Partagez | 
 

 Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes   Mer 5 Mar - 19:53



Convoi exceptionnelle.

Le Cornelia s'était amarrée dans un port sur South Blue et l'activité était un peu à l'arrêt depuis quelque temps. Le capitaine faisait beaucoup d'aller-retour entre la chambre du commerce de l'île pour vérifier les propositions et les demandes émisses par des particuliers. L'équipage était en ville à s'amuser et à prendre du bon temps. Quant à Cloé, elle suivait le capitaine comme son ombre. Salvicrus Rey attendait sur un banc, il tapait du pied d'impatience et la demoiselle se tenait droit comme un "i" à côté du capitaine. Le réceptionniste était endormi sur le comptoir, à ronfler comme un porc. Le réveil de ce pauvre bougre fut brutal. Un den den sonnait et s'affolait. Il décrocha, c'était une demande expresse et urgente. L'homme raccrocha le combiné et jeta un stylo sur le capitaine.

-Rey ! Dans quelques minutes il y a un colis qui va arriver. Il doit être livré à YAKOUTIE ISLAND sur North Blue. C'est très bien payé. Tu prends.

Le capitaine sursautait sur place et leva un sourcil.

-Combien?

Le réceptionniste se rapprocha de Rey et murmura le montant pour ce colis. Le capitaine eut les yeux qui brillaient et son coeur s'emballait. Le montant était spectaculaire. Il faisait signe de la tête et prit la requête. Salvicrus quittait l'établissement avec la jeune femme à ses côtés. Une fois dehors, il se mit à crier très fort.

-On se bouge!!!!

Le capitaine rejoignit le Cornellia qui était amarré au port et emplacement numéro 3. Près du Dock 3 de l'île, il y avait une énorme caisse avec écrit partout "fragile" en gros et en rouge. La timide demoiselle se rapprochait, le destinataire était un certain : Halfken D. Lothbrok. Elle se disait que c'était un drôle de nom.  Puis soudainement, des hommes tenaient en laisse des animaux vraiment magnifiques avec des bois et un pelage marron. Ces créatures étaient d'une prestance et d'une grâce vraiment exceptionnelle. Les matelots étaient surpris par cette cargaison peu commune. Mais Cloé, elle rêvait face aux sublimes bêtes. Le capitaine voyait sa petite protégée, elle avait le visage d'une enfant. Il s'avança vers elle comme un père vers son bambin.

-Ce sont des rennes. Tu en avais jamais vue ?
-Non jamais.
-Il faudra en prendre soin durant le voyage. Tu t'en chargeras ?
- Oui, je ferais de mon mieux.

Ce chargement était installé dans la cale. D'un côté, la caisse et de l'autre les sept rennes. Certains avaient leur caractère et montraient de l'agressivité avec les hommes. Ils n'étaient pas totalement dressés il fallait dire. Une fois la troupe dans le navire avec ce qu'il faut pour les nourrir et autres. Cloé était comme une enfant avec de nouveaux jouets, elle était tout le temps dans la cale avec les animaux. Elle change l'eau, la paille et leur nourriture. puis de temps en temps elle brossait ces splendides bêtes pour enlever la poussière et les sociabiliser.
Le Cornelia avait engagé la course pour aller vers North Blue. Une petite déviation, mais qui rapporterait gros pour la capitaine et les membres du navire. Le brigantin était sur les flots et naviguait à une vitesse impressionnante. En quelques heures, le navire avait atteint la limite entre les deux mers. Cloé qui était dans la cale, ressentait un grand froid autour d'elle. Elle remontait sur le pont supérieur pour voir ce qui se passer. Le climat s'était transformé, passant de l'été à un hiver polaire. Elle n'avait jamais la neige également. Le capitaine lui donna une veste chaude, car avec un haut de bikini et un short, la pauvre allait attraper la mort en quelques secondes.

-Tu devrais te couvrir, ici il fait souvent froid.

La charmante demoiselle claquait des dents et se dirigea vers sa cabine personnelle. Elle prit toutes les couettes et les emmena dans la cale. Elle passait devant le capitaine. Celui-ci arrêta l'élan de sa protégée

-Je dois vite couvrir les rennes!!

Avec le raisonnement de Cloé, le capitaine se mit à rire. Elle ne connaissait vraiment rien sur ces animaux. Le capitaine retira les couettes des bras de la demoiselle et lui expliquait que ces animaux pouvaient résister à des températures négatives. D'un coup, Cloé se sentait vraiment idiote et nulle. Mais quant à elle, elle n'était vraiment pas habituée à un climat hivernal. La nuit tombait et la belle descendit une dernière fois voir les rennes. Ils dormaient tous et elle allait en faire de même. Elle remontait discrètement les escaliers et se blottit sous les couettes. Pendant ce temps, Rey avait envoyé un pigeon vers le destiner avec un petit mot.

Monsieur D. Lothbrok,

Je suis le capitaine du Cornellia, Salvicrus Rey.
Je suis en direction de Yakoutie Island, on arrivera dans la matinée.
Votre cargaison est entre de bonnes mains.
Il y a une grande caisse et sept rennes du grand nord.

Cordialement
,





Le pigeon volait en direction de Dwarf Island où le client se trouvait encore actuellement. En passant par une agence commerciale ou en atteignant directement son destinataire, le message arriverait à bon compte.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes   Jeu 6 Mar - 19:08


Surprise


Feat Cloe ~





Le réveil fut difficile. Après ma victoire au concours, j'avais décidé de prendre un repos bien mérité sur cette île afin de profiter de tous les conforts de Dwarf Town. A commencer par une bonne beuverie ! Les habitants de cette charmante ville connaissait d'ailleurs un breuvage qui faisait leur réputation : de la gnôle, formée à partir d'un sureau nain. Et oui, ce n'était pas seulement les humains qui étaient affublés d'un désavantage vertical mais aussi certains végétaux ! Enfin bref, tout ça pour dire que j'avais avalé plusieurs litres de ce nectar divin. Je ne suis pas un gros buveur, mais c'était une grande occasion. En conclusion, je me retrouvais avec un mal de crâne, la tête qui vrillait et avec un percussionniste dans mon crâne qui faisait quelque chose comme PAN BOUM PAN BOUM continuellement.

Je descendais les escaliers de la taverne, saluant au passage le barman qui avait des cernes bien prononcés tout en faisant attention de ne pas trébucher sur les corps allongés sur le sol complètement saouls. Une fois sorti, je me dirigeais directement vers l'écurie. Ce n'était pas l'endroit le plus approprié pour Brume, mais à défaut de trouver autre chose c'était encore ce qu'il y avait de mieux. Parce que oui, depuis hier, je suis accompagné par une magnifique femelle mais pas exactement ce à quoi l'on pense en premier. Elle se nomme Brume et c'est une tigresse à dent de sabre. Géante qui plus est. Dès notre rencontre il y a eu une sorte d'appréciation mutuelle, et je crois que le morceau de viande de haute qualité que je lui ai fait parvenir dans la nuit n'a fait que renforcer ce sentiment. Déposant délicatement ma main sur sa tempe je lui susurrais ces quelques mots :

- Salut toi, bien dormi ? On va faire une petite balade avant le petit déjeuner ?

Elle rugit ou plutôt effectua une sorte de bâillement dévoilant ses énormes canines et toute son impressionnante mâchoire. Elle se releva, bougeant ses pattes une à une et contempla fièrement l'horizon ou comment dire le fond de l'écurie. Une fois debout, elle se révélait vraiment imposante. A ses côtés je ressemblais à un moustique, c'est dire. Nous sortîmes tranquillement pour arriver dans une ruelle assez calme. Nous débutâmes alors un petit tour. De ce que m'avait dit les bestiaires qui l'avaient amenée sur l'île, elle était restée à l'intérieur d'une cage dissimulée par un drap et n'avait donc rien vu dans cette ville. Cela me paraissait donc être une bonne idée de la lui faire visiter, en prenant soin d'éviter la ville-basse qui, il fallait le dire, demeurait assez hideuse.
Sentant mes jambes qui vacillaient, probablement dû a un excès d'alcool encore présent dans mon sang j'eus une idée.

- Dis-moi ça te dérangerait si je montais sur ton dos ?

Brume descendit rapidement son dos en pliant ses pattes arrières pour me faciliter la petite grimpette. Je m'apprêtais à l'enjamber quand une voix vint attirer mon attention.

- Hey ho hey ho hey ho, disait un petit homme en short rouge avec un débardeur blanc et un haut de forme rouge lui aussi. Monsieur, Moooooooooonsieur.

Arrivé à ma hauteur, il prit une grande inspiration avant de faire un petit son de réussite comme un Tadadadadaaaaaa en accentuant particulièrement la fin sur les aiguës.

- J'ai une lettre pour vous, tenez
, m'expliqua-t-il en me tendant le papier.
- Ce doit être une erreur, je n'attends aucun courrier, répliquais-je immédiatement.
- H-A-L-F-K-E-N, D, L-O-T-H-B-R-O-K c'est bien vous non ?

Un peu surpris, je pris la lettre, l'ouvris et en lis le contenu. Un certain capitaine Salvicrus Rey me faisait part de son arrivée imminente et par conséquent de la cargaison qu'il transportait à Yakoutie Island. Oula, non, pas « une » cargaison, « ma cargaison ». Quelle cargaison ? Je n'attendais absolument rien pour autant que je sache. Ce petit événement inattendu fit ressurgir de ma mémoire un autre événement que j'avais oublié depuis longtemps déjà ? A l'époque, j'avais retrouvé un message, s'adressant à moi, dont le contenu devait s'approcher de ceci :


Cher Halfken D. Lohtbrok,

J'espère que tu as été sage car je dois en ce moment redoubler d'effort pour faire parvenir en temps et en heure les cadeaux de tout le monde. Heureusement, une bande de lutins acharnés est là pour m'assister dans mon dur labeur.

J'ai bien évidemment pensé à toi, et je t'ai réservé quelque chose de très particulier. J'espère que tu sauras en apprécier la juste valeur.

PS : Fais-en bon usage.


En bas à droite du papier, un bonnet de laine rouge se terminant par un pompon blanc semblait servir de signature à l'épître. J'avais jeté le papier, pensant avoir affaire à une farce. Cette cargaison avait-elle un rapport avec ce qui s'était passé à l'époque ? Je l'ignore mais je comptais bien le découvrir. Alors tout en montant sur Brume, je lui indiquais notre prochaine destination :

- Direction le port, Brume, on a un bateau à prendre.


Dans les docks, j'avais demandé à Brume de rester un peu en arrière pour éviter d'effrayer les capitaines sur les quais. Au bout de quelques minutes, je finis par en trouver un qui faisait escale sur Yakoutie Island. Quelques berrys suffirent à ce qu'il accepte de nous embarquer, moi et « un animal de compagnie » avais dis-je sans trop de précision. Quand il vit la bête sur son navire il changea de couleur et parut nettement moins enthousiaste. Trop tard ! Je vins m'asseoir contre une caisse sur le pont, attendant la fin de la traversée. Quelques mains baladeuses tentèrent bien d'alléger ma bourse mais Brume se révélait être un excellent moyen de dissuasion. Son premier rugissement suffit à faire bondir deux mètres en arrière le premier voyou. Le reste de l'équipage décida alors de se tenir à carreau. Décidément, je l'aimais vraiment beaucoup.


