Partagez | 
 

 Retour où le loup guette. Mais n'est-il pas partout ? [Solitaire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Golden Hana
Vice-capitaineVice-capitaine

avatar
Messages : 672
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
66/120  (66/120)
Berrys: 4.335.000 B

MessageSujet: Retour où le loup guette. Mais n'est-il pas partout ? [Solitaire]   Mar 25 Juin 2013, 20:41


Elle leva la main et l'observa à travers les faibles rayons de la lune. Elle était usée, tout comme elle-même l'était. Elle soupira. Elle n'était pourtant pas si vieille que ça. Vingt-et-un ans. C'était son âge à partir d'aujourd'hui bien qu'elle l'ignore encore. Vingt-et-une années de guerre contre sa propre personne. Le bilan ? Là, vieille et échouée sur une plage, le visage bouffé par le sel, le corps entier douloureux. Et cette main, usée, fatiguée et triste. Elle était épuisée. Comment était-elle arrivée là ? Comment avait-elle survécu à l'attaque de cette île dont elle ignorait même le nom puis à la tempête qui l'avait emportée au loin ? Elle l'ignorait. Un miracle avait voulu qu'elle reste en vie. Et elle était restée envie, au milieu de cette horrible guerre. Elle avait été au centre de la bataille puis expulsée comme un pull-over dans un tambour de machine à laver.

Comment avait-elle pu aller à la lumière ? Elle, cette femme de l'ombre. Elle s'était révoltée, contre quoi ? Elle avait perdu le contrôle, mais pourquoi ? Mise en mouvement par un sentiment pure d'injustice, l'esclave s'était révolté contre son maître pour une valeur immuable et universelle de liberté, car quoi d'autre aurait-il pu susciter cet acte ? Quoi qu'il en coûte, elle s'était révoltée. Et elle avait subi son comportement effronté. Oh oui, elle l'avait subit. Harushige en personne avait voulu se charger de lui couper la tête. Elle et son intéressant petit fruit du démon. Heureusement elle comptait parmi ses alliés Tsukiyo no Hato. Et elle avait été écartée de la bataille, assommée par un vilain coup sur la tête, piétinée à maintes reprises puis finalement écrasée par un corps sans vie, dégoulinant de sang.

Elle était épuisée. Comme lors de sa rencontre avec Mitsu.
Avec Mitsu.

Elle observa le ciel étoilé derrière ses doigts abîmés. Elle n'avait plus rien. Elle avait tout perdu. Seuls lui restaient des vêtements volés, rouges de sang séchés et jaunis par le sel, un turban autrefois blanc nouant ses cheveux, ses armes et une vieille caisse sur laquelle on l'avait balancé.

Elle sentait ses côtes la faire souffrir un mal de chien.
Elle n'avait plus rien, mais un déclic s'était produit en elle. Pendant la bataille elle avait compris. Alors qu'elle avait tout lâché, alors qu'elle avait perdu tout contrôle, elle avait compris. Compris comment contrôler son fruit.

« Bon ! »

Elle sauta sur ses pieds et s'étira en grimaçant. Elle s'était déjà sentie mieux, c'était indubitable. Ses épaules étaient meurtries et tout son dos la faisait souffrir, sans parler de sa peau rongée par le sel. Elle soupira et son regard tomba sur la caisse. Elle avait sûrement survécu grâce à elle. Il n'y avait rien de noté dessus, étrange... où alors il faisait trop sombre pour qu'elle y décèle une quelconque écriture.

Elle ne put même pas soupirer. Le sel avait asséché sa bouche. Des gerçures meurtrissaient ses lèvres. Elle entreprit finalement de penser à autre chose en tâtant la caisse du bout des doigts, cherchant une ouverture. Elle trouva une fente dans le bois et y glissa un couteau. D'une torsion du poignet, le haut de la caisse céda avec un petit bruit sourd. Elle tira dessus pour l'ouvrit. Elle posa délicatement le couvercle vers la droite, ne s'attendant pas à y rencontrer obstacle. Ce fut pourtant ce qu'il se passa. Le bois heurta une surface dur dans un bruit qui la fit sursauter.
Il y avait un mur.

Hana laissa doucement le couvercle glisser entre le mur et la caisse avant d'y passer les mains. Un mur lisse. Elle se mordit les lèvres, les abîmant encore plus qu'elles ne l'étaient déjà. Si seulement elle pouvait y voir quelque chose. Si seulement il y avait de la lumière...

Elle s'adossa au mur et seul le frottement du sable et des vagues vint déranger le silence qui s'installa alors. Elle était seule, aveugle et blessée dans un endroit dont elle ignorait la typologie. Alors elle ne bougea plus, attendant la lumière. Seul son souffle continua soulever ses mèches de cheveux, qui, trop longues maintenant, lui retombaient devant les yeux.
Hana entra dans un demi-sommeil.


