Partagez | 
 

 [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1674
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Sam 19 Avr - 2:41

Tu veux être mon ami ?


 
Le jeune homme en avait rencontré des paysages insolites, il en avait rencontré des populations singulières même si, au fond de lui, il savait qu’il n’avait vraiment commencé qu’à fouiller la surface et que il restait énormément de surprises dans ce vaste monde. Si certains pourraient abandonner devant l’ampleur de la tâche qu’était le fait de partir à la découverte de ce monde, le jeune homme ne s’était pas démonté à seul instant et en avait pratiquement fait son but dans la vie : rattraper le retard qu’il avait pris en restant isolé sur son île natale, perdue au milieu de nulle part. Rattraper quel retard ? Celui d’une vie d’isolement, celui d’une vie éloignée de la connaissance de tout ce qui pouvait exister en dehors de sa minuscule île, une vie éloignée de presque toute forme de faune ou de flore si bien que chaque expérience était désormais, à ses jeunes yeux, une superbe et merveilleuse découverte. Comment pouvait-il en être autrement ? Il avait vécu une vie d’isolement, de solitude et de privation à tous les niveaux, il était bien normal que, consciemment ou inconsciemment, il cherche à rattraper tout ce qu’il avait pu rater durant ces deux décennies précédentes.
 
Et aujourd’hui était un autre jour où la vie allait pouvoir illuminer, une fois encore, l’existence du jeune homme en lui montrant un autre paysage, d’autres créatures incroyables ou d’autres cultures dont il ne soupçonnait jusque-là pas du tout l’existence. Après  plusieurs jours de voyage depuis un île paisible et pleine de vie, le jeune homme débarqua sur une île qui, de loin, ressemblait plus à une jungle qu’autre chose au vu de la végétation luxuriante qui s’étendait à perte de vue. Prenant son courage à deux mains, et de coin grignoter un petit peu en cours de route, le jeune homme dégaina son arme et s’enfonça dans la forêt afin d’atteindre les collines, situées un peu plus en hauteur, qu’il avait rapidement pu voir en mettant pied à terre. Se servant du fourreau de sa lame comme d’une machette afin de pouvoir dégager les branches qui obstruaient son champ de vision, le jeune bretteur marchât dans cette forêt pendant une bonne petite heure avant d’apercevoir une petite plaine, au beau milieu de cette forêt, où étaient perchées des grandes cabanes toutes faites de bois. Il ne manqua, bien sûr, pas de se fendre d’une expression satisfaite à la vue de ces cabanes car de telles constructions attestaient de la présence probable d’une civilisation et de personnes avec qui il allait pouvoir échanger. N’était-ce pas un très bon début ?
Faisant fi de la taille improbable de ces constructions, le jeune homme s’avança vers une d’entre eux et, à quelques pas de l’entrée, une voie puissante mais néanmoins fluette vint à ses oreilles :
 
 « Tu veux être mon ami ? »
 
Surpris par le ton de la voix autant que par le fait, tout simplement, d’entendre une voix, le jeune garçon se tourna vers la source du son et écarquilla les yeux face à la créature improbable qui se tenait fièrement devant lui. Était-ce une espèce d’ours en peluche géant qui se tenait devant lui ? Avez-vous déjà vu un ours en peluche géant, à la peau orange et au torse tatoué d’un mignon petit cœur peint en rouge ? Non ? Eh bien voilà ce à quoi le jeune homme faisait face, en réalité. Surpris par cette question autant que par l’apparence de la personne qui lui posait cette même question, le jeune homme ne put que balbutier :



Spoiler:
 

 
« Euh…je… »
 
Sans attendre, la créature reprit de plus belle
 
« Tu veux être mon ami ? »
 
Que répondre ? Outre son apparence imposante et impressionnante, cette créature semblait être amicale ou du moins était-ce ce que ses parole semblaient refletter. Pourquoi pas ? Pourquoi ne pas tenter le coup ? Elle n’avait fait preuve d’aucune agressivité pour le moment. Se fendant d’un sourire pour détendre l’atmosphère, le jeune garçon répondit :
 
« Euh…j’imagine que…oui ? »
 
La créature afficha une mine réjouie et, en entendant les paroles de son interlocuteur, se dirigea vers lui en le prenant dans ses bras si fort que Kyoshiro eut, l’espace d’un instant, l’impression d’entendre ses os se briser l’un après l’autre. Fort heureusement il fut aussitôt relâché mais ce qu’il pouvait dire c’était que c’était une très surprenant rencontre !
 
 
[Navré pour la piètre longueur. Les ouvertures de topics ne sont pas toujours simples]
Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1019
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
285/500  (285/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Sam 19 Avr - 16:45


Ami ?




Un petit voyage sur les mers s’était imposé. L’île sur laquelle j’étais avant n’était plus trop sûre pour moi. Soupirant de lassitude, je regardais la mer. Seul sur ce vieux bateau de pêcheur à moitié cabossé, je me demandais si je n’allais pas finir mon périple à la nage. Ainsi donc, mon nouvel objectif était d’accoster sur la première île du coin. Loin de savoir où j’étais, je me fichais pas mal de savoir où j’étais. Laissant le petit bateau se faire guider par les mers peu agitées, j’espérais pouvoir trouver la terre ferme le plus rapidement possible, car à la longue, j’allais peut-être devenir la cible de forbans qui pourraient par ici non ? C’est donc en douceur que je prenais mon mal en patience et comme le dit le dicton : tout vient à point qui sait attendre. Cela n’a jamais été aussi vrai que maintenant. En effet, au loin semblait se dessiner une île. Sans carte en ma possession, je ne pouvais pas deviner de quelle île il s’agissait. Soupirant, je regrettais presque avoir volé ce vieux bateau presque en ruine. Note à moi-même : garder des navigateurs à portée de main, ne serait-ce que pour m’en servir comme étant d’un GPS. L’île ne ressemblait à rien que je connaissais. C’est donc par envie et de mon gré que je m’y rendais. Dirigeant ce reste de bateau sur l’eau.

Lentement, mais sûrement, j’arrivais à destination. L’île semble peu habitée. Soufflant, je débarquais et commençais à me demander si je ne devrais pas me faire un radeau pour repartir ou chercher un village en supposant qu’il y en a un ici. Sait-on jamais. Peut-être était-ce une île abandonnée. Ou autre chose. J’allais devoir exploser un peu pour comprendre et surtout prendre une décision. Avouez qu’il serait idiot de mettre de l’énergie dans une construction de radeau alors que si cela se trouve, à 4km de ma position, il y a un petit village où des gens pourraient m’aider. La perte de temps, très peu pour moi. La sûreté est mère de tout. Ainsi donc, je commençais ma petite visite de l’île en m’enfonçant dans la forêt.

Les arbres étaient grands. La faune et la flore étaient deux choses impressionnantes ici. Souriant en coin, j’admirais quelques spécimens de fleurs que je n’avais jamais vues avant. Certaines ressemblaient à des plante-carnivores géantes. Ainsi donc, j’évitais d’approcher de celle-ci. Il serait dommage de finir en sandwich humain. J’approchais plutôt les roses assez imposantes. Elles sentaient bon, pourtant, plus je respirais le parfum qui émanait d’elles, plus j’avais l’impression que ma tête tournait pas rond. Me tenant la tête avec une main, j’avançais en titubant légèrement. Quelle était ce souci que je rencontrais ? J’avais l’impression d’être sonné. Grognant, je partais de ce lieu tant bien que mal jusqu’à ce que soudainement, j’heurte quelque chose de très… confortable.
Redressant la tête, je ne distinguais pas grand-chose. Une bestiole très grosse semblait dormir. Ou du moins, dormir jusqu’à ce que j’arrive. En effet, elle grognait mais pas méchamment. Gloussant en ravalant ma salive, je me fit piéger dans des bras épais et chaleureux.

« Owwwww ♥ Un nouvel amiiiiii ♥ »
« Hein ? … Repose moi au sol… »

Ma tête continuait d’avoir mal et lui, il me secoue ne plus de ça. J’avais une envie de vomir. Et cela, il semblait le remarquer. Ainsi donc, il me reposait au sol l’air triste. Air que je ne remarquais pas soit disant en passant. Titubant encore difficilement, je laissais la bestiole sortir un petit discours dont je n’avais rien à faire.

« Meuuuuh. Mais et moi alors ? Je ne suis pas ton ami ? Je suis ton ami non ? Regarde, écoute et ressens comme il fait bon ici. On ne peut être QUE ami non ? Alleeeeeeeeeeeeeeer, dit moi oui. »

Le gros nounours semblait être vraiment du genre collant. Au point de me faire soupirer. M’adossant contre un tronc d’arbre, je le regardais de haut en bas. Son pelage bleu et la marque sur son ventre me faisait dire qu’il n’était pas humain pour sûr. Un ours géant de couleur bleu. Tch… Tu parles d’une découverte. Las de la situation, blasé etcetc, je le regardais quand ma tête se sentait légèrement mieux et je lui répondis froidement.

« Non. On n’est rien tous les deux. »


Suite à mes paroles, la bestiole se mis à me regarder sévèrement, puis une fois face à moi, il se mit à … pleurer ? Ses pleures étaient alarmant. Pire qu’un cri de femme en détresse. Pire qu’un hurlement de terreur. Ce cri devait aisément raisonner dans toute la forêt. Plaçant mes mains sur mes oreilles pour ne pas avoir une crevure des tympans à la longue, je tentais de le calmer, mais en vain. Il n’écoutait rien. Mais le pire restait à venir. En effet, alors que ses cris continuaient, voilà que le sol se mis à trembler légèrement. Comme si un troupeau de géants arrivaient. Je me demandais bien dans quelle merde je me suis fourré. Le moment promettait d’être bien étrange.







_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1674
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Dim 20 Avr - 2:04

Tu veux être mon ami ?


 
 
Il était déjà au jeune homme de croiser, maintes et maintes fois, des animaux tantôt effrayants et tantôt attendrissants. Même si c’était totalement faut-il s’imaginait que, au fond de lui, il était préparé à toutes éventualités et tous les types d’animaux qu’il serait amené à rencontrer par la suite. Bien sûr que c’était faux, bien sûr qu’il n’était préparé à absolument rien, bien sûr qu’il ne connaissait rien de ce monde et que chaque fois qu’il portait sur quelque chose il y avait une chance sur deux pour que ce soit une nouveauté. Mais, même si elle était feinte et irréelle, n’était pas mieux qu’il ait un minimum confiance en lui plutôt que de le laisser vivre dans la crainte permanente d’être dévoré par une quelconque bête sauvage ? Même si plus de la moitié de ses souvenirs n’étaient qu’une pure invention de son esprit protecteur, même si sa vie n’était qu’une véritable utopie créée pour préserver son innocence et sa santé mentale, cette vie même factice était toujours préférable à ce qu’il serait devenu s’il avait dû affronter la cruauté de la réalité. Non ? Il n’y avait même pas à réfléchir car sans cette scission de son esprit, sans cet instinct de survie qui l’avait poussé à transformer sa vie en un mensonge il serait mort de froid, seul et abandonné, sur son île natale, à l’âge de 8 ans. C’était un fait avéré, cette fuite de la réalité lui avait permis de vivre : tout simplement.
 