---------------------------------------------------------------
(Ivan ;Star ;Nicky ;Kaltac ;Steve ;Budolph ;Carin)
Un peu plus loin, sur un autre navire, des passagers peu communs attendaient patiemment que leur moyen de transport arrive à bon port.. Enfin, patiemment n'était peut-être pas tout à fait le mot approprié.

- J’hallucine, elle nous a fait bouffer du gazon séché. J'mange pas d'la verdure, chui pas une vache moi. Par contre vas-y que c'était une chaudasse quand elle me brossait.

Celui à la parole douce, poétique et mélodieuse c'est Steve. Le chieur du groupe en clair. Et bien évidemment il ne manque pas une occasion de se plaindre.

- Elle était tout à fait charmante, il est vrai. J'espère que l'éclat de son regard viendra encore me caresser.

C'était Nicky. Le dragueur du groupe. Pour quelqu'un de sa profession, il a d'excellentes manières et reste bien plus raffiné que le reste de la bande, son physique bien entretenu en est la preuve.

- Quand est-ce qu'on mange ?

Le ventre sur patte, celui qui a plus de graisse que de fourrure, c'est Carin. Un peu simplet et très gourmet, il porte bien peu d'intérêt à ce qui ne se mange pas.

- Fermez-là. Star, on est bientôt arrivé tu penses ?

La voix était puissante et autoritaire. Celle d'un véritable foudre de guerre, un leader. Ivan dirige la troupe d'un sabot de fer et fume constamment. On se demande d'ailleurs comment il fait pour allumer ses cigarettes...

- Quelques heures. M'est avis que ces humains n'ont pas pris la trajectoire la plus directe. Ils auraient dû laisser Budolph s'occuper de la navigation.

Les deux qui venaient d'être présentés occupaient respectivement le poste de second et de navigateur. Star comprend et parle l'humain couramment, son intelligence transcende le commun et son agilité n'est pas mauvaise. Budolph quant à lui connaît sur le bout des doigts la science de la navigation. Un seul autre renne était resté silencieux. Kaltac. Parfois surnommé de diverses manières par Steve, il n'en demeure pas moins le plus rapide d'entre tous et celui qui maîtrise au plus haut niveau le Soru et le Geppou.

Tous ensemble, ils faisaient route vers Yakoutie Island.


© Len Kagamine - PL:R
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes   Sam 8 Mar - 22:03



Une livraison dans les temps

La nuit avait plongé le Cornellia dans un silence habituel, l'équipage était tout dans les dortoirs, le capitaine dans sa cabine et Cloé dans son lit bien au chaud. Le voyage avait pris une nuit, la rapidité du brigantin avait encore frappé et le froid n'avait pas entravé sa trajectoire. Durant cette nuit paisible, les profondeurs de l'océan étaient en mouvement. Ce n'était pas quelque chose de tragique en perspective, non loin de là. Simplement la vie sous-marine suivait son cours même l'obscurité tombée. Avec la douce lumière de la lune, les monstres marins avançaient dans les flots dans un rythme lent et calme. Il n'y avait aucune perturbation pour ces êtres hors du commun, cette vie était dissimulé tout le long de la journée et apparaît seulement la nuit. Aucune personne n'interférait avec ce spectacle unique. Lentement, le court du temps tirait avantage sur l'univers et la nuit se transformait peu à peu en crépuscule. La chaleur des rayons du soleil réchauffait les voiles et l'ensemble du navire qui semblait reprendre un peu d'énergie. Dans les dortoirs, les matelots étaient encore bien endormis et la fraîcheur matinale ne les aidait pas à les faire sortir du lit. Cependant, c'était pareil pour le capitaine et Cloé. La belle était déjà debout, quelques rayons avaient pénétré la pièce et atteignirent le visage de celle-ci. Elle s'enfonçait dans les couvertures un peu plus, puis en un geste, elle s'étira de tout son corps et laissa des couettes tombaient au sol. Vivement, la peau de la belle frissonnait et elle se mettait les mains sous les aisselles pour les garder au chaud. Elle sortait du lit et se dirigea vers une armoire, avec son pied, elle essayait d'ouvrir la porte de l'armoire et soudain la porte s'ouvrit un peu.

-J'ai réussi !!

Mais avec cet élan de réussite, la porte s'était vite refermée et la belle perdit un peu de sa joie.

-Ok, j'ai compris. Je vais utiliser mes mains...

Elle ouvrit finalement le meuble et prit des vêtements. Elle enfilait des couches et des couches de sous-pull, par-dessus un gros pull, pour le bas c'était simple trois jeans les uns par-dessus les autres avec un gros collant et le tour était joué. La belle avait une mobilité bien réduite et sa démarche avait un certain style qui ne passait pas inaperçu. Elle quittait sa cabine. Une fine couche de neige avait recouvert le pont. Elle se précipitait vers l'avant du navire pour voir les alentours. L'île n'était plus très loin, dans une heure le bateau allait arriver à destination. Le capitaine n'était pas à la barre, il était sûrement encore dans la chaleur des couvertures. Ce froid, les membres du navire n'en avaient plus l'habitude, ils traversaient les blues pour toujours terminer par North Blue. C'était comme une préparation physique à ce climat polaire.
Cependant, il fallait remettre un peu de vie sur le navire. Cloé se dirigea vers la clochette à côté de la salle commune, à l'extérieur et elle la secoua avec vivacité. Le son de cette cloche brisait le calme et les songes des êtres sur le Cornellia. Le capitaine sortait de ses appartements avec fougue, comme si le navire allait couler ou autres.

-Que...
-On arrive bientôt Rey.

Rey avait encore des couettes avec lui, il sortit de sous cette couche une longue vue. En bougeant un peu pour avoir une meilleure visibilité et vue, il allongea l'objet.

-On a été rapide encore une fois !

Il remit la longue-vue à sa taille minimale et la rangea de nouveau on se sait où, sous la couche de vêtements et de couettes. Avec sa grosse voix, il hurla un bon coup. Et comme dans une ruche, les matelots sortaient les uns après les autres des dortoirs. Dans l'activité, les matelots chantaient pour se réchauffer et se donner un peu de motivation. La belle quant à elle, était allée voir les rennes. Ils étaient tous réveillés. Elle donna à chacun une caresse et une accolade. Mais soudain, l'un des rennes commençait à manger les vêtements de la jeune femme. Il engloutit une couche de vêtements de Cloé comme si c'était de la paille.

-Mais ! Il va tomber malade !!!

Elle se débattit pour pouvoir ressortir de la cale en un seul morceau, chacun des rennes avait plus ou moins un problème. Entre un dragueur et un trou noir avalant tout ce qu'il trouve sur son passage, elle avait compris que ce n'était pas de simples rennes. Il y avait quelque chose de plus mystique en eux.
La traversée touchait à sa fin, la procédure d'amarrage avait commencé. Sur le port, un homme attendait. La belle avait réussi à se sortir de la cale, ces bêtes étaient vraiment bizarres et dégageaient parfois une aura de pervers. Lentement le navire commençait à s'arrêter. Les matelots avaient déjà lancé les cordes pour fixer le bateau au port et avaient mis la passerelle entre le Cornellia et le quai.
C'était reparti pour un tour il fallait sortir la caisse et les rennes, ce qui n'était pas une chose si simple en réalité. Les rennes semblaient agités et nerveux, mais le chef du troupeau régla le problème rapidement, ramenant le calme parmi eux. C'était la belle Cloé qui s'était chargé de les faire sortir de la cale jusqu'au port. Le dernier qui quittait le navire était le plus gourmand, pour l'attirer, elle avait pris un vieux boxer usagé d'un matelot et la tactique de la demoiselle avait marché. Sans grande difficulté elle avait réuni les sept rennes. Pour le traîneau, c'était une autre histoire, il pesait son poids et avec la caisse cela n'aidait pas vraiment l'équipage à faire glisser le dernier chargement que le quai. Cloé avait eu une idée, elle voulait utiliser ses capacités pour que la caisse soit plus glissante. La tentative de la belle se solda par un échec, mais un gros. Elle avait mal projeté sa balle et c'était l'équipage qui glissait et tombait comme des mouches. Après cet effort, une partie de l'équipage se dirigea vers la chambre du commerce régulant le commerce ambulant sur les Blues et le capitaine en faisait partie. Il ne restait plus que Cloé pour surveiller la cargaison. Elle se tenait sur la rambarde du navire à observer les alentours. Le froid envahissait les membres de la belle, elle commençait à ressentir une fatigue intense. À force de lutter contre, elle abandonna et laissa sans surveillance les rennes et la caisse. Dans son sommeil, Cloé sentit comme des coups et lentement elle sortait du monde des rêves. C'était le capitaine, il se tenait juste derrière elle. La jeune femme avait dormi environ trois heures.

-Tu ne devais pas surveiller la cargaison?
-Si, je me suis assoupie quelques minutes.

Elle tourna la tête vers la fameuse marchandise.

-Elle est où la caisse et le renne avec le cigare?
-Dis-le nous.

Elle descendit comme une furie vers les autres rennes, ils semblaient comme tous perdus et restaient immobiles. Les planches de la caisse avaient été enlevé, mais le contenu avait disparu. C'était la panique pour la demoiselle, car elle s'était endormie et avait laissé la cargaison sans personne pour surveiller.
Cependant, plus elle observait autour d'elle, elle remarquait des traces étranges. Au niveau de la caisse il y avait beaucoup de marques de pas de différentes tailles, puis vers les rennes, le glouton avait dans sa bouche un bonnet rouge. Les traces suspectes se dirigeaient vers l'extérieur de la ville. Tout indiquait que durant son inattention, un vol avait été commis.

-On a enlevé le renne au cigare et le traîneau en direction de la forêt.
-Tu expliqueras ta théorique au futur propriétaire. Il arrive, regarde!

Un peu plus loin de l'autre côté vers la ville, la silhouette d'un homme se dessinait au loin.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes   Mer 19 Mar - 16:21


Détournement


Feat Cloe ~





Le trajet n'avait pas été trop long. C'est parce que j'avais dormis pendant une bonne partie du voyage, avec un sentiment de sécurité. Brume ne s'assoupissait pas souvent, et dans les rares moments où ses yeux se fermaient, son simple souffle suffisait à faire reculer l'équipage. Arrivé à bon port, je pus découvrir cette nouvelle île. Yakoutie Island possédait un climat assez dur : une couche de neige d'une bonne épaisseur s'étendait sur le sol. L'air s'avérait glacial et les quelque rayons de soleil qui réussissaient à traverser l'énorme couche de nuages gris ne suffisaient pas à réchauffer l'atmosphère. Je vins poser mes mains sur Brume avant de grimper dessus. Après ce petit repos, tous les effets néfastes de l'alcool et je pouvais donc me déplacer sans aucun soucis mais j'avais pris goût à ce petit effet. Une fois sur son dos on se sent plus grand, plus fort. Le monde autour de nous change et paraît minuscule. Le contrecoup c'était que passer inaperçu au milieu de la  foule devenait légèrement plus compliqué.

