Partagez | 
 

 [FB] - La fête des Grands Infernaux [Pv : Orloss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: [FB] - La fête des Grands Infernaux [Pv : Orloss]   Lun 07 Juil 2014, 18:11

Enlèvements.

Il y a toujours une fête sur cette île. Peu importe la période de l’année à laquelle je venais, les habitants n’avaient aucun mal à trouver de nouveaux sujets autour desquels se retrouver et s’enivrer. L’absinthe coulait à flot, et même les habitants les plus amicaux devenaient de véritables fêtards à la nuit tombée. Cette fois-ci, la célébration n’était pas sans connotations religieuses : elle célébrait l’avènement des Grands Infernaux, des créatures mythiques qui auraient un jour entouré San Faldo de toute part part. Un dragon avait survolé le ciel, crachant des flammes purificatrices sur la cité pour en retirer le mal, puis un Roi des Mers s’était avancé sur la côté, emportant les flots avec lui pour créer un raz-de-marée qui éteignit le feu purificateur pour bénir la terre qu’on appela dans certains livres d’histoire « La Terre Sainte », engloutie sous la mer. Enfin, alors que les humains commençaient à s’accommoder à la vie sous-marine, un géant à la force herculéenne avait attrapé l’île pour la soulever jusqu’à la surface de l’eau et lui redonner une nouvelle vie au grand air.

Pendant cette période de recueillement, certaines personnes espéraient secrètement qu’un renouveau se produise et appelaient les anciens dieux à la rescousse. C’est pour ça que la disparition subite d’aventurier à l’aube de cette période avait alerté certaines personnes, les mettant sur leur garde. Dans les tavernes, on parlait de rites sacrificateurs. Pour ma part, j’étais un peu éloigné de cette idée-là, préférant profiter bêtement de la boisson non-alcoolisée à un prix ridicule en regardant une carte, assis sur un tabouret, à côté d’une petite créature adorable qui remuait les oreilles et portait ses grands yeux sur les autres êtres vivants de la salle. Il y avait quelques hommes et femmes, et deux hommes-bêtes sûrement de la famille des félidés. Leur pelage presque omniprésent, sûrement à cause de leur forte appartenance à leur race natale, semblait vivement intéresser Miu. La petite boule de poil s’était tournée vers moi en espérant que je l’aide à aborder ces personnes, mais je m’étais alors replongé dans ma carte, lui portant le minimum syndical d’attention.

Un bruit de porte claquant fortement me sortit de mes pensées et un homme d’une trentaine d’années certainement, essoufflé, commença à bafouiller d’une voix faible quelques mots que je ne compris pas. Se reposant un instant, il reprit, cette fois-ci audible bien qu’entrecoupé par sa forte respiration.

« - Un aventurier… a disparu… encore. »

L’un des hommes-bêtes se leva en haussant les épaules et grogna à l’adresse de l’homme :

« - Il s’est sûrement barré, arrête d’en faire toute une histoire à chaque fois que t’as plus de nouvelles de tes clients, Greig. »

L’homme sembla s’offusquer, comme s’il avait été face à une accusation. Se retournant, il ouvrit violemment la porte avant de lancer sur un ton contrarié :

« - Cela risque d’arriver à n’importe lequel d’entre vous, alors faîtes attention. »

Contrairement aux autres clients de l’auberge, je ne mis pas à rire lorsqu’il claqua la porte. Est-ce que ses soupçons étaient fondés d’une quelconque manière ? Si oui, où cela pouvait-il porter ? Je haussai les épaules, au pire j’étais capable de m’enfuir en situation d’extrême urgence. En continuant à fixer ma carte, je commençai à douter du bien-fondé des accusations de cet homme qui était entré plus tôt. Peut-être était-il juste énervé de perdre des clients, peu importe le métier qu’il faisait. Plus encore si c’était un métier qui aidait les aventuriers à s’engager ou à se reposer. Quelques minutes plus tard, je rabattis la couverture de mon livre et m’engageai en dehors de la taverne. Et c’est là que je le vis. En face de moi, un homme était en train de s’en prendre à un autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - La fête des Grands Infernaux [Pv : Orloss]   Lun 07 Juil 2014, 21:49

Nouveau camarade





Au port, depuis près de deux jours, Orloss faisait le tour des boutiques. Il était là après avoir commencé ses entrainements à Marine Ford et là il est rentré d’une escale après être passé une semaine en mer. Son instructeur ne lui avait pas laissé tant de repos et là, notre héros a droit à quelques jours de congé et il va les passer ici, sur cette île de carnaval dont il n’aura jamais fini d’en découvrir. Depuis le temps qu’il passait à se battre et survivre en mer dangereuse ça lui fait bizarre d’être dans ce genre de monde, stable et pourtant si bien animé, uniquement pour s’amuser. Ça lui changera les idées, il pourra détendre ses oreilles et ses nerfs pour admirer le peuple qui s’amuse, malheureusement cela n’a pas duré longtemps. Son den den mushi vient de sonner, c’est son mentor.

