élémentaire, me direz-vous ? Cuistres que vous êtes. Rien n'est logique, pour un phoenix. Tant et si bien que notre ami s'avança en direction de l'agitation, sans vraiment se soucier de ce qui pourrait bien lui arriver. Et puis, même s'il mourrait, il avait plusieurs vies de rechange. Toutefois, force était d'admettre que la scène à laquelle il assista lui glaça le sang plus violemment que le blizzard n'aurait pu lui geler la chaire : deux hommes, des brutes vaniteuses et présomptueuses, s'amusaient à traîner une jeune femme, attachée, dans la boue. Une esclave ? Probablement. Si le pirate était à l'heure actuelle un hors-la-loi, c'était principalement à cause de cette tendance du Gouvernement Mondial à banaliser esclavagisme, notamment vis-à-vis des Tenryubitos qui pouvaient absolument tout se permettre sur le sujet. De ce fait, le blondinet n'aurait jamais pensé voir un tel tableau sur les Seas Blues, pourtant éloignées de la richesse égocentrique de ces immondices suffisants. Pourtant, c'était bel et bien ce qu'il se passait devant ses yeux. En un battement de cœur, ses mains et ses dents se serrèrent, tandis qu'il tremblait et se contenait pour ne pas dégainer son katana et tailler ces types en pièce, en bonnes ordures qu'ils étaient. Et ce fut ironiquement un type qu'il ne connaissait pas le moins du monde qui le tira de sa transe assassine : l'homme le percuta en effet, et le Fenice revint à ses pensées, secouant la tête brièvement pour reprendre pleine possession de ses moyens. D'un geste amical, il posa une main sur l'épaule de cet homme et passa à ses côtés, prenant la parole pour lui déclarer :

-Navré, brave homme. Et merci.

Oui, cet homme n'allait probablement pas comprendre les remerciements, mais qu'importent. Le musicien n'était pas d'humeur à tergiverser, pas lorsqu'un spectacle aussi immonde avait lieu devant ses propres yeux. Ainsi l'épéiste continua son chemin jusqu'à arriver à ces trois personnes, cette femme qui hurlait de désespoir et ces hommes qui la battaient de folie. Alors que l'un d'entre eux levait sa main, probablement pour lui asséner un coup de poing, Nakata attrapa le poignet de celui-là et prit la parole d'un ton calme mais froid, surprenant toute l'assemblée qui avait observé la scène avec stupeur sans oser intervenir :

-C'est à ce moment-là qu'arrivent les héros, les gars.

Alors que son comparse se relevait, interloqué, le premier se dégagea de la prise du zoan et se recula un peu avant de lui beugler quelques mots, sur un ton agressif :

-Tu te prends pour qui, toi ? C'est notre objet, on en fait ce qu'on en veut ! Alors dégage, si tu veux pas prendre sa place !
-Prendre sa place ? Comme si deux ratés suffisaient à me tabasser.

Une femme, dans ladite assemblée, poussa un hurlement affolé tandis que le Fenice avait répondu avec une outrecuidance presque palpable et clairement provocante, sinon insolente. Elle devait probablement penser, comme la majorité des spectateurs, que le jeune homme blond, qui n'avait qu'un katana pour lui, ne ferait pas long feu face à deux cadors tels que ceux-là, qui ne se dérangeaient pas pour exposer leur virilité. Et ce fut probablement ce que pensèrent les cadors en question, d'ailleurs : celui qui s'était opposé au pirate la première fois prit la parole, en se renfrognant clairement :

-Répète ça, pour voir ?
-Prendre sa place ? Comme si deux ratés suffisaient à me tabasser.

L'expression de Nakata avait désormais changé du tout au tout : c'était un sourire éclatant d'amusement qu'il envoya à la face de son homologue, plus effronté que jamais. Ce dernier fonça dans sa direction en levant un poing menaçant au-dessus de son crâne, comme si cela allait suffire à faire peur à un hors-la-loi aussi chevronné que le blondinet. L'effet fut en vérité tout inverse : il eut le don de galvaniser notre homme d'action préféré, qui se mit aussitôt en garde sans pour autant toucher à son katana. Il ne voulait pas faire le privilège à ces gars de les tuer : il allait simplement les pulvériser, les réduire à néant, et ils se détesteraient tout le restant de leur vie pour avoir osé lui adresser la parole et s'en prendre à une demoiselle aussi innocente que sans défense. Alors que le poing de l'ennemi tentait vainement de s'abattre sur son visage, le bretteur arrêta le geste ennemi en attrapant une nouvelle fois le poignet, de sa main gauche. La chose n'avait pas été complexe : le coup, vertical et descendant, était effroyablement prévisible. Mais le pire fut ce qui suivi : ainsi positionné, le gars avant son bras parfaitement droit, juste au-dessus de l'ancien gouvernemental qui, de sa main droite, vint frapper violemment le coude, produisant un craquement sonore en retournant littéralement l'avant-bras d'un ennemi qui poussa un hurlement aussi effrayé que surpris. S'en suivit alors une déculottée dans les règles de l'art : le blondinet attrapa les cheveux de l'homme, amena son visage dans sa direction pour lui briser le nez d'un coup de boule avant d'enchaîner avec une droite en plein estomac. Alors que le type tombait à genoux en retenant difficilement ses pleurs et en saignait abondamment du nez, le Fenice se recula de quelques pas et se tourna à nouveau dans sa direction, se fléchissant sur ses appuis. Il se mit alors soudainement à courir et, une fois arrivée à bonne distance, serra les dents en retenant un cri de rage. Il bondit alors et donna un coup de pied des plus mémorables dans la joue du pauvre homme qui, en plus de perdre quelques dents et de se faire littéralement éclater la pommette gauche, prit son envol et ne termina le vol-plané qu'un peu plus loin, en s'encastrant dans un mur en bois. Le musicien, à peine retombé sur le sol, se tourna alors en direction de son collègue avec un regard glacé :

-A ton tour, gros pleutre.





OMG, j'ai fait 1600 mots é_è
Je m'arrête là, sinon je suis encore parti pour une demie-heure xDDD
Revenir en haut Aller en bas
Etowaru Ryori

Etowaru Ryori
Messages : 331
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue31/75[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (31/75)
Expériences:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue155/220[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (155/220)
Berrys: 840.000 B

[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty
MessageSujet: Re: [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )   [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Icon_minitimeMar 15 Juil - 2:04


Des esclaves ?




Sans rien dire, je regardais le jeune blond qui ne regardait pas où il allait. Comme moi quoi. Alors que je m'attendais à des excuses ou autre, ce blondinet ne faisait rien de cela. Il se contentait de me remercier. Hm ? Que disait-il ? Avait-il quelque chose à cacher ? Ne comprenant pas la chose, je me retournais pour le regarder agir. Il a attiré ma curiosité tant il semble bizarre. Intrigué, je le suis du regard et observe la suite. Oh ? Il va voir ces esclaves ? Lui qui semble être une personne lambda. Qui pourrait se douter en le regardant qu'il sera un futur shichibukai ? Qui pouvait imaginer son pouvoir ? Personne. Comme quoi, l'habit ne fait pas le moine. Me posant énormément de questions quant à ses agissements, j'observais avec attention ce qu'il faisait. Il partait au secours de la demoiselle qui implorait les passants. Battue, maltraitée, cela me rappelais quelques moments dans ma vie. Je me revois dans cette étendue blanche. Les villageois complétement enragés. Ils entrent dans cette petite bâtisse au milieu de nul part. Ils en ressortent par la suite et quand je suis aller voir ce qu'il y avait dedans, j'ai retrouvé une innocente à mes yeux, complétement tabassée. Durant un moment, j'imaginais Madoka à la place de cette femme. Aurais-je mal agis en ne faisant rien ? Et si ce jour-là je n'avais pas aidé la miss ? Serait-elle morte ? Ces questions me font ... culpabiliser ? Moi ? Waow, voilà quelque chose d'innatendue.

Dans la vie, chacun de nos actes a une conséquence. Et là, je commençais à mettre en doute chacun d'eux. Et si j'étais resté avec Madoka au lieu de me séparer d'elle ? Et si je n'avais pas mangé ce morceau de fruit du démon ? Et si ma mère n'était pas morte ce jour-là ? Mon cerveau retourné, je me sentais tout étrange, mais je revins à moi quand un bruit de craquement d'os se faisait entendre. Hm ? Qui a fait quoi ? Ouvrant grand les yeux, j'admirais le combat du blondin. Il semblait maîtriser la situation au point de mettre une véritable branlée à son opposant. Il ne faisait pas le poid, c'est certain. Ainsi donc, ce qui devait arriver arriva. Le blond donnait des coups qui dévastaient la tête de l'autre. Après un bel échec pour l'un des gardes de cette troupe, le jeune homme semblait vouloir s'en prendre au second. Avoir vu ce combat m'a donné envie de recommencer. Je me souviens de ces nuits. Ces combats. Ces face à face. Les combats de rue... Je me lève doucement les lèvres, puis un simple murmure m'échappe.

" J'ai... envie..."


Un pas, un second et enfin un troisième. Passant à côté du blond comme si de rien était, je vins délicatement me placer devant l'homme qui semblait tendu. Aussi con cela soit-il, je vins délicatement pointer du doigt la demoiselle.

" Pouvez-vous lui retirer ces chaînes ? "


L'homme abasourdi ne fit pas quarante tours sur lui-même. Il armait son poing et le fit partir d'un coup sec. Comparé à mon camarade, je ne parais pas ce coup en attrapant le poignet. Je me contentais de me décaler légèrement et saisir doucement son poignet par la suite. Le retenant, je vins doucement appuyer un de mes pieds sur le sien, puis je posais mon autre main dessous son bras. Préparant la prise, j'usais de mon poids comme un levier, puis je faisais basculer l'homme comme si de rien était. Malheureusement, même si le mouvement pouvait sembler spectaculaire, au final, l'impact n'avait pas été si grandiose. Pour preuve, il se mis à grogner comme un vulgaire animal et se redresser. Prenant en main son arme qui n'est autre qu'une belle épée, il s'apprête à donner un coup vertical. Trop prévisible. Levant une main, son coup à lui part, mais... Sa lame semble ne plus vouloir descendre. Attrapant le fil de la lame entre mon pouce et mon index, je fait un signe de " non " avec l'indec de mon autre doigt.

" Non non... On libère les gens avec une clé..."


Lui mettant une pichenette sur le nez, l'homme perd le contrôle de son sang froid et sans attendre, il lâche son épée pour me donner un violent coup qui me surprend. Partant vers un mur avec son épée, je me prend ce mur de plein fouet. Oups... J'avais pas prévu cela. L'impact là était puissant. Suffisamment pour me faire avoir quelques étoiles dans les yeux. Secouant la tête pour reprendre mes esprits, je m'exclamais tant bien que mal avec étourderie.