La lumière du jour la réveilla. Elle ignorait quelle heure il était, ni depuis combien de temps elle était ici. Quelques heures tout au plus.
Elle vit d'abord la mer illuminer sous les rayons du soleil naissant, puis ils roulèrent sur le sable et enfin elle commença à entrevoir la ville. Des grands bâtiments blancs flambant neufs côtoyant des ruines et des battisses fissurées. Malgré le changement, Hana reconnu immédiatement l'endroit.

Le Royaume de Trader.

Elle était adossée à un entrepôt et n'était pas entourée d'une caisse mais de bien plus que ça. Puisqu'elle était là et qu'elle avait ouvert cette caisse, autant en profiter. Elle ne pourrait pas se balader sur l'île de Trader car elle y était certainement recherchée pour le dernier tremblement de terre et la dévastation de plusieurs rues, en ajoutant sa collaboration avec le décédé traître aux Corsaires, Raphaël. Elle devait se reposer, puis elle s'en irait à la recherche de Mitsu.
Ils avaient dit Grand Line.

De toutes manières, il était recherché, ce ne serait donc pas dur de suivre sa trace. Mitsu n'était pas du genre discret et il attendait son retour.
Elle se cala contre la pierre froide de l'entrepôt. Son regard dériva vers l'intérieur de la caisse. Il y avait des livres.

Des livres et une boite de métal.
Enfin, il aurait été plus exact de dire, il y avait plusieurs exemplaires d'un même livre et entre ceux-ci, se trouvait une boite de métal. Hana la saisit, curieuse de savoir ce qui se trouvait à l'intérieur. Elle s'arrêta un instant et écouta attentivement. Aucun autre bruit que celui de la mer ne lui parvint, alors elle sortit son couteau. La boite fut plus vite ouverte que la caisse, pour cause, elle avait ses yeux. Elle glissa son arme dans son étui et se pencha sur le contenu de sa découverte qui reposait entre ses jambes.

Elle contenait des vieux livres, abîmés par le temps et la mer, quelques bout de papiers jaunis, une fiole et des étranges lunettes. La jeune femme les reconnu immédiatement, pour cause, elles avaient fait la une des journaux pendant un certain temps ! Il s'agissait du modèle de lunettes qui permettait de lire sans se fatiguer ou bien même tomber de fatigue. Elle les saisit pour les examiner sous tout les angles, se demandant comment des lunettes pouvaient produire un tel effet, puis les posa sur sa tête. Elle attrapa alors la fiole. Il y avait une étiquette dessus :


« Potion de Transeye
permet de voir dans la nuit
durée : 5h
»

Intéressant...
Elle reposa la fiole. L'une de ses mains vint crocheter les lunettes pour les placer sur ses yeux tandis que l'autre saisit le premier morceau de papier, jaunit et taché. Elle l'ouvrit délicatement. On aurait dit une carte. Rectification : C'était une carte. Et pas n'importe quelle carte, on aurait dit une carte au trésors. Mais elle était floue et effacée. Seule subsistait dessus l'inscription :


« Les perles des deux océans
1°:
La voix 6 n'a pas de richesse enfouie.
La voie 3 est pareil pour les trésors engloutis.
Faites cette première divisé par cette seconde.
Le résultat est trois fois la voie qu'il faut répondre.
»

Étrange... Il faudrait qu'elle soumette ça à Mitsu, cela pouvait être intéressant s'ils avaient besoin de fonds. Elle replia le papier et attrapa celui qui se trouvait dessous. Il semblait moins vieux et moins usé. Il s'agissait d'un mode d'emplois pour la construction d'une salle pour la médecine de bord. Hana s'y arrêta un peu plus longtemps que sur ses découvertes précédentes. Elle était signée par Monsieur Janopsy. Un système étrange de ballast maintenait la pièce à l'horizontal en tous temps. Ce plan était un bijou, plus que la carte aux trésors aux yeux de la jeune femme. Elle reposa les deux dans la boite de métal.

Le jour se faisait alors de plus en plus présent.
Dans le fond de la boite, sur le livre nommé :



« LES SCIENCES FONDAMENTALES
par Ulrik Suez
au Royaume de Drum
»

Il y avait un marque-page en forme scarabée. D'ailleurs, on aurait dit un scarabée écrasé. Hana n'y prêta pas plus attention que cela. Elle le posa sur le plan pour se saisir du livre et le parcourir rapidement. Elle avait déjà entendu parlé du Royaume de Drum. C'était un pays, paraissait-il, où il neigeait tout le temps. Il y habitait bon nombre de médecins renommés. Il y avait eu, dans le temps, des problèmes qui avaient ravagé le Royaume. Hana ignorait ce qu'il en était aujourd'hui. Son regard se posa sur les autres livres qui reposaient dans la boite de métal. Elle n'en connaissait aucun. Cela l'intrigua. Ces livres devaient être assez rares. Elle en parcourut rapidement les titres.


« DE LA MEDECINE ET DE LA VIE
par Entier Gather
à Ciméonie
»


« DE LA MEDECINE ET DU CORPS
par Entier Gather
au Mont Sunassiq
»


« LA MEDECINE DES TEMPS ANCIENS ou LETTRE A ENTIER GATHER
par Faucey Crent
au Royaume de Drum
»

Un étrange parchemin incomplet était coincé entre l'une des pages.

« NOIRS PROFONDEURS DU CHIRURGIEN
par Olback Yehna
à Enies Lobby
»


« JOURNAL MEDICAL DE BORD DU VIRALAVIE
par Enna Caboche
sur le Viralavie
»


A cet instant, elle décida qu'elle emporterait cette boite avec elle. Lorsqu'elle serait de retour sur le Yume'hiryuu, ils en discuteraient. Il était étrange de penser ainsi. C'était un peu comme si elle s'était dit « Quand je rentrerais chez moi... » alors qu'elle n'avait plus de chez elle depuis bien longtemps. Cela lui arracha un sourire. Elle attrapa alors l'un des exemplaires de la caisse et se mit à le lire. Pour une fois, elle voulait prendre son temps.


« LA MEDECINE EN SOI
par le Prince Jad Sil'Tran El Capel
à Alabasta

Prologue
Moi, le Prince Jad Sil'Tran El Capel d'Alasbata, j'ouvre aujourd'hui ce mémoire sur mes expériences. Quelle heure est-il ? Environ midi-vingt si j'en juge du soleil. Je suis sorcier, magicien, scientifique, écrivain, médecin ou fou. Jugez-en comme vous le souhaitez. Depuis longtemps maintenant je travaille sur ces projets de mystères et de subtilités. La médecine, en soi, est un art, une science et une passion. Je n'ai aucune prétention sur mes découvertes, il sera à vous de les juger.

La médecine est un art, car, depuis toujours, la faculté d’œuvrer du scalpel défend la priorité de trouer la chair. De même, elle se joue entre le patient et son médecin comme un tableau devant un peintre. Cette toile blanche et vierge ignore tout de sa salissure, alors le maître la nettoie avec soin, il la retend, en refait le bois. Il n'hésite jamais, réfléchi beaucoup et se laisse porter par le courant de pensées qu'est son désir de faire de cette toile sienne. Il ne se trompe jamais. C'est un art. C'est son art. La vie n'est pas un jouet entre les mains du médecin, elle est son ambition, son but non-seulement mais aussi sa finalité, son chef d'oeuvre.

Elle est une science, car, indifférent ce sang qui coule ou cette victime de maladie, le médecin cherche sa perfectibilité. S'il est dans l'erreur, la médecine se bloque, elle échoue, s'immobilise avant d'atteindre son but. L'homme possède la capacité d'avoir trop peu d'instinct. Ainsi, il peut se parfaire à l'infini. C'est pourquoi la science de la médecine va plus loin, toujours.

Et c'est une passion, la passion de la pitié et de la charité. Car l'homme voit en son prochain soi-même il ne peut admettre ces souffrances et se sent pris de pitié pour celui qui porte la douleur. D'un seul coup il l'approche et veut porter son fardeau à sa place. Le médecin est la démonstration même de cet état de fait. Il fait charité pour quiconque. Ah, certes, il existe des médecins sans scrupules qui s'aventurent au-delà des âmes et ne veulent qu'exercer art et sciences. Peu sont ceux-là. Le but primitif de la médecine reste de soigner son prochain.

Alors à tous les médecins, j'adresse mes mémoires, pour que jamais ils n'en usent de mauvaises manières, ni en oublient une propriété. Maintenant, voyons la médecine en ces termes.


Chapitre 1 - L'herbologie
La science des herbes est une science extrêmement utile pour tout médecin qui se respecte. Il est nécessaire d'en connaître les bases. Les plantes médicales ont de nombreuses et diverses manières d'être utilisées : Pommades, infusions, cachets, etc. et ont besoin de traitements spéciaux : récolte, séchage, etc.

...
»


Hana ferma le livre d'un coup sec.
Quelqu'un approchait...

Revenir en haut Aller en bas
 

Retour où le loup guette. Mais n'est-il pas partout ? [Solitaire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour où le loup guette. Mais n'est-il pas partout ? [Solitaire]
» LE RETOUR DE L'ARMÉE HAITIENNE EN HAITI N'EST PAS UNE OPTION MAIS UNE OBLIGATION
» Galerie dédiée au corps d'Alex Turner et aux dessins d'un strangulot ( mais surtout sur le corps d'Alex :D)
» Aiden M.▬ Les liens d'un grand mais gentil Loup-garou !
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: South Blue :: Royaume de Trader-