Partagez | 
 

 [Flashback] Grand bien vous fasse [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shiratori
Simple Civil
avatar
Messages : 87
Race : Colombe humaine

Feuille de personnage
Niveau:
15/75  (15/75)
Expériences:
42/80  (42/80)
Berrys: 25.000 B

MessageSujet: [Flashback] Grand bien vous fasse [Libre]   Lun 24 Fév - 23:08

La journée avait bien commencé, il faisait beau dehors, bien qu’un certain vent frais rafraichissait l’atmosphère de temps en temps. Shiratori était partie à son travail de serveuse avec le plus beau sourire qu’elle puisse faire afin de plaire à son patron, pour commencer. Elle venait tout juste de décrocher ce travail dans la taverne qui était proche de l’échafaud, sans doute un des plus connus de tout Loguetown. Certes on y servait aussi des plats, elle faisait aussi office de restaurant bon marché, mais ça restait surtout de l’alcool de servi. Bien que ce travail soit très peu apprécié par la gente féminine, il fallait bien commencer quelque part, et cela ne se passait pas si mal tout compte fait. La jeune femme apportait les boissons et plats aux tables indiquées par le cuisinier et le barman, et tout se passait bien, généralement. Parfois un malotru s’amusait à essayer de l’attraper pour la faire tomber en espérant voir ses sous-vêtements, mais elle avait un bon équilibre, ce qui lui permettait de donner un coup d’aile éclair pour saisir l’individu et ainsi s’assurer qu’il ne recommence plus. C’était efficace dans beaucoup de cas, les personnes touchées se posaient d’avantages de questions qu’ils ne pensaient à une récidive, à commencer par vouloir savoir comment une gifle peut être aussi douce sans laisser la moindre trace. Certes parfois elle laissait une plume derrière elle, mais elle tombait sur le sol rapidement, personne ne faisait attention, en général.

C’est alors que sa pause de midi sonna, en quelque sorte, alors que les clients étaient tous partis et que personne ne venait passe commande. Shiratori avait peu de temps à elle pendant cette pause, mais elle en profitait à fond, principalement pour prendre un bon bol d’air frais à l’ombre, mais surtout respirer une odeur plus agréable que celle de la bière mélangée à de bons petits plats, ce qui donnait un mélange bien souvent désagréable pour le nez. Son patron, quant à lui, il ne sortait presque jamais de son bureau, elle se disait qu’il était en train de compter ses billets avec un cigare au bec et des lunettes de soleil, tout en riant de satisfaction. En fait, la plupart du temps, contrairement à l’énorme cliché, il était en train de s’énerver à l’escargophone, sans doute parce que ses investissements ne lui rapportaient pas grand chose et qu’il devait payer beaucoup de choses. Parfois des pirates entraient et saccageaient la salle principale, par exemple à cause d’une bagarre, et c’était évidemment lui qui en faisait les frais. Tables cassées, pintes brisées, parois défoncées, sang par terre, c’était vraiment pénible parfois, ça lui donnait à chaque fois une raison de plus de ne pas devenir pirate…ou gérant de l’établissement.

Un client arriva alors dans la taverne, il n’avait pas l’air bien méchant, comme tous les autres, ce n’était donc pas un pirate, à première vue. L’inconnu s’assit alors à une table dans le silence, jusqu’à ce qu’il fit signe à la jeune femme de s’approcher. Selon ce qu’elle avait entendu, il désirait un verre de vin et la bouteille qui l’accompagnait, alors Shiratori s’empressa d’aller vers le barman et répéter sa commande avec le plus de précision possible. Il n’y avait personne d’autre qu’eux trois dans la salle, le silence qui régnait n’était pas vraiment rassurant, comme si le mal venait de franchir la porte de la taverne. En fait les deux employés avaient l’habitude d’entendre un raffut innommable dans la salle, et leurs oreilles sifflaient bien souvent quand le silence se faisait. En même temps il n’avait personne avec qui discuter, ce n’était pas vraiment étonnant, mais c’était quand même assez inhabituel. On aurait dit qu’il appréciait l’endroit uniquement au moment où il n’y avait plus de monde, ce qui pouvait totalement se comprendre, mais ça paraissait néanmoins saugrenu.

Le soir approchait à grands pas, alors que Shiratori était toujours en train de suer à la tâche, vu le nombre de clients qui étaient venus entre temps. L’inconnu solitaire de tout à l’heure était parti depuis bien longtemps, et à la place il y avait du bruit incessant et toujours ces odeurs incompatibles qui venaient déchirer doucement les parois de ses narines. Elle ne savait pas si elle pourrait tenir longtemps, à travailler dans ces conditions chaque jour pendant huit heures minimum, mais il fallait qu’elle se montre persévérante. Après tout, c’est bien elle qui avait déposé son CV dans le bureau du gérant, elle ne pouvait donc pas se plaindre. En plus elle était bien payée, d’après sa collègue qui voyait en elle son successeur. Sans doute disait-elle ça par lassitude après des années à travailler dans cet endroit immonde. Quoiqu’il en soit, Shiratori comptait bien amasser quelques milliers de berrys afin de trouver un meilleur travail sur une autre île où les gens ne font pas sans cesse la fête et/ou du vacarme.

Une fois le boulanger arrivé, Shiratori se dirigea avec lui dans le bureau de son patron, signe que son service était fini et qu’elle devait le prévenir de son départ. Le bout des doigts de sa main gauche contre son front baissé, la tête de l’homme se leva et sourit grandement en s’exclamant de leur venue ensemble. Sa meilleure employée de jour (sa seule d’ailleurs) et le boulanger du coin non moins doué, il ne lui fallait que ça pour repousser toute la frustration de sa journée. La veille, il avait subi de gros dégâts dans la taverne, et le barman avait été blessé par un éclat de verre dans la main, mais heureusement ce dernier avait seulement une blessure superficielle. Par contre le gérant s’arrachait les cheveux pour essayer de gérer l’argent afin de prévoir de gros stocks ET réparer tout ce que les pirates avaient détruit. On avait tendance à sous-estimer la démolition et ses répercutions dans la vraie vie, surtout quand on était pirate et qu’on n’en avait cure de ce que devait payer le patron. Shiratori trouvait ça très bien de se défouler, mais en détruisant tout sur son passage, ce n’était pas vraiment la meilleure façon.

Après un bref passage dans son bureau, la jeune femme alla dans le vestiaire et en profita pour faire un petit crochet vers la pièce où dormait sa collègue. Une fois réveillée, elle la rejoint directement dans le vestiaire, alors que la colombe humaine s’était déjà changée entre temps. Elle tenait à la réveiller un peu plus tôt pour qu’elle se prépare bien à la relève de nuit, ce qui était au début très peu apprécié, mais après quelques minutes, chaudement remercié. Après une énorme étreinte entre la civile actuelle et la future serveuse de nuit, Shiratori prit son petit sac ainsi que la direction de la sortie. Comme tous les jours, elle effectuait cette action répétitive d’aller à son hôtel, c’était devenu une routine depuis la semaine suivant son premier jour.

Heureusement elle savait comment enrayer cette barbante habitude, une fois sortie du bâtiment, au lieu de regagner directement sa chambre, elle prit le chemin du port. Avec de la chance, elle y verrait de grands mats, ou simplement des navires de taille standard. Une fois arrivée, elle vit un grand bateau qui mouillait dans le port, il semblait être arrivé entre le début et la fin de son service. Il n’avait pas de nom, mais ce n’était pas une simple coquille de noix, il avait une dégaine des plus épiques, malgré ses trois mats visiblement abîmés par le temps. Shiratori s’approcha alors du navire en question et prit la peine de le regarder de plus près et même de toucher du bois en posant sa main sur le bas de la proue. Il avait fière allure, ce trois-mâts, c’était évident qu’il appartenait à quelqu’un d’important, un corsaire de renom avec de la chance. Elle n’osait même pas imaginer ce que cet énorme bâtiment avait enduré ainsi que son équipage, mais cela devait être passionnant à raconter et à entendre surtout. La jeune femme, en tout cas, avait très envie de le visiter, même si elle n’entendait rien dans le navire. Tout le monde devait être sorti faire une balade, ou les gardes devaient dormir à poings fermés ou rester simplement discrets, parce qu’on aurait dit qu’il était vide. Shiratori savait que le moindre faux pas la conduirait chez la marine et plus tard chez ses parents, c’est pour ça qu’elle ne pouvait pas se permettre de monter à bord envers et contre tout. Le capitaine pourrait être du genre possessif et susceptible, il ne fallait surtout pas risquer de pénétrer sur cette embarcation sans y être autorisée, alors elle se contentait de rester là à caresser la proue en attendant que les marins reviennent.
Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Grand bien vous fasse [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petite aide fait grand bien. [Clay]
» Réunion au QG (PV Satoru)
» Andy Murray ! Je ferais aussi bien que toi ! (libre)
» Double ration de Tzinpaf s'il vous plait! [LIBRE]
» Un grand...match de baseball!?[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: East Blue :: Logue Town-