" Quel coup... Je vais devoir faire attention n'est-ce pas ? "


Se transformant en taureau ( façon de parler, il ne possède pas de zoan ), l'homme charge comme la bête cité plus tôt. Tête la première ? Le réveil va être dur pour ce bœuf. Me retirant du mur, je prend la lame dans mes mains, la met à plat en face de moi, au niveau des yeux, puis alors que l'homme approche, je saute pour atterrir sur la lame qui flotte dans les airs. Me rattrapant sur un pied, j'admire l'homme enragé qui s'écrase contre le mur. Tendant les bras comme un véritable acrobate, je descend de ma lame servant presque de surf. Attrapant la lame, je me penche comme pour saluer un publique imaginaire. Mais même un mur n'a pas calmé l'autre cinglé. Soupirant, je me décale et le voilà qui part en direction du blond.
Il n'a plus de cible précise, il se contente d'attaquer tout ce qui bouge. Pitoyable. Je regarde la scène, me demandant bien ce qui va se passer. Mais avant qu'il atteigne le blondinet qui est le véritable héros de l'histoire, je lance l'épée vers les chaînes. Mince... La lame se brise, mais pas les chaînes. Il va falloir les clefs me disais-je. Soupirant, je regarde donc devant moi, pour admirer le futur K.O plus que certain.





Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15027
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue52/75[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue879/1000[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty
MessageSujet: Re: [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )   [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Icon_minitimeMer 16 Juil - 14:46


[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) T-k-an10
Monster (Album Version) by Skillet on Grooveshark

« Mort à l'esclavage ! »
PV Ayato

Alors que le jeune pirate venait tout juste de s'occuper de façon tout de même plutôt musclée de son premier opposant, il s'apprêtait à combattre le second avec autant de ferveur et de détermination. Ces deux types étaient d'abjects immondices, qui méritaient bien un tel excès de violence, après tout... Toutefois, ce n'était manifestement plus à lui de s'en charger : l'un des types de l'assemblée, resté jusque là muet, se détacha du groupe de spectateurs pour passer à côté de Nakata, manifestement tout aussi déterminé. C'est à cet instant que le blondinet le reconnut : c'était le type qui l'avait percuté un peu plus tôt, quand il avait failli céder à une bien malheureuse transe de brutalité... Un peu perplexe malgré tout, l'ancien gouvernemental se redressa, fixant ce jeune inconnu et se demandant ce dont il était capable. Pour avoir autant d'assurance, il devait avoir un avantage, ne serait-ce qu'un minime... Et l'épéiste eut bien rapidement sa réponse : après avoir tout simplement demandé au rescapé de délivrer l'esclave, et après avoir naturellement essuyé un refus des plus catégoriques, le gars aux allures de prestidigitateur parvint, par un coup du sort, à bloquer l'épée de son adversaire, comme par... Magie. Un véritable magicien ? Vraiment ? Surpris, l'artiste s'avança d'un ou de deux pas, voulant contempler la suite de l'affrontement de plus près, en proie à une certaine curiosité. Malheureusement, ledit magicien semblait un peu trop confiant : il se permit de provoquer son adversaire et fut de ce fait projeter d'un coup de poing virulent en direction d'un mur qu'il heurta mollement. Alors que le forban s'apprêtait à lui prêter main forte pour le sortir de cette mauvaise passe, il se rendit compte que son collègue du jour avait gardé l'épée de l'immondice pendant la projection inopinée. Et l'esquive que parvint à faire le prestidigitateur à la charge de son ennemi renseigna directement le Phoenix : un fruit du démon devait se trouver derrière un tel pouvoir... En effet, il avait réussi à faire voler une épée, suffisamment longtemps pour prendre appui sur cette dernière et se placer hors de danger ! Un tel talent ne pouvait pas être naturel... Ce qu'aurait volontiers avoué le Fenice à cet instant précis, ceci étant, c'était que cet inconnu maîtrisait les bases du spectacle, puisque même lui, aventurier et combattant habitué à Grand Line, n'avait pas de réponse immédiate à ce qu'il venait de voir. Malheureusement, réponse ou pas, il fallait qu'il passe à autre chose : en effet, le type à moitié assommé n'en avait pas pour autant perdu son envie de se battre, vraisemblablement...

De fait, lorsqu'il remarqua que ce fumier tentait à présent de le mettre à terre, lui, le maudit du zoan mythique poussa un léger soupir et tira son katana de sa ceinture, prenant garde à conserver le fourreau sur la lame. Il ne souhaitait pas scalper ce type, après tout, ses pensées n'avaient pas été modifié en cours de route : il fallait leur faire payer leur idiotie, leur égocentrisme, leur brutalité, mais pas les tuer. C'eut été leur rendre service que de s'abaisser à une telle extrémité, après tout... Mais en le voyant courir ainsi, Nakata ne pouvait néanmoins par s'empêcher de jubiler : ce type allait sacrément douiller, cette fois-ci... Le regard du blondinet se mua peu à peu, passant de celui de l'adorable jeune homme qu'il était naturellement à celui d'un bête sauvage et incontrôlable, d'un tigre sanguinaire et violent prêt à tout pour la victoire. Il se fléchit à nouveau légèrement sur ses appuis, laissant l'ennemi se rapprocher de lui à toute allure jusqu'à être à trois ou quatre mètres. Et c'est à cet instant précis, avec une fluidité et une certaine grâce dans ses mouvements, comme s'il donnait la pure illusion de glisser sur la neige, que le forban s'élança, passant aux côtés de son ennemi en fauchant ses jambes d'un coup de fourreau, avec une violence inouïe. L'offensive fut tellement efficace que l'homme ne se vautra pas bêtement en avant : il réalisa un genre de saut périlleux et retomba durement sur le dos, dans le mélange de boue et de neige qui recouvrait le sol de Micqueot. Sans s'arrêter pour autant, le Phoenix se tourna subitement et donna un violent coup d'estoc vertical en plein abdomen de l'ennemi, toujours avec le fourreau. Ce dernier cracha une gerbe de sang et de salive avant de se mettre à toussoter rageusement tandis que le hors-la-loi lui tournait autour avec la férocité d'un lion. Le Fenice attendit un instant en continuant de lui tourner autour, le temps que l'homme ne reprenne plus ou moins son souffle, avant de lui poser une question d'une voix qui ne souffrait d'aucune hésitation et d'aucun scrupule, mais au contraire d'un sang froid digne des plus grands guerriers :

-Donne moi la clé.

Un ordre, simple, froid, tranchant comme la lame qu'il tenait dans sa main droite. Un ordre qui fit vraisemblablement ricaner son homologue, peut-être plus par démence que par intelligence. Sur le coup, le Phoenix ne dit rien, se contentant d'écouter la réponse de l'homme :

-T'as qu'à venir la chercher, gamin.

Ce furent en réalité les derniers mots qu'il eut l'audace de prononcer en compagnie de ses deux prémolaires gauche : le pied de l'épéiste le percuta violemment, l'envoyant une nouvelle fois au tapis pour cracher un peu de sang et les dents en question. A nouveau de son pied droit, le blondinet le colla au sol sur le dos. Il vint par la suite apposer le bout de son fourreau en plein milieu de son front et appuya ensuite dessus, avec fermeté, ne s'arrêtant pas même lorsque l'homme se mit à hurler de douleur. Avec la force de Nakata, son front allait probablement se fissurer petit-à-petit, jusqu'à causer un traumatisme crânien des plus dérangeants... C'est dans cette situation de pure domination que le jeune homme reprit la parole, toujours avec un soupçon de haine dans sa voix pourtant d'habitude si joviale et courtoise :

-Donne-moi la clé !

Il arrêta soudainement sa pression, l'inconnu levant instinctivement une main jusqu'à son front en se mettant à se lamenter. Il enfonça aussitôt sa main libre dans une des poches de sa veste et jeta mollement une petite clé au Phoenix qui la rattrapa en plein vol, sans prendre la peine de le remercier autrement que par un nouveau coup de pied en plein visage, lui brisant le nez à son tour. Il aurait bien pris la liberté de continuer cette petite séance de cruauté gratuite, songeant que ces deux gars l'avaient amplement mérité, mais le Fenice n'oubliait pas que son objectif d'origine était tout simplement celui de libérer la demoiselle un peu plus loin. C'est dans cet optique qu'il se mit à courir dans sa direction et se jeta à genoux près d'elle, lâchant son katana sans plus se préoccuper de ce dernier. Il enfonça aussitôt la clé dans la serrure des menottes et la délivra donc rapidement, après un léger cliquetis :

-Vous êtes libre...

Pour le coup, le musicien était plutôt hébété et ne savait que dire : c'était la première fois qu'il en venait à libérer un esclave, et il ne savait pas quoi faire pour les réconforter après les trop dures épreuves qu'ils avaient pu traverser. Préférant même ne pas faire de contact physique prolongé, ne sachant pas comment réagirait la jeune femme, il se contenta de retirer sa veste légère pour la lui tendre afin qu'elle puisse se munir d'un vêtement plus chaud et sec que ce qu'elle portait alors. Nakata resta ainsi, au T-shirt, sans même grelotter, l'esprit occupé par des choses autrement plus importantes que par sa propre santé.




Du coup, je te laisse jouer la PNJ, vu que je la connais pas trop niveau caractère t'es mieux placé que moi pour poursuivre dans cette situation Wink
Revenir en haut Aller en bas
Etowaru Ryori

Etowaru Ryori
Messages : 331
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue31/75[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (31/75)
Expériences:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue155/220[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (155/220)
Berrys: 840.000 B

[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty
MessageSujet: Re: [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )   [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Icon_minitimeMer 16 Juil - 23:39


Des esclaves ?




L'esclavagisme. L'art de faire un business sur des hommes et des femmes. Moi qui pensais que cette pratique avait été oubliée depuis un certain temps. Visiblement, on n'a plus besoin d'être rare pour être la victime de cette coutume barbare. Autrefois, les esclaves étaient des gens avec une certaine valeur comme des gens de la tribu des long-bas, ou des longue-jambes. Mais là, la plupart des gens ici étaient des êtres normaux. Je ne comprenais pas pourquoi et à dire vrai, je ne voulais pas comprendre. La seule chose à faire était de briser leurs chaînes et faire un acte qualifiable d'héroïque. Ni plus, ni moins. C'est pour cela qu'au final, après avoir vu ce blondinet se lancer dans le feu de l'action, j'ai eu l'envie de faire de même. Comme quoi, il suffit d'une allumette pour mettre le feu aux poudres. Et ce mec avait été mon allumette. Jouant partiellement avec mon adversaire, au final, celui-ci changeait de cible. Mon compagnon indirect allait pouvoir arrêter de se tourner les pouces en admirant mon jeu de jambe.