A présent je devais récupérer mon bien. Sauf que, je n'avais strictement aucune idée de sa location. Du coup Brume s'avançait dans les rues en espérant tomber dessus. De mon côté j'observais avec attention les marchands qui siégeaient de part et d'autre de la voie. Un vieil homme vendait des chemises noires avec un petit logo en son centre « I love Nak », étrange. J'entendis alors un son peu agréable, une sorte de gargouillement qui provenait de mon estomac. Logique étant donné que je n'avais presque rien avalé depuis mon voyage en mer. Je m'arrêtai donc à la première auberge. Comme toute bonne auberge en cette heure de la journée, elle était pleine à craquer et le bruit conjugué de tous les clients agressaient fortement mes tympans. D'une voix forte pour couvrir le brouhaha ambiant, je passais une petite commande au tavernier :

- Hola voisin, un morceau de viande et un grand bol d'eau pour Brume et le repas du jour pour ma part.
- Tout d'suite, mais qui est Brume ?
- Vous la reconnaîtrez, elle attend à l'extérieur.

Attendant la préparation de mon plat, je fus interpellé par une bande de marins. Ils portaient les attraits physiques typiques du bon vieux capitaine, un costume bleu, une barbe bien fournise et de grosses chopines. Je connaissais bien la mentalité de ces gens, et ils connaissaient souvent tous les ragots qui traînaient en ville, si quelqu'un pouvait me renseigner, c'était bien eux. Je vins décoiffer mon chapeau de paille avant de m'approcher de leur table. Je pris alors un ton totalement différent pour les amadouer.

- Bien l'bonjour la compagnie, moyen que vous m'fassiez une p'tite place ? J'ai un p'tit soucis et j'pense que quelques loups de mer me s'rait bien utile.

La petite compagnie se retourna promptement un peu intrigué par cette approche avant que l'un décide de prendre la parole.

- Y f'rait beau voir qu'on accepte pas quelqu'un qui soit habitué au langage d'marin. Pas vrai Crookes ?

Le destinataire de la question acquiesça en buvant une partie de sa chope.

- Qu'est-ce qui s'passe, racontez tout m'sieur...
- Halfken. Eh ben v'la qu'j'ai reçu un papier m'indiquant une cargaison sur cette île, mais pas moyen de savoir où ?

Celui qui restait silencieux jusqu'à présent eut soudainement un sursaut dans les yeux, comme une idée lumineuse qu'il se pressa de partager.

- A cinq minutes d'ici, ya le bâtiment de la chambre du commerce. Pas mal d'choses transitent là-bas, vous devriez y j'ter un coup d'oeil.

Il suffisait de demander comme on dit. Ça me semblait être le bon endroit pour commencer mes recherches, je les remerciai chaleureusement toujours avec ce langage un peu spécial tout en leur payant une tournée. Je revins m'asseoir au bar pour déguster le repas préparé. C'était une sorte de bouillie épaisse avec du lard et du fromage, pas très goûteux, mais ça avait le mérite de bien remplir l'estomac. Je sortis quelques pièces de ma bourse que je laissai sur le comptoir avant de me diriger vers la sortie. Brume m'attendait sagement, tout en se léchant les babines. Tout indiquait qu'elle s'était régalée.

La bâtisse fut facile à trouver ! Au cœur du centre-ville, elle dominait le paysage. Le bois qui la composait semblait riche et bien entretenu, la forme, elle, restait simple mais raffinée. En regardant la porte, je compris rapidement qu'elle ne permettrait pas à ma douce compagne de rentrer. Je lui fis un petit signe en bougeant la main pour lui indiquer de m'attendre. La seule réponse que je reçus fut un regard sévère, cela ne lui plaisait pas vraiment d'être à l'écart. Je soupirais en poussant la porte d'entrée. A l'intérieur, de nombreux guichets s'avéraient présents. Certains s'adressaient aux professionnels qui venaient prendre des sortes de missions commerciales, d'autres venaient probablement ici pour signaler l'arrivage d'une marchandise. Finalement, une ou deux files étaient réservées aux civils. Je suivis l'une d'elle qui me mena rapidement au guichet.

- Bonjour, j'aimerais savoir si une cargaison au nom d'Halfken D. Lothbrok a été enregistrée ici.

La femme blonde entre deux âges consulta quelques relevés et elle hocha vivement la tête, a priori la personne chargée de mon colis venait justement de signaler son arrivée quelques minutes auparavant. Je devais me diriger directement vers le port, à un endroit assez éloigné de là où j'avais débarqué. De plus en plus excité par les événements, je pris à peine le temps de dire au-revoir avant de m'élancer sur Brume. En peu de temps grâce à la vitesse impressionnante de ma monture, nous arrivâmes à l'endroit où se trouvait un navire. Des hommes attendaient devant une magnifique jeune fille rousse.

- Enchanté voisins et voisine, il semblerait que vous ayez convoyé quelque chose m'appartenant ?



-------------------------------------------------------------
(Ivan ;Star ;Nicky ;Kaltac ;Steve ;Budolph ;Carin)

- Ennnnnfin libre. C'était chiant la caisse sérieusement. Heureusement qu'on avait une demoiselle attitrée.
- Il est où Carin ?

Ledit personnage sortit calmement du bateau en suivant un vêtement plutôt dégoûtant mais qui semblait avoir une saveur culinaire que nul autre ne saurait apprécier.

- Mchui là.

Sa voix était déformée de par son repas opportun. Tous les marins avaient abandonné le navire et seul restait la charmante Cloe qui devait surveiller le navire ainsi que sa cargaison. Grave erreur, car  accroupi sur un toit enneigé quelques personnes mal intentionnées attendaient une opportunité.

C'était le ninja rouge et ses sept bonhommes de neige.
En un clin d'oeil et à l'aide d'une agilité impressionnante ils s'emparèrent d'Ivan, le chef, tout en le ficelant. Les autres rennes ne purent pas faire grand-chose face à cette situation qui s'exécuta avec une rapidité extrême. Ainsi, la brigade se dirigeait vers leur repère au cœur de la forêt. Pourquoi s'étaient-ils contenter de prendre le chef ? Là demeurait toute la question.


© Len Kagamine - PL:R


HRP: Désolé pour le retard,entre mon absence à l'armée et la rentrée scolaire, j'ai pas eu beaucoup de temps à moi, bonne lecture !


Dernière édition par Halfken D. Lothbrok le Dim 23 Mar - 22:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes   Mer 19 Mar - 19:26



Un village étrange dans la forêt

Le crime avait eu lieu. Le chef des rennes et le traîneau étaient amenés à l'extérieur de la ville. Les malfrats qui avaient sévi, étaient au total huit individus : le leader un ninja vêtit de rouge et blanc et sept bonshommes de neiges. Le but de ce vol honteusement exécuté, était encore inconnu à ce jour. N'ayant laissé aucune lettre du pourquoi du comment sur la scène de crime, il était clair qu'il fallait régler cette affaire au plus vite. Ce gang peu ordinaire était bien déterminé à ramener leur butin dans leur repaire. Au nord de la ville portuaire, il y avait une très grande forêt de pinaceae. La masse dense et verte avait subi les intempéries de l'île. Sur le sommet des sapins, un voile blanc s'était fixé et ne bougeait pas d'un pouce. Plus le gang du ninja bicolore avançait dans cet écosystème particulier, plus l'environnement devenait étrange. Les conifères étaient habillés de guirlandes multicolores et de boules lumineuses. Des maisons avec des façades aux motifs hivernaux de couleur vert, rouge et blanc jonchaient un chemin en pavé rocailleux. C'était une seconde ville. Le groupe d'individus était acclamé en héros par des êtres tout petits, pas plus grand qu'un enfant de dix ans. Une certaine tension régnait toute de même car des grands bonhommes de neiges armés de matraque en sucre d'orge ou autres, semblaient maintenir l'ordre. Le ninja était plus grand que la population et assez athlétique. Il avançait d'un pas assuré, sans ne faire aucun bruit dans l'épaisse couche de poudreuse et les sept autres gardes qui suivaient l'homme, avançaient machinalement. L'homme bicolore semblait comme gêner par la barbe qu'il portait. Il se grattait le visage et enleva le bonnet à pompon de sa tête. Il retira sa fausse barde et s'installa au milieu de la foule.

-Mes chers amis. Nous avons réussi ! Il sera bientôt l'heure de se mettre en marche vers le port et commencer l'opération.

Le renne fut amené aux pieds de ce chef charismatique. Les gardes avaient du mal à maintenir l'animal. L'un des bonshommes de neiges frappa le renne dans le museau pour le calmer. Le shinobi continuait son discours.

-Avec ce renne, on deviendra reconnu et craint sur North Blue !

Des petits poings se levèrent en l'air et des voix acclamaient cet homme si sûr de lui. D'un geste délicat et féerique il sauta dans les airs comme par magie et finit sa course sur le dos du renne. Les sept gardes conduisaient leur chef vers une demeure immense. Entre statuts de glace et ornements divers, ce lieu avait été conçu pour vénérer cet homme. Dans son global, c'était une forme de narcissisme qui était à son comble. Ce village particulier commençait à se préparer pour une opération militaire. Chaque villageois s'équipait avec des armes et des vêtements bien visibles, même les bonshommes de neiges changeaient leurs équipements. Ils changeaient leurs nez carotte par un nez canon, leur bouton était des boules de canons, leur chapeau était un casque en métal et seul l'écharpe ne changeait pas. L'armée des Armed Swonmen était enfin prêts tout comme celle des Armed Sprites. Le chef des opérations, ce shinobi était en pleine préparation de son apparence. Des petits lutins féminins aidaient l'hommme à s'habiller et à préparer le renne pour l'assaut. Sur les bois du renne étaient enroulés des guirlandes rouges et verte, sur son dos il y avait un harnais avec des clochettes et des gravures blanches en forme d'étoiles. Cependant, le ninja apporta sa touche finale sur le rangifer tarandus. Il avançait vers l'animal une main dans une poche. Plus il se dirigeait vers le renne et un sourire malicieux se dessinait sur son visage.

-Voilà pour toi ! Un joli nez de clown lumineux !

Cet homme avait mis l'objet sur la truffe du pauvre renne sans défense.

-----------------------------------------------------------

Sur le port, l'ambiance était plus tendue. Cloé devait expliquer son manque d'attention au client. Le capitaine continuait à faire toute une scène à la jeune femme, mais celle-ci ne semblait pas écouter le vieil homme. Elle secoua la chevelure rose dans le vent hivernal. La silhouette de l'homme était vraiment immense au loin, Cloé se dirigeait vers elle. Elle savait quoi dire pour le client et puis avec un sourire ou deux, elle était sûre d'être pardonnée. Elle marchait rapidement dans la neige et distingua la forme d'une masse poilue et animale se dirigeait vers elle. L'habitude de la jeune femme reprit possession de son corps. Elle chuta et glissa sur les fesses sur la pellicule enneigée. Elle ne s'était pas encore habitué à ce climat polaire. La belle et charmante demoiselle continua sa glisse et cogna contre l'une des pattes de la bestiole. La frêle femme leva sa tête et vit un félin énorme avec une corpulence très musclée et dense. Par simple réflexe de défense et peur, le corps gracieux de Cloé se reculait d'une dizaine de mètres en arrière.

-Alors le client est une espèce de tigre géant !?