Mais pouvait-il réellement être préparé à ce qu’il venait de voir ? Des tigres il connaissait, des éléphants il connaissait, des lapins il connaissait mais dans quel livre parlait-on d’ile île peuplé d’immenses ours en peluche de toutes les couleurs ? Dans quel ouvrage pouvait-on voir que de telles créatures, apparemment très amicales malgré leur physique impressionnant, peuplaient une île de West Blue ? Il devait bien y avoir d’autres personnages qui étaient venues ici, mais personne n’avait pensé à prévenir le jeune bretteur de la surprise qu’il pourrait avoir en débarquant sur cette île. Qu’à cela ne tienne il prit son courage à deux mains et parvint, après quelques balbutiements, à engager la conversation avec ce gros nounours qui, apparemment, ne voulait que se faire des amis. Il avait une force incroyable pour quelque chose qui ne devait être rempli que de mousse ou de rembourrage, mais fort heureusement cet ours lâcha le jeune homme avait qu’il ne lui brise des os.
Sur le point de continuer sa conversation afin de demander à l’ours combien d’autres personnes comme lui vivaient sur cette île, le jeune homme fut interrompu lorsqu’il entendit un pleur à quelques pas de là, un pleur si intense et continu que l’on aurait dit qu’une véritable alarme retentissait sur l’île toute entière. À l’écoute de ce pleur, le gros ours se désintéressa immédiatement de son nouvel ami et se dirigea promptement vers la source de ce bruit insupportable, écartant les arbres sur son passage comme s’ils n’étaient que de vulgaires branches gênantes. Bien entendu le jeune homme le  suivi jusqu’à arriver sur une clairière où un autre ours était en train de pleurer à côté d’un autre humain. Un autre humain !
Immédiatement le jeune garçon s’approcha doucement de l’autre homme afin de ne pas le surprendre, et se fendit d’un sourire tout en lui demandant :
 
« Oh, je ne m’attendais pas à rencontre quelqu’un d’autre ici. Je vois que vous avez aussi fait la connaissance d’un… »
 
Ne finissant pas sa phrase, le jeune garçon se rendit compte que c’était bien l’ours qui était en train de pleurer toutes les larmes de son corps, le bretteur ne put donc s’empêcher de demander à haute voix :
 
« …mais qu’est-ce qui lui arrive ? »
 
 

Spoiler:
 
 
Quelques secondes plus tard, le plus assourdissant qui régnait depuis quelques instants cessa lorsqu’un groupe de gros nounours émergèrent d’un autre côté de la forêt, comme un seul bloc, balayant du regard les deux individus de bas en haut. Le jeune garçon, toujours aussi surpris de voir autant de ces étranges créatures, bredouillât quelques mots avant de parvenir à lancer :
 
« Euh…bonjour ? »
 
L’un d’eux, un ours tout de rose vêtu et au ventre frappé d’une image d’arc-en-ciel, s’avança et s’écarta du groupe de quelques pas avant de demander sur le même ton fluet que ses camarades :
 
« Vous ne voulez pas être nos amis ? »
 
Était-ce la seule chose qu’ils savaient demander ? N’y avait-il pas plus important que de savoir s’ils voulaient être leurs amis dans une telle situation ? Ils étaient face à, sans doute, les deux seuls humains présents sur cette île et leur pseudo-amitié était tout ce qui semblait avoir la moindre importance à leurs yeux. Ne comprenant pas trop cette fixette qu’ils faisaient sur le fait d’être amis ou non, le jeune niais parvint à bredouiller
 
« Euh…si, mais… »
 
Malheureusement ce semblant de réponse ne parvint pas à convaincre le gros ours rose qui, voyant son camarade toujours en train de pleurer toutes les larmes de son corps, fit disparaître l’expression calme et enjouée sur son visage pour laisser place à une expression plus sombre. Avançant d’un pas, bientôt rejoint par ses autres camarades qui n’étaient plus aussi heureux qu’avant, c’est d’une voix puissante mais toujours fluette que l’ours en chef ajouta :
 
« Vous avez été de vilains garçons. Il est temps de vous punir à coup de câlins. »


 À l’écoute de cette affirmation le jeune homme ne put s’empêcher de déglutir bruyamment pour traduire son stress face à la situation qui se déroulait sous ses yeux. Comment était-il supposé raisonner de telles…créatures ? Comment était-il supposé discuter avec elles alors qu’elles ne semblaient avoir de l’importance pour rien d’autre que l’amitié. Ce n’était pas facile et cela mettait Kyoshiro mal à l’aise.
Les choses commençaient déjà à mal tourner.
 
Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1019
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
285/500  (285/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Dim 20 Avr - 23:40


Ami ?




Ce nounours géant était bruyant il faut le dire. Plus le temps passait, plus je me demandais si je n'allais pas finir sourd. Malheureusement, pas le temps de me préoccuper de cela. Voilà que des renforts arrivent. En effet, un ours orange avec un putain de cœur sur le ventre arrive à la rescousse. Visiblement, il semble appelé par les pleurs de son ami. Bon sang, mais ils sont combien de peluches vivantes ici ? Ils veulent quoi exactement ? Alors que la solution commence à être claire, voilà qu’un autre homme débarque. AH… Un autre humain. Voilà un peu de sens dans ce bordel monstre. Soulagé, je le laisse approcher alors que l’ours semble intrigué de voir son frère dans cet état. Mais la situation n’est pas à son apogée niveau mauvaise situation. Non, bien au contraire, c’est que le début. Alors que l’homme me demande des choses sur le pourquoi du comment des pleurs de l’animal, voilà que la cavalerie arrive… Regroupés comme une famille, une vraie petite armée d’ours géant en peluche arrivent. Ils sont aussi interpellés par les pleurs de cet ours bleu. Soupirant, je réponds dans la foulée à cet homme avant que les ours prennent la parole.

« J’ai refusé l’offre qu’il m’a faite, à savoir, devenir son pote… »

Alors que le regroupement veille sur le frère d’un regard empathique, le chef visiblement, ou le plus intrépide s’avance et nous interpelle. Il tire des conclusions rapidement, mais il voit juste. Non on ne veut pas faire ami-ami avec eux. Ils sont juste des peluches géantes c’est tout. On a passé l’âge pour jouer à la poupée. Grognant, je ne vois plus les raisons qui me poussent à rester là. Surtout quand on regarde comment il semble devenir énervé. Ni une ni deux, je tape l’épaule de mon pseudo compagnon de fortune et lui indique de me suivre.

« Barrons-nous… »


Je pris que ces ours ne soient pas rapides. Mais vu la taille et le gabarit, je doute qu’ils soient aussi doués que certains athlètes. Ainsi donc, je cours en retournant sur mes pas. Le temps de remettre le bateau pourri à l’eau, ils auraient le temps de nous rattraper, alors j’ai un autre plan. Nous cacher tout simplement. Ainsi, je retourne dans un premier temps sur le plage, suite à quoi, vérifiant que mon presque acolyte me suive ou pas, je retourne dans la forêt. J’essaie de trouver un bon lieu où se cacher. Crevasse, caverne souterraine, hautes-herbes… Au final, je finis par tomber dans un champ de hautes-herbes qui devraient nous permettre de nous cacher, ou du moins, me cacher.
Reprenant un souffle stable après cette course où stress se mêle à incompréhension, je me rend compte qu’on peut encore entendre les gémissements de l’autre ours au loin. Largement moins fortement que si on était à côté, mais quand même…quelle voix. Soupirant, je regarde à droite à gauche pour voir si mon acolyte m’a suivis. Pas sûr, je me dit que peut-être qu’il est dans le coin, cache lui aussi par des hautes-herbes. Ainsi donc, je m’exclame dans le doute où il serait dans le coin.

« Bon sang… C’est quoi ces bestioles ? On est où hein ? … Moi c’est Ren Tao et vous ? Vous êtes venu ici comment ? Vous avez un moyen pour repartir ? Sinon, j’ai une autre idée, mais cela me semble un eu barbare hm ? … Si vous voyez ce que je veux dire. »

Après tout, œuvrer pour l’amitié d’accord. Mais vouloir détruire au nom de l’amitié non. C’est mal. Attendant patiemment une réponse, je me demande ce qu’il va dire s’il est là. Qui est-il ? Que fait-il ici ? En attendant ses réponses, je me demande comment vivent ces ours ici. Sont-ils vraiment seuls ? Il n’y a vraiment aucune civilisation ici ? Sont-elles réelles ces choses ? Naturelles surtout ? Elles semblent trop irréalistes pour être le fruit de la nature. Je me pose vraiment trop de questions.
L’idée de l’extermination semble la plus prometteuse. Au moins, nous pourrions être tranquilles. D’autant plus que ces choses ne doivent pas être trop fortes. Du moins, j’espère. Car si elles sont aussi fortes qu’elles sont imposantes, alors on a du souci à se faire. Merde… Pourquoi je suis pas resté sur mon ancienne île hein ?

" Un peu de ménage ici... ça vous direz ?"





_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1674
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Mar 22 Avr - 15:45

Tu veux être mon ami ?


 
S’il était étrange de tomber sur une île remplie de créatures féroces qui ne souhaitent que vous dévorer, il est encore plus étrange de tomber sur une île remplie de créatures très amicales qui, malheureusement, de par leur taille imposante, pourraient facilement vous écraser littéralement sans vraiment le faire exprès. Pensant avoir été suffisamment surpris pour au moins toute une journée, le jeune bretteur se rendit compte qu’il était dans l’erreur lorsqu’il entendit et vit un énorme ours en peluche pleurer toutes les larmes de son corps comme s’il lui était arrivé un véritable malheur. Approchant le seul autre humain de l’île, posté juste à côté de l’ours pleureur, le jeune niais demanda à son compagnon d’infortune ce qu’il en était réellement, s’il savait pourquoi cet ours était en train de leur percer les tympans en pleurant ainsi. De toute évidence ce n’était pas seulement le gros ourson que Kyoshiro avait rencontré qui était obnubilé par l’idée de devenir ami avec toute nouvelle personne qui débarquait sur cette île, apparemment l’ourson au côté de l’autre humain avait fait la même demande à ce dernier mais, contrairement à Kyoshiro, il ne reçut pas de réponse positive.
Si d’ordinaire le jeune garçon aurait apprécié connaître la raison pour laquelle cette personne n’avait pas souhaité se montrer amicale avec une autre, comme le bon niais optimiste qu’il était, il était néanmoins tout à fait conscient qu’une créature si imposante et…singulière pouvait déstabiliser quelqu’un. Toute personne sensée serait sceptique à l’idée d’accepter, de but en blanc, d’être amie avec un énorme ours en peluche parlant. Pas vous ?
Quoiqu’il en soit le jeune homme comprenait que quelqu’un dise non à une demande si rapide et si brutale, cependant il n’arrivait pas à comprendre pourquoi l’ours arrivait à être extrêmement émotif au point de pleurer comme s’il venait de voir quelqu’un mourir sous ses yeux. Était-ce si grave que cela ? Il semblait avoir beaucoup de camarades sur cette île et ne devait donc pas vraiment manquer de compagnie. Peut-être cherchait-il plus ? Peut-être cherchait-il un ami qui ne soit pas un ours en peluche, un ami qui sache passer au travers de son imposante carrure et de son physique pour le moins original.
 
« C’est vrai qu’une telle demande venant de si étranges créature peut être…déroutante. »
 
Quoiqu’il en soit ses camarades ne furent pas très contents de voir leur ami dans cet état et de voir que ces deux humains devaient être responsables de ces pleurs interminables et insupportables. Ni une ni deux le jeune inconnu conseilla au jeune bretteur de partir d’ici au plus vite et, bien qu’il ait voulu mieux connaître ces ours en peluche, Kyoshiro savait que ces derniers n’étaient plus vraiment de très bonne humeur. Il avait beau être têtu et parfois un peu bête, il savait néanmoins se rendre à l’évidence et accepter que quelqu’un ne soit plus enclin à discuter avec lui…c’était dur, ce n’était pas agréable mais c’était la vérité. Ou du moins la voyait-il comme cela.
 
