Partagez | 
 

 [FB] - Dans la Gueule du Loup [Pv : Nelson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3221
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
53/75  (53/75)
Expériences:
99/1000  (99/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: [FB] - Dans la Gueule du Loup [Pv : Nelson]   Jeu 16 Jan - 16:47

Alerte à l'Île de Toroa.

La sirène sonnait l’alarme sur l’île de Toroa. C’était un son qui s’élevait dans le ciel comme le dernier cri des anges avant leur descente sur terre. Comme leur déchéance dans les nuits les plus obscures, celles où les étoiles ne brillent pas, celles où la lune se fait languir jusqu’au matin où le soleil vient remplacer son absence. On aurait dit la fin du monde, l’apocalypse. J’avais peur de comprendre par cette alarme qu’il n’y avait pas d’autre espoir pour l’humanité, qu’elle était condamnée à se terrer dans sa bassesse, dans sa propre immondice. Je frissonnais. Il était presque minuit, un navire marchand m’avait déposé sur cette île pour ravitailler les marines sous les contrôles les plus stricts de la douane. Pourtant, cela n’avait pas empêché des pirates d’investir les lieux. Ils n’étaient qu’une dizaine, mais ils bénéficiaient de l’effet de surprise et créaient un bazar inimaginable dans ces lieux sacrés, calmes.

« - Gamin, te balade pas dans les rues ! M’hurla un marine, la carabine sur l’épaule, tandis qu’il faisait une ronde dans les rues au pas de course. »

A vrai dire, j’aurais préféré me trouver à l’intérieur, mais je n’étais pas à l’aise en sachant que des innocents pouvaient être blessés. J’étais aussi un innocent, un civil, mais depuis quelque temps il m’arrivait de risquer ma peau de temps à autre malgré les recommandations des autorités. Je voulais les aider à accomplir une besogne qui les encombrait et qu’ils ne pouvaient pas accomplir par eux-mêmes.

Ma connaissance sur les institutions du gouvernement était assez limitée jusqu’à présent. Je savais que celui-ci avec pour branche armée la marine, qu’il avait pour dirigeant les Tenryubitos et à la tête de tout système, le Conseil des Cinq Etoiles. Je ne savais pas vraiment qui il fallait attaquer pour faire s’écrouler le système mondial : Qui était le plus important dans tout ça ? Aujourd’hui, je ne pouvais pas décréter avec certitude qu’il s’agissait de la marine. Ils étaient là à se bouger comme des chiens à rechercher un os dont ils ne connaissaient pas l’odeur. Aucune coordination. Peut-être que leur chef était absent.

« - Gamin, tu m’entends ?! Répéta le marine en me tirant de mes pensées. »

Je bâillai. Bien sûr que je l’avais entendu, il n’avait pas besoin de gueuler ! Je le regardai dans les yeux, les siens étaient noir d’encre, il avait des cheveux châtains très court et des joues plutôt gonflées. Je lui souris en lui donnant une tape sur son épaule libre – l’autre étant occupée par sa carabine. Il me la dégagea d’un désintéressé et me demanda de justifier ma présence sur l’île. Je lui présentai le petit papier qu’on m’avait donné à l’entrée et il acquiesça en me conseillant une auberge plutôt proche. Et en me réprimandant une dernière fois.

Les rues étaient plutôt étroites si bien que je me perdis une nouvelle fois. Miu, mon petit compagnon à l’espèce inconnue ressemblant à un lapin vert, se mit à renifler l’air de manière suspicieuse. Il y avait de l’eau dans le gaz, ou plutôt de la poudre. Un coup de feu retentit à l’autre bout de la ville. Mon cœur s’arrêta un instant et je me retournai. Derrière moi, quatre hommes passaient, armes à la main, une tenue suspicieuse sur eux, en direction du Quartier Général de la ville.


Dernière édition par Erwin Dog le Jeu 6 Mar - 5:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - Dans la Gueule du Loup [Pv : Nelson]   Jeu 16 Jan - 17:49

Beaucoup de gens se font des idées sur le métier de porte lame. Si vous questionnez quelques personnes, comme ça, au hasard dans la rue, ils vous répondront que les portes lames sont des gros durs, des mercenaires, des armoires à glaces, des tarés sanguinaires et j'en passe.. Bon d'accord, c'est souvent le cas mais en ce qui me concerne, je suis à l'opposé de ces descriptions péjoratives. Déjà, j'suis épais comme un radis et j'ai pas vraiment une tête qui fait peur. Par là j'entends que je n'ai pas de balafres et il ne me manque pas quelques chicots, toujours mieux pour sourire. J'ai pas une tête de psychopathe par contre il est vrai que mon uniforme est assez inquiétant pour les néophytes de la baston. En même temps, j'passe quand même plusieurs heures à le nettoyer, le repasser chaque jour.. Mais vous voulez vraiment savoir ce qui impressionne ? Le chapeau, tout est clairement dans le chapeau. C'est un Kasa Ronin, c'est mon chapeau fétiche, celui que je porte tout le temps en mission. Son angle me permet de dissimuler mon visage tout en pouvant voir au travers. C'est excessivement pratique et déconcertant pour l'adversaire. Quoi qu'il en soit, le métier de porte lame, c'est 95% de paraître pour 5% de baston.

Oui je sais, je vous fais tout un laïus sur mon métier et tout. J'vous baratine sur la sûreté du métier et j'vous ai pas encore parlé du salaire. Heureusement d'ailleurs sinon vous auriez demandé où signer pour s'engager. Je suis une campagne de pub pour le Cipher Pol à moi tout seul. Sauf que là, précisément, ce soir, on est dans les 5%...  

La mission du mois que l'on m'avait confié était d'escorter avec deux autres gus le percepteur de West Blue sur plusieurs îles. Ce percepteur, comme son nom l'indique était un membre du gouvernement mondial chargé de percevoir les impôts sur diverses îles. Pour se faire, c'était plutôt facile, il allait de port en port et récupérait auprès du Maire une jolie somme qu'il confiait à la Marine pour le transfert. Bien entendu, les maires payaient de bonnes grâces et la marine aurait pu se charger de percevoir les impôts mais le gouvernement aimait rappeler aux citoyens du monde qui était au sommet du trône. Ainsi donc, avec deux autres garde du corps, nous escortions notre "colis" d'île en île. Tout était vraiment ennuyant par ici. On est sur les Blue, il ne fallait pas s'attendre un rencontrer des opposants mais quand même, là c'était vraiment le désert. Les maires faisaient des courbettes, le Percepteur percevait et nous, on glandait. C'était tellement la routine qu'on décida de se répartir en 3/8 de façon à pouvoir faire des nuits correctes et surtout faire un peu de tourisme dans les bleds où l'on débarquait. J'étais malin, j'avais opté pour surveiller notre client la nuit, de 22h à 6h du matin de façon à me reposer le matin et de disposer à ma convenance de mes après-midi.

Voilà donc ce qui se passait en temps normal sauf que cette nuit, alors que nous étions la veille de notre départ, les alarmes résonnèrent sur l'île. Le genre d'alarme qui vous bousillent les esgourdes en vingt minutes. Etant de garde vers minuit, je sortais de ma somnolence pour me concentrer un minimum. Nous logions dans une auberge plutôt chic de la ville, à proximité du QG de la Marine. Je regardai par la fenêtre du couloir, ça s'agitait dans la rue mais je n'arrivais à rien distinguer de particuliers. Faute d'informations visuelles, j'décidais d'entrer dans la piaule de mon client et d'attendre les deux autres. Il gueula un peu quand j'déboula dans sa chambre alors qu'il était en caleçon mais il se la ferma très rapidement quand je lui annonçais que c'était pas un exercice. J'surveillais la porte tout en jetant des regards par sa fenêtre. me type du gouvernement me demanda ce qui se passait. J'lui répondis du tac o tac.

J'en sais foutrement rien. Habillez vous et tenez vous prêt à mettre les bouts.

Le type n'en menait pas large, il s'inquiétait visiblement. Pour son pognon ou sa personne ? J'en sais rien mais il était inquiet, pour sur. En moins de cinq minutes les deux autres gardes du corps arrivèrent dans la chambre et on échafauda un plan. Il était assez sommaire, simple et efficace. Primo; Foutre notre colis à l'abri dans le QG de la Marine qui se trouvait à trois pâtés de maisons et secondo; Que l'un de nous fonce au port voir si on pouvait embarquer sur un navire pour évacuer l'île si jamais ça commençait à sentir le moisi. Je me portais volontaire pour le port, laissant mon client avec mes deux collègues. Je l'entendais déjà beugler pour aller surveiller l'or qu'il avait amassé.. Bref.. On se fixa un timing précis. D'ici vingt minutes, un coup de Den Den pour faire le point sur la situation et savoir si un bateau est prêt.

La sortie de l'auberge se fit groupé, on sécurisa la rue et on fit sortir le client rapidos de l'établissement. Une fois dans la rue, on se sépara et je partis à leur opposé, en direction du port. Sur le chemin je croisais civils comme marines, la pagaille régnait. C'était pas le chaos mais presque. Au carrefour d'une rue il y avait une escouade de Marine qui montait à la va vite un point de passage pour boucler le carrefour. Je déboula devant le plus gradé, j'sortis ma plaque du CP2 et j'le questionnai sur la situation. Il m'expliqua un peu l'origine de ce capharnaüm. Une fois renseignée, j'continuais ma route vers le port, il faisait vraiment froid et pourtant, il y avait un paquet de monde dehors. Tellement de monde que je failli louper une scène anormale.


A une intersection, tapis dans l'ombre, il y avait plusieurs gus attroupés. Au début j'ai pas tilté, j'avais autre chose à foutre et c'était vraiment la pagaille. Mais ce qui me sert de caboche s'est mise à fonctionner et j'ai stoppé ma course en plein milieu de la rue menant au port.

C'est moi où il y avait plusieurs gus entrain de dépouiller les cadavres de soldats de la Marine à l'abri d'une sordide ruelle ?

Fait chier.. J'fis demi tour, c'était pas mon rôle mais j'pouvais pas laisser faire ça. J'fonçais, corps en alerte, main sur le fourreau, prêt à trancher dans l'lard.

J'déteste les charognards, j'vais en faire des confettis.

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3221
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
53/75  (53/75)
Expériences:
99/1000  (99/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Dans la Gueule du Loup [Pv : Nelson]   Ven 17 Jan - 12:18

S'opposer, mais pour qui ?.

Autour de moi, il existait un monde rempli de personnes qui prenaient des décisions pour d’autres incapables de se décider par elles-mêmes. Ces autres se plaignaient ensuite que le facteur changeant n’ait pas été en leur faveur, mais comment leur dire qu’ils ne pourraient jamais avoir ce qu’ils voulaient s’ils ne le prenaient pas par eux-mêmes ?

Je ne décidais pas de ‘prendre’ quelque chose si ça mettait quelqu’un dans la merde. Mon choix était simple : Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu’il te fasse. Sauf s’il y a une cause importante à défendre derrière, dans ce cas-là, pète la gueule à tous ceux qui se mettent en travers de ta route. Je n’avais pas l’habitude de mettre ma vie en danger pour des futilités, ni pour mes idéaux, souvent pour les jolies filles par contre… Et pour protéger mes proches. Je n’hésiterais pas à me sacrifier si c’était pour Miu ou Louise.

Je me mordis la lèvre, ce n’était pas le moment de penser à ça. Les hommes qui venaient de passer avaient un apparat étrange pour les environs. Habillés en tenue de pauvres marchands, ils trimballaient leurs haillons avec une certaine fierté. Pourtant, dès qu’ils croisèrent un groupe de marine, leurs couteaux vinrent trancher la gorge des militaires. Je mis une main sur ma bouche et me collai contre un mur. À présent, ils déshabillaient les cadavres pour voler leurs vêtements et leurs cartes. Qu’est-ce que ça voulait dire ? J’aurais pu les suivre mais je ne savais pas si ce territoire me permettait vraiment d'intervenir dans leurs affaires.

« - Arrêtez-vous ! Hurlai-je en sortant de ma cachette, à moitié habité par le doute et la peur. »

L’un d’entre eux se retourna vers moi mais les autres m’ignorèrent. Ils se contentèrent de mettre les corps sans vie de leurs malheureuses victimes dans une ruelle, un pied ou une main dépassant sans que ça ne les gêne plus que cela. Continuant de les dépouiller, ils ne virent pas une silhouette se former derrière eux. Mon regard terrorisé croisa l’un des leurs et ignora le nouveau venu. Je détestais la mort et toutes ses occurrences, la seule que je pouvais accepter était celle de vieillesse.

Celui qui m’avait à peine regardé demanda quelque chose à son patron que je n’entendis pas, mais Miu, lui, se balada sur mon épaule comme quand il voulait  que je me méfie. Ça devait donc être quelque chose comme ‘On zigouille le nabot ou pas ?’ ‘Ouais, vas-y’. J’étais vexé qu’ils me prennent pour une personne de petite taille… Enfin, ils ne l’avaient pas dit mais j’étais sûr qu’ils le pensaient très fort. Sur les quatre phénomènes, un seul resta. Les trois autres allaient sûrement être arrêtés par la silhouette.

Mon opposant était un homme, une vingtaine d’années certainement. Sa dentition était plus que suspicieuse, même dans le noir, et il semblait avoir des problèmes de tremblement – une maladie avec un nom bien précis possédait ce symptôme mais je ne me souvenais plus exactement de laquelle il s’agissait. Tout son corps ne cessait de bouger. La tenue de marine ne lui allait pas du tout, il ne ressemblait pas aux modèles qu’on nous présentait qu’on voulait nous enrôler. Il s’agissait plutôt du petit nouveau, les cheveux gras et le teint sali par le transport. Certainement qu’il venait d’un bateau rempli de charbon et qu’il n’avait pas eu le temps de se débarbouiller.

« - Ne bouge pas ! Lui ordonnai-je d’une voix ferme en prenant une position de combat ridicule. »

J’inspirai et expirai de manière constante. Son regard se plantait sur moi comme celui d’un animal mort. M’observait-il ou était-il juste incapable d’agir tout seul ?


Dernière édition par Erwin Dog le Mer 5 Mar - 7:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - Dans la Gueule du Loup [Pv : Nelson]   Ven 17 Jan - 18:48

J'remontais la rue en vitesse, dérapant au niveau de l'intersection. J'étais en face des quatre gus, ils continuaient leurs basses besognes. Ils finissaient de se changer. Sans mon irruption, quelques instants après, ils auraient pu se faire passer pour des soldats de la marine et ainsi ils auraient pu vadrouiller à leur guise sur l'île. Mais j'étais là et je n'escomptais pas les laisser jouir de ce privilège. Mon regard alternait entre le sol et les quatre pirates. Ils devaient être fortiches ces gros bâtard, les soldats n'étaient pas couverts de sang, ils avaient été tué propre et net, un vrai boulot de semi-pro. Je ne sais pas trop dans quel merdier je m'étais engagé mais il était trop tard pour reculer. Trois des gus me regardaient avec attention tandis que le quatrième s'éloignait à mon opposé. Maintenant que j'avais leur attention, les choses sérieuses pouvaient commencer.


Sans attendre de réponse, je chargeais dans la ruelle, main sur la garde, corps penché en avant, prêt à frapper pour tuer. Ils ne semblaient pas impressionnés et ne bronchaient pas. J'décidais de les faire bouger un peu en envoyant deux couteaux de lancer dans leur direction. J'ai tout de suite compris que j'étais dans une panade monstre quand le pirate qui allait se manger dans la tronche l'un de mes couteaux l'esquiva d'un simple mouvement de tête. Le second couteau fut quant à lui arrêté dans sa course par la main du second pirate. Il venait de l'attraper comme si on lui avait lancé une balle en mousse.. Mais c'était pas le moment de se dégonfler, j'venais d'avaler la distance qui nous séparait et le premier était à la portée de mon sabre. Je dégainais avec fureur afin de le couper de haut en bas. Ma frappe le surpris mais pas au point de le toucher, il s'écarta en se planquant contre le mur. Dans mon élan, je continuais en une rotation pour frapper l'embase du cou du second de haut en bas cette fois.

Je ne pu jamais le toucher, il bloqua mon avant bras avec sa main. Il était carrément plus fort que moi et surtout beaucoup plus rapide. Je n'en revenais pas, j'étais carrément effrayé de ma nullité et de mon inefficacité. J'éprouvais de la peur soudainement, je me sentais à sa merci, un frisson me parcouru. De ma main libre je lâchais mon katana pour empoigner mon wakizashi et scinder en deux ce fils de morue. Mais là encore, mon plan échoua, ce fils de p*te me décocha un coup de genou qui me coupa le souffle. J'terminais genoux à terre, le regard planté sur son visage. Le mec rigolait comme un taré, j'allais crever dans cette ruelle de merde. Quelle idée j'avais eu...

Bordel, vous êtes qui ? Bande de connards.  


Dernière édition par Nelson Lhooq le Dim 19 Jan - 9:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3221
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
53/75  (53/75)
Expériences:
99/1000  (99/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Dans la Gueule du Loup [Pv : Nelson]   Dim 19 Jan - 8:31

Sauver l'agneau pour enrager le loup.

La réponse me fut donnée presque immédiatement. Il s’élança vers moi avec – et ça me rappelait quelques souvenirs – une agilité plutôt surprenante pour son apparence cabossée. Peut-être avait-il un pouvoir spécial ou s’était-il simplement entraîné pendant des années pour arriver à une telle maîtrise de son corps. Quoi qu’il en soit, il allait me donner du fil à retordre, même avec ma capacité. J’étais instantané, mais je me téléportais dans la même position que je disparaissais.

De ce fait, si j’avais la tête à l’envers, le cul en l’air, je n’avais pas intérêt à me transporter au-dessus du sol. A défaut, je pouvais me diriger dans les airs et essayer de reprendre une position corporelle adéquate. Dans ma situation actuelle, ce genre de pensées était tout à fait superflu. Effectivement, j’avais les deux pieds posés sur terre, bien accrochés, et je ne comptais pas bouger de là tant qu’on ne m’y forcerait pas.

Je ne connaissais pas le nom de mon assaillant. Ni son histoire. La seule chose qui me permettait de le juger était son apparence… Peut-être aussi le fait qu’il avait assassiné un marine sous mes yeux, lui tranchant la gorge. Le sang de sa victime était encore fraîchement collé sur ses habits, ceux qu’il portait avant de s’habiller avec les fringues dépouillées sur le cadavre. Je me mordis la lèvre en pensant aux personnes qui attendaient peut-être ces hommes, bien tranquillement chez elles. Des enfants… Une famille entière peut-être. Je fermai les yeux et me concentrai. Ce n’était pas mon rôle de défendre la veuve et l’orphelin. Ni d’arrêter des pirates assez ingénieux pour sacrifier une partie de leur groupe dans le but d’accomplir leur tâche.

Au loin, j’entendais le son des fusils qui résonnaient entre les ruelles étroites de la ville. Une courte bataille se laissait deviner avec pour grand vainqueur les forces de l’ordre. La sirène arrêta de résonner à ce moment-là, annonçant que les intrus avaient été défaits. Quel bordel.

Je jetai un coup d’œil à l’édenté qui se propulsait de murs en murs pour m’atteindre. Plus loin, la silhouette semblait en mauvaise posture à en juger par la position que je pensais apercevoir. J’avais donc deux choix : l’aider et, de ce fait, abandonner mon ennemi ou m’occuper vite fait de mon opposant et lui venir en aide. Retroussant mes manches – difficiles sur un débardeur noir – je mis ma main droite en avant, paume ouverte. Disparus. Apparus au même moment devant le gars qui, toujours en train de faire son cinéma, fut pris entre mes mains et perdit l’équilibre dans les airs. Il disparut pour atterrir quelques mètres plus loin dans l’eau, à côté du navire à bord duquel il était venu sur l’île.

Il n’aura pas fait long feu celui-là. Le fait que je sois passé pourrait peut-être effrayer suffisamment mes adversaires pour qu’ils décident d’eux-mêmes de s’en aller… Ou alors ça ne ferait que les motiver plus encore. Ils voudraient me défoncer la gueule et utiliseraient des armes à feu… J’avais peut-être peur. Mais je m’avançai. Miu était toujours sur mon épaule, il n’avait pas bougé d’un poil, cet évènement semblait le lasser à la longue. Sa confiance aveugle en moi lui permettait de ne pas stresser, de profiter de la vie.

En arrivant derrière le groupe de pirates, je pus apercevoir qu’ils avaient mis à terre un jeune homme. C’était peut-être un marine mais ses vêtements étaient totalement différents… Un voyageur ? Je ne voulais pas intervenir dans un combat déjà lancé mais là il semblait avoir perdu. Était-ce normal ? A quel point étaient-ils puissants ?

« - Je ne le répéterai pas, lançai-je d’une voix dure en attirant leur attention. »

J’arrivais à étouffer ma peur ! J’étais totalement concentré à présent que l’adrénaline commençait à couler dans mes veines. Ces gars pouvaient être puissants, mais ils ne pouvaient rien contre moi. J’étais presque intouchable, je défiais les lois de la logique, les règles qui régissaient le monde. En utilisant mon pouvoir, j’apparus à côté du garçon à terre et disparus en l’emportant avec moi. Ils ne virent certainement pas le changement mais à présent nous étions à mon emplacement initial et derrière eux ne restait que l’image effacée du passage du jeune homme.

« - Je m’appelle Erwin, dis-je au garçon à terre. On va s’en tirer, ne t’en fais pas. »

C’était peut-être une promesse en l’air mais ça me faisait du bien de l’évoquer. À présent, les pirates devant nous étaient libres de poursuivre leur avancée, mais plus loin un commando de marines, une dizaine peut-être, faisait résonner son pas de course dans les rues étriquées de la ville en rentrant à la base. Il réveillait sûrement les habitants mais ceux-ci ne diraient rien, trop heureux d’être débarrassés des menaces qui les entouraient.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3221
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
53/75  (53/75)
Expériences:
99/1000  (99/1000)
Berrys: 21.774.899.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Dans la Gueule du Loup [Pv : Nelson]   Jeu 6 Mar - 12:35

Manger le loup.

La surprise s’inscrivit sur mon visage quand je vis les pirates en face de moi s’effondrer tour à tour… Ils semblaient soit morts, soit sujets à une insomnie soudaine, distinction que je ne pouvais pas faire à la distance à laquelle je me tenais. La certitude que j’avais était que ce n’était pas moi l’origine de leur soudaine inactivité. Un homme apparut alors, un de ces gars qui impressionnent au premier coup d’œil et qu’on ne voit pas souvent, et mon cœur se mit à bondir dans ma poitrine en ressentant le danger qu’il pouvait être pour moi. Un sourire sur son visage m’indiqua le plaisir qu’il avait pris à se débarrasser de ces pirates, et le sang sur ses mains semblait indiquer qu’il avait déjà rétabli l’ordre dans la cité nocturne. Je reculai instinctivement mais il ne porta pas attention à moi et, dans un mouvement trop vif pour mon œil, vint prendre le gars à terre sur son épaule, disparaissant avec. J’étais terrorisé à présent. Etait-ce un guerrier de la justice ? En m’avançant timidement vers les corps des pirates, je sentis une forte odeur écœurante arriver à mes narines… Et alors je découvris le carnage. Ils étaient allongés de dos mais un trou béant était ouvert à la place de leur poitrine. En détournant le regard pour éviter d’assister à ce spectacle, j’aperçus des cœurs trainant au milieu des déchets certainement mis la veille au soir pour être ramassés le lendemain. J’avais déjà vu cet organe… à l’intérieur de cadavres, pas à l’extérieur. Comment avait-il fait pour… L’image qui apparut dans mon esprit me donna envie de vomir, et je disparus alors sur un toit, incapable de continuer à regarder ce désagréable spectacle.

Miu posa sa patte sur ma cheville en arrivant à ma hauteur, ses oreilles déployées de telle sorte à ce qu’il puisse se déplacer librement dans les airs. Il reniflait l’air marin, m’indiquant par la même occasion de faire la même chose. Je m’assis sur les tuiles grinçantes et pris mon compagnon entre mes genoux, observant la mer calme en cette soirée sur West Blue. J’évitais de repenser à la soirée que je venais de vivre. Peut-être devrais-je dormir à la belle étoile… Quoique la marine ne serait sûrement pas d’accord. Il fallait que je me dirige vers une auberge, celle que m’avait conseillée ce marine plus tôt… Par où était-elle déjà ?

Descendant par la gouttière, je rencontrai un groupe de soldats qui me demandèrent à nouveau mon justificatif d’entrée – pièce que je leur fournis pour éviter qu’ils ne posent plus de questions. L’un d’entre eux fut alors obligé de m’accompagner par simple formalité. En chemin pour le lieu de repos, il m’indiqua que cette ville était sûrement la mieux protégée de West Blue. Je ne lui posai pas de question, non à cause d’un manque d’intérêt mais parce que mon esprit occultait la plupart de ses paroles par les images des cœurs arrachés de la poitrine des pirates. En voyant mon air accablé, le marine se tut et se contenta de m’accompagner en silence jusqu’à l’auberge.

Une fois dans la chambre, Miu s’endormit aussitôt. Quant à moi, je ne pus fermer l’œil de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] - Dans la Gueule du Loup [Pv : Nelson]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] - Dans la Gueule du Loup [Pv : Nelson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Environs de St-Jean-d'Angély] Dans la gueule du loup (Amy/Gabie)
» Dans la gueule du Loup
» Dans la Gueule du Loup.
» Event 2 : Dans la gueule du loup (Part 2)
» Comme dans la gueule du loup . . . [PV Shirley, Annabelle, Ayame, Erreur]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue :: Île de Toroa-