Cloé restait à terre avec une expression de surprise inscrite sur son visage. Elle observait l'animal avec curiosité. Elle se posa des tonnes de questions et quelques-unes échappèrent de la caboche de cette pauvre naïve demoiselle.

-Je serais qu'un biscuit apéritif, vais-je finir entre ses crocs ? Et moi qui pensais vivre jusqu'à avoir des cheveux blancs. Est-ce la fin pour l'équipage du Cornellia ? Avec ma bêtise, ils vont finir également dans son l'estomac à ce monstre carnivore...

La poigne du capitaine releva sa protégée qui semblait tétanisée et congelée. Rey commençait à taquiner la jeune femme.

-Je me demande comment dans ton petit cerveau, tu arrives à de tels conclusions.

Salvicrus aimait charrier sa petite fleur pour sa naïveté et son manque de logique à certains moments. Mais l'ambiance reprit son sérieux quand l'homme dirigea son regard vers une silhouette humaine non loin du tigre géant.



Dernière édition par Cloé Bellavi le Mar 1 Avr - 12:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes   Lun 24 Mar - 22:58


Détournement


Feat Cloe ~





(Ivan ;Star ;Nicky ;Kaltac ;Steve ;Budolph ;Carin)

Le soleil demeurait haut dans le ciel et il réchauffait mon dos avec vigueur. Par contre, il devait très certainement aveugler la petite bande de marchands devant moi. Impression qui s'est très vite accentuée quand la jeune fille s'affaissa par terre, non s'en avoir reculé de plusieurs pas. Son visage semblait terrifié. Je siégeais magistralement sur Brume, ce qui avait ses bons côtés, mais dans le cas présent je crois bien avoir créé un petit quiproquo ! Je descendis alors de ma monture, atterrissant sur les pavés gelés. Brume plia instinctivement ses pattes arrières pour s'asseoir confortablement sur son postérieur tout en fixant le groupe. Un homme assez vieux rassurait la demoiselle, l'aidant bien évidemment à se relever. Avec toute cette agitation, elle avait complètement ignoré ma question et je me retrouvais donc un peu embarrassé, expression que j'accentuai en me grattant vigoureusement le derrière de ma tête. En plus des personnes présentes, six rennes et une caisse en bois attendaient entre le quai et la route. Dans le message il était clairement marqué « sept rennes », plutôt étrange. Je vins saisir la caisse en bois en l'entrouvrant pour zieuter l'intérieur. Il y avait un beau traîneau, mais aucun renne. Dommage. M'adresser aux transporteurs fut ma première réaction, mais quelqu'un d'autre prit la parole.

- Alors écoute, on fera les présentations plus tard. Tout laisse penser que tu es notre nouveau maître cependant on vient de perdre notre leader. Un espèce de ninja vêtu de rouge et de blanc et à l'accoutrement ridicule vient de s'emparer d'Ivan. Ceci bien évidemment grâce à la surveillance sans pareil de la charmante Dame qui n'aurait de toute façon pas fait grand-chose même réveillée. Bref, toujours est-il qu'on va devoir le récupérer, la question étant vas-tu nous aider ?

Un renne assez svelte et aux cornes élancée venait de s'adresser à moi... un renne ?

- Un renne qui... parle ?
- Tu en as d'autres à balancer des évidences du genre ? Et si tu te concentrais plutôt sur ce que je viens de te dire. Au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, c'est urgent.

D'accord, donc mettons de côté le fait que j'entame une discussion avec un animal qui vient de se moquer allègrement de moi et penchons-nous sur le réel problème. Je n'ai pas pour habitude de me mêler des affaires d'autrui, qui plus est quand il s'agit d'un enlèvement mais dans le cas présent ces rennes semblaient être un cadeau très précieux, et en aucun cas je ne les laisserais de cette façon, seuls et désespérés.

- Au temps pour moi. J'ai pas mal d'interrogations qui trottent dans ma tête, mais j'imagine que je vais devoir les garder pour plus tard. Vous avez un plan ? Enfin... vous êtes tous capable de réfléchir ?
- Ah ces humains... dit-il avec un ton condescendant, écoute, tout ce dont tu as besoin de savoir c'est que je peux communiquer avec toi. Budolph là-bas s'occupera de nous trouver une route à travers la forêt, c'est dans cette direction que les empreintes se dirigent.

Donc en résumé : aucun plan. On fonce à l'aveuglette en plein milieu de nulle part. L'anxiété, la précipitation et surtout le manque de chef  dans le groupe avait sûrement provoqué cet excès de zèle. Je le comprenais, et je fis alors signe à l'équipage du navire marchand :

- Je vous laisse, s'il y a de la paperasse à remplir, on verra ça plus tard !


Dans un tonnerre de sabots et de pas déterminés, notre communauté s'éloignait du port en direction de l'étendue boisée recouverte de grains blancs. En observant mes nouveaux compagnons, je m’aperçus rapidement que leur vitesse de course dépassait grandement la mienne. J'effectuai alors un saut pour atterrir sur le dos de brume, qui part son agilité et sa taille, tenait sans peine le rythme des forcenés.

-------------------------------------------------------------
Ivan

Cet enfoiré. Jamais vu quelqu'un se déplacer à une telle vitesse en conservant une discrétion parfaite. Mes yeux ne purent suivre son mouvement malgré le fait que je sois habitué à repérer le plus rapide d'entre nous : Kaltac.  Impossible de me défaire, je dois avoir un larbin sur chacune de mes pattes. En forçant, j'arrive à  marquer le sol, un signe qu'ils reconnaîtront probablement quand ils partiront à ma recherche.  […]

Devenir reconnu ? Grâce à moi ? Ils sont totalement cons. Enfin si ça permet de me faire temporairement vénérer, ça fera gagner du temps. Tss, j'imagine que je devrais porter ce costume totalement ridicule le temps qu'ils arrivent. Ruiner une telle fourrure par des artifices d'aussi mauvais goûts. C'est décidé : une fois libéré ce gang amateur va déguster.




© Len Kagamine - PL:R
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes   Mar 1 Avr - 14:05



Une aide en plus

Le capitaine ne s'était pas trompé, il y avait bien un homme accompagnant le tigre géant. Rey s'avança vers l'homme pour répondre à la place de sa protégée encore sous le choc. Le capitaine essayait de prendre une posture imposante et de montrer sa force à l'homme. Mais face au tigre, le capitaine se sentit légèrement comme une proie, une petite souris. Cependant, il garda son sérieux pour s'adresser au client en question.

-Nous sommes envoyés en urgence pour vous transmettre votre marchandise. Mais il y a eu un souci à l'arrivée.

Cloé regardait son protecteur parler dans le vide, le client semblait être interpellé par l'un des rennes restants et cela agaça la demoiselle. Elle s'approcha du petit groupe et écouta ouvertement. C'était le renne qui dévoila l'erreur de Cloé et il expliqua la situation à l'homme. Tout allait assez vite. La jeune femme se sentait responsable et voulait proposer son aide, mais à peine qu'elle eût le temps d'ouvrir son bec que le troupeau était parti sur les traces menant à la forêt. Elle se dirigea vers le capitaine.

-Rey...
-Je sais, je sais. Tu veux les aider.
-Merci Rey !

La belle donna un dernier baiser à son protecteur qui lui attacha sa rapière à la ceinture. Il lui donna quelques conseils sur les combats avec un sol enneigé. Elle devait utiliser au mieux ses sens et ses capacités de maudit pour garder un maximum d'équilibre et de stabilité. Cet environnement allait être un nouveau terrain d'entraînement pour la jeune femme. Ici, elle pouvait utiliser ses capacités aussi discrètement et facilement. Elle pouvait se fondre dans la masse en se laissant glisser sur l'entendue glacée.

Cloé restait à bonne distance du groupe, elle pouvait glisser et être à leur portée, mais elle ne voulait pas être découverte maintenant. La demoiselle voulait arriver comme une petite fleur et ajouter sa force au groupe. Plus elle avançait dans l'immense forêt de sapins, plus l'ambiance commençait à changer. Passant d'une étendue boisée classique à celle d'un conte hivernal. La jeune femme ressentait une sensation étrange, d'être observé et suivi depuis bientôt quelques minutes. Elle décida de se rapprocher du petit groupe, rester seule n'était pas la solution. Mais même avec sa capacité de glisse elle ne réussit pas à rejoindre le groupe devant elle, il restait encore une dizaine de mètres devants elle. Elle observa autour d'elle et remarqua quelque chose.

-Je suis observée depuis plusieurs minutes et mes traces sont effacées. Je ne suis pas la bienvenue.

Des petits yeux dans l'obscurité commençaient à apparaître, la demoiselle compta les paires sur sa droite. Plus elle comptait, plus le nombre augmentait. Le groupe devant elle, avançait mais se faissait encercler. La forêt avait complétement changé d'univers laissant place à une fantasie générale autour du thème de noël. C'était d'un mauvais goût, Cloé n'aimait pas trop cette décoration surchargée et l'ambiance qui allait avec. Hors contexte, c'était déplacé et louche. Les lumières aux arbres dévoilaient les formes observants la jeune femme. Des bonshommes de neiges et des petits hommes encerlaient le groupe. La situation était assez tendue. Cloé essayait de glisser de toutes ses forces sur la neige pour diminuer l'écart, mais les individus étranges s'interposèrent.


---------------------------------------------------------------------


Dans le village, l'armée était prête et leur chef aussi. Il commençait à faire un discours sur sa future conquête du village et de sa réussite optimale. Sa force militaire était dans une excitation la plus totale. Quand soudain, un petit homme tira le vêtement du chef.

-Elfdri, Elfdri... On a des intrus dans le secteur 0-1
-Que la troupe présente s'en occupe.

Le chef bicolore balança le petit homme avec un violent coup de jambe. Le petit luttin vola sur une distance de trois mètres dans la poudreuse. Une fois debout, il s'éclipsa dans la forêt. La folie des villageois et celle de leur chef commençaient à augmenter l'énervement général. Le shinobi sourit à son peuple montrant des dents taillés en pointe comme un requin. Ce chef n'était pas simplement cinglé mais dangereux et avide de pouvoir.

-Que le massacre commence !

Le ninja cravacha sa monture pour le forcer à avancer. Autour du chef, quatre bonshommes de neiges armés, aussi fous et dangereux que lui. Tout le village était en retour, à suivre ce chef vers l'objectif : prendre possession du port et du village des humains. Un chant guerre s'envola discrètement, faisant vibrer les coeurs des soldats et nourrissant la motivation de l'armée. Cette force militaire n'était pas sans faiblesse. Les bonshommes de neiges avaient besoin d'un climat polaire pour rester vivant et les petits lutins étaient plus fragiles qu'une nouveau-née, un coup d'épée ou de griffes était suffisant pour les immobiliser.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes   Dim 27 Avr - 21:41


Détournement


Feat Cloe ~





(Ivan ;Star ;Nicky ;Kaltac ;Steve ;Budolph ;Carin)

Je me demandais dans quoi je m'étais fourré avec cette histoire. A y repenser, la lettre que je reçus quelques temps auparavant laissait pleins de mystères derrière elle. Et si cette quête était en réalité un piège, une mascarade destinée à s'emparer de moi ou de mes biens ? La réponse à cette question se trouvait avec Ivan, le chef disparu, et il fallait donc dans tous les cas le retrouver.