« Déjà ? »
 
Bien sûr qu’il aurait voulu rester plus longtemps mais la situation lui échappait quelque peu et la forçait à battre en retraite. Soupirant car déçu de devoir s’en aller de cette façon, le jeune homme se tourna une dernière fois vers les ours et, faisant un petit signe de la main, ajouta :
 
« Bon eh bien au revoir, content de vous avoir rencontré. »
 
Ni une ni deux, une fois encore, le jeune homme suivit son nouvel interlocuteur qui, après une course ininterrompue, décida de plonger dans un champ de hautes herbes afin de se cacher de ces créatures plutôt que de tenter de quitter l’île ? Pourquoi ? Avait-il peur de se faire surprendre au moment d’embarquer sur son bateau ? Quoiqu’il en soit, plongeant lui aussi dans les hautes herbes comme il plongerait dans une piscine, le jeune bretteur se repositionna correctement et tint à se présenter également :
 
« Moi c’est Kyoshiro. »
 
Bien sûr, par la suite il avoua à ce Ren être arrivé ici par bateau il y a quelques minutes, à peine, et lui avoua être aussi surpris que lui de rencontrer de telles créatures dont il n’avait jamais entendu parler auparavant. Serait-il venu ici s’il avait su ? Bien sûr que oui ! N’était-il pas ici pour découvrir le monde et ses merveilles ? Il venait d’en avoir un échantillon plutôt original quelques instants plus tôt et ne regrettait pas du tout sa venue ici. Mais bientôt le jeune Ren évoqua la possibilité d’agir de façon un peu brutale afin de, peut-être, se débarrasser de ces gros ours et de pouvoir quitter cette île en toute sécurité. Sans attendre, et avec un timbre de voix assez inquiet, le jeune garçon demanda :
 
« Euh…non, je ne vois pas trop. Vous ne voulez pas leur faire du mal…si ? Pour l’instant ils ne nous ont rien fait. »
 
Ne pouvaient-ils pas discuter calmement afin de régler ce conflit de la façon la plus pacifique possible ? Fallait-il nécessaire en arriver à la violence pour avoir la paix ? Non, ces ours n’avaient pas été agressifs et le jeune niais refusait catégoriquement tout recours à la violence pour quelque désaccord que ce soit. Tendant l’oreille, le jeune niais commença à entendre les lourds bruits de pase des ours qui descendaient dans la vallée afin de chercher ces humains qui s’étaient montrés si grossier envers leur camarade. Kyoshiro devait-il sortir et montrer patte blanche afin d’entamer un dialogue avec eux ? Ren le laisserait-il faire ?
 
« Je crois qu’ils arrivent. »
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1019
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
285/500  (285/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Jeu 24 Avr - 12:25


Ami ?




Caché dans ces hautes herbes, j'espérais que nous allions échapper à ces bestioles. En effet, il était clair que si elles nous voulaient du mal, elles pourraient nous en faire aisément. Mon acolyte s'en rendait-il compte ? Je n'en étais pas certain. Quel genre d'homme était-il ? Serait-il du genre à ignorer le danger ? Oou bien peut-être que le soucis c'est moi ? Au fond, peut-être que pour ces nounours géants, un câlin en guise de punition veux dire un simple câlin. Je ne suis pas fan des quiproquo n'ayant jamais de chance avec ceux-ci, mais qui sait. Le doute s'installe un bref instant dans ma tête. Se pourrait-il que ? ... Non. Non. Je me contente de chercher du regard mon acolyte qui laisse sa voix se faire entendre. Non loin de moi donc, j'écoute ce qu'il a à dire. Visiblement, il semble aussi dérouté que moi, à différence que lui, il ne semble pas avoir pris de décision quant à comment agir. Moi qui espérais tomber sur un homme d'action, je pouvais tracer mon chemin semble-t-il.  Quoi que le destin est joueur, qui sait ce qui pourrait se passer.

Faisant connaissance, j'apprenais qu'il s'appelait Kyoshiro. C'est un bon début. Lui racontant comment j'étais venu, nous laissions le temps s'écouler. En musique de fond, nous avions les pleures incessants de l'ours que j'avais blessé. Blessé parce que j'ai osé répondre négatif à sa question. Le but d'une question n'est-elle pas d'avoir le choix ? Quelle utilité si on ne peut pas vraiment répondre correctement. C'est une question piège au final. Soupirant, je proposais donc mon idée qui ne laissait pas indifférent mon acolyte du jour. Oh ? Se pourrait-il que ? Rhaaa... J'espérais vraiment qu'il n'est pas pacifiste, car cela serait ma veine. Grognant quand il affirmait qu'il ne voyait pas ce que je voulais dire, je me frappais doucement la tête avec la paume de ma main.

" Faire du mal ? ... Non. Se défendre. Nuance. Tu as bien vu leurs regards ? Leurs attitudes ? Selon moi, ce n'était pas un câlin amical qu'ils voulaient nous prodiguer en guise de punition. Alors ou bien ou trouve un moyen de partir d'ici en vitesse, ou bien on les élimine pour mieux partir en paix après. D'accord ? Si tu veux mourir ou être blessé parce que tu n'as pas voulu être un ami pour eux, alors soit. Mais je te cache pas que j'aurais besoin d'aide. Je suis pas dieu, je suis qu'un homme qui use de son corps et d'armes pour se battre, je n'ai pas de fruit du démon qui me soutient ou autre. Donc des bestioles comme ça, ça se bat grâce à l'utilisation de sa tête.
Aurais-tu vu un truc utile ? Un village, un lieu habitable, ou un endroit susceptible de nous cacher ? Le temps qu'on ou que je réfléchisse à un plan pour nous sortir de là..."


Alors qu'il me disait qu'ils arrivaient, j'attendais ses commentaires. Mais pas le temps de réfléchir, voilà que plusieurs bruits se faisaient entendre. Des bruits sourds comme si des objets lourds tombaient du ciel. En redressant le regard, nous pouvions voir des arbres voler. Ils balançaient des arbres comme des javelots ? Convaincu qu'ils ne voulaient pas nous faire la bise, je me rapprochais de mon partenaire pour alors lui montrer au loin les ours qui arrivaient armés de tronc d'arbres.

" Tu me crois maintenant ? Je doute que ce soit un sport national ici le lancer de tronc. Et je doute que ce soit le genre de chose qu'on puisse attraper comme si ce n'était rien hm ? ... Tu me suis, ou tu veux risquer ta peau ? "


Je le pressais un peu certes, mais il n'y avait pas que ça à faire. Regardant autour de nous, s'était soit la plage, ou bien la forêt. Pour moi, le choix était fait. Attendant une réponse, je me dirigeais le plus vite possible vers la forêt. Il fallait trouver un endroit sûr et la forêt semblait être le mieux. Après tout, même s'ils peuvent écarter aisément des arbres, ils les ralentiront un peu. Peut-être qu'en chemin, nous pourrions profiter d'une aide de la nature ou autre. Quoi qu'il en soit, je n'allais pas attendre qu'un arbre me tombe dessus. Mon idée principale était même de prendre de la hauteur. Mon allié ou pas, allait-il partager mon avis ?
Me retournant en m'adossant à un tronc, je le cherchais du regard. L'action était primordiale, nous nous devions d'agir avant de nous faire avoir.





_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1674
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Ven 25 Avr - 4:18

Tu veux être mon ami ?



Caché dans les hautes herbes le jeune homme fit marché son naïf petit esprit afin d’envisager toutes les options possibles qui permettraient de le faire sortir, lui et son compagnon d’infortune, de cette malheureuse situation qui, il en était sûr et certain, ne partait que d’un malheureux malentendu. Que pouvait-il faire pour ce sortir de ce pétrin dans lequel il n’avait absolument pas mérité être ? Il était arrivé le plus innocemment du monde sur cette île inconnue et était tombé sur toute une procession de véritables ours en peluche géants qui agissaient comme de véritables personnes, qui parlaient, qui marchaient et qui, apparemment, étaient capables de ressortir des émotions typiquement humaines comme la tristesse ou la colère dont il venait d’avoir un échantillon quelques minutes auparavant. D’ordinaire, comme tout bon niais et optimiste qu’il était, le jeune homme préférait toujours convaincre par les mots, ne sortant son arme que pour bluffer ou lorsque toutes les autres formes de diplomatie avaient échoué…et il trouvait toujours cela déplaisant de devoir recouvrir à une telle extrémité.
Les gens usaient trop de violence pour rajouter plus de poids à leur point de vue, ils ne cessaient de penser que la violence était la meilleure et la plus simples des solutions pour résoudre quelque problème que ce soit…mais était-ce vraiment le cas ? En quoi menacer quelqu’un allait-il vous donner raison ? En quoi briser le bras de quelqu’un allait rendre votre point de vue plus légitime que celui que vous venez de blesser ? Non, la violence était un raccourci, dans l’esprit du jeune homme la violence n’était que le recours des lâches et ce n’étaient pas des personnes avec qui Kyoshiro souhaitait être affilié, en aucune façon. Mais alors quoi ? Si ces oursons géants étaient capables de parler et de ressentir des émotions, c’étaient des personnes avec qui le jeune bretteur pouvait raisonner et discuter comme avec n’importe quelle créature pourvue d’intelligence et de parole ? Ces créatures étaient clairement plus proches de l’humain que leur apparence ne le suggérait…mais apparemment le jeune compagnon de Kyoshiro ne semblait pas aussi certain que son compagnon qu’ils arriveraient à quelque chose en usant de parole. Comment pouvait-il le blâmer d’être aussi pessimiste ? N’importe qui aurait déjà fui à la vue de créatures si étranges, lui avait eu le courage de rester et de leur parler, ne serait-ce qu’un instant, et c’était déjà admirable en soi.

Ne perdant absolument pas l’espoir de pouvoir résoudre cette situation pacifiquement, par la parole plutôt que par les armes, le jeune homme écouta attentivement ce que son camarade avait à lui dire afin de le convaincre que la discussion ne semblait pas être la plus judicieuse des idées qui étaient à leur disposition à ce moment-là. Rapidement, le jeune niais tint à ajouter :

« C’est peut-être juste un malentendu. Et…en fait…c’est surtout après toi qu’ils en ont. Mais apparemment ils m’ont mis dans le même panier. »

Pourquoi devait-il se faire blesser alors qu’il avait été amical envers son premier ours rencontré et les suivants ? Alors que ce n’était pas lui mais son camarade qui avait réussi à vexer l’un d’entre eux ? Cela n’avait pas de sens, cela n’avait pas de sens que l’humain amical soit mis dans le même panier que l’humain brusque et vexant…non ? Haussant les épaules et se disant que, une fois les premières tensions diffusées, il pourrait toujours régler ce petit point de détail, le jeune homme et son attention furent intrigués par un grondement sourd mais qui se rapprochait, un bruit de fond qui rendait toute la conversation suivante plus pénible qu’elle ne devrait.
Levant discrètement les yeux des hautes herbes afin de voir ce qui provoquait un tel vacarme, vacarme encore plus assourdissant que les pleurs de cet ours qui ne semblait pas pouvoir surmonter son chagrin, le jeune niais aperçu le groupe d’ours rencontrés tout à l’heure sortir de la vallée, tenant de petits troncs d’arbre en guise d’arme. Ni une ni deux, le jeune homme répondit à son camarade :

« Je n’ai vu que de la forêt à perte de vue. Peut-être qu’elle nous permettrait de les distancer…mais après, quoi ? La fuite éternelle n’est pas une solution. »

Ils étaient malheureusement armés et apparemment en colère pour je ne sais quelle raison. Les paroles d’un inconnu arriveraient-elles à entendre leurs oreilles ? Oui, mais elles sortiraient aussitôt par l’autre côté. Il fallait qu’ils se donnent du temps, il fallait mettre de la distance entre eux et les ours afin de laisser de l’eau couler sous les ponts et de laisser cette colère s’émousser et de dissiper…mais cela serait trop long. Soupirant en se rendant à l’évidence, à cette évidence qui lui murmurait que ses beaux discours devraient attendre un peu, le jeune homme souffla :

« J’imagine que je n’ai pas le choix. Allons-y. »

Sans attendre les deux hommes émergèrent des hautes herbes, captant l’attention de quelques-uns de ces ours avant de s’engouffrer silencieusement dans cette forêt massive. Pointant du doigt à son camarade la direction par laquelle il était venu en arrivant sur cette île, et donc à peu près vers où devait se trouver son navire, le jeune homme s’autorisa quelques secondes d’inattention pour essayer de trouver son chemin…quelques secondes de trop. Au détour d’un arbre, il parvint à sauter pour éviter de justesse un ours caché en embuscade qui, sans crier gare, tenta de fracasser son tronc d’arbre contre le jeune homme. Ce dernier avait de la chance de garder de si bon réflexes malgré son inattention, mais ses réflexes ne suffiraient peut-être pas toujours.
Continuant sa course il se retourna vers son camarade et lui demanda :

« Et maintenant ? »

Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1019
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
285/500  (285/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Mer 30 Avr - 19:54

Désolé du temps d'attente... J'ai pas eu de notification à mon mail me montrant que tu avais rep >.<


Ami ?




L'homme avec moi semblait quelque peu niai. Peut-être cachait-il son véritable caractère, auquel cas, je tombais dans le panneau. Cependant, je me posais la question. Mais pas le temps de m'éterniser sur la question. Dans l'immédiat, nous avions une situation d'urgence à régler. Il nous fallait nous occuper de ces ours trop grands à mon goût et trop câlins soit disant en passant.  Il faisait preuve d'un peu de logique. De base, ils n'en avaient pas après lui, mais n'ayant pas été gentil - moi -, ils l'ont traités comme moi. Pauvre petit. M'en fichant sur le coup, je notais juste la logique de ses dires. Avait-il la conclusion qui va avec ? Puisqu'il est considéré comme un ennemi, il se doit de m'aider. Du moins, cela me semble plus que logique, à moins qu'il soit un pur solitaire qui ne compte que sur sa propre gueule, plutôt que faire équipe. Après tout, l'union fait la force.

Le jeune homme semblait penser comme moi. La forêt nous couvrirait, mais courir à jamais ne résoudra rien. Sauf s'ils ont une mémoire qui se réinitialise toutes les 24h, auquel cas, il ne nous restait plus qu'à attendre. Bref, ne voulant pas attendre pour avoir une confirmation, je me dirigeais vers le forêt suivis du jeune homme. Il m'épaulait ? Ou bien il allait juste me suivre ? Le laissant parler, j'espérais que les ours n'allaient pas oser raser la forêt pour nous retrouver. Je me devais trouver un plan, car malheureusement, le jeune homme ne semblait pas du type action. Il semblait plus du genre à se planquer malgré ses armes; Tch... J'espère me tromper sur ce coup.

Coopérant quelque peu, le jeune homme m'indiquait donc une direction où aller. Courant avec lui, je ne vis pas qu'il évitait un ours, je vérifiais la zone tant bien que mal. Ces ours étaient coriaces. Le pouvoir de l'amitié ? Qui sait... Quoi qu'il en soit, nous ne devions pas perdre de temps. Ainsi donc, une fois qu'il était de nouveau prêt, nous foncions vers l'endroit d'où il est arrivé. En chemin, alors que nous courions, voilà qu'un ours nous bloquait le chemin. Celui-ci armé d'un arbre voulait jouer. Grognant, je me reculais un bref instant puis pris de l'élan. Laissant mon acolyte faire ce qu'il voulait, je comptais éventuellement blesser la bestiole et surtout, courir vers le lieu où nous devions aller. Sortant un couteau, je vins à sauter au moment où l'ours projetait son tronc vers nous. M'agrippant à celui-ci, je me laissais emporter puis une fois que j'avais pris appui, je me jetais sur la tête de la bestiole avant de planter le couteau au niveau de la joue et la fendre. Celle-ci ne semblait pas déverser du sang, mais une sorte de substance ressemblant à de la laine entre l'aspect cotonneux et liquide. Bizarre... Mais pas le temps de jouer plus, alors que la bête tombait au sol en gémissant de douleur, je donnais l'ordre à l'autre de me suivre. Libre à lui de m'écouter ou non.

Après une belle petite course d'obstacles, j'arrivais sur la côte et vis son moyen de locomotions. Que faire que faire... Combattre ces choses serait difficile. Soupirant, je vins alors à trouver une possible idée. Me retournant pour voir s'il suivait, je lui dit une fois qu'il était là.

" As tu de quoi faire des explosifs ou des pièges ? Il va falloir se défendre de ces choses et à moins d'avoir des gros canons, il va falloir utiliser notre tête pour s'en sortir. J'ai bien des idées, mais il va me falloir une paire de muscles en plus. "


Sourire énigmatique, je lui laissais imaginer mes idées. Un piège à ours, une sorte de bélier avec un tronc qui aura été taillé de manière pointue, un trou géant, d'autre pièges et embuscades... Il fallait user de stratégie à défaut d'avoir de la force physique similaire à eux. Attendant les idée du jeune homme, je me permis d'entrer dans son embarcation avant que les ours ne débarquent en supposant qu'ils arrivent ici. Je me mis à fouiller le lieu pour trouver tout ce qui pourrait nous servir pour un système mécanique très sommaire, un piège ou une arme. Il fallait rassembler le tout dans un premier temps et décider ensuite. Malheureusement, nous n'avions pas de temps devant nous, car le coriace de tout à l'heure se ramenait. Remis de sa petite blessure, ne pleurant pas, il menaçait de détruire le moyen de locomotion du jeune homme. Retournant sur le pont, je vins alors à descendre sur la rive et dire à Kyshiro.

" Tu sais te battre ? ... Pas besoin de réponse, tu vas pouvoir me la donner via une démonstration... "


Fonçant vers le monstre, je vins à esquiver de peu son tronc qui volait comme une massue via ses gestes brusques. Je me devais de rester calme tout le long du combat. Sortant encore u couteau bien aiguisé, je me mis à tenter de trancher cette chose au niveau des pattes, mais il avait compris mon idée et me balayait d'un coup de pied. Au sol, la bête se positionnait bien pour alors tenter de m'écraser avec son tronc. Levant celui-ci vers le ciel, il semblait vouloir en finir... Merde. Cependant, alors qu'il semblait décidé, son regard se reportait sur l'embarcation. Intrigué, il pris son tronc comme un javelot et se mis à la pointer. Profitant de l'ouverture, je vins à passer entre ses cuisses - sans faire de pause au milieu... -, puis je me mis à grimper sur son dos pour tenter d'atteindre la tête. Le saigner ou le blesser à la gorge était peut-être la solution.
Mais difficile de grimper quand la bestiole agis comme un enfant qu'on chatouille. Gigotant dans tout les sens, il semblait déconcentrée. Une ouverture parfaite pour nous.






_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1674
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Dim 4 Mai - 2:05

Tu veux être mon ami ?



Même si ces bêtes avaient une apparence des plus avenantes et amicales, ne semblant pas capable de faire du mal à une mouche malgré leur grande taille, même si ces créatures semblaient ne chercher qu’à se trouver des amis de prime abord, même si elles avaient l’air adorables et inoffensives, il ne fallait certainement pas se fier aux apparences et, malheureusement, ce n’était pas un concept avec lequel le jeune candide se trouvait être familier. Comment aurait-il pu l’être ? Il était l’un de ceux qui préféraient voir le meilleur dans chaque personne plutôt que le pire ou le réel. Il était de ceux qui avaient foi en l’être humain, qui avaient confiance en toute créature capable de penser et de s’exprimer avec des mots. Il était de ceux qui croyaient en la suprématie de la parole sur les actes, en la nécessité absolue de régler les conflits par la diplomatie et une discussion civilisée plutôt que par un recours stupide et facile à la violence. Il était de ceux qui tendaient la main au lieu de la fermer. Il était de ceux qui donnaient toujours une seconde chance et se fiaient toujours au fameux bénéfice du doute. Espéreriez-vous qu’il réagisse autrement qu’en donnant sa confiance presque aveugle à ces créatures ? Elles avaient été amicales envers lui et, à ses yeux, tout cela n’était finalement qu’un énorme malentendu. Il était évident que l’autre humain n’avait pas souhaité offenser ou vexé le gros ourson qui continuait encore de pleurer toutes les larmes de son corps, il était évident que les deux humains n’avaient absolument aucun grief contre ces charmants oursons et il n’y avait donc aucune raison que l’inverse ne soit pas vrai.
Il ne pouvait se résigner à faire violence, il ne pouvait se résigner à attaquer quelqu’un qui ne lui voulait pas de mal car cela allait à l’encontre de ses convictions les plus profondes. S’il y avait bien une chose qui lui faisait prendre les armes c’était bien l’injustice, l’injustice la plus profonde et violence, la vue d’une femme battue, la vue d’un homme dominant l’autre. Alors quoi ? Quelle justice digne de ce nom pouvait justifier le fait d’attaquer une personne qui n’avait pas encore été agressive ? Une frappe préventive peut-être ? Ce n’était en aucun cas la justice, ce n’’était en aucun cas sa propre perception de la justice et il n’agirait pas comme cela. Ces paroles continuaient de bourdonner dans sa tête tout en continuant de courir dans cette sombre et vaste forêt. Même si son camarade ne semblait pas vraiment d’accord, le jeune niais voulait tout de même donner une chance à ces ours et se donner une chance de les convaincre ? Que risquait-il à part un peu de son propre temps et du leur ?
Mais malheureusement les choses évoluèrent assez pour que le niais soit forcé de revoir son jugement, forcé de revoir ses chances de parvenir à calmer ces ours dont un représentant manqua de peu de l’écraser comme un moucheron sur un arbre avec…eh bien…avec un autre arbre. Plaisant, n’est-ce pas ? Détournant la tête en voyant son camarade s’attaquer à un ours avec la nette intention de lui faire du mal, le jeune bretteur fonça jusqu’à ce qu’il sorte enfin de cette fichue forêt que son petit bateau soit enfin en vue. Enfin, il était tout prêt, tout prêt de son meilleur moyen de quitter cet enfer de douceur et de câlins.

Mais, au lieu de quitter cet enfer, son camarade souhaiter attendre que viennent les ours et préparer des pièges en tout genre pour les recevoir. Pourquoi faire ? En quoi poser des pièges allait les aider à commencer un dialogue calme et posé ? Non, il ne souhaitait définitivement pas, il préférait la solution des lâches. Soit, mais il ne trouverait rien pour l’y aider dans le bateau du jeune homme.

« Des gros canons ? Je dois avoir quelque chose qui s’y apparente. »

Bien sûr qu’il savait utiliser ses armes à feu, bien sûr il était conscient de ce que ces armes pouvaient faire ou du moins pensait-il en être conscient. Savait-il que c’était lié à un fruit dont il n’avait même pas conscience ? Bien sûr que non. Soupirant à la question de son camarade, le jeune homme dégaina ses deux armes de ses holsters en soufflant :

« Même si je n’aime pas ça, je sais me débrouiller. »

Tout le reste se passa vite, trop vite, bien trop vite pour qu’il ait vraiment le temps de s’y préparer. Mais n’aurait-il jamais pu y être préparé ? Non, pas vraiment, même s’il aurait aimé que les choses se passent autrement. L’ours réapparut, armé d’un tronc mais le camarade Kyoshiro empêcha le jeune niais d’être bêtement pris pour cible…finalement il n’y avait pas d’autre moyen. Quoi que cette arme puisse être capable de faire, elle saurait peut-être arrêter ces ours sans trop les blesser, assez pour qu’un dialogue puisse enfin être établi…du moins était-ce ce qu’espérait très fort le jeune homme.
Soupirant une nouvelle fois, il lança sur un ton assez puissant pour que son camarade l’entende :

« Écarte-toi ! »

Pressant la détente cinq secondes plus tard, une boule lumineuse jaillit directement du canon de l’arme et vint exploser au contact du ventre de l’ours, éjectant ce dernier en arrière et le faisant tomber comme une masse, inconscient. Celui-là était déjà blessé, voilà pourquoi cela avait été si semble. Mais qu’en était-il des autres qui, au son, approchaient à grand pas ? Il fallait faire quelque chose, les dissuader, leur faire une démonstration de puissance de feu afin qu’ils abandonnent d’eux-mêmes. C’était illusoire, utopique même mais il allait néanmoins le tenter. Les deux armes pointées vers la forêt, il se mit subitement à presser les détentes avec répétition, mitraillant la forêt de nombre de ces boules explosives. Il espérait que cela serait suffisant.

Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1019
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
285/500  (285/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Lun 5 Mai - 15:15


Ami ?



