Partagez | 
 

 [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Dim 13 Juil - 23:35


Nouveau Moyen de Locomotion


Feat Erwin ~





(Ivan ;Star ;Nicky ;Kaltac ;Steve ;Budolph ;Carin)

- Non mais ce que j'en dis c'est que c'est un poil plus chiant quand même.
- Tient, Steve qui se plaint pour changer.
- A la limite, Halfken je veux bien, mais le monstre à poil... Depuis quand on fait dans les transports en commun nous ?
- C'est pas comme si tu tirais un traîneau depuis que tu es sorti du ventre de ta mère.
- J'ai faim.

Sous un ciel chaud et agréable, une petite troupe naviguait tranquillement en direction du Royaume de Luvneel. En réalité leur méthode de déplacement s'éloignait de celle que l'on pourrait penser habituellement. Il ne s'agissait pas ici d'un bateau à voile avançant au gré du vent ni d'un submersible voire pour les plus chanceux d'un train des mers, non beaucoup plus originale. Sept fiers destriers au poil luisant parcouraient une mer bleue miroitante à une vitesse incroyable.  Leur technique réunissait le Soru et le Geppou, normalement réservé à l'élite du CP9. La manière dont ils en ont fait l'acquisition reste un mystère, toujours est-il que cela leur permettait de parcourir de longues distances en un temps très restreint. Cela ne serait rien sans le traîneau qui les suivait. Fabriqué dans un bois spécial, celui-ci avait la propriété de suivre le mouvement des rennes comme si un fil les reliait. Sur cette œuvre en bois, on retrouvait Brume une tigresse géante et le leader de la fine équipe : Halfken.


Luvneel. Si on m'avait demandé la raison pour laquelle je voulais visiter cette île, je n'aurais pas su quoi répondre. Je voulais juste me changer les idées après cette aventure avec Cloe, découvrir mes nouveaux compagnons et savourer cette journée qui s'annonçait ensoleillée. Budolph qui s'occupait de la navigation connaissait vraiment très bien le coin et m'avait proposé de venir ici. Une marque de confiance pour lui, et une bonne destination pour moi, tout paraissait être pour le mieux.

Quelques minutes plus tard, Ivan fit un signe assez discret de la tête, une sorte d’à-coup vers la droite pour signaler aux autres de ralentir. Tous s'exécutèrent immédiatement à l'exception de Carin encore en train de mâchouiller un reste de casse croûte. Le petit coup de sabot que Steve lui porta sur la tempe suffit à lui faire comprendre l'ordre donné. Le vent qui jusque là fouettait violemment mon visage finit par s'adoucir pour ne devenir plus qu'un léger ruissellement frôlant mes oreilles. Vu de haut, le royaume semblait vraiment immense mais une fois au sol, les maisons ternes aux toits tombants donnaient l'impression d'être très grandes, une sensation accentuée par ma taille déjà peu commune. Brume et moi descendîmes du traîneau, non sans une certaine absence de délicatesse. C'était la faute à un rebord sculpté très esthétique mais peu pratique quand il s'agissait d'enjamber la structure. Laissant de côté ces frivolités je toussai en me raclant la gorge pour attirer l'attention.

- Bon, c'est l'occasion de se reposer. Vous avez quartier libre, mais restez ensemble. J'ai déjà donné à Ivan de quoi vous nourrir amplement. Je vous rappellerai si j'ai besoin de vous, faites attention au traîneau.
(J'allais partir mais je me retournai brusquement.) Ah et, pas de bêtises et aucun d'entre vous ne dérange un humain.

La compréhension du langage des hommes d'Ivan restait lacunaire, mais il savait toujours ce que j'indiquais grâce à mon intonation. Il n'hésitait pas d'ailleurs à faire un petit bruit de mécontentement. Sa condition de chef rendait son ego parfois difficile à traiter même s'il avait un bon fond. Pour le reste du groupe, Star faisait la traduction. Je voulais proposer à Brume le même traitement afin qu'elle puisse profiter un peu de sa liberté mais elle préférait rester à mes côtés. A vrai dire cela m'arrangeait un peu, quelques rennes peuvent tout au plus attirer l'attention, alors qu'un tigre géant... Je m'éloignai donc dans un dédale de pierres en direction d'une quelconque motivation. Les habitants me jetaient des regards intrigués, en particulier à cause de Brume ou plutôt grâce devrais-je dire. Depuis qu'elle se baladait avec moi, pas un seul voleur ou bandit de basses besognes ne m'avait approché. Tout à coup, je vis une foule rassemblée au coin d'une grande rue. Avançant dans la direction, j'aperçus un homme vantant les mérites d'un deuxième individu assis sur une chaise avec une table en bois placée devant lui. Il revêtait une tenue en cuir noire, sans manche et son crâne était exempté de toute chevelure. Il attendait les bras croisés et les yeux injectés de sang fixés vers la foule.

- Approchez, approchez et soyez le quatorzième participant à tenter de défaire Rick. Une technique solide et un mental de fer sont tout ce qu'il faut pour en venir à bout, et souvenez-vous que vous pouvez tripler votre mise !

Tout le monde se regardait mais personne ne bougeait, alors, naturellement, je décidai de tenter ma chance et marchai jusqu'à être juste devant eux.

- Ooooh, je crois qu'on a un nouveau volontaire qui voudrait empocher le gros lot, combien voulez-vous miser ?

- Rien, rien, je voudrais juste essayer, c'est possible ? Si je perds je vous rembourserai 100 000 berrys.

Le présentateur se gratta la tête en me dévisageant, un peu surpris de ma demande.

- Bien sûr ! Asseyez-vous et commençons ! Il s'agit d'un bras de fer traditionnel, vous connaissez le principe ?


J'hochai la tête en posant mes fesses sur un rondin de bois placé pour l'occasion. Mon adversaire posa son coude sur la table en bois et plongea son regard dans le mien, je fis de même. Après un petit décompte, la compétition débuta. Son biceps gonfla fortement, faisant ressortir les veines un peu partout, en particulier sur son avant bras. Il agissait en apnée et son crâne devenait de plus en plus rouge à mesure qu'il forçait. Pourtant, nous n'avions pas bougé de notre situation de départ. En jaugeant approximativement, la pression qu'il développait avoisinait les 33kg, bien plus que la moyenne. La seconde d'après, je terminai le petit défi en poussant vivement son bras – mais sans le blesser – contre la table.
Les cris stoppèrent et un silence de plomb prit la place. Je me levai en remerciant mon opposant avant de quitter la place, sous le regard abasourdi des personnes présentes. Quelques mètres plus loin, on vint attraper mon bras et une voix calme exprima quelques mots :

- Belle performance, ça vous dirait de prendre un verre ?

© Len Kagamine - PL:R


Dernière édition par Halfken D. Lothbrok le Lun 14 Juil - 15:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3414
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
53/75  (53/75)
Expériences:
624/1000  (624/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Lun 14 Juil - 13:57

Underground.

« - Craignez le courroux des dieux, vermines ! Les hommes ont trop joué avec le feu, bientôt la colère divine s’abattra sur la terre ! »

La prophétie lancée, le brailleur se coucha sur le sol et commença à s’endormir. Je lui jetai un coup d’œil inquiet tandis que la foule passait, inattentive, me demandant s’il fallait que j’aille l’aider. Miu me libéra du poids de la décision en tournant ma tête vers le bar que nous recherchions. Un endroit qu’on nous avait indiqué pour trouver un petit boulot : apparemment ils avaient besoin de personnel. J’entrai dans le lieu à l’apparence assez lugubre, sa devanture refaite récemment en marron foncé et des affiches placardées dessus. Peut-être des ‘Wanted’, je n’y prêtai pas beaucoup d'attention, malgré le visage capuchonné d’un blondinet dont je me serais méfié au premier abord, au-dessus d’un nombre de zéro assez perturbant.

Quand je me rendis près du bar, demandant s’il n’y avait pas du boulot pour un jeune gringalet comme moi, la serveuse se contenta de pointer un homme grassouillet du doigt, assis sur une chaise à laquelle on avait enlevé les accoudoirs pour qu’il puisse s’y installer. Quand je m’assis en face de lui, je remarquai un garde du corps à ses côtés. Le regard vif de l'homme affalé se dirigea sur moi et son sourire narquois me perturba instantanément, si bien que je le fixai avec insistance.

« - Alors comme ça, tu cherches un boulot… Gamin. »

J’acquiesçai simplement d’un signe de la tête tandis qu’il regardait les documents couverts de sauces devant lui, en saisissant un avant de se rétracter et de chuchoter quelque chose à l’oreille de son acolyte qui reprit sa position juste après avoir tapoté deux fois l'épaule de l'homme.

« - On va faire un pari, très simple, et si tu le gagnes je te donne le boulot de ton choix… Si je gagne, tu devras accomplir une tâche que je te donnerai. »

Il sortit trois moitiés de noix de coco, comme s’il savait d’avance que j’allais accepter. De toutes les manières je n’avais rien de mieux à faire, et je pourrais toujours trouver une échappatoire si ce qu’il me confiait comme travail était étrange. Je souris en le regardant posé une bille sur la table, faisant un bruit assez perturbant mais qui me permettrait de suivre le mouvement sans même avoir besoin de regarder, ce dont je ne me dispensai pas malgré tout.

Les caches-bille commencèrent alors à tourner, d’abord lentement puis de plus en plus vite sans jamais atteindre une distance particulière. A ce moment-là, un étrange phénomène se produisit. J’eus d’abord l’impression que le claquement de la langue de l’homme en face de moi contre son palais provoquait plus de bruit que la bille roulant sur la table en bois. Puis mon regard fut attiré successivement par les noix de coco que je ne voulais pas suivre du regard, me faisant ainsi perdre le fil. A la fin du tour de magie, je ne savais même pas s’il y avait encore vraiment une bille en dessous. Me mettant une main sur le visage, j’essayai en vain de me souvenir du mouvement et finis par nommer celle la plus à gauche.

« - Perdu, me dit l’homme après avoir pris soin de vérifier l’emplacement qu’il venait de soulever. »

Il souleva alors les autres, dévoilant au milieu l’objet qui allait m’obliger à faire un travail de son choix. Certes, de toutes les manières je serai payé. J’attendis simplement qu’il fouille dans ses papiers avant de me tendre une feuille froissée, apparemment utilisée plusieurs fois. Son sourire ne me disait rien de bon, mais il ne semblait pas bien méchant, et son travail semblait plutôt facile. Je devais ‘distraire des personnes à l’entrepôt’. Il y avait même un plan pour que je m’y rende.

« - Mon homme de main, Kalvin, a quelques affaires à régler là-bas. Il va t’accompagner sur le trajet. Il n’est pas très loquace depuis qu’il a perdu la langue, alors ne lui parle pas trop. »

L’homme ne réagit pas à ces paroles, ou du moins pas de manière visible. Il semblait calme, et quand il se dirigea avec moi vers l’entrepôt, je fis vœux de silence pour tout le trajet. Les rues, contrairement à notre petit groupe improvisé, étaient assez agitées. Miu les regardait avec des yeux pétillants. Il semblait totalement en phase avec l’humeur ambiante, assez joyeuse. Tout se calme lorsqu’on tourna dans une ruelle sous le regard méfiant de certains civils. Je ne pris gare à ces avertissements muets, me sachant hors de danger.

A partir de ce moment, on arriva à destination rapidement. Les portes de l’entrepôt, sûrement fait en taule, s’ouvrirent bruyamment, grinçant sur le sol pour nous laisser entrer. Le bâtiment était très sobre, et à l’intérieur, on aurait dit une salle de sport. Une femme s’avança vers nous, une longue pipe à la main. Elle devait avoir la trentaine à vue de nez, mais son visage fermé ne me permettait pas d’y lire la moindre émotion. Elle se contenta dans un premier temps de me demander un nom, Dog. Après avoir inscrit mon nom sur la liste, elle rangea son calepin et recommença à fumer.

« - Tu seras placé avec les nouveaux arrivants, il y a des nombreux combats en après-midi mais ne t’en fais pas, personne n’est jamais mort en ces lieux si on ne le voulait pas. »

Puis elle se tourna vers l’homme qui m’avait accompagné et lança sur un ton envenimé :

« - Le patron a inscrit ton nom sur la liste. »

Un combat ? Je regardai l’homme, la détresse inscrite sur mon visage. Il devait rire hein ? Bien sûr que non… Et malgré mes résolutions précédentes, mon esprit était concentré sur une seule chose : rester jusqu’à la fin des combats.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Ven 18 Juil - 15:03


No Choice


Feat Erwin ~





Les deux mains, dans la poche l'homme me fixait avec un regard intéressé. Pas dans le sens d'une certaine attirance mutuelle mais plutôt comme s'il venait de repérer quelque chose, comme si une lueur lucrative brillait dans ses pupilles. Son visage lui donnait un air sérieux tout en étant assez bien formé, ses cheveux blonds mi-longs coiffés dans le vent venaient embellir sa tête et provoquait chez moi une certaine assurance. Je lui demandais d'expliciter son offre, j'étais toujours à l'écoute de petits boulots ou défis qui pouvaient me permettre de me tester, d'aider des gens voire de récolter un peu d'argent lors de mes voyages.