Nous avancions rapidement. Parfois les rennes disparaissaient même de ma vue un instant, réapparaissant quelques mètres devant eux. Les pins qui défilaient à toute allure et la neige qui circulait librement dans l'air devaient probablement être à l'origine de ce phénomène pour le moins perturbant. Un petit frisson envahit mon corps quand un flocon se déposa sur mon dos, esquivant par un malheureux hasard mon hakama. Le renne qui avait pris les rennes – ha ha – de l'opération se montrait assez inquiet, son œil chassait constamment le paysage, les muscles de son dos étaient contractés. L'anxiété qu'il dégageait m'atteignait d'une certaine façon et je me mis à le fixer les sourcils légèrement surélevés espérant une explication de l'ampleur de la situation. Il soupira en grognant quelques mots incompréhensibles avant de prendre la parole :

- Budolph a trouvé une piste. A plusieurs endroits il a remarqué les traces de sabot d'Ivan, à intervalles réguliers. Il nous a volontairement laissé une piste. Ce qui m’ennuie par contre c'est que la forêt se meut autour de nous. On est observé et attendu. Et puis il y a cette incompétente qui ne va pas tarder à se frotter à eux.

Ma tête partit violemment en arrière pour découvrir la jeune dame de tout à l'heure ainsi que plusieurs étranges petites créatures. Certaines ressemblaient aux nains de Dwarf  Town et d'autres n'étaient que des empilements de neige... vivants ? Dans tous les cas ceux-ci semblaient agressifs et je ne comptais pas la laisser là sans réagir. Ma main vint toucher le cou de Brume qui comprit immédiatement. Ses pattes se stoppèrent brutalement projetant une montagne de neige devant nous avant de s'élancer dans la direction inverse.

- Restez-là vous autres.
- Pas le temps il faut trouver Ivan. Cette fille ne nous sera probablement d'aucune utilité.

Un sentiment de colère s'empara de mon esprit, un bref instant. Ces animaux dotés d'une intelligence exceptionnelle possédaient une certaine autonomie et réflexion très intéressantes, mais leur libre arbitre permettait de contester des valeurs sacrés comme celle de la vie humaine. Qui plus est quand la femme juste là a probablement pour intention de proposer une aide après son erreur passée. Ma voix se fit alors ténébreuse, presque glaciale, imposant la décision à suivre à tout le reste de la troupe :

- A partir de maintenant c'est moi qui commande. J'ignore qui est l'ennemi mais il est clair que je ne vais pas tous vous laisser partir sans surveillance. Retrouver un Ivan  ne sera pas utile si vous vous retrouvez capturés vous aussi. On fait demi-tour.


A la différence de Brume qui suivait ma volonté sans aucune forme de contestation, mes nouveaux compagnons avaient une idéologie propre ainsi que des envies. Arriver à tout concilier avec ma personne semblait compliqué mais ils firent comme je l'indiquais, pour le moment.
Quand ma monture s'approchait de l'ennemi je pris appui et fit un saut important. Me retrouvant dans les airs je saisis mon fourreau à deux mains avant de retomber brutalement sur le sol. Les adversaires, malgré leur taille, restaient nombreux et les attaques de masse seraient les plus efficaces. Brume se mit à son tour en action avec son agilité et sa puissance, un seul coup de patte suffirait à décapiter n'importe quoi.
Des arbres environnant surgit alors une véritable armée. Certains étaient vêtues d'habits noirs recouvrant même leur visage et portait des épées impressionnantes. Quatre d'entre eux se préparaient à attaquer notre nouvelle arrivante.

------------------------------------------------------------
Ivan

- Elfdri, Elfdri... On a des intrus dans le secteur 0-1

Merde. S'ils viennent me chercher ils n'ont aucune chance. Je suis le seul entraîné au combat ainsi que Nicky à qui j'ai à peine enseigné les bases. Cette bande de débile et leur chef ont beau être des amateurs, ils sont beaucoup et armés. Il essaye de me chevaucher ? Mauvaise idée ça.
Le shinobi se débrouillait bien, très bien même. Pour calmer sa monture fougueuse il n'hésitait pas à se servir du plat de sa lame pour fouetter l'animal. Mais celui-ci montra une résistance à toute épreuve et après un geppou bien exécuté suivi d'un soru, la tête du leader rencontra malencontreusement une énorme branche gelée recouverte d'épines empoisonnées. Ca pique.



Spoiler:
 

© Len Kagamine - PL:R


Dernière édition par Halfken D. Lothbrok le Mer 7 Mai - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes   Lun 28 Avr - 20:36



Un coup de pattes et c'est fini!

Voilà que Cloé était dans une situation bien agitée. Elle était dans des sales draps, si on pouvait dire. Environ une dizaine d'individus encerclaient la demoiselle. Elle cherchait la rapière. Mais dans la précipitation, elle n'avait pas pu prendre l'arme avec elle. Il lui restait donc ses capacités en combat rapproché. En gros, l'esquive et la fuite étaient les seules mouvements qu'elle maîtrisait. Son cœur battait de plus en plus, l'angoisse paralysait ses membres et le groupe d'assaillants commençaient à avancer vers la demoiselle. Quand soudainement, une ombre géante et animale apparut. De la neige volait dans les airs et des cris aigus de petits lutins rythmaient l'action. Cloé avait fermé les yeux pensant que son heure était arrivée. A travers ses doigts gelés, elle ouvrit les yeux et vit un tigre et un homme combattre et réduire à néant les assaillants comme de simples jouets.

L'angoisse ressentit un peu plus tôt se dissipa. La jeune femme se rapprocha des combattants pour essayer de donner un coup de main. Mais n'étant pas une combattante adaptée pour le corps à corps, elle faisait de son mieux pour donner quelques coups sans réel effet. De temps à autre, des lutins essayaient de capturer la belle, mais elle leur glissait des mains. Tel une plume, elle s'aida des adversaires pour se faire un chemin dans cette agitations.
La belle se retrouva en face de quatre hommes en noirs, ils étaient prêts à attaquer la jeune femme. L'assaut était lancé contre Cloé, elle était pétrifiée et tremblée comme une feuille. Sa seule ressource l'esquive. Dans des pas gracieux, elle dansait et évita les coups d'épées des quatre assaillants. L'un d'eux faisait le même enchaînement : balayage - coup direct - revers. La jeune femme utilisa son adversaire si prévisible contre les trois autres.

Cependant, les hommes en noir n'étaient pas des imbéciles. Les trois autres assommèrent leur collègues avant de l'emporter dans l'obscurité de la forêt.
Ses poumons se remplissaient d'un air froid, le visage de la belle était rosée sur le bout du nez et les joues. Malgré la gêne, elle devenait avancer et retrouver son sauveur. Puis elle stoppa sa course, elle n'entendait plus les cris de lutins ou les grognements des bonshommes de neiges. Elle vit venir dans sa direction une immense boule de neige. L'ombre de l'objet commençait à englober le jeune femme. Dans une esquive furtive, la demoiselle esquivait cette masse froide s’écrasait au sol.

-Mais ça ne vas pas la tête ?!!!

Elle regardait ses alliés avec surprise et son visage montrait une expression bien colérique. Elle râlait et continua son chemin avec toute le groupe cette fois. Le rythme s'intensifia d'un coup. La vitesse des rennes et du tigre laissait un gros écart entre elle et le groupe, mais elle ne les perdit jamais de vue. Cloé s'efforçait d'utiliser son pouvoir à son paroxysme. Tout son être était douloureux, cela lui était égal. Elle ne pouvait pas devenir une faiblesse. Elle voulait réparer sa bêtise et retrouver le renne manquant.

La foret était toujours aussi bien décorée. Cloé avait par moment des envies de mettre le feu. Ce manque de goût lui donnait des hauts le cœur. Cependant, une fois encore, ils n'étaient pas seuls. La jeune femme essayait de comprendre ces individus. La première fois, ils avaient interrompus la course du groupe et là, ils les suivaient seulement. Que cherchaient ils à faire? Ces êtres étaient tous entrain d'observer le groupe peu commun. Entre petits rires et des bruits de pas lourds dans la neige, l'ambiance festive se transformait lentement.


--------------------------------------------------

Du côté du ninja bicolore, l'assaut n'était pas totalement lancé. Les troupes étaient en marche. Cependant, avec les récentes chutes de neige, être dans une cadence militaire n'était pas faisable.Les quatre hommes en noirs avaient fuis du combat pour rejoindre les rangs du chef de cette mascarade immense. L'un d'eux se rapprocha du ninja. Il avançait entre ses collègues pour pouvoir établir un rapport sur les ennemies.

- Nous avons un problème...
- Et lequel?
-L'ennemie est plus fort que prévu. Les troupes sont réduites à néant. Mais....
-Mais quoi?!
-Il y a un point faible parmi eux.

Il murmura intimement à son leader les informations. Celui-ci semblait être de plus en plus motivé. Une étrange lueur envahissait ses pupilles. Il fit un signe de la main et l'un de ses gardes du corps supprimant l'homme. Le bonhomme de neige jeta le corps inerte de la petite chose hors de la vue d ninja bicolore.
L'homme ramena ses jambes en tailleur sur sa monture et se balançait  comme un enfant impatient. Ses joues étaient un peu rouge et son visage avait un étrange sourire. Il tira le même garde vers lui.

-Il y a un bijoux au corps humain que je veux. Trouve-le et rapporte-le!

Le garde en question salua son chef et quitta les rangs pour disparaître dans la foret. Le shinobi essaya de chevauchait le renne. Dans un tumulte comparable à un rodéo, les deux êtres se livraient une sorte de bataille. Une lame venait frapper le flan droit puis gauche de l'animal. L'homme semblait s'amuser de cette situation. Cela ne dérangea en rien la manœuvre en cours, les troupes avancèrent dans la direction du groupe. Soudain, comme propulser dans les airs, le ninja et le renne étaient entrain de flotter. L'homme reprit son sérieux et avant même de donner un coup de lame, une branche empoisonnée heurta la nuque du chef. Le corps de l'être bicolore quitta sa monture avant de rencontrer le sol gelé. Ces gardes du corps essayaient de menacer le renne avec des armes. Des petits lutins soulevèrent leur chef pour l'installer dans une luge trois fois trop petit pour l'homme. Les premiers soins étaient donnés, mais cela stoppa le cortège durant quelques heures. Cette armée était à cinq kilomètres de leur village.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes   Sam 10 Mai - 23:06

Je précise pour le noteur qu'il y avait eu un quiproquo dans le précédent post de Cloe et qu'elle a donc du édité, et avec son absence elle n'a pu le faire qu'il y a trois jours. Donc ce post n'a en réalité que trois jours de délai ~



Wounded


Feat Cloe ~





(Ivan ;Star ;Nicky ;Kaltac ;Steve ;Budolph ;Carin)

Dans un mouvement impressionnant la rousse esquiva l'offensive fulgurante des quatre assaillants les laissant déstabilisés et complètement abasourdis.  L'un d'eux réussit pourtant à reprendre le contrôle assez rapidement en tentant un enchaînement redoutable sur la fille innocente. Mais elle contra à nouveau cette attaque et utilisa le corps du guerrier contre ses coéquipiers. Ces derniers décidèrent donc de se replier rapidement, assommant au passage le plus véloce d'entre eux avant de s'enfoncer plus loin dans la forêt enneigée.

