Partagez
 

 [Flashback] Car la fin justifie les moyens. [Solo-Entraînement du haki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15118
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[Flashback] Car la fin justifie les moyens. [Solo-Entraînement du haki] Left_bar_bleue52/75[Flashback] Car la fin justifie les moyens. [Solo-Entraînement du haki] Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[Flashback] Car la fin justifie les moyens. [Solo-Entraînement du haki] Left_bar_bleue175/1000[Flashback] Car la fin justifie les moyens. [Solo-Entraînement du haki] Empty_bar_bleue  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[Flashback] Car la fin justifie les moyens. [Solo-Entraînement du haki] Empty
MessageSujet: [Flashback] Car la fin justifie les moyens. [Solo-Entraînement du haki]   [Flashback] Car la fin justifie les moyens. [Solo-Entraînement du haki] Icon_minitimeJeu 29 Aoû - 1:49


[Flashback] Car la fin justifie les moyens. [Solo-Entraînement du haki] Nanash10[Flashback] Car la fin justifie les moyens. [Solo-Entraînement du haki] Tumblr10

Car la fin justifie les moyens.
Nakata était assis sur une souche de bois, à quelques centaines de mètres de son navire et du reste de son équipage, en caillou entre les doigts. Il le tournait, lentement et machinalement, l'air clairement perdu dans ses pensées. On aurait pu croire à un pauvre homme égaré, tant il paraissait perplexe et pensif, mais il n'en était rien. Non, plutôt que de s'inquiéter de son sort, il cherchait tout simplement à devenir plus puissant, une fois de plus. Cela ne faisait que quelques jours que le musicien était revenu à lui, et le souvenir de la Grande Guerre était encore plus que douloureux. Il avait atteint l'un de ses objectifs, c'était indéniable. Il avait battu Harushige, celui qu'il avait toujours vu comme l'une des principales entraves à la justice. Ce monstre méritait de mourir et il l'avait fait avec, bien sûr, l'aide d'Hato. Mais... à quel prix donc l'avait-il fait ? Le Fenice n'en savait rien, en réalité. Il avait passé une barrière dont il ne soupçonnait même pas l'existence en s'abandonnant totalement, corps et âme à son fruit du démon. Cela lui avait, bien évidemment, donné une puissance phénoménale, qu'il n'avait jamais pu ne serait-ce qu'effleurer. Même son haki de l'armement paraissait bancal, à côté... Et pourtant, si cela n'avait eu que des effets bénéfiques, il ne serait pas là à se poser des questions. Non, ce qui le chagrinait autrement plus était le fait qu'en acceptant ce pouvoir, afin de protéger ses amis, il avait totalement, pendant un moment du mois, renoncé à son humanité. Le jeune blond le savait : si Hato n'avait pas réussi à le faire s'évanouir en utilisant l'eau de ses dials, il aurait pu se montrer dangereux vis-à-vis de son propre équipage. Et cela, il n'arrivait absolument pas à se le pardonner. Lui, qui était censé les garder hors d'atteinte des ennemis les plus menaçants, qui se devait de les tenir en bonne forme, aurait pu en venir à combattre face à eux, tout ça pour tenir tête au Sanguinaire, parce que lui même n'avait pas la puissance requise pour faire face... Alors quel genre de capitaine était-il ? Le combattant serra ses dents, épris de remords, et resserra également ses doigts autour du caillou qu'il tenait désormais fermement. Plus que jamais, le Phoenix estimait nécessaire de devenir plus fort. Il ne devait pas céder à son zoan mythique, pas une deuxième fois. Surtout pas tant que son second, sans doute le seul capable de l'arrêter dans un tel accès de fureur et de rage, était absent. Plus de puissance. C'était ce qu'il visait. Et le forban était bien décidé à atteindre cet objectif sans lequel, il en était certain, il ne pourrait jamais changer le Monde et créer cette justice et cette également parfaites qu'il voulait embrasser.

Et c'est donc tout bêtement dans cet état d'esprit combatif, dans cette pure envie de progresser afin que ses amis puissent enfin compter totalement sur lui que Nakata se souvint également de son épopée, alors qu'il n'était qu'un fugitif en solitaire, remontant le cours de Grand Line pour retourner sur les Seas Blues et pour prendre un nouveau départ. Il se souvint de tout : de sa rencontre avec Tetsuya Kogeko, ce jeune homme plein d'ambitions. De son premier affrontement face à Harushige, qu'il avait du fuir pour garder la vie sauve. De ses entraînements avec Fran, pour muscler son corps et monter au paroxysme de sa forme physique. Mais aussi et surtout de son aventure à Alabasta, durant la tempête de sable qui avait soufflé la moitié de la ville. Et c'était ce fameux jour qui l'intéressait. Celui qui l'amena à la taverne que fréquentait alors, par le plus grand des hasards, Daisuke Aurola, l'un de ses éternels rivaux, et Harlock Zora, cette si intrigante révolutionnaire. Le Fenice se souvint alors des murs qui craquaient, de leur décision à tous de descendre dans la cave, par prudence. Il se rappela de ce passage secret, long et étroit, qui avait fini par les amener devant un énorme mur de pierre. Il se remémora le coup de poing qu'il avait donné sur celui-ci, sa puissance, sa courbure, afin de le faire voler en éclats. Il se ressassa le combat qui avait éclaté dans ce qui s'était avéré être une bibliothèque, lorsque les gardes royaux avaient décidé de faire feu. Et enfin, il se retraça son combat face au chef de la garde. Ce dernier n'avait rien de bien extraordinaire, non. Tout ce qu'il se contentait de faire, c'était de balancer à torts et à travers divers ouvrages imbibés de haki de l'armement, qui percutaient ainsi le Phoenix sauvagement, ne lui laissant aucune chance de compter sur son impalpabilité. Ce n'était pas stupéfiant, comme utilisation de ce fluide que l'on voyait pourtant plutôt comme une aide au corps-à-corps... Mais pour le blondinet, c'était une nouvelle étape que les Dieux, que la destiné, ou que qui que ce soit venaient de lui fixer. Ses connaissances dans ce domaine s'étaient clairement multipliées depuis qu'il en avait fait l'acquisition durant un entraînement avec Holly, bien pratique avec son logia de la neige. Le musicien avait en effet réussit à augmenter sa puissance offensive, sa résistance défensive, et ne se contentait plus donc de ce premier palier, de ce premier progrès qui lui avait tout simplement permis de toucher les possesseurs de malédictions qui, comme lui, pouvaient à tout moment devenir impalpable. Le capitaine savait donc que cette prochaine étape qui lui tendait désormais la main, c'était le fait de transférer ce fluide sur un objet. En théorie, c'était plutôt simple. Mais en théorie, seulement... Ce caillou, qu'il tenait dans le creux de ses mains depuis plusieurs longues minutes, allait être l'instrument principal de son travail, ce jour-là. Les dés étaient lancés, et si dame chance souhaitait lui permettre de franchir ce nouvel obstacle, le jeune homme ne s'en sentirait que plus fort encore.

Aussi le garçon se leva-t'il, jetant un nouveau regard en direction du MOT qui était paisiblement accrochée au ponton, non loin de là. A son bord devaient se trouver ses nakamas, à qui il avait dit qu'il serait de retour d'ici la tombée de la nuit. Ceux-là ne s'inquiéteraient sans doute pas, même s'il ne rentrait pas : Damon savait très bien ce que Nakata avait dans la tête. Les deux pirates se connaissaient maintenant depuis plusieurs années... Quand l'un ou l'autre cachait quelque chose, ils savaient presque immédiatement le détecter. Aussi, lorsque l'ancien gouvernemental avait murmuré qu'il allait se promener, le vigie, lui, avait tout simplement compris qu'il souhaitait s'entraîner. Certes, dans les moments de vie commune, l'artiste faisait tout pour paraître heureux, afin de rassurer le trio que constituaient ses amis... Mais si cela pouvait peut-être berner les demoiselles, qui ne le connaissaient que peu, certains tics n'arrivaient et n'arriveraient jamais à trahir l'épéiste. En bref : ce dernier savait que le peintre n'allait rentrer que d'ici plusieurs heures, lorsqu'il aurait réussi à passer cette nouvelle barre, ce nouvel horizon. Aussi le combattant, sachant pertinemment que son frère d'arme saurait calmer les inquiétudes des deux jeunes femmes, tourna-t'il les talons. Il prit la direction d'un amoncellement de rocs, un peu plus loin, souhaitant se cacher à la vue des autres membres de Tengoku no Seigi. Non pas qu'il ne souhaitait pas être observé en plein entraînement, mais tout simplement qu'il devait n'avoir aucune distraction possible dans son champ de vision. En bref, le Fenice s'écarta de l'espèce d'échelle qui menait jusqu'au ponton, en contrebas, et marcha durant plusieurs minutes avant de s'arrêter à nouveau, le caillou toujours dans les mains et un regard plus que déterminé accroché au visage. C'était parti, l'exercice débutait et ne s'arrêterait qu'une fois que le blondinet aurait atteint son objectif.