- J'ai pas vraiment le droit d'en parler ici, sache que ça peut être lucratif et que je ne te demande que de venir jeter un œil, à toi de voir si tu veux continuer.


Sa voix était calme et apaisante, il ne forçait en rien et en cela il piqua ma curiosité. J'acceptai son offre et il plaça sa main devant lui comme pour sceller le pacte. La mienne agrippa et la force qui s'exerça entre nos deux membres signa une légère entente qui pouvait durer, ou non, en fonction de ses futures actions. Il me fit traverser plusieurs endroits, une longue marche pendant laquelle Brume gardait un air méfiant. A plusieurs moments elle tenta de me faire comprendre une certaine inquiétude quant à notre guide, sans pour autant le voir comme une réelle menace. De mon côté, je pensais plutôt que ce voyage demeurait sans risque et que rester attentif suffisait à ne pas se faire déborder par de quelconques complications. Au final, il s'arrêta face à un petit bâtiment qui, sans être totalement miteux, n'avait rien de bien sophistiqué. Une devanture en pierre grise, des fenêtres en verre légèrement salies par la poussière et une porte en bois robuste qui affichait une teinte châtain clair. L'homme entre deux âges saisit alors la poignée et la tourna légèrement pour nous ouvrir l'accès à cette bâtisse. A l'intérieur on retrouvait un bureau et une chaise, avec plusieurs papiers éparpillés et des restes de nourriture. Tout portait à faire penser à un simple local de travail administratif. Tandis que Brume tentait de se faufiler à travers l'ouverture un peu trop petite il entama un étrange rituel. Collé contre le mur gauche de l'entrée, il effectua trois grands pas et s'arrêta très précisément à l'endroit du dernier. Sa main tira alors une sorte d'aiguille du sol et un bruit de fond assez discret, comme un ventilateur, démarra. La pièce entière s'enfonça dans le sol avec une certaine lenteur.

- Ne vous inquiétez pas, nous ne partons pas réellement dans un sous-sol. Le Royaume de Luvneel a été fondé il y a plusieurs centaines d'années sur un relief particulièrement inégal. Bien que certaines démolitions et compensation en béton furent installés à certains endroits, la différence d''altitude entre certaines places de cette île peut se révéler plutôt impressionnante. En clair cet ascenseur improvisé est un raccourci pour accéder à un grand entrepôt, vous allez voir.

J'écoutais son discours avec attention en regardant l'engrenage permettant de descendre qui laissait sur les murs une teinte cuivrée probablement dû aux métaux rouillés de la plate-forme. Après une petite minute il découvrit une grande ouverture cachée dans le mur du fond et nous montra l'endroit dont il parlait précédemment.

- Bienvenue au Fight Club.

Une odeur de sueur mélangée à celle du sang et du métal oxydé remplissait la pièce. Plusieurs rings étaient présents. Sur certains, des combattants disputaient des combats violents voire sanglants. La salle en elle-même semblait contenir toute sorte de gens, du plus pauvre au plus riche, en passant par les parieurs. A présent que cette « activité » lucrative apparaissait devant mes yeux, ma motivation s'était nettement amoindrie au point même que je regrettais un peu d'avoir fait tout ce voyage. Pourtant j'avais l'impression que je devais rester ici, impossible de justifier la raison mais mon instinct m'ordonnait d'agir ainsi.
Soudainement, un poing se dirigea vers mon visage. Réflexe instantané je déviais le coup avec mon avant bras avant d'asséner un coup avec le tranchant de la main derrière son. Effet immédiat, l'agresseur se retrouva par terre, inconscient suite à quoi plusieurs personnes en costumes noirs s'approchèrent de moi. On me fit comprendre que je venais de porter la main sur un garde du corps, et que le seul remboursement « acceptable » de leur part serait un combat sur le ring avec l'adversaire qu'ils choisiront. A contre cœur, je gravis les cordes pour me placer dans un coin du ring. Dans quoi étais-je encore tombé...


© Len Kagamine - PL:R
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3414
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
53/75  (53/75)
Expériences:
624/1000  (624/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Dim 20 Juil - 15:59

Underground (2).

Rester jusqu’à la fin des combats. C’était une chose que de le penser, une autre que de le vivre. En regardant sans m’en lasser les combattants se faire éclater sur le ring, je tentais de me défaire de cette envie de rester. Pourtant, le sang mêlé à la sueur des participants paraissait beau. Magnifique même. J’étais en pleine contemplation de ces corps couverts de leur propre liquide carmin. On ne pouvait malgré tout pas dire que leurs carrures étaient impressionnantes. Sûrement des débutants. Un seul essai, le meilleur reste, l’autre va nourrir les requins. Je soupirai, ils avaient l’air si pitoyable. Et moi encore plus à les fixer. Pourquoi ne voulais-je pas quitter cet endroit ? Mon regard fut attiré par les deux combattants qui entrèrent ensuite sur le ring. J’allai m’asseoir sur un banc qui permettait aux parieurs d’assister aux combats. Il y avait un petit stand où trônait la femme qui m’avait accueilli plus tôt. L’homme muet s’était positionné à ses côtés en commençant à se déshabiller. Quelques regards s’étaient tournés vers lui, si bien que le combat passa presque inaperçu. Pourtant, il n’enleva que son haut, se retrouvant torse nu. Son pantalon était épais. Au niveau de son entrejambe, j’arrivais à discerner la forme d’une coque. Sûrement en cas de coup bas.

Ce n’était pas un amateur, je pouvais le sentir. Il se dirigea vers le ring lorsque le combat fut fini, dégageant le perdant en le jetant hors du ring. Un homme enchaîné fut alors apporté sur le ring, ses menottes furent retirées et commença un combat à sens unique. Un massacre. L’homme muet sur le ring semblait taper sur l’autre en y prenant un certain plaisir. Il était excité comme jamais, ou du moins c’est l’impression qu’il donnait.

« - C’est sûrement un gars qui n’avait pas payé, me dit la femme du stand en s’asseyant à côté de moi. Tu sais, le Royaume de Luvneel est censé être sous la protection du Gouvernement Mondial, mais c’est la Révolution qui est en place ici. »

Je ne voulais pas dire que ça ne m’intéressait pas, mais ces histoires n’étaient pas de mon ressort. Je me contentai d’observer l’homme massacré qui était sorti du ring, à moitié mort. Pourtant, je ne pouvais pas m’empêcher de vouloir regarder un nouveau spectacle. On amena une nouvelle personne, cette fois-ci un homme plus âgés… J’avais l’impression de le connaître. Son visage me disait quelque chose. Fronçant les sourcils, je me levai.

La femme me prit alors le poignet pour m’attirer sur le banc. Elle semblait mécontente du fait que je me sois mis debout, et son expression était tout à coup devenue plus agressive. Soupirant, je me contentai de rester avec une vision partielle de l’individu tandis qu’un nouveau protagoniste s’avançait sur la scène, un Den Den à la main.

« - Messieurs et Madame, le prochain combat opposera l’Homme Mystère à notre champion en titre… Kalvin ! »

Les quelques spectateurs rassemblèrent leurs voix pour imiter une foule de supporters en délire. Je souris à moitié, levant le poing, imitant les autres personnes comme si c’était la seule chose que j’avais envie de faire. En me levant sur le banc, j’aperçus alors l’homme sur le ring un peu mieux qu’avant et il me revint en mémoire.

« - T’es le gars de Dwarf Town ! Lançai-je en me dirigeant vers le bord du ring, à l’opposé de là où j’étais installé. Hal… Halfken ! »

Je souris, le regardant avant d’entendre le présentateur m’ordonner de rejoindre ma place. Me contentant de lui tirer légèrement la langue, je montai à mon tour sur le ring sous le regard consterné des spectateurs.

« - Tu fais quoi ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Mar 29 Juil - 15:06


Petit Changement


Feat Erwin ~





Il y a des moments où l'on se sent vraiment mal à l'aise. Je vivais l'un d'eux et cela n'avait rien de plaisant. Ce n'était pas à cause des hurlements de certaines personnes dans la foule ni des dizaines de regard pointés sur moi mais plutôt cette sensation de ne rien contrôler et d'être forcé à combattre. Heureusement un élément perturbateur vint changer la donne, quelqu'un dont la présence me surprit au plus haut point. Des cheveux bruns sortant d'un bonnet en laine noire, un casque autour du cou et une fribouille innocente, il s'agissait bien d'Erwin celui qui avait trouvé le filon de Sylvanite. Sans scrupules, il monta sur le ring. Il aurait pu tenter de me parler depuis le sol, mais à travers le bruit ambiant sa voix, bien que légèrement grave, n'aurait jamais pu atteindre mes oreilles. Quand il bégaya mon nom, je trouvai ça assez incroyable qu'il ne s'en souvienne pas parfaitement... Sur Dwarf Town on n'était peut-être pas devenu les meilleurs amis du monde mais on avait quand même passé une bonne journée ensemble. Apparemment assez pressé, il passa rapidement... très rapidement même sur les politesses d'usage vu qu'il n'en fit aucune et se contenta de m'interroger sur ma présence ici. Ah la jeunesse, toujours dans l'instant présent. Le plus drôle étant que je me posais exactement la même question à son sujet, c'était bien le dernier endroit où je pensais le rencontrer à nouveau.

- A la base je cherchais juste à profiter de la ville, mais je crois être tombé au mauvais endroit au mauvais moment, dis-je avant de soupirer longuement.

Intrigué par sa présence, je vins remuer ma main en l'air pour faire signe au présentateur. J'abandonnais le combat avant même qu'il ne commence. Le public, indigné par une telle action s'enflamma et exprima son mécontentement par de nombreuses huées. Autant dire que leurs avis n'avait aucune importance à mes yeux, et encore moins ma réputation. J'espérais pouvoir discuter avec mon ancien compagnon et prendre de ses nouvelles mais très vite, les cris et hurlements se noyèrent dans d'autres sons très inquiétants. Ceux de vitres se brisant puis des sifflements comme si on relâchait quelque chose sous pression et de petites détonations. Des fumigènes venaient de pénétrer l'enceinte de l'entrepôt et déjà la nuée grise se répandait, handicapant ma vue. Le pire restait à venir : une nuée de soldats dont je ne pus percevoir que la silhouette tiraient à foison à travers la purée de pois. Attrapant une des tables en bois placées un peu partout, je la fis basculer pour m'en servir de bouclier le temps de réfléchir à un moyen de me sortir d'ici. A ma connaissance il y avait deux entrées, l'ascenseur que j'avais emprunté, qui était déjà remonté et l'autre issue bloquée par ces types. Je regardais à gauche et à droite. Si je ne me plantais pas, le bâtiment s'avérait construit en pierre « Ça ne devrait pas être trop difficile » me dis-je alors. Brume qui peinait à se cacher elle aussi derrière la table me fixait d'un air inquiet. D'un coup de tête nonchalant, je lui indiquais notre sortie. J'empoignais mon épée et vint fouette l'air violemment à de nombreuses reprises pour former un grand nombre d'impact d'air. Ils s'écrasèrent dans la paroi frivole et ouvrit un passage assez grand pour que Brume puisse se faufiler. L'instant d'après, nous étions dehors. Je montai rapidement sur elle et lui ordonnai de s'élancer aussi rapidement que possible loin d'ici. Ce n'est qu'après une dizaine de secondes que je repensais à Erwin qui était à l'intérieur, je l'avais oublié l'espace d'un instant à cause de l'agitation. Brume comprit instantanément ma pensée et fit volte face avant de s'engager sur les toits de maisons assez basses puis plus hautes. Brume était dotée de bien meilleurs sens que moi et c'est pourquoi je lui demandais de retrouver n'importe quelle trace de lui, tout en restant ici, à couvert sur les hauteurs.. Mon cœur battait de plus en plus fort en repensant à Erwin qui était si jeune et fragile, je n'aurais jamais dû le laisser là-bas.

- Dépêche toi Brume, j'ai un mauvais pressentiment...


© Len Kagamine - PL:R
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3414
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
53/75  (53/75)
Expériences:
624/1000  (624/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Dim 3 Aoû - 16:15

Underground (3).

