Partagez | 
 

 Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Ven 14 Fév - 22:30

Short Change Hero by The Heavy on Grooveshark

« Le chasseur chassé »

Dark Island


Depuis quelques jours … J’étais sur une île, fortement bizarre ! Et oui ! J’avais le don pour les trouver. Celle où je me trouvais, s’appelait Dark Island. Pourquoi portait-elle ce nom ? Y faisait-il toujours nuit ? La réponse est non. Comme partout ailleurs dans le Monde ! Le soleil se levait à l’Est, avant de se coucher à l’Ouest. Elle était juste habitée par une population, qu’on avait du mal à trouver ailleurs. C’étaient les vampires ! Mais pas n’importe lesquelles. Ceux-là portaient le nom de sith. Et contrairement à leurs semblables, ils ne buvaient pas le sang des humains, seulement celui des coyotes, qui peuplaient l’île. Ainsi, le nombre des étrangers, qui osaient mettre un pied sur ce bout de terre, était important.

Du fait que je n’étais pas un STPLN (un Sans Toit Pendant La Nuit). Je louais une chambre dans un hôtel, qui avait beaucoup à envier de ceux qui portaient une ou plusieurs étoiles. A cause des premières mauvaises nuits, que j’avais passées ici. Je m’étais levé relativement tard aujourd’hui. En effet, quand j’ouvris les yeux, mon réveil indiquait l’heure de quatorze heures et vingt-cinq minutes. Après avoir mis vingt bonnes minutes à émerger et à mettre un pied, en-dehors du lit. Je décidais d’aller me laver. Bien entendu, afin que vous ne baviez pas en lisant ce passage. Je ne vais pas vous le décrire (Vous êtes dég’ hein !). La douche que je venais de prendre, avait été mi-chaude mi-froide … Non ! Cela n’avait pas été l’un de mes choix ! Mais bien celui de ce c****rd de mitigeur ! Et oui, il avait joué avec mes nerfs. Mais bon comme on dit, les douches froides, c’est bon pour la santé et j’espèce que celle-là m’avait rallongé la vie d’une bonne centaine d’années (Quoi ? On ne peut pas rêver ?). Une fois bien propre, je m’habillais, avant de descendre par la rue, en passant par l’intérieur de l’hôtel (Car moi, je ne suis pas un voleur !).

J’étais dorénavant dans la rue. Et maintenant, je me devais de prendre des forces, afin de bien combattre les méchants que j’allais rencontrer et combattre aujourd’hui. Et après quelques minutes de bains de foule et de marche. Je tombais sur un sympathique snack, qui portait le nom du « Croc’dur ». Et c’est ainsi, que je m’installai sur la terrasse, afin de commander quelque chose. Ainsi sur le tabouret guère confortable, j’attendais que le barman, vienne prendre ma commande. Lorsqu’il me demandât ce que je voulais, je lui répondais tout simplement cette phrase :

« Bah c’simple mon p’tit vampire ! J’veux l’truc l’plus piquant qu’vous avez ! Surprenez-moi ! »

Alors que j’attendais à ce qu’on me serve le plat que j’avais commandé. Je sortais de l’une de mes poches. Une cigarette, relativement spéciale que je possédais. Elle avait la particularité, d’être aromatisée au piment ! Et oui ! Ce n’est pas un truc pour les faibles ça. Car avec ça, votre bouche devient un réel four.  Pourquoi la prenais-je avant le repas ? Bah c’était simple ! J’étais accroc à cette merde, et je détestais m’emmerder et/ou attendre quelque chose. Et alors que je m’amusais à faire de magnifiques ronds, faits de fumée blanche (Car oui, le piment ne colore pas la fumée, c’est dommage hein :-(). Quelqu’un fit interruption à l’endroit où j’étais. A ses longues canines, son teint de mec malade et sa capuche. Je pus remarquer que ce n’était pas un visiteur (venu d’ailleurs !), mais un simple sith. Alarmé par quelque chose, de relativement grave, vu son état de stress et de panique. L’homme criât cela haut et fort :

« Il est là ! Il est là ! Il va nous exterminer ! »

Interrogé par ces diverses paroles. Je me retournais vers le buveur de sang et d’un ton blagueur, je lui disais ça :

« Qui ça ? Qui ça ? Ton dentiste ? Hyooshishishishi ! »


Et là ! Je ne pus vous dire la honte, que je me tapais ! Et oui ! Beaucoup des personnes, qui m’entouraient, me prenaient maintenant pour un sale raciste ! Mais non ! Je n’en étais pas un ! J’étais seulement, qui aimait faire des blagues ! Avec le regard d’un homme énervé. Le cousin de Dracula se retournât vers moi et … La suite sera dans le prochain rp’ (Mwahahahaha ! Je suis horrible !) ! Même forum ! Même rp’ ! Même page !
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
avatar
Messages : 3199
Race : Humaine parasitée

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
8/350  (8/350)
Berrys: 20.976.050 B

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Mer 19 Fév - 4:25



Toutou, Super-héros, Mamie


1 : Vraiment affligeant.



- Je pense qu’il faisait référence au vent – ou plutôt au cyclone – que ta blague a généré.

C’était une blague nulle. Zora n’avait pas non plus la prétention de pouvoir juger objectivement le niveau de d’humour d’une blague, mais pour elle, c’était nul car trop facile, peu recherché… et puis c’était un peu tomber à plat au milieu de la foule. Partagée entre gène pour lui et honte d’appartenir à la même espèce – quoique, c’était un homme aussi, ça jouait pas mal – elle avait plaqué la paume de sa main sur son front ridé, un facepalm qui se prêtait bien à la situation.

- Ou alors, il parle de ce gars-là, dit-elle, d’un ton beaucoup plus sérieux.

Notre demoiselle s’avança de manière à se placer entre cet arrivant et le vampire, passant ainsi à côté du farceur assis en terrasse, sans lui accorder trop de crédit, il ne fallait pas le laisser penser qu’il pouvait avoir du succès. La jeune femme – oui, jeune – attrapa l’escargophone accroché à sa ceinture, histoire de prévenir ses coéquipiers du jour.

- Ici, Zora, j’en ai trouvé un. Je suis près de Blood Street, dit-elle sur un ton monocorde, tout en observant les environs afin de pouvoir donner un point de repère à son interlocuteur, juste devant le « Croc’dur », une sorte de…

Elle marqua une pause, dévisageant la petite terrasse de l’établissement, à laquelle siégeait le fameux blagueur – au moment où son regard passa sur lui, elle secoua la tête horizontalement, histoire de dire « alala, les jeunes de nos jours, vraiment affligeant »  – avant de renifler un bon coup, pour tenter d’en saisir la carte proposée aux clients.

- … De petit resto-bar rapide, du genre à servir des plats bien gras, le tout accompagné de son très agréable parfum,  un subtil mélange de tabac, d’alcool et d’huile de friture.

« Heu… Je connais pas. Mais on trouve un plan de la ville et on te rejoint. Essaye de tenir bon d’ici là. »

- Ce n’est pas non plus comme si vous étiez indispensable. Allez au port pour préparer Panda, je peux m’en charger seule.

Et fin de communication.

Faisons les choses à l’envers et terminons par l’introduction. Cette histoire avait lieu sur North Blue, quelques temps avant son départ sur Grand Line, étape nécessaire pour ensuite atteindre West Blue, mer sur laquelle à la suite d’une importante réunion de commandants, Zora allait mystérieusement disparaitre de la surface du globe, happée dans une étrange dimension. Voilà pour le contexte chronologique.

En fait elle s’était retrouvée dans cette zone pour acheter une poche de sang. C’était pour Golbat, sa chauve-souris. Le pauvre ne supportait pas trop la lumière du jour et était resté dans la carapace de Panda, la jeune tortue-île qui faisait office de transport et de foyer – sans loyer ! – pour Zora et les gens qu’elle pouvait embarquer pour certaines missions. Par contre, elle était sur Dark Island depuis deux bons jours pour une raison plus « officielle ». Les habitants, des vampires nommés Sith, étaient assez souvent traqués par des…

- Pas un geste, chasseur de vampire !

Chasseur de vampire, le mot était lâché. Contrairement à certains peuples, bien plus… agressifs – en témoignait Tsukiyo no Hato, le bras droit de… celui-dont-il-ne-faut-pas prononcer-le-nom-pour-ne-pas-lui-faire-de-la-pub-parce-qu’il-a-déjà-trop-de-renommée-faut-pas-non-plus-abuser (pardon) – les Sith étaient très pacifistes, d’avantage portés sur la non-violence, le respect de la nature… des vampires hippies, en gros. Et certains profitaient de ce manque de combativité pour les chasser. Parfois dans le but de les revendre comme esclaves aux enchères de Sabaody, parfois juste pour le plaisir, l’exaltation de la chasse.

Bref, des individus abject. Et qui était toujours prêt à voler au secours d’un peuple opprimé ? L’armée verte, la Révolution, bien sûr ! Cet acte n’était pas non plus purement de bonne volonté, et ça depuis le temps Zora l’avait compris, il y avait bien sûr aussi un intérêt derrière pour les Révolutionnaires. N’empêche, qu’elle avait le sentiment d’accomplir quelque chose de Juste.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Mer 19 Fév - 14:48

Pour chaque explosion, il faut un coupable !

Je courais dans la ville, prenant les virages les uns après les autres avec une grâce extrême, ne manquant jamais de faire une figure stylée comme déraper pour arrêter ma course effrénée et tourner à une intersection. Quelques minutes auparavant, j’étais encore un jeune homme tout à fait normal avec un complexe naissant de super-héros. A présent, j’étais un jeune homme tout à fait normal avec un complexe de super-héros brisé et deux chasseurs de vampires au cul. C’était en défendant une femme aux allures de top-modèle que je m’étais retrouvé dans cette situation. Les deux énergumènes avaient l’air d’être experts dans leur domaine, même si leur peau pâle m’indiquait qu’ils étaient tout aussi vampiriques que leurs victimes. Pourquoi des suceurs de sangs tueraient-ils des suceurs de sang ? Était-ce simplement des meurtriers en puissance ? Mon esprit courait tout aussi vite aux conclusions que mon corps à un endroit sûr. Il pouvait s’agir d’une mésentente entre nous.

En m'arrêtant, je me retournai pour voir que le duo qui me poursuivait sans montrer le moindre signe d’essoufflement. Ils semblaient avoir quelque chose d’inhumain dans leurs yeux, comme une soif de sang insatiable. L’un des deux portait une massue cloutée dans sa main tandis que son compagnon se baladait avec un pistolet à silex. Je déglutis, ce n’était pas mon jour de chance. Déjà Miu avait fait la gueule en se réveillant et s’était barré pour visiter la forêt tranquillement, et quelques heures après je m’étais mis dans la merde.

A côté de là, le « Croc’dur », un snack, semblait bondé, et je vis un homme y entrer, venu de je ne sais où, affolé. Mes poursuivants ne semblaient pas faire attention à lui. Ils ne l’avaient peut-être pas remarqué… Dans cette même optique, j’aurais aimé qu’ils évitent de m’attaquer, qu'ils m'ignorent totalement. En vain. Le gars à la massue se lança vers moi et creusa un trou dans le sol à l’endroit d’où je venais de m’écarter.

« - Vous êtes cinglés ?! Lançai-je, à peu près certain que je n’aimerais pas me faire transpercer par ce genre d’arme. »

Ils me rirent au nez, d’un rire gras et bouché, comme s’ils reniflaient leur morve en s’esclaffant. Je ne pus m’empêcher de me moquer d’eux en pouffant, au final on n’était pas mieux les uns que les autres. Lorsque le gars qui était resté derrière me vit rire, il commença à me canarder avec son arme. Je m’abritai, après une roulade parfaitement exécutée, derrière l’un des murs du snack. Ni une, ni deux, l'adversaire à la massue me poursuivit et creusa encore un trou dans le sol, coinçant sa précieuse arme dans une petite racine.

C’était ma chance ! J’en profitai pour passer au-dessus de lui, utilisant son dos comme appui. J’entrai alors dans le restaurant en évitant un tir qui brisa une fenêtre au passage – il érafla peut-être même la tête d’un des clients. Ces mecs étaient définitivement chtarbés. Entrant dans l’enceinte de l’établissement, je lançai un « Yo ! », adressé à la populace, puis j’allai me cacher derrière le bar malgré les jérémiades du patron. Trop bête pour toi, je ne compte pas dégager d’ici.

Ce que je n’avais pas prévu, c’était que la façade du bâtiment soit totalement détruite par une étrange explosion. Quand je dis toute la façade, je veux dire le mur sur lequel sont accrochées la porte d’entrée et quelques fenêtres pour éclairer l’intérieur. Les morceaux de bois et de verres avaient volé un peu partout et les deux mecs que j’avais vus plus tôt s’étaient évaporés… Et merde. Le patron se tourna vers moi, apparemment convaincu que j’avais quelque chose à voir avec ce fiasco.

« - C’est pas moi, j’vous le jure, c’était eux ! Enfin vous savez, ces gars quoi ! Ils ont agressés Vampirette et… »

Je n’arrivais pas à trouver les bons mots. Infernal. J’aurais peut-être mieux fait de garder le silence et d’appeler un avocat. Après tout, je n’étais pas vraiment au courant de ce qu’il se passait par ici, mais ça devait être plutôt sérieux.


Dernière édition par Erwin Dog le Dim 27 Avr - 21:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Sam 22 Fév - 0:41


« Le chasseur chassé »

WTF ? Ils sont chelous les types ici !


Comme à mon habitude … J’avais perdu mon sérieux et avais sorti une petite blague, qui n’avait pas plu à tout le Monde ! D’ailleurs, elle avait même plombé l’atmosphère. Vous vous rendez compte ? Ces vampires n’ont aucun sens de l’humour, je vous jure ! Personne n’osât me répondre … Sauf une vieille ! C’était surement la doyenne du village. Vu qu’avec ces rides, elle pouvait faire concurrence aux bandages d’une momie. Que me disait-elle ? Et ben ! Elle osait me dire, que je venais de me prendre un vent. Avant de faire un facepalm (Et oui ! Chose étonnante ! Malgré son âge très très … très avancé ! Elle connaissait ce mouvement, surtout utilisé par les personnes dites jeunes), se croyant surement encore à la mode. Pendant qu’elle avait sa main, posée sur son visage. Je lui répondais en disant ces quelques mots :

« C’pas d’ma faute, si dans ta maison d’retraite, on n’connait pas l’humour ! Après tout, j’te comprends ! J’me serai surement tiré une balle dans c’te hospice d’mort-vivants. »


Et toc ! Dans tes dents la vieille ! T’es dég’ maintenant hein ? Tu sais quoi plus répondre hein ! C’est normal, car je suis le pro’ de la casse (Fils spirituel de Brice de Nice représente). Après avoir entendu mes paroles. Surement pour changer de sujet. La vieille allât entre le vampire et la personne, qui le poursuivait. En disant que le Sith parlait surement de ce type tout à l’heure. Avant que la vielle femme se mettre à discuter avec l’escagorphone, qu’elle avait sur elle. Je vous jure ! Les vieux et la politesse ! Ça fait deux ! En plus ! Si le chasseur/dentiste avait été violent ! Il aurait pu la tuer facilement. Quoi de plus facile que de tuer une arrière-arrière-…-arrière-grand-mère ? Nothing !

N’aidant pas les personnes, qui se foutent de ma gueule (Et oui ! Les super-héros, ça se vexe aussi ! On n’est pas des personnes sans cœurs ! Nan je ne vise personne en disant cette phrase !). Je retournais à mes occupations en allant manger, le plat qui venait de m’être servi. Qu’était-ce ? Un simple carpaccio de chacal, aromatisé aux divers piments, qui poussaient sur cette île. Afin de bien en profiter, je mangeais chaque tranche du plat, à l’aide de ma fourchette. En goutant ce plat, je découvris plein de nouvelles saveurs ! La première était celle du chacal. Ce n’était pas aussi dégueulasse que ça. Et après quelques bouchées. Le plat était déjà fini. Quant à la vieille ! Bah elle venait de raccrocher ! Comme quoi, il n’y avait pas que moi, qui n’arrivais pas à la blairer ! Vu le peu de temps, qu’elle passait au Den Den Mushi. Une fois qu’elle ne parlât plus. Elle dégainât son sabre, avant de crier halte au chasseur de vampire … Alors comme ça ! Ce type n’était rien autre qu’un délinquant de la pire espèce ! Tueur et raciste en plus ! Il méritait une mise à mort ce connard ! Ainsi, pour le tuer d’une façon, dite « digne ». Je pris quelques-uns de mes couteaux en main.

Néanmoins, je ne pus les lancer ! Avant qu’un nouveau rebondissement eut lieu. Un homme, poursuivi par des types (And again !), venait d’entrer dans le bar ! Et visiblement ! Il avait mis en colère certaines personnes. Rien qu’en voyant sa dégaine. J’associais ce type à tous les aprioris sur les voleurs. Et comme ces délinquants ! Il était incroyablement chanceux ! Vu que sans le faire exprès, il avait esquivé une balle, qui m’avait éraflé la pommette droite. Comme quoi, il n’y avait pas que lui, qui avait une sacrée grosse baraka. Et en plus de voler des choses ! L’homme était un terroriste ! Et oui ! Il avait fait exploser la totalité de la façade extérieure du bar, où je me trouvais ! Je vous jure ! Je ne sais pas, ce qu’ils avaient les gens aujourd’hui ! Mais ils n’avaient pas eu de chance, en tombant sur un super-héros comme moi. Et oui ! Celui qui allait les stopper ! Vous l’avez devant les yeux. Pour tenter de s’excuser … L’homme sortit une histoire de vampirettes, tout en cherchant ses mots ! Si ça, ce n’est pas une preuve ! En plus d’être terroriste/voleur ! Le mec était zoophile (‘fin si ça marche pour les vampires !) … Il était complétement cinglé ! L’envoyer à l’HP serait une immense aide pour la population de Dark Island et cela me revenait de droit ! Afin de lui expliquer, ce qu’il faisait, était mal, je disais ça avec ma voix grave, qui ne faisait pas du tout peur :

« Hé hé hé ! Cherche pas d’excuses ! J'sais que t’coupable ! Les types comme toi, ça court les rues ! Du coup ! J’vais t’envoyer en asile ! Et t’vas voir si on fait exploser des fenêtres comme ça ! ‘Spéce de p’tit con ! »


Après avoir dit ça … Je me retournais vers la vieille ! Puis réfléchis à deux trois trucs en la voyant (Non ! Désolé de vous décevoir ! Ce n’est pas du tout mon style de femmes), avant de lui dire quelques mots :

« Oh la mamie ! J’viens d’changer d’avis ! Moi j’vais partir à la recherche d’ces connards d’racistes ! Comme ça, tu t’coinces pas l’dos ! Et toi t’vas t’occuper de c’délinquant juvénile OK ? »
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
avatar
Messages : 3199
Race : Humaine parasitée

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
8/350  (8/350)
Berrys: 20.976.050 B

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Sam 22 Mar - 19:30



Toutou, Super-héros, Mamie


2 : Fais-moi plaisir.




Une blague sur son âge… Le problème c’est qu’en la récitant, il venait d’enfreindre l’article 6. Normalement, elle aurait dû de suite réagir avec un discours sur le respect des ainés, mais se retint. Mauvais endroit, mauvais moment. Elle tenait déjà un homme en joue avec son sabre, chaque chose en son temps. On leur répond par le silence, se dit-elle en n’émettant qu’un profond soupir en guise de réponse. Visiblement peu inquiété à l’idée d’affronter une quadragénaire armée d’une très étrange épée rougeâtre, rappelant par sa couleur peu naturelle les jouets que les enfants se fabriquaient pour partir vivre leurs aventures imaginaires, l’homme en question s’avança, sourire confiant aux lèvres. C’est également à ce moment que le blagueur de service lui adressa une sorte … d’ordre. Il enchainait les maladresses.

- Vous méritez des claques, tous les deux.

Elle le pensait vraiment, mais pas seulement pour eux. Toute la nouvelle génération méritait des claques. Zora avait assisté à toute la scène depuis l’extérieur. Un gamin était arrivé en courant, menacé par deux individus. Il était entré dans l’établissement pour éviter les attaques de ses deux poursuivants, mais la façade s’était écroulée.  Assis en terrasse, le blagueur devait ruminer sous son masque de ne pas s’être placé en intérieur.   C’est à ce moment-là qu’il s’était levé, visiblement bien furax, pour menacer le rouquin bruyant, avant de finalement demander à la quadragénaire de lui remonter les bretelles à sa place… ce qui nous mène au début du paragraphe précédent.

- Toi, tu ne bouges pas, dit-elle au chasseur qui lui faisait face, avant d’enjamber les décombres pour se retrouver à l’intérieur du Croc’Dur. Quant à toi, tu n’as l’air ni d’un Sith, ni d’un chasseur de vampire… Alors fais-moi plaisir, rentre chez toi et laisse les adultes travailler.

Accroché à sa taille, son sabre avait mystérieusement repris la taille d’un petit couteau. Pensive, notre demoiselle se caressa le menton, le regard dans le vide. Que faire pour la suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Dim 23 Mar - 18:23

Il nous faut du feu !

On m’accusait, on m’insultait, on m’envoyait bouler de tous les côtés… C’était une vraie torture que d’être entré dans ce lieu de débauche et d’ivresse. Je regardai l’homme dans un premier temps, assez peu intéressant, il semblait tout de même avoir un humour très développé et sa remarque me fit rire intérieurement quand il s’adressa à la ‘vieille’. En réalité, les dinosaures devaient morts en la voyant. Je crachais mon venin dans mon esprit, ne voulant pas la mettre en colère. Malgré mon mécontentement, je respectais les personnes âgées, elles avaient une sagesse que les plus jeunes ne possédaient pas. Je me tenais droit comme un piquet, prêt à répliquer… Puis je remarquai que je n’avais rien à dire. Je n’étais pas coupable ! C’était leur faute ! Il fallait que je les retrouve, mais où avaient-ils pu s’évaporer ?

Sans prendre en compte la remarque de l’homme et essayant de passer outre celle de la vieille, je commençai à marcher vers l’extérieur du bar quand le patron me saisit par le bras. Il semblait plutôt mécontent, ce que je comprenais, mais je n’avais rien à voir avec la destruction de la façade de son bar ! Quoiqu’en réalité, c’était moi qui avait amené ces gredins à l’intérieur. Je déglutis, souris béatement, maladroitement, essayai de me défaire de sa poigne de fer mais compris aussi immédiatement que j’étais prisonnier. Mortel.

« - Tu vas me payer les dégâts occasionnés, on roule pas sur l’or par ici, gamin ! »

Ah ? Pas mon problème ! Je lui lançai un regard colérique, empli de ce sentiment d’injustice que tout ‘gamin’ de mon âge subissait quand on l’accusait à tort. C’était quelque chose de peut-être un peu plus pointu que lorsqu’on était adulte, car on ne voyait pas le monde de la même manière. Soupirant, je me dégageai d’un coup sec et lui tirai la langue.

« - Ce n’est pas moi qui ait détruit votre façade, allez vous adressez aux chasseurs ! Lançai-je dans un premier temps, avant d’ajouter en me tournant vers la vieille femme : Et vu qu’ils m’ont mis dans la merde, j’ai à présent un compte à régler avec eux ! »

Sans regarder derrière moi, je courus vers la sortie, essayant ainsi d’échapper à mes deux premiers agresseurs verbaux. Il fallait que je trouve rapidement l’occasion de me barrer d’ici… Ou de capturer mes deux agresseurs. Il y avait plusieurs choses étranges cependant que j’avais passées outre dans cet établissement. Premièrement, la tenue du premier homme qui m’avait adressé la parole. C’était un costume de carnaval ou quoi ? Ensuite, l’épée ou le couteau de la vieille. Soit c’était une hallucination et je devrais arrêter les champignons, soit elle avait des outils bien étranges.

En sortant la rue par l’énorme trou qui s’était formé à la place de la façade, je pensai un instant que j’avais oublié quelque chose de relativement important et jetai un coup d’œil derrière moi. Ce fut ceci qui aurait pu causer ma perte si les deux hommes s’étaient montrés dangereux. Dans un premier temps, une volée de balles avait été tirée devant moi, puis le sol de la terrasse s’était littéralement enflammé, rendant la sortie… Totalement impossible par ce côté-là. Je reculai instinctivement, essayant de localiser à travers les flammes d’où mes adversaires m’avaient attaqué. Rien.

Je me mordis la lèvre et retournai en arrière, regardant le restaurateur pâle. Il semblait plutôt vexé de voir son bâtiment prendre feu, comme ça, tout simplement parce qu’un gamin poursuivi par deux étranges personnages était entré dans son établissement. Moi-même je trouvais la situation assez dérangeante. J’aurais aimé pouvoir faire quelque chose, mais je n’avais pas un océan sous la main pour arrêter le feu qui se propageait à une vitesse démente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Sam 29 Mar - 0:51


« Le chasseur chassé »

Au feu les pompiers, y’a mon bar qui brûle ! Comment je vais faire pour me saouler la gueule après ?


Voilà, je venais d’engueuler ce jeune fou ! Car après tout, c’est tout ce qu’il méritait après les actes qu’il avait commis, tous plus diabolique, les uns plus que les autres. Ainsi, dans ce monde de merde. Je me devais de faire une chose ! Arrêter ce jeune homme aux cheveux roux, avant de reprendre ma route vers je-ne-sais-où (Très beau village au passage, mais qu’est-ce qu’il est dur à trouver, bordel de merde !). Néanmoins, je ne pus le faire maintenant puisque le criminel, que j’avais en face des yeux, se fait la malle pour aller se faire engueuler par quelqu’un d’autres. Celui qui l’insultait maintenant, était la mamie … Il devait bien aimer les combos hein. Car là, il venait d’en faire un magnifique. Que lui disait la mamie ? Bah que c’était un gosse ! Et BIIIIIIIIIIIIM ! Cassé par un diplodocus ! Bien entendu, à cela il ne put rien répondre. A cause de ça, il essayât de partir. Je le comprenais après tout. Mais bon, moi je savais ne pas me laisser par l’ancêtre. Néanmoins, il ne put pas aller plus loin. Vu que le barman l’empoignât pour … pour … l’engueuler ! Et oui, ce mec était doué dans un domaine … chercher la merde ! Il répondit au vieux en lui tirant la langue … Oui, oui, oui vous avez bien entendu ! Comme quoi, pour une fois dans sa loooooooongue vie ! La mémé avait raison. Après ça, il sortait encore une fois l’excuse des chasseurs, qui avaient tout détruit … Bla bla bla … Putain ! Ce n’est pas parce que ce sont des criminels, que tu n’en es pas un toi aussi ! Après ça, n’étant pas doué pour être sans emmerde pendant deux secondes. Il se fit tirer dessus. Cela montrait enfin qu’il ne sortait pas des excuses pour rien … Quoi que, il avait très bien pu trahir ces malfrats. Après cela, des flammes apparurent devant la sortie du bar.

Le feu mangeait de plus en plus, une part importante du restaurant. Il fallait faire quelque chose, pour que les présentes ici ne se fassent pas engloutir par les flammes. Le gros problème qu’on avait, c’est que de l’alcool était présent et … Alcool + Feu = GROS KABOOM ! Et c’est pour cette raison, que je demandais au papy, qui tenait l’établissement, s’il avait un tuyau d’arrosage ou un autre truc du genre, pour éteindre le brasier. Il me répondait que non, mais par contre, il disait qu’il y avait un gros réservoir d’eau sur le toit. Avec cette information et un maximum de motivation en tête. J’allais jusqu’à l’endroit le plus haut du bâtiment, à l’aide de grands pas et sauts. Ainsi, au lieu de mettre plusieurs minutes à monter les différents escaliers et échelles, je ne mettais que 40 secondes (Et oui ! Vous auriez dû voir mon fessier les filles ! Vous auriez toutes succombé !). J’étais maintenant face à un immense bidon, fait de taule, à moitié rouillée ! Et vu la gueule de ce métal ! Je ne boirai jamais de cette eau ! A part si je veux me suicider. Et encore, ça fait vraiment une mort dégueu ! Les gens ne peuvent pas te pleurer, tellement que tu pues !

Ainsi, il fallait que je fasse un trou dans ce conteneur maintenant. Vu que le faire tomber était impossible, à cause de son poids, qui devait surement être très élevé. Ma première attaque fut de donner un simple coup de couteau. Mais cela ne marchât pas, C’était comme si j’essayais de casser un gros caillou avec une petite cuillère. Après ça, j’essayais de donner un nouveau coup, mais cette fois-ci, j’utilisais mon fruit du démon, en touchant au préalable le sol, qui était composé de ciment. Là, je faisais au moins quelque chose ! Juste un petit creux … Et oui ! La réussite n’était pas de mon côté (Ne vous moquez pas hein, j’aurai bien aimé vous voir). Ne m’avouant pas vaincu aussi facilement, je décidais que pour le prochain coup, je prendrai du recul. Et grâce à cette miraculeuse idée (Oh ça va ! Certes il ne faut pas avoir un super QI, mais bon comme on dit chez moi ! Je vous emmerde !) et à un magnifique saut, je faisais une brèche dans le bidon … Et l’eau pouvait se déverser sur les flammes …

Néanmoins, il y eut un petit problème. Je n’avais que taper le côté de l’objet, fait de métal. Ainsi, je n’avais pas pu freiner et une chute s’en suivit. Et oui ! La vie n’est pas parfaite ! Surtout pas pour moi. Néanmoins dans le malheur, il y eut un peu d’espoir. Certes, j’étais maintenant recouvert entièrement d’une eau puante, qui avait stagné je-ne-sais-combien-de-temps et j’allais peut-être mourir dans l’heure … qui sait ? Mais ! Mais ! Je ne m’écrasais pas comme une belle bouse dans le feu. A la fois, ma chute était ralentie par la large toile, qui servait de couvre-soleil (Mais bon, cela n’empêchât pas que cela me fasse bien mal quand même). Et je m’écrasais sur la terrasse en bois du bar, qui elle n’était pas en feu. Maintenant il fallait attendre quelques secondes pour voir si l’eau allait complétement éteindre ce foutu brasier.
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
avatar
Messages : 3199
Race : Humaine parasitée

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
8/350  (8/350)
Berrys: 20.976.050 B

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Dim 27 Avr - 19:25

Attention, le titre : "noyé dans le thé" fait directement référence au fait que vous allez être flood d'explications sur le thé durant ce post. Faut s'accrocher et s'aider des paroles de Zora pour comprendre ce qu'il se passe. Bon courage.



Toutou, Super-héros, Mamie


3 : Noyé dans le thé.


- Un Lady Grey, s’il vous plait.

Le Earl Grey, un thé assez particulier. Il s’agit à la base d’un thé noir, mais son goût âcre prononcé lorsqu’il est consommé pur le rend impopulaire dans la plupart des régions. Ainsi, on le mélange à de la bergamote, histoire de lui donner un parfum. En vérité, l’Earl Grey n’est pas mauvais, il est simplement très difficile à préparer. Flétrissage, roulage, fermentation, dessiccation et enfin tamisage… Elle visionnait chacune de ces étapes tandis que le liquide chaud se déversait dans sa bouche. Echouer une seule d’entre elle suffisait à donner au thé un mauvais goût, qui resterait longtemps, puisque les feuilles pouvaient se conserver durant plusieurs années.

- La situation a dégénéré…

Avec tout ça, nous n’avons toujours pas abordé le Lady Grey. Il s’agit d’une variante plus « exquise » de l’Earl Grey, inventé à North Blue, justement, car les habitants de la région ne supportaient pas la saveur de ce breuvage particulier. Ils ajoutèrent donc au thé noir et à la bergamote – ingrédients de base – du citron, de l’orange et même du bleuet ou de la lavande, ce qui rendit le Lady Grey plus abordable que sa grande sœur. Pour ceux que le domaine intéressait, Zora conseillait souvent cet ouvrage qu’on lui avait indiqué il y a plusieurs années : « Histoires et Origines des Thés ». Livre passionnant, rempli de grande illustrations, de récits et de recettes.

- Voilà, le feu est éteint, plus besoin d’en vouloir à cet enfant. Vous pouvez remercier le jeune homme odorant pour ça.

S’il ne se calmait pas, la situation dégénérait encore plus. Un trou dans le mur, un début de feu et maintenant de la flotte partout, il y avait largement de quoi contacter les autorités. C’était ce qu’il fallait éviter. Ce noble barman devait… respirer un bon coup, s’assoir et… et prendre un bon thé oui. Au royaume d’Alabasta, ils avaient un thé vert d’excellente qualité, un thé à la menthe. Un proverbe local disait d’ailleurs à propos de ce dernier : « Le premier verre est aussi doux que la vie. Le deuxième est aussi fort que l'amour. Le troisième est aussi amer que la mort. »

- Je suis certaine qu’ils épongeront le tout si vous leur donnez le matériel, dit-elle en toisant le rouquin et le masqué du regard.

Elle avait besoin de son attention. Les deux autres pouvaient nettoyer – au moins ils seraient utile, parce que jusqu’à présent, ce ne fut pas trop le cas – le temps qu’elle lui pose des questions. Les dirigeants de ce genre d’établissements étaient généralement des mines d’informations. Et puis, il avait du thé, forcément quelqu’un de bien, donc. En avalant sa troisième gorgée de Lady Grey, Zora se demanda même si elle ne devrait pas demander un nuage de lait en plus. La fin du thé passerait plus facilement et il valait mieux demander ça plutôt que rajouter du sucre. Ah non, pas question de rajouter du sucre ! C’était du thé, pas une boisson d’enfant !

Ce n’était ni le lieu, ni le moment pour prendre des kilos. D’ailleurs, l’un des effets méconnus de la feuille de thé non traitée, est la favorisation de la lipolyse. Le thé facilitait l’élimination des graisses et pouvait être prescrit à certains patients en surcharge pondérale.
Remuant son thé sombre à l’aide de sa petite cuillère, Zora posa donc sa question.


- Vous savez où je pourrais trouver une grosse poche de sang ?

Parce qu’il faut pas non plus oublier l’objectif de base.


"Ouais euh... t'as pas genre... un mois de retard ?"

- Mieux vaut tard que... ? Bon ok, pardon.

"Et t'as changé ton code et tout... c'est pas uniforme... en plus c'est moche"

- Nan, là par contre je m'en fous.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Lun 28 Avr - 11:35

Vian.

Un mec était parti, la vieille commentait la situation et j’étais plutôt content de voir que, malgré le temps que ça avait pris, une averse d’eau croupie avait totalement éteint le feu. Je m’assis à une table, soupirant, content de constater que les choses s’étaient enfin calmées. Ce n’était pas évident de devoir gérer deux vampires à sa poursuite, qui plus est quand ceux-ci s’y prenaient avec des matières peu orthodoxes, comprenons quand on comparait au reste de leur espèce, pour parvenir à leur résultat. A peine l’eau eu-elle éteint l’accalmie qu’un homme, une sorte de prêtre avec un bâton et de cheveux longs argentés, entra dans le snack, ou du moins ce qu’il restait du bâtiment. Il semblait faire partie de cette communauté de vampires baba-cool qui habitait dans les parages. Les Sith, je crois.

En regardant l’homme se dandiner, je me sentis légèrement oppressé. Il ressemblait à n’importe quelle créature un peu spéciale, à l’exception que sa présence me donnait envie de me terrer sous une table. Lorsqu’il s’assit et se tourna légèrement vers moi, ou du moins c’est ce que j’eus l’impression qu’il fit, je m’enfonçai sur mon siège et arrêtai de le fixer, faisant attention aux paroles de la vieille. Elle comptait me donner du boulot supplémentaire ? En rêve ! Je fis mine de l’ignorer, quand j’entendis la demande particulière du dinosaure. Apparemment, l’homme assis au bord l’entendit aussi, puisqu’il lorgna sur la causeuse avec le même sourire qu’un commerçant aurait eu à la vue du prochain pigeon à plumer.

Un gars du bar hurla de rire avec quelques secondes de décalage, comme s’il avait été trop abasourdi par la demande de la dame :

« - Dans n’importe quelle épicerie ! On voit bien que t’es pas du coin, toi ! »

Alors il continua à rire, il s’écroula par terre sur une latte à moitié brûlée, collant son derrière sur l’eau malodorante. J’aurais aimé quitter les lieux sans préavis, mais si je sortais d’ici je risquais de me faire canarder. Pas comme le gars qui venait d’arriver… Tiens, étrange d’ailleurs. Etait-ce juste moi qui étais visé ? Pour vérifier la chose, en grand imprudent que j’étais, je sortis la tête et lorgnai vers l’origine des précédents coups de feu. Bingo, plus rien. Je rentrai la tête et la ressortis à découvert plusieurs fois d’affilé. Non, définitivement plus d’ennemi à esquiver. Définitivement étrange.

« - Si vous voulez, dit le gars au bâton en se tournant vers la personne âgée, j’ai retiré le sang de quelques créatures sauvages, des animaux, des trucs verts il y a à peine une dizaine de minutes. »

Mon sang ne fit qu’un tour, mon cœur s’enfonça dans ma poitrine et tandis que je regardais l’homme je pensais à mon compagnon de route, seul, dans la forêt de l’île. Impossible, il était trop intelligent pour se laisser extirper le sang… Mais en même temps, ce gars semblait être d’une puissance terrifiante. Un vampire, mais pas n’importe quel genre de vampire. S’il ne s’en prenait qu’aux animaux, ce n’était pas vraiment illégal.

« - Est-ce que… ? Commençai-je à demander en faisant un pas vers lui. Est-ce que vous avez attaqué une créature petite, en partie verte et blanche, une sorte de lapin aux grandes oreilles ? »

Il sourit, comme amusé par la description que j’en faisais. Faisant mine de réfléchir un instant il ouvrit sa cape, dévoilant quelques poches de sang bien fermées et une corde à laquelle était attachée un petit animal évanoui, bâillonné. Miu. C’était bien mon compagnon de voyage le plus fidèle, le plus précieux. Je me dirigeai vers lui mais l’homme rabattit sa cape. Ma tempe se contracta à plusieurs reprises tandis que je lui jetais un regard noir digne des plus grands caprices. Cependant justifié cette fois-ci.

« - Je ne vois pas de quoi tu parles, gamin ! S’exclama-t-il en se tournant à nouveau vers la vieille. Voyons, est-ce que vous seriez intéressée par mes produits, madame ? »

Je bouillonnais intérieurement. Il n’allait pas avoir mon compagnon très longtemps.


Vian regardait la vieille dame avec un sourire amusé. Il savait que les lois des Sith étaient très strictes sur le sang, de même qu’il savait que certaines personnes vendaient sous le manteau du sang humain obtenu illégalement.

Ayant été envoyé par son chef dans le but de relever l’évolution des capacités du sujet d’expérience 107, il en avait conclus à un échec cuisant. Il n’avait même pas affronté les hommes que le vampire lui avait envoyés.

Ces deux imbéciles s’étaient d’ailleurs trop laissé aller. Ils avaient causé des dégâts superflus et auraient définitivement attiré l’attention sur le Jumper s’ils avaient continué. Pour éviter de faire tout lien avec l’organisation, il avait malheureusement fallu se débarrasser des mercenaires. Cette pensée le fit sourire tandis qu’il essayait d’engager les négociations avec la vieille femme. Il fallait faire croire à un manque d’attention pour le gamin pour lequel il était ici. En capturant le truc qu’il se trimballait partout, Vian avait peut-être commis sa plus grande erreur de la journée. Mais rien ne valait un bon objectif pour améliorer ses capacités.

Après tout, un sujet d’expérience faible ne les intéressait nullement.
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
avatar
Messages : 3199
Race : Humaine parasitée

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
8/350  (8/350)
Berrys: 20.976.050 B

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Mer 9 Juil - 13:34



Toutou, super-héros (?), mamie


4 : Le mâle alpha



Enfin quelqu’un de sensé au milieu de tout ce fatras. Pas d’histoire bizarre, d’apparition anormale rappelant les introductions de personnages dans les romans, pas d’insulte ou de répartie mal polie. Il avait entendu l’appel à l’aide de la quadragénaire et s’était proposé de lui vendre l’objet de ses recherches. Point. Aussi simple que ça. Zora quitta donc sa place assise, emportant bien sûr avec elle sa tasse de thé et de quoi remuer la boisson encore chaude. Elle marcha à son aise jusqu’à atteindre le rouquin et l’argenté.

- Oui, ça m’intéresse.

Golbat, qui se reposait donc à plusieurs lieux d’ici, n’était pas une chauve-souris difficile. Contrairement au folklore lié à cette espèce, son régime alimentaire était principalement composé d’insectes. Le sang c’était comme … une friandise, un pet extra que Zora s’autorisait à lui donner de temps en temps. Rien n’était trop bon pour son Golbat. Elle n’avait pas trop suivi l’échange entre les deux individus, mais s’empressa de poser sa main sur l’épaule du gamin.

- Ta maman ne t’a pas dit qu’il ne fallait pas tirer la langue aux adultes ? Enfin bref, je parle avec le monsieur, toi tu nettoies d’accord ?

Les jeunes… suffisait de leur montrer qui était aux commandes et le tour était joué. Que ce soit sa voix de jeune adulte, son absence de pilosité ou son regard inexpérimenté, rien chez lui n’inspirait le respect. Son attitude n’aidait pas dans ce sens non plus. Bref, on était loin du mâle alpha caractéristique des populations simiesques. Il n’était qu’un bruyant personnage sans intérêt. Le genre d’individu qu’on oublie très vite.






Dernière édition par Harlock Zora le Sam 6 Sep - 20:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Mer 9 Juil - 14:44

Surprise !

Il n’y avait pas beaucoup de chemin à faire pour relever mon humeur et me faire devenir un vrai petit con comme aurait pu dire l’un de mes anciens professeurs. Il suffisait de s’en prendre à une personne que j’aimais bien, de parler de ma taille de manière provocante ou de m’accuser de choses dont je n’étais pas responsable. Deux sur trois, la journée avait l’air de bien se dérouler. Tandis que l’homme-vampire parlait à la vieille femme, je tentai de prendre l’animal à côté de ses poches de sang. Tout en souriant et en écoutant son interlocutrice, il esquissa des mouvements agiles que je ne pouvais suivre, m’obligeant à jouer avec lui dans un simulacre de danse désorganisée. Trop c’en était trop. Je ne voulais pas utiliser mes capacités contre lui car je n’étais sûr que cette île cultive le sens du secret. Pourtant… L’intervention de la vieille dame attira mon attention, d’abord dans ses paroles vis-à-vis de l’homme qui me retint du bout du bras tandis que j’essayai de progresser vers lui, démontrant une force surréaliste. J’arrêtai en regardant dans le vide devant moi, subissant l’attaque de Madame-Je-me-mêle-de-ce-qui-ne-me-regarde-pas. Les mots étaient parfois plus efficaces que les actes contre le mental des jeunes garçons dans mon genre, pourtant cette fois-ci je décidai de ne pas me laisser faire. De ne pas subir. Allez-vous faire voir.

« - Ce n’est pas moi qui ait foutu le feu à cet établissement ! C’est pas ma faute si des cinglés se baladent dans les rues de cette île, bordel ! Et si on ne me demande pas juste gentiment d’aider, je n’aiderai pas à réparer les conneries d’autrui, merde à la fin ! »

Il faut savoir dire stop à un moment. Ma voix avait porté dans toute la salle, et les personnes qui étaient occupées à déblayer quelques décombres pour chercher une bouteille d’alcool qui aurait survécu tournèrent brièvement un regard désintéressé vers nous avant de se remettre à la tâche. Sans jeter un coup d’œil à la vieille, n’aimant pas manquer de respect aux personnes âgées, je leur tournai le dos tandis que le Sith ouvrait sa cape pour lui présenter les différentes variétés de sang qu’il avait à offrir, laissant Miu prendre de son côté droit, à l’opposé de là où je me trouvais donc.

Sauver un ami nécessitait bien de s’exposer. Et puis de toutes les manières, personne n’en avait rien à foutre. Je fis un pas en direction de la sortie, mais mon pied n’atteignit jamais le sol à l’endroit prévu par les lois de la physique. Mon corps disparut tandis que mon bras tendu apparaissait devant la poche de sang la plus à gauche de la cape ouverte de l’homme-vampire. Ma main plongea alors rapidement, touchant le petit être qui était attaché à une corde, et celui-ci suivit le mouvement tandis que je reprenais ma position initiale, près de la crevasse de sortie. Le vendeur de sang ne se tourna dans un premier temps pas vers moi, mais le poids qui avait disparu de son manteau, la corde pendante, vide, l’amenèrent à me jeter un regard dédaigneux. Je tenais à présent l’animal contre moi, mon visage en partie tourné vers les deux personnes en plein deal, leur tirant la langue.

« - Excusez-moi pour ce petit écart, madame, dit le vampire avec un sourire froid. Je vous ferai une réduction pour l’attente occasionné. »

Un vrai commerçant. Dans geste vif et habile, il prit un tabouret encore entier et le cogna contre le sol dans un geste d’une violence inouie. Puis suivant dans son attaque, il m’envoya le pied du tabouret tel un pieu ayant pour but de me transpercer le cœur. A peine vis-je l’action se faire que j’utilisai à nouveau mon pouvoir, cette fois-ci pour me téléporter légèrement sur le côté vers lequel mon autre moitié de visage était tournée. J’étais à présent à hauteur rectiligne de la vieille femme, un peu en retrait, le dos tourné à mon attaquant, le cœur battant tandis que j’essayais de ne pas perdre le fil des évènements.

« - Bien. »

L’homme s’éclaircit la gorge avant de continuer, d’une voix qui se voulait discrète mais assez audible pour attirer mon attention.

« - Quel genre de sang voulez-vous ? »
Il doit te manquer une ou deux lignes pour atteindre les quinze idéalement.
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
avatar
Messages : 3199
Race : Humaine parasitée

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
8/350  (8/350)
Berrys: 20.976.050 B

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Ven 11 Juil - 14:49



Toutou, super-héros (?), mamie


5 : Vous deux, vous vous connaissez.



Ce gamin bruyant manquait encore de discernement. A aucun moment Zora n’avait cherché à savoir si oui ou non il était bien la cause de tous ce désordre, parce qu’au fond, ça n’avait pas vraiment d’importance. Elle lui avait simplement demandé de ranger, d’arrêter de ne penser qu’à sa petite personne, de prendre sur lui et de ranger. Le genre de geste simple et gratuit qui fait plaisir aux autres. En bon jeune homme insubordonné, s’était révolté contre l’autorité qu’elle représentait pour lui à cet instant… Alala, la jeunesse.

- Que quelqu’un fasse sortir cet enfant, soupira-t-elle.

Et comme si un génie avait exaucé son souhait, le rouquin se dirigea vers la sortie. Zora pu enfin se concentrer sur le gentil vendeur et ce qu’il proposait. Elle fut un moment perturbée par la très étrange bestiole qui pendouillait dans la veste, mais n’y prêta pas plus d’attention, se disant qu’il devait probablement s’agir d’une sorte de porte-bonheur. Un peu comme les sabots de cheval ou les pattes de lapin. Retour à la situation initiale donc, le sang. Une poche suffirait-elle ou bien valait-il mieux en prendre plusieurs, en réserve ? Cette dernière possibilité, assurément la plus pratique sur le long terme, entrait malheureusement en contradiction avec les consignes du vétérinaire : « Vous devez varier son alimentation », qu’il avait dit… Mmm, en proie à un véritable dilemme, Zora haussa un instant les yeux, pensive.

La voix du commerçant la tira de ses pensées. Encore un coup de l’enfant, qui tenait dans les mains une peluche similaire au porte-bonheur accroché dans l’entre veste. Quelle vitesse… C’était ce que Zora se dit dans un premier temps. Jamais elle n’aurait soupçonné une telle vélocité chez ce garçon. Puis, lorsque ce dernier esquiva le pied de tabouret, elle fronça les sourcils. Ça ressemble au soru, en avait-elle conclu, mais ça n’a pas le bruit du soru. Et ce bruit, vu la manière dont elle occupait ses journées, elle le connaissait plutôt bien. C’est là qu’elle avala son reste de thé d’une traite et décida de passer à l’action.

- Quel genre de sang voulez-vous ?

- Mademoiselle.

Interrogation sur le visage du vendeur. « Hein ? »

- Vous m’avez appelé madame tout à l’heure, mais c’est mademoiselle. Quant à toi mon garçon, enchaina-t-elle sur un ton réprobateur, tu ne devrais pas faire étalage de tes capacités aussi facilement, ça pourrait jouer contre toi.

Il y avait pleins d’autres solutions pour reprendre sa chose. Il aurait pu demander de l’aide à un adulte par exemple. Consciente de l’étrangeté de sa réaction, Zora profita de ce petit moment de « Euh… j’ai pas tout suivi, qu’est-ce qu’il se passe là ? » Pour prendre son escargophone.

- Changement de plan, on laisse tomber la mission pour l’instant et vous venez tous ici, vite.

Tous les regards étaient tournés vers le trio bruyant. Zora s’avança de manière à se trouver entre le vendeur et le rouquin et les observa tour à tour, avant de dégainer son petit couteau rouge. Main droite bien sûr.

- Vous deux… vous vous connaissez. Toi, tu es un jeune garçon impoli et visiblement remonté au point de prendre des risques pour sauver cette… chose que vous, fit-elle en tournant son visage, avez réussi à lui dérober malgré sa vitesse. Probablement via un stratagème. Haha, j’ai le sentiment que l’un d’entre vous va bientôt me raconter une passionnante histoire dans laquelle je parie que l’autre est le grand méchant.

Comme le dit le célèbre adage : « la curiosité est un vilain défaut ». Cette curiosité maladive, cette envie de toujours tout savoir sur tout, de se mêler de ce qui ne la regarde pas, a de tout temps mis Zora dans des situations plus ou moins délicates.







Dernière édition par Harlock Zora le Sam 6 Sep - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Ven 11 Juil - 15:41

Une espèce en voie d'extinction.

« Je fais ce que je veux ». C’est ce que j’aurais pu répondre, mais je ne le fis pas, pour une fois j’étais d’accord avec son conseil avisé. Même si elle n’avait pas explicitement dit que c’était de téléportation, peut-être à cause de sa ressemblance avec certaines techniques de déplacement rapide, arriver à faire cette constatation était une infime preuve que je n’avais pas affaire à quelqu’un né de la dernière pluie. Me contentant de sourire, je n’écoutai pas le reste de la conversation qu’elle eut avec le vendeur de sang, ou du moins c’est ce que je crus tandis que je bougeai sur le côté, essayant de garder les mouvements de l’homme dans mon champ de vision pour m’échapper. Le patron me jeta un regard soutenu par une dose de colère qu’il ne tentait pas de dissimuler, grondant des choses que je n’aurais pu entendre qu’en collant mon oreille à ses lèvres. Très peu pour moi.

Alors la femme d’un certain âge se mêla à nouveau de ce qui ne la regardait pas. Elle commença à rabâcher quelque chose qui relevait de la prémonition… Bien sûr que cette enflure était le méchant de l’histoire… Il ne voulait pas me rendre mon compagnon de route alors qu’il semblait savoir que c’était quelqu’un de précieux pour moi. Et même s’il était juste taquin, j’aurais tous les droits pour lui jeter mon venin à la figure. Mais j’évitais, tout simplement. Je me dirigeais prudemment vers la médiatrice improvisée et pris soin de me mettre en partie derrière elle, ne considérant pas ça comme un acte hostile mais comme un acte de prévention. Cet homme n’oserait jamais s’attaquer à « Mademoiselle ».

« - Il n’y a rien à dire, j’ai juste capturé une bête sauvage pour extraire le sang, et il s’avère que ce garçon a une forte tendance à défendre les animaux. »

Je haussai les épaules. A quelques détails près, c’était ça. Je ne souris pas, préférant garder mes forces pour autre chose, quand l’homme me regarda et afficha une expression amusée. Bien, maintenant que j’avais fait ma bonne action de la journée en permettant à une vieille dame qui se mêle de tout d’en apprendre plus sur les circonstances de cet enlèvement fortuit, je m’inclinai légèrement en signe de politesse et repris ma marche vers la sortie. Puis une question me vint à l’esprit.

« - Vous saviez que c’était mon camarade ? »

Ce fut à son tour de hausser les épaules, levant par la même occasion les yeux au ciel en affichant une expression totalement désintéressée, comme si j’étais un jouet avec lequel il avait fini de s’amuser. Cette fois-ci, j’étais piqué à vif.

« - Ce lapin, commenta-t-il en regardant la vieille femme, est une espèce très rare et certainement en voie d’extinction. Son sang est peut-être exquis, mais aucun rapport ne permet de le confirmer… »

Miu ne bougeait toujours pas, encore plongé dans les bras de Morphée, son petit cœur battant suffisamment pour me rassurer quant à son état. Cet homme semblait savoir des choses sur mon compagnon que j’ignorais, mais hors de question de lui demander. Je n’étais pas encore tombé si bas. Je tournai mon visage vers la médiatrice en me mordillant la lèvre, tentant d’être moins spontané. Pourtant, quand l’idée me vint je tentai de la formuler.

« - En fait… Ce ‘lapin’ est mon compagnon de route, il aime juste avoir un peu de liberté… Quant à son sang, je crois que ce n’est pas nécessaire de vérifier son goût. »

En disant ces derniers mots, je serrai un peu plus le petit animal contre moi, prenant toujours soin de ne pas lui faire mal. Le vendeur de sang sembla alors se désintéresser de mon cas, un sourire presque malsain sur les lèvres, du moins de mon point de vue.
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
avatar
Messages : 3199
Race : Humaine parasitée

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
8/350  (8/350)
Berrys: 20.976.050 B

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Mar 29 Juil - 4:31



Toutou, super-héros (?), mamie


6 : Paume ouverte, front baissé



Zora ne le disait jamais assez : aujourd’hui, les gens sont trop assistés. De son temps, la technologie liée au escargophone en était encore à ses balbutiement. On naviguait déjà avec des logs poses, mais ils n’avaient rien à voir avec les petites montres design. C’était plutôt de grosses boussoles de la taille d’un ballon, pas pratique à transporter du tout. Et encore, Zora savait qu’au début, les Logs poses avaient carrément la taille d’une grande armoire. Le « progrès ». Bien le progrès, pratique, rien à redire sur ça. Le souci c’était que du coup les gens deviennent dépendant de la nouvelle technologie. Comment faisaient-ils pour voyager quand tout ça n’existait pas ? C’était la question que s’était un jour posé la Zora de quarante ans, s’égarant à l’époque dans diverses bibliothèques de longues soirées durant.

- Faux, tous les deux. Ce lapin, c’est surtout l’un des meilleurs navigateurs au monde. .

Oui, en tout cas, il ressemblait beaucoup à ce dessin qu’on pouvait voir dans « Bragmen, les Affabulateurs », le sixième tome pour être précis. Cette série de vieux livres racontaient les folles aventures d’un groupe d’aventurier [Hrp : les aventures d'un groupe d'aventurier... GG Zora. Pour la peine j'édit pas, juste pour que tu relises ça et sois couvert de honte] sur « la route de tous les périls ». Elle était très célèbre dans les mers bleues car ce qu’on pouvait y lire par moments relevait du surnaturel. Bref, dans Bragmen, il était fait mention d’une espèce de lapin flottant aux couleurs variées, particulièrement douée pour sentir l’évolution des courants aériens – du pain béni pour les aventuriers de l’époque. Bon, ce lapin-ci n’était pas encore flottant et n’avait rien montré, mais il avait la couleur et la rareté.

- Ce lapin n’est de toute façon pas le problème, je ne sais même pas pourquoi nous avons commencé à en parler dans un premier temps. Je retiens surtout que vous vouliez me vendre du sang dont vous ne connaissiez pas la provenance. .

A ces mots, Zora s’approcha de l’individu d’un pas vif, avant de lui empoigner le bras vigoureusement. Il y avait de quoi être énervé, ce sang aurait pu contenir des maladies ou autre du genre. Et encore, là il s’agissait de nourrir une chauve-souris. En temps normal, le client de ce type aurait pu être un habitant du coin. Zora haussa la voix à l’attention des autres clients.

- Est-ce que ce genre de chose arrive souvent ?

Dans un premier temps, elle n’eut qu’un gloussement général en guise de réponse et la demoiselle fronça les sourcils, ne supportant guère d’être prise pour ce qu’elle n’était pas : une idiote. Un homme finit par lâcher entre deux soupirs : « Tous les moyens sont bons pour se faire un peu d’oseille, ma petite dame ». Ce à quoi Zora acquiesça en fermant les yeux, avant de se tourner vers l’extérieur de la boutique, raffermissant sa poigne sur le vendeur de rue.

- Emmenez-le, dit-elle en haussant le ton.

Un groupe de personne fit irruption dans la pièce et capturèrent le vil individu, sous la direction d’une Zora fortement remontée. Cette île l’énervait de plus en plus. Toujours les sourcils froncés elle suivit le petit cortège vers l’extérieur du Croc’dur, s’arrêtant cependant à la hauteur du jeune garçon, qu’elle fusilla également de ses yeux réprobateur. Le regard oscillant entre la boule de poils dans ses bras et sa tête d’adulte en formation, Zora se décida à briser l’étrange silence qui s’installait peu à peu. A son grand étonnement, sa voix sonna plus douce que le ton agressif qu’elle avait imaginé pour ces quelques phrases.

- Tu laisses ton camarade se faire capturer par le premier individu qui passe, malgré ta vitesse ? Si c’est ça, je n’aimerais pas être ton amie.

Avant de venir sur l’île, le groupe de Révolutionnaires avait étudié le terrain, la situation. L’un des rapports faisait notamment mention de la bassesse dont pouvaient faire preuve certains chasseurs de vampires, qui n’hésitaient pas à répandre délibérément certaines maladies, pour ensuite n’avoir que des corps inertes à ramasser, ranimer, puis revendre. Moins d’énergie à dépenser, plus de cible à collecte et quoi de plus simple que de directement contaminer l’une des principales sources d’alimentation ? Zora espérait obtenir plus d’informations sur le sujet en interrogeant sa prise. Et en parlant du loup… Il y eut soudain des bruits de coups, quelques cris, puis des sabres dégainés et une série de tirs. Un rebelle vint annoncer à sa supérieure que l’individu capturé venait de s’échapper.

- Ne restez-pas plantés là, rattrapez-le !

Paume ouverte, front baissé, facepalm, soupir bruyant, petite remarque sur la relative efficacité des subordonnés « bande d’incapables », plutôt classique. Zora eut alors la bonne idée pour se faciliter la tâche.

- Ecoute mon garçon, aide moi à retrouver ce type et je ferai en sorte que tu puisses à nouveau mettre les pieds ici plus tard, sans te faire courser ou virer pour d’éventuelles dettes, lui proposa-t-elle en pointant le gérant à l’autre bout de la pièce.

Pour l’anecdote, le gérant fut particulièrement vexé d’être pointé du doigt de la sorte, surtout qu’il avait tout suivi, tout entendu. Il n’aimait pas passer pour une sorte de personnage secondaire dont on se foutait un peu. Le geste explicatif de Zora fut donc immédiatement suivi d’un « Hey ! » dont personne ne tiendrait compte malheureusement. La quadragénaire s’élança aussitôt à la poursuite du scélérat.


Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Jeu 31 Juil - 13:27

La course-poursuite qui ne dure pas.

Quand la femme en face de moi commença à décrire ce que semblait être Miu, je serai ce dernier contre moi avec un regard suspicieux. S’il était d’une telle rareté et avait une telle valeur, alors il pourrait intéresser les contrebandiers. Et j’étais à peu près sûr qu’il y en avait quelques-uns dans les alentours qui avaient entendu les paroles de… Même s nous parlions depuis déjà quelques minutes, je ne connaissais pas son prénom. Me contentant de passer à autre chose mentalement, je continuais de l’observer tout en sortant quelques petits commentaires de temps à autre. « Bien dit. », « Je suis pas d’ici, mamie. » ou encore « Bien fait pour ta tronche, t’avais qu’à pas t’en prendre à mon ami. ».

Cependant, quand elle commença à critiquer ma façon de m’occuper de Miu, je voulus lui déballer toute notre histoire : A l’origine, je n’en voulais pas, mais il m’a suivi. Ensuite on a commencé à s’apprécier, et au final, même s’il gardait une totale liberté vis-à-vis de moi, je ne pourrais pas quitter une île sans l’avoir en ma compagnie. Je me contentai cependant de réfléchir quelques instants avant de répliquer avec toute la répartie dont j’étais capable :

« - Certes. »

Je ne voulais pas être son ami non plus de toutes les manières. Elle était méchante avec moi. Lorgnant sur la ruelle, j’entendis les bruits d’une bagarre résonner jusqu’à nous. Un homme vint alerter la femme comme si elle était leur chef de ce qui se passait là-bas. Le prisonnier s’était échappé. Génial, il manquait plus que ça. J’avais l’habitude de faire des courses poursuites. C’était même l’un de mes passe-temps favoris.

J’arrivais même à faire de l’ironie mentale. Exaspéré, je tentai d’accueillir la proposition de la vieille bique avec le sourire. Alors comme ça, je serais quand même tenu responsable de ce bordel… Sous forme de dette ? Même si le patron semblait vexé, il eut un petit sourire au départ de la femme, comme si l’idée qu’elle avait évoquée venait de faire germer quelques petits bourgeons qui menaçaient d’éclore. Me contentant de suivre la femme, je me mis au trot.

« - Au fait… Je sais qu’on a pas fait les présentations et que ce n’est pas le moment approprié pour se présenter, mais au cas où je meurs de manière sordide dans les minutes à venir, je m’appelle Erwin Dog. »

Déglutissant, j’attendis une réponse quelconque de sa part et disparus au bout de la rue, tournant le regard dans les deux directions en ayant arrêté mon mouvement de course, de toutes les manières déjà mis à mal par ma capacité. A ma droite, il y avait de nombreuses habitations dont les portes fermées et les volets totalement barricadés semblaient indiquer une absence totale de vie ou alors une population de vampire qui prenait des précautions pour éviter que la lumière du jour ne vienne s’infiltrer à l’intérieur de leur demeure.

Sur ma gauche, un homme avait mis à terre plusieurs personnes et continuait à courir vers la forêt où il deviendrait certainement intouchable. Il fallait bien sûr que je fasse quelque chose : ce salopard avait touché à Miu, ce n’était pas quelque chose que je pouvais pardonner. Ni dans cette vie, ni dans une autre. Pourtant, j’étais bien incapable de tuer, alors j’allais le laisser aux mains de la vieille femme pour qu’elle lui fasse voir la couleur des barreaux d’une cage ou des murs d’une prison. Je me téléportai juste à côté de l’homme qui s’arrêta, surpris de me voir. Ce seul instant me permit de le frôler et de le ramener à l’embranchement qui donnait sur les deux rues que j’avais cité mentalement, arrivant ainsi à peu près à la hauteur de la femme.

Rapide ? A ce niveau-là, elle pourrait trouver ça louche. De toutes les manières, les vieilles personnes, ça oublie vite.


Dernière édition par Erwin Dog le Jeu 4 Sep - 20:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
avatar
Messages : 3199
Race : Humaine parasitée

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
8/350  (8/350)
Berrys: 20.976.050 B

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Mer 3 Sep - 16:02



Toutou, super-héros (?), mamie


7 : Le monstre




- Je m’appelle Zora..

En pleine course, elle décida alors de bifurquer sur la droite.

- Harlock Zora.

L es présentations ainsi faites, Zora sortit son escargophone et se mit à donner des instructions au reste du groupe. Il fallait couvrir un large périmètre afin de pouvoir retrouver la trace du fugitif. Le point positif était l’absence de gens dans les rues, au moins on évitait les traditionnelles bousculades toujours suivies d’un discret « désolé ». Soudain l’un de ses hommes lui indiqua une entité en mouvement dans une rue parallèle à la sienne. Zora s’y précipita tout en dégainant son couteau rougeoyant. Elle n’eut rien de concret en visuel, mais entendit un bruit de poubelle déchirée sur sa droite.

Dans la zone où elle se trouvait, il n’y avait pas de maisons mitoyennes ou de grands bâtiments, juste quelques habitations dispersées les unes par rapport aux autres, chacune dotée de jardins ou de courts à l’avant et l’arrière. Guidée par le bruit suspect, Zora enjamba donc un portail et se retrouva dans l’enceinte d’une habitation locale, nez-à-nez avec… un chat, probablement occupé à se procurer son repas quotidien.

- Fausse alerte… déclara-t-elle en soupirant.

Désapointée par la relative efficacité de son équipe du jour, elle fit volte-face et s’apprêta à escalader à nouveau le portail métallique lorsqu’un puissant cri résonna dans son dos. Subitement et sans qu’elle n’ait le temps de lâcher prise ou de se retourner, une bête féroce tenta de lui agripper la cheville à l’aide de sa mâchoire. Surprise, la quadragénaire paniqua et lui asséna une série de coups avec son pied libre, répétant frénétiquement :

- Lâche-moi !

Fort heureusement, l’une de ses attaques atteignit l’œil de l’animal qui se recula en gémissant de douleur, permettant à notre demoiselle de lui faire face, sur le sol. Zora tenta alors de faire abstraction de sa cheville ensanglantée, tout en essayant de déterminer le genre d’animal auquel elle avait affaire. C’était une grande bête quadrupède, qui avait presque la même hauteur qu’elle, dotée de vibrisses ou encore de pupille fendue à la manière des félins, mais également dotée de canines puissantes ou encore d’un museau caractéristique de la race canine. Cependant le plus perturbant dans l’histoire, c’était son cri.

- On dirait… une creature hybride…

Peut-être l’expérience ratée d’un savant fou local, peut-être même que l’individu qu’elle traquait était impliqué dans l’histoire. C’était un mystère qu’elle prendrait le temps d’élucider plus tard. Retroussant ses manches, Zora entreprit dans un premier temps de neutraliser le monstre à l’aide de son pouvoir. Elle fixa donc l’animal dans les yeux avec une attitude de défi et les deux adversaires se mirent à tourner autour de la cour, sous les regards inquiets des habitants locaux, qui observaient discrètement la scène à travers leur fenêtre.

- Petit petit petit petit, lança-t-elle en guise de provocation.

Ce à quoi l’animal répondit par une première charge, seulement partiellement esquivée par la révolutionnaire qui en perdit l’équilibre et se retrouva fesses à terre. La bête profita alors de ce moment de faiblesse et bondit, griffes et crocs en avant, sur son adversaire. Avec le bon timing, Zora tendit ses deux jambes, empêchant l’animal de l’atteindre directement, avant de subitement les écarter pour les enrouler autour de son buste. Profitant du poids de la bête, elle n’eut alors qu’à brusquement basculer son bassin pour la faire chuter sur le côté et s’empressa de caresser son pelage étonnement agréable au toucher.

- Voilà, tout doux…dit-elle sur un ton apaisant.

Et lorsque l’animal retourna au stade de bébé, Zora comprit le pot-au-rose. Elle tenait en effet dans ses mains un bébé chaton assoupi, confirmant l’origine féline de l’animal. La partie canine devait donc provenir d’ailleurs, probablement d’un fruit du démon. Un appel l’empêcha d’étayer d’avantage son hypothèse.

- De grâce, dites-moi que vous l’avez trouvé.

- Non…

- Bandes d’in… !

- Mais le gamin l’a eu, assez peu de temps après qu’on se soit dispersé d’ailleurs. J’ai essayé d’appeler plus tôt, mais la communication ne passait pas.

Le hasard avait-il voulu que chacun de ces appels tombent au même moment que ceux effectués par Zora pour un débrief de la situation ? Question rhétorique peu intéressante qui ne sera pas d’avantage développée, au profit de l’intrigue qui intéresse ici. Notre commandante arriva rapidement sur les lieux et s’empressa alors d’applaudir le héros du jour. A lui seul, il avait été plus efficace qu’une vingtaine de rebelles entrainés à la tâche.

- Moi qui te voyais comme un adolescent rebelle, susceptible et en quête d’attention…

Et là, elle ne sut comment continuer la phrase. Normalement, elle aurait dû enchainer avec un classique : « … mais j’avais tort ». Sauf qu’en soit, elle n’avait pas tort. Balayant sa première phrase d’un très subtil raclement de gorge, elle demanda à ses subordonnés d’emmener le capturés au port, pour l’interroger, avant de reprendre avec le garçon.

- Ce que je voulais dire, c’est que tu as certaines capacités qui pourrait servir notre noble cause. N’aurais tu pas envie de lutter avec nous contre l’injustice ?



Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Jeu 4 Sep - 21:40

Il n'était pas nécessaire, mais il est là.

S’il y avait bien quelque chose d’énigmatique en ce bas monde, c’était la justice. On la nommait, la retournait, essayait de la comprendre. On écrivait des ouvrages dessus, des pamphlets que tel intellectuel envoyait sans réellement croire qu’un quelconque effet allait sortir de tout cela. On envoyait des idées, des opposés : « L’injustice ». Alors, en fonction de celui qui abordait l’idée, celle-ci pouvait être plus ou moins appréciée. La Révolution nommait cette injustice « Gouvernement Mondial » et le Gouvernement la nommait « Tyrannie ». Chacun renvoyait la balle au camp adverse, et s’amusait à dire que l’autre était responsable de tous les maux du monde. Sur Shabondy, j’avais appris que les Dragons Célestes, la plus haut caste du Gouvernement Mondial, possédait le droit de faire ce qu’il voulait du petit peuple. On m’avait aussi dit que des populations étaient massacrées par la marine, envoyée sur des îles pour éliminer des secrets d’état. Si un homme déplaisait à un haut gradé, celui-ci pouvait le tuer et on lui pardonnait son exaction, à condition qu’elle soit suivie par une excellente nouvelle.

Et en soit… En soit la Révolution avait des idéaux qui auraient peut-être permis de rendre les privilèges offerts par le Gouvernement obsolètes. Alors qu’aurait-il resté à faire ? Créer un nouveau gouvernement tout aussi instable qui, au bout de quelques temps, aurait été submergé par les pirates ? Aurait accepté les hors-la-loi ? Les sanguinaires pirates et les tarés capables de se repentir en allant jouer double jeu pour leur cause ?

Mais au final, que savais-je de tout cela ? Qui étais-je pour m’élever en tant que défenseur des bonnes mœurs ? Si je n’étais pas un exemple d’humanité, mes mains n’étaient toujours pas tâchées de sang. A ce moment-là, d’ailleurs, je ne comptais pas qu’elles le soient un jour. Je ne savais pas non plus que j’aurais quelqu’un à défendre. Une mère à retrouver, une famille à aimer.

Peu importe le groupe, l’utopie ne prendrait jamais le pas sur la réalité. Rien n’était parfait, rien ne le serait jamais. Regardant le ciel, je vis les nuages défiler. Je fermai alors les yeux pour capturer leurs formes dans mon esprit. Inspirant, j’entendis alors la voix à présent plus familière

« -Je ne suis pas réellement rebelle, contredis-je en souriant en coin, laissant ma prise aux hommes qui venaient la chercher. Peut-être un tantinet susceptible… Et en quête d’attention, soupirai-je finalement regardant le sol un instant avant de remonter les yeux vers la femme qui s’adressait à moi. Mais il n’y a pas de cause réellement noble… »

Je ne finis pas ma phrase, entendant Miu émettre un petit son amusé avant de se mettre sur mon épaule, comme pour me contredire. Il n’y avait pas de « noble cause », comme je le pensais précédemment. Tout simplement car toute cause était intéressée. Elle trouverait toujours ses détracteurs et ses sympathisants.

« - C’est pour ça que peu importe les injustices dans ce monde, elles ne me concernent pas… Ou pas encore, ajoutai-je en fixant le regard de la femme, comme pour montrer la détermination avec laquelle je prononçais ces paroles égoïstes. Cependant, un jour, si vous voulez me contacter, il y a sur l’île de Saint Johns, une jeune femme nommée Malia Blake. Elle saura comment me joindre. Je ne peux peut-être pas vous aider constamment dans votre cause, mais si un jour vous avez besoin de moi pour quelque chose, je suis sûr que vous saurez où me trouver. »

Tout en inspirant profondément, je vis l’image d’un endroit que j’appréciais particulièrement sur Grande Line. Une île sur laquelle j’avais envie de retourner pour me détendre… Et réfléchir. Tout en pensant à cet endroit, j’eus envie d’y être. Et je disparus.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
avatar
Messages : 3199
Race : Humaine parasitée

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
8/350  (8/350)
Berrys: 20.976.050 B

MessageSujet: Re: Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]   Sam 6 Sep - 20:08



Toutou, super-héros (?), mamie


8 : On se reverra



Le jeune homme se volatilisa littéralement avant que Zora n’eut le temps de prononcer le moindre mot. Par réflexe, elle scruta les environs en s’imaginant avoir affaire à un déplacement rapide, comme ceux des agents du gouvernement, mais il n’y avait personne. Était-il rapide au point qu’elle soit incapable de le suivre des yeux ? Difficile d’imaginer un gamin capable d’une telle prouesse. Le plus étrange était le lapin, qui était monté sur l’épaule du jeune adolescent quelques secondes avant sa disparation. En effet, s’il se déplaçait rapidement, il l’aurait au moins maintenu contre lui avant de se mettre en mouvement.

- Il y aurait une autre explication, mais c’est assez peu probable.

Mais pas impossible pour autant. Les sceptiques ne faisaient pas long feu dans ce monde. C’était très certainement ce qui expliquait la mystérieuse apparence du chat-chien qu’elle tenait encore dans ses bras. Ne pouvant se résigner à l’abandonner, Zora se décida à l’adopter, quitte à devoir la dresser afin qu’elle puisse s’entendre avec Golbat et Panda. Quand arriva alors la question du nom à lui donner, un sourire en coin indiqua qu’elle avait déjà sa petite idée en tête. Soudain, l’un de ses subalternes manifesta sa présence d’un discret raclement de gorge.

- Où est passé le rouquin ?

- Je lui ai proposé de rejoindre la Révolution, mais sa timidité l’a empêché de me donner une réponse claire, je pense qu’on le reverra très bientôt.

- Très intéressant tout ça. Sinon, on a ramené le dealer de sang dans la tortue... Sérieux, j’ai beau tourner la phrase dans tous les sens, on dirait qu’elle sort d’un jeu de gamins. Pourquoi ce n’est jamais « simple » avec vous ?

- Parfois, je me pose la même question, Zehir.

- Autre chose et j’aurais peut-être dû commencer par-là, Baltigo nous envoie à Kaiten-sū.

- C’est noté. On passera d’abord par Shivering Island, je veux dire bonjour à Alice.

Plus tard dans la journée, Zora consignerait les évènements de son escale dans son journal de bord, après la rédaction de son rapport concernant Dark Island et sa situation. Elle interrogerait également le trafiquant attrapé, avant de le larguer autre part sur l’île. Enfin, elle passerait les prochaines semaines à tenter tant bien que mal de dresser son nouveau compagnon chat-chien, très intelligemment nommé : Koala.


afro OUAAAAAAAAAAAAAAAIS CAY FINIIIII ! afro
Revenir en haut Aller en bas
 

Quand une mamie, un toutou et un super-héros se rencontrent ... Ça donne ça ! [Flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Super Moto de Bilstain.
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Wouyyyyyyy ke le vrè jeneral Toutou gwo Toutou, ti Toutou se lèv
» cake super facile
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue-