Partagez | 
 

 Rencontre arrosée [PV Naka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyoshiro
Pirate
Kyoshiro
Messages : 1697
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Rencontre arrosée [PV Naka]   Sam 7 Sep - 16:34

Few years ago



Allez : je suis sûr que vous voulez entendre, ou tout du moins lire, une nouvelle histoire de tonton Lorn ! Non ? C’est bien dommage car prenez garde, vous qui allez entrer ici allez avoir droit à cette histoire que vous le vouliez ou non !

Que pourrais-je vous raconter ? Quel plan de l’histoire de ce personnage haut en couleurs pourrais-je vous dévoiler afin de suciter votre intérêt et vous motiver à rester jusqu’au bout ? Bien évidemment vous connaissez son histoire dans les grandes lignes, mais connaissez-vous tous les rouages de son être ? Connaissez-vous tous les évènements l’ayant amené à devenir l’homme qu’il est aujourd’hui ? Oh non car j’ai fait en sorte de ne pas tout vous dévoiler tout de suite, ce ne serait pas amusant autrement.  Oh, je sais, je vais vous racontez une rencontre qui fut une des plus importantes de la vie du jeune homme. Qui donc ? Vous pensez réellement que je vais vendre la mèche aussi facilement ? Vous le saurez bien assez tôt.
Il fut un temps où son équipage n’était pas celui qu’il est aujourd’hui, il fut un temps où les nuits sur son navire n’étaient pas aussi animées et joyeuses qu’elles pouvaient l’être aujourd’hui, il fut un temps où il fut le seul à manœuvrer un navire de fortune où le froid et le silence étaient ses seuls compagnons. Mais n’en fut-il pas de même pour tous ses pairs ? Tous les pirates ne commencèrent-ils pas petits pour se transformer, croître, et devenir des êtres craints autant que respectés ? Le plus terrible pour lui aurait été de rester dans cette position, seul, pour le reste de ses jours : cela il ne l’aurait certainement pas supporté.
Cela faisait déjà deux années que cela s’était déroulée…aurait-il pu se douter que cette personne serait devenue, aujourd’hui, un être si puissant que cela ? Peut-on vraiment savoir ce que chacun va devenir ? Bien sûr que non. C’était dur de se dire que seulement quelques années auparavant il n’était encore qu’un misérable être humain, assailli par la tristesse, la colère et la culpabilité, sans plus aucune raison d’avancer. Mais son avenir incertain s’était soudain illuminé d’une lueur d’espoir lorsqu’il sut qu’il n’était peut-être pas totalement seul au monde, il n’était peut-être pas le seul à avoir eu la chance ou la malchance de ne pas sortir vivant de ce cimetière volant qu’était devenu le bateau de l’équipage dont il faisait partie. Il avait enfin une responsabilité, un but, une raison de mettre un pied dans l’autre plutôt que de noyer son esprit sous autant d’alcool que ses ressources permettaient de s’offrir.

Laissant tomber l’alcool pour un temps seulement, il dépensa tout ce qui lui restait d’argent pour acheter toutes les informations possibles sur ce qui s’était passé cette sombre nuit et pour connaître toutes les rumeurs possibles et imaginables sur des personnes qui avaient pu se sortir de ce traquenard. Il ne savait pas par où commencer, il ne savait pas combien de temps cela lui prendrait de démêler le vrai du faux dans cet amoncellement d’informations mais il prendrait le temps que cela nécessiterait, il serait patient car c’était là son unique possibilité de racheter sa faiblesse et de ne plus jamais être seul.
Cela pouvait paraître  égoïste de dépenser autant d’argent juste pour ne plus être seul mais il se fichait des apparences, il ne voulait pas redevenir un insignifiant anonyme dans ce monde qu’il découvrait à peine, il ne voulait pas retomber dans les ténèbres et cette perspective de ne pas être seul fut sa seule motivation pendant un temps…jusqu’à ce qu’il apprenne l’horrible vérité sur les responsables de cette attaque, mais cela est une toute autre histoire que je ne traiterais pas ici.


Cela faisait déjà un an qu’il avait abandonné sa misérable vie en dépensant ses derniers berrys pour acheter bateau et informations afin de traverser les 4 mers et vérifier chaque rumeur sur la possibilité d’un survivant. Essayant encore de chasser de son esprit les tortures infligées au premier traître qu’il avait su débusquer, il se préféra se concentrer sur sa tâche la plus important. Il avait bien réussi à retrouver certains de ses compagnons mais l’équipage n’était au complet. Les échecs furent nombreux, les nouvelles de la mort de tel ou tel compagnon étaient autant de coups de couteau lui perçant la poitrine sans qu’il n’en meure mais sans qu’il ne s’effondre pour autant. Tous étaient passés par l’enfer ce jour-là, peut-être n’arriverait-il pas à en trouver certains qui s’étaient donnés la mort par la suite ou qui avaient décidé de tourner définitivement la page pour oublier le malheur et la douleur qui l’accompagnait.

Ce serait dommage de ne pas pouvoir tous les rassembler mais chaque compagnon retrouvé était une bouffée d’oxygène dont il ne pouvait se passer, il n’était qu’un homme et ne pourrait pas trouver tout ce qu’il désirait…il se contenterait d’écouter chaque rumeur qui l’intéressait jusqu’à ce qu’il n’y en ai plus, tout simplement.
En route pour une autre île, à quelques jours de là, où une rumeur l’amenait, le jeune homme s’arrêta sur une petite île marchande avec une partie de son équipage pour y faire halte, acheter des provisions et s’y reposer un peu avant de repartir quelques heures plus tard. Il faisait confiance à ses quelques camarades pour acheter ce dont ils avaient besoin, ni plus ni moins, quant à lui il avait une furieuse envie de boire et de manger plus que de raison ainsi que de profiter de la supposée hospitalité de cette île.
Poussant la porte de la première auberge venue, la chaleur de cet endroit et l’ambiance qui y régnait réchauffèrent immédiatement le corps du jeune homme qui vint s’assoir à la première table vide avant de commander alcool et boisson à foison tout en entamant une discussion avec ses voisins des autres tables qui ne semblaient pas plus surpris ou craintif que cela de voir des étrangers entrer ainsi, sans gêne. L’ambiance ici y était bonne, les rires  étaient légion, les serveuses sublimes et peu farouche mise à part une vieille serveuse qui semblait avoir forcé un peu trop sur le chocolat.
Les minutes passèrent et les tournées se succédèrent, l’alcool coula à flot et l’ambiance ne fit que se réchauffer : cela allait être une bonne journée !



Dernière édition par Lorn le Sam 7 Sep - 20:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 14919
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

MessageSujet: Re: Rencontre arrosée [PV Naka]   Sam 7 Sep - 18:11





« Rencontre arrosée »
PV Lorn

South Blue. Le plus chaud des quatre Seas, un océan assez calme de nature, mais rendu imprévisible à cause des hommes. Leur sang bouillonnant en fait souvent des combattants hors pair, qu'ils soient de fiers soldats de la marine ou, au contraire, d'impitoyable forbans en quête de richesse et de gloire. Entre autre, c'était l'un des endroits favoris du jeune Nakata, à cette époque tout juste âgé de 18 ans, qui revenait du début de Grand Line pour se diriger vers l'île de Traders. Il voulait y rejoindre Raphaël, son prochain capitaine, afin de renverser l'injuste ordre mondial à ses côtés. C'était désormais son vœu le plus cher, d'ailleurs. Ce dernier le lui avait donné rendez-vous. Sans doute les autres potentiels candidats à ce glorieux équipage s'y rendraient également... L'île en question, le Fenice n'avait jamais pu y poser les pieds. Etant donné qu'il voyageait par la voie des airs, il était rare qu'il ait besoin de se poser sur l'une de ces terres qui précédaient Red Line. D'autant plus depuis qu'il avait reçu sa toute première prime, moins d'un an plus tôt, suite au combat face à ce lieutenant Aurola, possesseur du très embêtant logia de la fumée. Suite à, d'ailleurs, une suite de rencontres plus intéressantes les unes que les autres, le blondinet avait fini par décider qu'il était temps de retourner voir l'ancien Schichibukai, celui que l'on nommait plus communément le "Lord of Storm". Quel leader charismatique... Même si l'ancien gouvernemental avait également ses arguments et une certaine classe, donnée principalement grâce à son fruit du démon, il devait admettre que combattre aux côtés d'une telle pointure serait probablement l'une des meilleures choses qui saurait arriver dans sa vie. Ceci dit, ce dont il ne se doutait pas le moins du Monde à cet instant précis, c'était que d'ici quelques mois, quelques années, il deviendrait justement l'une de ces pointures. Pour le moment, sa prime n'était que de 25 millions de berrys, ce qui faisait de lui un as sur les Seas Blues mais un rookie comme un autre sur Grand Line... Mais d'ici bien peu de temps, elle serait septuplée.

Bien loin donc de toutes ces préoccupations, le zoan du Phoenix voletait allègrement en direction d'une île étape que lui avait indiqué un pêcheur à qui il s'était adressé un peu plus tôt. Ce dernier n'avait d'ailleurs pas été totalement calme en le voyant, comme à chaque fois d'ailleurs... Autant, sur Grand Line, les gens parvenaient tout de suite à cerner l'utilisation d'un fruit du démon, autant ici, sur South Blue, les civils s'affolaient en voyant un oiseau flamboyant leur adresser la parole. L'homme en question, après s'être caché pendant une ou deux minutes derrière une caisse à bord de sa péniche, avait fini par indiquer la direction au pirate qui, aussitôt, était parti sans demander son reste. Un remerciement, rien de plus. Nakata n'avait pas vraiment de temps à perdre, en fait. Il s'agissait donc plus de précipitation que d'un réel manque de politesse... Non, le jeune homme voulait tout simplement arriver avant la tombée de la nuit, sans quoi s'orienter deviendrait beaucoup plus complexe. Evidemment, voler l'épuisait d'ailleurs autant que courir, à moins d'avoir le vent de dos... Et battre des ailes toute la nuit ne serait vraiment pas un luxe. Il finirait peut-être par tomber dans l'eau, auquel cas il n'y avait pas de doute : il serait mort. Le Fenice, ne souhaitait pas que sa vie s'achève d'une façon aussi misérable, essayait donc d'avancer le plus rapidement possible. Il fut plus que soulagé lorsqu'il aperçut enfin une vague forme à l'horizon, témoignant une présence de relief. Même si l'endroit était vierge de toute civilisation, cela ne le gênerait pas pour le moment : il ne voulait que se reposer, manger et boire un petit peu. Fort évidemment, une auberge l'aiderait plus efficacement dans ce sens là qu'une forêt dense et peuplée d'étranges animaux, mais cela serait de toute façon mieux que rien...