Ces ours n'avaient pas le droit à une seconde vie. Un pardon. De ce fait, j'étais parti dans l'optique de les éliminer tous autant qu'ils sont. Certes, cela est un peu poussé comme acte, mais d'une certaine façon, cela revient à se dire " tuer ou être tué ". Pour ma part, je ne comptais pas rester là, les bras croisés et me laisser câliner jusqu'à la mort. Ainsi donc, je combattais tant bien que mal cet ours qui nous avait poursuivit et qui était motivé pour finir le travail. Quand j'entendais la voix de mon acolyte, cela était comme une libération.  Enfin, il mettait la main à la patte. Souriant en coin, je me dégageais comme il me l'ordonnait et je me mis sur le côté le plus rapidement possible. Ouf. Je vis ce qu'il faisait et j'en étais plus que surpris.

Son arme à feu tirait je ne sais quoi, mais elle faisait un effet parfait à la situation. L'ours ne résistait pas, il était hors d'état de nuire. Malheureusement, d'autres approchaient, il nous fallait agir au plus vite. Deux choix s'offrent à nous. Ou bien fuir, ou bien faire une démonstration de force en priant que cela soit suffisant pour qu'ils nous foutent la paix. Malheureusement, vu le cerveau qu'ils ont et la mauvaise habitude de vouloir faire des câlins chaque secondes, je doute qu'on arrive à trouver une solution pacifique. Surtout avec ce qu'il vient de se passer. Admirant le résultat, je vins siffler d'admiration. Voilà une arme comme on en a besoin. Ignorant le bruit imposant des pas d'ours qui approchaient, je retournais auprès de l'homme qui m'accompagnait et m'aidait. Souriant en coin, je vins regarder son arme de plus près.

" Impressionnant. Quelle arme est-ce ?"


J'étais intrigué en effet. Je ne pouvais le cacher plus longtemps. Admirant la chose, je vins à revenir à la situation quand finalement, cinq ours débarquaient. Entourant l'ours tombé plus tôt, je vins à me reculer doucement. Je laissais mon acolyte jouer avec son arme, quant à moi, je réfléchissais à quoi faire. Quel coup serait suffisant pour les éradiquer ou bien leurs faire peur ? Réfléchissant, je vins à me dire qu'outre eux, il ne devait y avoir personne sur l'île. De ce fait... Mettre le feu à la forêt serait un bel exemple de coup dur non ?

" J'ai une idée... As tu quelque chose de très inflammable ? "


Attendant sa réponse, je regardais les cinq ours se tourner vers nous. Ils ne semblaient pas vouloir nous câliner gentiment cette fois. Cela est certain. Je priais que l'arme de mon acolyte ne s'enraille pas, cela serait trop con. Le navire devait bien avoir un truc qui s'enflamme non ? Bref. Regardant les ours, je vins à simplement presser mon acolyte.

" Du genre de l'alcool ou... autre chose ? "


Une simple bouteille devrait suffire. Tapant du pied, je vins alors à lui dire mon idée.

" Pourrais tu retenir ces nounours ? Pendant ce temps, je vais retourner dans la forêt pour mettre le feu à celle-ci. Suite à cela, je reviendrais et on se barre ok ? ... "





_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1674
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Mar 6 Mai - 0:13

Tu veux être mon ami ?



Il était vrai qu’il n’était pas dans la nature profonde du jeune homme que de faire du mal à autrui sans raison, ou de faire du mal à autrui tout simplement. Que pouvait-il espérer retirer de l’usage de la violence ? Les mots étaient, sans mauvais jeu de mot, plus parlants. Les mots permettaient de faire comprendre le point de vue d’une personne en employant des nuances, des nuances de langage dont la subtilité pouvait totalement échapper à la violence. Si les sous-entendus et les non-dits pouvaient installer un second langage dans la conversation, quel sens caché pouvait bien arborer un point levé et prêt à frapper ? Être violent ne requérait rien, être violent n’était pas le signe d’une profonde intelligence mais plutôt d’un manque chronique de patience et de diplomatie ainsi qu’une absence totale de subtilité ou de finesse.
Avec les paroles on pouvait établir une relation, avec des paroles on pouvait mener à bien toutes les négociations, avec les paroles on pouvait essayer de convaincre quelqu’un de se rallier à notre point de vue…essayer était bien le mot. En effet, sans aucune aide du gardien, le jeune candide s’était rendu compte par lui-même que le pouvoir de la parole n’était ni absolu ni partagé par tous les habitants de ces mers. Certaines personnes croyaient si fort en le pouvoir de la violence qu’ils n’envisageaient même pas d’user de la parole pour se faire entendre. Comment faire entendre raison à un têtu qui ne prenait en considération aucun autre avis que le sien ? Ce n’était pas plaisant mais il fallait apparemment parfois brandir une arme pour donner un poids à ses paroles et convictions, ce n’était pas bien de brandir une arme mais il semblerait que ce soit un mal nécessaire. Il n’en n’était pas fier mais il avait consacré toute une décennie de sa jeune vie à s’entraîner à se battre avec les sabres qui pendaient à sa ceinture, à  s’entraîner au maniement d’instruments de mort dans le seul but de défendre ceux et celles que ses mots ne pouvaient plus protéger, de défendre ses idéaux et de leur donner un poids. Jour après jour, à force de côtoyer la violence de ce monde, le jeune bretteur était de plus en plus conscient du bienfondé de son choix mais certains autres moments, comme celui-ci, tendaient à le faire douter.
L’homme à côté de lui n’avait pas l’air d’un homme bon mais Kyoshiro ne s’arrêtait jamais à l’apparence d’un individu, cet homme-là semblait ne pas hésiter à user de la violence mais c’était parce qu’il désirait vivre plus que tout et survivre à cette situation précaire. Était-il un homme mauvais parce qu’il semblait avoir une certaine facilité à recourir à la violence ? Était-il un homme bon parce qu’il chérissait sa vie plus que tout ? Kyoshiro doutait mais préférait régler cette fâcheuse situation avant d’interroger son camarade à ce sujet. Mais bientôt ledit camarade porta un intérêt soudain aux armes brandies par le jeune homme et, compte tenu de leur puissance, c’était bien normal. Regardant ses deux gadgets, le garçon répondit :

« Ceci ? Un cadeau. D’ordinaire je suis plus adepte du sabre, mais dans le cas présent ces engins devraient bien fonctionner.»

En vérité le jeune homme n’avait aucun souvenir réel de la façon dont ces armes lui avaient été données. En effet c’était un cadeau au sens strict du terme mais il n’en savait pas plus et n’avait aucune idée que leur puissance venait de son propre fruit. Comment aurait-il pu le savoir alors qu’il ignorait même être maudit ? Il savait juste que ses armes répondaient à son besoin et que la puissance de leurs tirs variait selon sa propre volonté sans trop savoir comment tout cela marchait. Pour ne pas passer pour un ignorant il préférait donc en dire le moins possible sur ces engins.
Mais bientôt d’autres ours finirent par arriver malgré la petite démonstration du jeune homme, ils devaient être plus déterminés que leurs camarades ou alors n’étaient-ils que la pointe de l’iceberg cachant tous leurs camarades cachés derrière les arbres. Il n’y avait aucun moyen de le savoir pour le moment. Pour se débarrasser de ces ours l’autre jeune humain semblait avoir eu  une idée et demanda à Kyoshiro s’il n’avait rien d’inflammable. Réfléchissant quelques secondes, l’air pensif, le niais conclut :

« Malheureusement je n’ai pas emporté d’alcool avec moi. Je ne bois que rarement. À moins que…»

Subitement lui vint à l’esprit une possibilité et, sans hésiter, il rangea ses armes et fonça dans sa cabine avant d’en ressortir, deux minutes plus tard, une bouteille de saké à la main. C’était une des rares récompenses qu’il recevait quand il aidait les gens, sur une île il avait aidé une vieille dame qui gérait une épicerie et, en échange, elle l’avait gratifié d’une bouteille dz saké comme remerciement symbolique. Il ne buvait pas et n’avait donc jamais entamé ladite bouteille. Sortant de sa cabine, il remit l’objet à son compagnon d’infortune tout en ne cachant pas sa surprise face à l’annonce de la fameuse idée pour être débarrassé de ces oursons un peu trip collants.

« Mettre le feu à la forêt ? J’imagine que c’est mieux que de tous les blesser. Va, je les retiendrai le temps qu’il faudra.»

Laissant son camarade partir faire ce qu’il avait à faire, le jeune homme brandit une fois  encore ses armes, prêt à faire feu sur les quelques oursons qui commençaient à sortir de la forêt. Ils étaient résistants et c’était une bonne chose car, ainsi, Kyoshiro n’aurait pas à s’inquiéter de leur état : même sans y aller doucement ils ne mourraient pas de ses attaques, du moins pas celles-ci, il s’en assurerait.
Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1019
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
285/500  (285/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Mar 6 Mai - 15:01


Ami ?



Le fonctionnement de l'homme est simple. Il craint ce qu'il ne comprends pas. Et quand il ne comprends pas, il s'amuse à utiliser la violence au lieu d'utiliser la science. Ceci forme un cercle de violence qui ne se termine jamais car il y a toujours des choses qui ne seront jamais compris et donc, il aura toujours des violences. Actuellement, je ne cherchais même pas à comprendre ces choses. Elles avaient attaqués sans chercher à nous comprendre et je comptais bien me venger. Cela pouvait être égoïste de ma part, mais c'est ainsi et pas autrement. Cela me rappel presque l'un de mes premiers meurtres en tant qu'assassin. Outre mon tout premier en entraînement, je parle de celui que j'ai réalisé en tant que assassin, tueur à gage.

Un soir, j'avais infiltré une maison. L'homme devait avoir la quarante. Une famille et de l'argent. Bref, un homme à la vie des plus plaisante vue de loin. Dommage qu'il soit trop riche selon un autre. De ce fait, j'avais été engagé pour le tuer. Passant outre les maisons et défenses sommaires, j'avais capturé l'homme dans son salon. Pris au piège, après une très brève lutte classique, celui-si s'abandonnait. Il avait compris qu'il ne pouvait rien et avait abandonné. Il n'avait fait qu'une chose. Souhaiter que sa famille aille bien. Pour ma part, mon arme avait mis du temps à agir. J'avais hésité, car au fond, je m'étais posé une question. Pourquoi faire cela ? ... Quelles seront les conséquences ? Même aujourd'hui, je n'ai pas la fameuse réponse.

Bref... Stoppant de me prendre la tête, je vins à revenir à la situation. Je voulais absolument trouver un liquide inflammable. Ses armes étaient un cadeau ? J'aimerais bien connaitre le gentil monsieur qui lui a offert, mais passons. L'homme dit ne pas avoir d'alcool. Zut... Au final, celui-ci semblait se souvenir de quelque chose et il me ramenait une bouteille de saké. Bien emballée, je vins à la prendre et alors le laisser dire qu'il couvrirait mes arrières. Haha, cela m'allait comme plan. Le laissant donc, je vins à courir pour me diriger vers la forêt.
Malheureusement, deux ours m'avaient pris en chasse. Pfff... Ils étaient pas si stupide que cela. Me criant devenir faire un câlin, je me contentais de les ignorer. J'étais ennuyé au plus haut point. Ce ne sont même pas des femmes... Soupirant, je courais tant bien que mal voyant ces choses approcher à grande vitesse. Comparé à moi, ils poussaient les arbres comme de simples dominos. Moi, je devais les éviter.

Tentant de leur échapper, je voyais au loin une sorte de cabane. Non... Deux... Trois... Serais-je ? Intrigué, je me stoppais pour alors remarquer que cela était comme un petit village. Se pourrait-il qu'ils vivent ici ? Je cherchais un endroit où bien entâmer le feu et je finissais par tomber dessus. Un tas de bois semblant bien sec. Certain que personne n'était là, je vins donc à verser la contenu de la bouteille dessus et je sortais mon briquet.
Mais là, surgissant de nul part, un ours me sautait dessus comme un joueur de foot US. Plaqué, je regardais le briquet tomber au sol. Arg... Je tentais de me dégager tant bien que mal. Ayant une lame en main, je tentais de trouver un point faible à la chose, mais au final, je me mis à l'entailler le plus possible jusqu'à ce qu'il me lâche. Je réussis à me dégager de peu et fonçais vers le briquet et l'allumais. L'alcool commençait à prendre et l'ours ouvrait grand les yeux. Il semblait terrifié. Pour ma part, je cherchais par où partir.

