Partagez | 
 

 La route pour devenir médecin est longue alors... autant l'emprunter à deux [Pv: Lion Kirito]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lilianna Windspell
Pirate
avatar
Messages : 41
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
18/75  (18/75)
Expériences:
30/100  (30/100)
Berrys: 10.000 B

MessageSujet: La route pour devenir médecin est longue alors... autant l'emprunter à deux [Pv: Lion Kirito]   Ven 5 Juil - 20:09


♦ With : Lion Kirito ♦




La route pour devenir médecin est longue alors... autant l'emprunter à deux

" Dans les vieilles librairies, les livres ne sont pas les seuls trésors que l'on peut trouver "


Le son des vagues, mélodie lyrique qui chantait à l’oreille. L’odeur de la mer emplissant les poumons. Vent frais du petit matin qui caressait le corps, provoquant de légers frissons. Ciel pâle dans lequel les étoiles commençaient à peine à s’en aller. Nostalgie… Sentiment qui pris notre aventurière, loin de chez elle depuis déjà quelques années. Cela faisait maintenant quatre mois qu’elle était arrivée à Loguetown. Quatre mois à prendre ses marques dans cette nouvelle ville. Chercher la façon de s’y prendre pour devenir pirate. Oh, elle ne s’attendait pas à trouver dès son arrivée ! Si c’était le cas, tant mieux. Une chance. Mais à l’inverse, elle s’était préparée à rencontrer quelques difficultés. Malgré tout, le temps lui semblait long pour la première fois depuis son arrivée. La demoiselle avait l’impression de tourner en rond depuis plusieurs jours… Aucune nouvelle découverte notable. Les rues qu’elle arpentait à longueur de journée en quête de compagnons lui devenaient familières. C’était peut-être tout le problème ! La répétition… Encore… Encore et encore… Encore et encore et toujours… Pas si surprenant au final que l’on s’en lasse. Une pause. Voilà peut-être ce dont la jeune femme avait besoin.

Et aujourd’hui, elle éprouvait ce qu’on aurait pu qualifier de « mal du pays ». Par-delà cet horizon se trouvait la maison… Ses parents… Les questions essentielles revenaient. Est-ce qu’ils allaient bien ? Est-ce qu’elle leur manquait ? En tout cas, la réciproque était vraie. Assez souvent encore il lui arrivait d’avoir une pensée pour eux. Lilianna s’était habituée à leur absence et l’esprit occupé à d’autres choses lui permettait de ne pas y penser. Triste, elle ne l’était plus autant qu’au début. L’éloignement n’avait pas été facile les premiers jours mais sa détermination lui avait accordé la paix durant son voyage. Petit oiseau qui a quitté le nid. Rien d’anormal. Elle allait faire sa propre vie à présent. Pour autant, le chemin de ce doux foyer était gravé et elle pensait justement leur envoyer une lettre bientôt dans laquelle elle leur conterait ses premiers mois à Loguetown. Ca leur ferait sans doute plaisir d’avoir des nouvelles.

Caressant distraitement les plumes de Mistral, elle le serra contre elle. Non sans surprise, l’Elanion la regarda l’air de se demander d’où venait cet accès de folie. Toutefois, il ne se plaint pas accueillant avec joie cet élan d’affection. Lorsqu’elle le libéra enfin, notre blondinette invita son compagnon ailé à s’installer sur son épaule. Allez savoir ce qu’il s’était passé, elle se releva avec un sourire. Etait-ce dû au câlin, à la simple présence de Mistral ou encore à une réflexion positive ? Sans doute un mélange des trois. Quoiqu’il en soit, elle semblait motivée. Sans crainte qu’on la surprenne et qu’on la prenne pour une folle accessoirement, la demoiselle s’adressa à Mistral.


- Tu viens ? Il y a un endroit que j’ai découvert il y a peu et j’aimerais bien y jeter un œil. Hmm… tu te souviens de cette vieille librairie ?

S’il avait été dans la capacité de communiquer dans le langage humain, le rapace aurait sans doute commenté sur un ton mi amusé mi exaspéré. Il connaissait bien Lilianna maintenant pour ne pas ignorer son amour de l’apprentissage et de la découverte. Il n’était pas rare qu’elle passe ses soirées plongées dans un ouvrage alors que lui s’endormait. Mais que voulez-vous ? On ne change pas les gens et il n’en avait aucune envie, l’aimant comme elle était. L’oiseau se contenta donc de la regarder en penchant sa tête sur le côté, déployant ses ailes. Il s’en rappelait de cette vieille librairie oui. Elle n’avait pourtant rien de grandiose si on la comparait à la bibliothèque. Cette dernière devait être visitée bien plus fréquemment. Néanmoins, l’ancienneté du lieu avait quelque chose de mystique qui avait attiré l’œil de notre médecin. La beauté et la sagesse que renferme ce genre lieu ne peut être reproduit, c’est une magie unique pour qui sait le voir.

Gagnant joyeusement cette fameuse librairie, Lilianna avait hâte de savoir ce qu’elle y trouverait comme perle. Entrant, elle regarda autour d’elle. L’intérieur n’était pas bien spacieux. Peut-être bien trois rayons au maximum, plus celui du fond dont le mur en grande partie, ne se voyait plus car dissimulé par les meubles et ceux, sur les deux murs adjacents également. Des livres… des livres… des livres. Les étagères débordantes obligeaient à former des piles de ci et de là. Certes le rangement était donc loin d’être irréprochable mais faute surtout au peu d’espace qu’il y avait. Environ la taille d’un salon de taille satisfaisante que l’on aurait aménagé de la sorte. Difficile d’y trouver quoi que ce soit à première vue.

Inclinant poliment la tête en direction du vieil homme qui était de toute évidence le tenancier de l’endroit, elle lâcha un timide bonjour à travers le silence imposant et sacré qui régnait. L’intéressé visiblement âgé d’une soixantaine d’année, avait malgré le temps conservé une chevelure d’un blanc cotonneux. L’air sérieux, il regarda un moment la jeune femme avec neutralité, sans expression particulière, sans sourire. Sans avancer d’un pas supplémentaire, elle désigna l’Elanion à queue blanche.


- Est-ce que ce serait gênant qu’il reste avec moi… ?

- Tant qu’il se comporte bien. Personne n’est mis à l’écart et si les animaux sont aussi intéressés par la recherche du savoir, je ne vois pas pourquoi je le leur en interdirait l’accès.

- Je vous remercie.

- Les remerciements sont inutiles. Si ce passage ici vous apporte quelque chose, alors ce sera suffisant.

Il retourna ensuite à sa lecture, coupant court à ce bref échange. La demoiselle de son côté eut un petit sourire avant se diriger vers le rayon de droite. Il y a un début à tout et il fallait donc bien commencer quelque part ! Marchant lentement, elle s’arrêta au milieu, regardant les côtes des livres, essayant de repérer un qui pourrait l’intéresser. Le médecin ne prenait pas non plus le risque de toucher à quoique ce soit avant d’être sûre, de peur de faire une bêtise. Rien que pour se déplacer, elle prenait milles précautions. Trouvant enfin un livre qui semblait prometteur une quarantaine de minutes plus tard, elle l’attrapa doucement, veillant à ne rien faire tomber. Restant debout, Lilianna ouvrit le livre et débuta sa lecture. Se servant de ses mains comme support pour la première et quatrième de couvertures, retenant le livre d’une seule main lorsqu’elle voulait changer de page. Ainsi le temps se mit à défiler lentement, notre héroïne accaparée par sa lecture. Elle s’en doutait mais à ce point. Tant de choses qu’elle ne savait pas, dont elle n’avait jamais entendu parler ou tout simplement ardue de compréhension pour elle.