Juste après la réponse de Halfken, juste après les fumigènes qui vinrent rapidement enfumer la salle, juste après les tirs qui ameutèrent les cris des spectateurs, mon esprit commença enfin à repartir dans les Starting Blocks, m’obligeant à réfléchir à la situation dans laquelle je me trouvais. Le champion en face de nous avait commencé à tourner la tête dans tous les sens, et mon regard se fixa alors sur lui tandis que je détaillais son intrigante silhouette. Intéressant. Ce gars était bizarre. Depuis que je l’avais rencontré un peu plus d’une heure plus tôt, j’avais commencé à perdre la boule. Je ne me posai pas la question de savoir s’il possédait un pouvoir. Il allait falloir que j’utilise le mien pour sortir de là. Quand je me retournai vers Halfken, celui-ci avait disparu. Je regardai brièvement le public mais certains d’entre eux, les plus proches des petites explosions, s’étaient endormis. D’autres gisaient sur le sol, certainement criblés de balles. Je me couvris le nez en soulevant mon tee-shirt, bloquant certainement mes mouvements mais me protégeant ainsi d’un potentiel gaz répandu dans l’air. Alors, la fumée s’intensifia, me couvrant la vue.

En fronçant les sourcils, j’arrivai à percevoir des ombres qui se mouvaient dans la fumée. De brèves images rémanentes qui disparaissaient la seconde suivante. Ces personnes… Ces ombres… Au moment où un éclat vint percer le brouillard, je lâchai mon tee-shirt pour regagner une certaine liberté de mouvement et me décaler sur le côté. Une lame vint alors percer le vide qu’occupait précédemment mon corps. Quelqu’un venait d’essayer de me tuer sur le ring. D’un mouvement vif, je tentai d’attraper la main de mon agresseur mais elle disparut au moment où j’arrivai sur elle. Déglutissant, je finis par reculer légèrement et me heurtai contre quelque chose au sol, me faisant tomber sur les fesses à cause du déséquilibre.

Mon regard fixa alors le corps à terre : un homme cagoulé qui ne présentait aucune marque de blessure apparente, si ce n’était sa tête tordu. On lui avait certainement brisé la nuque. Je levai les yeux au-dessus de moi pour voir la silhouette de l’homme qui avait certainement fait ça : le champion s’apprêtait à s’abattre sur moi, ne me différenciant pas de la personne qu’il venait sûrement de tuer. Utilisant mon pouvoir, je fermai les yeux et me téléportai sur l’autre côté du ring. Je ne savais pas si c’était son pied ou son poing qui venait de s’abattre, mais le fracas se fit entendre et souffla une partie de la fumée autour de lui. La puissance du choc avait cependant eut deux effets : de la poussière entourait l’endroit où il avait atterri et le corps de l’homme décédé avait roulé vers le bord du ring, propulsé comme un vulgaire sac à viande.

« - Alors comme ça, tu as survécu à cette attaque, Kalvin, s’énerva un homme qui s’était assis sur les gradins comme si de rien n’était. Mes mercenaires sont vraiment une bande d'incapables. »

Il ne releva pas ma présence, même si son regard intrigué se dirigea vers moi dans un premier temps tandis qu’une mèche de cheveux bruns apparut dans le coin de mon regard, me faisant frissonner légèrement avant qu’une lame ne vienne caresser ma gorge tandis que je déglutissais. Que se passait-il ?

L’homme dans les gradins applaudit tout à coup. La poussière se dissipa, laissant percevoir Kalvin, le champion en titre, debout à fixer avec insistance la seule personne qui osait bouger le petit doigt. Je ne pris pas la peine de faire un geste, mais mon regard tenta d’apercevoir la personne qui me menaçait, sûrement derrière moi, en vain. Ils étaient deux… Non, sûrement plus, mais je ne percevais pas les autres.

« - La plupart de vos invités se sont échappés… C’est un réconfort de savoir que ton boss va pouvoir mettre la clef sous la porte d’ici peu… Kalvin. »

Le nom du champion sembla siffler à travers les lèvres de l’homme assis comme une insulte, ce qui fit réagir l’intéressé au quart de tour. Je sursautai mais sentis alors la lame de mon agresseur pénétrer légèrement ma peau, et par réflexe je disparus pour réapparaître quelques mètres plus loin, une goutte de sang perlant le long de mon cou. Me retournant enfin, j’aperçus la femme qui s’avançait vers moi en courant, une dague dans une main et une épée dans l’autre. A côté de nous, Kalvin avait atteint les gradins avec un coup qui ne fit pas un seul bruit. Mon regard surpris se tourna vers l’homme tandis que j’esquivais l’attaque de mon assaillante. Il se retrouvait bloqué par l’homme comme si de rien était, celui-ci ayant uniquement levé la main vers le ciel, et la femme se lança à nouveau à l’assaut tandis que j’espérais voir quelqu’un intervenir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Ven 8 Aoû - 3:18

/!\ Attention : Le vert utilisé pour les dialogues n'a rien à voir avec celui du début du RP, ce ne sont pas les mêmes personnages !


De Justesse


Feat Erwin ~





Brume était restée à l'extérieur, en sécurité. J'ignorais ce qui pouvait se trouver à l'intérieur de l'entrepôt, et si j'en venais à devoir la protéger, elle deviendrait un fardeau plus qu'autre chose. Par soucis de facilité mais aussi de surprise, je décidais de revenir par l'entrée créée par mon sabre. Le problème étant que la fumée avait envahi la totalité du bâtiment et commençait maintenant à s'échapper doucement par chacune des ouvertures. Impossible de se jeter dedans tel quel, il me fallait improviser. Tandis que je dégainai Archenemy, ma main gauche débuta d'amples mouvements circulaires qui s'accélèrent très rapidement. Quand la vitesse fut suffisante, ma main droite s'empara de la poignée stoppant brusquement l'inertie engrangée pour créer une poussée de vent assez impressionnante. En un instant, la brume qui autrefois masquait les murs gris et sombre fut soufflée en un instant.

Un chaos incroyable s'étendait sous mes yeux, entre la poussière, les cadavres et certains bris de verre, je repérai Erwin qui semblait aller plutôt bien. Cela dit je vis également une assaillante. Pas le temps de rentrer dans les détails, j'ignorais s'il avait les capacités pour se défendre et les quelques secondes qu'il me faudrait pour analyser la situation pourrait se révéler mortelles. Son attaque était fine, parfaitement exécutée. Son ambidextrie précise utilisait sa première arme, un sabre pour distraire la défense de son adversaire qui chercherait à s'en protéger par tous les moyens. Elle n'avait alors plus qu'à réduire la distance qui les séparait pour le suriner avec sa dague. J'utilisais une technique assez simple contre les porteurs de telles armes. Développée au fil des années, elle consistait en une pression violente sur un des coudes qui finissait par céder – laissant la plupart du temps une fracture – et venait se heurter contre le deuxième coude. Dans tous les cas, la pression sur le nerf cubital forçait un réflexe qui lâchait à tous les coups la préhension des deux mains. Une fois désarmée je me contentais de la repousser d'un puissant coup de paume hors du ring. L'ambiance palpable me fit rapidement comprendre que cette situation n'allait pas se régler par un grand sourire et quelques paroles affiliées à un grand sens de la rhétorique. L'acte qui me permit de faire cette rapide conclusion fut ce soldat en face de moi qui releva son arme à feu dans ma direction avant de presser la détente. J'eus juste le temps de dévier légèrement la balle avec mon fourreau mais elle m'érafla tout de même une bonne partie du bras droit laissant s'échapper une giclée de sang sur le sol de l'arène.

- Un autre invité qui s'annonce sans prévenir il semblerait. Et il défend l'autre, charmant. Occupez-vous en, mais je les veux en vie, ils ont piqué ma curiosité.

Occupé par son combat personnel, il n'eut pas le temps de laisser d'autres paroles sortir de sa bouche. En revanche, les quelques troupes, elles, semblaient bien décider à passer à l'action. Je regardais Erwin sans trop savoir ce qu'il comptait faire, au final je préférai m'occuper de ces têtes brûlées le temps qu'il puisse s'enfuir, ou autre peut-être... Cinq terroristes s'avancèrent alors dans ma direction, tous armés jusqu'aux dents. La femme de tout à l'heure avait disparu de ma vue, peut-être l'avais-je touchée ou peut être pas mais la menace actuelle était de toute façon devant moi. Le premier tenta une attaque verticale que j'esquivais d'un pas sur le côté avant de lui asséner le traditionnel coup derrière la nuque, le laissant s'écrouler. Les deux autres en profitèrent pour essayer de me transpercer mais avec une petite acrobatie je me retrouvai derrière eux et les dégageai avec deux coups de pieds secs et brutaux. Je m'apprêtais à m'attaquer aux deux derniers qui possédaient des corps plus massifs, je vis quelques demi-douzaines d'hommes arriver de nulle part pour leur porter main forte. Si leurs effectifs étaient encore plus nombreux, les combattre tous n'était certainement pas la solution, ce que je tentai d'exprimer à Erwin :

- On ne peut pas rester ici, ça va prendre du temps et surtout on est en infériorité numérique, on va vite se faire dépasser. Tu n'aurais pas une idée par hasard ?


Mes deux derniers mots coïncidèrent avec le bruit de plusieurs lames qui s'entrechoquèrent avec mon fourreau, les mercenaires commençaient enfin à attaquer simultanément.

Spoiler:
 

© Len Kagamine - PL:R
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3414
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
53/75  (53/75)
Expériences:
624/1000  (624/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Ven 8 Aoû - 18:48

Underground (4).

L’entrepôt était totalement construit en deux matières : l’une qui permettait aux murs d’isoler les bruits et l’autre qui permettait au ciel de faire un vacarme pas possible quand il pleuvait. Pour le premier matériau, je n’avais aucune idée de ce que ça pouvait être. En revanche, le toit était fait en taule, une matière assez peu résistante au final en comparaison aux autres éléments terrestres. En voyant la fumée se dissiper, je crus d’abord qu’il s’agissait d’un problème météorologique que je n’aurais pas été capable de déterminer malgré mes compétences en navigation. Pourtant, quand je regardai brièvement derrière moi, j’aperçus Halfken qui revint en me sauvant in extremis d’une mort incertaine. Puis un soldat que je n’avais pas aperçu tira sur mon improbable sauveur qui réussit à dévier la balle avec son sabre, acte impressionnant mais qui n’eut pas grand effet puisque son bras fut quand même éraflé sévèrement. Maintenant que la fumée s’était dissipée entièrement, les détails m’apparaissaient, et je regardai sur l’estrade les cadavres qui m’avaient plus tôt paru endormis, le regard figé. Bien sûr, ce gaz n’était pas soporifique. Clignant des yeux, je me reculai contre le bord du ring, voyant l’homme qui avait arrêté Kalvin en train de stopper chacun des coups de ce dernier avec une facilité déconcertante.

Détournant mon attention d’Halfken, je notai que les deux combattants n’étaient pas de forces égales. L’invité surprise menait la danse avec une déconcertante facilité, il contrait chaque enchaînement sans jamais répliquer, faisant passer le champion du ring pour un bouffon de première. Je soupirai en le regardant, me relevant tout en me tenant aux fils qui bordaient le carré surélevé. Que pouvais-je faire à présent ? Ce n’était pas ma bataille, et on m’avait certainement trompé sur l’idée que je me faisais de ce petit boulot qu’ils m’avaient proposé.

« - Hein ?! »

Dans un premier temps, je ne compris pas les paroles de celui qui combattait à ma place depuis quelques minutes. Pourtant, en voyant la vague de guerrier débarquer et Kalvin projeter contre le toit, traversant ce dernier, je compris où il voulait en venir. Une idée… Vite, réfléchis Erwin. On était encerclé, le seul combattant réellement potable avait été projeté quelques mètres plus loin dans les airs. En entendant le fracas qu’il provoqua en retombant sur le toit en taule, je me demandai si en réalité je n’avais pas sous-estimé la solidité de ce truc. Grognant, je pris le poignet d’Halfken et le tirai avec moi vers l’extérieur du bâtiment tandis que l’attention des mercenaires était centrée sur l’impact. Tandis que l’un d’entre eux s’avança vers nous, remarquant notre mouvement du coin de l’œil certainement, je me téléportai légèrement sur le côté avec le guerrier, esquivant ainsi son coup d’épée pour ensuite lui faire un croche-pied. Il s’était étalé de tout son long par terre, l’épée à plusieurs mettre de lui arrivant aux pieds d’un autre homme qui nous remarqua à son tour et sonna l’alerte.

« - Bon, je crois que le champion est hors combat, il nous viendra pas en aide. Mais il y a une porte plus loin. »

Je montrai la sortie du bout du doigt tout en courant, entendant un premier coup de feu maladroit tiré dans la lampe au-dessus de nous. Les éclats de verre tombèrent dans notre dos, puis furent piétinés par les pas lourds de nos poursuivants. Du moins, j’espérais que Halfken me suive encore. Plus loin, l’homme qui avait vaincu Kalvin ne semblait pas avoir bougé de sa place, entouré de deux lieutenants. Quand je sortis enfin de ce bordel, j’attendis qu’Halfken ait passé la porte ou du moins que la première personne derrière moi soit sortie pour fermer l’entrepôt, espérant que ça tiendrait quelques instants.

Tout en soufflant, j’aperçus un corps rouler pour atterrir sur le pavé froid qui recouvrait le sol. Il semblait s’être étalé de tout son long comme un bout de viande mort.

« - Kalvin, soupirai-je en me dirigeant vers lui. Il est vivant… On ferait mieux de s’éloigner. »

J’avais parlé à l’adresse de mon camarade d’infortune, espérant que celui-ci m’aiderait à porter le champion évanoui. Un coup. Un coup avait suffi à l’envoyer dans les vapes. Mais à quel genre de monstres avions-nous à faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Dim 10 Aoû - 1:41


Mal en Point


Feat Erwin ~





Il y a peu de choses dont je suis certain, mais ce qui est sûr, c'est que la prochaine fois qu'on me proposera une « activité qui peut se révéler lucrative » je remballerai aussi sec l'invitation et m'occuperais de mes propres affaires, ce qui en fait déjà beaucoup à n'en pas douter. Tout en restant attentif au moindre mouvements des mercenaires qui se trouvaient en face de moi, je jetais de petits regards discrets en arrière pour surveiller Erwin. A peine après qu'un bruit semblable à un objet heurtant le toit retentit, Erwin s'empressa de venir me chercher pour s'enfuir de là. Oui après tout leur entrée à eux nous laissait le champ libre, il fallait juste se dépêcher. Cependant un des combattants décida de ne pas nous laisser partir et s'élança en avant pour asséner un grand coup d'épée verticale. J'étais hors de portée, ce qui n'était pas le cas de mon coéquipier, je m'apprêtais donc à bloquer le coup. Impossible d'expliquer ce qui suivit, en tout cas je n'avais pas la solution en tête. Le premier mot qui me venait à l'esprit était déplacement instantané. Mais ce n'était probablement qu'un mouvement très rapide, non ce qui m'étonnait réellement c'est qu'Erwin soit capable d'une telle prouesse. Au final je ne connaissais pratiquement rien sur lui à part son physique et sa façon de vivre un peu désinvolte ! Il semblait malgré tout assez peu violent puisqu'il se contenta de déséquilibrer l'assaillant avec un croche-patte, assaillant qui s'étala par terre de tout son long non sans avoir lâché au sol son épée clinquante. Nous sortîmes de justesse tandis qu'un feu nourri débutait à nos trousses. Erwin referma rapidement l'ouverture pour nous faire gagner du temps. Il aperçut alors Kalvin, en mauvais état, luttant pour respirer. Son visage était plaqué contre le sol mais on pouvait apercevoir du sang sur son visage. Erwin restait assez pressé de s'échapper, tout comme moi d'ailleurs. Ce qui allait compliquer la tâche c'est qu'avec ma blessure au bras, je n'allais pas pouvoir porter son poids longtemps. Cela s'expliquait par la quantité de sang que j'avais déjà perdue. Deux doigts vinrent se positionner à l'intérieur de ma bouche et je soufflai d'un ton très particulier dans l'interstice pour provoquer un sifflement aiguë. Une dizaine de secondes plus tard Brume descendait du toit de l'entrepôt pour nous rejoindre. Récupérant la dépouille mal en point, je la plaçai sur le pelage blanc tigré de brume, puis je lui précisais de faire attention à ce qu'il ne tombe pas ; il était à la limite de l'inconscience et il n'arriverait probablement pas à se retenir si elle effectuait un mouvement trop brusque.

- On ferait mieux de se dépêcher, ils vont peut-être nous suivre.

A peine avais-je terminé ma phrase que je perdais l'équilibre, tombant avec une sensation d'engourdissement sur le sol. Mon corps eut du mal à se relever, et je sentais que cette balle avait fait plus de dégâts qu'au premier abord. Afin de ne pas alourdir Brume qui portait déjà un homme de belle carrure je décidais de courir à ses côtés. Je m'attendais tout naturellement à ce qu'Erwin nous suive, voire dans le pire des cas à ce qu'il rejoigne Kalvin, vu son poids il ne serait pas un grand handicap ! Nous étions prêt à partir sauf que l'île m'était tout à fait inconnu, alors je pris la première direction sans trop réfléchir.

- Dis voir, tu connaîtrais pas un médecin ici ? Et comment tu as fait ça tout à l'heure ?

Deux questions sans réelles rapports, mais qui m'intéressaient au plus haut point. Tandis que j'écoutais sa réponse, je pressai la déchirure sur mon bras avec la main opposée pour réduire l'hémorragie. Chaque pas m'épuisait de plus en plus, il fallait vraiment qu'on trouve quelque chose, n'importe quoi. Je jetais un dernier coup d’œil derrière... Merde, les revoilà.


© Len Kagamine - PL:R
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3414
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
53/75  (53/75)
Expériences:
624/1000  (624/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Dim 10 Aoû - 23:44

Underground (5)

Sur le dos de la tigresse de Halfken, Kalvin paraissait plus petit. Je ne me rendais pas compte de la taille de ce genre d’animal, mais pour avoir cette impression, cela devait être un animal assez grand ! Lui souriant, je ne lui adressai pourtant aucun mot. Non par crainte, mais parce que j’avais confiance. Le champion en titre était peut-être un ripou qui faisait partie d’une organisation criminelle, mais son heure n’avait pas encore sonné. Lorsque j’entendis un petit gémissement sortir de sa gorge, je lui tapotai la joue tout en disant d’une voix ferme :

« - Reste avec nous, t’as compris ? »

Il ne pourrait pas me répondre. J’avais oublié qu’il était muet, malgré tout sa respiration saccadée se stabilisa rapidement. Tout en commençant à suivre mon camarade d’infortune, j’observai les ruelles. Ce n’était pas celles que j’avais emprunté pour venir. Mais au moins, j’arrivais à me repérer un peu en situant le soleil et son avancée dans le ciel ainsi que la position qu’il avait lorsque j’étais parti de la taverne avec Kalvin. Progressivement un plan se dessina dans mon esprit et j’analysai le meilleur moyen de nous rendre près de celui que je pensais être le boss de l’entrepôt. En entendant Halfken parler, je me rendis compte que j’étais tellement plongé dans mes pensées que je ne faisais plus attention à leur présence.

« - Je ne connais pas de médecin, mais je crois que quelqu’un sur cette île en connaîtra un. »

Quant à sa seconde question… je n’eus pas le temps d’y répondre. Les cris de sauvage de nos assaillants retentissaient dans les ruelles péniblement praticables. Pourtant, il allait bien falloir leur échapper. C’est à ce moment-là qu’un des groupes qui était censé maintenir l’ordre dans la ville – marine ou révolutionnaire, je n’aurais su le dire puisqu’ils avaient débarqué en disant « Au nom de la loi, je vous arrête ! » dans notre dos, intercepta le groupe qui nous avait pris en chasse. Sans me retourner, je continuai ma route et pris les devants, oubliant la question que m’avait posé Halfken.

Notre course se termina quelques minutes plus tard, devant la taverne de laquelle j’étais sorti avec Kalvin. Tandis qu’une des serveuses se dirigea vers nous en courant, l’autre s’était immédiatement dirigée dans l’arrière-boutique. Celle qui nous tint compagnie demanda immédiatement à ce que l’on aille chercher un médecin. Mais à peine avait-elle hurlé cela qu’une femme que je connaissais de vue et pour lui avoir parlé à l’entrepôt sortit, les vêtements couverts de poussière. Elle semblait légèrement colère mais analysa la situation et se dirigea vers Halfken en lui disant de venir avec elle pour qu’elle puisse s’occuper de ses blessures.

Je la regardai partir tout en faisant un signe amical au guerrier avant de me retourner vers Kalvin que je pris soin de descendre de la tigresse en essayant d’être respectueux pour la créature en partie géante. Un médecin se précipita alors vers nous en courant, apparemment affolé. Derrière lui arrivait en marchant tranquillement l’homme d’une importante corpulence qui m’avait fait entrer dans toute cette histoire. Soupirant en voyant son gardien à terre, il me fit un bref signe de la main pour m’indiquer d’entrer à sa suite, laissant le pauvre champion du ring aux mains du médecin qui demanda à ce qu’on l’amène dans l’arrière-boutique.

« - Que s’est-il passé ? Me lança-t-il en s’installant lourdement dans son siège, déformant celui-ci uniquement grâce à son poids. »

Je lui expliquai brièvement ce qu’il s’était passé. Les mercenaires, l’attaque, la fumée, la personne qui avait vaincu avec tant de facilités ce combattant expérimenté… En soupirant, j’évitai de dévoiler mes capacités, même s’il se douta sûrement de quelque chose quand je lui avouai notre fuite après avoir été aux prises de dizaines d’hommes.

« - Il y a deux clans de hors-la-loi à Luvneel… Le mien, les Rusuban, et celui de l’homme qui vous a attaqué, les Han’Sen. »

Il m’expliqua brièvement qu’ils se partageaient le commerce souterrain tout en précisant que la révolution soutenait chacun des clans sur certains points et non sur d’autres à cause de leur forte influence. Ils étaient là bien avant les révolutionnaires et seraient là bien après eux, il en avait la certitude. Ajoutant qu’il n’allait pas laissé cet affront passer comme ça, il sortit un escargophone et s’éloigna en me laissant patienter pour le retour de Halfken.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Lun 11 Aoû - 2:25


Mal en Point


Feat Erwin ~





Plus de peur que de mal en fin de compte, les autorités vinrent s'occuper de nos poursuivants, nous laissant ainsi le champ libre. Erwin nous mena à une vieille taverne. La devanture laissait penser que les thermites et autres nuisibles trouvaient en cette baraque une magnifique demeure où loger. A côté de ça la chaîne qui retenait l'enseigne en bois pourri grinçait sous l'effet du vent.

Une fois à l'intérieur, notre arrivée déclencha une certaine panique au quelques serveuses présentes. Certaines firent des va et viens, une autre posa plusieurs questions un peu idiote lesquelles je pris soin d'ignorer. Au bout d'un moment, une femme à l'air grincheux et aux vêtements sales s'approcha de nous. Non sans un certain manque de délicatesse, elle me fit comprendre de venir avec elle afin de « regarder ce qu'elle pouvait faire pour mon bras », tant de mots qui inspirent confiance... Faisant confiance à Erwin et surtout à son air approbateur je décidai de la suivre traînant avec moi quelques gouttes de sang qui dégoulinaient de mon bras jusqu'à ma main et venaient s'écraser dans le sol. Au passage j'expliquai à Brume de les laisser prendre Kalvin et de m'attendre sans faire de blessés. Comme à son habitude elle me lança un regard complice et ouvrit rapidement sa mâchoire pour s'échapper un petit rugissement. Elle m'amena dans une salle un peu recluse derrière ce qui semblait être une grande salle à manger. On y trouvait une sorte de lit improvisé constitué d'une table en bois recouverte de paille et d'un drap blanc tâché. Me faisant signe de m'y asseoir je vins tâter légèrement la surface avant de poser mes fesses pour m'assurer de la solidité de cette paillasse. Ses yeux scrutèrent minutieusement la blessure avant de sortir un bandage blanc qu'elle pressa contre l'entaille puis m'ordonna de le tenir. On sentait une certaine anxiété dans ses paroles et sa façon d'agir. Ses cheveux noirs lisses et longs montraient le soin qu'elle y apportait et contrastaient étrangement avec sa tenue négligée. Tandis qu'elle farfouillait à dans divers fioles et outils je tentai d'ouvrir la conversation.

- Tout va bien ? Vous semblez... perturbée.
- Étonnant que quelqu'un qui vient de perdre un peu plus d'un litre de sang s'inquiète de l'état de son médecin. A défaut d'aller bien, mon bras est en parfait état.

Une douce pointe de sarcasme s'élevait en même temps que sa voix, chose que je ne comprenais pas. Après tout je ne la connaissais pas et je n'avais rien demandé, pourquoi une telle haine gratuite ? Elle sortit un grand couteau qu'elle aiguisa plusieurs fois à l'aide d'un fusil. Quelques étincelles illuminèrent l'endroit un court moment avant de s'effacer.