« Alors… Tu t’es bien amusé ? »

« C’est que… J’ai du mal à m’y faire de ce monde, mais c’est vrai que c’est marrant ici »

« Bien, sauf que tu dois t’en douté qu’aujourd’hui est un jour spécial pour les citoyens peuplant cette île »

« L’avènement des Grands Infernaux, j’ai entendu parler de ça, voilà pourquoi il y aurait plus de monde ici, ils portent tous des accoutrements qui reflètent à leurs anciens dieux »

« DONC ! J’ai reçu un rapport comme quoi il y aurait des enlèvements, je veux que ce soit toi qui mène l’enquête, ce sera un bon entraînement ! »

« Hein ?! Heu… Oui, donc des enlèvements » *Super, fini mes jours de congé… Si je commence à lui répondre je vais me faire massacré à Marine Ford*

« Ce n’est qu’une rumeur, néanmoins il y a eu des affirmations de quelques enlèvements, on raconte qu’il y a des fanatiques sur cette île qui enlèvent des aventuriers, trouve quelqu’un qui aurait été témoin d’un enlèvement ou qui aurait des informations, remonter à la source et mettre fin cette supercherie »

« Oui chef ! »

« Ce sera tout, bon courage » -Katcha-

Maintenant tout est dit, il doit mener une enquête sur le champ et la meilleure façon de procéder c’est d’avoir les oreilles tendus et qu’il écoute attentivement de ce qui pourrait raconter en ce moment. Il a marché pendant une demi-heure, le soleil ne tarde plus à se coucher, pourtant il n’entend que des rumeurs et rien qui n’indiquerait un enlèvement fraichement commis. Puis soudain il voit un homme courir à toute vitesse vers la taverne, il ne se préoccupe pas de ce qui se trouve sur son chemin. Orloss pouvait voir que celui-ci a un air terrifié et il s’est dit qu’il a peut-être quelque chose d’intéressent. Sans trop tarder il se dirige à son tour vers la taverne, mais n’entre pas à l’intérieur, préférant l’attendre dehors tout en écoutant ce qui se passe à l’intérieur. L’homme en question parle d’un enlèvement et ça a été dit de façon inquiétant, néanmoins tous les gens dans la salle ne semblent pas le croire, pourtant sa voix tremblait et Orloss ne laisserait pas un témoin partir ainsi, il commencera sa piste par cet homme. Dès qu’il sort de la taverne notre héros vient lui interpeler.

« Je t’ai entendu parler dans la salle… C’est vrai ce que tu dis ? »

« Hé… je… Vous… Vous me croyez dingue ou… »

« Ecoute… J’ai été envoyé pour enquêter sur les enlèvements, je ne veux pas faire trop de bruit, néanmoins toute piste qui pourrait mener à cet enlèvement m’aiderait à résoudre le problème. Es-tu capable de »

« Ma foi ! Vous me croyez ! Youhou ! » dit-il en sautillant

« Toi aussi tu devrais pas faire de bruit si tu tiens à ta vie » Dit Orloss en lui tenant par l’épaule de ses mains, pas très loin de lui planter ses ongles dans sa chaire « Il faut absolument que tu m’aides si tu veux que tout le monde te croit, dans le cas contraire tu resteras qu’un fou avec zéro en crédibilité… Alors comment ça s’était passé »

« Ah… Ahem, avant que je continue vous pouvez me lâcher ? Vous me faites peur… » dit-il en tremblant

« Oh… Désolé » Puis Orloss s’exécute en lui relâchant.

« Je me sens mieux… Alors voilà je tiens une auberge à l’extrémité de cette ville, le Jeu de Paume, le client est en aventurier qui souhaite séjourner ici pendant une semaine, mais voilà comme par hasard j’ai voulu nettoyer sa chambre. Je pensais qu’il était à l’intérieur car il n’avait pas rendu la clé, j’ai frappé à la porte, personne ne répond et la porte était fermée, je trouvais ça louche alors j’étais allé chercher la clé et quand j’ai ouvert la porte il n’était plus là. La fenêtre était grande ouverte et c’est là que j’ai compris une chose… Il s’est fait enlever »

« Et… Tu as déboulé ainsi à cause de ça… Tu sais, il pourrait très bien quitter par la fenêtre pour éviter de payer »

« Peut-être ! Mais il a laissé tomber un carnet de note devant la fenêtre, alors je m’étais dit que… »

« Ok ok… On va commencer par-là, emmène voir ton auberge »

Puis tous deux commencent la marche à travers la ville vers l’auberge en question, mais ce qu’il ne comprend pas c’est *pourquoi il appelle son auberge le jeu de paume ? Vraiment bizarre ce type*





Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - La fête des Grands Infernaux [Pv : Orloss]   Mar 08 Juil 2014, 00:07

Piégé ?

