Partagez | 
 

 [1] Shallow Evening

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: [1] Shallow Evening   Sam 4 Jan - 12:40




Shallow Evening
ft. Calypso & Erwin



Silence total dans les rues de la ville, à l'exception d'une silhouette fine en uniforme qui rasait les murs. D'aucuns auraient pu la qualifier de "suspicieuse", mais Calypso n'avait en réalité à l'esprit que la perspective d'une soirée de libre à remplir de quelque occupation. Il fallait se rendre à l'évidence : elle n'avait pas l'esprit fêtard. Et dans les bas quartiers de la ville, il n'y a pas grand-chose à faire, si ce n'est participer au fonds de commerce des vendeurs d'alcool et des piliers de taverne.

Alors elle s'était retrouvée à errer ça et là. Recouvert par une nuit noire comme l'encre, l'endroit ne trouvait d'éclairage que dans la machinerie et les mécanisme complexes que les habitants avaient établis au cours du temps pour ne pas vivre dans le noir complet.
Qu'est-ce qui l'avait amenée sur Nighty Town, dans la ville même du QG de la Marine ? Les missions, mais aussi l'étude de son propre cas ; peut-être trouverait-elle davantage d'informations sur ce qu'elle recherchait par ici, au centre même de l'institution Marine. Mais une fois arrivée, elle avait trouvé porte close... les Agents du Gouvernement n'étaient pas en odeur de sainteté par ici, apparemment. La rivalité entre les deux institutions n'était pas nouvelle - et elle était un peu semblable aux mouettes en sa qualité d'outil du gouvernement, après tout...

D'une oeillade, elle évalua les alentours - deux ou trois ivrognes, des groupes de fêtards faisant profiter de leur musique à tout le voisinage... Futilités. Force était de constater que cette ville d'incapables ne contenait même pas ce qui ressemblait à un camp d'entraînement. Qu'à cela ne tienne, elle trouverait bien de quoi occuper sa nuit et la solitude n'était pas un souci pour elle, faute d'avoir un de ces maudits Pirates à traquer. Les rues de la ville étaient plutôt rassurantes du fait de la proximité d'une base marine et malgré la pénombre permanente. Cependant, elle ne devait laisser tomber sa garde. D'un geste, la jeune femme fit naître un courant aérien qui la souleva astucieusement vers l'un des toits. La brise nocturne était froide sur son visage, mais le silence rassurant.

Elle le savoura l'espace d'un instant avant de commencer à jouer distraitement du pied contre les tuiles de la toiture. Ne pas saisir le concept de "dégradation de propriété privée" a parfois du bon... Et puis, c'était la faute de ces civils si leurs tuiles n'étaient pas bien fixées.
Comme de juste, le talon de Calypso sonna le glas de l'une d'entre elles, qui vint lentement glisser jusqu'à rejoindre le sol quelques mètres plus bas. Du moins, c'est ce qu'elle aurait pensé si l'objet n'avait pas émis un bruit sourd caractéristique avant même de rencontrer le sol.

Quelqu'un dans les rues à cette heure-là, et il avait fallu qu'il se retrouve sous la trajectoire d'une tuile tombée : c'est ce qu'on appelait communément une poisse insolente.

Oups.

Calypso se pencha par-dessus son promontoire pour jeter un coup d'oeil en contrebas. Qui que ce fut, deux questions trottaient dans sa tête : s'il n'était pas blessé, et qu'est-ce qu'il fabriquait dehors à une heure pareille...

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2886
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [1] Shallow Evening   Sam 4 Jan - 23:17

La traversée des rues de cette base de la marine m'avait semblé sans fin. Miu sur mon épaule et ma planche sous le bras, j'avais surtout cherché un endroit où dormir sans payer trop cher. C'était peine perdue, soit les prix étaient exorbitants, soit les auberges étaient pleines. J'allais donc passer une soirée à la belle étoile, allongé sur un toit. Malgré tout je persévérais et me dirigeais vers les dernières chambres de fortune que m'avait indiqué l'un des clients de l'auberge où j'avais précédemment mis le pied. Il s'était montré très amical envers moi. J'avais peur que ce soit un obsédé, une sorte de prédateur sexuel intéressé par ma virginité. Dans le doute, j'avais brouillé les pistes en me mêlant à la foule de marines qui s'était réunis pour fêter l'enterrement de vie de garçon de l'un des leurs. Enfermés dans une maison, ils fredonnaient à tue-tête des chants de bonne école rappelant la misère dans laquelle s'engageait le futur marié.

Miu semblait comprendre les sous-entendus dans la plupart des propos que tenaient les fêtards. Il abattit ses oreilles contre son corps tout en les tenant fortement avec ses petites pattes vertes. Je lui caressai la tête et m'éloignai de ces individus, c'était assez pour un soir. Mon corps se dirigea de lui-même vers le dernier établissement qui pourrait nous accueillir, mais alors que je levai la tête pour observer le ciel, je vis une tuile nous tomber dessus. D'un geste leste de la main qui me surprit moi-même, je la rattrapai au vol, m'égratignant la paume au passage. Pourtant, je ne la lâchai pas. Beaucoup d'êtres humains auraient pu mourir d'un tel choc, ils devraient vraiment revoir leurs toitures dans les villes de la marine.

Alors que j'essayais de localiser l'origine de la tuile, je vis le visage d'une jeune femme qui regardait en bas de la ruelle depuis le haut du toit. Je lui fis un signe de la main, lui indiquant la tuile et d'un geste que seul moi comprenait habituellement, une sorte de croisement entre mes deux avant-bras, signifiant qu'il faudrait faire attention à l'avenir. Incapable de savoir si elle avait bien reçu mon message, j'empruntai une gouttière située au croisement d'une impasse et de la rue dans laquelle je me trouvais, déposant précautionneusement la tuile déchue sur le sol, pour monter sur le toit. J'avais décidé de laisser ma planche en bas, cachée à l'abri des regards. C'était plus facile de me déplacer sans. En revanche, Miu, qui avait libéré ses oreilles dès que nous avions été hors de portée du bruit, s'était attaché à mes épaules pour ne pas être éjecté par les secousses lors de mon escalade.

« - Vous êtes très belle, balbutiai-je en voyant la jeune femme qui semblait à mes yeux sortie tout droit des ténèbres les plus attirantes. Euh... Je voulais vous dire que je... Que vous... »

Je rougis et, si la nuit avait envahi l'île éternellement, elle ne pouvait pas tout cacher. Incapable de me concentrer sur mes paroles, je bafouillai quelques excuses, me mettant à parler pour ne rien dire. Je ne savais même pas de quoi il en retournait, ce qui sortait de ma bouche était un mélange d'excuses, de compliments et de mise en garde concernant la 'chute de tuile assez courante en cette saison'. Miu, à côté de moi, semblait proche de la crise de fou rire. Trop intelligente pour son propre bien cette créature. Je repris mon sérieux, me raclai la gorge et finis par dire solennellement :

« - Je ne me suis pas encore présenté, je m'appelle Erwin, puis-je connaître votre prénom ? »

J'évitai de rajouter 'Charmante demoiselle', bien que je n'en pensais pas moins. Mon cœur se serra alors, j'avais l'impression de patauger et de m'embourber dans une situation des plus gênantes.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2886
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [1] Shallow Evening   Mar 21 Jan - 20:18

Une chanson arriva à mes oreilles alors que le rouge m’était monté aux joues. Cela attira mon regard qui se porta alors sur la rue adjacente. Les marins étaient tous en bas, torses nus, se tenant par les épaules en imitant une danse surprenante qui consistait à lever les jambes dans une parfaite synchronie – ou du moins à essayer. Je les enviais, partager une telle amitié… Ce n’est pas Léon et moi se serions tenus dans cette position gênante, nos corps maigres mais musclés l’un collé à l’autre. Alors que je les observais, je perdis l’équilibre et tombai sur leur groupe. L’un d’entre eux, un jeune homme d’une vingtaine d’années, les cheveux châtains courts et le regard marron, me rattrapa dans ses bras. J’aurais pu m’en sortir tout seul mais j’avais tendance à attendre le dernier moment pour me téléporter dans les airs. La chute ne me faisait pas peur.

Il me déposa à terre en m’observant attentivement, intrigué. Son corps était plutôt musclé, imposant, ayant sûrement deux fois ma largeur d’épaules et il faisait une quinzaine de centimètres de plus que moi, facile ! Sans me parler, il me prit le poignet et m’entraina dans la danse. Cela me fit oublier la présence de la séduisante jeune femme sur le toit. Je compris, au centre d’attention, que celui qui se mariait était le frêle blondinet rougissant qui déclamait sans cesse son amour pour sa bien-aimée et sa fidélité éternelle. Je me demandais s’il avait déjà entendu les légendes liées aux preux chevaliers qui étaient engagés à porter les mêmes vertus dans leur cœur. Que c’était touchant !

Lorsque la soirée fut finie, c’est-à-dire quand la moitié des gars commença à pioncer au milieu de la rue en tenue d’Adam, les uns collés aux autres, le blondinet et celui qui m’avait sauvé entamèrent une conversation avec moi. Ils étaient convaincus de faire un travail très important. Le futur marié s’appelait Alaric, c’était un petit soldat qui n’avait aucune prétention et semblait vouloir à la fois servir son pays et répondre à son devoir conjugal – il ne parla plus à partir d’un certain moment que de la façon dont il comblerait les désirs sexuels de sa femme, ce qui nous fit éclater de rire.

Quelques minutes plus tard, il s’assoupit contre un mur en se promettant d’être à l’heure pour le mariage. Heureusement, la nuit n’était pas encore très avancée.

« - Tu sais, je ne suis pas comme eux, me lança le mec châtain en me regardant avec un air mélancolique affiché dans son regard. Je travaille dans la section développement de l’armement pour la Marine. Ce gars-là et moi, on est né sur la même île et on a toujours gardé contact… Tu es un voyageur, n’est-ce pas ? Tu as vu beaucoup de choses ? »

J’acquiesçai en regardant le blondinet qui dormait paisiblement, un caleçon comme seul habit. Il semblait faible, naïf et démuni. Je ne comprenais pas pourquoi ce genre de personne s’engageait dans le corps armé du Gouvernement Mondial. Il ne devait sûrement pas avoir sa place sur un champ de bataille, et laisserait derrière lui une veuve d’ici quelques mois. Des têtes allaient tomber, d’une manière ou d’une autre l’Ordre Mondial était menacé, ce qui signifiait qu’une Guerre pouvait mobiliser plusieurs soldats pour mourir au front.

« - J’aime cet homme, lança le Marine-Scientifique en regardant, un regard rempli d’une tendresse amoureuse, le futur marié. Il ne l’a jamais su, alors je suis venu aujourd’hui dans le but de lui avouer mon amour… »

Il semblait perdu, confus. Pour un homme de cette carrure, c’était étonnant. Je ne pouvais pas lui dire que tout irait bien, car c’en était fini de son rêve d’amour. Je connaissais ça. Louise me manquait. A présent que j’avais conscience de mon sentiment d’amitié pour Léon, je ne pouvais pas être heureux pour lui. A la place, j’étais jaloux. D’une jalousie maladive et honteuse.

« - Je m’appelle Erwin Dog, me présentai-je en lui tendant la main. »

Il me la serra avec une certaine vigueur et recommença à sourire. Son p’tit nom, c’était Breval. Celui qui attend. On parla longuement de son enfance et de sa famille. Je ne me mis pas sur le tapis, j’écoutais juste tout ce qu’il avait à dire. Au bout d’un moment, Miu s’endormit et quelques gars se réveillèrent en s’esclaffant sur leur nuit passée dans les rues. Ils étaient de bonne humeur et de bonne compagnie. Lorsqu’ils vinrent nous rejoindre, ils obligèrent le centre de l’attention à reprendre son rôle et à aller se préparer pour le mariage. Breval resta encore un long moment à mes côtés, à raconter ses intarissables histoires.

Lorsque le soleil fut haut dans le ciel, il décida qu’il était temps d’aller au mariage de son ami, le cœur léger. Son regard disait le contraire mais je ne le retins pas. Mes yeux se tournèrent vers le ciel et un soupir m’échappa. Je ne doutais pas d’entendre à nouveau parler de lui un de ces jours. En regardant vers le toit, je n’aperçus plus rien. Plus de jeune fille, plus de problème de tuilerie, et je pensai avoir rêvé. J’allai chercher ma planche et continuai ma déambulation dans les rues de la ville.
Revenir en haut Aller en bas
 

[1] Shallow Evening

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» An evening in autumn [PV Hayden]
» The Detroit Evening Journal
» MARY SIDNEY ۞ "Many wearing rapiers are afraid of goose-quills"
» Following The Perfect Evening II PMG - SOA - Black Dynasty II
» I don't want to spend this evening with you | ft. Lucas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue :: Nighty Town-