Le feu commençait à prendre et enflammer les lieux. Les deux ours à ma poursuite abandonnaient et repartaient sûrement pour prévenir les autres. Ouf... Je commençais à courir avec la bouteille à la main. Pourquoi ? Car celle-ci semblait belle, comme un autre cadeau. Autant lui rapporter pour qu'il garde un souvenir. J'espérais que de son côté, cela allait bien. Je retournais vers les autres et voyais que la mêlée semblait bien se passer. Autant le rejoindre et finir tout ceci non ? Une beau nuage noir commençait à se voir dans la forêt.




_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1674
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Mer 7 Mai - 1:43

Tu veux être mon ami ?



Le jeune homme avait étudié les meilleures façons de combattre, blesser, neutraliser voire tuer n’importe quel adversaire digne de ce nom mais, en ce jour, il commençait à voir les limites de son entraînement que ce monde lui jetait en pleine figure. Il avait étudié les meilleures façons de combattre en étudiant l’anatomie humaine mais, comme ici, que faire lorsque son adversaire n’avait rien humain ? Frapper au hasard en espérant éventuellement toucher au but ? Prendre tout son temps pour étudier les mouvements de l’adversaire ? Il n’avait pas de temps à perdre et le hasard n’avait pas été un allié fiable sur lequel il avait pu compter. Alors quoi ? Ces oursons étaient bien plus grand qu’un humain et, si on partait du principe qu’ils n’étaient que des ours en peluche géants, ils n’avaient ni muscles ou os mais uniquement du rembourrage. Alors comment faire ? Trancher leurs membres, un par un, en espérant qu’ils n’en meurent pas ? Ou bien frapper au hasard et assez fort pour qu’ils soient hors d’état de nuire.
Pour l’avoir déjà répété de nombreuses fois il était évident que le jeune homme ne frapperait jamais quelqu’un en sachant qu’il avait plus d’une chance sur deux de le tuer en le frappant ainsi. D’ailleurs, de manière générale, il préférait évident de frapper quelqu’un du tranchant de son arme sauf quand il était certain que cela ne le mettrait pas en danger. Paradoxale n’est-ce pas ? Brandir une arme pour défendre mais ne pas oser faire couler le sang de ceux qui persécutent ceux que Kyoshiro désire protéger. Mais il était ainsi, bons ou méchants il n’était pas un homme qui aimait recourir à la violence, même en cas d’extrême nécessité, et il préférait nettement assommer quelqu’un que lui couper un bras ou lui briser une jambe.

Il lui revenait donc la lourde tâche de combattre ces ours rembourrés en attendant que son camarade mette feu à la forêt. Et après ? Avaient-ils l’assurance que le feu allait les faire fuir ? Non, mais c’était le seul plan qu’ils avaient. Le jeune homme commença donc par tirer par terre devant les ours afin de les dissuader d’avancer davantage et cela fonctionna…pendant quelques poignées de seconde. Mais bientôt certains s’enhardirent et trouvèrent le courage de foncer au travers de tirs pour atteindre celui qui était avec l’homme qui n’avait pas voulu être leur ami. C’est à regret qu’il se vit contraint de devoir tirer sur ces ours qui semblaient, malheureusement, ne pas désirer entamer un quelconque dialogue pour résoudre le tout pacifiquement. Les tirs se mirent donc à pleuvoir et nombre de ces oursons furent éjectés et renvoyés violemment d’où ils venaient, télescopés contre les arbres qu’ils avaient écartés pour passer.

Après plusieurs minutes de tirs ininterrompus et une bonne dizaine d’ours étalés sur le sable ou contre les arbres, le jeune compagnon d’infortune de Kyoshiro apparut enfin, le jeune bretteur ne manqua pas de l’appeler et de lui demander :

« J’imagine que tu as réussi. On va pouvoir partir d’ici. »

Subitement, une fois que les tirs eurent cessé, un bruit sourd se fit entendre suibit par un autre et encore un autre…était-ce un bruit de pas ? Mais qu’est-ce qui pouvait bien être capable de faire un bruit pareil ? En voyant au loin une forme massive apparaître, le jeune homme ne put s’empêcher de lâcher un :

« Ou pas »

Spoiler:
 


Face aux deux humains apparaissait progressivement un gigantesque ours en peluche qui, en plus d’avoir une tête horrible à faire peur, était facilement trois à quatre fois plus massive que ces oursons qui étaient déjà bien assez chiant comme cela. Qu’était-ce que cela ? Papa ourson en colère ? Afin de calmer le jeu et de ne pas aggraver davantage une situation qui était déjà bien aggravée, le jeune homme s’avança de quelques pas et, d’un ton assez fort pour être entendu par une si grande et lointaine créature, lança :

« J’imagine que vous n’avez pas l’intention de nous laisser partir gentiment ? »

Pour toute réponse la créature arrêta sa marche à l’entrée de la forêt et, prenant une profonde inspiration, rugit si puissamment que les arbres se courbèrent sous la puissance de son cri. Ne pouvant masquer une déception quant à la nature de la réponse, le jeune bretteur déglutit discrètement et conclut :

« Je prends ça pour un non. »


Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1019
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
285/500  (285/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Ven 9 Mai - 16:49


Ami ?



La punition d'oursons semblait enfin terminé. Du moins, je le pensais. Revenant auprès de mon acolyte, j'admirais un bref instant les nuages noirs qui s'élevaient dans le ciel. Impressionnants, magestueux, splendides. Visiblement, mon travail portait ses fruits. J'espérais que les ours allaient perdre en espoirs. Qu'ils allaient se dire que nous étions des monstres et qu'ils n'avaient donc plus aucunes raisons de tenter de nous câliner; Du moins, j'espérais. Je regardais le bretteur qui avait fait du bon boulot visiblement. Malheureusement, il criait comme moi, victoire trop tôt. En effet, un bruit sourd se faisait entendre. Un bruit sourd provoqué par une chose bien plus grosse que ces ours. Impossible que ce soit une troupe de ces ours. Le bruit était trop grave et profond pour qu'il s'agisse d'un groupe. S'était une seule et même chose qui faisait un tel effet.

Regardant vers la forêt, une silhouette imposante se dessinait. Un géant, une véritable machine à tuer selon moi. La chose se mettant à rugir, voilà que les arbres se mettent à cambrer tant le rugissement est puissant. La bestiole est semblable aux autres, mais plus grande, plus laide. S'en est terrifiant. Impossible que ce soit naturelle comme bestiole. Fixant "la chose", je me mis à réfléchir à quoi faire.Vraiment, nous étions mal sur ce coup.
Alors que mon acolyte semblait faire dans l'humour, pour ma part, je restais sérieux. La situation était critique. Il nous fallait savoir si la monstruosité allait attaquer ou non. Car aussi étrange cela soit-il, elle semblait attendre. Mais attendre quoi ? Une ordre ? Une autorisation ? Cela m'intriguais et en regardant de plus près, une silhouete humaine apparaissait à ses pieds. Des bruits se faisaient entendre. Quelqu'un semblait taper dans ses mains. Ouvrant grands les yeux, je tombais nez à nez avec une personne que je n'aurais jamais penser rencontrer ici.


" Et bien... Qu'avons-nous là ?"

Sur le coup, les bras m'en tombaient. Que faisait-il ici ? Avec cette chose. Serait-il à l'origine de tout cela ? Quoi qu'il en soit, ce que nous allions faire était simple.

" Il faut partir..."


Sûrement que Kyoshiro n'allait pas comprendre la rapide décision que je prenais, mais s'il savait toute la vérité, il fuirait automatiquement, enfin je crois. Mon regard sérieux démontrait une crainte sûre et certaine. Nous ne pouvions gagner, et je ne comptais pas m'attarder ici.

" Que venez vous faire ici ? Quoi qu'il en soit... Vous allez rester ici..."

Suite à ces paroles prononcées avec un froideur des plus étonnante, l'homme en costume blanc et au masque noir commençait à s'approcher. Visiblement, il jouait de son géant comme une mise en garde pour faire pression sur nous. Intrigué, je vins ravaler ma salive. Restant cloué sur le sol, je regardais en coin Kyoshiro.

" Je vous propose un jeu... Battez vous tout deux contre moi... Et si vous gagnez... Je vous laisse partir. Si vous n'arrivez pas à me blesser d'une quelconque façon en moins de 10 minutes, cette chose se fera un plaisir de vous manger en apéritif ? Cela vous tente ?"

Attendant une réponse de Kyo, je vins à simplement accepter. Je n'avais pas de raisons de refuser. Pas dans la situation actuelle.





_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1674
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Ven 9 Mai - 20:38


Tu veux être mon ami ?



Si le jeune homme avait déjà mis du temps à s’adapter à la présence de ces immenses ours géants qui, malgré leur apparence massive, semblaient des plus amicaux, le jeune homme resta bouchée bée face à la vue de cet ours gigantesque qui n’avait malheureusement plus rien d’amical ni de mignon. Que pouvait-il ? Était-il là pour pousser les deux intrus à quitter son île au pas de course ou, au contraire, était-il uniquement là pour faire leur passer un sale quart d’heure et être sûr que ce serait le dernier quart d’heure de leurs petites vies ? Oh non il ne semblait pas du tout amical et son hurlement puissant, assez terrible pour faire courber les arbres, ne semblait pas être un hurlement d’avertissement mais un hurlement des plus agressifs et évidents quant à leur intention. Ces deux hommes avaient fait du mal à ses…amis ? Enfants ? Cela n’avait pas d’importance, ils leur avaient fait du mal et il était probablement là pour couper court à cet affrontement et s’assurer que plus aucun des siens ne serait blessé. C’était tout à son honneur d’avoir un tel côté protecteur, en espérant que ce soit la vraie raison de sa venue, mais le jeune homme ne recula pas d’un seul pas.
Face à une telle monstruosité n’importe qui de sensé prendrait ses jambes à son cou et partirait en hurlant le plus loin possible de cette chose, mais ce jeune candide resta campé sur ses positions, ne pouvant masquer une certaine surprise mêlée d’émerveillement. Ce n’était, certes, pas une créature magnifique qu’il avait là devant lui mais c’était une chose totalement inédite, dont il n’avait jamais entendu parler dans le monde et c’était assez inédit pour piquer sa curiosité et son émerveillement assez haut. Peu importait l’origine de cette chose, peu importait le but de cette chose, sa seule existence fascinait le jeune homme dont le visage exprimait de façon évidente ce sentiment. Peut-être était-il trop confiant, peut-être était-il trop candide pour ne pas se rendre compte ou, au contraire, peut-être était-il bien trop conscient de sa force et de ses limites pour ne pas avoir peur. Il était conscient de la différence de taille, il était conscient de n’être qu’un gros moustique face à ce géant mais il était également au fait de la lenteur qui allait avec une telle taille et, peut-être, de la lenteur intellectuelle d’une telle bête. Toutes les grandes bêtes n’étaient pas stupides mais certaines l’étaient et celle-ci n’avait pas prononcé un seul mot jusqu’à présent, car le cri ne comptait pas comme tel, mais en était-elle seulement capable ? Était-elle capable d’autre chose que de hurler et d’écrabouiller tout sur son passage ? Kyoshiro supposait qu’il n’allait pas tarder à être fixé.