- Oh doucement, c'est pour quoi faire ça ?
Demandais-je un peu surpris.
- Un morceau de la balle s'est logé entre vos dos muscles, il va falloir l'extraire. Je vais vous anesthésier localement.
- Et pourquoi êtes-vous couverte de poussière ?

Plongeant son couteau dans la blessure sans prévenir elle effectua un petit moulinet qui dura quelques secondes avant de sortir la balle d'un coup sec, un cri de douleur s'échappa de ma bouche alors qu'elle nettoyait son « outils ».

- Oups, j'ai été trop légère sur la lidocaïne. (La jeune femme frotta rapidement son torse pour enlever le plus gros des saletés)On a pas tous eu la chance de s'échapper sans problème par un trou dans le mur.

Saisissant alors un fil de fer et une aiguille, elle s'empressa de recoudre la blessure en désinfectant la plaie au fur et à mesure. L'un de ses yeux était masqué par un cache-oeil en cuir, mais l'autre commençait à se remplir d'une fine larme. Après avoir fait la relation entre tout ça, je compris qu'elle avait été dans l'entrepôt également, et son ton froid montrait probablement qu'elle venait perdre des amis chers.

- Je suis désolé, mais je ne suis pour rien dans cet attentat.
- C'est terminé, vous pouvez partir.
- Ne soyez pas comme ça, j'aurais juste quelques questions à vous poser...
- C'est ter-mi-né, répéta-t-elle avec insistance.

Dépité, je revenais sur mes pas pour rejoindre Brume qui n'avait pas bougé d'un poil. Sa taille s'avérait être un véritable handicape dans une si petite bâtisse, et elle restait donc constamment allongée. Prenant un autre chemin, je m'approchais d'Erwin qui attendait là.

- On est où ici ? Et c'est qui ce Kalvin ? Qu'est-ce que tu faisais là-bas d'ailleurs ?
(Baissant le ton rapidement, j'enchaînais avec une phrase tout autre). Ah et... on est suivi, une femme habillée en noir avec des yeux totalement blancs.



© Len Kagamine - PL:R


PS: Lidocaïne c'est un anesthésique tout simplement =)


Dernière édition par Halfken D. Lothbrok le Mar 12 Aoû - 22:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3414
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
53/75  (53/75)
Expériences:
624/1000  (624/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Lun 11 Aoû - 20:05

Underground (6).

« - On est dans une taverne, répondis-je brièvement en soupirant, regardant Halfken dans les yeux comme pour lui insuffler l’idée que poser trop de question n’était vraiment pas bon pour nous. Et ce Kalvin est… En fait, je l’ai rencontré en tant que protecteur de ce gros bonhomme. »

Sans gêne, je pointai du doigt l’homme qui était à l’escargophone avec une expression plutôt neutre. Je n’avais pas trouvé d’autre adjectif pour le définir. J’aurais pourtant pu dire ‘imposant’ ou ‘l’homme qui surplombe les autres’, mais ça aurait été le valoriser et ce n’était pas dans mes habitudes quand on m’entrainait dans ce genre d’histoires. En soupirant, je voulus ajouter quelque chose pour demander de quoi il parlait, mais l’homme de stature plutôt… imposante venait de raccrocher et s’était dirigé vers nous. Il regarda Halfken avec un air dédaigneux mais quand il remarqua la tigresse, son expression changea et un sourire fendit son visage :

« - J’ai un nouveau boulot pour vous, si ça vous intéresse… »

Devant mon air renfrogné, il haussa les épaules et recula d’un pas avant de voir la femme-médecin sortir de la pièce où avait été emmené Kalvin. Elle se dirigea vers son boss avec des rides d’inquiétudes au coin des yeux, jetant un regard à Halfken que je ne compris pas, puis elle alla s’installer tranquillement dans un fauteuil en lançant d’une voix calme mais de laquelle débordait une certaine retenue :

« - Kalvin devra se reposer au moins une journée… Cela va largement laisser le temps aux Han’Sen de se regrouper et de lancer un assaut fatidique pour nous envahir. On va perdre toutes nos parts dans le marché noir à ce rythme-là.

- Il faut juste les arrêter une journée… Ou mettre hors d’état de nuire leur meilleur guerrier, pour qu’on soit à égalité, réfléchit à haute voix celui qui semblait définitivement être le boss de tout ce bordel. Vous deux, nous lança-t-il à Halfken et moi avec un sourire un peu diabolique. »

Je reculai d’un pas prudent. Ce genre de phrase qui commençait comme ça indiquait toujours que j’allais être impliqué dans des histoires douteuses. En me frottant les cheveux, je cherchai une façon polie de dire que peu importe la façon dont les choses allaient se dérouler, je n’avais pas l’intention d’y prendre part, mais on ne me laissa pas parler. Le docteur qui s’occupait de Kalvin sortit en claquant la porte de l’arrière-boutique et haussa les épaules, se dirigeant vers la sortie sans adresser un mot aux protagonistes présents sur les lieux. Je déglutis en tentant de faire la même chose, me retournant lestement avant de me diriger vers la sortie. Cependant les paroles de l’homme retinrent mon attention :

« - Vous ne voulez tout de même pas devenir des hors-la-lois et être envoyés en prison, non ? »

Je fronçai les sourcils en reprenant ma position initiale, avant de m’asseoir à côté de la jeune femme aux longs cheveux noirs. Lui faisant un sourire amical, je me contentai de son expression la plus neutre en guise de réponse. Je savais comment ce genre de menaces fonctionnait : j’y avais déjà été sujet une fois, sur une île de Grande Line… Et ça s’était plutôt mal fini. Pas pour moi, bien sûr, les personnes qui avaient tenté d’avoir mes services s’étaient heurtées à plus fortes qu’elles… Mais la pression psychologique qu’on subit dans ce genre de cas est énorme. De fausses preuves sont créées et on nous implique dans des histoires louches de façon à ne plus pouvoir en sortir. Soupirant, le gros homme finit par dire sur une voix ferme :

« - Notre clan, les Rusuban, se trouve être à court de guerriers en ce moment… Mais on a quand même besoin d’imposer notre puissance : vous allez nous aider, en échange on vous laissera tranquille… Et je tiens toujours mes promesses, ajouta-t-il avec un sourire sur le visage. Mon nom c’est Monarque Dignity, vous pouvez m’appeler Momo… Et cette jeune femme est la médecin attitrée à notre organisation, elle se nomme Saphir.

- Et vos vrais noms ? Lançai-je en baillant, m’étirant légèrement sans les regarder, concentré sur Miu qui s’était mis à danser sur la table tout en me rappelant sa présence. »

Monsieur Monarque me lança un regard noir avant de nous montrer une carte de la ville, et l’endroit où nous devrions nous rendre pour la mission improvisée. En guise d’adversaire, nous aurions sûrement trois ennemis : un homme aux capacités redoutable, qui avait réussi à vaincre Kalvin, et ses deux subordonnés les plus proches. Je ne dis rien, mais il était évident qu’il ne s’attendait pas à ce qu’on les batte. Nous étions de la chair à canon pour lui, tout au plus. En le regardant attendre une réponse d’Halfken quant à sa proposition, il ne s’attendait sûrement pas à ce qui allait suivre.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Mar 12 Aoû - 22:47


Refus


Feat Erwin ~





Prends moi pour un con, une phrase que je n'oserais certainement jamais prononcer, mais qui s'apprêtait tout particulièrement bien à la situation. Parce que oui, je pensais avoir bien saisi que nous étions dans une taverne, assez miteuse qui plus est, et Erwin le savait parfaitement. Ce qui m'inquiétait c'était sa façon d'éviter la question en changeant rapidement le sujet pour ne pas avoir à satisfaire mes interrogations. De plus en plus, j'avais la légère impression qu'il me cachait certaines choses. Oh bien sûr tout le monde a le droit à son petit jardin secret... tant que cela n'influe pas sur la vie d'autrui. Bref, je quittais mes pensées pour me concentrer sur le reste de sa mince explication. Au final j'en appris plus par ce monsieur qui ferait sans doute mieux de courir un peu plus et de manger un peu moins. Outre son fameux regard terrifiant qu'il devait utiliser pour effrayer les coupes jarrets de son espèce, il utilisa le terme de « nouveau boulot ». Erwin travaillait donc pour lui, assez étonnant je dois dire. Sous ses traits charmeurs d'enfant innocent attendait peut-être une noirceur inconnue. Je soupirais déjà en pensant qu'il allait nous faire un discours sur un travail que j'allais refuser à coup sûr. Seule l'apparition du médecin de tout à l'heure réchauffait l'ambiance. Elle expliqua qu'un seul jour de repos pour Kalvin, il n'était pas si gravement atteint en fin de compte. La suite de son discours parlait d'affaires nullement honnêtes et je m'apprêtais justement à les quitter, je ne souhaitais pas être mêlé à tout cela. Erwin semblait du même avis et avait déjà pris les devants en se dirigeant en direction de la sortie. Un silence s'installa alors, jusqu'à ce que le bruit d'un pas fasse craqueler le bois sec. A ce moment précis l'homme plaça ses deux mains sur son bureau en avançant son buste pour faire une annonce.

- Vous ne voulez tout de même pas devenir des hors-la-lois et être envoyés en prison, non ?

Oho, du chantage. Là par contre il commençait sérieusement à m'agacer. Un être impulsif et dangereux se serait probablement jeter sur lui pour écraser son visage graisseux de multiples fois contre son bureau en chêne, heureusement pour lui, il faisait face à une personne très calme et patiente. Toujours avec cet air nonchalant que je lui trouvais, Erwin revint s'installer dans la pièce avec une certaine expression de déception. Il avait sans-doute ses raisons pour rester, car après sa petite démonstration dans l'entrepôt je suis certain qu'il aurait pu quitter cette île avant qu'ils aient le temps de dire « oups ». Ma curiosité l'emporta finalement et je décidai d'écouter notre hôte jusqu'au bout. Une guerre des rues, voilà de quoi il s'agissait rien de plus. Et comme tous les hommes de pouvoir il ne désirait qu'une chose : plus de pouvoir. Après une question apparemment irritante de mon ancien coéquipier, il décrivit sa stratégie en déroulant un vieux plan parsemé de tâches de graisse et de nourriture diverses. Quand il releva la tête comme pour observer nos réactions, je lui fis part de mon point de vue. Ma main gauche se plaça devant mon torse et s'étira comme pour montrer mes doigts.

- Que... ?
- Cinq, c'est le nombre de secondes qu'il me suffirait pour incapaciter les personnes présentes dans cette salle, à l'exception d'Erwin et Moui, – ou peut être Mayu ? – à qui je ne ferais aucun mal. Quant à cette épave croulante qui vous sert de quartier général je dirais dix-sept secondes pour m'en occuper entièrement. Maintenant dites-moi, comment comptez vous placer une prime sur ma tête si vous êtes mort ?

Ses yeux s'ouvrirent en grand tandis qu'il bégayait quelques mots ou plutôt syllabes. Son souffle s'accéléra, sa tête prit un teint rougeâtre et ses mains tremblèrent légèrement.

- C'est ce que je pensais également. Je vous ai ramené votre « champion », vous avez soigné mon bras on est quitte. Pour le reste de vos magouilles, vous vous débrouillerez sans moi et j'espère m'être bien fait comprendre.

Sans même prendre le temps d'écouter une éventuelle réponse, je vins tapoter amicalement l'épaule d'Erwin comme pour dire « allez à plus tard ! ». Une fois dans le couloir je vins doucement caresser Brume qui s'était assoupie et elle me suivit en direction de la sortie. L'air devint beaucoup plus pur une fois dehors et j'en respirais une grande bouffée.

© Len Kagamine - PL:R
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3414
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
53/75  (53/75)
Expériences:
624/1000  (624/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Ven 15 Aoû - 16:38

Underground (7).

La tension avait monté d’un cran quand Halfken avait évoqué le fait de décimer les personnes présentes à l’exception de moi et de mon compagnon s’il était à nouveau menacer. Je n’avais pas cette force de caractère, cette capacité à imposer mon idéal quitte à menacer d’ôter la vie aux autres, même si cela semblait irréaliste. Je soupirai, voyant la terreur s’inscrire sur les visages suintants de sueur des protagonistes présents. Une scène des plus dramatiques pour ces hors-la-loi pris à leur propre jeu. Me levant avec le guerrier, j’évitai de corriger la prononciation du nom de mon ami – un « Miuuu » sonore s’en était chargé – et le suivis simplement en adressant un signe de la main à nos potentiels ennemis. On était quittes, certes. Mais le destin en avait décidé autrement. On allait les aider, que nous le voulions ou non. Du moins c’est ce que je compris lorsqu’une explosion vint souffler un bout de toit qui atterrit juste devant l’entrée de la taverne.

« - Qu’est-ce que… ? »

Mon corps se braqua tandis que je reculai d’un pas en arrière, regardant en plissant les yeux l’endroit d’où la fumée se dégageait, sur le bâtiment. L’air pur s’était teint d’une odeur de brûlé, et je dus faire un pas en arrière pour esquiver une tuile qui tombait maladroitement de l’épicentre de l’explosion. Ce n’était pas d’origine naturelle, mais bien dû à une cause extérieure. Quelque chose qui aurait été fait de l’intérieur aurait provoqué plus de dégâts, ou plus exactement pas ce type-là.

L’autre indice qui me vint quelques secondes plus tard quand la fumée se fut dégager, c’était l’homme dont la main jouait habilement avec une grenade, jonglant presque en toisant la scène du regard. Il portait un insigne sur son tee-shirt, une sorte d’oiseau noir. Je ne pouvais pas en dire plus à cause de la distance, mais j’étais sûr d’avoir déjà de la chance d’avoir pu en discerner autant.

« - On dirait que les ennuis viennent à nous, soupirai-je en me grattant l’arrière du crâne. »

Les yeux fermés, j’étais plus sensible aux sons extérieurs. C’est ainsi que j’entendis les pas lourds qui résonnaient dans mon dos, et que je pus esquiver à nouveau en me mouvant rapidement grâce à mes reflexes. Là où j’étais précédemment, les pavés venaient d’être fracturés par la puissance masse qui venait de s’abattre sur eux. Je reconnus aisément le visage d’une des personnes qui entouraient l’adversaire de Kalvin quand nous étions dans l’entrepôt. L’autre personne devait donc être le second…

« - On n’est pas des ennemis, on est que des civils ! Hurlai-je en faisant un large geste de la main qui balaya l’air devant moi. »

Maugréant un « Tu m’en diras tant. », l’homme à la masse ne prit pas la peine de vérifier la véracité de l’information que je venais de lui communiquer et raffermit la prise sur le manche de son arme pour le diriger vers nous de manière horizontale. Il voulait nous emporter tous les deux, Halfken et moi. Même si j’avais confiance dans les capacités de mon acolyte, le mouvement était relativement lent et la masse avait l’air lisse. J’utilisai ma paume de ma main pour la toucher au passage et me téléportai sur place, instantanément, réduisant le mouvement que l’homme avait commencé à néant. Il me regarda avec une pincée de surprise, suffisamment longtemps pour m’arracher un sourire. Si je le désirais, il ne bougerait plus, mais cela m’intimait aussi de ne plus faire de mouvement et avec un second adversaire dans mon dos, je préférais ne pas tenter le coup.

« - Grenade ! Hurla une voix aigüe derrière moi. »

En me retournant, j’aperçus l’engin se diriger vers moi. Je plongeai sur le côté dans le but de l’esquiver, et elle atterrit à terre, juste devant l’homme que j’avais brièvement immobilisé. Elle n’explosa pas. Je la regardai un instant en fronçant les sourcils : Pas dégoupillée. Et merde.

« - Attention, Halfken ! Lançai-je tout en me relevant, commençant à courir vers une ruelle où je pourrais me cacher. Ils n’ont pas l’air de rigoler ces deux-là, on ferait mieux de s’éclipser. »

J’avais essayé d’être plus discret en prononçant ces dernières paroles mais apparemment ce n’était pas au goût de mes ennemis qui commencèrent à lancer un nouvel assaut.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Sam 23 Aoû - 16:37


Affrontement


Feat Erwin ~





Quelques toussotements rauques s'échappèrent de ma gorge. Je venais de respirer plusieurs petites particules charbonneuses qui annonçaient un incendie non loin de là. Erwin qui avait a priori suivi mon exemple était maintenant dehors accompagné de son petit compagnon. Je ne pus m'empêcher de faire la comparaison entre nous deux au niveau de cette particularité. Brume aussi m'accompagnait partout à présent, elle était pourtant si différente de Miu !
Bref, quand des bris tombèrent près de nous, je compris vite qu'il y avait un problème. Erwin ne manqua pas de le souligner en regardant un homme au loin. Je donnai alors un ordre précis à Brume avec un signe de la tête bien particulier, une sorte de léger balancement. A présent, je pouvais me concentrer sur ces nouvelles têtes brûlées. Il est assez impressionnant de voir à quel point leur intelligence est limitée, s'ils nous avaient pris en filature plutôt que d'attaquer directement, ils se seraient sans doute débarrassés d'une grosse épine dans le pied. Ils allaient devoir assumer leurs actions maintenant. Je m'apprêtais déjà à m'occuper de l'un d'eux quand Erwin reçut un coup coup de masse qu'il esquiva rapidement, tentant toujours de régler la situation. L'assaillant s'avérait plutôt rapide compte tenu du poids de son arme mais il avait lancé son attaque sans même prendre en compte les interventions extérieures : moi en l’occurrence. Imprudent était le mot maître de son assaut et je savais en conséquence qu'il ne serait pas un réel handicap. Un léger coup de vent balaya la rue, faisant s'envoler feuilles et poussières et sifflant à travers les interstices disséminés ci-et-là. Erwin s'occupa de l'homme au marteau, je partis donc légitimement sur l'autre qui s'amusait à jongler avec trois bombes dans les mains. Tout comme l'autre, celui-ci semblait agile avec ses dix doigts mais ne prenait aucunement attention à ce qui se passait autour de lui, et c'est ce qui me permis d'avancer rapidement dans son angle mort. Quand il cria à la grenade, je m'imaginais m'être fait repéré mais il visait en réalité mon coéquipier occupé un peu plus bas. La distance qui séparait mon pied de la tête de ce pyromane se raccourcit très rapidement et quand les deux s’entrechoquèrent enfin, un bruit sourd suivi du corps de la victime s'écrasa contre le sol. Erwin s'enfuyait, me préconisant la même chose tandis que son opposant se jetait sur lui une nouvelle fois. Afin de le dévier de sa trajectoire je frappais l'air avec mon fourreau, émettant une onde qu'il intercepta de justesse en stoppant son saut en plein vol pour se protéger à l'aide de sa masse. Contrairement à Erwin, je ne comptais pas m'enfuir. Il était clair que vu la distance parcourue, ils n'arrêteraient pas de nous poursuivre. En plus de ça je sentais toujours cette présence comme si quelqu'un m'observait de loin, et si jamais la présence se transformait en menace, je préférais m'en occuper sans perturbateurs. Sautant du toit duquel venait de dégringoler le pauvre homme je me plaçais à sa hauteur. Il s'était déjà relevé, maintenant une main derrière sa tête en peinant à se tenir droit. Du sang coulait de sa plaie, et je m'étonnais déjà de ne pas le voir inconscient.

- Dernière chance, soupirais-je en fixant les deux bandits.


Leur regard, je le connaissais. C'était celui que je rencontrais constamment, un mélange de haine et de fierté. Qu'est-ce qui les empêchait de partir, loin, résolvant ainsi tout leurs problèmes ? Je n'ai jamais trouvé la réponse, mais ils réagissent tous de la même façon. L'homme au visage épais porta son marteau sur son épaule puis couru en ma direction pour enchaîner une série de coups. Il la maîtrisait bien, se servant de l'élan d'un coup pour poursuivre l'autre. Et pourtant,je n'eus aucun mal à parer et esquiver chacun d'entre eux. Sa rage ne faiblissant pas, je décidai de lui montrer l'écart qui nous séparait. Il souleva son arme gigantesque à deux mains et l'abattit sur moi. Main main gauche armée de mon fourreau encaissa le choc de front. Il forçait mais ma position ne bougeait pas, bien que mes pieds s'enfonçaient dans le sol. Ma deuxième main libre se ferma et frappa là où sa musculature était le plus développée, mais la rotation était telle que l'onde traversa l'intégralité de son corps. Une gerbe de sang s'échappa de sa bouche, j'ignorais encore à quel point ce coup l'avait atteint. Prêt à affronter l'autre ennemi si le cœur lui en disait, j'attendais la suite des événements.

Spoiler:
 

© Len Kagamine - PL:R
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3414
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
53/75  (53/75)
Expériences:
624/1000  (624/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Lun 25 Aoû - 16:50

Underground [8].

Le sang-froid de Halfken autant que sa réactivité m’impressionnaient. D’une part à cause de la manière dont il s’y était pris pour terrasser l’homme à la masse mais aussi grâce à son assurance vis-à-vis de la situation. Je secouai la tête en essayant de me ressaisir, il avait mis l’un de nos adversaires dans un sale état, ce qui semblait terroriser l’autre, restant muet à cause de ce qu’on aurait pu apparenter à un genre de fierté. Haussant les épaules, je lui tournai le dos. Tout n’était qu’une large mise en scène

« - Tu t’enfuis ? Me jeta le bombardier, comme s’il voulait cracher du poison sur une plaie. »

Je me remis face à lui, une envie de le frapper parcourant mon poing. Pourtant je me retins. Ce n’était pas moi. Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, je n’étais pas violent. Il m’arrivait d’y avoir recours mais cela restait dans de rares cas, sur de rares personnes. Mais pourquoi m’avait-il dit cela ? Mon corps n’était peut-être pas aussi puissant que celui de mon camarade d’infortune mais mon esprit devait être tout aussi aiguisé. En y réfléchissant bien, ils n’avaient pas l’air de vouloir fuir malgré leur attentat sur le toit qui avait réussi l’exploit de boucher l’entrée sans pour autant la détruire. Une avant-garde ? Un premier peloton d’assassins qui préparait juste le terrain pour ses camarades ? S’il s’agissait vraiment de cela, mon intuition de nous enfuir devait être plus correcte que je ne l’imaginais.

Alors que se passait-il réellement ? Ils faisaient partis du groupe de l’entrepôt, en tout cas c’était ce que j’avais cru comprendre par rapport à la guerre des clans qui se déroulait en ce moment. Pourtant, celui que nous avions affronté ou plutôt fui près du ring avait l’air assez fort pour écraser celui qui nous avait embobinés à chaque instant. Penchant la tête, je fronçai les sourcils tout en essayant de réfléchir. Qu’est-ce qui pouvait les rendre si prudents ?

« - Vous êtes vraiment des incapables, ronchonna une voix à quelques mètres de moi. »

Perdu dans mes pensées, je n’avais pas entendu ses pas ? Non, en réalité, elle ne laissait paraître aucun bruit. Je la reconnus alors : la fille qui m’avait menacé d’une dague dans l’entrepôt. Ses longs cheveux noirs semblaient tâchés d’un liquide pâteux, comme si elle venait de les faire tremper dans du… sang. Reculant d’un pas, je ne crus pas nécessaire de prévenir Halfken. Elle était vraiment effrayante, à première vue. Une adversaire qui n’était pas de mon niveau.

Quand elle arriva derrière le bombardier terrifié, celui-ci se retourna légèrement, tremblant, les larmes aux yeux. D’un coup sec, elle sortit son épée et trancha la tête à l’homme en face de moi, laissant une giclée de sang venir teinter mon visage. Je n’émis pas un cri, déglutissant juste en utilisant le dos de ma main laver le sang.

« - Vous m’excuserez de ne pas vous avoir tué tout à l’heure, je viens corriger mon erreur, dit-elle d’une voix totalement neutre. »

Elle sembla m’ignorer totalement, peut-être ne me considérait-elle pas comme une menace. En tout cas elle s’élança vers Halfken, sortant sa dague tout en maintenant son épée pour parer les éventuelles répliques du guerrier. Tout en observant son mouvement fluide et terrifiant, j’entendis cette fois-ci les pas bruyants d’un petit groupe de personnes derrière moi. Je me retournai donc vers le corps décapité pour apercevoir l’homme qui avait vaincu Kalvin dans l’entrepôt. Il semblait dédaigneux vis-à-vis de la situation, et me jeta un regard désintéressé tandis que l’une des deux personnes qui l’entouraient sortit une carabine pour la pointer vers moi.

Sans attendre, je me téléportai un peu en arrière, lui faisant louper son premier coup. Je me redressai rapidement, prenant le temps qu’il réalise qu’il avait loupé son coup pour apparaître à ses côtés et saisir le canon de l’objet qu’il avait dans les mains. Tout en me concentrant, j’utilisai ma capacité pour lui prendre le fusil et le retourner vers lui, me mettant ainsi en position de force tandis que ses deux camarades n’avaient pas bougé d’un pouce. Je le pointais avec le canon de son arme tandis qu’il semblait analyser la situation. On lui avait pris le fusil des mains sans pour autant que la position de celles-ci ne changent. En téléportant l’objet et non l’homme avec moi, j’étais arrivé à le déstabiliser. Mais derrière nous, le combat devait faire rage. A l’intérieur du repère de l’autre clan, la contre-attaque se préparait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Sam 30 Aoû - 2:10


Affrontement-2


Feat Erwin ~





Les ennuis revinrent rapidement quand la femme ambidextre de l'entrepôt apparut devant nous. C'était comme si quelque chose voulait absolument nous retenir, nous forcer à combattre. Quelque chose ou quelqu'un d'ailleurs, trop de coïncidences arrivaient au même moment entre ma présence et celle d'Erwin à l'entrepôt, puis l'attaque, la tentative de nous enrôler et finalement les combats incessants... L'odeur que je sentais au plus profond de moi me glaçait le sang et pourtant je ne pouvais m'y consacrer.

La guerrière venait de décapiter son allié déjà mal en point. Un manque d'honneur diraient certains. Mais peut-il vraiment y avoir de l'honneur dans le combat le sang et la mort ? Elle s'en fichait pas mal de tout cela. Aucune hésitation, une attaque nette, sans bavure et ses yeux livides montraient le caractère décisif de son acte. Elle était là pour accomplir son objectif, rien de plus rien de moins, une carcasse vivante motivée par autre chose que ses sentiments. Je retrouvais dans la phrase qu'elle m'adressait le même ton apathique. Là était la force de son offensive dénuée de haine mais aussi par son habile placement qu'elle adoptait pendant sa course effrénée. Ses jambes se déplaçaient vivement tout en se stabilisant à chaque pas lui permettant d'ajuster sa direction sans perdre en vitesse. A côté de ça, elle utilisait sa dague pour ses frappes tout en gardant son épée comme défense. Un mauvais choix. La dague peut lui servir pour forcer quelqu'un au corps à corps très rapproché, comme un combattant de longue distance. Mais contre un manieur de sabre, elle en perdait tout l'avantage, et une fois à la distance voulue, son épée ne serait guère plus qu'une gêne pour elle. Cela dit elle prévenait une contre attaque directe avec mon arme ce qui la sauverait pendant un temps tout du moins. Pour échapper à cette situation défavorable, j'effectuai un saut assez large basculant le haut de mon corps pour passer au-dessus d'elle, ma tête touchant presque la sienne, avant de retomber derrière elle. Apparemment préparée à cette éventualité elle s'était déjà retournée prêt à m'embrocher. Dégainant mon fourreau, elle lança plusieurs de ses attaques que je me contentais de parer. Ses bras se mouvaient de plus en plus vite. Son épée large me forçait à prendre de l'amplitude tandis que les mouvements courts et rapides de sa dague m'empêchait de rentrer dans sa défense. A force de reculer, je sentis la rugosité d'un mur froid dans mon dos. Sans même un sourire mesquin de sa part, elle le va sa jambe pour enfoncer le talon dans la place qu'occupait ma tête quelques secondes auparavant. L'impact dessiné dans le mur laissait clairement percevoir des dégâts qu'un tel coup aurait eu.

- Tu comptes continuer à fuir sans jamais riposter ? Lança-t-elle en reposant son pied tout doucement à terre.
- Si je te disais oui tu me laisserais tranquille ?

Elle se contenta de tourner lentement la tête plusieurs fois en continuant de s'avancer vers moi. Du coin de l’œil, je repérais une bouche d'égout mal vissée il me suffit d'un premier coup de pied pour la faire voltiger devant moi avant de la propulser avec un deuxième coup sur mon adversaire. Comme je m'y attendais elle fit un mouvement horizontale avec ses deux armes pour trancher le métal cependant mon pommeau avait déjà atteint sa gorge. Un coup rapide dans la trachée force à brusquer la respiration et à priver les muscles d'énergie un court moment. Ses mains laissèrent tomber ce qu'elles tenaient et elle tomba à genou en toussant bruyamment.

- Puisque tu n'as rien d'autres à faire que de rester là écoute-moi bien : tu peux accepter le fait que tu sois désarmée et sans aucune chance de vaincre ou tu peux pas, mais le fait est que tu as perdu le combat et il faudra que tu t'y fasses. Abandonne.

Je me contentai alors de balancer les deux objets tranchants dans le trou menant aux égouts avant de réaliser qu'Erwin avait disparu. Le leader présent à l'entrepôt me regardait avec un sourire avide en croisant ses bras. J'espérais qu'il s'occuperait rapidement du sien.

Spoiler:
 

© Len Kagamine - PL:R
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3414
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
53/75  (53/75)
Expériences:
624/1000  (624/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Lun 1 Sep - 17:17

Underground [9].

« - Pourquoi les hostilités ont-elles cessé ? »

La voix claire de la femme à l’intérieur du bâtiment attaqué par une grenade résonna au bout de quelques secondes alors qu’à l’extérieur Erwin et Halfken commençaient déjà se débarrasser de leurs opposants. Elle soupira un long moment tandis que personne ne lui répondait et finit par se lever sans s’affoler, se dirigeant d’un pas leste vers la salle où Kalvin devait dormir. L’imposant homme s’était alors levé à son tour, le regard perçant, essuyant avec un mouchoir en tissu la sueur froide qui coulait le long de son front. Il était à la fois terrorisé et amusé : D’une part il se rendait compte de son impuissance et celle de son organisation en l’absence de son Champion, d’une autre il savait que ce n’était pas sa dernière carte. Les serveuses avaient commencé à s’occuper des clients en leur indiquant un tunnel souterrain par lequel ils pourraient sortir. Le protocole était clair : en cas d’attaque, la protection des civils était à préconiser. Qui donc achèterait leurs marchandises si leurs clients venaient à mourir ?

Tout en se levant, il repensa au fonctionnement de son clan : Bien sûr, il était le sommet de la pyramide. Personne au-dessus de lui ne pouvait contredire ou lui donner des ordres. Chef des opérations et des transactions, c’était ainsi qu’il se voyait. Et juste en dessous, il y avait son acolyte. « Saphir », comme il l’avait appelé plus tôt. En réalité, elle se nommait Marianne Crusoé : A ses huit ans, ses parents l’avaient laissé sur une île presque déserte où la seule population était animale. Elle réussit à survivre en se désintéressant de tous les principes matériels du monde, et un jour le bateau de « Monarque » fit naufrage. L’homme à la carrure imposante avait décidé de prendre cette ‘enfant sauvage’ pour en faire une véritable Dame de la pègre, lui enseignant le commerce et lui faisant apprendre les rudiments de la médecine. Et il sentait qu’il y était arrivé. Pourtant, elle avait parfois encore ces petits tics qui la rendaient désinvolte et si charmante.

En soit, elle avait su remarqué grâce à son instinct que l’homme au chapeau de paille n’était pas n’importe qui. Cette pulsion l’avait conduite à se méfier de lui quand ils les avaient menacés. Cette aptitude, Survival Instinct, faisait d’elle une personne à part, idéale pour éviter les missions suicides. Les Rusubans étaient bourrés de talents différents… Mais là encore, la chose était délicate. Leurs ennemis n’étaient pas n’importe qui. L’air en partie amusé de « Monarque » s’effaça rapidement lorsque Marianne revint avec une seringue vide dans sa main. Elle semblait blasée à présent, et prit la direction du passage secret sans dire un mot.

« - Monsieur Gragas, lança une des serveuses en indiquant la direction de la sortie au patron. Veuillez venir par ici, s’il-vous-plaît. »

Arthur Gragas, c’était son nom. Il n’en avait jamais réellement eu honte, mais sa méfiance l’avait poussé à le cacher aux personnes en qui il n’avait pas confiance. Si cette jeune serveuse était au courant, c’était car au fil des années elle avait su gagner un tant soit peu de son respect. Pas une seule de ‘ses filles’ n’était sans défenses. Elles avaient toutes reçu un entraînement nécessaire à l’intégration des Rusubans. Alors qu’il entra dans le souterrain, Arthur constata que Marianne l’avait attendu, se collant au mur. Il évita tout contact visuel, pourtant lorsqu’elle dit :

« - On n’aurait pas dû libérer The Beast. »

Un souffle vint faire s’abattre les battants de la porte du souterrain. Un souffle dégagé par une scène des plus difficiles à saisir quand on était plongé dans un combat pour sa vie. Sans se retourner, l’homme partit, sachant pertinemment qu’il ne pouvait de toutes les manières pas revenir en arrière.


« - Baissez vos armes, lançai-je tandis que les deux hommes avaient commencé à m’attaquer à coup de couteau pour me faire reculer. Mais bordel, je suis en position de force alors soyez de gentils garçons et foutez-nous la paix ! »

C’est à ce moment-là à peu près que le combat de Halfken s’était terminé je crois. La femme était désarmée, malgré ses efforts pour venir à bout de mon camarade d’infortune. S’il venait m’aider à présent… Un souffle d’une puissance phénoménale fit voler en morceaux la baraque à côté de nous. L’effondrement du paysage, la destruction de cet important bâtiment avait réussi à créer un amas de poussière qui disparut presque aussi alors qu’un cri de rage fendit l’air. La voix rauque et usée avait réussi à me faire frissonner. Cela me faisait peur. Reculant d’un pas, j’entendis à côté de moi les os d’un homme se broyer sous la pression de quelque chose. Tournant la tête, j’aperçus le corps rougis de Kalvin qui se mouvait tel un zombie ou un démon à une vitesse incroyable. Il avait les yeux emplis de rage, comme ceux d’un animal.

C’était improbable, incroyable. Je frissonnai. Il venait de tuer quelqu’un, l’un des deux hommes que je n’arrivai plus à identifier malgré le fait que je l’avais combattu quelques secondes plus tôt. Nous avions affaire à un monstre. A un véritable monstre.

Marianne continuait de marcher aux côtés d’Arthur, ne le regardant qu’occasionnellement. Elle réfléchissait à un moyen de faire passer tout cela pour un accident. Il faudrait aussi acheter le silence de quelques personnes, ou accorder des faveurs à d’autres gredins mais… Rien de bien sorcier. Ce fut alors son chef qui brisait le silence, lançant d’une voix pâteuse :

« - Kalvin est vraiment quelqu’un… Quand je l’ai trouvé, il ne pouvait déjà plus parler. Il sortait à peine quelques sons pitoyables… Mais il était aussi très fort. Ses capacités m’ont amené à l’engager, et il y a un an, une organisation nommée Pharma’Coop est venue pour me proposer des produits illégaux, des drogues capables de modifier le comportement des personnes dans le but de créer le guerrier parfait…
- Malheureusement, les personnes qui sont touchées perdent leur lucidité et attaquent alliés comme ennemis. Le produit est encore imparfait, n’est-ce pas ? Tu m’as déjà raconté cette histoire une dizaine de fois. »

Ronchonnant, Arthur se contenta de hausser les épaules. The Beast, la créature infernale, l’ennemi de ses ennemis mais aussi de ses amis, était réveillée. Il allait avoir des ennuis, mais soit… La Révolution ici ne lui faisait pas peur
.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Ven 5 Sep - 19:24


Enlèvement


Feat Erwin ~





J'esquivai de peu un morceau de bois qui provenait de la baraque détruite. Un son ignoble retentit à travers la brume de poussière. Tout à coup un appel d'air éloigna toute cette masse loin d'ici. Son corps avait augmenté en volume et les veines ressortaient sur chaque parcelle de ses muscles. Il tenait dans ses mains ce qui restait d'un des assaillants d'Erwin. Le pauvre bougre venait de se faire totalement pulvérisé en une fraction de seconde. Cette scène me rappela cet homme, celui qui avait menacé mon fils pour me vaincre : Ragnar. Lui aussi avait ingurgité une solution connue comme « la drogue du démon ». Les symptômes s'avéraient identiques, beaucoup trop pour une simple coïncidence. Si tel était le cas alors il n'était pas mon premier adversaire amplifié par cette chose. Malgré sa rapidité, ses réflexes lui faisaient très probablement défaut, alors tandis qu'il relâchait au sol un cadavre ensanglanté j'étais déjà dans son dos assénant une frappe avec le tranchant de deux mains au niveau juste en-dessous de son oreille. Aucun muscle n'était présent à cet endroit et il n'existait aucun moyen à ma connaissance d'esquiver une désorientation après avoir reçu un choc aussi précis. Pourtant il se retourna sans aucune peine me forçant à enchaîner instantanément par un uppercut. Mon pied gauche s'ancra dans le sol et mon poing remonta sur son menton. Il décolla brièvement du sol avec d’atterrir quelques mètres plus loin. Par une chance inouïe, le chef que nous avions croisé à l'entrepôt semblait apprécier le spectacle et observait la scène à distance. La situation ne m'inspirait pourtant pas confiance et je sortis Archenemy de son fourreau. Sauf que sans distinction, Kalvin s'attaquait à présent sur Erwin lui projetant un morceau du sol qu'il venait de déchirer de la taille d'un puits. Le vent soufflait dans mon dos dégageant les impuretés de l'air et me donnant l'avantage sur ma prochaine attaque. Et pourtant je ne pus strictement rien faire. A vrai dire je ne suis même pas sûr d'avoir tout compris j'ai vu volé la tête de l'homme qui attendait son tour pour nous achever, et juste après une poigne de fer agrippant mon épaule à tel point que j'eus l'impression qu'elle venait de se briser. Le paysage autour de moi se modifiait sans que je ne puisse faire quoi que ce soit. Quand tout se stoppa, une sorte de shuriken énorme coinçait ma gorge entre deux de ses lames, mon dos reposant contre le sol. Je vis enfin mon agresseur qui n'était autre que celle que j'avais vaguement aperçue nous suivre quand nous étions entrés à la taverne.