Finalement cette altercation semblait moins violente que je n’aurais voulu le croire. Les deux hommes, dont celui qui était entré quelques instants plus tôt dans le bar il me semble, marchaient côte à côte pour aller vers… quelque part ? Haussant les épaules, je décidai de tourner dans la direction opposée, mon compagnon sur mes épaules. Il semblait observer les personnes dans l’autre sens, me tenant les cheveux d’une petite patte ferme, comme obnubilé. Je ne voulais pas lâcher le livre que j’avais à la main, mais la foule avait déjà envahi la rue principale, prévenant de la présence d’une parade certainement. Cela m’aurait embêté mais je me téléportai de l’autre côté et continuai ma route après un léger instant d’arrêt. Traverser la rue était d’une facilité déconcertante, même si, heureusement pour moi, je n’utilisais pas mes capacités lors des combats, préférant les armes à feu s’il y en avait à disposition… Ou plutôt, c’était mentir. Je ne savais pas comment les utiliser en combat. J’étais totalement nu dans cette situation-là.

« - C’est ici, marmonnai-je en regardant sans grand intérêt l’insigne d’une des nombreuses auberges de la ville. »

Le ‘Poivrot Solitaire’ était exclusivement réservé aux personnes seules. C’est-à-dire que c’était en réalité un nid pour ramener ses conquêtes et les oublier le lendemain. Tout à fait le genre d’endroit peu cher dans lequel on pouvait passer une nuit… Comme la nuit dernière. Bien qu’en réalité, j’avais passé ma nuit bercé par les gémissements à peine retenus de mes voisins de chambre. A mon âge, cela aurait dû m’exciter, mais j’étais très peut-être un peu trop stoïque devant ce genre de choses. La nature humaine le poussait de toutes les manières à vouloir baiser, j’avais tout mon temps. En entrant dans ma chambre, je vis que les draps avaient été soigneusement remplacés. Sûrement une des attentions de l’aubergiste pour me remercier de ne pas me plaindre et de respecter son établissement. J’allai m’asseoir sur le bord du lit en rangeant la carte dans mon sac. Depuis quelques mois déjà j’étudiais les bases de la navigation. C’était amusant, ou plutôt intéressant. J’avais compris certains phénomènes météorologiques à grande échelle et je pensais même pouvoir les reproduire à petite échelle avec l’aide d’un ingénieur. Il me faudrait peut-être un peu de travail mais le jeu en valait la chandelle.

Alors que j’étais en train d’ouvrir les fenêtres pour aérer la chambre et me préparai à repartir, j’entendis des personnes gueuler dans la petite ruelle qui bordait le côté Ouest de l’auberge. Sans vraiment m’attarder sur ses paroles, je reconnus tout de même les voix des deux hommes-bêtes. Que se disaient-ils ?

« - … foiré, bordel ! Tu te rends pas compte de ce que ça veut dire ?! Grand-frère va pas être content…
- Arrête avec ton ‘Grand-frère’, on sait tous que vous baisez ensemble, fais pas chier. Et puis c’est lui qui a installé les pièges au « Jeu de Paume » pour attraper ce kidnappeur…
- Qu’est-ce que… T’es taré ou quoi ? Je baise pas… Mais ouais, il faut qu’on retrouve l’émetteur pour les activer, aide-moi s’il-te-plaît !
- J’ai mon prix t’sais… Mais bon, t’es un pote. Allons-y. »

Je m’étais inconsciemment mis au bord de la fenêtre pour les épier, et lorsqu’ils remarquèrent ma présence un rictus gêné déforma leur visage. Je ne savais pas si c’était à cause des propos tenus ou des informations divulguées. Sans vraiment les narguer, je leur fis un petit signe de la main et rentrai à l’intérieur. Le Jeu de Paume… Le jeu ? Non, sûrement un bâtiment. Il y avait quand même pas mal d’auberges ici, c’était peut-être le nom de l’une d’entre elles. L’homme de tout à l’heure… Si ces hommes-bêtes ne croyaient pas un mot de ce qu’il disait, c’était peut-être pour lui faire baisser sa garde. Cela aurait tout son sens. Prenant mon sac et Miu sur mon épaule, je me téléportai devant le bar que j’avais quitté plus tôt, arrivant juste devant une cliente qui me bouscula, s’excusant avant de reprendre sa route.