Me concernant, j'avais défait plusieurs d'entre eux qui gisaient inconscients sur le sol. Brume avait bien évidemment fait de même, sans les tuer bien entendu, elle savait que je détestais cela. Les rennes présents avaient utiliser une technique étrange pour se mouvoir à même l'air. Ils sautaient constamment et renversaient de la neige sur nos opposants qui se retrouvaient engloutis sous des montagnes blanches. Tout allait bien jusqu'au moment où en espérant démolir quelques-uns des ninjas, une énorme boule venait s'écraser en direction de la rousse. Cette dernière ne manqua pas de faire savoir son mécontentement en criant sans réellement viser les rennes mais plutôt la troupe en entier. Conscient de la certaine réticence de Star à l'égard des humains, je décidai de m'excuser à sa place.

- Désolé, ils cherchaient juste à t'aider, ils feront plus attention. A priori, tu sais te battre hein ?


Les mots étaient tournés sous une forme interrogative, mais je me doutais bien de sa réponse. Jusque là, elle avait montré des capacités défensives assez impressionnantes, et j'étais persuadé qu'elle n'irait pas jusqu'à nous suivre si elle ne savait pas prendre soin d'elle-même. Enfin, je l'espérais...

Tandis que les derniers fuyards s'empressaient de quitter les lieux, j'observai la scène du combat. Les accessoires des élémentaires de neige étaient dispersés un peu partout, tout comme les capuches vertes de certains lutins ; Un vrai capharnaüm qui rendait ce bosquet déguisé encore plus coloré. Je n'étais pas pour autant heureux. Je détestais la violence et en voulant nous suivre la jeune fille m'avait forcé à entamer les hostilités. Je m'apprêtais à lui en faire part jusqu'au moment où je vis cinq rennes regroupés en cercle. En quelques pas je pus voir et comprendre la raison de ce regroupement. L'un d'eux, le plus imposant, agonisait au sol avec un épieu de glace de la taille d'une poutre plantée en plein dans on abdomen. Mes mains vinrent dégager le chemin et je m'accroupis pour écouter son rythme cardiaque. Mais avec les pleurs et chagrins de ses compagnons, impossible d'entendre le moindre battement. Brume le comprit rapidement et émit un terrible rugissement qui laissa le reste du groupe pantois. Je reposais alors ma tête contre son torse. Le battement était lent très lent, mais pas irrégulier. Cela voulait dire que le système cardiaque n'avait probablement aucun dommage. Malgré cela, les litres de sang qui commençaient à se déverser restaient le véritable problème. D'une voix forte et autoritaire j'ordonnai ceci :

- Star, dis-leur de ramener …
- Carin.
- Carin, repris-je, en ville et de trouver un médecin au plus vite, il faut stopper l’hémorragie. Ils ne seront pas trop de quatre pour le soulever. En ton absence et celle d'Ivan, ce sera Budolph qui commandera. Toi tu viens avec moi, j'ai besoin de toi si je retrouve Ivan pour communiquer.

Il ne daigna même pas contester mes paroles, il savait probablement que c'était la meilleure des choses à faire pour le moment et se contenta de retranscrire à ses camarades mes indications. Ceci fait, les quatre élus se mirent en position et je déposai le blessé sur leurs dos. Ils partirent à une vitesse impressionnante, laissant une impressionnante traînée de poudreuse derrière eux. Je remontai alors sur Brume et nous partîmes en direction des empreintes, sans même prendre en compte de discuter avec celle sans qui tout cela ne serait jamais arrivé. Non pas par rancœur mais parce qu'à présent, le temps était compté.

------------------------------------------------------------
Ivan

Ça l'a bien calmé ce coup. Tu m'étonnes, je n'ai jamais vu un tel idiot qui pensait pouvoir me maîtriser. Enfin, maintenant il faut que j'aille prévenir les autres, s'ils comptent attaquer le village il faudra avertir le maire ou une saleté du genre. Mais ces arbres... depuis qu'ils les ont redécorés je n'arrive pas à me repérer, c'est trop lumineux. Oho mais ce ne serait pas Star ? Et c'est qui eux ? Et où sont passés les autres ? Pas le temps, faut que je lui dise toute façon, j'espère qu'ils n'ont pas fait de conneries en mon absence...



© Len Kagamine - PL:R


Dernière édition par Halfken D. Lothbrok le Lun 12 Mai - 20:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes   Lun 12 Mai - 19:43



La situation se dégrade

La jeune femme avait avancé sans trop se soucier du reste du groupe. Après qu'elle minute, elle se retourna et vit un attroupement autour d'un renne. Cloé s'avançait lentement, elle n'osait entrer dans ce cercle fermé. Elle se tenait à l'écart et regardait le champ de bataille. L'homme avait complimenté la belle pour son exploit dans cette petite confrontation. Si elle devenait aidée à sauver le renne manquant, il lui faudrait des armes. Comme un rapace, elle fouilla un peu partout.
La demoiselle trouva une sorte de ceinture avec des pommes de pin et des sortes d'aiguillons tout autour. Sa curiosité lui piqua et elle utilisa une pomme-de-pin. Celui au contact d'une surface, explosa. Elle sursauta et puis retira un aiguillon de la ceinture avant de le lancer contre un trou d'arbre. Il s'enfonça profondément dans l’écorce. Cloé fut étonnée et surpris par des armes si peu conventionnelles.  
Elle continua ses recherches. Elle cherchait une sorte d'épée ou une arme blanche avec laquelle elle pourrait se défendre. Comme un bâton de sucre d'orge, elle cogna son pied sur l'objet tellement recherché. La jeune femme retira l'arme  et commença à l'utiliser. L'équilibre n'était pas parfait mais suffisant pour se défendre en cas de besoin. La belle s'exerça avec quelques passes dans les vides.
Ses passes formaient un cercle autour de l'attroupement. Même si ce n'était que temporaire, l'ennemi pouvait encore être dans le coin. Elle entendait quelques mots de la conversation et resta toujours à l'écart.
Les minutes défilaient et le temps semblait prendre une autre tournure. Un vent froid venant du nord balayait la fine couche de neige créant une danse aérienne qui prenait vie. Cloé avec des yeux brillants, était émerveillée par un tel spectacle. Au même moment, le tigre géant avait engagé une nouvelle marche. La demoiselle ne comprenait pas vraiment la situation, mais elle suivit l'animal avec son maître.
Le souffle froid de mère nature commençait à ralentir la demoiselle, sa glisse ralentissait de plus en plus. Elle observait impuissante, le tigre se mouvoir rapidement dans cet environnement. Voilà ce qu'elle se disait, elle n'était qu'un boulet essayant de se racheter. Sa voix fit briser la calme polaire.

-Ne me laissez pas seule !

Le vent s'arrêta au même instant et une masse enneigée tomba d'une branche. La jeune femme s'efforça d'avancer. Cependant, l'effort prit le dessus. Elle trébucha et glissa. Sa course fut arrêtée par une ombre noire. Quand elle leva les yeux, le visage de l'individu était caché et d'un geste rapide il assomma la demoiselle. Dans un grognement bizarre, une immense glacée emporta la demoiselle.


-------------------------------------------------------------------


Pendant ce temps, les lutins soignaient le shinobi. L'homme se révéla lentement. Son esprit était encore dans des brumes profondes. Le regarde de l'homme avait changé, celui-ci était devenu plus sombre. Il regarda autour de lui et réalisa un fait : le renne s'était échappé. Dans une rage immense, le ninja déversa sa colère sur tout ce qu'il pouvait se trouver à cet instant.  Par simple folie, il avait décimé son armée. Il ne resta plus que ses gardes du corps et quelques valeureux survivants. L'homme fit signe à l'un des survivants.

-J'avais demandé qu'on me rapporte quelque chose. Où est-il ?
-Je ne sais pas, mon seigneur.

Le chef tapota l'épaule du petit être avant de le poignarder au niveau du côté droit. La cruauté de cet être n'avait pas de limites. Comme un enfant capricieux, il fallait toujours lui dire oui à ses moindres caprices. Le groupe envoyait chercher sa requête était de retour. Le chef s'avança un peu maladroitement, il était encore endolori par les derniers événements.

-Vous voyez ce que vous m'obligez à faire ? Avec votre lenteur, j'ai tué encore quelqu'un.
-Pardonnez-nous, maître.

Cloé était emballé dans une sorte de paquet cadeau. Ses liens ne lui résistèrent pas longtemps, mais elle ne trouva aucune faille dans sa prison. Tout était sombre, elle pouvait entendre les voix et l'extérieur. Des pas lourds se dirigeaient vers elle. Son cœur battait vite, elle commença à être paniquée. Rapidement des petits trous firent leur apparition dans cette cage. Elle se rapprocha et vit un œil rouge sang. D'un geste rapide, elle se recula. Maintenant on l'observait, un homme plus précisément. Des bruits étranges encerclaient la belle. La personne semblait prendre de plaisir à observer Cloé. Soudain, elle sentait un doigt caresser sa peau. Elle poussa un cri aigu.

-Hurle, vas-y. Continue mon petit bijou.

Les bruits semblaient traduire encore plus d’excitation chez le ninja bicolore. Il n'oublia pas l'histoire avec le renne pour autant. Il partait en direction du village avec son présent qu'il tortura par des gestes déplacés.


Dernière édition par Cloé Bellavi le Ven 30 Mai - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes   Sam 24 Mai - 0:54


Détournement


Feat Cloe ~





(Ivan ;Star ;Nicky ;Kaltac ;Steve ;Budolph ;Carin)

Arrivé de nulle part avec une vitesse prodigieuse, un nouvel animal se présentait à moi. Ses bois étaient les plus grands que j'avais vu ; ils avaient entre autre de nombreuses scarifications plus ou moins réparties. Il s'avança confiant en direction de Star avant de brailler avec lui avec vivacité. Quand ils eurent fini leur échange, Star s'adressa à moi avec une certaine anxiété dans sa voix :

- Alors... Hem...
- Halfken, c'est ce que tu cherches ?
- Voilà, donc je te présente Ivan, cavalier du blizzard, chef incontesté de notre groupuscule.

En signe de révérence, je penchai légèrement la tête, tout en maintenant mon regard fixé dans les yeux du leader. Les siens semblaient emplis de dégoût et pourtant il fit de même, avançant sa patte avant droite pour lui permettre un tel mouvement.

- Tu verras qu'à côté de lui, je suis un véritable défenseur des humains. Mais il sait et s'est toujours plié à l'autorité et c'est pour ça qu'il est celui qui nous dirige. Bref, je lui ai expliqué notre situation ainsi que ton « identité » si je puis dire, sachant que je ne connaissais pas ton nom. Il est prêt à faire comme tu le désires mais il y a deux choses dont il m'a fait part. La première c'est que le ninja, celui qui avait réussi à l'enlever, est en route avec une assez mince armée – selon ses dires – vers la ville et qu'il compte faire du dégât. A priori, le chef en lui-même est déjà bien amoché grâce à une de ses attaques qui lui a permis de venir jusqu'à nous. La deuxième chose c'est qu'il a vu un ennemi s'emparer de la fille de tout à l'heure ; le ravisseur rentrait vers l'armée en marche.