Tournant mon regard vers l'autre, c'est là que je me taisais. Il dégageait quelque chose d'hypnotisant. Une aura, quelque chose qu'on peut pas expliquer mais remarquer. Il a ce petit truc dans son regard. En le regardant, je ne voyais plus un gamin ou homme normal. Non, il avait des yeux similaires à ceux d'un félin. Un tigre ? Non, à mes yeux, selon moi, il était un véritable roi des animaux. Un lion prêt à rugir et déchaîner sa suprématie. Et en effet, il laissait exploser sa rage naturelle. Dans un geste fluide et surtout très puissant, il fauchait l'homme qui se la jouait taureau face à un drapeau rouge. Le combat qui suivait était d'une certaine intensité. Même si au final, il n'y avait qu'une personne de blessée, ce bout de face à face était nettement plus intéressant que l'autre où l'ennemi avait mangé la poussière en un rien de temps.

Fasciné, je me demandais bien qui était ce jeune homme. Un pirate ? Un simple héros du jour ? Ou les deux peut-être ? Un révolutionnaire ? Toutes les factions étaient possible. Haussant les épaules en guise d'abandon, je m'approchais des deux copains comme cochons. Blague à part, le blondinet avait arraché une victoire à son adversaire une fois de plus. La violence, l'art et la classe avait été au rendez-vous au point de me voler la vedette sur le coup. C'est que j'en serais jaloux moi... Le fixant, il se mis à libérer les esclaves qui sur le coup restaient sans voix. Que dire de plus outre merci dans ce genre de moment ?
Le bondlin allait même jusqu'à donner sa veste. Mais c'est un gentleman en plus ? Amusé, je m'avance à mon tour pour demander si tout va bien. Une des esclaves regarde alors le phénix pour lui dire d'une voix plaintive.

" S...S'il vous plait... Il y en a d'autre... E.. Elles vont être emmenés loin d'ici et être vendues à des hommes sans foi ni loi. A...Aidez les s'il vous plait.."

Haussant un sourcil, même si faire connaissance n'était pas la priorité, je m'exclamais doucement.

" Quel est votre nom ?"
" ... Hélésya... Hélésya Yataru."

La demoiselle avait des yeux d'or. Une chevelure verte comme l'herbe sur certains paturages. Intrigué par la couleur, je vins à sourire et me redresser doucement.

" ... Soit. Emmenez nous à l'endroit et je pense... Qu'ON se chargera du soucis. N'est-ce pas ? Mister hm... Mister comment d'ailleurs ? "


Un sourire narquois, je lançais un regard interrogateur à mon collègue. Un nom était tout ce dont j'avais besoin. Attendant une réponse, je faisais signe à la demoiselle répondant au prénom d'Hélésya de commencer la marche. Les autres femmes libres s'en allaient. Elles l'avaient bien méritées n'est-ce pas ? En chemin donc, je me sentais d'humeur sociable. C'est donc avec un côté plus que naturel que je parlais avec notre guide du jour.

" Et donc... Vous avez de la famille ? Cela fait longtemps que vous êtes esclave ?"
" ... J... J'ai une soeur jumelle... M... Mais cela fait je ne sais combien de temps qu'on a été séparés... M...Mina Yataru... V...Voilà son nom. "
" Oh je vois..."

Me grattant le menton, je me demandais vers où nous allions, mais c'est sans surprise que nous nous dirigions vers un lieu normal d'apparence et peu peuplée que nous arrivions. Un entrepôt où les bateaux de pêches ou marchands déposent leurs marchandises proche du port. Là ? ... Haussant un sourcil, je me retournais doucement.

" C'est là ?"

" O... Oui."




Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15027
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue52/75[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue879/1000[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty
MessageSujet: Re: [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )   [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Icon_minitimeJeu 17 Juil - 22:34


[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) T-k-an10
Monster (Album Version) by Skillet on Grooveshark

« Mort à l'esclavage ! »
PV Ayato

La demoiselle prit la parole, après un instant de silence aux côtés des autres esclaves, vraisemblablement aussi surprise que soulagée de l'intervention des deux jeunes hommes ce jour-ci. Il fallait dire qu'elle avait eu un sacré coup de bol, pour le coup : il était rare que des passants ne se mêlent de ce genre d'affaires bien souvent trop épineuses, et Nakata n'était d'ailleurs même pas certain que son collègue du jour aurait agi si lui-même n'avait pas commencé à tabasser allègrement le premier des deux individus ni recommandables ni scrupuleux. Néanmoins, le blondinet était bien évidemment heureux d'avoir réagi de cette manière, ou tout du moins satisfait : il ne pouvait pas éprouver de véritable joie après un tel spectacle, c'était impossible... C'est dans ce genre de moment qu'il était d'ailleurs fier de porter ses convictions en tant que forban : s'il avait encore été de la marine, il n'aurait aucunement pu leur être utile. Le Gouvernement Mondial n'était rien d'autre qu'un illustre ramassis de criminels, jugés au premier abord en tant que justiciers de ce Monde pourri. Chassant ces pensées noires mais véritables de son esprit pour se concentrer sur la demoiselle qui avait été traîné dans la boue, l'épéiste apprit alors de sa bouche qu'il y avait d'autres esclaves qui risquaient d'être emmenées tôt ou tard. Retenant un frisson à cause du froid qu'il n'avait pas prévu aussi intense, laissant sa veste sur les épaules de la demoiselle, le Phoenix se redressa en écoutant les paroles de son collègue qui, pour l'occasion, s'était rapproché afin de demander le prénom de cette jeune étrangère. Hélésya Yataru. Et bien, pour cette fois, le Fenice n'aurait eu qu'une seule chose à lui dire : qu'elle avait eu bien de la chance. Il se retint toutefois, songeant que cela aurait cruellement manqué de tact, et hocha lentement la tête avec un air plus sérieux que jamais lorsque l'autre homme lui proposa indirectement de s'occuper de cela. Quand ce dernier lui demanda d'ailleurs son nom, l'ancien révolutionnaire prit la parole rapidement :

-Nakata. Nakata Fenice. Et toi ?

Plus par curiosité que par politesse, le combattant renvoya la question à l'autre homme. Celui-là l'avait aidé, après tout, il n'était probablement pas quelqu'un de méchant dans le fond... Peut-être que le fait que personne n'ait essayé de se dresser contre ces esclavagistes ne lui avait pas forcément donné envie de le faire de son côté. C'était compréhensible, a fortiori s'il s'agissait d'un magicien sans histoire... Ce qu'ils venaient de faire tous les deux risquait clairement de les authentifier en tant que hors-la-loi, après tout. Revenant à l'instant présent, Nakata suivit la demoiselle calmement, prêt à dégainer son katana au moindre signe suspect. Néanmoins, et par chance, le trajet fut relativement calme, mis-à-part une question qui semblait clairement manquer de tact adressé à l'esclave affranchie par la force. Quand ils furent devant la porte d'un hangar, du côté du port, probablement pour stocker toutes sortes de marchandises, Ayato s'assura du fait que l'endroit était bien celui dans lequel ils trouveraient toutes les esclaves. Quand Hélésya acquiesça, le musicien ne put s'empêcher de rire légèrement, d'un éclat jaune et dépité. Ces types n'avaient donc aucune morale, pour entasser des êtres humains dans ce genre d'endroits, comme de vulgaires caisses de fruits et légumes. Poussant un léger soupir en reprenant son calme, le garçon s'avança de deux pas afin de se mettre devant l'inconnue, qu'il regarda avec sérieux. Le Fenice lui parla alors d'une voix calme et rassurante, aussi sincère qu'un homme dénué de péchés n'était capable de le faire :

-Nous allons les sauver. Mettez-vous à l'abri, cachez-vous le temps que nous terminions cela. Nous serons bientôt de retour, ne vous en faites pas.

Il lui adressa un léger sourire, toujours pour la rassurer, avant de se tourner vers son collègue à qui il décerna un léger signe de tête sérieux, comme pour lui dire qu'à partir de là, il fallait être prêt à tout. De part son fruit du démon, le blondinet ne craignait plus la mort depuis belle lurette, mais pour son coéquipier, la chose ne serait peut-être pas aussi simple. Même s'il avait démontré des genres de super pouvoirs en faisant léviter une épée avant de prendre appui dessus, Nakata n'était pas certain que l'étendue des capacités de ce magicien ne lui permette de revivre si une belle percutait son artère fémorale, par exemple... Décidant par conséquent de passer en premier, le zoan mythique posa une main sur le fourreau de son katana et s'avança jusqu'à la porte. Devant celle-ci, il ferma les yeux lentement, semblant inspirer aussi profondément que possible. Tentative de garder son calme et son sang-froid. Probablement. Mais surtout merveilleuse astuce pour pouvoir hurler aussi puissamment que jamais. Soudainement, l'épéiste vint frapper la porte d'un coup de pied, l'ouvrant plus sèchement que jamais. Il s'avança de deux pas dans le bâtiment se pencha lentement en avant en inspirant encore plus, et hurla soudainement en redressant la tête et en exposant ses cordes vocales à tous les fumiers qui pouvaient bien se trouver devant lui :

-RAMENEZ-VOUS, BANDE D'ORDURES !

La délicatesse, la finesse, la subtilité, toutes ces qualités, le blondinet venait tout simplement de les fouler du pied et de cracher dessus un bon litre de salive. Les types, assis sur des caisses et occupés à jouer aux cartes ou bien adossés à des murs et des cages pour bavarder tranquillement, sursautèrent et se tournèrent vers la porte comme un seul homme, détaillant alors un Fenice en furie. Effectivement, une bonne quinzaine de demoiselles étaient enfermées dans les cages d'acier froid, parfois en état physique lamentable. L'une d'entre elle, probablement trop battue, avant un bras entouré dans un grossier morceau de chiffon, comme pour vainement essayer d'arrêter les saignements. Ce qui est certain, c'est que la lueur d'espoir qui brillait au fond de ce morne et désolant spectacle suffit soudainement à donner une folle envie au pirate de se donner à fond. Et c'est dans cette optique qu'il se mit en garde... Sans même prendre la peine de dégainer son arme.
Ces types allaient déguster.