Aussi, il est inutile de préciser que l'artiste, en apercevant un ou deux navires en se rapprochant vivement, cru s'évanouir de joie. Il se retint tout de même et continua de progresser plus rapidement encore, comme poussé par cette mystérieuse envie de finir au plus vite une tâche désagréable lorsque l'on en distingue enfin le bout. Voler était un rêve pour le commun des mortels. Une expérience à ne pas manquer, un but à atteindre même pour certains scientifiques. Mais lorsque l'on était comme habitué à ces sensations, progresser par la voie des airs sur de trop longues distances devenait réellement lassant... Nakata reprit donc sa forme humain dès qu'il le put, sur la plage, ayant bien fait attention à ne pas trop se rapprocher des habitations pour être à l'abri des yeux curieux. Non pas qu'il détestait qu'on apprenne sa condition de maudit, tout simplement qu'il préférait, pour le moment, ne pas devenir l'attraction favorite des enfants du coin. Ceci dit, si sa mise-à-prix avait bel-et-bien un effet totalement bénéfique, c'était le fait que la plupart des gens qu'il croisait se contentaient de se tenir hors de son chemin. Par peur, bien évidemment. Le Fenice n'aimait pas vraiment cette impression, lui qui était un musicien, un homme qui ne souhaitait que transmettre de la joie de vivre au peuple... Mais comme pour le moment, sa tête n'était pas trop recherchée, il n'en était pas vraiment craint pour autant. Et cela lui convenait parfaitement. D'autant plus que la moitié des marines qui se renseignaient un minimum connaissaient son visage : du coup, il avait constamment droit à des tentatives d'arrestation, qui ne se terminaient que lorsque son katana avait fini de leur apprendre la vie. Tuer ne le dérangeait pas non plus, du moment qu'il ne cherchait pas lui même les ennuis, mais face à des bons-à-rien de soldats, il se l'interdisait la plupart du temps. Après tout, lui aussi avait été un marine, l'un de ces hommes qui se croient porteur d'une parfaite justice mais qui ne font finalement que défendre l'injustice. Le hors-la-loi, après avoir vaguement songé à tout cela, se mit en route en direction du village qu'il avait vu un peu plus tôt, bien décidé à se remplir l'estomac autant qu'il le pourrait.

Après quelques minutes de marche, le pirate trouva sans mal ce qu'il recherchait : une bâtisse tout de bois, assez grande, avec un écriteau suspendu au-dessus de la porte afin de signaler de quel genre d'établissement il s'agissait pour les voyageurs en manque de nourritures. Poussant la porte avec un grand sourire enjoué, le jeune homme prit la parole au même moment, levant le bras pour une entrée encore plus triomphante :

-J'offre la tournée, patron !

Des hommes déjà légèrement éméchés se tournèrent vers lui, en semblant le confondre avec un héros ou un sauveur quelconque. Sortant une bourse de sa poche sous les acclamations des consommateurs, le pirate la déposa sur le comptoir en saisissant une chope de rhum afin d'aller s'asseoir à une table rapidement. Déposant son katana dans une sorte de coffre, comme le demandait le barman afin, sans doute, d'éviter les règlements de compte à l'intérieur, Nakata alla s'installer tranquillement en face d'un autre jeune, seul. Vidant la moitié du breuvage d'un trait pour bien entamer la soirée qui se promettait festive, le blondinet prit la parole à l'intention de l'autre type qu'il ignorait être également un pirate :

-Je ne dérange pas, j'espère !

Tandis qu'une jolie brune aux courbes généreuses venait poser deux autres chopes sur la table, non sans sourire aux deux voyageurs, le musicien s'étira un peu. Cela allait lui faire de bien de profiter de sa jeunesse et de se reposer, c'était certain... Souriant à nouveau l'air joyeux, le Fenice prit à nouveau la parole à l'intention de son interlocuteur :

-Oh, désolé, je ne me suis pas présenté. Je suis Nakata. Enchanté.



_________________
"Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."


Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
Kyoshiro
Messages : 1697
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: Rencontre arrosée [PV Naka]   Dim 8 Sep - 3:01

Beer, beer, beer: so much beer!


L’attention du jeune homme fut tout autant attirée par la prise de parole de cet inconnu que par les courbes généreuses de la serveuse qui s’empressa de leur server leurs boissons. Dans une ville aussi petite il était rare de rencontrer autant de jolies filles en même temps, ce qui ne fit qu’attirer encore davantage l’attention du jeune pirate dont le regard ne pouvait se détacher des serveuses et de leurs tenues…aguicheuses. A-t-on idée de se trimballer avec des jupes aussi petites et des décolletés aussi plongeants ? Je veux bien que ce soit pour attirer la clientèle mais quand même, il y a des limites à la tentation !

« Pas du tout, y’a toujours de la place ! »
Les auberges et autres tavernes étaient des lieux de rassemblement et d’échange dans une ambiance chaleureuse et festive, il ne viendra pas à l’esprit d’individus fréquentant de tels établissements de tourner le dos à un camarade de boisson en lui refusant le droit de s’assoir à leur côté. Imagineriez-vous faire la même chose ? Imagineriez-vous refuser qu’un ami puisse s’assoir sur la chaise à côté de la vôtre alors que, tout autour de vous, fraternité et amusement étaient les maîtres mots ? Cela ne se faisait pas, que vous soyez pirates, militaires ou simples civils, vous ne feriez jamais cela et Lorn ne le fit donc pas. Combien de soirées arrosées avait-il passé sur le pont du navire de son capitaine ? Combien de fois avait-il manqué de passer par-dessus bord à force de ne pas regarder où il marchait, trop enivré par l’alcool ? Il était un homme qui n’aimait pas passer ses journées et ses soirées seul, il n’aimait pas avoir les ténèbres pour seule compagnie et préférait clairement les soirées festives au coin du feu avec assez d’alcool, de nourriture et de jolies femmes à portée de vu pour ne pas voir le temps passer.
Ne feriez-vous pas la même chose à sa place ? Longtemps il avait été prisonnier d’une routine ennuyante à mourir, longtemps il avait rêvé de plus sans savoir comment l’attendre. Quelqu’un lui avait donné cette chance, cette chance de sortir de cette cage, cette chance de sortir de cette routine, cette chance de sortir de l’anonymat…de devenir quelqu’un. Et désormais, maintenant qu’il avait croqué la vie à pleines dents une toute première fois, il ne pouvait plus de passer de cette saveur et désirait en profiter le plus longtemps possible et à chaque occasion.
Il ne connaissait pas cet homme mais ce soir son identité importait peu au jeune pirate qui se trouvait être satisfait d’avoir un autre compagnon de boisson qui semblait être là pour profiter de la journée, de la soirée, et peut-être même plus si les choses se passaient correctement. L’auberge semblait avoir suffisamment d’alcool, et le jeune pirate semblait avoir assez d’argent en poche pour continuer de boire jusqu’à ce que ce nouvel arrivant rattrape son retard.
Bientôt le jeune inconnu entreprit de faire les présentations et poru briser la glace se présenta sous le nom de Nakata, un nom peu commun aux oreilles du jeune pirate mais cela n’en était que plus intéressant. Contrairement aux quelques « étrangers » rencontrés au cours de ses recherches, cet homme-là semblait avoir des manières convenables et n’avait pas peur de se présenter à des inconnus, c’était une bonne chose, un signe qu’il serait de bonne compagnie et Lorn n’eut donc pas l’impolitesse de ne pas lui répondre et de ne pas se présenter à son tour.


« Moi c’est Lorn. Ravi également. Alors qu’est-ce qui t’amène dans le coin, toi ? Si ça te gêne pas que te tutoie.»

Comment savait-il que son interlocuteur n'était pas du coin? Le regard des autres en le voyant entrer dans la salle probablement.
Même s’il était un pirate, le jeune homme était avant tout un garçon à qui on avait inculqué des valeurs simples mais essentielles mais le respect de ses aînés, la politesse et ne pas parler à tort et à travers. Il ne connaissait pas cet homme qui était assis devant lui mais cela n’était pas une raison pour ne pas se présenter en bonne et due forme avant de lui demander si, malgré la proximité de leurs deux âges, cela ne le dérangeait pas d’être tutoyé. Ne me demandez pas pourquoi, il y a certaines personnes que cela dérange plus que tout. Joignant le geste à la parole, il tendit la main vers cet inconnu afin de la lui serrer en guise de salutations : autant bien faire les choses, n’est-ce pas ?
Le jeune homme était sur le point de se tourner pour voir si une serveuse allait lui apporter sa seconde bière lorsque une forte serveuse, ayant de toute évidence abusé du chocolat et de la bière, se pencha sur la table pour servir les deux garçons, faisant danser ses deux gros seins devant les jeunes hommes déboussolés par le contraste saisissant et malsain avec les autres serveuses de l’auberge.
Se ressaisissant en secouant la tête, le jeune homme prit une profonde inspiration et, tout en tendant sa bière vers celle de son camarade de fortune pour porter un toast, lança à toute l’assistance :

« La prochaine tournée est pour moi ! Santé ! »
Les secondes et les minutes défilèrent sans fin lorsque l’auberge se réchauffa au rythme des tournées d’alcool et des chants qui se mirent à résonner entre ces quatre murs. Cette journée ne faisait que commencer, et elle commençait si bien que le jeune pirate ne pensa pas un seul instant à ses camarades et à ce qu’ils pouvaient être en train de faire. Ils trouveraient bien un moyen de s’occuper car aujourd’hui leur capitaine improvisé avait décidé de s’amuser et de s’enivrer de toutes les façons possibles.
Petit à petit les pintes de bière commencèrent à s’empiler sur cette table…décidemment c’était une bonne journée et il avait trouvé un bon camarade finalement.

Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 14919
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

MessageSujet: Re: Rencontre arrosée [PV Naka]   Dim 8 Sep - 11:53





« Rencontre arrosée »
PV Lorn

Alors que Nakata venait tout juste de s'installer face à un autre jeune homme seul, approximativement de son âge, en lui demandant si sa présence ne le gênait pas, ce dernier répondit qu'il y avait toujours de la place. Souriant joyeusement, le musicien, un peu rassuré tout de même de n'avoir pas forcé la main de quelqu'un qui aurait pu être plus timide que le ramassis d'ivrognes présentes dans le coin, entreprit de se présenter brièvement. Il avait toujours été de ceux qui n'hésitaient pas à établir le contact avec de parfaits inconnus, songeant bien souvent qu'il n'y avait pas de pire mal que la solitude. Avoir des compagnons avec qui partager un festin, une musique, tout cela n'avait pas de prix à ses yeux. Aussi le Fenice écouta attentivement l'autre garçon qui se présenta à sa suite. Il s'appelait donc Lorn. Le blondinet n'avait jamais rencontré quelqu'un doté de ce prénom, mais la diversité de ceux-ci sur les mers était tellement incroyable que c'était plutôt le contraire qui aurait été étonnant. Ensuite, le brun lui demanda ce qu'il venait faire par ici, sur cette petite île de South Blue, en lui demandant également si cela ne le gênait pas d'être tutoyé. Le pirate saisit la main que lui tendait son nouveau partenaire de beuveries sans hésiter, répondant toujours tout sourire dans la seconde qui suivait :

-Non, bien sûr que non, ça ne me gêne pas. Et disons que... Je suis de passage, pour me détendre un peu. Lorn n'est pas un prénom de South Blue, pas vrai ?

Sa question renvoyait en fait implicitement à celle que lui avait posé son jeune et nouvel ami quelques instants plus tôt. L'ancien gouvernemental aurait en fait bien vu ce brun aventurier... Ca n'était peut-être qu'une impression idiote, mais il songeait que la réponse de ce dernier serait bien plus intéressante que l'on ne pourrait le croire au premier abord. Cependant, leur discussion fut interrompue par une serveuse, légèrement plus large que les autres. Se penchant, elle masqua totalement la vue du pauvre forban qui n'eut d'autre choix que de fixer le liquide de sa choppe, n'étant pas particulièrement fan des gros modèles. Une fois que l'imposante demoiselle eut fini sa besogne et s'en alla avec les chopes vides, Lorn tendit sa pinte en direction de Nakata, l'invitant à porter un toast tout en déclarant que la prochaine tournée serait offerte de ses frais. Souriant à nouveau, le blondinet cogna le récipient que lui tendait son camarade du sien, songeant que la soirée allait être longue, bien longue...
Et effectivement, le Fenice ne fut pas déçu à quelque instant que ce soit. Les bières et le rhum coulaient à flot, et il voyait trouble en moins de temps qu'il n'en fallait pour dire "Ouf". Riant à la moindre des blagues de l'autre jeune homme, il profitait de sa vie autant qu'il le pouvait, tout simplement, sans vraiment réfléchir. Ce genre de moments lui avait réellement manqué... Pouvoir oublier toutes ses émotions négatives, de toute une vie, et prendre du plaisir à rire et à boire, simplement. Rien de plus, rien de moins... Au fur et à mesure, les autres clients présents dans la taverne commençaient eux aussi à devenir légèrement pompette. Profitant de cette ambiance bonne enfant, l'artiste attrapa la main d'une des serveuses joliment pourvue de ses attributs féminins et la tira vers lui pour l'asseoir sur ses genoux avant de boire une nouvelle gorgée de rhum. Des types chouettes, de l'alcool, de (trop) séduisantes créatures... Il ne manquait vraiment plus qu'une chose au pirate pour compléter ce tableau, cette oeuvre d'art qu'il finirait sans doute par représenter avec ses propres pinceaux... Et cette chose, naturellement, vint après quelques instants.