« - Excusez-moi, l’interrompis-je. Vous connaissez « Le Jeu de Paume » ? Je ne sais pas où ça se situe et un ami m’a demandé de l’y retrouver… »

Elle sembla perplexe mais ne posa aucune question, préférant se débarrasser rapidement de la tâche de m’indiquer la position de « l’auberge ». Enfin une information utile. Je me mis à courir vers le bâtiment mais en arrivant devant, un hurlement en sortit avant qu’un homme ne sorte, trainant son pied, celui-ci prit dans un piège à ours…


Dernière édition par Erwin Dog le Mer 09 Juil 2014, 20:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - La fête des Grands Infernaux [Pv : Orloss]   Mar 08 Juil 2014, 23:14

Nouveau camarade







Entre-temps, notre marine, accompagné de l’aubergiste, marchent à travers la foule, ils n’allaient pas garder le silence et notre héros n’aime pas perdre du temps. C’est donc pourquoi il en profite pour lui questionner autant que possible.

« Vous avez l’air d’en savoir sur les enlèvements, pourquoi les gens feraient une chose pareil ? Pourquoi kidnapper et spécialement aujourd’hui ? »

« En fait, ça a commencé depuis quelques jours, je ne sais pas quel jour avait commencé le premier enlèvement, mais ce qui est sûr c’est que cela ne concerne absolument pas les gens d’ici, j’ai entendu dire que des aventuriers disparaissaient et là, tout à l’heure, un de mes clients a disparu aussi et c’est le quatrième ! »

« Bordel ! Au moins vous n’êtes pas concerné, mais cela ne veut pas dire que vous êtes épargné, car s’ils apprennent que vous aidez la marine qui sait ce qui pourrait bien vous arrivez »

« Oh non pitié ! Ne me laissez pas seul ! Je ne suis qu’un simple homme qui ne sait pas se défendre »

« Ne vous en faites pas, je viens en incognito donc personne ne pourrait me soupçonner de quoi que ce soit. Donc, ils vont… Enfin, s’ils sont plusieurs, ils vont faire quoi des kidnappés ? »

« Les rumeurs courent que ces aventuriers seront utilisé pour un rite de sacrifice, afin de renaître les dieux qui ont créé l’île. Ce serait faire une offrande contre la prospérité ou… Recommencer l’événement. »

« Pourquoi craindre alors ? Vous n’êtes pas d’ici ? »

« En fait… Pas vraiment non, j’étais là il y a 15 ans et cet auberge appartenait à mon cousin, il habitait ici depuis toujours. Maintenant il n’est plus là et je gère avec un cuisinier, une femme de chambre et un autre employer. Mon cousin en parlait souvent de cet histoire, au début cela me fascinait, mais quand je prenais conscience cela me faisait un peu peur et au final cela devenait une réalité… »

« Et ? Ce genre de fête, me dites pas que vous et le peuple de cette île font ça tous les ans »

« Non non… Enfin, tous les deux ans en fait »

« Alors tous les deux ans des gens se font kidnapper et personne n’a porté plainte ?"

« Il n’y a pas eu autant de kidnapping autrefois, personne ne s’en souciait, mais il y a deux ans le nombre avait augmenté et là, cette semaine, il y a eu bien plus que les précédents, beaucoup plus que ce qu’il y avait pendant mes séjours sur cette île… Cela me fait peur, imaginez que ces fanatiques que vous les appelez ont soif de sang et de sacrifice ? Bientôt ce sera un jour sanglant et non un jour de carnaval comme les autres jours où je me sentais à l’aise »

« Tsss… des gens meurent et personne ne lève un doigt, en particulier vous ! Vous n’avez aucune dignité ou ne serait-ce la pensée d’appeler la marine »

« … C’est moi qui ai appelé la marine… Après des années de silence. Oui je comprends que ça fait tard, mais je suis un vrai trouillard ! Un mouton prêt à suivre le troupeau aveuglément, ici personne ne s’en soucie. Mettez-vous à ma place, il fallait que ce soit très grave pour me faire bouger ! »

« Au moins, si je devais être à ta place, j’aurai déjà appelé de l’aide et j’aurai la conscience tranquille, et non de dormir en imaginant ce que adviendrait ces gens qui rêvaient l’aventure… J’en ai assez parlé, il est où ton auberge »

« On n’est pas très loin maintenant, regardez ! C’est au bout de la ruelle » dit-il en pointant son doigt dans une direction

Le Jeu de Paume est à une vingtaine de mètres, ils marchaient prestement, quand soudain un cri se retentit à l’intérieur. Tous deux se regardèrent et ils ont commencé à courir et arrivé devant l’entrée un homme en ressort, avec un piège à ours fauchant le pied. Le gérant a reconnu l’homme et il a hurlé tout en accourant vers lui:

« Bon dieu ! Milo ! C’est quoi ça à ton pied, comment t’as fait pour t’y trouver dedans ? »

Orloss n’avait pas laissé l’homme blessé à parler, il s’est empressé de le mettre à terre et il tire le gérant par le bras en lui faisant bien comprendre de tenir son employé.