Cependant, en détaillant la créature de la tête aux pieds, le regard du bretteur s’arrêta sur une forme humaine qui se trouvait juste devant les pieds de la créature, et cette forme se trouva être le troisième humain de l’île qui, apparemment, avait une apparence plutôt singulière et tape à l’œil. Dès que le camarade du jeune homme posa ses yeux sur cet homme, il lui conseilla de quitter cet endroit sans attendre. Pourquoi ? Pourquoi cette réaction soudaine ? Ils avaient tous deux été capables de vaincre tous ces ours et il semblait inquiet à l’idée d’affronter cet homme et sa grande créature ? Tournant son regard vers son camarade, Kyoshiro lui demanda :

« Pourquoi ? C’est un ami à toi ? »

Bientôt l’homme ouvrit la bouche, sous son masque ridicule, et annonça aux deux hommes qu’ils ne quitteraient plus cette île comme s’il était certain de la suite des évènements. Était-il très confiant ou bluffait-il ? L’un comme l’autre cela importait peu, le jeune homme était trop candide pour se laisser avoir par le bluff ou toute autre chose du genre. Il se fendit donc d’un discret sourire, un sourire un peu gêné, et répondit :

« Désolé de vous décevoir, monsieur. Même si vous avez l’air sympathique je ne compte pas rester ici, même si mon séjour fut…étonnant. »

Étonnant fut le mot, il avait fait la rencontré d’une autre personne, il avait rencontré des ours en peluche géants, il s’était battu avec certains d’entre eux et maintenant se dressait devant lui une créature encore plus grande que la plus haute tour qu’il avait déjà vu durant sa courte vie. Étonnant en effet. Malheureusement cet homme mystérieux, en plus d’être confiant, souhaitait mettre au défi les deux hommes de le blesser sans qui il lâcherait sa bête sur eux…était-ce là son idée d’une provocation ? Pouvoir être touché ? Savait-il seulement qu’il faisait face au logia le plus rapide du monde ? Savait-il que, si Kyoshiro avait été conscient de son statut de maudit il aurait pu blesser son adversaire avant même qu’il n’ait pu finir sa phrase ? Non, bien sûr que non, sinon il n’aurait jamais usé d’une si futile provocation. Et cette provocation reçut une réponse inattendue :

« Navré de vous décevoir, monsieur. Je suis certain que, en général, vous faites votre petit effet avec votre costume tape à l’œil et votre masque ridicule…mais pas ici. Navré, mais je ne réponds que rarement aux provocations de ce genre.»

Regardant discrètement du coin de l’œil son camarade avant de reporter son attention vers l’homme au costume tape à l’œil, le jeune homme ne lâcha pas ses armes un seul instant et, se fendant d’un sourire aussi franc qu’énervant, renchérit :

« Vous allez donc devoir trouver autre chose que nous mettre au défi de vous toucher. Que dites-vous de…si nous arrivons à faire mordre la poussière à votre garde du corps, vous déguerpissez ? »

Était-il taré ? Battre une telle créature ? Cette surprise ne manqua pas de faire son petit effet auprès du gardien qui, pour la première fois depuis qu’il vit le jour, fut impressionné par son créature et fier de celui-ci. Même s’il ne se savait pas assurément victorieux, même s’il était conscient du rapport de force il tentait quand même le coup et voyait cela comme un défi personnel, il voyait cela comme une façon de mettre à l’épreuve ses capacités martiales et d’en ressortir grandi. Il n’avait pas peur face à un combat qui, pour une fois, ne nécessitait pas de défendre la veuve et l’orphelin et, pour une fois, ce ne serait pas par obligation mais par envie et plaisir que le gardien filerait volontiers un coup de main à son père.


Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1019
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
285/500  (285/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Dim 11 Mai - 18:22


Ami ?



La situation était bien pourrie à mes yeux. Si j'avais deviné que je rencontrerais cette personne, je n'aurais pas mis les pieds ici depuis ce matin. J'aurais préféré couler dans l'océan plutôt que me retrouver en face à face avec lui. Tentant de convaincre mon acolyte de fuir, j'écoutais sa question sans doute ironique. Fuir car c'est un ami ? Quelle logique... Cela m'arrachais presque une tape de ma main sur mon front. Pas parce qu'il est un ami, bien au contraire. Ma présence ne devait pas arranger les choses dans l'histoire. Sûrement était-il à l'origine de ces créatures et à la vue de sa proposition, son obectif était de nous mettre sous silence pour éviter que cela s'ébruite. Avouez qu'un ours qui vous câline jusqu'à la mort, c'est une belle création non ? Bref, pour l'heure, nous nous devions de choisir. Un jeu ? Ou un jeu ? Quelle choix. Pur ma part, je me voyais contraint d'accepter.

Mon ami du moment quant à lui donnait sa réponse ce qui sur le coup me choquais quelque peu. Il ? ... Mais merde, je devais lui dire tout avant qu'il fasse des conneries ma parole. L'homme en face de nous écoutait attentivement ses dires et semblait y réfléchir. Bien entendu, la pose qu'il utilisait était ironique. Trop théâtrale pour être réelle. S'était un classique " Laisse moi voir... Non. ". La suite ne laissait présager rien de bon. A renier tout ce qu'il disait, nous allions devoir nous débrouiller comme des grands face à un danger x. Bon sang que je déteste ce genre de moment. Le moment où on se sent terriblement seul. Immédiatement, j'ai envie de disparaitre, je jamais avoir vu le jour.

" Oh ? ... Moi seul je ne te suffit pas gamin ? Très bien..."

L'homme fourrait une main dans sa poche et sortit une sorte de petite télécommande. Un simple bouton et visiblement, cela faisait effet sur la bestiole. Se mettant à rugir comme un démon, son cri soulevait quelque peu le sable de la côte. Restant sur place, je croyais comprendre et je dois bien admettre que je n'aime pas ce qui pourrait arriver.

" Dans ce cas... Essayez donc de me toucher... tout en sachant que cette beauté va participer au combat..."


Appuyant sur le bouton, la bête se reculait et grognait. Pas besoin d'être Einstein pour comprendre la suite. Je vins à hurler à mon acolyte de s'écarter. Libre à lui ou non de le faire. La bête vint donc à prendre son élan pour s'élancer vers nous en finissant sa course par un bond. Sautant de 10 bon mètres en longueur, la bestiole provoquait un véritablr fracas en atterrisant. Secoué, je vins à être étourdis un bref instant et je me fis surprendre. L'homme avait profité de l'action de la bête pour alors me donner un puissant coup de pied me propulsant vers la bestiole.
Le véritable ours géant et complétement flippant me donnait à son tour un coup qui m'envoyait valser sur 5 bon mètres. Cet enchaînement était vraiment peu plaisant à encaisser. Mordant la poussière sur ce coup, je tentais de me relever. Si le combat se passait comme ça trop longtemps, j'allais pas finir vivant moi. Secouant la tête, je tentais de chercher du regard Kyoshiro. Il était impératif d'unir nos forces pour réussis à vaincre cet homme et cette chose. Sans quoi, nous allions passer un sale quart d'heure.

" KYOSHIRO !!! "

" Détourne pas ton attention..."

IL était là. Face à moi, je reçu un coup de poing qui me faisait reculer d'un bon mètre. Il semblait aussi dur que l'acier. Intrigué, je cherchais une solution pour me sortir de là, mais dans le feu de l'action, cela me semblait si impossible. Quelle merde...




_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1674
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Lun 12 Mai - 1:25

Tu veux être mon ami ?



Il était vrai que combattre ces ours n’avait pas été une chose très plaisante aux yeux du jeune qui, sans pouvoir l’expliquer, trouvait ces grosses bestioles assez amicales et intéressantes dans leur façon de se déplacement et, surtout, dans leur façon légère et fluette de parler contrastant avec leur impressionnante taille. Il n’aimait pas combattre des personnes qui ne lui voulaient aucun mal et qui n’avaient pas l’air offensives, ce qu’avaient été ces ours depuis son arrivée sur cette île jusqu’au moment où l’un d’entre eux avait tenté de l’écraser tel un moucheron avec un tronc d’arbre. Mais, en regardant cette horrible créature que ce clown en costume blanc arborait fièrement, en regardant cette chose qui n’avait rien de naturel ou d’humain, le jeune homme n’arrivait pas à ressentir le moindre remord à l’idée de lui faire du mal. Pourquoi ? Parce que, de toute évidence, c’était une créature faite dans le seul but de détruire et il n’y avait donc pas de possiblement rédemption pour elle. Mais, au-delà de la rédemption possible, le jeune homme savait faire la différence entre faire face à un animal et faire face à une arme monstrueuse qui ne s’arrêtait que lorsque son corps ne pourrait plus soutenir ses mouvements.
Les animaux avaient un instinct de survie, les animaux savaient reculer et fuir quand ils se savaient dépassés par les évènements et le jeune homme, en voyant cette créature lui hurler dessus, partit de la supposition que cette créature n’avait aucun instinct de survie et ne suivait que son envie de détruire et semer le chaos. Mais bien vite, lorsque le clown au masque noir activa une télécommande à laquelle la créature répondit, le jeune bretteur se rendit compte que la situation était pire que ce qu’il pensait car cette créatures n’avait finalement aucun instant et ne faisait que répondre à des ordres. Comme une arme faisant feu une fois la gâchette pressée, comme la lame d’une guillotine tombant lorsqu’on coupait la corde la retenant en l’air, cette créature n’était finalement qu’une arme qui répondait aux ordres de la personne se trouvant à ses pieds.
Même s’il avait de la pitié pour cette bête, même s’il pensait que cette bête avait autrefois été douce et gentille comme ses camarades ours doués de parole, même s’il pensait que la créature n’avait jamais choisi de finir dans cet état, le jeune homme savait qu’il devait la neutraliser. Il ferait en sorte de la faire souffrir le moins possible, certes, mais il ne la laisserait pas mettre sa vie et celle de son camarade d’infortune en danger.

L’homme en costume pressa une nouvelle fois son étrange télécommande et les évènements s’enchaînèrent les uns après les autres à une vitesse folle. La créature passa à l’attaque et obligea les deux compères à prendre des directions différentes pour esquiver sa puissante attaque. Voyant la créatures bondir, le jeune bretteur prit ses jambes à son cou et s’engouffra quelques instants dans forêt, se servant des arbres jusqu’à ce que son camarade finisse par crier son nom comme un appel à l’aide.

« Tu m’as appelé ? »

Son camarade, s’il avait une bonne ouïe, put lever sa tête pour voir le jeune bretteur bondir sur le sommet du crâne de la bestiole après moultes escalades avant de braquer ses deux pistolets et de faire feu. Le double coup fut assez puissant pour forcer la bête à se tordre le cou et baisser la tête au point que son menton touche sa poitrine. Elle plia la tête mais ce fut sa seule réaction avant de balancer son bras au-dessus de son crâne comme pour attraper un moustique qui s’était déjà fait la malle, usant ses arbres pour descendre rapidement avant de courir rejoindre son camarade.
Quelques tirs permirent au jeune homme de forcer le clown à prendre de la distance et s’écarter de son camarade qui semblait avoir reçu son lot de coups. Se fendant d’un sourire pour le rassurer, le jeune homme lui souffla innocemment :

« Bon, ça n’a pas eu l’effet escompté. Je vais tenter autre chose, et après on s’occupera de ton ami le clown.»

Ne demandant pas d’avis ou de confirmation, le jeune homme se redressa et pointa une seule arme sur le torse de la créature. Une boule lumineuse naquit au bord du canon et, lorsque le doigt pressa complètement la gâchette, cette boule se transforma en un large rayon d’énergie qui vint percer la bête, la forçant carrément à reculer d’un pas tant la puissance de ce coup était impressionnante.
Spoiler:
 

« Oh. J’imagine que compte tenu de sa taille ce n’est pas très surprenant. »

Un tel coup était capable de raser un bâtiment ou de vaporiser des personnes mais cette créatures n’avait eu qu’à reculer pour encaisser le coup, elle avait une endurance et robustesse qui forçaient clairement le respect mais qui ne rendaient la tâche des deux hommes que plus complexe. Gardant la bête et le clown à l’œil, Kyoshiro se rapprocha de son camarade et lui chuchota :

« Peut-être que si je relance cette attaque, en double, de bien plus près et en visant la tête…mais c’est risqué. Tu penses pouvoir attirer leur attention pour que je tente le coup ? »


Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1019
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
285/500  (285/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Lun 12 Mai - 14:48


Ami ?



