Partagez | 
 

 Arnaque au Dragon [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yao Ming
Trafiquant
avatar
Messages : 363
Race : Humain.
Équipage : Hyakki Yokou Gang

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
231/250  (231/250)
Berrys: 718.156.025 B

MessageSujet: Arnaque au Dragon [Solo]   Mer 25 Juin - 1:43



Arnaque au Dragon





P
owder Island, la destination qu'il fallait pour Yao. Oui car le jeune voyou depuis quelque temps déjà pensait à changer son arme à feu. Il utilisait son bon vieux pistolet WP99 depuis quelques années mais plus les péripéties s'enchainaient, plus le jeune mafioso avait une idée qui germait dans sa tête : celle de changer d'arme. D'en prendre une avec les mêmes avantages que son pistolet et d'autres encore !

Et c'est pour cette raison que Yao avait mener des petites recherches qui l'avaient conduit directement sur cette île. Le brigand avait fouillé son histoire et avait découvert que Powder Island était il y à plusieurs années le fournisseur des armes à feu de toute la mer de l'ouest. Et même si depuis quelques temps la vente d'arme et de poudre était désormais illégale, Yao connaissait bien le monde de la voyoucratie et savait qu'il allait pertinemment en trouver une à son gout. Cependant, comme à son habitude, jamais rien ne se passe comme prévu et voici son histoire ...

Dans les rues de Whaler Village, sixième sur sept des villages de l'île.

Le jeune voyou déambulait dans les rues du village des baleiniers tout en fumant sa pipe tranquillement comme un bon touriste. Le soleil était déjà avancé dans sa trajectoire quotidienne, mais il laissait encore le temps au jeune homme de trouver ce pourquoi il avait accosté la veille au soir sur cette île. D'après l'enquête qu'il avait mené, pour trouver une arme dans ces villes il fallait fuir les cités les plus riches et fouler les pavés des villages les plus pauvres. C'était pourquoi Yao avait décidé de "visiter" Whaler Village.

D'après ce qu'il en savait, ce village accueillait  autre fois les plus fort chasseurs de baleine et menait des expéditions dans toute la mer de l'Ouest. Mais avec le temps et le changement climatique de ces dernières années, les baleines auraient migrées ailleurs et les pêcheurs se serait reconvertis en tout et n'importe quoi, comme receleur par exemple héhé.

D'ailleurs, en marchant sur les pavés du village et en traversant les rues, Yao comprit pourquoi ces habitants avaient changés de métier. La chasse à la baleine ne rapportait plus et Whaler Village s'était grandement appauvri. Les bâtiments et les maisons ressemblaient plus à un camp de gens du voyage qu'à un village au passé glorieux. Au même point ou le voyou n'avait croisé qu'une seule patrouille de quelques marines plutôt douteux. Le fait que le gouvernement ne place que quelques soldats dans ce genre de village laissé à l'abandon avec au contrario plusieurs grosses troupes dans les plus grosses villes le dégoutait mais ne le surprenait pas pour autant. De toute façon, Yao était issue de ce genre de milieu et ne comptait pas s'en priver.

Une fois après avoir fait le tour du pauvre village, le Dragon Pourpre s'adressa alors à un jeune homme s'approchant de son âge. Il lui demanda ou est ce qu'il pouvait trouver "Whizer". C'était ce nom qu'on lui avait donné quand il avait demandé à plusieurs crapules ou est ce qu'il pouvait se dégoter un calibre, dans ses recherches dans les villages et villes précédents.
L'interlocuteur de Yao prit peur dans ses yeux, mais tâcha de ne pas le montrer. Ce fameux Whizer devait être quelqu'un avec une réputation pesante, dans ce village du moins. Le jeune homme fini par pointer du doigt une vieille bicoque, de l'autre côté de la rue.

Yao le remercia et y alla. Il poussa la porte et se retrouvera dans une épicerie toute flinguée, avec quelques produits sur les étagères majoritairement vide. L'aspect même du type ne convenait pas en tant que gérant de cette petite épicerie et avait plus une tête de bandit que celle d'un commerçant.

- Excuse moi amigo, tu serais pas ou est Whizer ?
- Hu ? Pourquoi tu le cherches ?
- Vois-tu je suis une sorte d'homme d'affaire et j'aimerai bien le trouver, donc je réitère ma question.
- Oh excuse moi l'ami, je ne suis pas Whizer non mais je boss pour lui, tu veux peut être que je transmettre un message ?
- Bah ouais, dit lui qu'il me faut une arme de qualité, un truc léger comme un pistolet mais qui en a dans le cul tu vois.
- Ah ? Tu sais ici a Powder Island nous sommes les pro' des armes à feu, en gamme de flingue qui déboite tu peux trouver des bons pistolets semi-automatique à gros calibre, mais la crème de la crème c'est le tout nouveau pistolet-mitrailleur, nommé Uzi. Ce truc la ça te rafale la gueule en moins de deux, et c'est aussi discret qu'un simple révolver !  
-Hmm ... Apporte moi ça quand tu peux, que j'y jette un œil.
- Repasse dans deux heures et ça sera surement good. ~