- Hmm…

Fronçant les sourcils, elle était concentrée. Envolé le temps où maman pouvait lui venir en aide et mieux lui expliquer. Premièrement, sa mère ne s’était pas spécialisée en médecine et il y avait également des limites à ce qu’elle pouvait savoir, même si elle était loin d’être sotte. Deuxièmement, celle-ci était bien trop loin. Enfin, elle devait apprendre à se débrouiller seule. Oui, mais lorsque l’on ne comprenait vraiment pas ? Elle ne connaissait personne ici et ne pouvait alors pas chercher de l’aide quelque part. Ronchonnant toute seule, elle jeta un regard vers un second ouvrage où elle espérait pouvoir trouver la réponse à sa question. Ayant vu où était situé le livre, Lilianna tandis la main, ses doigts parcourant doucement les ouvrages tandis que son attention toute entière et son regard étaient rivés sur sa page. Retenant le livre d’une main, l’autre continuait à se déplacer sur l’étagère. Concentrée… Elle faisait abstraction de ce qui l’entourait et ne craignait même plus de faire tomber des livres, sûre d’elle, sans perdre de vu ce qu’elle lisait toujours aussi concentrée…


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: La route pour devenir médecin est longue alors... autant l'emprunter à deux [Pv: Lion Kirito]   Lun 8 Juil - 0:58

Flashback


LA ROUTE POUR DEVENIR MÉDECIN EST LONGUE ALORS... AUTANT L'EMPRUNTER À DEUX



-----------------------------------------------



Il y a déjà quelque temps que le jeune Lion Kirito était arrivé à Logue Town et afin d’y mener une vie de marin. Il n’était guère réputé en tant que médecin, surtout vu son jeune âge, les gens se mettraient à rire de lui et le prendrait pour un fou. C’est assez normal, car tous les enfants avaient l’habitude de mentir et maintenant, la plus part des adultes mettaient tous les jeunots dans le même sac. Ce sont tous des menteurs, même lorsque tu leur dis la vérité. Le petit Lion voulait donc se faire petit au sein de la société de la marine et surtout aux yeux de tous les civils. Le matelot parcourait les rues de la grande ville histoire de visiter les lieux et se familiariser avec les endroits clés, tout comme l’échafaud sur lequel Gol D. Roger était mort il y a quelques années de ça. Ce fut surement l’évènement le plus marquant de l’histoire de la piraterie, car une épidémie de pirates s’était réveillée et parcourait le monde. C’était censé avoir l’effet contraire et faire peur à tous ceux qui souhaitaient devenir pirates. Il remarqua les nombreux bars, un lieu peuplé de soulons, des gens intolérables et sans façon se tenaient à cet endroit d’après le marine. Il s’occupa de trouver les restaurants, les boutiques, les centres hospitaliers qui n’étaient pas très nombreux, le meilleur des centres devait être celui de la base qui appartient à la marine. Un endroit attira plus l’attention de l’épéiste, la bibliothèque. Bien que peu studieux, il avait quand même envie de voir s’il pourrait trouver quoi que ce soit concernant la médecine. Il avait quand même appris plusieurs choses avant d’en arriver là où il était. Il en savait surement plus que certains médecins, qui eux, ne s’occupaient que de guérir les malades.

Rarement il serait parvenu à concocter des potions redonnant de l’énergie, ou encore, créer un onguent qui permet de cicatriser les blessures plus rapidement qu’à la normale. Les hôpitaux gardent un patient pendant quelques jours tandis que les compétences du fauve leur permettent de quitter après l’opération. Même si depuis son arrivée, il n’avait aidé personne. Pas à cause qu’il n’y arrivait pas, mais parce que personne ne savait ce qu’il était et ça revient à ce que j’ai écrit quelques phrases plus haut. M’enfin, la bibliothèque semblait être l’endroit le plus approprié pour lui pour acquérir des compétences et en savoir plus sur la médecine. Il arrivait à se servir d’une seule phrase et en faire un remède, ou une technique de soin. Il n’avait que 16 ans à l’époque et encore à son jeune âge, il était persuadé qu’il pourrait enseigner la médecine à quelqu’un. Il pénétra dans la bibliothèque, salua la bibliothécaire et se précipita en direction de la section médecine en balayant des yeux les sujets anodins, ou qu’il connaissait déjà. Il en avait pris un délicatement et le feuilleta pour voir ce dont il était question. Mais la couverture et le titre du livre n’étaient aucunement le bon.