En effet, la porte s'ouvrit violemment, se cassant presque lorsqu'elle heurta le mur. La plupart des clients se turent aussitôt, et Nakata était l'un des seuls à brailler comme de la marmaille, s'amusant à taquiner la serveuse qu'il venait tout juste de prendre en otage sans vraiment faire attention à ce qui l'entourait. Une dizaine d'hommes, cimeterres à la taille, entrèrent sans plus de cérémonie. L'un d'entre eux attrapa le verre d'un client et le vida cul sec avant de l'envoyer sur le primé qui, ne s'y attendant absolument pas, le reçut en pleine tête à quelques mètres de là. La demoiselle s'éloigna de lui, surprise, et devint livide en voyant les bandits qui commençaient à ricaner alors que le silence se faisait de plus en plus pesant. Le maudit se leva lentement en attrapant un chiffon pour essuyer l'alcool présent sur ses vêtements, ne jetant même pas un regard aux hors-la-loi. Celui qui lui avait lancé le récipient lui hurla l'air méchant :

-Pour qui tu te prends, hein ? Viens baiser nos pieds si tu veux qu'on épargne ta vie ! Quand nous entrons dans un bar, tout le monde doit faire le silence !

Poussant un soupire l'air ennuyé, le Fenice se mit à marcher, ou plutôt à tituber en direction des criminels qui continuaient de ricaner, appréciant nettement cette position de force vis-à-vis du reste de la plèbe. Malheureusement pour eux, ils déchantèrent rapidement. En effet, alors que le pirate venait tout juste d'arriver en face du lanceur en question, il le fixa droit dans les yeux et, soudainement, imprévisiblement, lui décocha une droite jaugée à la puissance près. Le type reçut le coup de poing en plein nez et, sous l'impulsion, fut envoyé contre le mur deux mètres derrière lui le flair en sang sous le regard impuissant mais surtout étonné de ses camarades. Pointant son index dans sa direction, le Phoenix commença à hurler :

-Ne gâche pas la présence de cette jolie demoiselle avec ton haleine putride, chacal !

Un long silence s'en suivit, avant que la moitié des clients n'explosent littéralement de rire, l'alcool faisait son effet. Ainsi décrédibilisés, les bandits commencèrent à bouillonner. Celui qu'avait frappé le blondinet se redressa en prenant appui sur le mur. Il tira soudainement son cimeterre de son fourreau et, sans crier gare, l'abattit verticalement sur le jeune ivrogne qui, étonné, ne put rien faire. Une gerbe de sang s'envola avant de retomber lourdement sur le sol, en même temps que le corps impuissant du musicien qui ne bougeait plus du tout. La serveuse poussa un hurlement, horrifiée. Le barman laissa tomber le verre qu'il avait gardé en main et les clients, eux, se contentèrent de reprendre aussitôt leur calme, pour la plupart aussi blanc qu'un linge. Et une nouvelle fois, les bandits ricanèrent doucement, tandis que l'un d'entre eux se détacha du groupe, semblant être le chef. Il posa son pied sur le torse ensanglanté de Nakata, regardant le reste des civils avec un sourire fou, malsain. Mais il déchanta vite, à son tour, lorsque des flammes bleues apparurent sur le torse du maudit, à l'endroit même de la blessure infligée seulement un instant plus tôt. Il recula un bon, devant cet étrange spectacle, et ses camarades firent d'ailleurs de même. Tout le monde put alors observer la coupure se refermer lentement, efficacement, avant de ne laisser qu'une trace de sang. Croyant halluciner, ces gars firent de nouveau un pas en arrière tandis que le Fenice, lui, se relevait en tapotant son pantalon :

-Ça pique.

Les hors-la-loi poussèrent tous un hurlement d'incrédulité, ne semblant pas croire ce qu'il venait de voir. Plus personne ne bougeait, mis-à-part le miraculé qui continuait de tapoter ses vêtements pour enlever la poussière qui s'y était fixée. Le garçon laissa un nouveau soupire lui échapper et il redressa son regard vers celui qui l'avait blessé, un peu plus tôt. Il prit alors la parole, un sourire malicieux aux lèvres :

-Lorn... On se les fait ?



_________________
"Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."


Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
Kyoshiro
Messages : 1697
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: Rencontre arrosée [PV Naka]   Mar 10 Sep - 23:47

Let the fun begin!



Il était à la portée du premier venu d’observer la surprise dans les yeux des habitués de l’auberge dès l’entrée du jeune homme et de son nouveau camarade de beuverie. Peut-être était-ce le signe que cette île ne voyait pas passer énormément de visiteurs, à moins qu’ils ne soient tout simplement pas très fans des nouvelles têtes mais le jeune homme ne manqua pas de sortir cette possibilité de sa tête en voyant l’ambiance rapidement se réchauffer. Non, de toute évidence des visiteurs sympathiques s’arrêtant pour boire un coup ne semblaient pas être monnaie courante, mais au-delà de ça leur présence semblait être tolérée voire même très appréciée. Après tout quel commerce, aussi florissant soit-il, pourrait se permettre de refuser certains clients ? Cette auberge semblait de taille raisonnable mais ne pouvait se permettre d’être pointilleuse sur le choix de la clientèle, ou du moins était-ce la façon de voir les choses du jeune capitaine en devenir.
Reprenant donc une gorgée d’alcool, le jeune homme ne tarda pas à répondre à son compagnon de beuverie :

« Tout juste. J’suis de West Blue. Et vu les regards de l’assistance, tu ne sembles pas être du coin non plus.»

Souriant aux deux demoiselles venant servir une nouvelle fournée de pinte, le jeune capitaine en devenir ne trouva pas l’assurance nécessaire pour agir comme son camarade de beuverie et l’inviter à s’assoir avec lui pour se détendre un peu. De toute évidence, au niveau de l’assurance et la manière d’aborder la gente féminine son compagnon avait une longueur d’avance sur lui. Mais Lorn ne s’en formalisa pas et commença à discuter avec la jeune brune afin d’un peu mieux la connaître, après tout l’alcool lui permettait aussi une assurance qu’il n’aurait pas d’habitude.

La soirée continua de plus belles, les serveuses se firent plus entreprenantes et charmantes à mesure que les minutes passaient dans cette ambiance festive que Lorn n’aurait voulu quitter pour rien au monde. Mais qui aurait cru que ce doux moment puisse être gâché par l’arrivé d’énergumènes peu recommandables ? Hein ? Comment ça vous l’avez vu venir de très loin ? C’était si prévisible que cela ? Ah…peu importe, vous y aurez le droit quand même !
Le jeune pirate était en train de finir son énième pinte lorsque la porte de l’auberge s’ouvrit dans un fracas qui plongea toute la pièce dans un silence morbide tandis que toute l’assistance se tournait vers ladite porte afin d’identifier la source de ce bruit inattendu et dérangeant au possible. Que  pouvais bien être l’origine de ce bruit ? La réponse ne se fit pas attendre. De l’encadrement de la porte débarquent un groupe d’individus à la mine louche et peu accueillante, ces derniers firent comme s’ils étaient en territoire conquis, notamment en se servant dans les verres des clients, et personne ici ne semblait oser dire quoi que ce soit. Lorn n’avait qu’à regarder les visages de chacun pour voir ce qui régnait chez eux : la peur. Il connaissait bien ce sentiment et savait ce que la vue d’un groupe d’hommes armés pouvait provoquer chez des personnes pour qui la violence ne faisait pas partie du quotidien.
Ils avaient peur, peur de ce que ces hommes avaient fait par le passé, peur de ce qu’ils pourraient s’apprêter à faire s’ils étaient mis en colère, peur d’être blessé, peur de mourir et c’était bien normal après tout non ? Mais ces individus peu recommandables avaient-ils seulement remarqué qu’au beau milieu de cette foule apeurée se trouvaient deux individus dont le regard ne trahissait aucune forme de peur ou d’appréhension ? Non, certainement pas, ils avaient juste remarqué des serveuses particulièrement proche d’un client et cela ne plut pas à l’un d’entre eux.
Sous l’emprise de la crainte les deux demoiselles s’écartèrent de leurs deux clients, le teint toujours livide comme si ces hommes-là représentaient la faucheuse qui était sur le point de leur ôter la vie. C’était ridicule : ces hommes venaient en bande pour utiliser l’effet du nombre pour impressionner, ils mettaient leurs armes bien en évidence pour faire peur et montrer qu’ils n’étaient pas des petits rigolos, et ils agissaient comme s’ils étaient chez eux pour montrer qu’ils n’avaient peur de rien. L’un d’entre eux éjecta un verre d’alcool sur le compagnon de beuverie de Lorn avant de demander aux deux clients de se soumettre pour que leurs vies soient épargnées…était-ce une blague ? Ces bandits n’avaient aucun style, aucune prestance, aucun charisme…ils se la jouaient gros durs mais les deux pirates présents n’y croyaient pas une seule seconde.
Jetant un coup d’œil à son collègue pour s’assurer qu’il allait bien, le jeune homme n’hésita pas à répondre à ce bandit de pacotille en affichant un sourire moqueur sur son visage, tout en lançant, sur un ton amusé :

« Vu l’état de ta gueule je n’imagine même pas l’état de tes pieds, donc je passe mon tour.
Cette réplique et celle de son camarade discréditèrent totalement les bandits et provoquèrent une vague de rires, décrispant ainsi les visages de bon nombre de clients…mais certains appréhendèrent le courroux de cette bande et se crispèrent encore plus qu’avant comme si leur mort était imminente. Soupirant face à la faiblesse de l’esprit humain, le jeune homme fut violemment ramené à la réalité lorsque son camarade fut tranché par la lame d’un bandit qui voulait probablement prouver qu’ils étaient tous sérieux et à ne pas prendre à la légère. Écarquillant les yeux de surprise et de stupeur, Lorn fut assailli de douloureux souvenirs dont il n’avait réellement pas besoin ici. L’image de la mort, du sang et des corps en décomposition saturèrent l’esprit du jeune homme qui aurait voulu être n’importe où sauf ici.
Posant sa main sur son visage pour masquer le changement subtil dans son regard, dont la lueur passa de l’amusement à la furieuse envie de faire couler le sang de ces immondes cloportes, le capitaine en herbe posa sa main sur la table afin d’y prendre appui pour se relever, mais la surprise l’empêcha de finir son geste.