Il devait y avoir, en tout et pour tout, une trentaine d'individus. D'âges et de constitutions différents, ce qui effrayait le plus dans le lot était le fait qu'ils possédaient une diversité d'armes assez conséquentes. Des fusils, des pistolets évidemment, mais aussi des sabres et des haches, des lances et des filets. Pour le coup, Nakata se serait volontiers cru au milieu d'une arène de gladiateur : et l'impression galvanisante d'adrénaline qu'il eut en se précipitant dans leur direction le confortait dans cette idée. Le premier n'eut pas le temps de bouger que le poing du Phoenix frappa d'un coup rageur sa pommette droite, l'envoyant au tapis d'un seul coup. Le second, en revanche, parvint à attraper un sabre pour essayer de le décapiter. Piètre tentative : l'ancien gouvernemental, fort de longues années d'entraînement et de combats, se doutait d'un tel mouvement. Ainsi, il se baissa d'un coup sec, laissant l'arme frôler son crâne avant de se relever pour donner un violent coup de genou dans l'abdomen du gars qui recula en suffoquant et en lâchant son arme. Ni lui, ni le type précédemment envoyé au sol ne serait mis hors-service aussi aisément : ce qui était sûr, c'est que les coups qu'ils recevaient là n'étaient que les premiers d'une longue, très longue série. Lorsqu'une lance tenta de le transpercer au niveau de l'épaule gauche, le forban se contenta de se plier en arrière pour poser une main sur le sol. En se penchant, il remarqua un autre type, derrière lui, qui levait d'ores et déjà sa hache. L'occasion était parfaite : le maudit prit appui sur sa main d'un coup sec et l'utilisa pour continuer son mouvement, bondissant en arrière en réalisant un saut périlleux. Les deux pieds joints du Fenice frappèrent le visage du type qui s'effondra en arrière, un blondinet tranquillement debout sur son crâne, en équilibre. Ce dernier se permit même un sourire arrogant et prit la parole d'un air doucereux et provocateur :

-Allons bon, c'est tout ce que savent faire de si illustres fumiers ?

Descendant de son piédestal, le jeune homme se remit en garde lorsqu'il remarqua que trois fusiliers le tenaient en joue, non loin de là. Il s'apprêta à esquiver, d'un coup sec, lorsque derrière lui retentir des cris affolés : les esclaves. En se mouvant ainsi, le pirate s'était mis devant elle, et les balles qu'il s'apprêtait à esquiver risquait de les toucher de plein fouet... Serrant les dents et fermant les paupières, le jeune homme stoppa son mouvement et écarta grand les bras, s'apprêtant à recevoir la décharge de plomb en plein corps. Son fruit du démon serait une aide nécessaire, cette fois-ci... Non ?


Revenir en haut Aller en bas
Etowaru Ryori

Etowaru Ryori
Messages : 331
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue31/75[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (31/75)
Expériences:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue155/220[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (155/220)
Berrys: 840.000 B

[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty
MessageSujet: Re: [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )   [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Icon_minitimeVen 18 Juil - 1:57


Des esclaves ?




Fénice Nakata ? Jamais entendu parler. Pourtant, sa tête me disait quelque chose. Sans doute que sa tête était affichée quelque part. Pourtant, il n'a pas la tête d'un écumeur des mers ou un vilain bougre. Sûrement que je me trompe. Bref, là n'est pas la question. Primé ou non. Connu ou non, cela ne changera rien à la situation actuelle. Des innocents et innocentes sont prises comme des objets et il ne tient qu'à nous d'agir en conséquence. Au mieux, toutes les sauver. Au pire, en sauver quelques unes en tentant de sauver la plupart des personnes prisonnières. Silencieux par la suite donc, Hélésya nous montrait le chemin. Une fois arrivé proche de ce qui semble être un entrepôt, voilà que le phénix sans savoir qu'il en est vraiment un, se met à rire. Un rire nerveux sans doute. Le laissant faire, je l'écoute parler et je suis d'accord avec lui. Nous allons les sortir de là et basta. Nous pourrons reprendre le cours de la journée comme si rien ne s'était passé. Du moins, j'espérais cela. Pas par ennui, mais simplement comme ça. Simple idée dans ma tête.

Prêt, nous avancions vers l'entrepôt. Le héros du jour se mis en première position. Sûrement avait-il confiance en lui. Le suivant de près sans trop me coller à lui, je me demandais bien quel allait être son plan d'attaque. Finalement, ma réponse arrivait assez vite. Rentrer dans le tas. Il ne se faisait pas discret, pas subtile. Il rentrait dans le lard pour mieux en faire baver à nos adversaires. J'aime ce genre de comportement. Sourire aux lèvres, je me fait - à différence de lui - tout petit pour mieux surprendre et prendre le merveilleux rôle une fois le moment venu.
Le blondinet se faisait un plaisir d'entrer en scène. Ne prenant pas le temps d'analyser la situation, outre observer les lieux et remarquer l'ambiance qui y régnait , il se lançait dans l'action et bottait complétement le cul de ces malfrats. Malheureusement, alors que tout semblait sous contrôle, voilà que les choses se corsent. En effet, après une partie semblant trop facile, voilà que les brigands se ramènent avec des armes à feu.

Il n'esquivait pas ? Après un instant, il se met entre des esclaves et ces tireurs. Hm ? Oh je vois... Il pouvait esquiver, mais à défaut d'esquiver, ce serait les esclaves qui prendraient... Quel bon coeur qu'il a. Admiratif de son geste, les brigands quant à eux n'avaient aucune pitié. Con comme des manches à balais, ils ricanaient et lançaient des phrases pour tenter d'humilier le blond. En gros, ce qui ressortait du discours, s'était qu'il était inconscient de venir seul jouer le héros. Que même s'il avait été le plus fort du monde, il n'aurait pas pu toutes les sauver. Bref, des paroles qu'un mec sort quand il vend la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Pathétique.
Le moment tant dramatique et héroïque arrive. Ils ouvrent le feu et les balles fusent. Mais... Surprise. Alors que le blond avait peut-être fermé les yeux en priant - ou pas -, rien ne se passait. Seul un léger rire enfantin et moqueur se faisait entendre. Le mien...

" Mais... Ne saviez vous pas qu'un héros a toujours un apprentis dans la poche qui est là pour lui sauver la peau ? ... Sérieusement, messieurs... Tenez cadeau... "


Je renvoie donc les balles en métal classique. Mais ces mecs ont eu le temps d'esquiver ou se cacher. Tch... Visiblement, ils vont nous donner du mal. Tenant en otage indirectement ces femmes, je me dois d'être attentif pour viter les soucis récurant. Ainsi, je me retourne légèrement vers mon collègue.

" Va les libérer... Je m'occupe de les retenir. "


J'espère que mon ordre ne le fera pas rebrousser chemin. Même s'il semble pas être du genre totalement blond. Je me retourne vers la position des tireurs et je tend mes bras, commençant à ne pas bouger. Le métal en face de moi commence à se plier comme s'il subissait une énorme pression. Pliant l'abri qui les cachent, je tire vers moi quelque chose d'invisible et la passerelle sur laquelle ils sont s'effondre. La surprise doit être de taille pour eux. Malheureusement, le temps que j'arrive à contrôler un objet susceptible de les assomer, sur trois, deux s'enfuient et se cache de plus belle. Tch... Un d'eux est tomber K.O et tant mieux. J'insiste quant à mon envie de servir de bouclier, vu que mon pouvoir est utile. Mais je suis loin de douter que l'un des mecs possède des balles en granit marin.
Ainsi, voilà qu'ils tirent et sans le remarquer, une balle passe proche de moi sans que je l'ai arrêtée. Lles tirs pleuvent de plus en plus et je ne remarque toujours pas ces balles qui se perdent dans la masse. Une d'ailleurs se dirige vers le blondinet sans qu'elle le touche vu sa trajectoire complétement fausse. Aveuglé par mon show, je tente de mettre hors service ces personnes qui nous canardent tout en appelant des renforts.

Comment tout ceci va-t-il finir ?




Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15027
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue52/75[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue879/1000[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty
MessageSujet: Re: [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )   [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Icon_minitimeSam 19 Juil - 0:21


[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) T-k-an10
Monster (Album Version) by Skillet on Grooveshark

« Mort à l'esclavage ! »
PV Ayato

Le blondinet serra les dents tandis que les mecs face à lui, sûrs d'eux et armés de fusils plus menaçants que jamais, profitait de la situation visiblement désespérée pour se moquer de lui et lui envoyer quelques piques en bonne et due forme. Pour le coup, il ne pouvait pas vraiment leur en vouloir : il s'était tout simplement montré imprudent, et avait pris le risque de mettre les esclaves en danger quitte à rentrer dans le tas pour faire un maximum de dégâts... Nakata pensait, dans tous les cas, pouvoir en réchapper avec son fruit du démon. Ce qui était sûr et certain, en tout cas, c'était que dans le cas présent, ces types auraient du mal à le rater : une forêt de fusils, aussi mauvais soient-ils, touchent toujours leur cible. De ce fait, le combattant ferma les paupières et serra les dents, dans un pur réflexe pour essayer de ne pas appréhender la douleur lorsque ces hommes appuieraient sur la gâchette. Réflexe bien candide, me direz-vous, puisque de toute manière, le bruit des tirs suffirait amplement à lui faire comprendre que ces types ne rigolaient pas. Malheureusement, l'action du forban était bien plus intelligente qu'elle n'y paraissait : à cette distance, l'acier serait déjà dans son corps qu'il entendrait à peine les coups de feu, après tout... Néanmoins, ses yeux, entraînés par des années d'expérience, ne se gêneraient pas pour lui faire comprendre que la si redoutée offensive approchait s'il se contentait de les garder ouvert. Malgré tout, dans le lot, le maudit du zoan semblait avoir oublier une chose, un facteur plus important qu'il n'y paraissait : c'est de cette manière que, lorsque les bruits de feu se firent entendre, il resta là, immobile, craignant le pire pendant quelques secondes sans comprendre pourquoi la douleur n'apparaissait pas. Lorsqu'il ouvrit les yeux, ce qui lui apparut le fascina : les projectiles se trouvaient là, devant lui, stoppés net par ce qui semblait être un pouvoir hors du commun. Et quand le type, qui avait déjà fait léviter une épée, se montra pour prendre la parole, le Fenice en conclut que lui aussi avait été maudit par un fruit du démon. Il lui restait à définir de quel fruit du démon il s'agissait, mais pour lui, aucune capacité banale ne permettait d'obtenir d'aussi vastes pouvoirs. En tout cas, cela lui aurait paru plutôt surprenant. Le garçon baissa à nouveau les bras, tout de même soulagé de ne pas avoir à jouer le bouclier humain plus longtemps, et hocha la tête quand son camarade lui demanda de sauver les esclaves en premier lieu. Il n'avait pas tort : l'objectif était d'abord de sauver les hypothétiques pertes... Le reste viendrait plus tard.