Le type avec sa face ressemblant à celle d'un rat avait bien remarqué que Yao n'était pas quelqu'un d'ici, et vu la qualité de son kimono en soie que le voyou portait, il devait le prendre pour un touriste. Méfiance. Mais ce qui rassurait le voyou c'était qu'il semblait vraiment bien s'y connaitre dans la distribution d'armes. Yao savait reconnaitre les criminels et ce type en faisait partie. Il ne dit pas un mot de plus et sortit de la boutique, prêt à repasser après le délai accordé.

[…]

Le temps était passé. Comme prévu Yao était de nouveau retourner dans la petite boutique et attendait encore la face de rat qui lui avait parler deux heures auparavant. Alors qu'il fumait on ne sait quel genre de substance dans sa longue et fine pipe, le vendeur et recéleur apparut avec un sac a la main, semblant contenir bel et bien quelque chose.

- Oh tu as l'air bien chargé, laisses moi t'aider.

Le jeune voyou tira le sac du sois disant commerçant et l'ouvrit. Il en sortit un Uzi, comme Yao lui avait demandé. Il n'avait pas l'air exceptionnel, mais sa dégaine de pistolet mélangé à celle d’une mitraillette était cool et le jeune Ming savait que ce genre d'arme ne se trouverait pas partout dans les mers. Il reposa alors le sac avec ce qu'il contenait et fixa le sous-fifre de Whizer.

- Alors, dit moi combien t'on chef t'as demandé pour ce joujou ?
- 500 000.
- Ca marche.

Yao fouilla une de ses poches intérieure de son kimono. Il en sortit une grosse liasse de billets verts et se mit à les compter. Il en donna quelques unes à son interlocuteur qui semblait choqué de tout l'argent que le voyou possédait. Le petit recéleur remercia alors le voyou en kimono et le raccompagna a la sortie de l'épicerie. Yao semblait contant, depuis le temps qu'il voulait changer d'arme. C'était une bonne occasion pour aller la tester dans la bordure du village, histoire de voir ce qu'elle avait vraiment dans le cul, après tout !

[...]

Un bordel monstre se faisait entendre à l'intérieur de l'épicerie de la face de rat -dont le nom est toujours inconnu. On entendait une voix gueuler de toute ses forces, et tout ce brisait à l'intérieur. C'était tellement chaud que les murs de l'épicerie, déjà bien abimés par la pauvreté, tremblaient et s'effritaient. Les passants dehors se retournaient tous pour essayer de comprendre ce qu'il pouvait bien ce passer. Et moi je vais vous expliquer.

- JE VAIS TE TUER ! TU AS OSER M'ARNAQUER PETITE MERDE ?!!

Effectivement, Yao ne s'était rendu compte de la supercherie que trop tard. Il avait essayer de tirer dans la forêt, mais aucunes balles n'étaient sorties du canon. Après avoir regarder dans tous les sens sous toutes les formes, le voyou n'avait trouver qu'une seule réponse à ses questions : il s'était fait arnaquer, ce uzi n'avait jamais marcher, c‘était qu‘une pâle copie. Et ça, il allait le faire payer, car Yao n'est pas le genre de type qui aime bien se faire prendre pour un pigeon !

- Nan nan désolé monsieur, c'est mon boss qui m'a dit de faire ça je vous jure ! J'ai plus votre argent il est directement passé après le récupérer !
- Je m'en fou, comment je fais pour récupérer mon fric moi ? Si je ne l'ai pas, ca sera simple, c'est toi qui en paiera les conséquences avec une balle entre les deux yeux, sortant d'un calibre qui marche vraiment cette fois-ci !

Le gangster braquait l'homme avec son bon vieux flingue. Il lui avait jeter le pistolet-mitrailleur dans la gueule quelque minutes auparavant. Face de rat était paniqué. Il voyait bien que Yao était sur les bords de la folie et que le butter ne le dérangerait pas. Il continua à crier encore et encore, trop paniqué par la situation.

Cela tapa encore plus sur le système de Yao. Il lui enfila un uppercut dans le ventre qui le fit stopper toute sa comédie et le coucha à terre, totalement immobile. Le mafioso s'approcha alors de lui. Face de rat était bien plus calme maintenant.

- Bien, maintenant que t'as enfin fermé ta gueule on va pouvoir s'arranger. On va aller gentiment voir ton boss et je vais gentiment lui montrer c'est qui le pigeon. Ca risque de faire quelques giclées de sang mais au final tout ira bien ... Enfin pour moi, pour toi et t'es potes j'sais pas trop héhé. Bref, dépêche de bouger ton cul et de te remettre debout !