Dans un premier temps, il décida donc d'échauffer son corps bêtement, afin de pouvoir s'entraîner dans les meilleurs dispositions possible. Ainsi Nakata rangea-t'il la pierre dans l'une des poches de son pantalon, attendant le moment où il devrait enfin s'en servir. Tout d'abord, il commença avec une série de mouvements simples nommés kata en arts martiaux. Ceux-là étaient censés permettre, principalement, au combattant qui les utilisait de s'entraîner. En combat, cependant, ils pouvaient également se montrer forts utiles, à condition de pouvoir les utiliser intelligemment. Ainsi le jeune blond débuta, après s'être mis en garde, cherchant la concentration au plus profond de son être, avec un coup de pied à mi-hauteur. Il pivota totalement et reposa son membre sur le sol, prenant appui sur celui-là pour bondir et donner un nouveau coup de pied, de l'autre jambe. Retombant agilement, le Fenice donna un coup horizontal avec l'arrête de la main, avant d'enchaîner avec un coup de paume à hauteur d'estomac, comme s'il touchait un ennemi invisible. Puis il tordit son corps en arrière et posa ses poignes sur le sol, les utilisant pour se mettre droit, la tête en bas, avant d'à nouveau se pencher, pour se redresser avec une agilité digne d'un félin. Le combattant sauta alors, donnant un nouveau coup de tibia à ce soit-disant adversaire invisible avant de retomber à genoux, les yeux clos. Une fois ce mouvement terminé, il se redressa calmement, ne pressant pas son corps, et entama une seconde série de déplacements un peu plus brutaux. L'opération se réitéra dix fois, devenant à chaque fois un peu plus complexe et un peu plus rapide que la précédente. Lorsqu'il eut fini ça, le hors-la-loi se remit à l'endroit initial, s'étant légèrement déplacé à la fin de ses mouvements, et prit à nouveau ce petit caillou entre les doigts, portant toute son attention sur ce dernier. Une chose aussi anodine allait peut-être pouvoir lui porter un grand secours... Du moins, le jeune homme l'espérait fermement.

Quoi qu'il en soit, le musicien commença par se concentrer pour faire apparaître cette plaque grisâtre et si caractéristique du haki de l'armement sur ses deux mains. Une fois cela fait, il tenta, tout simplement, de la transférer bêtement sur le caillou froid qu'il tenait entre ses doigts. Mais comme il s'y attendait, il n'y parvint pas : il lui semblait trop inhospitalier, comme étranger. S'il comprenait plus ou moins le truc, il fallait qu'il arrive à accepter cet objet en tant que prolongation naturelle de son corps. Une nouvelle fois, en théorie, il n'y avait rien de plus simple... Mais en pratique, cela serait une bien autre paire de manches, il en était certain. Le Phoenix poussa donc un soupire et ferma les paupières une fois de plus, puisant au maximum dans sa concentration afin de considérer cette forme sphérique comme étant son propre corps. Mais comme il s'y attendait, une nouvelle fois, cela ne semblait pas réellement avoir d'effet : le jeune blond était capable de sentir le pouvoir du fluide tout le long de ses bras, mais savait pertinemment, sans même regarder, que le minéral n'en était pas imprégné. Comment ? Il n'en avait alors aucune idée. Seulement une intuition, un sentiment. C'était certainement idiot mais de toute manière, il ne pourrait être réellement certain qu'il avait réussit à moins qu'il n'arrive à faire apparaître cette plaque grise sur l'ensemble de l'élément. Et d'ici là, Nakata avait encore un assez long chemin à faire... Ne se décourageant pas d'un poil, il ouvrit à nouveau les yeux pour fixer le roc avant de le faire tourner lentement. L'observant sur toutes ses formes, il continua cependant de se concentrer pour transférer l'aptitude sur ce dernier. Mais rien n'y fit : il ne se passait absolument rien. Et c'est debout, dans cette position, passant sans doute pour un pur cinglé aux hypothétiques regards passagers qu'il passa le quart d'heure suivant, cherchant une ruse ou un stratagème pour parvenir à ses fins. Cependant, quoi qu'il tente, rien ne semblait fonctionner. La journée s'annonçait assez longue, a priori...