« Ça a été fait il y a un instant, donc il y a peut-être une piste quelque part » dit-il tout en déverrouillant le mécanisme et enfin libérer la jambe de l’homme « Par contre le type qui a installé la piège devait s’attendre que le kidnappeur allait revenir ici » Il termine sa phrase tout en examinant la plaie

Orloss pense qu’il n’a pas la jambe cassé, mais il saigne beaucoup. Il n’a pas hésité à déchirer la chemise de la victime pour en faire un bandage.

« Vous avez de quoi soigner ? »

« Heu oui, je devrai en avoir vers mon bureau »

« Alors aidez-moi à le porter »

« Je…euh… J’ai pas de force pour porter un individu, je suis désolé »

« Vous êtes pas d’une grande aide dit donc… Quelqu’un ici pourrait m’aider à porter cet homme ? » dit-il en haussant la voix pour les passants




Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - La fête des Grands Infernaux [Pv : Orloss]   Mer 09 Juil 2014, 20:57

Avis de réunion.

J’étais arrivé légèrement avant l’homme qui avait alerté les personnes du bar concernant le problème des aventuriers et le garçon qui semblait l’accompagner… Avaient-ils été plutôt lents pour me laisser arriver avant eux ? Je haussai les épaules, les observant simplement galérer avec l’homme pris dans le piège. Être trop nombreux à aider pouvait être néfaste, et le mal était déjà fait. Quoiqu’il y avait sûrement plus qu’un seul piège dans l’auberge. Je me dirigeai vers celle-ci au moment où le blond demanda de l’aide, apparemment pour soulever l’homme à terre. Je me dirigeai vers lui, souriant légèrement tandis Miu le regardait, légèrement inquiet. Il en fallait au moins un de nous deux pour s’inquiéter, et aujourd’hui c’était mon compagnon, bien que je fusse de nature trop curieuse pour ne pas être parfois un peu inquiet.

En arrivant à hauteur de l’homme, je lui proposai mon épaule et le traînai avec de l’aide sur un banc juste devant l’auberge. Le piège était basique et déjà refermé, il fallait juste utiliser la molette pour le dévisser en faisant attention à ne pas le laisser sa rabattre. Je n’étais pas un expert, mais j’essayai de le faire rapidement, utilisant mes capacités quand il ne fut plus dans la chair de l’homme pour le téléporter un peu à côté avec moi et le laisser se refermer dans le vide. Bien, mes capacités de maudit avaient été utiles aujourd’hui. J’envoyai un petit sourire au blond avant de lui dire :

« - Je m’appelle Erwin Dog, certaines personnes ont installé des pièges dans l’auberge, elles croient que l’homme à vos côtés est à l’origine des enlèvements. Donc je pense qu’il serait préférable de ne pas entrer sans prendre toutes les précautions nécessaires… Et de demander à Monsieur quel lien il a avec ces enlèvements. »

Je le regardai un instant avant de hausser les épaules et de me diriger vers l’entrée de l’auberge. Peut-être qu’à présent il faudrait que je sois plus sérieux : A commencer par le désamorçage ou l’élimination des pièges et l’évacuation des personnes dans l’auberge. Bien, ça en donnait du boulot. Me tournant vers l’homme qui m’avait demandé de l’aide, je lui demandai d’une voix amusée :

« - Un coup de main s’il-te-plaît ? Je m’occupe des pièges, essaye de monter à l’étage, vous monsieur appelez un médecin, je ne suis pas d’ici donc je ne sais pas où en trouver. »

Sans attendre de réponse de leur part, j’entrai dans l’auberge. Selon ce que j’avais compris, ils avaient dû mettre les pièges un peu partout, ça voulait dire qu’il allait falloir se montrer extrêmement habile et patient. En entrant, j’entendis derrière moi débouler des personnes que je ne croyais pas voir ici : les hommes-animaux, essoufflés, semblaient affolés et m’interdirent strictement en hurlant d’entrer dans l’auberge. Les félidés allèrent même jusqu’à m’attraper le col pour me tirer vers l’arrière : Bande de tarés. Je fronçai les sourcils avant de leur dire d’une voix sèche :

« - J’essaye de réparer vos erreurs, bande d’abrutis…
- On sait, de nouvelles informations sont parvenues, un des aventuriers a été enlevé à l’autre extrémité de la ville… Les aventuriers ont décidé de faire un rassemblement à la taverne d’un plan d’action. Nous deux on va désamorcer les pièges. »

J’acquiesçai prudemment en me tournant vers les hommes à côté de moi.