La couverture indiquait que c’était un livre sur la chirurgie cérébrale, mais en fait, lorsque le jeune médecin ouvrit le livre, il y découvrit un livre sur la morphine. C’était l’élément de base à tous les médecins de ce monde, sans ça, opéré un patient grièvement blessé pouvait occasionner des spasmes et des cris insupportables à l’oreille des chirurgiens. Le lieutenant rapporta le livre à l’homme derrière le comptoir et lui expliqua que le livre avait été inter changé par un autre.

D’une voix grave, il remercia le jeune homme, même s’il trouvait sa louche qu’un livre ne soit pas dans sa bonne couverture.

« Merci petit, si jamais tu trouves le bon sujet dans une autre couverture, j’aimerais bien que tu me le ramènes si possible. »

Sans prononcer un seul mot de plus, il acquiesça d’un hochement de la tête et repartit. Il retourna dans les nombreuses rangées afin de trouver le saint Graal qui pour lui, n’existait aucunement présentement. De l’autre côté se trouvait une charmante jeune fille qui ne semblait qu’à peine plus âgée que le médecin qui feuilletait les livres les uns après les autres afin de trouver un sujet intéressant qui pourrait l’aider à améliorer ses compétences médicales. Elle aussi semblait cherché un sujet en particulier et l’adolescent, de son cœur bien aimable, traversa de l’autre côté pour lui adresser la parole.

D’une douce et gentille voix, il lui adressa la parole.

« Cherches-tu un sujet en particulier ? Car, je pourrais très bien t’aider. »

Avant même de lui laisser le temps de répondre, il poursuivit. Il était très nerveux et surtout qu’il bégayait comme s’il était en train de parler à son idole.

« Je sais, j’ai peut-être l’air de galérer à trouver quelques choses, mais c’est pour la simple et bonne raison que je connais à peut-prêt déjà tout ce qui se trouve ici. M’enfin, voilà… »

C’était une jolie fille après tout. De longs cheveux blonds et châtains longeaient le long de son dos, ils les comparaient à du feu, un visage fin, sans imperfection et surtout… Une poitrine développée… Bon en même temps, c’était normal pour un adolescent de regarder ce genre de détail, c’est dans cet âge qu’ils ont le plus envie de se reproduire ou encore d’explorer la sexualité d’un corps étranger. Il se secoua la tête rapidement afin qu’il ne passe pas pour un pervers, même s’il était déjà rouge comme une tomate ce qui le gênait encore plus que de parler à une fille. C’était maladif chez le jeune homme. Parler à une fille c’était comme si on lui demandait la lune. D’ailleurs, même s’il venait à affronter une femme pirate, ou une femme qui souhaite le tuer, il ne ferait qu’esquiver toujours et encore, dans un mouvement répétitif. Le pecnot prit une grande respiration pour se détendre et regarda la demoiselle droit dans les yeux, même s’il était voulait baissé le regard à cause de sa gêne.


__________________________________________________________________________
*Note: C'est la première fois que je rp à la troisième personne et c'est un test. D'ailleurs, niveau longueur ça me donne un meilleur résultat.

__________________________________________________________________________
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
 

La route pour devenir médecin est longue alors... autant l'emprunter à deux [Pv: Lion Kirito]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Votre Parcours pour Devenir Maître Pokémon !
» Pour devenir partenaire
» Astuce pour devenir riche ou "moyen"
» Allez hop, en route pour l'aventure ! ♪
» Pour devenir partenaire (formulaire à remplir)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: East Blue :: Logue Town-