Que faire... Je devais stopper l'armée, c'était une certitude. Si autant d'ennemis débarquaient en ville, une énorme mêlée démarrerait et les pertes seraient nombreuses. Non, je devais l'intercepter avant. Retrouver l'étourdie qui venait de se faire capturer ne rendait cette logique que plus évidente.  Éviter le combat, cela risquait d'être compliqué en revanche, surtout si ces rennes m'accompagnaient.

- Star, Ivan. Je vais m'occuper de la suite. Rejoignez les autres et attendez-moi là-bas.

Ils s'exécutèrent après que Star eut traduit le message. Brume qui restait immobile depuis tout à l'heure me regardait d'un air interrogatif, comme pour savoir si elle devait aller avec eux.

- Non, pas toi Brume, il va falloir se dépêcher si on veut les intercepter et puis on pourrait bien avoir un blessé à transporter...

Aussitôt dit, je montai sur elle, et nous partîmes dans la direction de la venue d'Ivan. Le voyage paraissait horriblement long, Brume mettait pourtant tous ses efforts pour maintenir un rythme conséquent mais un vent glacial fouettait sa fourrure épaisse et la plupart des bourrasques la déplaçaient constamment vers la gauche. Aussi, elle compensait en courant avec un angle légèrement tourné vers le côté opposé. Pour ma part le blizzard qui commençait à faire rage ne m'atteignait strictement pas malgré des vêtements très légers. Ma vie antérieure m'avait suffisamment enseigné la morsure du froid à un tel point que je pouvais à présent totalement l'ignorer. La tempête décrite ici ressemblait à un beau jour d'été pour un habitant du Fjord, mon île natale. Pour ceux qui ne seraient pas habitués, les décorations et diverses lumières étendues un peu partout dans l'étendue boisée réchauffaient un peu l'ambiance même si leur beauté et la cohérence des couleurs restaient amplement discutables. Au bout d'un moment, des sons se firent entendre, d'abord lointain et puis de plus en plus près ; tout d'abord d'innombrables pas, puis des grelots, des sonorités boisées et parfois quelques tambours. Marchant calmement, les mains détendus, le visage reposé mais avec une attention vive et capable de réagir à tout moment, je m'avançais au milieu de l'étendue blanche après être descendue de ma monture majestueuse. Un poing se leva, et tout le convoi s'arrêta, avec en son centre un traîneau où trônait un individu. Couvert de blancs et rouge et portant des bottes plus grandes que soi, il était ridicule. Tandis qu'il se mit debout avec indignation, je pris la parole avec un certain mépris :

- Relâche la fille et abandonne ton attaque, le sang n'a pas besoin de couler dans cette ville. Si tu tiens tant que ça à dégainer ta lame, alors affronte moi.

La seconde d'après, il avait sauté et se tenait dignement en face de moi, à quelques pieds de distance. Il sortit un tissu blanc et le jeta en l'air, et avant qu'il n'ait le temps de redescendre il le trancha vigoureusement en deux. Je récupérai alors l'un des morceaux tombés à présent au sol, de la même manière je le jetais en l'air. Mais à la différence de lui, mon épée se trouvait maintenant au-dessus de sa tête, ne laissant aucun espace entre sa tête et la lame.

- Tu penses que la guerre est un jeu ? Tu penses que te battre prouvera quelque chose ? Et quand ton sang se répandra au sol avec celui de tes compatriotes, qu'est-ce que tu feras ? Tu cherches à te venger ? À trouver un coupable ? « Je suis coupable » C'est ça que tu veux entendre ? Je pourrai te découper de haut en bas et être reparti avant même que l'un de tes subordonnées ait le temps de cligner de l’œil. (Mon regard se fit encore plus sombre) Tu as le choix maintenant mais un seul possède un avenir.

Les plus terribles des actes entraînent toujours un résultat, mais il se retrouve entaché de haine et entame une spirale infernale. Une petite dose de persuasion bien placée, quels que soit les moyens employés, peut sauver énormément de temps, de sueur et de souffrance.



© Len Kagamine - PL:R


Dernière édition par Halfken D. Lothbrok le Sam 31 Mai - 22:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes   Sam 31 Mai - 1:25


Citation :
Avertissement :
Dans ce poste, il pourrait avoir des passages qui peuvent heurter la sensibilité. Le contenu est porté sur un événement sexuel assez brut dans son ensemble. Pour les âmes encore fragiles, cela est à bannir de vos lectures.

Le froid qui envahit un corps pur

Cloé s'était fait prendre par des émissaires du ninja en rouge et blanc, ils avaient confectionné une énorme boîte très rigide. Cela ressemblait à un immense cadeau avec un gros ruban vert bien voyant. Le papier qui enveloppait le contenant suivait le bon goût et la discrétion. La demoiselle fut jetée à l'intérieur comme une simple peluche. Avec ses capacités de maudite, elle n'eut aucune blessure. Elle sentait qu'on la transporté.
Au bout d'un certain moment, Cloé commençait à s'habituer à l'obscurité du paquet. Elle pouvait ressentir les bourrasques de vent qui poussaient sa cage. En accompagnant le vent, la belle essayait de faire basculer sa prison. Cependant, les soldats qui la retenaient, maintenaient de plus en plus fermement le paquet.
La jeune femme attendait le bon moment pour agir. Une fois sa prison immobile, elle usera de ses forces pour percer et s'enfuir. C'était son plan.
Durant son attente dans l'obscurité, son esprit commençait à lui jouer des tours. Les bruits extérieurs et ce confinement pénétraient les pensées de la demoiselle. Son rythme cardiaque accélérait, son corps tremblait et ses sens étaient sur le qui vivent.  Soudainement, la prison de Cloé se arrêta. La demoiselle était dans un coin du paquet, elle se préparait à faire sa sortie et fuir. Mais quand elle prit son élan, son geste fut arrêté. La lueur d'une fente sortait la jeune femme de sa cage de ténèbres.  Par curiosité, elle s'approcha. Cloé sursauta. Les yeux rouges vifs fixaient la belle. Elle sentait une présence très perturbante qui tournait et rigolait.
Plusieurs petits trous faisaient leur apparition dans la boîte. Le ninja bicolore était ravi. Il regardait Cloé avec perversité. La jeune femme essayait de suivre les mouvements de cet étrange homme. Malheureusement, elle ne fut pas assez rapide.   
Elle arrêta un instant pour évaluer la situation. L'homme plaça son doigt dans l'un des trous et toucha la peau porcelaine. La voix fine et aiguë de Cloé sortit par un cri. Cet étrange homme jubilait. Par ce simple cri, il était devenu fou. La prison en carton de Cloé avait de plus en plus trous.
La demoiselle essayait de prévoir les mouvements de ce pervers. Elle voyait des bouts de chair qui sortaient des fentes. Le corps de Cloé réagissait et esquivait.  Quand elle crut être enfin tranquille. Sa prison de Noël se déchira devant ses yeux.
Elle vit le visage de l'homme. Le ninja bicolore affichait un étrange visage. Cloé se recula lentement.
Tandis que les murs tombèrent sur la neige, la demoiselle voyait une faille. Elle devait agir. La belle rassemblait ses forces pour faire une course rapide et fuir avec une glisse. En un éclair, le corps porcelaine de Cloé fut immobilisé par le chef. Comme un papillon, l'entrave qu'elle ressentait, était puissante. Son cœur s'emballait et son corps tremblait. Elle pouvait facilement quitter l'emprise de l'homme. Cependant, un voile sombre obscurcit la vision de la jeune femme et n'avait plus de force.
Elfdri, le chef bicolore en profita pour retirer ses gants rouge sang. Ses mains froides se baladèrent sur les vêtements de Cloé. Celle-ci abandonna toute résistance, tout son être était figé.
L'homme en profita. Il maintenait sa prise fermement avec une chaîne qu'il teint d'une main. L'autre était donc libre. Il commença par déboutonner la veste de la jeune femme. Pour calmer les mouvements de son otage, il plongea sa main dans le bas et la plaça sur l'entrecuisse proche. La chaleur de la jeune femme réchauffait la main du ninja. Chaque mouvement était insupportable, Cloé sombrait dans la peur et les ténèbres.  
Ses pensées se troublaient de plus en plus. Elle sentait les doigts froids qui pénétraient intimement vers ce qu'elle avait réussi à préserver: sa virginité.
L'homme au même instant retira ses tentacules humides. Il lécha un par un ses doigts avant de goûter à la douceur de sa prisonnière. Cet individu dépravé, dégagea la nuque de la demoiselle. Il sentit l'odeur qu'émettait Cloé. La peau blanche existait l'homme et son odeur le rendit encore plus fou.
Quand il vit que sa proie avait la chair de poule, il embrassa le cou de celle-ci. Il commença par la clavicule et remonta. L'esprit de la belle avait disparu, c'était qu'un simple écrin sans diamant. Les touchés de l'homme ne lui faisait plus rien. Toute sensation avait disparu. Elfdri continua son ascension. Il caressa le sein gauche et pinça le téton. Au même moment, il murmura quelques mots.

-Tu es parfaite. Le seul problème c'est que tu ne cries plus...

Il jeta le corps de Cloé violemment sur le sol gelé. Il fit signe à l'un de ses subordonnés de lui donner une arme. La chevelure rose s'était étalée, le contraste était magnifique. Comme une poupée inerte, Cloé ne bougeait pas. Le ninja bicolore s'approchait de la jeune femme une épée en main.

- On va te donner un peu de couleur avec ton sang. Peut-être que cette fois tu me feras plaisir avec tes doux cris.

Le froid de la lame caressait la joue de Cloé. Celui-ci rigolait et laissa sa proie tranquille. Il se remit sur le traîneau. L'homme semblait avoir repris son calme et un sérieux sans égal. Ses yeux couleurs sang avaient aperçu quelque chose qui approchait. Quand la silhouette fut claire dans sa vision, l'homme se plaça d'une manière désinvolte sur son traîneau. Une nouvelle fois, le ninja bicolore ressentait de l’excitation.
Une voix familière fit son apparition. Une lueur de vie semblait reprendre possession du corps de Cloé. Elle tourna son visage et vit le client avec son tigre. Les battements de cœur résonnaient en elle comme une onde.
Ce chef semblait ignorer son interlocuteur et préféra répondre par de la provocation. Il délivra les quelques délices auxquelles il avait pu goûter avec le corps de Cloé. Ce malfaisant dévoilait les plus intimes détails. De sa nuque frêle, son odeur très fleurie, son abdomen en soie, sa poitrine ferme et généreuse qui frémit en pinçant cette dernière et une humide caresse dévoilant la virginité de cette créature aux formes uniques.  
Elfdri cherchait à déstabiliser l'homme. Le ninja continua son récit et chercha du regard Cloé. Quand il l'aperçut, il jeta un linge blanc dans les airs.
Celui-ci vacillait, ce drôle de personnage démontra sa dextérité avec une arme blanche entre les mains. Il trancha le linge en deux. Elfdri émit un petit rire et fixait son adversaire.
Cependant, le ninja bicolore avait sous-estimé l'homme se tenant en face. La lame de son ennemi se retrouva au-dessus de sa tête. Il se tenait immobile, son épée en main et écouta les propos de l'homme.  La jeune femme rampait sur le sol gelé, elle s'éloigna de l'affrontement mais garda un œil sur ce dernier. Elle aperçut le ninja bicolore qui plaça sa main sur la lame de l'homme. Le large sourire qu'il affichait, était accompagné d'un peu rire enfantin.

- Tu crois pouvoir m’intimider avec ces quelques paroles ? Même si je meurs, une autre personne prendra ma place. Tout ceci est bien plus grand qu'il n'y parait.

Le Shinobi lança son arme en direction de la demoiselle. La lame froide effleura la cuisse de Cloé. La belle avait fait les poches des cadavres pour retrouver un peu de décence. Elle ressemblait plus à une vendeuse hivernale.
Son instinct guida ses pas pour retrouver le tigre géant. Elle ne pouvait rien faire pour son maître. Sa faiblesse avait déjà causé beaucoup de problèmes à ce dernier.  
L'homme en rouge et blanc fixait les yeux de son adversaire. Son sourire s'effaçait lentement et le silence prit possession des lieux. Seulement les brises polaires et les feuillages permettaient de faire vivre cet instant. Cloé ne comprenait pas trop ce qui se passait. Elle s'accrochait contre la fourrure du tigre.  
D'un coup, son cœur se pinça. Quelque chose allait se produire c'était ce qu'elle ressentait. En effet, Elfdri le ninja bougea. Il se servit de ses deux mains pour les planter dans le bassin de son opposant. Il se releva près de l'oreille de l'homme et murmura.

- La mort sera ma solution.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes   Dim 1 Juin - 1:40


Le Vide


Feat Cloe ~





Dans la précipitation j'en étais venu à oublier une importante étape dans ma rencontre avec l'armée du kidnappeur: l'observation précise. Mes yeux étaient habitués à repérer un champ de bataille, comprendre rapidement les objectifs et leurs implications. Et pourtant une innocente vêtue du tout venant allongée sur l'étendue glacée, frigorifiée par cet univers si rude et probablement par d'autres choses et rampant vers moi m'avait échappée. A mesure que son visage s'approchait et devenait plus clair, je décelais toute l'horreur emplie dans ses yeux et les bouts de vêtements en lambeaux encore accrochés à elle mêlés suffirent à me faire comprendre la situation. Je rengainais immédiatement ma lame et je m'approchai d'elle. Je n'essayais même pas de la toucher, ses yeux m'indiquaient clairement qu'elle n'était pas tout à fait lucide. Une personne dans un tel état de choc doit toujours être pris avec énormément de précaution. Quand elle s'agrippa à Brume, je fis comprendre à la magnifique tigresse d'en prendre soin. Sans doute que quand elle se sentirait prête, Brume la laisserait monter sur son dos et repartir. Pour ma part, quelque chose de beaucoup moins paisible allait arriver, pas tant pour moi que pour cet incompétent. Car après mon petit discours, il se contenta de jouer au plus fort, probablement pour ne pas passer comme inférieur à ses soldats, en lançant des paroles tout aussi prétentieuse que stupide. Dans le choix que je lui proposais, il n'avait retenu qu'une seule sortie : la mort. Malheureusement pour lui cela s'avérait être le choix le plus horrible. Je ne comptais pas le tuer, mais il y a d'autres sorts, d'autres souffrances bien pire que le parfum enivrant de la délivrance de l'âme.

Quand il s'agit de frapper, l'utilisation de notre corps détermine les dégâts infligés. On peut développer l'amplitude et des mouvements pénétrants qui auront pour but de pousser l'adversaire, ou plutôt de l'écraser, ou alors utiliser des mouvements secs rapides et précis qui se basent sur l'impact et l'onde de choc pour infliger des dégâts beaucoup plus concentrés. Sur un sac de frappe par exemple, le premier cas le ferait se déplacer sur une distance relative à la force donnée là où l'autre percerait la toile et y laisserait donc une ouverture par laquelle le sable s'échapperait. Si ce « ninja » ou autre dénomination qu'on associait à ce comportement vestimentaire ne connaissait pas cette dualité, il n'allait pas tarder à l'expérimenter. Je faisais face au leader, toujours droit et ancré dans le sol, un rictus dessiné sur son visage tandis que le reste de ses subordonnées respectaient un silence d'or.

- Il y a devant moi un homme qui accepterait sa défaite, un homme qui serait prêt à mourir et à vous laisser vous débrouiller seul et à en voir le cadavre derrière lui un homme bien loin d'un vrai chef. J'ignore tout de chacun d'entre vous, et je laisse à chacun de choisir sa destinée. La liberté, ou son sort.

L'extravagant vêtu de rouge et blanc restait stoïque, pas même une position de garde. Une grave erreur, bien que rien ne m'aurait empêché de faire les actions qui suivirent. Tout d'abord mon poing gauche se referma et vint frapper sa tempe du même côté avec une violence redoutable. Son arcade serait brisée et son nerf optique vibrerait à tel point qu'il ne verrait plus rien pendant quelques minutes sans parler de la douleur. La suite restait à venir ; un mouvement de jambe rapide me permit d'écraser un de ses genoux le forçant à perdre l'équilibre et à perdre au passage une articulation. Son autre rotule fut brisée par une impulsion bien placée quand il fut forcé d'ouvrir sa deuxième jambe pour tomber sans trop de douleur. Ses cris retentirent déjà à travers les sifflements des bourrasques mais il restait une dernière petite chose. Alors que sa chute était déjà bien avancée, mon pied droit s'élança en direction de son abdomen et la plante implosa la couche abdominale pour atteindre le diaphragme qui souffrit dès lors hémorragie.
L'ensemble de ces événements transmirent des douleurs pire que ce que le commun des mortels pouvait endurer : deux articulations mortes, aveugle et une telle torture physique que le seul mot approprié serait Tourment.
Je relevai la tête, alors que la totalité des figurants s'étaient déjà enfuis aux quatre coins de ce bosquet en espérant ne plus jamais voir un tel spectacle.

- Non personne ne prendra ta place tant que tu ne meurs pas.


Le cœur lourd, le corps fouetté par le blizzard et Brume m'accompagnant, je retournai sur mes pas calmement laissant derrière moi  ce qui serait désormais un fantôme et rien de plus. La nuit s'achève  enfin, dans le souffle des eaux. Qui sait combien de fleurs seront tombées encore ?




© Len Kagamine - PL:R


HRP: J'ai fais ce que j'ai pu pour garder la cohérence tout en prenant en compte ton post. Au passage c'est probablement mon dernier sauf si tu fais vraiment quelque chose d'incroyable qui m'inciterait à en faire un autre !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes   Sam 7 Juin - 21:36



Le cauchemar prend fin.

Le duel entre les deux hommes fut rapide, Cloé se réchauffait sur le dos du tigre géant. Elle respirait lentement et gardait les yeux fermés. Ne voulant pas voir l'échange, elle se retint de regarder la scène. Le corps de la jeune femme continuait à trembler. Son visage commençait à ressentir le froid du vent nordique.
Ses larmes se solidifiaient sur ses joues. La température corporelle de la belle était redevenue normale, son corps froid laissait place à celui d'un corps chaud prêt à vivre à nouveau. Avec ses mains dans la fourrure de l'immense animal, elle ressentait chaque battement de cœur, sa respiration, ses muscles se contracter... La jeune femme se laissait porter par l'animal et oublia sa propre douleur. Les seuls mots qu'elle eut le courage de dire envers son sauveur étaient des excuses et des demandes de la pardonner. La jeune poupée porcelaine restait cachée. Durant leur course en direction de la ville, le paysage changea peu à peu, l'immense palais de verdure reprit son apparence sauvage et dense.
Quand la lisière de la forêt faisait son apparition, le cœur de Cloé semblait devenir douloureuse. Son esprit était encore dans les limbes de l'effroi et de l'impuissance la plus totale. Elle voulait se convaincre qu'elle pouvait être utile, mais les derniers événements lui revinrent. Un sourire, des yeux rouges,une main froide.... Les mains agrippaient le cou du félin. Cloé se mit à parler soudainement.

-Je reste toujours aussi vulnérable que sur Lust Island... Comment-pourrais-je sauver ma mère en laissant un malade pénétré ma garde....

Au dernier mot émit, elle se releva. Sa chevelure couvrait le dos de la frêle demoiselle. Ses épaules continuaient à trembler et sa voix également. Mais elle essayait de paraître digne.

-Je dois être une aide et non l'inverse pour les clients du Cornelia.

L'allure de l'animal commença à ralentir et le port semblait être proche. Les matelots du Cornelia cherchaient leur camarade dans les ruelles de la ville. L'un d'eux vit Cloé et interpella la jeune femme.

- J'ai trouvé Cloé. Elle est avec le dernier client du capitaine.

Le matelot faisait signe comme pour remettre la jeune femme. Cloé baissa son visage comme pour cacher son embarras. Elle se laissa glisse et quitta le dos de l'animal. D'une révérence, son corps s'inclina. Les matelots remerciaient le bon homme. Avant de voir disparaître la monture gigantesque, un marin indiqua où se trouver les rennes.

-Mon bon monsieur, vos rennes sont dans une cabane abandonnée sur le quai 3. Une dame est venue soigner l'un des rennes et est repartit sans rien demander en échange. Il y a deux de nos compagnons pour surveiller les alentours en cas.

D'une voix unique, le petit groupe d'hommes salua l'homme. Cloé restait à l'écart. Un matelot lui donna un manteau et guida les pas de la demoiselle vers le brigantin. Les quelques matelots qui accompagnaient la jeune femme, voulaient en savoir plus. Mais Cloé resta de marbre. Elle fixait le sol, l'odeur de la mer était présente. Le capitaine se tenait sur le pont.
Quand il aperçut sa protégée, il comprit. Rey prit la relève et dirigea sa petite fleur dans sa cabine. Il ferma la porte et laissa la belle seule quelques instants le temps d'émettre les ordres pour quitter le port. Les derniers marins en vadrouille remontaient sur le brigantin. Les voiles étaient secouées pour éliminer le gel possible. La coque craquelait et commençait à se mouvoir parmi les flots glacés de North Blue.
Le capitaine rejoignit sa protégée dans ses appartements. Quand il rentra dans son bureau, la jeune femme était enveloppée dans des couvertures. Seuls des sanglots envahissaient le corps de la belle. Rey s'installa auprès de sa protégée. Il ne dit aucun mot, ne toucha pas le corps de Cloé. Il attendait.
Après un long silence. Cloé se mit à raconter les événements avec le dernier client. Sa voix semblait mécanique jusqu'à un certain moment. Tremblante et apeurée, elle dévoila les méfaits subis. Le silence reprit. Le voyage de retour vers South Blue permit à la jeune femme de se reposer et de se remettre.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes   

Revenir en haut Aller en bas
 

Flash Back - Halfken D. Lothbrok & Cloé Bellavi - La belle, le solitaire et 7 Rennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Flash Back - Allons au bal- Fenice Nakata & Cloé Bellavi
» Flash back - Erwin Dog & Cloé Bellavi - Une nuit au musée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue :: Yakoutie Island-