Le Fenice, les nerfs à vif, jeta alors le minéral rageusement par terre, poussant un nouveau soupire l'instant qui suivit. Il savait se montrer patient, lorsque la situation l'exigeait, mais lorsqu'il se sentait patauger sans faire le moindre progrès pendant plusieurs minutes, c'était plus fort que lui : il pétait les plombs. Aussi décida-t'il de s'adosser à un rocher plus élevé que les autres, croisant les bras au niveau de son torse avant de lever le regard en direction du ciel. Fermant lentement les paupières, il puisa une nouvelle fois dans ses souvenirs, pour essayer de se remémorer des gestes que faisait le fameux chef de la garde d'Alabasta avant d'enduire les ouvrages de haki de l'armement et de les lancer en direction du criminel. Mais peu importait alors à quel point il triait ses souvenirs, le capitaine ne réussissait jamais à trouver quoi que ce soit de réellement intéressant, qui puisse ne serait-ce qu'un tant soit peu l'avancer dans ses recherches. Pour le coup, il se retrouvait réellement dos au mur, et il fallait avouer qu'il détestait cette position... Le justicier était tout de même un homme d'action, et si créer des plans ou des stratégies ne le gênait pas à long terme, devoir se casser la tête pour devenir plus puissant, il ne le concevait tout simplement pas. La force mentale avait son importance pendant un affrontement, certes... Mais quand il y repensait, quel était réellement cet entraînement ? A quoi cela rimait-il de recouvrir quelque chose d'extérieur à son corps avec le haki, étant donné qu'il ne se battait qu'au corps-à-corps ? La question méritait clairement d'être posée, mais le Phoenix décida de ne pas plus y penser. Il avait choisi de s'entraîner et d'y arriver alors il le ferait forcément. En plus de son véritable entêtement, de sa ténacité, le jeune homme avait la ferme intention que tout cela allait forcément lui servir à quelque chose. Il pensait alors, et à juste titre, que ce passage était nécessaire pour pouvoir espérer encore plus dans ce domaine vaste qu'était le fluide. Et pour lui, ce même fluide était justement un véritable don, une possibilité de vaincre les logias qui se dresseraient sur son chemin les uns après les autres, inlassablement. Le mis-à-prix attrapa donc le premier caillou qu'il remarqua, le précédent étant parti un peu plus loin après son lancer, et se remit droit comme un i, calmement, faisant le tri dans ses pensées. Et une nouvelle fois, les minutes passèrent, défilèrent, sans que rien ne semble s'améliorer. Avec elle grandissait la tension à l'intérieur même du maudit, qui tentait malgré tout de maintenir son énervement au plus bas niveau. Cela semblait pourtant être peine perdue : aussi, lorsqu'au bout d'une bonne demie-heure, il ne sentit toujours aucun progrès de fait, il balança rageusement le cailloux contre un rocher non loin de là qui... éclata tout simplement au choc, laissant un Nakata bouche bée, mué par la surprise. Lentement il baissa les yeux sur ses mains, puis les remonta sur le caillou qui gisait un peu plus loin, intact, alors qu'il venait de faire exploser un roc au moins dix fois plus imposant que lui. Après un long moment de silence et de solitude, pendant lequel le jeune blond tenta de comprendre ce qu'il venait de se passer, il décida de réitérer l'expérience. Attrapant un autre minéral, il se concentra quelques secondes et le lança soudain sur une autre difformité du paysage qui, à son tour, explosa sans laisser plus de traces. Le pirate, lui, ne semblait pas avoir vraiment compris tout se qui venait de se passer. Mais visiblement, la ténacité payait toujours... Sans qu'il ne s'en soit réellement rendu compte, le forban avait été capable de transférer son haki sur le caillou qu'il tenait, sous le coup de la colère et au moment de le lancer. Et depuis, comme s'il avait compris le truc, il y parvenait. En revanche, la plaque grisâtre n'apparaissait pas. Sans doute une preuve de son manque évident d'expérience... Poussant un soupire, le combattant se passa une main dans les cheveux. Au moins, c'était ça de fait... Il n'avait plus qu'à rentrer. Même si, sincèrement, il avait l'impression de n'avoir que perdu son temps, ce jour-là...


© Never-Utopia


_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
[Flashback] Car la fin justifie les moyens. [Solo-Entraînement du haki] Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Car la fin justifie les moyens. [Solo-Entraînement du haki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» JOAO LIVEN THERON. ‡ la fin justifie les moyens
» Entraînement magique [FLASHBACK avec Morrigan et Myrdhinn]
» La faim justifie les moyens
» Antoine d'Effiat ~ La fin justifie les moyens
» [Rp d'entraînement, et de passage rang B] Les justiciers à la ferme ! [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 7 :: Peace Land-