Ce fut donc avec la ferme intention de jouer le libérateur que le blondinet se mit à balayer l'endroit du regard. Il remarqua bien rapidement, outre les tireurs qui tentaient de vaincre Ayato et les quelques débris que générait un tel affrontement, le reste des hommes qui, quant à eux, profitaient de l'occasion pour porter diverses armes, telles des épées. Ce genre d'objets ne gêneraient clairement pas Nakata, qui pouvait se battre sans avoir à songer à qui que ce soit : la portée d'armes blanches ne suffisaient pas à mettre immédiatement en danger les demoiselles en cage, un peu plus loin. Et puis, de toute manière, il n'avait pas le choix : pour les libérer, il lui fallait les clés. Pour obtenir les clés, il n'avait qu'à fracasser du crâne jusqu'à les obtenir. Logique claire, concise et imparable. Celui qui déclarera que la violence ne résout jamais rien n'aura tout simplement pas tapé assez fort. De ce fait, la lutte à venir serait ainsi constituée de deux étapes bien distinctes : la première, l'éradication de la plupart des types qui lui faisait face, et la seconde, la quête de renseignements. Faisant craquer la jointure de ses doigts, l'ancien gouvernemental se remit en garde, ses adversaires semblant soudainement bien moins sûrs d'eux que lorsque les tireurs le tenaient en otage... Tant pis pour eux, ils allaient récolter pour les autres. Alors qu'une balle passa à quelques centimètres de lui sans le toucher, semblant démontrer une possible manque de concentration de la part de son collègue, le forban lui se contenta de foncer droit vers les autres gardiens, voulant une fois de plus montrer que la puissance brute peut parfois faire des miracles. Un bretteur se mit à courir dans sa direction et profita d'ailleurs de la situation pour tenter de le décapiter d'un geste horizontal : il se heurta à un échec cuisant, puisque le Phoenix se jeta au sol et réalisa une habile roulade avant de se redresser pour lui asséner une violente balayette grâce à une rotation sur lui-même. Le type tombait à peine que l'un de ses collègues prenait la relève, pour tenter de transpercer le Fenice au niveau de la cuisse de sa lance : le maudit, pour réagir à un tel assaut, se contenta d'attraper son sabre et de le dégainer pour dévier la lame adverse. Et si une lance permet une certaine allonge, elle ne sauve pas forcément de tous les dangers : à titre d'exemple, une fois l'adversaire prêt, celui qui possède l'arme d'hast se retrouve bien souvent en périlleuse situation. C'est ce qu'apprit l'homme à ses dépens lorsque le front de son jeune ennemi vint percuter son nez, le fracassant sans aucune pitié. Ce jour-là, le hors-la-loi était d'ailleurs très satisfait de la puissance qu'il pouvait donner à un simple coup de boule.

Sauf que voilà : ces bestioles étaient tenaces, et l'ancien révolutionnaire le comprit lorsqu'un autre bretteur tenta de le trancher en arrivant par la droite. Manque de bol, notre protagoniste était droitier, et avait d'ores et déjà dégainé son sabre : ce fut donc avec fluidité et habileté qu'il lui envoya presque naturellement une lame d'air horizontal, le coupant au niveau du torse sans lui laisser la moindre chance d'en réchapper. La blessure, sans être mortelle, n'en était pas pour autant superficielle : par conséquent, ce type était hors-service pour ce combat-là. Et donc le piquier ne s'était toujours pas remis de son coup de boule, se contentant de jurer avec virulence en se tenant le nez, Nakata décida d'en profiter également. C'est ainsi qu'il fonça dans sa direction pour lui donner un coup de pied sauté en plein abdomen. L'offensive fut une pure réussite, et le bretteur prit le luxe de ranger sa lame en se rendant compte que la plupart de ses adversaires avaient tout simplement décidé de prendre une distance de sécurité pour éviter de s'exposer à ses attaques. Bande de lâches, tout simplement : pour surveiller quelques donzelles peu vêtues enchaînées dans des cages, ils n'avaient aucun problème, mais quand deux types solitaires s'entraidaient pour leur botter le cul, c'était panique à bord. Le zoan jeta d'ailleurs un bref regard à son allié pour s'assurer qu'il gérait la situation de l'autre côté également. Il fut plutôt soulagé quand il remarqua que c'était le cas, puisque l'un de ses trois ennemis gisait déjà au sol. Bonne nouvelle donc : il n'avait plus qu'à se concentrer sur son propre défi, et la chose n'en serait que plus brève. Malheureusement, pendant son moment d'absence, l'ancien marine n'avait pas remarqué que ses ennemis s'étaient faits des signes pour se permettre une contre-attaque plus intelligente : il fut donc le premier surpris lorsqu'un filet aux mailles d'acier retomba sur lui pour entraver ses mouvements, envoyé par deux rigolos positionnés derrière lui. Le Fenice s'apprêta à enlever la chose en poussant quelques grognements et insultes, plus destinés à son manque de sérieux plutôt à la fourberie de ses adversaires étant donné qu'il n'attendait plus rien de moral de leur part depuis son entrée dans le hangar, mais n'eut pas totalement le temps de le faire : un autre type, à l'aide d'une lance, parvint à glisser la lame de son arme à l'allonge extrême entre les mailles, pour l'enfoncer directement dans l'abdomen du maudit qui écarquilla les paupières sous le coup de la surprise. Et là, la réaction des ennemis fut unanime : tous poussèrent des acclamations tandis qu'un deuxième bretteur, sur le coup de la joie, se permit de réitérer l'exploit en transperçant l'épaule droite du maudit. Le sang commençait à peine à couler sur le corps du Phoenix qu'un des mecs, un peu plus costaud que les autres, sortit une clé de sa poche et l'agita d'un air narquois sous le regard du blondinet... Qui s'alluma tout simplement d'une étincelle d'amusement et d'intérêt :

-C'est sympa, mon gars, de me mettre ça sous le nez.

Imaginez. Mettez-vous à la place de ces types sans foi ni loi qui, non contents d'avoir bloqué temporairement un adversaire sous un filet plutôt lourd, saisissent l'occasion pour lui planter une lance dans le ventre et une épée dans l'épaule. Evidemment, la joie est directement à son comble ! Sauf que voilà. Le gars transpercé et bloqué se contentait maintenant de sourire avec démence, son corps s'allumant soudainement d'une nuée de flammes bleutés. L'humain se transforma rapidement en un phoenix manifestement intangible, puisque les deux armes blanches retombèrent mollement sur le sol, tout comme le filet d'acier. Et ce fut avec une intonation de haine et de colère que Nakata poussa un cri :

-Seigi no kuchibashi !

Il reprit sa tangibilité sous le regard ébahi des hommes de North Blue qui n'avaient probablement même pas assimilé l'idée que les fruits du démon existaient et fonça droit vers le type qui portait les clés, le transperça en plein milieu de la cage thoracique de son bec d'or. Le sang se répandit rapidement sur le sol tandis que l'homme, aussi désemparé qu'effrayait, s'écrasait en arrière en lâchant la clé pour se débattre frénétiquement, poussant une multitude de petits sanglots, affolé. Ce fut dans la foulée que le Fenice reprit forme humain avec un sourire narquois, attrapant l'objet si désiré en plein vol. Cette fois-là, il n'avait pas fait dans la demie-mesure, et ce gars qu'il venait de planter allait probablement mourir de ses blessures, mais il s'en fichait. Le combattant, a contrario, afficha un regard menaçant aux compères de ce dernier et prit la parole d'un ton glacial :

-Qu'en pensez-vous ? Vous voulez mourir ici ou être raisonnables, pour une fois ?


Revenir en haut Aller en bas
Etowaru Ryori

Etowaru Ryori
Messages : 331
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue31/75[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (31/75)
Expériences:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue155/220[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (155/220)
Berrys: 840.000 B

[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty
MessageSujet: Re: [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )   [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Icon_minitimeSam 19 Juil - 2:10


Des esclaves ?




Chacun avait un boulot. Pour ma part, je contrais les balles et de son côté, Nakata se contentait de faire le héros. Le plan semblait parfait, malheureusement, ce n'est qu'après un instant que je vis une chose m'étonner. Une des balles ne s'arrêtaient pas. Manquant de finir dans mon pied, j'étais assez étonné. Quoi donc ? Quelque chose d'autre que du métal ? Ou carrément du granit marin ? Quoi qu'il en soit, cela devenais périlleux. Il ne fallait pas se faire avoir, car une balle en moi et adieu mes pouvoirs. Me faisant plus sérieux, je tentais de mettre à jour ces vermines. Mais ils savent jouer à cache-cache. Dommage... Moi qui voulais une victoire éclaire. J'allais devoir les trouver.
Seuls leurs tirs me donnaient une indication sur la position où ils étaient. L'un se cachait derrière une sorte de panneau, tandis qu'un autre était caché derrière un tas de débris. Bon... Me concentrant, je voyais gros sur ce coup. Dans un premier temps, le panneau allait être ma cible. Forçant sur ma concentration, je pliais le morceau de métal pour enfermer ma cible. Si je ne peux pas le toucher, autant l'empêcher de tirer. Malheureusement, ma manoeuvre prenait trop de temps et je ne remarquais pas que l'autre partait ailleurs, échappant totalement à mon attention. Une fois l'homme emprisonné donc, je tentais de trouver l'autre, mais en vain.

" Il a dû partir..."


Une simple exclamation dans le style d'un soupire de lassitude. De l'action se passait non loin. Me retournant, je vis une sorte d'oiseau. Un phénix bleuté qui rendait la pièce plus lumineuse. Quelle beauté que voilà.  Lui aussi il a mangé un fruit du démon ? Un joli apparemment. Admiratif, je me contentais de rester bouche bée devant un tel prodige de la nature. Les flammes semblaient être de l'art vivant. Complétement subjugué, je devenais presque une proie facile. Dommage que ces hommes étaient comme des moustiques face à la lumière. Attirés inlassablement, des dents volaient dans les airs. Il mettait une branlée mémorable à ces types, mais ceux-ci avaient le crâne qui sonnait creux. Ils n'apprenaient rien et continuaient de vouloir lui faire la peau.
Des brigands avec de simples armes. Lamentable, même pas de quoi nous tenir tête quelques heures. Soupirant, j'avance et use de mon pouvoir magnétique afin de les désarmer. Jetant plus loin leurs armes en tout genre, ceux-ci prennent peur et les voilà qui battent en retraite. Mission accomplie visiblement.

" Quelle journée... Nakata hm ? ... Joli don que tu as là. J'en serais presque jaloux."

Détendre l'atmosphère est ma spécialité. Ou alors... Je fit trop de conneries quand il faut pas. Ne sachant pas, je me contentais d'être moi. Bon... Ces personnes devaient être sorties de là. Ainsi donc, c'est grâce aux clés du jeune phénix que nous ouvrîmes les portes et que ces personnes retrouvaient la liberté. Du moins, en apparence. En effet, le moment devenait largement plus sympathique. De la joie se lisait sur certains visages. Cela ne va pas durer... En effet, trop tardivement, je remarque une silhouette. Une ombre qui se refléte au sol. Hm ?

" ATTENTION !!!! "

Un coup retentit. J'avais tendu la main pourtant, mais la balle ne c'est pas arrêté. Le type de tout à l'heure ? Merde... Le voilà qui s'enfuit en sautant par une fenêtre, mais pour ma part, je ne lui cours pas après. En effet, la balle m'intrigue un peu plus. Où est-ce ... ? Quand on se retourne, le jeune phénix a une demoiselle qui visiblement c'est interposé. La miss aux cheveux verts pommes est là, immobile et les yeux écarquillés. Une tâche rouge commençant à grandir sur son habit du haut. Merde... Merde, merde, merde et re-merde. Elle va pas crever si ? Alors qu'elle tombe vers l'avant, je la rattrape pour alors doucement l'allonger. Son regard se tourne vers notamment le blond. Ppff... Pistonné. Elle se met alors à parler de manière assez... morbide. Elle s'avoue vaincue ? Déjà ?

" ... J... P... Protégez ma ... soeur .... Si vous la voyez... E...Et di....dites lui que... Je.... vais bien..."
" Allons... Tu vas t'en sortir. Ne parles pas comme ça voyons..."
" ... G...Gomen...e...."

Elle ferme doucement les yeux. Pour se reposer ou bien ? Quoi qu'il en soit, pour ma part, pas question de rester les bras croisés. Je demande à l'assemblée s'il y a quelqu'un qui s'y connait en médecine. Malheureusement, des esclaves, personne ne semble apte. Je tourne donc en dernier recours mon regard vers l'autre blondinet. Nakata s'y connait-il ? Jje refuse d'accepter la vérité qui est qu'elle nous lâche en cet instant. Peut-être trop enfermé dans ma bulle, je ne cesse de voir une possibilité de survie.  

" M...i...n...a...."


Un soupire, un dernier mot. Une fin ?



Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15027
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue52/75[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue879/1000[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty
MessageSujet: Re: [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )   [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Icon_minitimeLun 21 Juil - 19:17


[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) T-k-an10
Monster (Album Version) by Skillet on Grooveshark

« Mort à l'esclavage ! »
PV Ayato

Après un tel coup d'éclat, nul doute que ses adversaires allaient considérer à deux fois la possibilité de tenter de s'en prendre à lui une fois de plus... En effet, non contents de le voir se changer en phoenix pour devenir impalpable avant de planter violemment l'un de leurs compères au niveau du torse grâce à un bec doré, ces types avaient eu l'occasion de voir un Nakata désormais en parfaite santé : ses blessures n'existaient plus, et le seul vestige qui demeurait à l'endroit où elles avaient sévis n'étaient nuls autres que les trous dans le T-shirt blanchâtre du jeune homme, ainsi que les tâches de sang sur ce dernier. Néanmoins, ils ne semblèrent pas assez effrayés pour s'en aller, ou alors tout simplement trop tétanisés pour se mouvoir de quelque façon que ce soit... Alors qu'il s'apprêtait à repasser à l'offensive, le forban fut témoin d'une scène bien étrange : les mains des combattants qui lui faisaient encore face s'en allèrent sans plus de cérémonie, quittant leurs mains sans qu'ils ne puissent s'y opposer. Après un instant d'hébétement, les types décidèrent de hurler d'effroi pour prendre la poudre d'escampette avec la plus grande frousse de toute leur existence. Le maudit doutait que cela ne suffise à leur donner une bonne leçon et à leur faire cesser toute activité frauduleuse, mais si cela pouvait au moins les écarter de l'esclavage, le duo d'aventurier aurait réussi son pari... Comprenant que le bond des armes avait d'ailleurs été causé par son allié du jour, le blondinet décida de passer à autre chose : les jeunes femmes toujours emprisonnées avaient bien le droit de goûter à nouveau à la liberté, après tout... Après un léger sourire adressé à son collègue suite au compliment de ce dernier, lui faisant tout simplement comprendre que le fait d'être maudit était également un grand honneur pour lui, le Phoenix continua son chemin jusqu'à la cage où étaient placées les jeunes femmes qui semblaient ne pas croire à ce qu'elles vivaient. Les libérant sans plus attendre, le Fenice les ramena à leur liberté avec joie et soulagement, heureux d'avoir réussi à se montrer efficace pour ces jeunes femmes dont deux d'entre elles vinrent l'étreindre sous le coup de l'émotion. C'était pendant ce petit spectacle empli de joie et de chaleur qu'un nouveau drame survint, sans crier gare...

Un hurlement féminin et aigu traversa le hangar, mettant soudainement les sens de l'épéiste en alerte. Ce dernier se recula soudain pour obtenir une vision de l'ensemble plus correcte, et comprit soudainement ce qui venait d'avoir lieu : l'un des tireurs, qui avait manifestement réussi à s'en sortir, venait de faire feu en direction de son compère... Dans un accès de rage, l'ancien gouvernemental scruta le tas d'armes abandonnées lors de l'utilisation du pouvoir de son dit compère et se rua dans leur direction, attrapant vivement un pistolet pour le pointer en direction de la fenêtre qu'avait enjambé le criminel en fuyant. Sans aucune pitié, Nakata fit feu en visant la nuque de l'individu, trois fois, sans être pour autant certain de réussir à le toucher : après tout, il n'avait jamais été exceptionnel en tir, et n'était pas sûr de pouvoir avoir une cible mouvante qu'il ne détaillait presque plus dans ces conditions... Le cœur battant, il jeta l'arme vide sur le côté et s'apprêta à poursuivre l'inconnu lorsque son regard s'attarda sur la personne qui s'était placée sur la trajectoire du projectile. Le blondinet arrêta alors soudain ses gestes, immobile et muet, glacé par la stupéfaction et l'incrédulité. Hélésya, la jeune femme qui venait tout juste de retrouver sa liberté, quelques minutes avant l'entrée dans le hangar des deux combattants, venait de recevoir une balle en plein ventre, le sang commençant doucement à se répandre sur ses habits. En la voyant tomber, le hors-la-loi se remit soudainement à courir, voulant la rattraper à temps pour l'empêcher de se blesser davantage. Fort heureusement, ce fut Ayato qui parvint à le faire, l'attrapant pour la déposer délicatement sur le sol. Ce ne fut pas pour autant que le musicien calma l'allure, et il se précipita rapidement jusqu'à arriver aux côtés de la jeune femme. Il se mit alors à genoux et, tout en prêtant attention à ses propos, prit la peine de rapidement regarder sa blessure. Ses yeux s'écarquillèrent alors lorsque le jeune homme comprit fatalement que la balle avait endommagé plusieurs organes, et que seul un habile médecin pourrait lui prêter main forte, avec un équipement adéquat qui plus est. N'ayant rien de tout cela, le Fenice s'en remit aux demoiselles qui auraient dû terminer leur vie en tant qu'esclave, mais la tristesse qui siégeait sur leurs visages déconfits et leur silence sinistre lui avoua la cinglante vérité. Se rapprochant un peu de l'inconnue qu'il avait sauvé auparavant, le Phoenix lui attrapa la main instinctivement, comme pour la rassurer. Même si, de par ses anciennes carrières de gouvernemental et de révolutionnaire, l'épéiste avait l'habitude de voir des gens trépasser, il n'avait jamais pu s'y habituer. Il ne pouvait rien faire d'autre que la regarder s'en aller lentement, désespéré... Lui, le phoenix, lui, le porteur d'espoir, lui, l'homme que rien ne pouvait terrasser.
C'était dans ces moments-là qu'il détestait singulièrement son fruit du démon. Être invulnérable pour observer ceux qui l'entouraient choir à leur manière.

Lors de l'évocation du nom de sa sœur, dont elle avait parlé sur le trajet jusqu'au hangar, le visage du maudit se voila soudain d'une expression sombre et aussi morne que la mort elle-même. Il resta silencieux un court instant, serrant un peu plus la main de cette demoiselle qui n'avait jamais mérité ce qui lui arrivait, voulant la guider aussi loin qu'il le pouvait. Ses dents et son poing libre serrés aussi ardemment que possible, le musicien scrutait là la mort inévitable d'une jeune femme, victime de ce monde et de ses injustices. Il fixait là le naufrage d'une humanité prometteuse, empoisonnée par l'avidité et la cupidité. Il tentait de se débattre dans un océan de vices et de maux, tentait d'entraîner avec lui en direction des cieux louables et dignes des hommes et des femmes de tous les horizons, en ne pouvant guère plus que les regarder inexorablement être happés par l'écume de l'affliction que ressentaient au fond d'eux tous les habitants de cette trop tourmentée planète. Il était là, réduit au silence et à l'impuissance face à l'un des plus terribles spectacles, celui de la mort d'une innocente condamnée à la douleur et à la tristesse.

-Je lui dirai. Tu peux partir en paix...

Le cœur serré, l'artiste amena sa main jusqu'aux paupières de la victime de l'insatiable appétit humain et les abaissa avec douceur et délicatesse, la laissant sombrer dans un sommeil définitif et froid. Il ne pouvait rien faire d'autre, de toute manière.


Revenir en haut Aller en bas
Etowaru Ryori

Etowaru Ryori
Messages : 331
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue31/75[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (31/75)
Expériences:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue155/220[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (155/220)
Berrys: 840.000 B

[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty
MessageSujet: Re: [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )   [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Icon_minitimeMar 22 Juil - 2:29


Des esclaves ?




La mort frappe tout le monde un jour ou l'autre. Quelle soit naturelle ou non, un jour ou l'autre, on termine pas avoir une rencontre fatale avec la faucheuse. Parfois elle est douce envers nous, mais de temps à autre, elle est cruelle. Actuellement, celle-ci s'était montrée cruelle envers la jeune femme. L'homme avait tiré en visant sans doute le maudit avec de quoi vraiment le toucher, mais la demoiselle s'était interposée. La réaction du jeune homme était sans appel. Il semblait chercher de quoi se venger, mais malgré ses coups de feux, il ne se doutait pas - tout comme moi - que l'homme avait échappé à la mort. Blessé, il partait se réfugier tant bien que mal là où il le pouvait. De notre côté, malheureusement, la demoiselle succombait à son triste sort. Pas de médecins dans le coin, y compris le blondinet... Visiblement, le destin funeste de la demoiselle est tout tracé contre notre gré.

Ses dernières paroles retentissent. Elle fait un souhait pour sa sœur. Un message à délivrer un de ses jours. Soit, pour moi, il n'y a pas de soucis. Et pour mon acolyte, visiblement, cela est pareil. Il lui fait fermer les yeux alors que son dernier souffle passe entre ses lèvres. La vie la quitte, son teint devient doucement, mais sûrement plus pâle et la froideur de sa peau augmente petit à petit. La vie est cruelle, mais c'est ainsi. Il faut faire avec. Cependant, nous avons notre mot à dire et il n'est pas question de laisser cet acte sans représailles. Du moins, pour ma part. Mais vu l'acte de mon compagnon rien que quand il a vu que la demoiselle avait prise pour lui, à mon avis, il y a des grandes chances qu'il me suive pour punir cet être immonde.