[...]

Toc toc toc ...

Face de rat frappait à une porte. Yao se cachait juste à côté de lui et braquait toujours son pistolet sur la crapule. Ce mec allait être utile au voyou, car il l'avait bien cuisiner à sa sauce et il avait réussit à en tirer des informations. Comme vous pouvez constater, face de rat avait même ramener le mafioso jusqu'a la maison de son boss et écoutait les instructions de l'ancien moine sans rechigner, et totalement apeuré. Il semblait bien avoir comprit que la puissance et le niveaux entre lui et Yao était largement différente et qu'il n'avait aucunes chances.

C'est alors qu'une petite œillère s'ouvrit. Un homme y jeta un coup d'œil et ferma le cache du trou. Bien qu'il soit de l'autre côté de la porte, Yao pouvait entendre qu'il partait, certainement dire à son boss qui était la. Puis quelques minutes plus tard, il revient, et ouvrit une nouvelle fois l'œillère.

- Pourquoi t'es la ? Tu veux quoi au boss ?
- Je t'en supplie ouvre moi c'est urgent, j'ai un truc à dire à Whizer !

Face de rat jouait bien le jeu. Ou alors ce n'était pas un jeu, mais bel et bien la pression que Yao lui portait qui le rendait si attentif et qui le faisait jouer parfaitement la comédie. L'homme à la grosse voix referma l'œillère, puis quelques secondes après déverrouilla la porte.

Face de rat avait débloqué un accès direct à son supérieur. Yao comptait bien se venger de l'affront qu'on lui avait fait et par fierté. Personne n'est censé l'arnaquer. Il arrêta de braquer la crapule qui lui avait tant servi jusque la.

- Bien, tu as été très utile. Tu peux retourner jouer aux billes maintenant, face de rat. Chushan (Piqûre) !

D'un geste tellement simple mais accompagné d'une rapidité hors du commun et d'une grande dextérité, Yao enfonça ses deux doigts dans le plexus de face de rat en toute simplicité. Il s'écroula au sol complètement K.O. La technique avait été parfaite et la petite vermine n'avait su résister à ce genre de douleur.

Ce qui était très bien pour face de rat, c'était qu'aujourd'hui et parmi tous les membres de sa bande, il allait être le seul à être épargné. Mais il n'était pas l'heure à penser à tout ça, Yao avait encore du travail à finir. Il se retrouvait devant la porte qui était maintenant ouverte et était prêt à tirer. L'effet de surprise allait être son plus grand atout dans sa petite vengeance. Il arma alors son calibre et se prépara.

Il n'y avait plus aucun bruit dans les oreilles du brigand. Comme si le calme était intervenu pour prévenir de la tempête  qui va passer. Il souffla longuement ... Puis d'un coup partit !
Il commença par frapper la porte d'un puissant chassé, qui la souleva de ses gonds et l'éclata par terre, entrainant le vigile qui était derrière. Yao mit un pieds sur cette même porte et tira une balle à travers celle ci pour qu'elle se loge dans le cœur de l'homme de main., bloqué en dessous Tous choqué et prit de cour, le voyou avait un temps d'avance sur les gardes de Whizer qui n'étaient pas encore prêts. Il en profita pour s'avancer de quelques pas et se positionner devant le salon. Il enchaina trois tirs parfait qui descendirent les trois gardes présents dans la pièces. C'est alors que deux autres hommes de mains de Whizer accourut de la cuisine armes à la main pour comprendre ce qu'il ce passait. Mais leur réaction était trop tardive, Yao avait bien plus de réflexe et de rapidité qu'eux. Il se retourna en un instant et exécuta les deux sbires d'une balle entre les deux yeux.

En l'espace d'une trentaine de secondes, le Dragon de Pourpre avait forcer la maison de Whizer et avait tué tous ses sbires. Six cadavres gisaient au sol sur le parquet de la petite maison du bandit local. Les coups de feu avaient crées plusieurs giclées de sang sur le mur et avaient transformé le papier peint en toile de peinture abstraite. Un vrai désastre causé par un véritable monstre, et tout ça en à peine une minute.

Yao jeta un coup d'œil aux hommes à terre et rangea son pistolet dont le canon était encore brulant. C'est alors la qu'il sentit une arme se charger juste derrière sa nuque. Il restait encore une personne vivante dans cette baraque, et Yao le savait très bien, car c'était le seul qu'il n'avait pas tué : Whizer. Ou du moins c’était ce qu’il pensait. Et sa réaction confirma les soupçons du Dragon.

- Bordel ... Mais Bordel ... Thiago, John, les autres … Pourquoi t'as buter tous mes hommes sale fou ?!!