« - On ferait bien d’y aller… Monsieur l’aubergiste, je vous conseille de rester ici avec cet homme blessé et d’appeler des secours. Je vais à la taverne. »

Sans attendre, je commençai à me diriger vers le lieu de rassemblement. Décidément, les aventuriers avaient du soucis à se faire ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - La fête des Grands Infernaux [Pv : Orloss]   Ven 11 Juil 2014, 21:53

Jouer le jeu






Après son appel c’est un jeune homme qui est venu à son aide, Orloss fait un signe de remerciement et à deux il traine le blessé sur un banc. L’homme qui est intervenu un instant plus tôt se présente Erwin Dog, très simple à retenir comme nom et la suite lui intrigue encore plus, comment il connait l’histoire ? Notre héros ne se rappelle pas d’avoir croisé cet homme avant et pourtant il a l’air d’être au courant de ce qui se passe dans cette auberge. Orloss ne le connait pas et il ne peut pas vraiment donner sa confiance à ce Erwin, il est trop suspect pour connaitre de tel propos, dans tous les cas il ne fait pas confiance à qui que ce soit sur cette île, y compris le gérant. Soudain, le jeune homme se relève et va vers l’entrée de l’auberge, comme s’il savait ce qu’il devait faire ou comment réagir et c’est ça qui rend notre héros méfiant. Puis celui-ci demande un coup de main pour trouver des pièges dans ce bâtiment, Orloss n’est pas très rassuré, mais sur le coup il va faire ce qu’il dit. Cependant des bruits de pas se faisant entendre de plus en plus fort se dirigent vers eux, en se retournant il voit deux hommes-bêtes, comme lui, et ils ont l’air affolé. L’un des deux passe devant pour attraper Erwin par le col et le tirant en arrière après avoir hurlé quelques mots comme « n’entre pas ! ». A la suite il écoute ce qu’ils se disent et Orloss découvre que ces trois-là sont des aventuriers, il va moins suspecter Erwin, mais préfère rester sur ses gardes avec n’importe quel individu. Maintenant que les choses se sont éclaircies, Erwin décide de rejoindre les autres aventuriers et il comptait sur notre héros de venir avec lui, pensant qu’il est aventurier. Il n’avait plus rien à faire ici, alors notre marine décide de suivre Erwin vers la taverne.

Pendant qu’ils marchaient prestement à leur destination, Orloss se demandait quel genre de personne pouvait bien être cet Erwin, il lui est impossible de décrire de qu’il est en réalité. Cet homme  a l’air d’avoir vécu tellement de choses dans sa vie, ce n’est pas la façon dont il parle ou d’agir, mais qu’il reste calme et considérait ce qu’il entoure comme une cour de récréation. C’est un vrai dilemme, doit-il faire confiance à ce genre de gars ? En tout cas il a l’air de vouloir participer à la chasse aux ravisseurs et tant qu’ils partagent le même but il continuera de le suivre. Il n’a pas vraiment parlé en cour de route, il ne voyait pas vraiment de ce qu’il pourrait lui demander et préfère rester silencieux jusqu’à la taverne et observer Erwin. Quand ils arrivent finalement à la fameuse taverne des gens se sont massés devant l’entrée, quand Orloss demande la situation voilà ce que l’un d’eux répond.

« On a pas envie de se faire tuer en sacrifice pour leurs dieux qui n’ont pas existé ! Tout le monde se sont mobilisés, il n’y a que des aventuriers ici et ensemble on va lancer la chasse, ça ne peut plus durer ! »

Effectivement cela ne peut plus durer, Orloss est tombé sur une meute de loups affamés. Il se retourne vers Erwin avant de lui adresser.

« Ok Erwin, je ne sais pas qui tu es exactement et d’où tu pourrais venir, tout ça ne m’intéresse pas, mais je n’ai pas l’intention de te suivre ni que tu me suives. Tu m’es trop inconnu comme gars qui donne gratuitement son nom complet au premier gars qui le croise, tu pourrais très bien être un aventurier comme ces gens, tu peux te joindre à eux, sauf que moi j’ai un tout autre objectif et personnellement je crains que leur chasse se termine par un échec. Plus l’on est nombreux et moins l’on aura de chance de tomber ne serait-ce sur un complice. J’opte pour une approche discret et jouer le jeu… A toi de te dire ce qui est le plus avantageux ou non, moi j’ai fait mon choix. Alors ? »

Si Erwin est prêt à jouer le jeu alors  il ne lui reste plus qu’à dire un peu plus de son plan et espérer que les choses se passent comme il faut, Orloss ne peut pas compter sur le nombre, pas cette fois.


Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - La fête des Grands Infernaux [Pv : Orloss]   Dim 13 Juil 2014, 12:49

Scène de crime.

On arriva rapidement devant la taverne où un rassemblement d’aventuriers s’était déjà opéré. Ils avaient l’air stressés, l’air était rempli d’une odeur de sueur désagréable que même moi je pouvais ressentir, et en fronçant les sourcils j’aperçus un homme, debout sur une table, en train de déblatérer des paroles que les chuchotements des spectateurs m’empêchaient de comprendre. Peut-être une manière de convaincre la foule du bien-fondé de sa chasse, en tout cas s’il avait besoin d’aide pour retrouver cet homme, j’allais le faire… Puis un homme commença à expliquer ce qui se passait ici. Il parlait avec une ferveur qui relevait de la haine qu’on avait émise à l’égard de criminels avant de les éviscérer sur la place publique au milieu d’innocents. Cela pouvait dégénérer à tout moment. Très peu pour moi. Puis celui qui était venu avec moi commença à parler, attirant non seulement mon regard et mon oreille mais aussi celui de plusieurs personnes à proximité. Certains semblèrent acquiescer, apparemment aussi inquiets que moi concernant cette chasse. Sa réflexion était différente mais elle était basée sur des faits concrets… Même si ‘jouer le jeu’ ne me plaisait pas plus que ça. Il fallait agir, mais agir bien. Mettre des idées concrètes en action, c’était la meilleure chose à faire.

« - Je suis de la vieille école, souris-je en regardant dans la direction où se situait mon auberge. Il vaudrait mieux aller enquêter sur les ‘lieux du crime’. La marine a une base sur l’île, elle devrait déjà être sur les lieux si elle s’occupe de ce genre d’affaires. »

Deux hommes acquiescèrent en pointant une structure du bout du doigt. Apparemment tous les marines en faction sur l’île étaient connus des habitants, ce qui rendait les choses difficiles quand ceux-ci devaient opérer sans qu’on ne les reconnaisse. Je haussai les épaules devant cette constatation : ce n’était pas mon problème. Ils pouvaient toujours faire appel à des aventuriers ou des civils si la situation l’exigeait, ce n’était pas un drame de demander de l’aide. Le risque état aussi de tomber sur la mauvaise personne… Si un moyen de lire dans les pensées existait, cela n’en serait que plus facile.

« - Je vais aller voir du côté du dernier crime, est-ce que quelqu’un peut m’indiquer avec précision où ça se trouve ? Et aussi… Dîtes aux aventuriers de rester toujours par petits groupes, ça devrait limiter la casse. »

Un jeune homme d’une vingtaine d’année se porta volontaire pour m’indiquer où se trouvait le lieu du crime, et je proposai au garçon qui était venu de l’auberge avec moi de venir pour au moins s’intéresser de près à la scène de crime, ne sachant pas si j’aurais l’œil assez fin pour trouver des indices décisifs dans cette petite enquête. L’homme à mes côtés était plutôt large d’épaule, il portait une tenue de judoka déchirée un peu partout, une ceinture semblait maintenir son pantalon assez ample et un élastique retenait ses cheveux en une petite queue de cheval dans son dos. Malgré son air sérieux, il avait l’air sympathique.

Sur le chemin, il parla presque tout le temps, dévoilant son histoire au fur et à mesure : il était né sur San Faldo mais n’avait jamais vécu plus de deux ans consécutifs sur l’île, apparemment il voyageait beaucoup étant petit et il a appris les arts martiaux grâce à son père. La tenue qu’il portait avait appartenu à son paternel, et elle avait appartenu avant cela à son grand-père. Elle avait été recousue à de nombreuses reprises, mais il doutait qu’elle fasse une génération supplémentaire. Sa femme était d’ailleurs enceinte, et il hésitait à se poser sur l’île pour commencer à élever son rejeton de manière stable. Il avait même prévu de lui faire un landau de ses propres mains mais il n’était pas très habile pour le travail manuel. Je lui proposai simplement de l’aider quand tout ça serait terminé, même si je n’étais certainement pas plus doué que lui, à deux on devrait y arriver.