Son camarade, comme si de rien n’était, se releva et ses blessures se soignèrent comme par enchantement. Restant scotché, le jeune pirate écarquilla les yeux de surprise et de fascination pour cette résurrection mystique et fascinante. Il ne savait pas quoi dire face à ce coup de théâtre et visiblement les bandits non plus. Comment était-ce possible ? Lorn ne connaissait qu’assez peu le principe des fruits du démon et ne fit donc que supposer que son camarade devait avoir un pouvoir similaire pour pouvoir se régénérer de la sorte après une telle blessure.
Les seuls mots qu’il parvint à sortir immédiatement furent les suivants :

« Wow, génial. ‘Faudra que tu m’expliques comment tu fais. »

Les bandits n’étaient plus aussi confiants qu’auparavant et cela pouvait aisément se lire sur leurs visages. Eux non plus n’avaient sans doute jamais affronté pareil pouvoir permettant de se remettre d’une telle blessure, ils ne devaient sans doute pas savoir quoi faire contre un tel adversaire, mais cela importait peu. Le miraculé semblait vouloir en découvre et son jeune camarade n’était absolument pas contre, c’était tout le contraire.

« Moi ça me va, c’est une autre façon de se détendre. On va peut-être faire ça dehors, non ? Une fois que ça sera terminé j’aimerai bien retourner finir mon verre, ça serait dommage de tout saccager.»

N’attendant même pas une réponse de son camarade, le jeune homme enfila son manteau à l’intérieur duquel il avait attaché ses deux sabres. Manteau sur le dos, manches vides tombant le long du corps, le jeune guerrier plongea sa main sous son manteau et en extirpa deux armes dans leur fourreau et accrocha l’une d’entre elles à sa ceinture. Posant un pied devant l’autre, il se demanda soudainement qui jouait avec la gravité et pourquoi il avait autant de mal à se tenir droit sur ses deux jambes, mais se rappela bien vite qu’il s’était enfilé bon nombre de pintes qui expliquaient sa difficulté à garder l’équilibre. Très bien, être ivre était un bon handicap face à des bandits qui ne faisaient que prétendre être fort.
Il y aurait même moyen de bien s’amuser.

Se secouant la tête pour reprendre ses esprits et juguler son envie de faire couler le sang de ces cloportes, le jeune homme plia subitement les jambes, empoignant le fourreau de son arme sous la garde en le pointant en avant, et fonça vers le premier bandit qui se trouvait dos à la porte. Avalant les distances à une vitesse ahurissante, il recula légèrement son bras pour armer son coup et effectua un léger saut en avant qu’il compléta avec une pique au niveau de la pomme d’Adam dudit bandit. L’attaque fut aussi brutale que soudaine et le cri étouffé du bandit acheva de convaincre Lorn qu’il avait touché ce qu’il désirait.
La force de l’impact, à laquelle s’ajouta la course du jeune homme, éjecta le garde sur son camarade derrière lui, ce dernier fut également projeté en arrière et se retrouva en partie dehors.
Vous pensez que cela s’arrêterait là ? Que nenni ! Fort de sa course et de son bon, le jeune homme agrippa le haut de l’embrasure de la porte de sa main libre et s’en servi comme appui pour se propulser plus facilement dehors.
Sautant au-dessus des deux gardes, le jeune pirate en herbe dérapa sur le sol et manqua même de se vautrer violemment et de se ridiculiser par la même occasion. Effectuant quelques petits pas pour stopper son dérapage involontaire, le garçon prit quelques secondes pour reprendre son équilibre et se retourna vers la bâtisse en espérant que certains bandits aient le cran de venir vers lui et ne pas se concentrer sur son camarade de beuverie resté à l’intérieur. Reprenant son arme par le manche et non plus par le fourreau, il raccrocha cette arme à sa ceinture avec la seconde et, posant son pouce gauche sur la garde, afficha un sourire moqueur à l’attention des intéressés afin de les inciter à venir vers lui.

Il avait hâte de voir comment son camarade allait se battre, car le petit échantillon de tout à l’heure l’avait beaucoup intrigué.

Cela allait pouvoir commencer.


Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 14919
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

MessageSujet: Re: Rencontre arrosée [PV Naka]   Mer 11 Sep - 19:32





« Rencontre arrosée »
PV Lorn

Nakata appréciait définitivement ce jeune Lorn ! Et ce pour plusieurs raisons : la première, c'était que comme lui, il était quelqu'un qui appréciait la vie et les femmes. Pour une fête en soirée, c'était mieux, tout de même, de passer du temps avec des personnes qui partageaient les mêmes passions que nous ! Bien entendu, s'arrêter là paraissait assez idiot, mais comme c'était ce qui comptait le plus sur une île de South Blue, ça prenait rapidement tout son sens. La seconde c'était que comme lui, il savait mettre un minimum d'ambiance dans un lieu qui, autrement, aurait risqué d'être morne ! C'était souvent un propre des artistes, mais apparemment, certains échappaient à la règle... La preuve. Le troisième, et pas des moindres, c'était que comme le Fenice, ce gars était un buveur incroyable ! Il avait enfilé les pintes, devenant comme un sérieux rival pendant l'espace d'un instant. Qui des deux aurait fini saoul en premier, dans de bonnes conditions ? C'était une bonne question et maintenant qu'il y repensait, le blondinet se disait qu'ils devraient tenter l'aventure, un jour ou l'autre ! Il fallait profiter de la jeunesse au maximum, après tout... Enfin, il demeurait une dernière raison qui faisait de ce brun, aux yeux de l'ancien révolutionnaire, un compagnon idéal : il était toujours prêt à se battre lorsque quelqu'un lui cherchait des noises. Sur ce point-là encore, ils étaient semblables : infliger une bonne correction à ces bandits crasseux et un peu trop égocentriques semblait donc couler de source, pour l'un comme pour l'autre. Aussi, lorsque le pouvoir du zoan vint soigner sa blessure et que le forban se redressa, son camarade prit la parole l'air légèrement impressionné. Une nouvelle fois, cela paraissait assez légitime... Ce genre de malédictions était rarissime, plus encore que des logias ! Quelque part, le Phoenix en tirait d'ailleurs une partie de sa fierté... En tant que combattant, il devait admettre que c'était là un atout d'une incroyable utilité. Sans lui, il aurait passé l'arme à gauche depuis belle lurette... Cependant, l'épéiste d'antan ne devait pas y songer davantage : l'action l'attendait, lui et son binôme du moment !

Nakata posa donc, tout naturellement, son interrogation à Lorn qui se contenta d'acquiescer. Un peu d'échauffement ne leur ferait pas de mal, ni à l'un ni à l'autre... L'alcool se dissiperait un peu plus aisément dans le sang, et en plus de ça, un combat leur permettrait de préparer leur corps à une nuit qui s'annonçait plutôt longue et torride. Les deux serveuses traînaient dans les parages en jetant de temps à autres des regards intéressés et amusés depuis le début des festivités, après tout ! Il fallait les honorer ! Et pour cela, rien de mieux que d'entamer avec un prélude plus... Sportif. Cependant, comme le relevait l'autre ivrogne, il serait bien plus intelligent de faire cette petite lutte à l'extérieur... Moins de dégâts, de ce fait. Déjà qu'il y avait une trace de sang là où le "cadavre" du Fenice était tombé auparavant... Il ne fallait pas abuser sur l'hospitalité du patron ! Aussi le hors-la-loi fit un bref signe de tête, laissant au brun le privilège d'entamer toute cette petite bataille. Et ce dernier le fit d'une manière plutôt efficace, pour le coup ! En effet, il se mit à courir en direction du groupe d'adversaires et en frappa un au niveau de la gorge, l'envoyant dans la rue avec un de ses collègues qu'il entraîna à cause du choc. L'assaillant de ces pauvres brigands parvint à se rattraper à l'embrasure de la porte elle-même et maîtrisa ainsi plus ou moins la fin de sa course, finissant cependant par sortir du champ de vision du pirate qui siffla d'admiration. Une chose était désormais certaine : il devait faire aussi bien, sinon mieux ! Alors que l'un des malfaiteurs s'approchait de lui, sans doute plus mû par la peur que par un hypothétique courage, le maudit fit rapidement l'état de la situation : Lorn, dehors, ne faisait probablement face à personne, pour le moment. La plupart des crapules étaient encore ici, dans la taverne, mais ne savaient pas vraiment quoi faire... Concernant son propre être, le blondinet n'avait pas son katana et ne le voulait pas : ces pauvres types n'en valaient pas la peine. En revanche, il lui restait deux cartes à jouer : la musique, qui ne servirait probablement pas, et... Son fruit, bien sûr. Sans plus attendre, il prit alors la forme du légendaire Phoenix bleuté et doré, faisant alors sursauter le vaurien qui s'était approché de lui. La première technique fut bien rapidement choisie...

-Sakebu.

Les flammes du volatile s'agitèrent soudain, comme menaçantes. Lui leva son bec et poussa un cri agressif à l'encontre des bandits qui, dans un premier temps, se contentèrent de devenir encore plus pâle que précédemment. Puis ils se tournèrent soudainement et partirent en courant de l'établissement, plus effrayés que jamais. Certains oublièrent même de prendre leurs lames, ne jugeant sans doute pas que cela pourrait devenir utile face à une telle abomination. Reprenant une forme humaine, le jeune Fenice fit un tour sur lui-même, une main au niveau de la tempe droite, l'autre tendue et s'arrêta de sorte à faire face à la serveuse qui, précédemment, avait été assise sur ses genoux. Il prit alors la parole calmement :

-Ne t'en fais pas, ma jolie. Je reviens.

Cela eut pour effet de faire rire plus puissamment encore les consommateurs tandis que Nakata, lui, sortait du bar les mains dans les poches, comme si tout cela n'était que pure banalité. Mais après tout, ça l'était... Des criminels de ce type, il en bottait déjà dans son enfance, pendant qu'il faisait encore partie de la marine ! En quoi ceux-là seraient bien différents ? Surpris tout de même devant un tel spectacle, la plupart des ivrognes se levèrent et suivirent le pirate qui arriva bien rapidement derrière les fuyards qui, eux, fonçaient en direction de ce pauvre Lorn. Ce dernier ne devait pour le coup pas comprendre grand chose... C'en était d'autant plus hilarant, d'ailleurs ! Imaginant la confusion dans la tête de son collègue, le Fenice ne put retenir un petit rire... Voire un fou-rire total. Larmoyant, il finit tout de même par se calmer et hurla à l'intention de l'autre bienfaiteur :

-Une musique, ça te dit ? Histoire de pulser un peu le truc !

Une idée lui vint alors rapidement. Une musique au refrain rapide et entraînant, qu'il avait appris peu de temps auparavant sur le Royaume de Luvneel, dans North Blue. Cependant, il l'avait déjà entendu de nombreuses fois : cette île étant depuis longtemps professionnelle dans les excursions en tout genre, de nombreux voyageurs l'avaient appris aux hommes du Monde entier ! Elle semblait donc toute tracée... /!\LANCEZ LA MUSIQUE/!\

Se décidant à improviser une petite danse pour débuter et se mettre bien en forme, l'ivrogne qui, précisons le, titubait tout de même légèrement, se rappela rapidement des paroles. Aussi il se mit à chanter, non sans talent :

-Luvneel - étrange et mystérieux,
Glacial et capricieux,
Froid comm' la glace.

Luvneel - mais qui connaît vraiment,
Ce feu émerveillant.
Ce feu si chaud.


Et comme Nakata l'avait songé, de nombreux consommateurs semblaient la connaître... Aussi ceux qui l'avaient suivi commencèrent également à chanter, une fois qu'ils comprirent de quelle musique il s'agissait ! Comme entraîné par cette élan de solidarité de la part des civils qui voulaient manifestement aider et participer à leur manière, le musicien fit craquer la jointure de ses doigts avec un sourire presque effrayant...

-Compagnons, hey, hey, hey videz vos verres !
Natascha, ha, ha, ha, vous êtes belle !
Camarades, hey, hey, hey, aimez la terre !
Elle permet d'observer ces donzelles !


C'était le moment ! Tout en débutant sa prise de parole, le Fenice se propulsa en direction des fuyards qu'il rattrapa bien rapidement. Sans aucune difficulté, il attrapa le plus lent de tous, un gros visiblement déjà à bout de souffle, et le souleva avec force avant de le lancer sur l'un de ses compères. Il enchaîna avec une balayette sur l'un des rares types qui s'étaient retournés vers lui, le faisant chuter sans aucune difficulté. Loin d'être l'expert en corps-à-corps qu'il serait dans le futur, le sabreur avait néanmoins les bases... Et pour le coup, il allait les montrer !




Le magnifique tour sur lui-même !:
 

_________________
"Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."


Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
Kyoshiro
Messages : 1697
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: Rencontre arrosée [PV Naka]   Dim 15 Sep - 14:46

Ready? Fight....and sing!


Cette journée avait si bien commence et, aux vues des serveuses qui dévoraient du regard les deux jeunes homes, elle allait extrêmement bien se terminer. Mais vous allez sans doute me dire que l’apparition d’une bande d’individus belliqueux ne peut que gâcher une si magnifique journée, n’est-ce pas ? Vous ne pourriez, malheureusement, pas être plus loin que cela de la vérité. Pourquoi cela ? Laissez-moi vous l’expliquer. Les pirates sont des êtres qui, à la différence du gouvernement mondial, ne prennent pas les armes pour défendre un idéal de justice et de maintiens de la paix dans le monde. Les pirates sont des hommes et des femmes, d’origines diverses, qui ont décidé d’embrasser une carrière risquée mais qui pourrait se révéler très lucrative, ce  sont des personnes qui se sont préparées dès le début à prendre les armes pour défendre leur mode de vie et leurs compagnons lorsque la situation pourrait l’exiger.
Tous les pirates ne sont pas des êtres assoiffés de sang et de violence gratuite qui tuent tous ceux qui ont le malheur de s’opposant à eux, il existe certains pirates qui prennent les armes pour se défendre sans forcément désirer ôter la vie de leurs adversaires…dépendant de l’adversaire en question, bien entendu. Si Lorn est un homme ambigu qui prendra un plaisir malsain à torturer et tuer quiconque méritant d’être puni, il sait néanmoins faire la part des choses en reconnaissant quand une personne mérite la mort et quand elle mérite juste un petit rappel à l’ordre. Ces brigands-là, ceux qui se la jouaient gros durs en essayant d’impressionner leur monde, devinez-vous à quelle catégorie ils appartiennent ? La seconde, bien entendu.
Bien entendu celui qui avait voulu tuer le blondinet méritait la mort plus que quiconque, mais ce n’était peut-être pas le cas de ceux qui le suivaient, c’était sans doute pourquoi Lorn rechignait à extraire sa lame étincelante de son fourreau pour trancher des membres à tout va. Et, alors qu’il voyant un brigand tentant de s’extirpa de sous un camarade se tenant douloureusement la gorge, le pirate en herbe décida de simplement leur donner une bonne correction…seul leur chef méritait la mort, pas eux, ils n’étaient que des moutons qui semblaient aussi effrayés que n’importe qui par ce retournement de situation.
Posant un pied devant l’autre en direction du brigand qui se relevait péniblement en s’inquiétant du sort de son camarade, Lorn stoppa sa marche lorsque des bruits soudains émergèrent de l’auberge et que, quelques secondes plus tard, une poignée de brigands sortirent en courant de l’auberge avec une lueur de stupeur et de peur dans leurs regards. Arquant un sourcil de surprise tandis que ses yeux ne purent cacher son incompréhension de la situation, les seules pensées de Lorn furent les suivantes :

* Mais que….gné??? *

Ils crièrent, parfois laissèrent tomber leurs armes et oublièrent presque que leur fuite les menait vers le sabreur qui, malgré son sens de l’équilibre légèrement par la quantité d’alcool dans son sens, restait fermement debout face à eux et ne semblait pas douter un seul instant de sa supériorité face à eux. La plupart semblaient avoir perdu toute volonté de combattre et semblaient bouger par la seule force de leur peur leur dévorant les entrailles.
Certains crurent qu’il était plus aisé de faire face à ce sabreur qui refusait de dégainer son sabre qu’au camarade de ce dernier, resté dans l’auberge. Deux brigands déglutirent donc et prirent leurs cimeterres avant de se ruer vers Lorn en hurlant pour se donner du courage, mais c’était peine perdue : ils n’étaient décidemment pas doués du tout. Le mouvement du premier brigand fut si prévisible que Lorn n’eut qu’à s’avancer vers lui  et balayer le fourreau de son arme de droite à gauche, au niveau de la tempe de son adversaire, pour l’envoyer à terre en un rien de temps. Le second brigand sembla aussi surpris par la faiblesse de son compagnon que par la rapidité de réaction de son opposant, si bien qu’il n’eut même pas le réflexe de bouger pour esquiver le coup de genou dans l’estomac qui le fit tomber à terre, plié en deux par la douleur.
Ils n’étaient décidément pas faits pour se battre.
L’attention du capitaine fut ensuite reportée sur son camarade qui lui proposa soudainement une petite chanson….une chanson pendant un combat, aussi pitoyable puisse-t-il être ? Qu’elle idée saugrenue. Bien sûr qu’il allait accepter !

« Baston et musique ? Moi ça me va. »

Rapidement le jeune homme tendit l’oreille pour écouter, au loin, son camarade chantonner les premières paroles de ce champ qui n’étati étranger pas inconnu aux oreilles du jeune capitaine en herbe. Lorsque l’on passe la plupart de sa vie sur le pont d’un bateau, rare sont les soirées où l’alcool ne coule pas à flot et où chacun n’y va pas de sa petite expérience pour raconter des histoires ou pour entonner des paroles qu’il connait. Bien évidemment, étant originaire d’un petit patelin sans histoire, le jeune homme n’eut pas d’autres choix que d’apprendre ces histoires et chansons et les mémoriser afin de les transmettre à son tour. Après tout, qu’aurait-il pu raconter ? Avant d’embrasser la carrière de pirate il ne connaissait aucun conte, aucune légende ni aucune chanson qui soient dignes d’intérêt : sa vie avait été banale au possible jusque-là, il était donc normal qu’il soit celui qui devait d’abord apprendre avant de raconter aux autres.
Mais étrangement, parmi toutes les chansons qui avaient été entonnées sur les ponts des deux bateaux qu’il avait foulés, la chanson de son camarade était revenue plusieurs fois et était restée ancrée dans la mémoire de Lorn, au même titre que toutes les autres chansons d’ailleurs. Fouillant dans son esprit en prenant un air sérieux pendant quelques secondes, il essaya de retrouver ces paroles, ce qui ne fut pas sans difficulté, mais il y parvint malgré tout ! VICTOIRE !
Écoutant donc les premières paroles chantées par son camarade et rapidement reprises par les clients de l’auberge qui semblaient amusés par  le retournement comique de la situation, le jeune sabreur patienta jusqu’à ce que son compagnon s’arrête afin qu’il puisse reprendre la chanson à son tour. Prenant une profonde respiration tout en ressortant les paroles de sa mémoire, il ouvrit donc la bouche pour laisser échapper quelques paroles sur un ton enjoué.
Afin d’accompagner cette chanson et lui donner du rythme, le capitaine en herbe commença même à effectuer une petite danse en sautillante tour à tour sur une jambe puis sur l’autre, le tout à intervalles réguliers. Bien évidemment cette prouesse physique était une épreuve en soi puisqu’elle permettait à Lorn d’essayer de garder son équilibre malgré tout le sang qui circulait actuellement dans son corps : chanter et danser en étant tout l’emprise de l’alcool n’était pas chose facile, mais s’il fallait y ajouter du combat alors cela devenait une toute autre histoire.

« Luvneel, Luvneel,
Norland est un gros menteur,
Ou n'est vraiment pas à l'heure, ho, ho, ho, ho, ho, hé !

Luvneel, Luvneel,
Tu t'empares de nos corps
Nous emmèn' dans le grand nord, ha, ha, ha, ha, ha, hé ! »

« Luvneel, Luvneel,
Tes demoisell's séduisantes,
Sont vraiment entreprenantes, ho, ho, ho, ho, ho, hé !

Luvneel, Luvneel,
Entre la bière et le vin,
Tout est noir le lendemain, ha, ha, ha, ha, ha, ha ! »

Sous les regards surpris des brigands qui ne comprenaient pas la situation, le jeune homme afficha un sourire confiant et leva sa main libre tout en effectuant un léger signe du bout de deux de ses doigts, incitant ainsi les brigands à venir s’occuper de lui s’ils le pouvaient. Pourraient-ils constituer un vrai défi ? Certainement pas, mais ils seraient un bon moyen de passer le temps.
Combien oseraient venir ? Cela dépendrait, en partie, de comment son camarade se débrouillerait à l’intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 14919
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

MessageSujet: Re: Rencontre arrosée [PV Naka]   Lun 16 Sep - 21:41





« Rencontre arrosée »
PV Lorn

Lorn avait répondu affirmativement à la proposition de Nakata. Il était donc partant pour un peu plus de fun, un peu plus d'amusement : les deux compères, accompagnés des autres ivrognes qui se contentaient cependant de rester en spectateurs, allaient donc chanter une petite musique tout en tabassant allègrement ces pauvres hors-la-loi qui, sans doute, n'essayeraient plus jamais de brutaliser qui que ce soit. Le but était tout simplement, pour le blondinet du moins, de leur laisser un message clair. Un genre de "Pas touche aux civils", mais exprimé par les poings plutôt que par un trop long discours, qui se serait inévitablement montré rébarbatif. Et comme l'autre forban semblait également penser comme lui, les deux philosophes martiaux pouvaient donc avancer leur thèse pour le moins particulière de concert, afin d'être encore plus convaincant qu'ils n'auraient pu l'être en solitaire. Soyons donc honnêtes : ces pauvres brigands allaient certainement passer le pire quart d'heure de leur vie... Si tant est que toute cette histoire dure plus de cinq minutes. Il fallait vraiment être optimiste pour songer cela... Le Fenice, en entamant le chant qui fut par la suite repris en chœur par les consommateurs de la taverne, songeait plutôt que cette bagarre ne durerait guère plus de trois minutes. Autrement dit, le temps que les dernières paroles de cette comptine tombe. En tout cas, cela semblait assez intéressait, comme challenge... S'occuper d'une bande de criminels assez pathétiques pour être effrayés à la vue d'un homme capable de soigner quasiment instantanément de ses blessures en un temps chronométré rajoutait une once de difficulté. Même si, force était de l'avouer, le Phoenix avait déjà connu bien plus complexe, comme casse-tête... C'était en réfléchissant à tout cela que l'artiste s'occupa des premiers rebuts de la société passant sous sa main dangereusement efficace. Se contentant de chantonner les paroles de ce chant nommé "Luvneel", comme on pouvait aisément s'en douter, et laissant le luxe aux citoyens de prendre le beau rôle sur cette facette-là de la soirée, il s'appliqua à un lancer d'homme imposant avant de reprendre son souffle, souriant d'amusement en entendant son compère, le brun, reprendre le refrain tandis que lui s'arrêtait. Quelle complémentarité !

Nakata fut donc heureux de voir que les soit-disant hors-la-loi avaient été contraint de s'arrêter en arrivant face à l'épéiste. Du coup, ils se retrouvaient ironiquement, malgré leur nette supériorité numérique, pris en tenaille. Les pauvres... Les dents allaient voler, sous ce ciel sombre et étoilé ! Prenant une pose digne d'un combattant au corps-à-corps expérimenté, le musicien souffla doucement histoire de garder son calme et de laisser l'adrénaline maintenue au plus bas niveau. Alors que Lorn s'appliquait à chanter et que les brigands, réellement incrédules, ne savaient pas vraiment comment réagir à cet étrange spectacle, le Fenice, lui, se contentait d'inscrire dans son cerveau tout ce qui pouvait sembler de l'ordre du détail pour un homme normal. Les armes, les emplacements des jambes, des bras, la direction dans laquelle le regard de ces hommes fuyait... Tout cela, il tentait de l'assimiler, en bon adversaire. Le but était de ne laisser aucune place au hasard, afin d'en finir, comme prévu, le plus vite possible. Malheureusement, quant aux réactions possiblement vives des ennemis, tout cela restait de l'ordre du plus complet des hasards : ne les connaissant absolument pas, le garçon ne pouvait pas juger de leur réactivité et de leur agressivité dans ce genre de situations où l'homme devient étrangement la cible de l'un de ses congénères. Ce qu'il espérait réellement, en revanche, c'était que l'alcool ne forcerait pas à son compère de faire une ânerie. Si lui, animal légendaire qu'il était, pouvait amplement se le permettre, ça n'était pas le cas de tout le monde... Un coup de sabre au niveau du torse aurait vite fait de l'envoyer à l'hôpital ou, dans le pire des cas, directement dans l'autre monde. En bref : quand bien même celui qui était passé d'inconnu à ami semblait être quelqu'un d'assez puissant pour que l'on puisse compter sur lui en cas de besoin, l'ancien révolutionnaire comptait bien le garder à l’œil. Il avait après tout bien trop à faire pour porter le deuil d'un camarade, surtout à cette période de sa vie ! Il aurait bien le temps d'être triste à l'avenir, oh que oui... Et bien plus qu'il ne pensait le croire à ce moment précis, d'ailleurs.

Ainsi, chassant aussi efficacement ses pensées de son crâne que possible, Nakata revint à l'instant présent. La dernière syllabe du dernier mot du dernier ver du premier refrain tomba, comme un coup de théâtre magistral... Pour le moment, les scélérats ne se doutaient pas de ce que cela symbolisait, mais ils ne tarderaient malheureusement pas à s'en rendre compte. En effet, se passant le luxe de chanter le début du second couplet, bien trop long au goût du musicien pour un moment tel que celui-là, ce dernier se propulsa dans la direction du plus proche de ses ennemis. D'une magnifique balayette, il l'envoya sur le sol. Le bruit du choc vint ramener tous les camarades de la pauvre cible à la raison : ceux-ci se mirent aussitôt à paniquer, et l'un d'entre eux se retourna vers le Fenice en tirant son cimeterre et en poussant un hurlement rageur. Sans aucune difficulté, l'ancien gouvernemental esquiva le coup vertical d'un pas sur le côté, avant de donner une petite tape dans le front du pauvre type qui, s'attendant à pire, sursauta sous le regard hilare des clients de l'auberge. Énervé, et se rendant compte qu'une fois de plus, il avait été tourné en ridicule, il tenta cette fois-ci un coup vertical dans le but de faucher les jambes de l'oiseau, afin de le priver de mobilité. Le coup était assez bien pensé, pour une attaque réalisée dans le feu de l'action, mais malheureusement pour le voleur, le justicier ne comptait pas se faire prendre aussi facilement... Sautant tout simplement au-dessus de la lame, il donna un puissant coup de pied ascendant dans le menton du gars qui, sous le choc, fut propulsé un peu plus loin, sonné. Retombant agilement au sol et époussetant son pantalon, le maudit poussa un léger soupire avant de sourire à nouveau, l'air amusé. Une fois de plus, il allait prouver ses talents de chanteur, car le moment qu'il préférait dans cette musique arrivait ! Commençant à se dandiner comme l'avait fait Lorn légèrement plus tôt, il annonça donc fièrement :

-Compagnons, hey, hey, hey videz vos verres !
Natascha, ha, ha, ha, vous êtes belle !
Camarades, hey, hey, hey, aimez la terre !
Elle permet d'observer ces donzelles !


Alors qu'il dansait, le jeune homme eut tout de même la belle opportunité d'éviter un coup d'un autre des bandits, qui pensait sans doute qu'ainsi déconcentré, Nakata ne pourrait pas esquiver aussi facilement qu'en temps normal... Pour lui prouver le contraire, en plus de faire un pas artistique pour éviter le danger, le jeune pirate vint mettre une pichenette sur la tempe droite du criminel qui, de ce fait, s'énerva. Malheureusement pour lui, la fin du couplet approchait... Ainsi, il n'eut pas le temps d'abattre la lame qu'il levait en direction des cieux que déjà le poing puissant du Fenice percutait son abdomen à vivre allure, ne lui laissant que le loisir de cracher un peu de salive avant d'être également envoyé au tapis, rejoignant ses quelques compères déjà courageusement tombés au combat. Même légèrement pompette, le Phoenix restait largement plus puissant qu'eux, en témoignait tout simplement leurs primes respectives... Puisqu'à moins qu'il ne se soit véritablement trompé, il estimait les primes cumulées de ce ramassis de faibles à 0. Dans le cas contraire, cela devrait réjouir les chasseurs de primes du coin : c'était de l'argent facilement gagné, il n'y avait absolument aucune objection à émettre...
Ainsi, alors que le combat venait tout juste de commencer, il ne restait debout qu'un tout petit nombre de rescapés. Mais ceux-là, à leur tour, ne tarderaient pas à embrasser la poussière...



_________________
"Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."




Dernière édition par Fenice Nakata le Dim 22 Sep - 18:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
Kyoshiro
Messages : 1697
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: Rencontre arrosée [PV Naka]   Mar 17 Sep - 21:02

Sing, sing sing!



Comme à peu près tous les jeunes de son âge, ou au moins de sa génération, le jeune capitaine ébranlé par l’alcool n’avait que des goûts simples et n’accordait guère d’importance aux personnes se prenant trop au sérieux en brandissant leurs croyances profondes, telle une bannière, à la vue de tous. Oh certes il était bien conscient de la cruauté de la vie et de la déception que pouvait connaître l’esprit d’un individu n’ayant pas réussi à accomplir ce qu’il désirait dans la vie, ou ayant subi un cuisant échec : mais c’était justement cette cruauté qui donnait à la vie elle-même sa valeur, ne croyez-vous pas ? En réalité je ne vous demande pas réellement votre avis, comme vous vous en doutez, mais il est toujours bon d’interpeller le lecteur pour qu’il se sente concerné par les points soulevés par le narrateur, et qu’il s’interroge sur son propre cas en confrontant son idée à celle du narrateur. J’espère que c’est ce que vous êtes en train de faire !
Si pour certains la vie ne peut être qu’un long fleuve tranquille pour pouvoir en apprécier tous les bienfaits, d’autres préfèrent choisir une voie moins conventionnelle et plus risquée, préférant largement surmonter les épreuves et en sortir grandi plutôt que de ne jamais connaître aucun rebondissement ou évènement imprévu de toute son existence. Bien évidemment il n’y a rien de mal à chercher la paix en toute chose, ce n’est pas moi qui vais vous dire le contraire, mais dans un monde autant en proie à la violence que celui-ci il pourrait paraître illusoire de se croire à l’abri n’importe où. Non ?
Dans un monde où les pirates voguent librement et où révolutionnaires et gouvernementaux sont à couteaux tirés, pensez-vous avec certitude pouvoir dire que vous êtes en sécurité là où vous vivez ? Pensez-vous avoir assez confiance en vos voisins, votre demeure ou votre île pour ne pas avoir à envisager la possibilité de devoir recourir à la force un jour, pour vous défendre ? La diplomatie n’étant pas aussi efficace qu’on aime à le penser, les déconvenues sont nombreuses, notamment lorsqu’on se rend compte que les pirates débarqués sur notre île ne veulent pas partir aussi calmement qu’ils sont arrivés.

Lorn était de ceux, malgré la force que cela lui demanda pour l’accepter et l’avouer, qui préféraient se mettre constamment à l’épreuves afin de n’en sortir que meilleurs et plus endurcis par les épreuves mises sur sa route par la vie elle-même. Bien entendu choisir une telle voie était la garantie d’avoir sa part de souffrance et de désespoir, et en empruntant cette voie tous ne se rendent pas compte de cela, mais le jeune capitaine en herbe avait déjà eu un avant-goût de ce que la vie lui réservait et il ne se voyait pas finir ses jours dans une cabane, sur une île calme et perdue, entourée de femme et enfants. Il avait la certitude qu’il mourrait l’arme à la main, et probablement jeune qui plus est, mais il n’était pas téméraire pour autant et cherchait à survivre et à faire en sorte que ses compagnons survivent également. N’est-ce pas d’ailleurs le propre d’un groupe ? S’entraider ? Probablement.

Mais alors qui étaient ces hommes aux visages quelconques marqués par le temps et les contraintes de la vie ? Avaient-ils réellement choisi de mener une vie de hors-la-loi ou n’avaient fait que suivre le plus fort en espérant qu’il puisse leur offrir une vie d’opulence et le respect qu’ils désiraient ? En d’autres circonstances…non en vérité ce serait mentir que de dire qu’en d’autres circonstances Lorn aurait essayé de les convaincre de se rendre, car cela n’aurait pas été le cas. Il était un guerrier qui survivait en tuant ceux qui attentaient à sa vie, comme c’était le cas maintenant. Il appréciait particulièrement tuer lorsque cela était pleinement mérité, mais cela n’était pas le cas pour la majorité d’entre eux…ils étaient trop effrayés pour être coupables, trop effrayés pour que Lorn daigne tremper la lame de leur sang.

*Pour une fois que je pensais pouvoir m’amuser, je tombe sur des mauviettes*
Tous les hommes n’étaient pas fait pour prendre les armes, tout le monde ne peut pas devenir guerrier même si sa volonté est plus forte que tout…certains ne sont pas fait pour se battre et, aux vues des têtes des brigands, ce devait être le cas pour une bonne partie d’entre eux qui s’étaient sans doute imaginés pouvoir jouer les durs et impressionner assez les habitants pour obtenir ce qu’ils voulaient. Mais malheureusement ils étaient tombés sur des pirates, des individus d’une toute autre espèce, des pirates que la vie avait faits souffrir assez de fois pour qu’ils ne soient pas impressionnés le moins du monde par ce genre que ces clowns voulaient se donner.

Entendant que son camarade venait de finir sa partie de la chanson, en l’ayant raccourcie au passage, le jeune homme prit une autre inspiration et, tout en continuant de sautiller devant la poignée de brigands interloqués, entonnant sa partie du chant :

« Luvneel, Luvneel,
Norland est un gros menteur,
Ou n'est vraiment pas à l'heure, ho, ho, ho, ho, ho, hé !

Luvneel, Luvneel,
Tu t'empares de nos corps
Nous emmèn' dans le grand nord, ha, ha, ha, ha, ha, hé ! »


Bien entendu il ne connaissait pas l’origine de la chanson mais cela ne l’empêchait pas de la chanter pour autant, et heureusement ! Mais qu’en était-il des brigands ?  Étaient-ils plus surpris par le fait que leur adversaire chantait et dansait devant ou, ou par le fait qu’il ne semblait pas effrayé le moins du monde par son infériorité numérique ? Un peu des deux probablement. Mais certains ne se laissèrent pas démonter, trois d’entre eux dégainèrent leurs piètres armes et, déglutissant pour se donner du courage, approchèrent de Lorn avec les pires intentions du monde.
Arrêtant de sautiller pour le moment, Lorn empoigna le fourreau de son arme et se rua sur le premier brigand à sa droite, ce dernier arma un coup vers le haut mais c’était sans compter sur la vitesse du jeune capitaine qui fut plus rapide que son opposant et le frappa assez fort à l’abdomen pour le repousser et le faire chuter. Un pas sur le côté fut suffisant pour esquiver la maladroite et évidente attaque du second brigand qui ne reçut pour seule récompense qu’un coup de pied sur le côté de son genou, résultant un craquement significatif accompagné d’un hurlement familier.

Sous l’effet de la surprise, le troisième larron balayant de son arme l’espace qui le séparait de son assaillant mais l’énergie du désespoir ne fut pas suffisante pour empêcher le jeune capitaine d’atteindre son but. Ce dernier se baissa pour éviter l’arme et frappa avec violence les jambes de son opposant qui chuta lamentablement, encaissa un violent coup dans le ventre avant de s’évanouir sous l’effet de cette douleur cinglante.
Ils étaient donc désormais 5 à être étendus à terre, le nombre d’opposants avec encore un peu de motivation se faisait plus petit à mesure que les minutes s’écoulaient. Prenant donc une profonde inspiration, Lorn hurla à l’attention de son camarade :

« Alors, comment c’est de ton côté ? »

Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 14919
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

MessageSujet: Re: Rencontre arrosée [PV Naka]   Dim 22 Sep - 19:06





« Rencontre arrosée »
PV Lorn

Et voilà ! Son couplet étant terminé, Nakata avait pu terrasser le dernier bandit véritablement proche de lui et profita du court instant de répit pour pousser un soupire et s'éponger le front. Tout semblait effroyablement plus complexe lorsque l'effet de l'alcool se faisait ressentir, c'était assez dommage d'ailleurs... S'il ne laissait que l'euphorie dans ceux qui le consommait, il deviendrait bien rapidement un breuvage sacré, ce rhum qu'il n'avait eu de cesse de boire pendant les instants précédents, confortablement installé dans l'auberge, face à son compère qui, lui aussi, avait l'air de prendre son pied face à ces bandits de bas étage ! Vraiment, il s'agissait là de l'unes des meilleures soirées qu'avait vécu le blondinet et pourtant, depuis le temps, il avait eu le temps de connaître et de ressentir les effets de l'alcool entre amis... Mais chaque fête avait son lot de surprises supplémentaires, et celle-là risquait bien d'être gravée dans sa mémoire jusqu'à sa mort... A moins, bien évidemment, qu'il n'ait tout oublié le lendemain matin, au réveil. C'était également l'un des revers de la médaille des plus agaçants que ce fameux black out, qui se caractérisait par un noir total entre le moment où l'organisme consommait trop de boisson et celui où le pauvre fêtard se réveillait, parfois au milieu d'un champ, d'un chemin, ou d'une ferme ! Parce que oui, ces trois réveils là, le Fenice les avait déjà expérimenté... Mais rien n'était plus satisfaisant qu'un réveil en bonne et due forme, dans un lit, avec une très séduisante demoiselle à ses côtés... Cela avait toujours quelque chose de mystique, mais apportait de surcroît une fierté incomparable ! D'ailleurs, c'était toujours de ce genre de moments que le Phoenix aimait se remémorer quand il partait en direction d'une nouvelle beuverie... Enfin, le mythe du réveil à côté de la mocheté ne le concernait pas vraiment en tout cas : même enivré, il gardait visiblement des goûts de luxe, puisqu'il n'avait pour le moment qu'expérimenté les jolies donzelles aux hanches et à la poitrine bien dessinées, ainsi qu'au visage plus que séduisant. Enfin, ce n'était pas vraiment le moment de penser au réveil que lui apporterait le jour suivant : pour le moment, il avait une fête et surtout un combat à clore en beauté ! C'était bien là le plus important que de vivre à l'instant présent... Et puis, sa magnifique serveuse n'attendait qu'une chose : qu'il en termine ! Il le savait, depuis tout à l'heure, elle le dévorait du regard... Comment ne pas faire autrement ? Et hop, une nouvelle bouffée de fierté. Peut-être d'ailleurs légèrement teintée d'orgueil, celle-ci. Mais à dose modérée, le narcissisme n'avait rien de mauvais : c'était comme l'alcool, il ne fallait tout simplement pas en abuser !

C'était avec ce conseil prévenant en tête que Nakata entendit tout naturellement Lorn reprendre le chant, toujours accompagné par les autres ivrognes. Apparemment, ceux-là avaient ramené leurs choppes pendant que les deux jeunes tabassaient le groupe de hors-la-loi. En effet, ils les brandissaient dans les airs comme des chevaliers le feraient avec leurs épées, plus amusés que jamais de la tournure de la situation. C'était compréhensif, après tout. Le forban ne savait pas vraiment depuis combien de temps ces voyous s'en prenaient au villageois, s'ils étaient de nouveaux arrivants ou au contraire, des habitués... Mais ce qui était sûr, en revanche, c'était qu'ils ne viendraient plus après cette déculottée totale et sans scrupules ! Le compagnon du Fenice semblait d'ailleurs se débrouiller tout aussi bien que ce dernier... Ils faisaient donc un duo de justiciers du tonnerre ! De l'alcool, des jolies filles et de la baston... Quoi de plus pour combler le cœur d'un aventurier pur ? En tout cas, le garçonnet était certain que rien ne pourrait être mieux qu'à ce moment-là... A moins, peut-être, de finir avec deux serveuses pour le prix d'une dans sa couche... Oui, l'idée était à tenter ! Enfin, il aurait tout le temps d'en discuter avec celle qui serait sans aucun doute l'une de ses deux partenaires un peu plus tard, parce que pour le moment, il avait des crânes à fracasser, des bras à briser et des muscler à déchirer ! Évitant un coup de cimeterre qui voulait visiblement lui faire tomber la tête, le combattant se pencha en arrière et donna un coup de poing dans l'abdomen du criminel qui décolla du sol avant de retomber un peu plus loin. Mais celui-là était plus tenace que les autres, sans doute plus habitué aux coups... Il se releva donc en crachotant et en toussotant avant de se jeter sur le Phoenix sans prendre le temps de récupérer sa lame. L'ivre, surpris, ne put pas esquiver et tomba donc sur le dos, le bandit sur lui, confortablement installé et commençant à enchaîner les droites, l'air énervé. C'était pas cool, ça... Carrément pas cool. Mais comme les jambes du criminel bloquaient parfaitement les bras du pirate, le jeune maudit ne pouvait absolument rien faire pour se libérer de cette correction brutale... Ou presque.

-Ah ouais, mes jambes.

La bière ne réussissait pas au musicien qui avait, pendant un court instant, oublié qu'il était également muni de jambes et que la position du bandit ne lui permettrait absolument pas de se défendre dans ce cas de figure. Le primé s'apprêtait donc à donner un coup de genou violent dans la colonne vertébrale de son adversaire un peu trop collant à son goût lorsqu'une poêle vint s'écraser sur le crâne de celui-là, résonnant violemment. Il tomba sur le côté, inconscient, délivrant Nakata qui en profita aussitôt pour se relever et tapoter son pantalon. Il regarda alors sa sauveuse : la demoiselle précédemment installée sur ses genoux, armée d'un ustensile de cuisine, qui avait certainement jugé bon de lui donner un coup de main. Bégayant un instant, il ne sut pas vraiment quoi dire pour la remercier, ne s'étant absolument pas attendu à un tel coup de main. Elle l'interrompit dans ses piètres tentatives en se jetant sur lui et en l'embrassant fougueusement. Toujours aussi surpris, le Fenice ferma les yeux en profitant du contact et la serra dans ses bras en lui rendant son baiser, tandis que sifflaient les habitués du bar. C'est à ce moment-là que Lorn prit la parole, surprenant le blondinet qui se recula légèrement en répondant un peu confus :

-Ah, euh, ouais ! Le combat... Ca... se passe bien... Ouais...

Poussant un soupire, sachant qu'il devait retourner se battre malgré le fait que l'envie l'avait totalement quitté, Nakata relâcha la demoiselle en se retournant vers ses derniers adversaires, tout en faisant craquer sa nuque d'un mouvement de la tête. Il se changea soudainement en oiseau bleuté légendaire, une fois de plus, sous le regard effrayé des adversaires. Il allait en finir le plus rapidement possible, histoire que cette baston ne s'attarde pas plus que de raison... C'est avec cette idée en tête, cet empressement faisant vibrer son corps désormais volatile que le Fenice prit son envol en battant des ailes, filant directement dans les airs en direction des nuages. Il monta haut et s'éloigna un peu du groupe avant de revenir sur son chemin en fonçant droit en direction des quelques rescapés, souhaitant faire le tri parmi ceux-là avec cette dernière offensive :

-Shiba-gari-ki ea !

Ses ailes percutèrent la plupart d'entre eux, les envoyant aussitôt au tapis pendant que le Phoenix reprenait son apparence humaine, un peu plus loin, tentant vainement de se rattraper agilement. Il s'aplati donc sur le sol sous le regard hilare des ivrognes qui se tenaient les côtes en manquant d'air. Se redressant tout en poussant un soupire, le maudit nota qu'il ne devrait plus noter une fois soumis à l'alcool... C'était dangereux pour sa santé. Il se tourna donc en direction de Lorn, l'air amusé, et lui hurla à son tour :

-Grouille toi, termine les !





_________________
"Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."


Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
Kyoshiro
Messages : 1697
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: Rencontre arrosée [PV Naka]   Mar 24 Sep - 17:19

Kiss my blade!


Depuis la destruction Presque complète de son équipage le jeune capitaine en herbe n’avait jamais eu l’occasion de s’amuser et se relâcher assez pour sortir en pleine rue, en journée, et chanter la première chanson qui lui passait par la tête. Cela faisait un peu plus d’une année complète, une année depuis le jour où ses espoirs avaient été réduits à néants par la traîtrise de la nature humaine et l’appât du gain. Mais aujourd’hui était une journée totalement différente sans qu’il ne sache pourquoi, aujourd’hui le jeune guerrier avait bu bien plus que de raison avec le premier inconnu venu sans même savoir ce qu’il faisait dans sa vie, même s’il en avait une petite idée. Comment cela était-ce possible ? Peut-être avait-il le droit d’arrêter de s’en vouloir, peut-être avait-il le droit de se laisser aller de temps à autres et laisser son esprit voguer vers des rivages plus paisibles.
Non, peu importait la manière dont il analysait la situation, il se sentait coupable de ne pas avoir été capable de sauver qui que ce soit sur ce bateau…durant certaines heures bien sombres où son désespoir était plus fort que tout, il s’était même surprit à penser que tout aurait été bien plus simple et moins douloureux s’il était mort avec tous les autres sur ce bateau. Peut-être serait-il mort mais il aurait peut-être pu en sauver plusieurs, son capitaine serait peut-être toujours en vie et il aurait de nouveau rassemblé ses compagnons bien plus que le pirate en herbe ne l’avait fait pour le moment. Non, il avait beau tourner le problème dans tous les sens il ne pouvait pas ramener son capitaine et ne chercherait pas à le faire car une personne morte méritait de pouvoir enfin rester en paix…mais ce n’était pas l’envie qui lui manquait car il avait cruellement besoin de conseils et de quelqu’un pour l’épauler et lui dire qu’il n’allait pas foirer ce coup-là non plus et qu’il arriverait à rassembler tous ses camarades comme prévu.
Le rassemblement avait commencé peu et, jour après jour, cet homme-là avait commencé à retrouver un peu d’espoir en apprenant que tous n’étaient pas morts ou n’avaient pas disparu en tournant la page. Certains désiraient honorer la mémoire de leur ancien capitaine, certains ne pouvaient pas s’écarter du chemin de la piraterie. Mais pour d’autres…ce fut plus dur. Ce fut plus dur de se remettre de ce coup dur, plus dur d’essayer de se relever, plus dur de trouver une raison de reprendre les armes une nouvelle fois pour un homme qu’ils considéraient comme un camarade plus que comme un capitaine.
Mais ce n’était peut-être pas plus mal ainsi en fin de compte.
 
Peut-être n’avait-il pas ce qu’il fallait encore pour être capitaine, peut-être que la vie finirait par lui apprendre comment gagner le respect et la confiance d’autrui et non opter pour la peur et la violence comme il avait tellement été tenté de le faire depuis quelques temps. Cela faisait énormément de peut-être mais il était à un point où il avait tellement de questions dans sa tête mais aucun moyen d’en obtenir les réponses.
Il ne pouvait qu’essayer d’aller de l’avant en espérant qu’il trouve ces fameuses réponses….un jour ou l’autre.
 
La journée venait d’être gâchée par cette bande de bandits qui devaient alors regretter avoir croisé la route de ces deux pirates qui, à la grande surprise du groupe, ne semblaient pas impressionnés par eux le moins du monde…c’était peut-être même tout l’inverse d’ailleurs et c’était ce qui rendait cette scène particulièrement amusante, autant pour les deux protagonistes que pour les habitués de l’auberge qui continuaient de siroter leurs boissons en observant la scène…ou du moins la scène intérieure, car Lorn était en train de se battre à l’abri des regards des habitués et de celui de son camarade de buverie qui semblait avoir perdu sa fibre agressive pendant un moment.
 
Laissant tomber à terre le corps inanimé d’un des derniers bandits dehors, après lui avait pressé la gorge jusqu’à ce qu’il ne puisse plus respirer et qu’il s’évanouisse, le jeune homme reprit une légère inspiration en observant le terrain devant lui pour voir qui était encore en mesure de le combattre. Ils étaient deux, deux insectes tremblants si fort qu’ils semblaient sur le point de lâcher leurs armes à tout instant ce qui contrastait totalement avec leur attitude confiante quelques minutes plus tôt. C’était amusant de voir la réaction d’un groupe d’individus qui se rendaient compte que l’effet de groupe n’était pas aussi efficace qu’escompté. Au lieu de trouver des camarades pour grossir leurs rangs, ils auraient sans doute mieux fait de s’entraîner plus ardemment comme les deux pirates qui étaient en train de leur mettre une fessée, et en public en plus !
Mais il était trop tard pour ça, ils avaient eu de la chance de ne pas tomber sur des pirates sanguinaires qui n’auraient pas hésité une seule seconde à les faire passer l’arme à gauche. Ces insectes pouvaient remercier le ciel, le destin ou toute divinité de leur choix d’avoir encore la vie sauve.
 
Mais soudainement, des portes de la taverne émergea une silhouette massive qui s’avança vers Lorn, ce dernier ne mit pas bien longtemps à reconnaître la silhouette qui n’était autre que celle de celui qui semblait être le leader de cette bande de joyeux lurrons, celui qui avait débuté les hostilités auprès du blondinet resté dans la taverne. Pourquoi semblait-il vouloir en découvre avec Lorn alors que c’était le blondinet qui l’avait ridiculisé devant tout le monde ? Peut-être pensait-il que le capitaine en herbe serait plus facile à mettre au tapis, et qu’il pourrait ensuite rassembler toutes ses forces et les envoyer sur le blondinet, mais c’était là une erreur de penser ainsi.
 
Sortant de l’auberge et écartant d’un mouvement les deux brigands encore en état, l’homme foudroya du regard son opposant tout en extirpa de sa ceinture un cimeterre d’une taille certaine à côté duquel les armes de ses sous-fifres faisaient pâle figure. Cet homme-là ne prit la peine de prononcer le moindre mot et s’élança, la rage au ventre, vers son opposant en tentant de lui fendre le crâne d’un seul coup porté verticalement.
Son coup ne rencontra pas le crâne du jeune pirate en herbe mais une partie du métal de son arme. La main droite agrippée au manche, la main gauche dégageant le fourreau pour qu’une petite partie du métal soit visible, le jeune homme eu tôt fait de réagir face à ce coup plus que prévisible.
 
Si cet homme, ce gorille, cet abruti, pouvait être qualifié de lent au vu de la vitesse à laquelle il venait de tenter de porter son coup, on ne pouvait passer sous silence son imposante force qui obligeait son opposant à se tenir fermement sur ses jambes au risque de voir sa prise s’affaiblir et l’attaque percer sa défense. Oh oui il était fort et si Lorn n’avait pas réagi à temps il aurait été clairement découpé en deux, de bas en haut. Mais cela n’avait pas été le cas, il était aussi fort que son opposant et autrement plus rapide que lui.
D’un mouvement sec et rapide, le jeune homme bascula ses bras sur le côté gauche, emportant ainsi l’arme de son opposant avec lui, avant de mimer un coup de pied au ventre qui obligea la brute à recula de quelques pas. Se passant la main droite dans ses cheveux pour les remettre en place, le jeune homme afficha son habituel sourire moqueur tout en lançant :
 
« Mais dis donc, t’es pas complètement mauvais en fait. »
 
Bien entendu il aurait été difficile pour ce chef de gang d’être plus mauvais que ses sous-fifres, si c’était le cas il aurait  été remplacé par un autre combattant plus fort depuis bien longtemps. Oh non bien sûr, Lorn ne pensait pas le moins du monde ce u’il venait de dire et ne le faisait que pour se moquer de son opposant ou le leurrer en lui faisant croire qu’il avait eu quelques difficultés à parer son coup. Lui donner un certain excès de confiance ?
La réponse de l’opposant du jeune guerrier ne fut pas celle escompté. L’homme, toujours l’air renfrogné, se redressa et cracha à son adversaire ces quelques mots sur un ton arrogant :
 
« Je vais te faire regretter d’être venu nous faire chier, microbe. Retourne peloter cette p**e de serveuse. »
 
Il avait donc touché au but. Cet homme devait avoir été déçu de ne pas avoir pu terminer ce combat aussi rapidement qu’il l’aurait souhaité et il passait donc désormais aux insultes verbales afin de destabiliser son opposant. Pour qui se prenait-il ? Pour qui prenait-il Lorn ?
Rentrant sa lame complètement dans son fourreau, le jeune homme fit disparaître son beau sourire de son visage et, dans une expression froide et pleine de mépris, se mit en position tout en lui répondant :
 
« Ça par contre, ça n’était pas très gentil. »
 
Qu’aurait-il dû dire ? Qu’il allait l’éventrer et le pendre avec ses tripes à l’enseigne accrochée sur la face de cette auberge ? Qu’il allait lui couper ce qui devait pendre ridiculement entre ses deux jambes ? Qu’il allait lui couper bras et jambes et le laisser se vider de son sang au milieu de la rue ? Non, cet homme-là était trop bête pour se rendre compte qu’il n’avait aucune chance et que rien ne pouvait le sauver, seuls les actes pourraient le ramener à la réalité de sa périlleuse situation.
 
Le combat démarra brusquement lorsque les deux adversaires foncèrent l’un sur l’autre. Le premier hurlant de rage à l’attention de son adversaire dont le visage restait désormais parfaitement inaltérable et imperturbable. Le calme qui régnait dans cette rue fut perturbé par un vacarme, un fracas constat du métal contre le métal, une danse meurtrière où les étincelles volèrent entre les deux danseurs pendant plusieurs dizaines de secondes. Coups et parades s’échangèrent sans qu’un seul combattant ne prononce un seul mot car avec leurs forces respectives la moindre seconde d’inattention pourrait engendrer de sévères blessures qui feraient pencher la balance de ce combat. C’était intense, c’était beau : force contre expérience, rage contre entraînement et abnégation.
Le jeune guerrier bondit sur son adversaire qui empoigna son cimeterre à deux mains et balaya l’espace devant lui pour couper son adversaire en deux au niveau de la taille. Lorn se laissa glisser sur ses genoux et, se penchant en arrière, aperçu la lame passe à quelques centimètres de son visage, avant de passer sous les jambes de son gorille d’adversaire et d’apparaître derrière lui. S relevant avec quelques difficultés, il baissa la tête et se rendit compte qu’il venait de ruiner son pantalon en glissant ainsi. Intérieurement il bouillonna et ne put que penser :
 
* Ahhh bordeeeeeel !! Mon pantalon !!! Mais quel con !!!!*
 
Se secouant la tête pour retrouver son calme et ne penser qu’au combat qu’il était en train de mener, le jeune homme rengaina son sabre dans son fourreau et positionna ce dernier sur le flanc gauche de sa ceinture, sans pour autant l’y accrocher. L’incompréhension se lisait sur le visage de la brute qui tentait sans doute de comprendre ce que son adversaire tentait d’accomplir en rengainant son arme au milieu d’un combat.
Prenant une légère inspiration, le jeune capitaine se mit à fléchir ses jambes, positionnant la droite en avant, et posa sa main droite à quelques centimètres au-dessus du manche de son sabre.
 
Spoiler:
 
 
Et brusquement, alors que le silence était revenu dans la ruelle, Lorn se jeta sur son adversaire et avala la distance qui le séparait à une vitesse monstrueuse. Arrivé à portée de sabre de son opposant, il dégaina son arme et frappa le cimeterre de son opposant qui, déstabilisé par la force et la rapidité du coup, fut emporté quelques peu sur la gauche. Mais le vrai coup n’était pas encore arrivé. En effet, Lorn agrippa fermement le fourreau et le fracassa violemment sur le coude de son adversaire, son coup faisant écho au bruit d’un os se brisant sous l’impact et au cri de douleur de l’homme voyant son bras plié dans un sens qui ne lui était pas naturel.
Porté par la vitesse de son coup, le bretteur fit un tour complet sur lui-même et, une fois terminé, asséna un coup unique qui trancha la gorge de son adversaire, transformant ainsi ce dernier en distributeur de bonbons PEZ…pour ceux qui connaissent. Le sang se mit tout d’abord à gicler sur le visage et les vêtements du bretteur alors que son adversaire tombait à genoux, se tenant la gorge comme s’il pensait pouvoir arrêter le flot à ui tout seul, mais ce flot se transforma rapidement en un gargouillis immonde qui ne s’arrêta pourtant pas immédiatement après que la brute se soit écroulée par terre.
Rengainant son sabre après en avoir extirpa le sang d’un coup sec dans le vide, le jeune ponctua ce combat de ces derniers mots :
 
« Finalement non, tu n’étais pas si fort que ça »
 
Les deux brigands qui restaient lâchèrent leurs armes et, désespérés par la mort de leur leader, s’enfuirent en courant sans trop savoir vers où aller. Le meurtrier, quant à lui, s’avança vers l’entrée de l’auberge en vue de trouver de quoi s’essuyer le visage et finir son vers comme il l’avait affirmé quelques instants plus tôt. C’était enfin terminé, ils pouvaient enfin profiter de cette fin de journée car c’était bien mérité !
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Rencontre arrosée [PV Naka]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre arrosée [PV Naka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une soirée bien arrosée. (Terminé)
» Soirée arrosée [Gaby Chou <3]
» Hadopi dans ta face ou l'arroseur arrosé
» L'arroseur arrosé, version Meidjôôrs du disque
» Une soirée bien arrosée (pv Matis) TERMINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: South Blue-