Prenant une grande respiration, je me contente de cacher cette émotion appelée empathie. Je ressent la même tristesse que ces personnes autour de nous. J'ai aussi envie de dire mon mot dans l'histoire. Mais mon image de personne visiblement totalement neutre en prendrait un coup. Ainsi donc, cachant mon regard, je vins à doucement attirer autour de nous plusieurs morceaux de métal. Ces métaux sous ma commande commençaient à s'assembler. Forçant via le magnétisme, les morceaux commençaient à prendre une forme rectangulaire de la taille de la demoiselle. Je formais tout simplement un cercueil, car il était hors de question de jeter comme ça le corps à la mer ou la laisser ici. Non... Elle finirait dans un lieu adéquat, enterrée dans les règles de l'art.
Une fois cela fait, je regarde ces personnes. Ce n'est quand dans ce genre de moment que j'ouvre réellement les yeux sur le monde qui m'entoure. Il est laid, sanglant et trop peu surréaliste. Il ne me plait pas. Regarder ces femmes battues avec des marques, le regard et l'expression du blondinet... Non, cela me fait mal intérieurement. Sans vouloir être gentil, j'aimerais mettre un sourire sur leurs lèvres, mais comment ? Un chien fait avec des ballons ? Une blague ? ... C'est inutile.

Je me dirige vers la sortie pour alors voir des traces de sang. Le sang est frai et vu les traces, ce n'est pas un endroit vital qui a été touché. De ce fait, peut-être est-il éloigné ou non de notre position. Une chose est sûre, vue notre mobilité à nous comparé à la sienne, il ne quittera pas la zone portuaire avant nous. Nous avons ce seul avantage. La possibilité de le rattraper. Regardant si le jeune homme me suivait ou non, je lui lançais d'un ton que je trouvais trop sérieux à mon goût.

" Retrouvons le... Le premier qui le chope, il fait un signal pour l'autre et ... finissons le travail..."

Ma voix est froide, dénudée de sentiments. J'ai un goût amer en bouche. Pas de la culpabilité, mais un semblant de pitié. Et si cette fille avait été Madoka ? Et si elle était morte elle aussi pour moi ? Non... Je ne l'aurais pas supporté. Sans rien dire donc, je vais dans une direction en suivant les traces de sang. Malheureusement, ce con a eu l'idée de toucher bien des choses pour brouiller les pistes. Ou du moins, nous embrouiller. Certains endroits sont plus marqués que les autres, montrant qu'il a passé un temps ici. Il ne nous reste plus qu'à le choper en évitant de se faire descendre.
D'un silence plat, j'avance jusqu'à approcher d'une zone où des conteneurs de marchandises se trouvent. Les ouvrant un à un, je me demande bien sur quoi je vais tomber. Je sens que je touche au but, mais au final... Rien du tout. Je n'avais pas remarqué la silhouette dans l'ombre d'un des conteneurs qui se fondait dans le décor. Seul un souffle plutôt puissant me faisait tilter. Se pourrait-il que ? ...

Dans le doute, je vins donc à me concentrer pour prendre le plus petit conteneur et le faire s'envoler dans les airs. Un tel objet flottant dans l'air, pour sûr que cela devrait alerter un blond dans le coin.
Pour ma part, je commençais à réfléchir aux méthodes pour le finir. Rapidement ? Ou lentement ? Quelque chose d'adapté à la pourriture qu'il est... Quelque chose qui le ferait réfléchir en enfer.



Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15027
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue52/75[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue879/1000[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty
MessageSujet: Re: [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )   [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Icon_minitimeMar 22 Juil - 22:30


[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) T-k-an10
Monster (Album Version) by Skillet on Grooveshark

« Mort à l'esclavage ! »
PV Ayato

Alors que la jeune femme venait tout juste d'expier son tout dernier soupir, devant une assemblée muette de tristesse et de stupéfaction, ce fut Ayato qui rompit la morne tranquillité des lieux, utilisant à nouveau ce qui semblait bel et bien être un fruit du démon. En effet, de nombreux morceaux d'acier s'envolèrent littéralement pour venir enfermer Hélésya dans un cercueil improvisé, Nakata se reculant lentement en la regardant disparaître au sein de cette cage de métal avec un soupçon de regret au fond du cœur. Tout était allé bien trop vite pour qu'il ne lui soit d'aucune utilité, et elle l'avait sauvé au péril de sa vie sans plus réfléchir que cela... Assurément, c'étaient les bons qui pâtissaient le plus de ce système honteux qu'était l'esclavagisme. Sans cette scandaleuse pratique, cette jeune fille n'aurait probablement eu aucun problème tel que celui-ci sans sa vie, aurait mené une existence heureuse aux côtés de sa sœur... Mais il avait fallu que l'égoïsme, le narcissisme, l'avarice et l'orgueil de certains ne la conduisent à une vie malheureuse et à une mort capricieuse. L'humanité lui faisait honte, au blondinet. Alors que le visage de la demoiselle disparaissait à tout jamais derrière les plaques d'acier, le jeune homme serra les poings avec colère. Il devait changer les choses, il en était désormais plus convaincu que jamais. Les hommes pourris par les vices n'avaient pas à exister s'ils n'étaient pas capables de faire plus de bien que de mal... Et si le Phoenix devait les tuer lui-même pour purger de monde de sa maladie, il n'allait pas hésiter à le faire. Revenant à l'instant présent suite à la prise de parole de son compère, qui lui indiquait tout simplement que les quelques balles tirées rapidement et sans réfléchir n'avaient pas été suffisantes pour mettre à terre l'autre vaurien de façon définitive, le Fenice hocha la tête d'un air froid et calme. Il allait le retrouver à tout prix, et amener un tant soit peu de justice... De toute manière, ils étaient les seuls, le forban et son collègue du jour, à pouvoir le faire. Le gouvernement mondial tout entier fermait les yeux sur ce genre de pratiques, la Révolution et ses beaux préceptes n'avait généralement que faire de ce genre de détails futiles, bien trop préoccupée à revendiquer les trônes du monde entier... Et les civils subissaient, sans oser mouvoir le moindre doigt. Et bien, ce jour-là, ils n'auraient rien à mouvoir : le hors-la-loi comptait bien le faire à leur place.

Le duo se mit alors en quête du forfaitaire, avec la ferme intention de lui faire payer sa folie meurtrière au centuple. Ils finirent par se séparer, tant ce type avait été rusé dans sa façon de brouiller les pistes... L'ancien marine devait l'admettre, ils n'avaient pas affaire à un pur amateur. Toutefois, étant donné que le type était déjà probablement dans un bien piteux état, le retrouver et lui faire la peau ne serait certainement qu'une simple et bénigne formalité. Après un instant de recherche infructueuse, Nakata vit son attention être attirée par un objet qui flottait, dans les cieux. Il remarqua bien rapidement un container, signe qu'Ayato avait trouvé le fautif. Peut-être attendait-il pour passer à l'offensive ? Le bretteur ne le savait pas vraiment et, pour le coup, n'en avait que faire. Maintenant qu'il avait le signal tant espéré, il n'allait pas faire dans la demie-mesure : c'est pour cette raison qu'il se mit à courir droit vers ledit signal, faisant fi des diverses conventions qui auraient voulu qu'il fasse preuve de prudence et de sang froid. Après tout, il n'était plus à cela près : le maudit avait déjà suffisamment été agacé pour le reste de sa vie en une seule journée, réduire à néant un scélérat de plus ou de moins... Au hasard de sa course, le blondinet déboucha bien rapidement dans une ruelle remplie de containers, juste en-dessous de celui qui se trouvait dans les cieux, à quelques mètres. Il balaya l'endroit du regard et remarqua bien rapidement un type qui bougea vivement, semblant remarquer sa présence au même moment. Ses yeux ne trompèrent pas le maudit, qui reconnut immédiatement la silhouette du fautif. Ce dernier attrapa un pistolet dans son manteau, d'une main, et visa immédiatement la tête du Phoenix... Qui disparut sans crier gare pour réapparaître quelques mètres derrière son opposant. Le mouvement avait été vif, accéléré par la nature de maudit du Fenice qui avait pris l'habitude de booster ses capacités martiales par sa malédiction de type zoan, très pratique sur ce plan-là. Et son ennemi n'eut pas le temps de comprendre ce qu'il venait de se passer que sa main qui tenait son arme à feu se détacha tout bonnement du reste de son corps, retombant sur le sol avec un bruit sourd, un flot de liquide carmin jaillissant littéralement du moignon ensanglanté du pauvre homme. Celui-là se mit à hurler, d'effroi et de douleur, et se mit alors à courir en vacillant sans vraiment réfléchir où il allait, tentant probablement tout simplement de s'éloigner de son bourreau.

Manque de bol, il allait droit vers Ayato.

L'épéiste fit un geste brusque avec son katana, ôtant ainsi les impuretés qui s'y étaient fixées suite au mouvement vif pour les envoyer sur une neige boueuse et déjà trop impure. Il ferma ensuite les paupières en rengainant doucement son arme, prenant la parole d'une voix dénuée de sentiments :

-C'est celui qui déclare la guerre qui doit le plus être prêt d'en tirer les conséquences. En tuant Hélésya, tu t'es exposé à de sévères représailles. Tu ne fais que payer le prix de ton égocentrisme.


Revenir en haut Aller en bas
Etowaru Ryori

Etowaru Ryori
Messages : 331
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue31/75[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (31/75)
Expériences:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue155/220[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (155/220)
Berrys: 840.000 B

[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty
MessageSujet: Re: [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )   [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Icon_minitimeMer 23 Juil - 2:25


Des esclaves ?




Le moment de venger notre " amie " est venue. Une mort comme la sienne, ce n'est guère une mort naturelle. Elle avait des rêves, des ambitions. Puis en plus de cela, il méritait clairement de rester en vie. Mais la mort en a décidé autrement. Je pensais avoir trouvé l'homme, mais il n'était pas là. Dans le doute donc, j'avais fait le fameux signal pour attirer mon compagnon. Maintenant durant une petite durée ce fameux conteneur, je le repose au sol une fois que je juge suffisant ce laps de temps passé. Que faire par la suite hm ? Réfléchissant, je reprends ma marche pour trouver ce brigand qui mérite une mort exemplaire. Je n'ai toujours pas trouvé la méthode pour le tuer, mais cela me viendra, sans doute comme une illumination du feu de dieu. Alors que je marche au hasard, un bruit effroyable retentit. Un cri qui mêle la douleur, la rage et la honte. Oh ? Mince... Moi qui voulais me réserver ce petit bonhomme. Finalement, le voilà. Les mains en moi, il court comme un débile poursuivit par sa mort. Un être pathétique me fait face, mais sa douleur l'empêche de réfléchir correctement. Il ne semble même pas tilter ma présence. Se pourrait-il que ? ... Bah... Tant pis...

" Tu n'as pas compris... Seuls ceux qui sont prêts à se faire tirer dessus, sont ceux qui sont vraiment autorisés à tirer..."


Suite à ce murmure qui résume parfaitement la situation et qui indirectement embrasse la pensée de mon acolyte, je me contente de me servir de mon environnement. D'un coup, un des conteneurs se déplace et le pousse contre un autre. L'écraser de la sorte est trop d'honneur... Il mérite quelque chose de plus cruel, quelque chose d'éventuellement plus lent et plus rapide à la fois. Ainsi donc, je prend un conteneur, écarte celui qui le bloque et je l'emprisonne dans un conteneur mis vers le haut pour pas qu'il s'en échappe à moins de grimper. Manque de pot... Sans les mains... Cela va être difficile.
Regardant le conteneur, je m'approche en douceur, avant de finalement apposer une main sur ce morceau de métal géant. Doucement, celui-ci semble se tordre. Comme s'il était broyé, les bouts du haut commencent à se replier. La forme parfaitement rectangulaire perd dans sa perfection de symétrie, puis doucement, ce sarcophage de métal devient de plus en plus petit, jusqu'à être à même son corps.

" ... Meurt... En demandant pardon à la vie que tu as brisée...."


Suite à ces paroles, ne remarquant peut-être pas mon acolyte qui serait peut-être présent, le métal se plie de plus en plus, comprimant l'homme à l'intérieur, jusqu'à ce que son cri se fasse diforme. Il est broyé vif, son corps est tordu, écrasé... Le sang commence à couler doucement à travers certains trou de ce morceau de métal en forme sphérique désormais. Retirant ma main, je lève celle-ci, avant de finalement mimer un geste de lancer, ce qui a pour effet de faire s'élever dans le ciel la boule de métal et la lancer plus loin dans l'eau.
C'est terminé désormais. Le spectacle est terminé. Il n'y a plus de show à assurer, plus de spectateurs à faire sourire. Il n'y a que des larmes à tirer. Soufflant, je me retourne pour alors chercher du regard mon acolyte. Ma présence ici n'a plus de sens. J'ai envie de voir du paysage.



Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15027
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue52/75[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue879/1000[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty
MessageSujet: Re: [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )   [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Icon_minitimeJeu 24 Juil - 2:11


[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) T-k-an10
Monster (Album Version) by Skillet on Grooveshark

« Mort à l'esclavage ! »
PV Ayato

Le blondinet ne jeta pas même un regard à son comparse, ne prit même pas la peine de se tourner dans sa direction pour regarder ce qu'il advenait à l'autre criminel. Quelque part, les hurlements désespérés d'agonie du type lui suffisaient bien largement : il s'en délectait comme il ne s'était jamais délecté d'une telle crainte, d'une telle horreur, restant silencieux et immobile, le sabre à nouveau dans son fourreau et les paupières closes. Il attendait, patiemment, que la vie de cet homme indigne ne prenne fin et que justice soit rendue. Quand un craquement sonore d'os broyés vint jusqu'à ses oreilles, Nakata ouvrit à nouveau lentement les yeux, regardant la neige qui s'étalait devant lui, toujours sans prendre la peine de parler. Il leva lentement son regard jusqu'aux cieux, repensant à Hélésya. Il ne l'avait que peu connu, et il était étrange qu'il se sente troublé à ce point de son décès, mais au final, ce que regrettait par-dessus tout le forban, c'était tout simplement qu'elle n'avait probablement pas eu le temps de profiter de la vie comme il se devait. Comment diable l'humanité pouvait-elle accepter ce genre d'existences ? Comment ne pouvait-elle pas se scandaliser devant de telles pratiques ? Comment des hommes et des femmes de tous horizons pouvaient trouver cela intéressant de collectionner les esclaves dans l'unique et seul but de vivre sans avoir à travailler de quelque manière que ce soit ? Réduire à néant les rêves et les ambitions de dizaines de milliers de personnes, voilà ce qu'ils faisaient en les achetant comme de vulgaires bibelots, comme des pantins sans aucune importance, comme des clous ou des choux sur un marché miteux. Et tout le monde appréciait cela. Les marines, les hors-la-loi, les civils, tout le monde se délectait d'un tel marché sans vraisemblablement comprendre qu'ils auraient tout aussi bien pu se trouver à la place des victimes de cette société abusive et détraquée. L'empathie était morte chez bien des individus, et le Fenice commençait petit-à-petit à le comprendre... C'était pour cela qu'il allait se battre. Pour cette empathie disparue, pour ce vestige de bonnes mœurs et de codes moraux primordiaux et ancestraux. Et c'était également pour cela que l'épéiste n'allait jamais rechigner à devoir tuer qui que ce soit. Cela faisait désormais bien longtemps qu'il avait compris que c'était une cause qui devait s'obtenir par la force : dans le cas contraire, il ne serait probablement jamais parti du Gouvernement Mondial... Bien sûr, il n'allait pas pour autant mettre en place un génocide humain à grande échelle : en tant qu'artiste, il comprenait que la vie avait son importance mieux que quiconque et tenterait de la préserver autant qu'il le pourrait... Mais étant donné que le blondinet concevait avant tout le fait qu'une seule personne pouvait en faire souffrir des centaines d'autres, ôter une vie sur terre, si cela était justifié, n'était pas un drame à ses yeux. Cela n'était que justice. Une justice froide, une justice cruelle et menaçante, certes, mais une justice malgré tout. Une justice inexistante jusqu'alors.

Après un instant de calme et de quiétude bien mérité, le blond se tourna à nouveau en direction de son camarade du jour et ouvrit les paupières, le regardant droit dans les yeux sans ciller. L'envie de sourire ne le prenait absolument plus, à vrai dire : cette île avait épuisé toutes ses réserves de bonne humeur en quelques minutes seulement... Oui, Nakata allait chercher un lieu où se reposer, où se remettre tranquillement de ses émotions, une auberge ou quoi que ce soit d'autre, et s'en irait le lendemain aux aurores pour un lieu plus propice à la vie et à la joie. Dans tous les cas, il ne pouvait pas vraiment s'en aller comme un voleur, sans saluer une dernière fois Ayato, qui lui avait été d'une précieuse aide, notamment lorsque les tireurs avaient voulu le tuer de quelques balles, quand il s'était placé entre eux et les esclaves... Une fois proche de son compère, le pirate lui tendit sa main, calmement. Attendant que son comparse ne la serre, il prit alors la parole, sereinement :

-Je suis heureux de voir que tous les hommes ne sont pas guidés par le seul égoïsme de leur folie. J'espère que la vie te sourira.

Quelques mots qui représentaient bien ce que le Phoenix pensait de son homologue. Même s'il avait fallu qu'il intervienne en premier pour lui donner envie de l'aider, l'ancien gouvernemental était certain que ce mystérieux magicien avait un bon fond. Il ne restait qu'à lui de l'entretenir, pour ne pas tomber dans les travers des fumiers qui composaient la noblesse mondiale, entre autres.
Après cela, le Fenice se retourna et se remit en marche, doucement mais sûrement, laissant le vent froid battre ses bras désormais nu. Sa veste était restée avec le cadavre d'Hélésya, dans le cercueil d'acier froid, et elle y resterait probablement éternellement... En témoignage du passage d'un mythe vivant.


Revenir en haut Aller en bas
Etowaru Ryori

Etowaru Ryori
Messages : 331
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue31/75[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (31/75)
Expériences:
[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Left_bar_bleue155/220[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty_bar_bleue  (155/220)
Berrys: 840.000 B

[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty
MessageSujet: Re: [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )   [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Icon_minitimeJeu 24 Juil - 2:38


Des esclaves ?




Ainsi donc, voilà que Hélésya est vengée. Mais à quel prix ? Une mort pour une mort ? Et quoi d'autre ? Rien. L'esclavagisme continu. Cette pratique ne s'arrêtera pas tant qu'on ne n'aura pas tenté de l'arrêter. Certaines choses sont immortelles et/ou universelles. La folie est un exemple parfait. Chacun en possède une petite touche. Il suffit d'une pichenette pour l'activer, la faire éclater au grand jour. Idem pour de bien nombreux sentiments. Il n'y a pas de bien sans mal et inversement. Le cercle vertueux de la justice est associé au cercle vicieux de l'injustice. Sans l'un, il n'y a pas l'autre. Et sans l'autre, il n'y a pas l'un. Et même si l'idée de ne plus rien faire nous viendrait à l'esprit pour ne plus rien provoquer, cet acte serait un déclencheur d'autres conséquences... Au final, il n'y a pas de fin. Il n'y a qu'un début et un enchaînements de choses. La fin, ce n'est qu'une virgule dans cette longue histoire qui s'arrêtera sans doute jamais...

Bref, cessant de me torturer l'esprit quant au cercle infini de la lutte entre le bien et le mal - qui me donne un mal de crâne au passage - voilà que mon compagnon approche pour me remercier de mon aide. Le fixant de haut en bas, je me saisis de sa main. Ce contact est bref, mais après tout, nous sommes liés sérieusement par un souhait. Ce qui c'est passé fait de nous des gens qui ont un lien désormais. Pour cette fameuse Mina du moins. Bref, le laissais parler, je me contente de réfléchir avant de simplement lui répondre d'un ton clairement ailleurs.

" Ne vends pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué Nakata... Qui sait de quoi demain est fait. J'espère te recroiser un jour... Et ce jour là, je m'assurerais que ce show soit... inoubliable pour toi. "

Laissant ma phrase en suspens, je souris en coin. En effet, il a vu une facette de moi, mais j'en possède d'autre. Oh bien entendu, je ne suis pas le grand méchant loup qui se cache derrière ses mille et un masques. Mais je reste l'homme qui n'a pas qu'un seul visage. Le laissant partir donc, je ne tarde pas à faire de même, me remettant en route pour mon réel objectif : Retrouver Madoka.
La recherche est rude. De nouveaux obstacles peuvent se dresser sur ma route et y compris la sienne. Mais pour sûr, je serais apte à les passer. Pas question de rester séparer d'elle plus longtemps. Tentant de mettre ma tristesse de côté, je part en direction d'une auberge, ou un coin à squatter pour me reposer un peu. Niveau émotions, j'ai eu ma dose...



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Empty
MessageSujet: Re: [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )   [ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata ) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[ FB ] Mort à l'esclavage ( Pv F. Nakata )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Le Jeu de la mort [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Les 6 épreuves de la Mort [DVDRiP]
» Uptobox Le Jeu de la mort 2 [DVDRiP]
» [UPTOBOX] The Reunion [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Mortal Kombat [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue :: Île de Micqueot-