- Il m'aura fait chier jusqu'au bout celui là, heureusement que l'autre taré lui a fourni un bon divertissement, il se maintenait en garde depuis tellement longtemps... Oui donc pour t'expliquer j'ai quelqu'un qui est intéressé par ta tête, je suis payée, je me fiche du pourquoi ou du comment. Donc maintenant si tu bouges ta tête, si je te vois faire le moindre signe à qui que ce soit, je te décapite. Il n'y aura aucun coup de semonce , je peux tout aussi bien rapporter ton cadavre.

Spoiler:
 

© Len Kagamine - PL:R
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3414
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
53/75  (53/75)
Expériences:
624/1000  (624/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Lun 15 Sep - 21:27

Underground [10].

Souffler. Rester calme. Ne pas céder à la panique. Mon regard tentait d’analyser froidement la situation. J’étais figé, tétanisé, mais mes mouvements oculaires arrivaient à suivre plus ou moins les mouvements de cet homme, qu’il me fallut déterminer comme étant Kalvin. Il n’avait pas pris la peine de se protéger d’une armure : son torse était nu, ses muscles saillants de boxeur ressortant tandis que ses veines étaient à peine visible sous la rougeur excessive de sa peau. Si j’avais été médecin, j’aurais peut-être pu penser qu’il avait une chance d’éclater à un chaque instant. Ses mouvements étaient un miracle, une malédiction. Comment un homme qui avait fini dans son état pouvait-il se mouvoir un tant soit peu ? Tout en continuant à le regarder, et surtout tout en constatant que Halfken arrivait à lui opposer quelque résistance, une idée saugrenue me vint. Je pouvais emporter cet homme avec moi. Rien de plus simple : Un toucher et tout était fini. Il n’abattrait pas sa colère sur cette ville. Quelque soit sa faction, il y vivait des innocents : des personnes qui n’avaient rien demandé à personne et n’étaient pas impliqués dans cette histoire.

Mon regard concentré sur Kalvin, terrifié par cette image de démon qui semblait s’être emparé de lui, n’aperçut pas le chef ennemi captivé par cette image. Au moment où il fut expulsé, je réussis cependant à apercevoir du coin de l’œil une déformation de l’espace. Ou c’est ce que j’aurais pu croire quand la tête de l’imprudent ennemi vola de la tête de ce dernier et qu’un morceau de sol vola vers moi. A vue de nez, je ne pouvais pas estimer correctement son poids, et je décidai alors de l’esquiver tout simplement. Mon temps de réflexion ne dut durer qu’une fraction de seconde après avoir intégré la présence du projectile en direction de mon corps, et cela suffit à me permettre de disparaître sur un toit que j’avais localisé plus tôt.

La scène vue du haut était perturbante : Halfken était à présent en proie à une jeune femme qui avait décidé de l’attaquer. Elle ne m’était connu ni d’Eve, ni d’Adam. C’était une personne ‘inconnue au bataillon’, et je n’eus pas le temps de l’observer plus longtemps car Kalvin s’élança sur moi après m’avoir localisé, sans afficher aucune surprise. Il n’était sûrement plus au stade de la réflexion. Soupirant, je mis la paume de main en avant. Il allait falloir être d’une précision impeccable, surprenante. La localisation était déjà prête dans ma quête, mais il fallait que j’attende la destination précise.

Alors, au premier contact, je disparus. Il venait d’effleurer ma peau et toute la vitesse qu’il avait accumulée disparu. On se retrouva alors sur l’ile de Gaimon, Puis, un bref instant plus tard, encaissant une légère pression au niveau de mon bras qui étira ma musculature et mes tendons, étant proche de déboiter mon épaule, je revins à mon emplacement initial.

A ce moment-là, il ne s’était écoulé que quelques secondes et la jeune femme était toujours après Halfken. Mon intervention n’était alors peut-être plus nécessaire mais je me devais, j’avais un devoir moral, de venir en aide à mon camarade d’infortune. D’une certaine manière, ce massacre était une galère commune dans laquelle nous avions été pris. Un sourire énigmatique se figea alors sur mon visage, et je décidai de sauter du toit tout en ménageant mon bras, pour éviter qu’il ne craque. Ainsi, j’utilisai mon pouvoir à quelques centimètres du sol pour ne pas ressentir de choc. Mes pas me dirigèrent rapidement vers la jeune femme, et, défait de la terreur que Kalvin avait produite en moi, je m’exclamai d’une voix claire :

« - Laissez-le tranquille ! Qu’est-ce que vous lui voulez ? Et vous êtes du côté de qui ? »

Mes paroles avaient l’air tout droit sorti d’un livre de jeunesse, d’un jeune héro s’inquiétant pour l’un de ses parents ou amis. Des paroles vaines, qui dans mon état ne me permettraient peut-être que de gagner quelques secondes dans l’espoir qu’un miracle se produise. Si Halfken n’était pour moi qu’une connaissance, j’avais tendance à déjà penser à lui comme un camarade. Ma blessure superficielle ne m’empêcherait ainsi pas de l’affronter dans le cas où elle opposerait une résistance quelconque, ou si ses intentions se révélaient de toutes les manières néfastes.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Lun 29 Sep - 22:15


Rappel


Feat Erwin ~






Elle prenait appui sur son glaive géant de façon très vulgaire, arborant ses formes féminines de la meilleure façon qui soit. Son menton reposait sur le creux de sa main gauche et elle fixait le nouvel arrivant qui était apparu de nul part pour tenter de sauver l'homme allongé par terre dans une position peu avantageuse. Elle cligna quelques fois ses yeux avant d'ouvrir la bouche en faisant la moue.

- T'es qui toi ? Son gentil petit copain qui veut montrer que la force de l'amitié dépasse les frontières de la peur ? Ou le prochain imbécile que je vais découper en plus de ce barbu sous mon arme ?
(Elle baissa la tête vers sa victime avec un grand sourire puis repris son discours) Tu sais j'espérais vraiment que tout ceci se serait passé sans soucis, il aurait pu survivre et qui sait, peut-être un jour fonder une famille. Enfin... dommage.

Plaçant sa main sur la poignée circulaire à l'intérieur de son glaive, elle s'apprêtait à faire un mouvement net et précis quand la sonnerie d'un escargophone retentit. Elle trifouilla chacune des poches assez fines partagées entre les courts morceaux d'habits qu'elle revêtait pour finalement sortir une de ces bêtes à son effigie.

- Aaaaaaaye ? Oh c'est vous, justement je l'ai devant moi. Un peu pâlichon mais ça va il va vite se faire à mes manières. Rien rien, juste un léger petit problème à résoudre, c'est haut comme trois pommes et ça veut donner des leçon.
(La voix masculine a l'autre bout termina une phrase qui changea radicalement le visage de la kidnappeuse.) Pardon ? Je l'ai devant moi,c'est totalement stupide. Peu importe, il sera mort avant d'avoir le temps de dire oups. Je veux mon argent, avec ou sans le corps de c... Ah dans ce cas ça change tout. Très bien. (Elle raccrocha). Certaines personnes sont vraiment incompréhensibles, mais tant que je suis payée. Bon séjour.

Elle fit un petit signe, un salut moitié militaire, moitié amicale partant de son front avant de récupérer son glaive et d'effectuer une acrobatie qui la propulsa en arrière.



--------------------------------------------------------------



Je me relevai, l'esprit confus, le cœur battant comme un tambour. Les événements qui venaient de se dérouler peinait à être compris par mon cerveau. Que... pourquoi était-elle partie si vite après avoir décapité un homme et m'avoir traîné ici ? Peu importe, j'allais en profiter pour quitter cet endroit au plus vite. Avant cela je devais tout de même parler avec Erwin....

- Tout ça est assez brutal, je suis perdu. Merci d'être venu et désolé ce n'est pas notre meilleur rencontre... Voilà mon numéro d'escargophone, si jamais tu avais besoin de moi. Je vais fuir cette agitation si tu veux je peux te prendre avec moi, il te suffira de me suivre. Sinon, et bien à bientôt.


Sur ces dernières paroles je lui tendais la main avant de rappeler Star.

© Len Kagamine - PL:R
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3414
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
53/75  (53/75)
Expériences:
624/1000  (624/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   Lun 29 Sep - 23:32

Underground [11].

Le miracle se produisit. Ou du moins, après m’avoir foutu la frousse, l’opposant que représentait la jeune femme était partie sans ajouter un mot. Elle avait l’air satisfaite, malgré un total et improbable changement d’attitude. Qu’est-ce qui se cachait derrière tout ça ? Comment cela se faisait-il qu’il y ait eu d’aussi puissantes personnes ici ? Elle avait sûrement la carrure pour travailler sur Grand Line… Et j’en connaissais une pelle de mercenaires de cette mer. Soupirant de soulagement, mes jambes flageolantes me lâchèrent et j’atterris sur les gravats, adressant un sourire satisfait à Halfken. Mon ami était donc hors de danger, et il pensait déjà à s’enfuir, ce qui était une réaction tout à fait normale.

J’échangeai un regard et finis par dire sur un ton assuré :

« - Je saurai m’en sortir par moi-même, mais merci, Halfken. Un jour, on se recroisera sûrement ! »

Sur ces mots, je dévalai les gravats maladroitement et relançai à mon camarade un dernier signe de la main que j’espérai qu’il vit. Mais sans m’en préoccuper plus, je poursuivis ma déambulation dans les rues de la ville, me dirigeant comme instinctivement vers l’endroit où aurait pu se trouver un groupe de mercenaires, comme si je cherchais les ennuis. Il fallait que je sache. Il fallait que j’obtienne la raison de ce revirement soudain, de cette histoire dans laquelle nous avions été entrainés. Je l’avais bien compris : A l’origine, il s’agissait d’une guerre entre deux clans, mais… Pourquoi ce troisième attaquant ? Cette femme ne semblait pas être aux côtés du gros homme, ni plus qu’elle n’avait l’air d’appartenir au groupe dont elle avait décapité la plus importante tête.

Alors que j’y pensai fortement, un sifflement attira mon attention. Un homme, le torse nu, poilu sur le buste et imberbe dans le dos, semblait contempler le ciel dans son pantalon de lin, sûrement mis au-dessus d’un caleçon rouge pétant qui semblait transparaître. Il souriait tout en sifflotant, mais lorsqu’il réalisa ma présence l’air sembla changer. Je le contemplai un instant, ce « modèle » de virilité, cet Apollon qui semblait me montrer à quoi ressemblait un homme, un vrai.

« - Alors, comme ça tu es à la recherche de quelque chose, jeune homme ? »

Je rougis quand il s’adressa à moi, ayant passé un temps indéterminé à l’observer. Je voulais un jour ressembler à ce genre de personnes. Pourtant, quand je dus lui répondre, ma voix ne laissa transparaître aucune hésitation. Je soupirai et lançai doucement :

« - Je recherche des réponses.
- Sont-elles vraiment nécessaire ? »

L’homme avait arrêté de siffloter. Il me regarda d’un air amusé tandis qu’il attendait que je lui réponde. Puis, quand vint enfin le moment de répondre, je ne sus trop quoi dire. Mon air intrigué sembla redoubler le divertissement qu’était ma présence pour lui, et il finit par rajouter.

« - Je crois que tu ne les cherches que par curiosité… Et on sait tous où la curiosité nous conduit, Erwin. »

Alors qu’il disait cela, il passait à côté de moi. Quand il fut hors de portée de mon champ de vision, je me retournai brusquement, interpellé par l’utilisation d’un nom que je ne lui avais pas donné. Mais il avait disparu. Qui était-il donc ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue :: Royaume de Luvneel-