Enfin, les lieux du crime entrèrent dans notre champ de vision. La scène s’était déroulée un peu avant le port, dans une zone relativement bien fréquentée. Les marines n’étaient pas encore présents mais des civils s’étaient arrangés pour délimiter une zone autour du cadavre pour conserver la scène. Je ne pris pas la peine de demander l’autorisation et entrai dans le carré. Les entailles sur le cadavre étaient profondes, mais elles ressemblaient plus à des… déchirures. Comme si le corps n’avait pas été lacéré avec un couteau mais avec des griffes. La gorge avait été tranchée, mais je ne pouvais pas dire si les blessures au torse qui avaient déchiré les vêtements du cadavre étaient celles qui avaient causé la mort. Sans toucher le corps, j’aperçus aussi des poils d’animaux coincés entre deux bouts de peau. Qu’est-ce que ça voulait dire ?

« - Un homme-bête… C’est un homme-bête qui a fait ça ? Me demanda le judoka comme si j’étais capable de répondre. »
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - La fête des Grands Infernaux [Pv : Orloss]   Mer 01 Oct 2014, 19:08

Scène de crime.

La scène était d’une sauvagerie sans précédent pour certaines personnes vierges de toutes les horreurs du monde. Mais nous deux, le judoka et moi-même, étions malheureusement habitués à pire. Un marine arriva derrière moi en me posant une main sur l’épaule pour m’indiquer que je devais quitter les lieux au plus vite. J’acquiesçai simplement avant de soupirer et de franchir la zone vers l’extérieur. Quand une jeune femme vint me demander ce qu’il s’était passé, je remarquai qu’elle se tenait son ventre rond et imposant. Elle n’était pas ordinaire, loin de là. C’était une femme-animale : une demoiselle au poil soyeux de panthère, mais dont l’apparence humanoïde la blâmait aux yeux du reste de la société. Elle avait pourtant un joli sourire, mais… Quelque chose m’intriguait. Un autre homme-animal arriva alors derrière, suivi des deux de ses camarades… Ceux que j’avais vus plus tôt sous ma fenêtre.

« - Tiens, voici ma jeune sœur que voilà, lança-t-il tandis que celle-ci recula à sa promiscuité. Et… Oh, ton mari est là aussi. »

Il désigna le judoka qui s’avança vers la jeune femme avant de l’embrasser tendrement et d’adresser un sourire encourageant à celui qui devait être son beau-frère, si les liens familiaux étaient corrects. Je ne tentai pas de m’incruster dans l’histoire, choisissant plutôt de les laisser flâner.

« - Je dois toujours enquêter sur ce meurtre et les enlèvements, je te…
- Il n’y aura plus d’enlèvements, lança le frère de la jeune femme en s’avançant vers moi, comme pour me demander de ne pas fouiner. »

Je me tournai vers le corps à terre plus loin et haussai les épaules. J’avais l’impression que ce n’était pas un hasard si cette personne était morte. Le judoka m’invita tout de même à passer chez lui et j’acceptai avec plaisir, pour l’aider à construire le landau qu’il voulait faire.

L’action dura deux jours. Pendant deux jours complets, nous prîmes des mesures, décidâmes de couper, poncer, modeler le bois et d’en faire une sorte de landau, ayant quelques déformations que nous recouvrâmes ou rabotâmes. Le travail fini, je remarquai que les deux jours s’étaient écoulés comme un rien. Pas un seul enlèvement, pas un seul meurtre, et les hommes-animaux n’avaient pas été inculpés alors que je sus, en écoutant une conversation, qu’ils étaient à l’origine de l’arrêt de cette folie, et avaient retrouvé les personnes disparues.

« - Merci, Erwin, me dit le judoka en me serrant contre lui tandis que je partais de sa maison. Reviens nous voir au passage… Ou peut-être qu’on se rencontrera à nouveau, un jour où l’autre, pendant l’un de mes voyages qui sait.
- Je ne manquerai pas de revenir, lançai-je en souriant, tapotant la tête de Miu sur mon épaule. »

Après avoir quitté la baraque, je me rendis compte que le soleil était déjà haut dans le ciel. Et quelle allait être ma prochaine destination ? J’avais déjà visité une bonne partie de Grande Line : Serais-je attiré par les montagnes enneigées de Drum ? Ou peut-être pourrais-je retourner dans des endroits plus chauds ? Tout en rêvassant, je continuai ma route.
Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] - La fête des Grands Infernaux [Pv : Orloss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Grands garçons musclés et bronzés
» Organigramme du conseil des grands maîtres.
» Obama met Haiti dans la "Blacklist" des plus grands cartels de la drogue
» Histoire des grands magasins de Paris
» Les grands poetes russes !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 1 :: San Faldo-