La voix du chef de gang était paniquée. Yao lui, bien qu'une arme était pointé sur sa nuque, rigolait tranquillement d'un air décontracté et à la limite du vicieux. Il fouilla alors doucement son kimono et fini par jeter un objet sur le sol ensanglanté. C'était le uzi que face de rat lui avait ramené, sous les ordres de ce même Whizer.

- Tu reconnais ceci ? Et bien c'est un faux, et le mec que tu as voulu plumer, c'est moi. Sauf que mon petit tu devrais réviser t'es leçons, car tu aurais du savoir qu'on ne peut plumer un dragon.
- Quoi ? Tout ce massacre juste pour ça ? Merde ... Tu vas le payer enfoiré !

Un bruit résonna dans les oreilles de Yao, dont on braquait toujours une arme sur lui. C'était les clapotis de ferraille du chargement de l'arme. Une nouvelle qui annonçait que Whizer allait bien tiré. Alors qu'il devait se sentir avantageux, ce bruit ne fit que de déclencher sa fin.

Yao réagit en une fraction de seconde, avec bien plus de nervosité et de rapidité que Whizer ne pourrait jamais avoir de toute sa vie, car au final ce n‘était qu‘un pauvre glandu comme tous les autres ici. Suivant sa technique d'arme "Coup éclair", le mafioso se retourna et de sa main gauche attrapa l'arme qu'on braquait sur lui, tandis que de sa main droite dégaina son pistolet une seconde fois et tira trois coups d'affilés dans le bras du voyou de petite envergure. Et les balles traversèrent la chair d'une manière et d'un endroit bien précis. Le poignet, le coude et l'épaule s'explosèrent sous le coup de la détonation du calibre à bout portant, qui suivit par un horrible cri de douleur de la part de Whizer qui lâcha son arme et tomba à terre, le bras réduit en charpie et voir même indéfiniment inutilisable.

- Et bien, les dés sont joués, c'est l'heure pour toi de récolter ce que tu as semer mon pauvre !

Yao était prêt à en finir avec lui. Il ne comptait pas faire durer ses douleurs  plus longtemps mais un détail lui vint à l'esprit. Il observa rapidement l'arme que Whizer tenait dans les mains et qu'il avait lâché lors de la contre-attaque de Yao.

- Oh, mais c'est quoi ce jolie joujou ? Dit donc ça ce voit direct que c'est de la qualité comparé à la merde que tu m'as refilé !

Yao cessa de braquer le front de Whizer et se pencha pour attraper l'arme en question. C'était un Uzi, mais pas n'importe lequel. Il avait des motifs militaires dessus et d'après son expérience, Yao savait que c'était une arme de qualité. Les réglages semblaient parfait et la finition agréable à l'œil. Le uzi était tout équipé, il y avait une crosse et une lunette de visée,  largement mieux que ce qu’on lui avait précédemment ramené, quoi de mieux ?

- Dit moi, ça vient d'ou ça ?
- Aie mon bras ... C'était mon arme de point, un Uzi W.I.P. volé à des militaires ! Tu voulais un pistolet-mitrailleur c'est ça ? Tiens prend celui la et tire toi, merde !
- Mais à partir du moment ou je l'ai vu c'est ce que je comptais faire. C'est ton jour de chance, tiens je te paie le prix de l'autre, je pose les billets la et j'me casse, salut !

Et bien, apparemment Yao ne semblait plus vouloir tuer Whizer. D'après lui, il avait comprit à qui s'attaquer maintenant. D'ailleurs, le voyou était normalement venu pour trouver une arme bien, et grâce à Whizer, il avait enfin le joujou qui lui fallait. Un pistolet qui faisait mitraillette et tout équipé ! En plus de ça, après avoir mieux regarder l'arme, ce que disait l'homme en sang était surement vrai. Sa fabrication était de qualité et elle n'était certainement pas destiné à des simples combattants, mais bien à des militaires spécifiques. Soit, c'était un bon plan, et vu qu'il n'avait qu'une seule parole, Yao déposa une liasse de billets sur la table de basse à côté de Whizer, toujours choqué de ce qui ce passait chez lui.

Et comme si de rien n'était. En oubliant les six cadavres qu'il avait laissé derrière lui, Yao salua l'homme de la main et partit, nouveau uzi en main. Le connaissant très bien, maintenant qu'il avait ce qu'il recherchait, Yao n'en avait plus rien à foutre et allait surement se casser de l'île. Il ne se fera donc certainement jamais attraper pour ces petits meurtres (qui après tout, pouvait bien aider la police locale) et pourra continuer pour de nombreuses années ses péripéties...
Crédit: Neko-chan in Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
 

Arnaque au Dragon [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dragon Age Origins
» How train your dragon
» l' arnaque de l' "accompagnement "des chômeurs
» L'arnaque du déblocage de la participation
» reportage de goesdorf l arnaque a l etat pur .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue :: Powder Island-