Le temps s'écoule et le défi est lancé. Bien que nous ne soyons pas totalement " pour " depuis le départ, le jeu est lancé malgré nous. Et il faut dire que l'homme au masque n'y va pas de main morte. Il n'est pas du genre à jouer trop longtemps. Les affaires sont les affaires comme on dit. Me relevant doucement suite à quelques coups, je me demandais comment tout ceci allait finir ? Bien ? Ou mal ? Allez savoir. Personnellement, battre cet homme n'était pas possible pour moi actuellement. Cherchant le jeune bretteur des yeux, je me mis à lever les yeux quand celui-ci semblait avoir entendu mon appel. Sur la tête de la créature ? Intrigué, je me demandais ce qu'il allait faire. Ce qu'il faisait semblait assez inutile au départ. La créature ne saignait pas, elle ne semblait pas blessée grièvement et là était le soucis. Si on le blesse pas, cela ne va pas le faire...

Cependant, le bretteur semblait avoir une carte dans sa manche. En effet, il use d'une attaque qui stop les actions de mon adversaire. Le " boss " est stupéfait de voir qu'une attaque pareil a réussis à affecter son jouet. Oh ? Avait-il prévu de nous voir succomber facilement. La bête a encaissé l'attaque, mais non sans peines. Elle a bien reculé et visiblement, cela a fait un petit effet. Aurions nous trouvé un point faible ? Quoi qu'il en soit, ne voulant pas attendre la suite, je tente d'attaquer mon adversaire, mais mon acolyte m'aide en le tenant à distance. Je le laisse donc gérer cela tandis qu'il semble avoir un plan. Ou au moins une idée.
L'homme au masque allant voir son petit protégé tout en nous regardant du coin de l’œil, pour ma part, j'écoute mon ami de ce jour qui a bien une idée. Dangereux ? Risqué ? Soit. Jouant le rôle qu'il veut, je me permet de faire semblant de prendre une de ses armes. Quitte à faire distraction, autant laisser croire que ce sera moi qui portera le coup de grâce. Souriant en coin, je tente de jouer la comédie et m'avance donc doucement.

" On va l'avoir cette bestiole... Ne t'en déplaise. "

Tendant le bras devant moi et serrant le poing, je vins alors à le fixer.

" Et c'est ce poing qui va finir ta bête... Crois moi."

" Idiot... "

Me la jouant prétentieux exprès, je vins donc foncer vers lui et d'un coup aller sur le côté. Faisant croire que je contournais la bête, l'homme se lançait à ma poursuite et semblait donnait pour ordre à la bête de se concentrer sur moi. L'objectif principal de notre " plan " se réalisait, Kyoshiro avait carte blanche pour tenter ce qu'il voulait faire. Me lançant dans un combat de corps à corps avec cet homme que je craignais au fond de moi, nous échangions quelques mots au passage entre quelques coups.

" Quelle est donc cette chose hein ? ... Un projet ?"

" Tu es bien curieux Ren... Cela ne te ressemble pas..."
" Simple curiosité en effet..."
" Tu n'as pas besoin de savoir... Cependant, ce n'est que le début en effet."

L'échange de coups continuait. Il esquivait ou contrait mes attaques. Me prenant quelques coups, je ne lâchais rien. Quitte à être blessé, si nous pouvions au moins battre cette bestiole, cela serait une bonne chose.
Pensant un peu trop sur ce coup, je vins à esquiver de peu un coup de la bête, mais pas le deuxième coup suivis de son propriétaire. Me faisant propulser sur un bon mètre, voilà que le duo de choc approchait sûrement dans l'objectif de me finir ? Merde...




_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
avatar
Messages : 1674
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Mar 13 Mai - 0:03

Tu veux être mon ami ?



Jamais auparavant le jeune homme n’avait eu affaire à une créature si massive et surtout si résistante que celle qui se tenait fièrement debout devant lui. D’ordinaire, même s’il ne maniait pas pleinement la puissance qui résidait dans ces deux armes, le jeune homme avait quelques tirs étaient suffisants pour faire fuir les moins braves des ennemis et que des tirs un peu mieux placés arrivaient à saper la détermination des adversaires un peu plus coriaces. Les personnes douées de réflexion étaient capables de voir que la vitesse et la puissance de ses tirs ne laissaient que peu de marge de manœuvre et que peu de chances de survie. Mais comment devait-il agir face à une créature qui ne pouvait pas être impressionnée, face à une créature qui ne comprenait pas le principe de bluff et, surtout, face à une créature que la douleur ne saurait arrêter ? Cette créature avait reçu de plein fouet un tir capable de trouer n’importe quel bâtiment digne de ce nom, elle avait été forcée de reculer sous la violence de l’impact mais son horrible visage reflétait toujours son insatiable soif de destruction si bien que le jeune homme vint à se demander s’il arriverait à la battre sans lui ôter la vie…chose qu’il se refusait à faire, bien entendu.
Malgré ses interrogations, le jeune homme ne put s’empêcher de sourire intérieurement en voyant la réaction du clown en voyant sa grosse bestiole plier et reculer sous l’impact. De toute évidence il avait surestimé sa résistance de sa bête, ou peut-être avait-il sous-estimé les forces qui se dressaient face à cette monstruosité. Bien sûr ce clown ne pouvait pas deviner qu’il avait un logia face à lui et pas n’importe lequel, comment aurait-il pu s’en douter alors que le maudit ne se doutait même pas qu’il en était un ?
Le jeune homme évoqua ses bribes de plan à son camarade qui, immédiatement, se mit à jouer la comédie afin d’attirer l’attention de l’homme. Cela fonctionna bien mieux que prévu car, en plus d’attirer le clown, cette mise en scène attira l’attention de la bête qui changea immédiatement de cible, se tournant et laissa son flanc et son dos libres pour toute attaque.

Pointant ses deux armes vers les jambes de la bête après s’être préalablement positionné au trois-quart flanc de la bête, le jeune homme laissa traîner ses oreilles et entendit une bribe de conversation entre le clown et son camarade d’infortune. Immédiatement, comme s’il venait de résoudre une énigme farfelue, le jeune homme s’écria :

« Naha ! J’avais raison, tu le connais ! »

Il avait senti que son camarade devait connaître ce clown pour lui avoir suggéré de partir d’ici dès que ce fameux clown était apparu. Quel lien partageaient-ils ? Ce n’était ni le lieu ni le moment de demander davantage de détails, car le jeune bretteur avait une tâche titanesque qui n’attendait ?
Faisant semblant de se racler la gorge afin d’oublier ce petit écart, le jeune homme se redressa et fit immédiatement feu sur les deux jambes de la bête qui, cette fois-ci, fut forcée de plier sous la puissance et ses jambes ne purent plus soutenir l’énorme poids de son corps. Ni une ni deux, le jeune homme débuta une course effrénée qui ne s’arrête que lorsqu’il parvint à se positionner sous la tête de la bête qui était prostrée, les deux bras tendus soutenant son corps. Pointant ses deux instruments de mort en direction du visage de la bête, le jeune homme lança sur un ton peiné :

« Désolé. »

Il avait beau désirer vivre plus que tout, il avait beau avoir conscience de la dangerosité de la bête, cette bête n’avait certainement pas choisir de devenir ainsi et devoir lui faire du mal peinait le jeune homme au plus au point. Il aurait voulu écarter ses doigts des gâchettes, il aurait voulu ranger ses armes et tourner les talents pour quitter cette île mais il se savait forcé de devoir agir de cette façon. Il se savait forcé de devoir mettre à l’épreuve sa détermination face à une situation difficile. Le double tir partit et la créature poussa un râle étouffé avant que sa tête, désormais entourée d’un épais nuage de fumée, n’emporte le reste du corps en arrière jusqu’à tomber complètement sur le dos. La créature ne bougeait plus mais il était impossible pour le jeune homme de voir si elle respirait encore…d’ailleurs les autres ours respiraient-ils comme les humains ? Bonne question.
Mais pour l’heure la créature avait eu sa dose, il restait donc à s’occuper du clown duquel le jeune homme s’approcha, les doigts toujours posés sur ses gâchettes.

« Alors ? Vous allez nous laissez tranquille ou vous voulez rejoindre votre création ? J'aimerai éviter d'avoir à le faire, mais si vous insistez...»


Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1019
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
285/500  (285/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   Mar 13 Mai - 13:45


Ami ?



Devenir un appât était une chose classique lors d'un plan comme celui-ci. Connaissant assez bien la personne en face de moi, j'étais la personne idéale pour faire cela non ? J'attirais donc l'attention de l'homme ainsi que de sa bête pendant que mon acolyte s'amusait à régler son compte à la bestiole des plus impressionnante. Pleins de secrets entouraient cet homme et ses créatures. Comment avait-il fait cela ? Que comptait-il faire ? Toutes ces questions me donnaient mal à la tête, mais pour l'heure, je me devais de lui tenir tête tant bien que mal. Quitte à risquer ma vie.

Ainsi, malgré les coups qui me faisaient mal - il ne faut pas se voiler la face - je tentais tant bien que mal de les tenir à l'écart. L'attention sur moi, je voyais ce duo de monstres approcher vers moi.  Où était Kyoshiro hein ? J'espérais que son timing soit bon, car m'amuser à rater notre coup, ce n'était pas dans nos plans. Fermant les yeux alors que l'homme allait me donner un coup de poing, voilà qu'un son se fit entendre. Un tir assourdissant. Une explosion suivit d'un râle de douleur étouffé. Re-ouvrant les yeux, je vis l'homme au costume retourné. Il admirait sa splendide créature battue. Un épais nuage de fumée entourait la tête de la créature et lentement, mais sûrement, son corps se laissait tomber vers l'arrière.
Un grand fracas eu lieu. Ne sachant que faire, je vins admirer la belle ouverture qui s'offrait à nous. Décontenancé de voir ce qu'il voyait, je vins alors attraper une de mes lames et je me redressais vivement pour toucher les côtes de notre ennemi. Surpris, bien que la lame avait bien pénétrée sa peau, il se retournait pour me saisir et me lancer vers le bretteur. Me rattrapant de peu, je vins déclarer sur un ton froid et confiant.

" On a gagné le pari.... Non ?"


Retirant la lame sans soucis, l'homme nous fixait. Derrière son masque, sa colère semblait être évidente. Allait-il nous attaquer ? Ou bien ? Après un moment à sûrement nous mépriser, celui-ci se dirigeait vers sa créature pour vérifier son état de santé. K.O et bien amochée, voilà la résultat du diagnostic. Grognant entre ses dents, l'homme déclarait d'un ton clair et enragé.

" Partez avant que je ne change d'avis... Mais soyez sûr que cela ne restera pas impuni..."

Le laissant dire, je vins me tourner vers mon acolyte. Que faire ? Chacun partait dans la direction de son choix ? Ou bien allons nous faire un petit bout de chemin ensemble ? Me reculant en douceur, je vins à admirer le petit bateau du jeune homme avant de m'exclamer doucement.

" Et si on partais ? ... Tu peux me déposer ? A la prochaine île. En s'assurant avant de me laisser qu'elle n'est pas peuplée de je ne sais quoi ?"


Touche d'humour, je voulais en finir avec ces histoires, alors autant profiter de cette chance pour partir et se changer les idées. En tout cas une chose était sûre, ces histoires étaient étranges et quelque chose me disait qu'on allait en entendre parler.

Quoi qu'il en soit, Kyoshiro acceptait de me déposer à la prochaine île. Et c'est via son bateau que nous partions rapidement.

( J'ai eu l'autorisation pour dire qu'il acceptait )




_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] Tu veux être mon ami ? [PV Ren Tao]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» j' ai déjà la rolex, je veux le gronavionkivanavex
» "Je veux qu'on rie...Je veux qu'on danse...Je veux qu'on s'amuse comme des fous !" [Julia]
» Veux tu de moi ? [Crystal Noir & Pépite d'Or]
» Abstracly, tu es celle avec qui je veux partager ma vie..[ Abstracly]
» Je veux le beurre, l'argent du beurre et la crémière!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue-