Partagez | 
 

  « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Méliandre DeVitto
Pirate
avatar
Messages : 409
Race : Vampire
Équipage : Tengoku no seigi

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
70/350  (70/350)
Berrys: 1.349.500 B

MessageSujet: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Ven 07 Juin 2013, 03:25

« La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. »
Noctis & Ruby

Le temps avait passé depuis que j'avais quitté le royaume de Drum, depuis qu'il m'avait fait cette promesse que finalement il n'avait pas tenu, une fois de plus je m'étais retrouvée seule, enfin pas tout à fait, elle était là, toujours derrière chacun de mes pas, elle était moi et j'étais elle même si dans un certain sens c'était difficile à croire tant nous étions opposées... Elle avait des manières brutes et aucun sentiment où du moins c'était ainsi que je la percevait, pourtant même si souvent je dresse un portrait bien peu flatteur de Ruby, il y a quelque chose en elle qui me rassure, quelque chose de protecteur même si elle a du mal à le montrer, je sais qu'au fond d'elle même se cache quelque chose de bon, aussi infime soit il...
J'avais passé plusieurs mois sur les seas sans retourner sur mes pas, sans revoir Grand Line, au fond cette partie du monde ne m'avait pas manqué, certes je perdais mes souvenirs au fur et à mesure je ne devrais donc pas m'attarder sur mon passé... Cependant il finissait inlassablement par me rattraper, IL me rattrapait, pour la simple et bonne raison que TOUS mes souvenirs le concernant refusaient de s'effacer de ma mémoire préférant me hanter chaque nuit, préférant transformer mes plus doux rêves en mes plus amers cauchemars... J'en devenais dingue, tentant par tous les moyens de ne plus fermer les yeux, de ne plus plonger dans un profond sommeil... Mais une fois de plus tout cela était peine perdue.
La nuit été déjà tombée lorsque je reposais pour la première fois le pied sur une terre de Grand Line, Whiskey Peak avait été ma première destination pour ce périple qui devait me ramener sur les traces de mon passé, sur les plaines enneigées du Royaume... Je laissé échapper un léger soupire en repensant aux paroles qui me hantaient depuis tant d'années « Je viendrai te chercher, je te le promets, je t’offrirai une vie agréable, loin de tout ce que l’on a vécu, jusqu’à ce jour, attends-moi. J’expierai mes fautes, et rachèterai mes pêchés. » mon cœur se serra à cette pensée mais je n'en laissais rien paraître, j'étais bien trop fière pour ça... Beaucoup trop.

Cette île ne semblait pas réellement avoir changé en quatre ans, enfin si peut être de nouvelles tombes étaient elles venues s'ajouter à celles que j'avais déjà croisées, de nouveaux pirates avaient dû se laisser berner par les chasseurs de primes et les mercenaires peuplant cet endroit. Pour le reste je ne voyais pas de réel changement, toujours les mêmes tavernes, les mêmes auberges, pour la plupart des endroits où en temps normal personne de censé n'oserait y mettre un pied, mais il y a t il seulement encore des personnes censés qui s'arrêtent ici ? J'en doutais fortement, il fallait être bien fou pour s'arrêter ici, tout le monde savait pertinemment que ce lieu n'était autre qu'un coupe gorge pour les pirates, mais aussi pour les marines, un lieu parfait pour se faire quelque berrys, un simple assassinat, au fond ce n'était pas grand chose et ça pouvait même parfois rapporter gros... Les choses pouvaient s'avérer alléchante par ici...
Mais cette fois-ci je n'étais pas venue pour une mission, non je n'avais pour le moment rien en vue si ce n'était détrousser deux ou trois forbans qui auraient malencontreusement croisé ma route, que voulez vous il fallait bien que je puisse me payer une chambre, certes je fais partie de ces hors-la-loi mais ce n'est pas pour ça que je vais dormir dehors ! Si j'étais là c'était probablement à cause de mon penchant quelque peu masochiste... Ou pour me prouver qu'elle n'avait pas raison lors de cette discussion il y a tant d'années, pour essayer de comprendre ce qu'il s'était réellement passé, pour arriver à nous prouver à toute les deux qu'IL n'était pas celui qu'elle m'avait décrit avec tant de véhémence... Au fond je voulais seulement me persuader qu'il n'avait pas oublié sa promesse, qu'il ne m'avait pas abandonné et qu'il était peut être même venue me chercher alors que moi j'avais déjà pris la mer...

« Arrêtes tes conneries Méliandre, tu finiras par tomber de haut en te rendant compte que j'avais raison, tu es vraiment désespérante, tu n'en as pas assez ? N'en as tu pas assez que la chute soit à chaque fois de plus en plus rude ? »

Je ne pris même pas la peine de lui répondre, à quoi bon au fond, je savais qu'elle n'avait pas tout à fait tord, mais il était absolument hors de question de lui donner raison, elle en aurait été trop fière... Je laissais échapper un petit soupire tout en portant ma main à ma tempe, mes maux de tête recommençaient à se faire sentir, plus le temps passait et plus ils me semblaient douloureux, j'avais l'impression que quelqu'un me fendait le crâne à la hache, retenant un petit gémissement je repris ma route. Les talons de mes bottes claquaient sur les pavés des rues d'un bruit sourd et régulier, raisonnant d'une manière atroce à mes oreilles, chacun de mes pas étaient une torture pour mon crâne... Soudain je senti Ruby s'agiter en moi, quelque chose avait éveiller son intérêt, quelque chose qui était totalement passé inaperçu à mes yeux, un homme se dirigeait vers moi, il n'avait pas l'air en pleine possession de ses moyens, mais ce qui avait sans aucun doute attiré l'attention de mon autre moi était la bourse énorme qui pendait accroché à sa ceinture, un léger sourire étira mes lèvres lorsqu'elle pris le contrôle...

J'avais senti cette aubaine se jeter droit dans nos filets alors que cette idiote elle ne l'avait même pas vu venir, si je n'avais pas été là elle n'aurait pas fait long feu sur les mers et pourtant elle refusait de l'avouer, chose absurde puisque je pouvais lire en elle avec une telle facilité... Elle préférait se perdre dans ses souvenirs avec cet être exécrable, lui qui n'avait fait que se servir d'elle et elle qui ne l'a pas vu et refuse encore et toujours de le voir. Ça me rend malade de voir combien cet être immonde, ce... vampire peut avoir un tel contrôle sur elle alors qu'il n'est même plus présent dans sa vie, c'est tellement pathétique cette façon qu'elle a de vouloir se persuader d'inepties, de vouloir vivre dans un monde qu'elle s'est plus ou moins monté de toutes pièces, un monde bercé d'illusions, il va pourtant falloir qu'elle comprenne un jour que la vie ce n'est pas ça, il faudra bien qu'un jour elle ouvre les yeux ma chère petite Méliandre, sinon elle finira par nous mener à notre perte...
Une chance qu'elle sache se taire et reste docile lorsque je prend le contrôle, de toute façon elle sait pertinemment que tout ce que je peux faire, je le fais pour elle, pour nous...
J'accostais l'homme de ma voix la plus sensuelle et l’entraînai dans une ruelle sombre jouxtant une auberge dans laquelle il me semblait que nous nous étions arrêter quelques années auparavant, jouant avec ses nerfs je le senti flancher, dieu que les hommes sont prévisibles et faciles à manipuler, s'en était tellement navrant.. Alors que ses mains commençaient à se faire un peu trop pressantes, un peu trop tactile, je retirais du bout des dents un de mes gants, mon sourire charmeur se changea peu à peu en sourire carnassier avant que ma main à présent dégantée vienne l'attraper au cou exerçant une forte pression sur celle-ci mais avant qu'il ne se mette à suffoquer l'homme tomba dans les bras de Morphée...
Je relâchais ma prise laissant le corps de l'infortuné tomber au sol sans la moindre délicatesse. Ma tête se mit alors à tourner et ma vue se brouilla un court instant. Saleté de fruit... Tout en tentant de reprendre un peu de contenance, je me penchais en avant et arrachais d'une main experte la bourse pleine de mon vis à vis sans oublier de lui adresser un petit signe de tête en guise de remerciement bien qu'il ne puisse pas en être témoin, voleuse oui, mais il ne fallait tout de même pas en oublier la politesse voyons...

Je me redressais et fermais les yeux quelques secondes tentant une fois encore de me reprendre et lutter contre la fatigue qui commençait à me gagner, nous avions visiblement un peu trop abusé de notre « cadeau empoisonné », j'allais devoir rapidement trouver un endroit plus ou moins sûr pour que nous puissions nous reposer quelques instants pour pouvoir reprendre une certaine maîtrise de ce corps... Il me semblait parfois aussi faible que Méliandre... Je laissais échapper un petit soupire et quittais l'homme endormi, cette fois je n'avais pas été aussi attentive que je l'étais habituellement, les pieds de mon « compagnon » dépassaient légèrement de la rue le rendant visible aux yeux de tous. Mais ceci ne m’inquiéta pas réellement, après tout vu l'endroit où nous nous trouvions les agressions et vols en tout genre étaient monnaie courante ici... Mes pas n'étaient pas sûrs, je vacillais à chaque pas, si bien que l'on aurait pu croire que j'allais m'évanouir à chaque instant... Alors que je passais devant l'auberge je perdis pied et senti tout mon corps tomber sans que je ne puisse le retenir, j'attendais le moment inéluctable où j'allais enfin heurter le sol...


« L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle. »
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1628
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
45/75  (45/75)
Expériences:
465/500  (465/500)
Berrys: 6.089.533.528 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Ven 07 Juin 2013, 20:59




    Quel homme !



    La belle au bois dormant ?

    Les périples du duo Noctis et Sanae semblaient s’intensifier au fil du temps. Après de brèves rencontres avec Nakata Fenice puis Foxy la marine, le couple pouvait être sûr d’en avoir connu bien des aventures. Ce fut comme perdu par les flots des mers qu’il faisait l’ensemble de Grande Line à contre sens. D’île en île, il découvrait les joies de l’océan, mais aussi son lot de douleurs et difficultés.

    Dans un certain sens, cette aventure prenait tout un sens en connaissant le but ultime du chasseur de primes, Noctis Archer. Un projet aussi sombre qu’impossible, imposé par son village, un avenir non désiré. A savoir, semer le Chaos sur les mers. Une chose complètement aberrante pour le maudit.

    Au bout d’une longue série d’épopées, son trajet lui permit d’accoster sur les côtes d’une belle et magnifique île. Celle où chasseurs de primes et mercenaires y trouvaient leur raison de vivre. La parcelle de terre se trouvait en plein à l’entrée même de Grande Line, dans la première voie qui plus est. En clair, il s’agissait d’un coupe-gorge parfait pour les jeunes primes fraîchement sorties de Seas Blue.

    Ce fut dans cet endroit ravissant qu’arriva le couple. Archer y fit une certaine reconnaissance des lieux, pour finalement rencontrer une équipe assez spéciale de chasseurs de primes. Puisqu’il y rencontra « Renaissance », une organisation de chasseurs aux ambitions démesurément grandes. La bande venait de conquérir l’île entière en prenant le contrôle de la mairie, elle-même diriger par un ancien groupe maintenant détruit. Il en fallut peu aux trois hommes, Noctis comprit, pour venir à bout du groupe rival. Si bien qu’ils pouvaient désormais y couler des jours heureux. De cette notoriété naquit une véritable puissance. Contrôler une île localisée à l’entrée de Grande Line représentait un véritable atout pour un groupe de ce genre, qui de plus n’est autre qu’une île de mercenaires en tous genres.

    En rejoignant Renaissance, l’hôte du Chaos acquit bien des missions visant à le rendre toujours plus puissant, plus utile à l’organisation. Au grand déplaisir de femme qui semblait se sentir de plus en plus délaisser. Si bien qu’elle décida de passer la nuit sur le bateau au lieu de venir à l’auberge comme lui avait proposé le musicien. Décidément, ces femmes. Il y en a qui sont sympathiques et d’autres qui forment l’élite des rabat-joie.

    Néanmoins, loin de cacher sa joie d’être seul pour cette soirée, il partie vêtu normalement pour une fois. Un manteau noir arrivant juste en dessous des fessiers, pour se refermer comme un blouson pour donner l’impression d’être un simple t-shirt. En dessous ne reposait strictement rien pour une fois, puisqu’il n’y avait pas notion à posséder d’arme. Ces revolvers laissés en son domicile. Suivit de se haut, se trouvait un pantalon ample remonter par des bottes noirs. Il s’agissait de la tenue de base offerte par Hunter Island et non l’un des habits confectionnés par sa chère Sanae. Ce soir, l’élu du Chaos partait en homme et surtout sans aucun souci en tête, l’esprit libre, l’âme en paix.

    Il trouva une petite auberge dont le rez-de-chaussée servait de taverne, accessoirement. Arrivant en face du barman, il demanda une chambre pour la nuit, qu’il paya avec un peu des berry’z piller à la mairie durant les jours précédents cette soirée. La clef numéro 9 lui fut offerte avec joie.

    « Sinon, sers moi le cocktail du soir l’ami. »

    « Et voilà l’ami. Tu ne serais pas un de ces mecs à avoir prit la mairie ? » Dit-il après avoir servi le tireur.

    « Ah oui. C’est bien moi. Noctis Archer pour vous servir. Et vous barman ? »

    « Tu m’as l’air d’être un bon gars toi. Moi on m’appelle Bruce par ici, bien que mon vrai nom soit Eagle Bruce. Mais bon, ici il préfère la simplicité. Alors un but futur ? »

    « Un peu comme tout le monde ici je pense. Faire fortune. »

    « Pour ma part, à une époque je voguais sur les mers à la recherche de bien des têtes misent à prix. Mais las de tout ça, j’ai prit ma retraite. Bien que je sois sur une île symbolisant mon ancienne vie. »

    « Ouais je vois. Nous verrons bien comment je finirai alors. Bon, je vais aller faire un tour dehors Bruce. Tu viens avec moi boire un verre ? »

    « Non j’peux pas. Tu connais l’métier, il y a des obligations malheureusement. Une prochaine fois peut-être. »

    « Pas de soucis l’ami. A une prochaine fois alors. »

    D’un traite, le Musicos englouti le breuvage, avant de sortir de l’auberge. Une fois à l’entrée, il se positionna contre un mur pour observer les étoiles, quand il vit une chose assez étrange, l’empêchant de poursuivre son analyse du ciel nocturne.

    Un homme venait de s’écrouler laissant un bruit résonné jusqu’aux oreilles du jeune homme. Puis une femme sortit de la ruelle sombre toute chancelante. Une agression ? Elle y avait survécu alors ? Pas mal non ?
    Mais cela ne s’arrêtait pas à la pour être honnête. Archer aurait très bien put arrêter de l’observer, pourtant, son attention fut captivée par la demoiselle. Une jupe courte laissant voir ce qu’il ne fallait pas voir. Des yeux proches de rubis suivis d’une chevelure blanche, le tout agrémenté d’une tenue qui ne déplairait pas à un homme. En clair, l’agression qu’elle dut subir dans cette ruelle sombre gagnait toute crédibilité.

    Malgré tout, elle ne devait probablement pas s’occuper d’un gars sortit de la taverne pour prendre l’air. Elle était bien trop affaiblie pour ça. Affaiblie à un point tel qu’elle faillit tomber bien des fois. Et une fois proche de l’entrée elle amorça une chute.

    D’un réflexe net, le nouveau Renaissance accouru vers elle pour la saisir dans ses bras avant qu’elle ne s’écroule. Un genou au sol, l’autre jambe pour appui, la demoiselle dans les bras. On aurait cru assister à une véritable scène de tragédie amoureuse. La pensée de cette femme en voyant son sauveur se rapprochait certainement d’un phrase culte telle que : « Quel homme ! », fasse un acte aussi chevaleresque. Il y avait de quoi baver, non ? Ayant remarqué la beauté de son geste, l’hôte tenta de persévérer dans cette attitude en posant son regard dans le sien pour connaître son état de santé.

    « Vous m’avez fait une véritable frayeur. Est-ce à cause de cet homme allongé plus loin, ou seriez-vous fatiguée ? »

    Trouvant ses mots un peu trop formels, il adopta un registre plus simple et dit plus calmement :

    « Veux-tu te reposer ? J’ai réservé une chambre dans cette auberge, je peux te l’ouvrir si tu veux. Pour un si belle demoiselle je peux bien céder ma chambre.»

    Au moins là c’était clair, il lui proposait de quoi se reposer avec simplicité, il exprimait son avis sur son physique et tachait de se montrer le plus naturel possible.



Revenir en haut Aller en bas
Méliandre DeVitto
Pirate
avatar
Messages : 409
Race : Vampire
Équipage : Tengoku no seigi

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
70/350  (70/350)
Berrys: 1.349.500 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Sam 08 Juin 2013, 00:41

« La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. »
Noctis & Ruby

Au lieu de venir lourdement s'écraser au sol, mon corps ne rencontra pas la froideur des pavés de la ville, non il se stoppa net. Deux mains venaient de fermement me retenir, mon buste vint rencontrer une cuisse, une cuisse ferme et musclée à ce que je pu en juger, les yeux encore embrumés je relevais la tête pour voir qui venait d'oser poser les mains sur moi. Je sentis chacun de mes muscles crispés, les cheveux sur ma nuque se hérisser, ma mâchoire se serrer, j'avais une envie folle de le repousser sauvagement en arrière, je détestais le contact, c'était viscéral...
Je replaçais une mèche me barrant la vue et pu enfin mieux distinguer mon « sauveur » même si le nommer ainsi m'arracher les lèvres... Un homme, pas beaucoup plus âgé que moi, brun, tiens encore un, décidément le corps de Méliandre est un vrai aimant à homme brun... Son visage était assez étrange, ses traits étaient fins sans vraiment l'être, mais ce qui retint le plus mon attention fut son regard. Il était encore plus étrange, encore plus captivant que l'ensemble de cette personne. Il avait un éclat, un drôle d'éclat, cet éclat si particulier que peu d'entre nous possédaient. Cet éclat décalé, cet éclat de folie qui tente pourtant de se dissimuler par tous les moyens... Malgré moi un sourire vint étirer mes lèvres fines découvrant légèrement mes dents, la suite pouvait s'avérer intéressante, très intéressante même... Avant que je ne puisse dire quoi que ce soit l'inconnu me devança et pris la parole :

« Vous m’avez fait une véritable frayeur. Est-ce à cause de cet homme allongé plus loin, ou seriez-vous fatiguée ? »

Je ne pu me retenir et laissais échapper un petit rire, une véritable frayeur ? Oh pauvre de lui... Lorsqu'il parla de l'homme mon regard se porta sur les pieds dépassant de la ruelle, mon rire se mua en un petit rire mesquin... Dans un certain sens il ne se trompait pas, la seule chose qu'il ne pouvait pas savoir été que les deux propositions étaient liées. Mais si le temps avait appris à Méliandre qu'il valait mieux garder certaines choses secrètes, surtout si elle pouvait s'avérer utile par la suite, moi j'en été consciente depuis longtemps, jouer la jeune femme agressée était probablement la meilleure solution pour le moment même si je doutais arriver à me taire et tenir mon rôle bien longtemps, il n'était pas dans ma nature de me taire ni même de jouer les victimes... Et puis c'était quoi cette façon de parler ? Depuis quand trouvez ton ici bas des personnes qui s'adressaient aux autres avec autant de... retenue ? Non ce n'était pas réellement le mot mais peu importait pour le moment...

« Veux-tu te reposer ? J’ai réservé une chambre dans cette auberge, je peux te l’ouvrir si tu veux. Pour un si belle demoiselle je peux bien céder ma chambre. »

Cette fois-ci je me dégageais de son étreinte avec plus de fougue que je ne pensais encore posséder avec mon état de somnolence et fronçais les sourcils. A quoi jouait il ? Que croyait il ? Que j'étais une de ces traînées que l'on somme de venir gentiment se coucher là, m'ouvrir sa chambre, ce mec ne tenait pas à la vie... Mon sang bouillonnait dans mes veines alors qu'il continuait sa tirade et vint y placer un compliment, une erreur de plus. Il avait beau avoir cette lueur dans le regard, il m'apparaissait à présent être comme tous les autres hommes, pitoyable, gerbant...
Mes yeux incandescents se plantèrent droit dans les siens alors que je me redressais encore quelque peu chancelante, je le sondais quelques instants essayant de deviner qui il était et quelles idées pouvaient bien lui passer par la tête à ce moment précis, mais c'était peine perdue plus je tentais de me concentrer et de dénicher le moindre renseignement dans son comportement et plus ma vue se brouillait et ma migraine recommençait à me lancer. Je portais la main à ma tempe avant de lui lancer d'une voix glaciale emprunt d'une teinte de défi.

« Me céder ta chambre ? Vas au fond de tes pensées, je n'aime pas que l'on tourne autour du pot, et puis depuis quand agit-on de la sorte ici à Whiskey Peak ? Et puis... Une chambre c'est tellement... ennuyeux. »

Oui j'étais fatiguée, oui il serait totalement fou d'utiliser à nouveau notre pouvoir puisque je finirais purement et simplement par tomber dans un sommeil profond et cet individu serait alors en mesure de faire absolument tout ce qui lui plairait avec moi, me séquestrer, m'envoyer sur un navire dieu seul sait où pour me vendre, ou encore pratiquer d'étranges expériences, me prélever des organes ou je ne sais quoi encore, après il valait mieux se méfier de toutes les personnes peuplant cette île si l'on voulait être sûr de ressortir vivant et en un seul morceau de ce lieu malfamé de Grande Line... Mais malgré tout cela mon envie presque irrésistible de jouer avec les autres prenait toujours le dessus sur chacun de mes sentiments ou de mes états, elle était plus forte que tout et finirait probablement par me mener à ma perte. Je sentais d'ailleurs déjà Méliandre s'agiter comprenant peu à peu mes desseins, elle avait toujours été trop peureuse et pas assez joueuse à mon goût... Non décidément elle ne savait pas s'amuser, parfois dans la vie il fallait savoir sortir des routes que l'on nous avez tracé pour pouvoir réellement vivre, et vivre ça incluait aussi de savoir parfois lâcher prise, de savoir se laisser aller, laisser libre court à ses sentiments et ce de quelque nature qu'ils soient... Elle commençait à m'agacer à s'agiter de la sorte et tenter de reprendre le contrôle pour prendre ses jambes à son cou, je ne pu réprimer un claquement de langue agacé et lâchais dans un murmure presque inaudible :

« Méliandre ça suffit maintenant... »


« L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle. »
Code by AMIANTE


Dernière édition par Méliandre DeVitto le Lun 10 Juin 2013, 00:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1628
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
45/75  (45/75)
Expériences:
465/500  (465/500)
Berrys: 6.089.533.528 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Lun 10 Juin 2013, 00:22




    Quel homme !



    Intéressante

    Au moins là c’était clair, il lui proposait de quoi se reposer avec simplicité, il exprimait son avis sur son physique et tachait de se montrer le plus naturel possible.

    Malgré tout, il remarqua qu’un sourire se dessina sur les lèvres fines de l’inconnue, dévoilant en parti sa dentition, on aurait pu croire qu’elle appréciait cette situation assez étrange. Se retrouver dans les bras d’un inconnu ferait parti des choses dont raffolent certaines femmes alors ? A moins qu’il s’agissait, tout simplement, d’une des nombreuses choses qu’elles pouvaient trouver hilarantes par moment. Sinon comment expliquer le rire exprimer par la demoiselle, la phrase du musicien paraissait-elle drôle ? Peut-être qu’il ne devrait pas employer un tel ton en présence d’une femme alors. D’un rire « normal » à un rire mesquin, elle arriva à semer une flopée de questions dans le for intérieur du tireur, qui commençait à douter de ses propres mots.
    Pourtant il paraissait tout à fait logique qu’elle se soit faite agresser, sauf si s’est elle qui avait mit cette homme dans un tel état. A ce moment-là, Noctis trouvait toutes les raisons possibles pour la respecter et rester le plus sobre possible en sa présence. En y réfléchissant bien, elle ne portait aucune marque d’affrontement avec un quelconque individu, or, un violeur doux qui ne laisse pas l’ombre d’une blessure à sa proie semble peu crédible à cette époque. L’hypothèse qu’il possède un fruit du démon facilitant cet acte restait définitivement prohibée, car le regard ardent qui se trouvait dans ses bras témoignant de la facilité avec laquelle l’homme fut mit hors d’état de nuire. Alors cette demoiselle à l’allure fébrile cachait bien son jeu.

    L’action ne se rompit pas aussi facilement, la femme aux cheveux lactés se dégagea avec fougue de l’étreinte du chasseur tout en fronçant les sourcils. Un fort caractère en plus ? Intéressante, vraiment intéressante cette femme.
    D’une certaine façon, le Musicos ne voulut en aucun cas lui porter atteinte en s’exprimant ainsi, bien au contraire. Il lui arrivait souvent de léguer ses affaires par pure noblesse de l’âme, mais à son grand désarroi, sa réflexion prit une toute autre tournure.

    Se redressant avec douceur, le corps faible, leurs visages se rapprochèrent grandement. Ses yeux de vermeil plantés dans les yeux d’onyx du jeune homme, elle sonda son être d’un regard confiant, ou du moins, ce fut l’impression donnée par son regard de braise. Un calme léger se marqua dans l’atmosphère quand elle porta sa main à sa tempe, avant de lui répondre d’une voix glaciale.

    « Me céder ta chambre ? Vas au fond de tes pensées, je n'aime pas que l'on tourne autour du pot, et puis depuis quand agit-on de la sorte ici à Whiskey Peak ? Et puis... Une chambre c'est tellement... ennuyeux. »

    Néanmoins, dans cette phrase semblait s’être lié un défi. Comme si elle voulait voir jusqu’où irait la franchise du Renaissance, voir même, s’il pouvait être aussi intéressant qu’il voulait le faire croire.
    D’un point de vue extérieur, Archer se trouvait en situation de force, pleine forme, contrairement à la demoiselle, il pourrait très bien se parer de la plus belle tenue du violeur, pourtant, il ne se permettrait pas de commettre un tel acte. S’il désirait l’attirer auprès de lui, il aurait tout intérêt à faire fonctionner sa tête et non sa force.

    Mais malgré tout cela, une autre idée se glissa en lui, la simple phrase « Une chambre c’est tellement ennuyeux. », suffit à tisser un léger sourire sur le chasseur qui regarda la femme aux traits fins, avec une sérénité pleinement dévoiler. Un petit rire s’échappa de son être alors que l’inconnue murmura une chose inaudible pour un humain tel que lui.

    Comme pour capter son attention, avec tendresse, Noctis effleura le bout du nez de la demoiselle avec le sien. Il lui offrit un regard dans lequel sommeillait une envie de défi et, lui dit avec un ton calme, bien qu’amusé :

    « Moi qui comptais réellement t’offrir ma chambre, quel dommage. Mais alors, si les chambres ne t’intéressent pas, dans quel lieu pourrais-je t’emmener ? Tant que je peux y trouver ma place. »

    Laissant ses deux mains se poser sur le dos de l’intéressante demoiselle, il se releva avec lenteur, en la relevant dans le même élan. La proximité entre leurs corps s’étant marquée dès le début de leur rencontre, en se relevant, Archer la ramena contre lui, certainement était-ce là une bêtise, mais ne faut-il pas être fou dans la vie ?

    En poussant se raisonnement, il valait mieux tenter toutes les possibilités envisageables avant d’être repoussé avec violence. Ou peut-être que cette inconnue au tempérament de feu se mette elle aussi à tenter le diable, dans le but de voir lequel serait le plus clair dans ses actes.

    Plaçant alors son front contre celui de la « victime », l’élu du Chaos reprit la parole en plongeant ses yeux d’ébène dans les yeux écarlates de son interlocutrice.

    « A moins, bien sûr, que la présence d’un homme t’effraie à un point tel, que tu es incapable de te rapprocher de lui. »

    Cette phrase fut exprimée avec une envie de défi nettement dévoilée. Désormais, Noctis saurait si elle possédait autant de cran qu’elle laissait paraitre.




Dernière édition par Noctis Archer le Mar 11 Juin 2013, 00:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Méliandre DeVitto
Pirate
avatar
Messages : 409
Race : Vampire
Équipage : Tengoku no seigi

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
70/350  (70/350)
Berrys: 1.349.500 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Lun 10 Juin 2013, 01:58

« La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. »
Noctis & Ruby

Un sourire naquit sur les lèvres de mon vis à vis, tien avait il saisi la subtilité si s'en était une dans ma dernière phrase ? Peut-être, ça n'en deviendrait que plus intéressant par la suite si c'était réellement le cas... Son visage était tellement proche du mien que je pouvais sentir son souffle tiède contre le mien, je devais avouer que ce n'était pas vraiment désagréable... Moi qui pourtant n'aimait pas le contact, je me surpris je dois bien l'avouer, mais visiblement ce n'était pas le cas de Méliandre, je l'entendais protester au plus profond de moi-même, oui ce n'était pas l'autre idiot de vampire et alors ? Qu'est ce que ça pouvait bien lui faire puisque ce n'était pas elle mais moi qui menait la danse à ce moment là, elle n'avait qu'à se taire et rien d'autre. Après tout ce n'était pas comme si je lui demandais son avis sur la question... Je sentais quelque chose, comme un lien entre cet homme et moi, un lien complexe, une forte ressemblance, dans son regard, dans son être il était ce que j'étais ou du moins le semblait, la folie nous liée c'était indéniable, impossible à expliquer au fond mais tellement clair dans son regard...
Son nez vint effleurer le mien, me tirant un léger frisson de dégoût qui pourtant de l'extérieur devait être interpréter autrement, je ne bougeais pourtant pas, me contentant de plonger une fois de plus mes prunelles dans les siennes. Je ne dirais rien pour le moment, non, j'écouterais seulement, j'avais encore certaines choses à cerner avant de me jeter à corps perdu dans le jeu...

« Moi qui comptais réellement t’offrir ma chambre, quel dommage. Mais alors, si les chambres ne t’intéressent pas, dans quel lieu pourrais-je t’emmener ? Tant que je peux y trouver ma place. »

Réellement m'offrir sa chambre ? Qu'en voilà un bien étrange personnage, qu'en voilà un bien étrange homme, je n'en avais pour le moment croisé aucun qui n'avait pas une seule autre idée en tête qu'aider quelqu'un seulement pour le plaisir d'aider... Vérité ou mensonge ? Je n'en savais rien mais soyons réaliste tout ça importait peu. Je n'étais pas là pour juger si je me trouvais ou non en face d'un menteur, après tout combien de fois avais-je moi-même menti et triché pour arriver à mes fins ? Un nombre incalculable de fois, il ne faut pas se voiler la face...
Où pourrait il m'amener ? C'était une bonne question, une très très bonne question... J'espérais seulement qu'il soit... imaginatif.
Ses deux mains vinrent se placer dans mon dos, effleurant presque le bas de mes reins, un nouveau frisson me parcouru mais je refusais qu'il comprenne qu'il s'agissait de dégoût, non je ne voulais pas passer pour quelqu'un de faible, quelqu'un qui était facile à déstabiliser, ce serait lui donner une ouverture bien trop simple... Et moi, je n'avais jamais aimé la simplicité.
Profitant de la situation le brun me releva en même temps que lui tout en me rapprochant un peu plus de lui, je pouvais pratiquement distinguer les battements de son cœur à travers les étoffes le recouvrant, mes mains se posèrent sur son torse comme pour avoir la possibilité de le repousser s'il effectuer le moindre autre geste envers moi.

Le geste de plus ne tarda pas à arriver, son front vint se poser contre le mien, mes doigts posés sur lui se crispèrent légèrement enfonçant quelque peu mes ongles dans ses vêtements, ses prunelles onyx vinrent chercher les miennes. Que cherchait-il à faire exactement ? Qu'attendait-il de moi ? Voulait-il jouer lui aussi ? Dans ce cas là la partie s'annonçait alléchante, très alléchante...
Il reprit la parole avant que je ne puisse cependant prononcer le moindre mot, me tirant cette fois un immense sourire :

« A moins, bien sûr, que la présence d’un homme t’effraie à un point tel, que tu es incapable de te rapprocher de lui. »

Un rire ne tarda pas à accompagner mon large sourire. Oui il voulait jouer lui aussi, oui il était en train de se lancer sur la piste glissante de la provocation... La nuit s'annonçait bien plus amusante que je n'aurais pu l'imaginer lorsque nous avions débarqué sur cette île Méliandre et moi...
Je repris plus d'assurance en l'entendant prononcer ces mots, mes doigts se décrispèrent et vinrent cette fois attraper d'une manière ferme son manteau, je dégageais mon front du sien tout en soutenant son regard.

« Tu crois sincèrement qu'un homme va m'effrayer ? Tu crois sincèrement que TU peux me faire peur ? Non... Il va m'en falloir plus que ça, BEAUCOUP plus que ça... Et disons qu'en général ce sont les hommes qui évitent de se rapprocher de moi... »

Comme pour accompagner mes paroles je penchais légèrement la tête en direction de l'homme étendue dans la ruelle toute proche de nous.

« Lui non plus n'aurait pas dû... Alors non, tu ne me fais pas peur, pas plus que ta présence ou celle d'un autre, mais toi... »

Je me rapprochais à nouveau de lui jusqu'à ce que nos lèvres s'effleurent et lâchais dans un seul souffle.

« Toi... Tu me ressembles, tu es...différent. »

Sans crier gare, je me jetais légèrement en avant et au lieu de venir prendre ses lèvres comme n'importe quel passant aurait pu s'y attendre en nous voyant ainsi dans la rue je vint mordre violemment sa lèvre inférieure laissant son sang couler sur mes propres lèvres. Je finis par me reculer et passais ma langue sur mes lèvres pour en chasser le liquide rougeâtre et ferreux. Un sourire en coin était apparue sur mes lèvres et mes mains vinrent se poser sur son visage.

« Je suis certaine que tu arriverais à trouver ta place n'importe où... Trouves juste un endroit où l'on peut voir le soleil se lever... J'ai toujours aimé voir l'aurore, lorsque le soleil rougeoyant semble émerger de la mer... Mais encore faudrait il que tu arrives à me retenir jusqu'ici... »


« L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle. »
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1628
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
45/75  (45/75)
Expériences:
465/500  (465/500)
Berrys: 6.089.533.528 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Mar 11 Juin 2013, 02:35




    Quel homme !



    Jeu


    « A moins, bien sûr, que la présence d’un homme t’effraie à un point tel, que tu es incapable de te rapprocher de lui. »

    Cette phrase fut exprimée avec une envie de défi nettement dévoilée. Désormais, Noctis saurait si elle possédait autant de cran qu’elle laissait paraitre.
    Un large sourire se mut alors sur le visage de la femme fatale, sourire qui fut d’ailleurs animé par un rire teinté de mesquinerie aux yeux du chasseur de primes. Alors elle aussi voulait jouer, elle répondait à la provocation par un rire amusé. Désormais, un jeu dangereux commençait entre ces deux personnes aux comportements étranges. D’une certaine façon, il ne s’agissait pas d’un jeu en solo, mais plutôt d’un jeu d’équipe, néanmoins, seuls les côtés puissants de ces deux êtres s’exprimaient à l’heure actuelle.
    La nuit s’annonçait amusante, en entrant dans cette auberge, le musicien n’imagina pas une seule seconde tomber sur une telle femme. Dans quelle aventure s’embarquait-il ?

    Elle posa ses mains sur le torse du jeune homme, mais pas d’une façon douce. Plutôt comme une protection, comme si elle se tenait prête à l’éloigner d’elle. Quelle faiblesse. Si elle voulait réellement jouer, elle serait beaucoup plus câline que ça. Le but du jeu restait certes de se faire désirer, mais aussi de voir jusqu’où iraient-ils durant cette nuit. Alors que faire la fille prête à repousser son séducteur ne ferait aucunement avancer le jeu. D’un côté, elle pimenterait de façon exquise leur jeu dangereux.

    Les doigts de la femme aux cheveux laiteux se décrispèrent, montra qu’elle ne désirait plus le repousser, mais aboutit à toute autre chose, elle attrapa fermement le manteau du tireur, tout dégageant leur front. Ses yeux de rubis pénétraient encore l’onyx des yeux du jeune homme, rendant cette scène toujours plus palpitante.

    « Tu crois sincèrement qu'un homme va m'effrayer ? Tu crois sincèrement que TU peux me faire peur ? Non... Il va m'en falloir plus que ça, BEAUCOUP plus que ça... Et disons qu'en général ce sont les hommes qui évitent de se rapprocher de moi... »

    Cette pierre précieuse devenait de plus en plus intéressante, comme met délicat qu’on ne cessait de découvrir. Un met délicat qu’on ne pouvait que complimenter. Elle fit comprendre au ténébreux qu’elle ne le craignait en aucun cas, bien au contraire, elle lui tenait tête en lui rappelant le sort du dernier homme à l’avoir approché de trop près. Cet idiot ne possédait tout simplement pas les bonnes armes contre cette diva. Les hommes n’osaient pas s’approcher d’elle ? Alors non seulement le Renaissance l’approcherait, mais en plus il la découvrirait avec délice.

    Une phrase vint alors dessiner un sourire sur les lèvres.

    « Lui non plus n'aurait pas dû... Alors non, tu ne me fais pas peur, pas plus que ta présence ou celle d'un autre, mais toi... »

    Elle se rapprocha à nouveau de lui jusqu'à ce que leurs lèvres s'effleurent et lâcha dans un seul souffle.

    « Toi... Tu me ressembles, tu es...différent. »

    Fier de ce rapprochement le séducteur pensait recevoir un baiser, espoir qui fut vite balayé par la morsure aussi violente qu’ardente que lui offrit la furie. Comment osait-elle frapper un hôte du Chaos de cette façon. Osez porter une telle atteinte aux lèvres d’un individu dit « habité d’un être divin ». Son acte réveilla Chaos. Malgré tout, au lieu de prendre entièrement le contrôle sur Noctis, il fit une chose qu’il ne produisait que très rarement. Il ne fit ressortir qu’une seule partie de son être en l’élu, juste de quoi le rendre plus intéressant face à cette prédatrice.

    Ignorant la douleur, le nouvel être ferma les yeux en laissant la demoiselle se délecter de son sang, avant de les ouvrir avec lenteur.
    « Je suis certaine que tu arriverais à trouver ta place n'importe où... Trouves juste un endroit où l'on peut voir le soleil se lever... J'ai toujours aimé voir l'aurore, lorsque le soleil rougeoyant semble émerger de la mer... Mais encore faudrait il que tu arrives à me retenir jusqu'ici... »

    Il fixa son regard sur la bouche de la femme aux lèvres feu avant de s’approcher d’elle. Il releva son regard charbonné sur le visage de la femme aux rubis et lui dit d’une voix glaciale :

    « J’espère que tu t’es régalée, car maintenant le vrai jeu commence. Tu ne pourras plus me repousser. Tu le sais je suppose. Jouons maintenant. »

    La fusion avec son deuxième être lui permit d’acquérir une confiance en lui beaucoup plus forte qu’au début de leur rencontre, une fois assez proche de la femme écarlate, il posa sa main droite sur la joue de cette dernière, pour essuyer du bout de son pousse une tâche de sang rester non loin de ses lèvres. Il ramena se doigt à ses lèvres avant de le lécher avec lenteur. Son regard se jeta encore sur les lèvres de la femme sanglante. Il était comme hypnotisé par elles. Noctis désirait vraiment goutter à ses lèvres et restait convaincu qu’il le ferait.

    Ses deux mains se posèrent avec délicatesse sur les hanches de la demoiselle tout en lui murmurant :

    « Frémiras-tu comme avant si je continue à te toucher de cette façon ? »

    Il laissa son visage se rapprocher de la belle, effleurant le bout de ses lèvres comme elle précédemment. Il fit mine d’essayer de la mordre, pour finalement ne pas la mordre.

    « Il y a un bateau pirate près du port, on pourrait le voler et y passer la nuit, tu serais libre de voir le soleil sur le pont. Et nous aurions tout le confort d’une chambre. »

    Ses yeux s’orientèrent instantanément vers ces mêmes lèvres qui l’attiraient, ses deux mains caressaient la courbe des hanches de la charmeuse avant de laisser son envie le dominer.

    « Mais avant ça, j’aimerais goûter rien qu’une fois à tes lèvres imbibées de mon sang. »

    Son envie prit ainsi le dessus, le conduisant à poser ses lèvres sur les siennes avec une délicatesse divine. Des lèvres d’un goût exquis, une douceur impressionnante. Un goût aussi bien sucré que sanglant. Il aurait put tenter de prolonger ce dernier de sa langue, mais n’osait guère du fait qu’il ne savait pas s’il recevrait encore une morsure. De plus, si elle désirait prolonger le jeu elle le ferait d’elle-même, à moins qu’une autre idée de sa part ne vienne pimenter cet instant.


Revenir en haut Aller en bas
Méliandre DeVitto
Pirate
avatar
Messages : 409
Race : Vampire
Équipage : Tengoku no seigi

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
70/350  (70/350)
Berrys: 1.349.500 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Mer 12 Juin 2013, 00:55

« La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. »
Noctis & Ruby

Je senti son regard posé sur mes lèvres alors que mes mains quittaient son visage et revenaient se poser le long de mon corps. Ses yeux finirent par retrouver les miens, une lueur toute autre venait d'apparaître faisant naître un nouveau sourire sur mon visage, cette fois j'en étais certaine, le jeu allait réellement commencer, les choses sérieuses s'étaient mises en route, cette nuit promettait d'être mémorable même si comme toutes les autres je finirais par les oublier...

« J’espère que tu t’es régalée, car maintenant le vrai jeu commence. Tu ne pourras plus me repousser. Tu le sais je suppose. Jouons maintenant. »

Je ne pourrais plus le repousser ? Mais pour qui se prenait il celui là ? Il pensait vraiment ce qu'il disait ? Si c'était le cas il était bien inconscient ou tout simplement fou... Dans la vie on avait toujours le choix, quoiqu'il arrive, toujours... Si je voulais le repousser je le ferais quoi qu'il nous en coûte à tout les deux, mais visiblement il n'en avait pas encore conscience...
Sa main se posa sur ma joue, mais cette fois je ne frémis pas me contentant de le fixer, attendant de voir de quelle manière les choses allaient se dérouler à présent, jusqu'où serait-il prêt à aller, était-il réellement prêt à ne pas s'arrêter de jouer, était-il prêt à aller jusqu'au bout cette nuit ?
Un nouveau petit rire m'échappa lorsque je me rendis compte que son regard ne pouvait s'empêcher de venir se poser sur mes lèvres. Finalement il n'était peut être pas si différent que ça des autres hommes... C'est fou la façon dont peu de choses peuvent les hypnotiser...
Une fois de plus je me retins d'avoir la moindre réaction lorsque ses mains vinrent s'emparer de mes hanches, pourtant intérieurement je ne désirais rien de plus que de me saisir de mon fouet et de lui trancher la tête, ça serait tellement simple, ça ne me prendrait pas plus que quelques secondes...

« Frémiras-tu comme avant si je continue à te toucher de cette façon ? »

« Sûrement pas... Cela te ferait trop plaisir... »

Son visage se rapprocha du mien jusqu'à effleurer mes lèvres mais ne tenta rien à ma plus grande déception, il avait seulement voulu me faire peur en imitant mon geste ? Nouveau rire. Peine perdue petit homme, je te l'ai dit il m'en faut plus, beaucoup plus, montres moi ce que tu vaux vraiment, montres moi ton côté sombre...

« Il y a un bateau pirate près du port, on pourrait le voler et y passer la nuit, tu serais libre de voir le soleil sur le pont. Et nous aurions tout le confort d’une chambre. Mais avant ça, j’aimerais goûter rien qu’une fois à tes lèvres imbibées de mon sang. »

Ses mains s'étaient mises à caresser mes hanches pendant qu'il laissait échapper son flot de paroles, il venait de confirmer ce que j'avais toujours su sur eux... Une jolie femme finissait toujours par leur faire perdre la tête, un pouvoir attractif vraiment impressionnant... Il était aisé de deviner la suite des événements, sans surprise ses lèvres vinrent se poser sur les miennes, cette sensation n'était pas aussi désagréable que j'aurais pu l'imaginer... Mes mains vinrent de nouveau se poser contre son torse, je ne le repousserais pas, mais je ne prolongerais pas plus l'étreinte. Certes je voulais m'amuser, mais pas avec n'importe qui, pas tant qu'il m'aurait prouver qu'il avait réellement cette petite chose en plus, je n'aurais pas le moindre geste tendre envers lui avant cela non, je n'étais pas de ces femmes qui s'allongent au premier mot de la part d'un homme, je n'étais pas un de ces animaux que l'on dresse si facilement...
La sensation aurait pu être décuplée, elle aurait pu être encore plus intense mais encore fait il trouver le moyen de susciter en moi cette envie irrépressible, de faire monter le désir de jouer, le désir de la faire souffrir, mais ça il ne pouvait pas le deviner... Il ne pouvait pas savoir pour elle.. Je mis fin à son baiser sans y avoir réellement répondu, j'avais laissé ses lèvres agir à sa guise... Je me dégageais doucement de son étreinte et vint lécher ses lèvres avant de tourner les talons et de lui lancer :

« Eh bien qu'est ce que tu attends ? Je croyais que nous devions aller chercher un bateau ? Il y a longtemps que je n'ai pas tenu la barre, cette sensation me manque... Et puis je voudrais voir jusqu'où s'étendent tes... sous entendus peu dissimulés... »

La perspective de la nuit s'annonçant m'avait redonné de l'énergie, une énergie insoupçonnée. Je pris la direction du port sans même regarder si le brun me suivait, je n'en avais pas besoin, cela pourrait paraître prétentieux aux yeux de certains mais je ne doutais pas un seul instant, il me suivrait. Après tout il l'avait dit lui même, le jeu avait commencé et selon lui je ne pouvais plus le repousser, alors pourquoi en serait il autrement ? De toute façon il était clair qu'il était bien trop fier pour me laisser m'évaporer dans la nature avant le lever du soleil...
Mes pas raisonnaient à nouveau sur les pavés, je resserrais quelque peu ma veste autour de mon corps, les nuits commençaient à être fraîches, j'avais pourtant l'habitude du froid, mais visiblement je perdais ces dernières aussi facilement que mes souvenirs, ou ses souvenirs à vrai dire je ne savais pas vraiment ce qu'il fallait dire pour que les choses soient exactes... Existais-je seulement réellement je n'en savais rien, strictement rien... Je laissais échapper un petit soupire alors que le port se dessiner devant mes yeux.
Il avait parlé d'un bateau pirate, il ne devrait pas être bien difficile à trouver, peu de pirates osaient s'aventurer ici, il fallait être bien idiots pour agir de la sorte ou bien fous, il était en effet bien rare qu'ils finissent par repartir, la plupart s'ils avaient la « chance » d'avoir une prime étaient remis au Gouvernement, les autres eux, venaient ajouter une pierre tombale de plus sur les côtes de l'île...
Je m'arrêtais sur le ponton et posais mes mains sur mes hanches scrutant les bateaux amarrés lorsqu'une idée traversa mon esprit, je m'embarquais dans un jeu dangereux sans même rien savoir de cet homme... Pirate ? Chasseur ? Mercenaire ? Que pouvait il bien être ? Peut être même s'agissait il d'un des membres de l'équipage de ce fameux navire... Mais chaque chose en son temps...

« Que comptes-tu faire des pirates de ce bateau ? Je doute qu'ils nous laissent prendre leur bâtiment aussi facilement... »


« L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle. »
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1628
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
45/75  (45/75)
Expériences:
465/500  (465/500)
Berrys: 6.089.533.528 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Ven 14 Juin 2013, 21:59






    Quel homme !




Jeu



«  Mais avant ça, j’aimerais goûter rien qu’une fois à tes lèvres imbibées de mon sang. »

Son envie prit ainsi le dessus, le conduisant à poser ses lèvres sur les siennes avec une délicatesse divine. Des lèvres d’un goût exquis, une douceur impressionnante. Un goût aussi bien sucré que sanglant. Il aurait put tenter de prolonger ce dernier de sa langue, mais n’osait guère du fait qu’il ne savait pas s’il recevrait encore une morsure. De plus, si elle désirait prolonger le jeu elle le ferait d’elle-même, à moins qu’une autre idée de sa part ne vienne pimenter cet instant.
 
Les mains de la rose blanche vinrent se poser contre le torse du séducteur. On pourrait certainement croire à une tentative de rapprochement. Néanmoins, rien ne confirmait cette pensée hâtive. Elle  mit alors fait au baiser sans y avoir vraiment participé, encore heureux, le chasseur n’opta pour un simple baiser et non quelque chose d’intense ou sensuel. Sinon, il se trouverait devant une grande humiliation.
 
Elle se dégagea avec lenteur de son étreinte avant de lui lécher les lèvres, pour finalement prendre la décision de se mettre en route.
 
Alors qu’elle lui demandait de la suivre, l’hôte ferma les yeux un court instant pour se retrouver dans son for intérieur. Il devait discuter avec son deuxième côté à propos de cette drôle d’aventure qui l’attendait.
 
«  Hmm. Chaos, je pense que je ne pourrai pas faire grand-chose. Mon côté paisible ne doit pas lui plaire. Par contre, avec toi, j’aurai un tout autre caractère. »
 
«  Dois-je comprendre que tu me demandes de prendre ta place ? »
 
«  Hmm. Disons plutôt que j’aimerai devenir toi pour ce soir. »
 
«  Quelle idée assez spéciale. Vouloir être Chaos, pour une fois que tu fais quelque chose de palpitant, nous ferons comme tu voudras. Alors, que ta volonté soit faite. »
 
Ouvrant ses paupières, le musicien adopta un sourire mesquin tout en passant sa langue autour de ses lèvres. La morsure qu’elle lui avait offerte ne devait pas être oubliée de cette façon. Les mains dans les poches, il suivit l’inconnue.
 
Cette dernière s’arrêta sur ponton en posant ses mains sur ses hanches, cela en scrutant chaque bateau amarrés dans le port.


« Que comptes-tu faire des pirates de ce bateau ? Je doute qu'ils nous laissent prendre leur bâtiment aussi facilement... »
 
 
Pourquoi disait-elle une ineptie pareille. Douter qu’on puisse prendre si facilement un navire de pirate à Whisky Peak. On pouvait voir à quel point elle ne connaissait pas les lieux. Un bateau pirate localisé dans le port de l’île à cette heure ne pouvait plus habiter qui que se soit. L’équipage devait certainement être décimé à l’heure qu’il ait, ou ivre mort dans une auberge du coin.  Posant ses mains sur les mains de la femme aux rubis, il aurait préféré toucher ses hanches, malheureusement les mains de la demoiselle étant placées sur celle-ci, le maudit devait se contenter de cela.  Approcha ses lèvres du creux de l’oreille de la demoiselle, il lui murmura avec un air amusé :
 
«  On voit que tu n’es pas du coin toi. Tu saurais qu’aucun bateau pirate n’est amarré en ce port à une telle heure. Son équipage n’existe plus ou n’en a plus pour longtemps à exister. Et d’ici demain, les charpentiers de l’île auront vite fait de briser ce navire pour en récupérer les planches et autres matières intéressantes. »
 
Se laissant aller à lui lécher le cou, le Musicos poursuivit sa phrase avec amusement.
 
«  Je me demande bien pourquoi tu as serré ta veste. Tu n’es peut-être pas aussi résistante que je le pensais, frileuse. Qu’elle dommage moi qui espérait avoir en face de moi une femme capable de me dominer. »
 
Il se résolu à lui embrasser au même endroit, pour finalement se diriger vers le fameux bateau. Une planche de bois assez longue servait de passerelle pour y accéder. Empruntant le chemin avec un sourire sournois, le chasseur fit une rapide observation des lieux avant de dire à celle qui l’accompagnait :
 
«  Pas âme qui vive. Et si nous cherchions une pièce tranquille dans cet endroit. Enfin, si tu n’es pas peureuse en plus d’être frileuse. »
 
Une porte semblait directement mener à la cabine du capitaine. Généralement chef les idiots qui viennent d’arriver sur Grande Line avec un bateau de ce genre, le capitaine loge souvent dans sa cabine.
 
Ouvrant la porte d’un vaillant coup de pied, les mains dans les poches, le tireur constata avec un air lassé qu’il y avait en effet un grand lit dans cette pièce, un coffre et une carte placardée à un mur.
 
«  Encore un vulgaire équipage comme il y en a tant. Pathétique ces petits pirates qui se croient puissants alors qu’ils ne sont rien. On ne débarque pas sur l’île de Renaissance en aillant une mentalité de ridicule petit pirate. Pff, le boss serait outré de voir ça. Enfin bon. » Se plaignit le chasseur.
 
Il se retourna vers la frileuse et lui dit avec un air amusé.
 
« Tu penses pouvoir me dominer ? Parce que je doute sincèrement de ton niveau à ce genre de jeu. Il se joue le plus souvent au plus entreprenant des deux. »
 
Le chasseur s’assit alors sur le lit en regardant l’état des lieux avant de regarder la  demoiselle avec un air de défi, bien qu’il sache qu’elle ne saurait répondre à un tel défi. Dominer un hôte demande bien plus d’initiatives que lui mordre les lèvres.


Revenir en haut Aller en bas
Méliandre DeVitto
Pirate
avatar
Messages : 409
Race : Vampire
Équipage : Tengoku no seigi

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
70/350  (70/350)
Berrys: 1.349.500 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Jeu 20 Juin 2013, 17:13

« La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. »
Noctis & Ruby

Les mains du brun vinrent se poser sur les miennes et je sentis son souffle chaud près de mon oreille me tirant un claquement de langue agacé n'avait il pas ailleurs où poser ses mains ? Je n'attendais pas un contact, non j'attendais bien plus impatiemment sa réponse pour tenter d'évaluer ce qu'il était, s'il était d'ici ou du moins s'il avait passé une partie de sa vie ici. Contrairement à ce que pouvait penser Méliandre je n'étais pas aussi inconsciente que ça, j'aimais tout de même en savoir un minimum sur les personnes avec qui je jouais...

«  On voit que tu n’es pas du coin toi. Tu saurais qu’aucun bateau pirate n’est amarré en ce port à une telle heure. Son équipage n’existe plus ou n’en a plus pour longtemps à exister. Et d’ici demain, les charpentiers de l’île auront vite fait de briser ce navire pour en récupérer les planches et autres matières intéressantes. »


Je laissais échapper un petit rire, non en effet nous n'étions pas d'ici, je ne savais pas non plus d'où nous étions réellement originaires, je savais seulement que nous avions grandi sur l'île du Royaume de Drum mais rien de plus, et puis de toute façon cela importait peu, il ne fallait pas vivre dans le passé, cela n'apportait rien, absolument rien, la seule chose qui comptait était l'instant présent et peut être également ceux à venir...
Visiblement il connaissait bien la « culture » de cette île, un natif de Whiskey Peak ? Peut être ou tout simplement un de ces nombreux chasseurs ou mercenaires à s'installer même pour un court instant sur cette île, il ne pouvait aucunement être un pirate, s'il l'avait été il n'aurait pas parlé de telles choses d'une façon aussi détachée non...
Sa langue vint passer lentement sur mon cou me faisant lever les yeux au ciel un court instant, ce n'était vraiment ce que j'aurais fait à sa place, dans ses paroles il n'y avait rien eut de sensuel, si bien que son acte ressemblait plus à une provocation qu'autre chose, cherchait il au final plus une confrontation que le jeu d'une nuit ?

«  Je me demande bien pourquoi tu as serré ta veste. Tu n’es peut-être pas aussi résistante que je le pensais, frileuse. Qu’elle dommage moi qui espérait avoir en face de moi une femme capable de me dominer. »


Ma main droite se retira vivement de la sienne et mes ongles vinrent s'enfoncer dans sa nuque alors qu'il déposait un baiser à l'endroit même qu'il venait de lécher quelques secondes auparavant. Un sifflement échappa d'entre mes lèvres avant que j'ajoute à son attention d'une voix glaciale :


« Si j'étais toi j'arrêterai de tirer des conclusions aussi hâtives... Non je ne suis pas d'ici en effet mais je peux déjà te prédire que ce navire ne terminera pas entre les mains des personnes peuplant cet endroit, à condition que l'on puisse les considérer comme des personnes... Pour moi ce ne sont que des lâches, soûler des pirates pour les capturer ou les tuer je trouve ça totalement pathétique... Ne pas être capable de capturer une personne... C'est... navrant. »


Méliandre devait être contente, je venais de trouver une façon de nous faire quitter cet endroit et continuer notre voyage sur Grand Line, de toute façon ce navire n'avait plus de propriétaire alors autant en profiter, et puis je préférais mille fois voir un bâtiment sur l'eau que réduit en vulgaires morceaux... Mon compagnon d'un soir s'était détaché de moi et avait pris la direction d'une porte se trouvant sur le pont, d'un pas léger je le rejoignais sur le pont à mon tour.
Son air un peu trop fier toujours figé sur son visage s'accompagna d'un air blasé, d'un coup de pied il ouvrit la porte me tirant un nouveau soupire, aucun respect, aucun doute mercenaire ou chasseur... Je n'étais pas un exemple de respect, mais je savais que des gens avaient dû suer sang et eau pour donner naissance à ce bâtiment, si je ne respecte pas les hommes, je respecte leur travail c'est tout de même la moindre des choses même si je ne me trouvais pas sur un bateau absolument magnifique, il était capable de naviguer c'était tout ce dont un équipage avait besoin après tout.


La pièce dans laquelle nous venions de rentrer n'avait rien d'extraordinaire, elle ne contenait rien d'autre qu'un lit, un coffre probablement déjà vidé et au mur... Une carte ! Je ne jetais pas le moindre regard à l'homme et m'approchais du mur, mes doigts se mirent à parcourir la carte dessinée probablement par l'un des membres de cet infortuné équipage, peut être même par le capitaine. Elle était d'une qualité incroyable, j'avais du mal à comprendre comment ils avaient pu finir par tomber ici entre les mains de ces bourreaux alors qu'ils semblaient tous se préparer à un bel avenir, leur navigateur devait en connaître un rayon sur les mers de ce monde j'en étais presque jalouse... Mais avant que je ne puisse m'avancer un peu plus loin dans mes réflexions, la voix grave du brun me ramena sur terre :

«  Encore un vulgaire équipage comme il y en a tant. Pathétiques ces petits pirates qui se croient puissants alors qu’ils ne sont rien. On ne débarque pas sur l’île de Renaissance en aillant une mentalité de ridicule petit pirate. Pff, le boss serait outré de voir ça. Enfin bon. Tu penses pouvoir me dominer ? Parce que je doute sincèrement de ton niveau à ce genre de jeu. Il se joue le plus souvent au plus entreprenant des deux.  »


Mon sang ne fit qu'un tour dans mes veines, je sentis des picotements se propager jusqu'au bout de mes ongles. Pour qui se prenait il pour parler ainsi de personnes qu'il ne connaissait ni d’Ève ni d'Adam ? Il était encore pire que ce que j'avais pu imaginer jusque là... Je me retournais vers lui et lui adressais un regard noir alors qu'il venait de prendre place sur le lit de la cabine comme si de rien n'était, comme s'il ne venait pas de déverser des paroles qui mériteraient une correction lui faisant ravaler son orgueil et sa bien trop haute estime de lui. Je tentais de relâcher la tension dans mes muscles avant de quitter la carte et me dirigeais vers lui, une fois à sa hauteur j'appuyais ma botte contre son torse pour l'envoyer se retrouver contre le mur de la cabine, sans attendre qu'il ne fasse le moindre mouvement je me retrouvais assise sur ses jambes, une main sur son cou et l'autre agrippée dans ses cheveux d'ébènes.
Ce fut au tour de mes lèvres de venir se nicher au creux de son oreille et de lui murmurer :


« Je crois t'avoir déjà demandé de ne pas tirer de conclusions si rapidement... Tu n'arrêtes pas de parler de te dominer, que se passe-t-il ? Un fantasme non réalisé ? Un besoin de se retrouver en situation d'infériorité ? Un problème mental ou encore est-ce un besoin que ne peut pas te donner la femme dont le parfum immonde embaume ta peau ? Qui a-t-il n'était elle pas suffisante ? Où est elle au moment même ou nous nous trouvons ici ? Peut être t'attend elle ou alors est elle tout aussi ivre que les pirates que tu traites de pathétiques alors que tu n'es même pas foutu d'apprécier la main de maître qui a dessiné cette carte... Tu as une bien trop haute estime de toi même, si bien que tu finis par sous estimer tout ce qui t'entoure, un jour tu verras ça se retournera contre toi... Bien plus vite que tu ne peux l'imaginer crois moi... Ce genre de choses te tombent dessus sans crier gare et... Tu finis par tout perdre. »


Je me reculais légèrement laissant échapper un petit rire, mon regard se plongea dans le sien alors que je lâchais son cou avant de lui relever la tête et de laisser mon index glisser le long de sa gorge me stoppant un court instant au niveau de sa carotide. L'idée de la trancher d'un coup sec et net traversa mon esprit me tirant un petit sourire en coin, mon doigt ganté vint terminer sa course au niveau de son blouson. D'une main experte j'arrachais son blouson en guise de réponse à son regard tout à fait odieux et l'envoyais valser à travers la petite cabine.


« L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle. »
Code by AMIANTE



Dernière édition par Méliandre DeVitto le Lun 24 Juin 2013, 23:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1628
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
45/75  (45/75)
Expériences:
465/500  (465/500)
Berrys: 6.089.533.528 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Lun 24 Juin 2013, 01:29





Quel homme !




Jeu

Il se résolu à l’embrasser au même endroit, néanmoins, la demoiselle le rappela à l’ordre en plantant ses ongles dans le cou du chasseur.
 
« Si j'étais toi j'arrêterai de tirer des conclusions aussi hâtives... Non je ne suis pas d'ici en effet mais je peux déjà te prédire que ce navire ne terminera pas entre les mains des personnes peuplant cet endroit, à condition que l'on puisse les considérer comme des personnes... Pour moi ce ne sont que des lâches, soûler des pirates pour les capturer ou les tuer je trouve ça totalement pathétique... Ne pas être capable de capturer une personne... C'est... navrant. »
 
Levant vivement ses yeux au ciel d’un air exténué, il soupira avant de répondre à l’inconnue.
 
«  Qu’est-ce que tu me chantes là. On voit bien que le monde de l’argent t’est inconnu. Pour comprendre notre mode de fonctionnement il faudrait déjà en être une chasseuse ou quelque chose dans se genre tu ne crois pas ? Tout est bon pour se faire un peu de fric, retiens ça. D’ailleurs depuis que l’organisation dirige cette île, les captures se font plus fréquentes très chère. »
 
 Finalement, ils se dirigèrent vers le fameux bateau.  
 
Ouvrant la porte d’un vaillant coup de pied, les mains dans les poches, le tireur constata avec un air lassé qu’il y avait en effet un grand lit dans cette pièce, un coffre et une carte placardée à un mur. Il se retourna ensuite vers la frileuse et lui dit avec un air amusé.
 
« Tu penses pouvoir me dominer ? Parce que je doute sincèrement de ton niveau à ce genre de jeu. Il se joue le plus souvent au plus entreprenant des deux. » 
 
Le chasseur s’assit alors sur le lit en regardant l’état des lieux avant de regarder la  demoiselle avec un air de défi, bien qu’il sache qu’elle ne saurait répondre à un tel défi. Dominer un hôte demande bien plus d’initiatives que lui mordre les lèvres. Le terme de domination ne devait non plus être prit au sens propre du terme. Il y avait une toute autre mentalité derrière ce terme. Chaos se trouvait présentement en possession du corps de l’hôte, autant dire que ce jeu risquait de prendre des dimensions bien pires que le voulait Noctis. Ce genre de jeu s’apparente plutôt à un défi, aussi, pour Chaos ceci représente donc la domination de l’un sur l’autre, chose que ne dut pas comprendre la femme aux cheveux argentés.
 
Elle se permit de poser sa botte contre le torse de la divinité vivante pour le coller contre le mur prêt du quel était placer le lit. Quel affront comment ose-t-elle seulement commettre un tel acte, les jeux ont des limites à ne pas franchir. S’il n’y avait rien eu à gagner à la suite de cette aventure, jamais le représentant du chaos ne se serait laissé aller à subir un tel acte.
 
Alors qu’il comptait lui faire ravaler son impudence, la demoiselle au tempérament de feu vint s’asseoir sur le musicien une main poser sur son coup, l’autre à ses cheveux aux couleurs du charbon. Elle vint alors parler au creux de l’oreille de l’être, l’irritant encore plus.
 
« Je crois t'avoir déjà demandé de ne pas tirer de conclusions si rapidement... Tu n'arrêtes pas de parler de te dominer, que se passe-t-il ? Un fantasme non réalisé ? Un besoin de se retrouver en situation d'infériorité ? Un problème mental ou encore est-ce un besoin que ne peut pas te donner la femme dont le parfum immonde embaume ta peau ? Qui a-t-il n'était elle pas suffisante ? Où est-elle au moment même ou nous nous trouvons ici ? Peut être t'attend elle ou alors est elle tout aussi ivre que les pirates que tu traites de pathétiques alors que tu n'es même pas foutu d'apprécier la main de maître qui a dessiné cette carte... Tu as une bien trop haute estime de toi même, si bien que tu finis par sous estimer tout ce qui t'entoure, un jour tu verras ça se retournera contre toi... Bien plus vite que tu ne peux l'imaginer crois moi... Ce genre de choses te tombent dessus sans crier gare et... Tu finis par tout perdre. »
 
 Comment osait-elle critiquer un être de son ressort, tout en critiquant une de ses élus, décidément, elle ne tenait pas à la vie cette femme. Une chose restait sûre, l’odorat de cette demoiselle méritait le respect du chasseur. Reconnaître un parfum de femme, pas mal, tout en tirant pour conclusion qu’un homme ne porte pas ce genre d’odeur à moins d’être souvent avec des femmes, ou encore d’être de l’île des travelos.
 
 Laissant échapper un petit rire, elle plongea son regard dans celui de l’hôte tout en lâchant son cou, puis elle releva sa tête pour laisser son index glisser le long de sa gorge. Pathétique, qu’espérait-elle ? En un claquement de doigt le dieu pourrait lui faire perdre tous ses membres. D’une simple attaque, d’un simple son, tout serait fini. Son doigt ganté vint terminer sa course au niveau de son blouson. Pour finalement l’arracher et le faire valser à travers la petite cabine.
 
D’un geste brusque le Musicos lui asséna un bon coup de tête sur le front avant de garder son front contre le sien. En retirant son blouson, la femme aux yeux de sang laissa le torse du jeune homme à nu. Dévoilant donc le tatouage qu’il avait dans le dos. Un grand dragon proche de la gargouille, symbole même de son statut d’hôte du Chaos. Un trait à ne dévoiler qu’en cas d’extrême nécessiter, personne n’avait jamais vu se tatouage appart Sanae et voilà que cette inconnue se permet de mettre à nu cette insigne. Le chasseur entoura le coup de la femme fatale de la main droit avant de rapprocher son regard du sien, laissant leurs fronts se toucher.
 
«  Pour qui te prends-tu ? Je ne suis pas le petit homme que tu as rencontré près de l’auberge. Il n’existe plus depuis que tu as atteint le pont. Alors comment oses-tu poser tes bottes sur mon torse de cette façon, pour ensuite dévoiler mon dos de cette façon. Méfies-toi, autant que tu peux te montrer violente, autant je peux faire exploser l’entièreté de ton corps avec ce bateau auquel tu t’attaches. Décidément, tu ressembles bien à ces pirates. Respecter le travaille d’un équipage assez idiot pour être aller sur une île commandée par Renaissance, tu me fais bien rire. »
 
Il posa alors son l’index de sa main droite sur gorge de la demoiselle pour le laisser descendre brusquement sur l’axe de la chemise de la belle, celui où se trouvait chacun des boutons la nouant. Les boutons qui se laissaient faire par cette descente se détachaient aisément, alors que les plus tenaces volaient, quittant le tissu pour rejoindre les draps du lit.
 
 De cette façon, il mit à nu l’abdomen de l’inconnue tout en dévoilant  en partie ses attributs cachés par des sous-vêtements.  Néanmoins, la divinité ne comptait pas s’arrêter à un acte aussi puéril. Il posa alors sa main sur l’abdomen de la maîtresse des yeux de rubis, pour la coucher lentement sur le lit à baldaquin de manufacture. Se trouvant désormais au dessus d’elle qui était couchée, il plongea le même regard froid et glacial sur elle en lui disant avec une voix à l’image de son regard.
 
«  Commençons par le commencement. Je suis Chaos incarnation du chaos habitant cette hôte. Quand tu étais près de l’auberge, c’est lui qui se tenait devant. Et toi, qui es-tu ? Une pirate je suppose ? Ou une juste une femme assez douée pour dévêtir un homme avec aisance ? Je descelle en toi ce côté chaotique, cette petite flamme qui te rends spéciales. Enfin, peut-être que je me trompe et que tu n’es pas celle que je pense. »
 
Il laissa alors échapper un petit rire, tout en observant les yeux rouges sang de la demoiselle.
 
«  Tes yeux me rappelles la douce lueur du chaos. »


Dernière édition par Noctis Archer le Dim 30 Juin 2013, 04:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Méliandre DeVitto
Pirate
avatar
Messages : 409
Race : Vampire
Équipage : Tengoku no seigi

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
70/350  (70/350)
Berrys: 1.349.500 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Mar 25 Juin 2013, 00:53

« La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. »
Noctis & Ruby

J'avais pu lire dans son regard que mes gestes ne lui avaient pas plu, mais après tout il l'avait cherché, c'est lui qui avait amorcé la provocation, lui qui avait dit que je n'étais nullement capable de relever son défi, que je n'étais pas capable de le « dominer », c'était également lui qui avait décidé de me suivre dans le jeu mais voilà que cela ne lui plaisait plus ? Mon dieu que les hommes sont compliqués... Alors que mes yeux se posèrent sur son torse désormais dévoilé et que mon index allait continuer sa course le long de ses muscles saillants le front du brun vint heurter violemment le mien me tirant un cri de douleur incontrôlé.
Je me reculais légèrement prête à porter une main à mon front dont j'avais déjà l'impression de sentir une bosse gonfler mais une fois de plus il me devança et posa à son tour sa main sur ma gorge, me tirant un grognement. Son regard vint se plonger dans le mien et son front se colla au mien appuyant directement sur l'endroit douloureux.  

«  Pour qui te prends-tu ? Je ne suis pas le petit homme que tu as rencontré près de l’auberge. Il n’existe plus depuis que tu as atteint le pont. Alors comment oses-tu poser tes bottes sur mon torse de cette façon, pour ensuite dévoiler mon dos de cette façon. Méfies-toi, autant que tu peux te montrer violente, autant je peux faire exploser l’entièreté de ton corps avec ce bateau auquel tu t’attaches. Décidément, tu ressembles bien à ces pirates. Respecter le travail d’un équipage assez idiot pour être aller sur une île commandée par Renaissance, tu me fais bien rire. »

Mon premier réflexe, peut être pas des plus intelligents certes fut de lui cracher au visage. Pour qui se prenait il lui ? Il me défiait et après se permettait de refuser de jouer ? Cet homme bien qu'il me ressemble énormément avait bel et bien besoin qu'on le remette à sa place... Croyait-il vraiment m'impressionner avec ses menaces ? Pas le moins du monde, si je devais crever cette nuit, je crèverais mais il était absolument hors de question que je le laisse s'en tirer aussi facilement... Il aurait sa leçon quoi qu'il m'en coûte.
Alors que son doigt glissait le long de mon cou avant de venir défaire ou arracher un à un les boutons de ma chemise, tellement peu inventif, il ne faisait que répéter chacun de mes gestes avec seulement un peu plus de douceur que j'avais pu le faire.

« Pour qui je me prends ? Pour moi-même pour une personne sachant ce qu'elle veut et où elle va n'en déplaise à certains... Je n'ai que faire de qui tu es, tu n'es rien d'autre qu'un amusement pour moi rien de plus, bientôt tu feras parti de ces souvenirs que je finirais par oublier, tu ne seras plus rien, quelque soit ton titre, quelque soit ton avenir, pour moi tu n'es rien... Tes menaces n'auront pas l'effet escompté... Ne gaspilles pas ta salive pour si peu. Je leur ressemble peut être mais pourtant je ne fais pas partie de leur « groupe », loin de moi cette idée je préfère encore mille fois le milieu des hors-la-loi je suis la seule maîtresse de mon destin ainsi... Bien qu'il me faille partager ce corps. Sache également que le travail ne se juge pas sur l'intelligence mais sur la qualité. Tu me vois toute à fait ravie de te faire rire toi et ta « Renaissance », probablement un groupe tout aussi arrogant et idiot que tu sembles l'être, croire que la force et l'intimidation résolvent tout... Pathétique. »

Sa main se plaqua contre ma poitrine pour me coucher, je résistais quelques secondes avant de finir par me laisser faire, autant ne pas jouer trop avec le feu pour le moment vu les mots qui venaient de s'échapper d'entre mes lèvres quelques instants auparavant. Son regard n'avait pas changé, toujours aussi froid, le mien resta de marbre mais un sourire tout à fait irritant naquit sur mon visage. Non je ne compte pas te laisser faire de moi ce que bon te semblera, non malgré ce que tu pourrais imaginer je ne me plierais pas aux moindres de tes demandes, le jeu n'est pas terminé, et non je ne compte pas te laisser gagner aussi facilement. Voilà en partie ce que ce détestable sourire pourrait vouloir lui dire.

«  Commençons par le commencement. Je suis Chaos incarnation du chaos habitant cet hôte. Quand tu étais près de l’auberge, c’est lui qui se tenait devant. Et toi, qui es-tu ? Une pirate je suppose ? Ou une juste une femme assez douée pour dévêtir un homme avec aisance ? Je descelle en toi ce côté chaotique, cette petite flamme qui te rends spéciale. Enfin, peut-être que je me trompe et que tu n’es pas celle que je pense. Tes yeux me rappellent la douce lueur du Chaos »

Je laissais échapper un petit rire en entendant ses paroles et vint lentement replacer une mèche barrant mon visage, ma langue passa lentement sur mes lèvres avant que je n'ouvre de nouveau la bouche pour lui répondre.

« Tiens tu sembles enfin retrouver un peu de civilité, qui l'aurait cru ? Chaos ? En voilà un nom bien prétentieux... Une pirate, non tu te trompes sur toute la ligne ou presque... Je suis le Croquemitaine du Royaume de Drum, une femme douée, que de compliment.... On me nomme Ruby mais on la nomme ELLE Méliandre, mais elle est tellement ennuyeuse, elle s'entendrait à ravir avec ton « hôte » je suppose... Suis-je celle que tu penses je ne pourrais pas te répondre, et d'ailleurs je ne pense même pas que je pourrais en avoir envie, tu n'as rien à m'apporter, pas de travail à me donner, tu ne remplieras pas ma bourse et même si tu m'offrais quoique ce soit qui pourrait être intéressant je le refuserais... Je n'accepte rien venant d'une ordure et tu me sembles en être une belle, peut être même pire que je ne le suis moi-même... De plus tu es un mauvais joueur. »

Je relevais un de mes genoux et vint l'appuyer légèrement contre l'entre jambe de l'individu se trouvant au dessus de moi, juste de quoi détourner son attention quelques secondes avant de poser mes deux mains sur ses épaules et de le forcer à se retrouver à son tour sur le dos. Échangeant ainsi nos places. Je me débarrassais de ma chemise devenue à présent gênante, mon genou toujours appuyé sur lui, mes mains revinrent se plaquer sur ses épaules avant que je ne laisse glisser sur lui ma poitrine collée à son propre torse. Mes longs cheveux nacrés vinrent caresser son cou alors qu'une fois de plus mes lèvres s'approchèrent de son oreille et vinrent la lécher avant de murmurer d'une fois douce :

« Sais-tu ce que mon « père adoptif » disait à Méliandre à propos de moi ? Non... Bien sûr que non... Il lui a répété ceci avant de mourir « Il y a un monstre en toi. Pour lui survivre tu n'as pas milles possibilités. Tu peux tenter de te cacher. Tu peux tenter de le combattre. Mais tu peux aussi faire un autre choix. Tu peux choisir de devenir ce monstre. »... Il ne savait pas à quel point il avait raison en parlant de moi ainsi... Elle a bien essayé toutes les possibilités s'offrant à elle, mais c'était peine perdue. Tu vois au fond nous ne sommes peut être pas si différents que ça au final. Peut être se trouve-t-elle ici cette ressemblance entre mes yeux et la douce lueur du chaos comme tu la nommes... »

Un nouveau rire s'échappa d'entre mes lèvres alors que je me redressais légèrement et me mis à jouer avec une mèche de cheveux brune quelques instants avant de pousser un léger soupir et murmurant que je m'ennuyais à nouveau et que tout cela commençait à me fatiguer. Finalement la nuit ne serait peut être pas aussi affriolante que j'aurais pu l'imaginer peut être aurais-je dû laisser Méliandre se débrouiller et nous trouver un endroit où dormir en espérant pouvoir reprendre la route dans les jours à suivre...


« L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle. »
Code by AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1628
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
45/75  (45/75)
Expériences:
465/500  (465/500)
Berrys: 6.089.533.528 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Dim 30 Juin 2013, 04:10





Quel homme !




Jeu


Le chasseur entoura le coup de la femme fatale de la main droit avant de rapprocher son regard du sien, laissant leurs fronts se toucher.

«  Pour qui te prends-tu ? Je ne suis pas le petit homme que tu as rencontré près de l’auberge. Il n’existe plus depuis que tu as atteint le pont. Alors comment oses-tu poser tes bottes sur mon torse de cette façon, pour ensuite dévoiler mon dos de cette façon. Méfies-toi, autant que tu peux te montrer violente, autant je peux faire exploser l’entièreté de ton corps avec ce bateau auquel tu t’attaches…»

A ces mots, la demoiselle lui cracha à la figure faisant ainsi monter la  colère de l’hôte. Il  essuya le projectile avec sa main gauche, le poing serré. Il pointa du doigt la demoiselle avant de lui dire de ça voix glaciale :

«  Tu ferais mieux de réfléchir à tes actes ! Tu pourrais en subir les conséquences. Tous les hommes ne sont pas aussi cléments que moi ! »
Il posa alors son l’index de sa main droite sur gorge de la demoiselle pour le laisser descendre brusquement sur l’axe de la chemise de la belle, celui où se trouvait chacun des boutons la nouant. Les boutons qui se laissaient faire par cette descente se détachaient aisément, alors que les plus tenaces volaient, quittant le tissu pour rejoindre les draps du lit.

« Pour qui je me prends ? Pour moi-même pour une personne sachant ce qu'elle veut et où elle va n'en déplaise à certains... Je n'ai que faire de qui tu es, tu n'es rien d'autre qu'un amusement pour moi rien de plus, bientôt tu feras parti de ces souvenirs que je finirais par oublier, tu ne seras plus rien, quelque soit ton titre, quelque soit ton avenir, pour moi tu n'es rien... Tes menaces n'auront pas l'effet escompté... Ne gaspilles pas ta salive pour si peu. Je leur ressemble peut être mais pourtant je ne fais pas partie de leur « groupe », loin de moi cette idée je préfère encore mille fois le milieu des hors-la-loi je suis la seule maîtresse de mon destin ainsi... Bien qu'il me faille partager ce corps. Sache également que le travail ne se juge pas sur l'intelligence mais sur la qualité. Tu me vois toute à fait ravie de te faire rire toi et ta « Renaissance », probablement un groupe tout aussi arrogant et idiot que tu sembles l'être, croire que la force et l'intimidation résolvent tout... Pathétique. »

Laissant son index se poser sur les lèvres de la belle, il lui murmura doucement :

«  Chut… Je ne te demande pas de te souvenir de moi, ne suis-je pas un amusement pour toi ? Alors pourquoi m’assurer que tu m’oublieras ? Je n’ai que faire de ta mémoire, je ne cherche qu’à m’amuser, n’est-ce pas ton but à toi aussi ? Mais tu sais, l’intimidation ne résout pas tout, mais sert à bien des choses. »
Il posa alors sa main sur l’abdomen de la maîtresse des yeux de rubis, pour la coucher lentement sur le lit à baldaquin de manufacture. Se trouvant désormais au dessus d’elle qui était couchée, bien qu’il eut une certaine difficulté à le faire, il plongea par la suite le même regard froid et il laissa alors échapper un petit rire, tout en observant les yeux rouges sang de la demoiselle.

«  Tes yeux me rappelles la douce lueur du chaos. »

Un beau sourire apparut sur le délicieux visage de la demoiselle aux cheveux pâles, un sourire marquant un bel esprit de compétition. Ce sourire fut alors poursuivit par un petit rire, qui devint plus gracieux en voyant la pseudo pirate replacer une mèche barrant son visage. Elle passa avec lenteur sa langue sur l’ensemble de ses lèvres avant de répondre aux paroles du chasseur.

« Tiens tu sembles enfin retrouver un peu de civilité, qui l'aurait cru ? Chaos ? En voilà un nom bien prétentieux... Une pirate, non tu te trompes sur toute la ligne ou presque... Je suis le Croquemitaine du Royaume de Drum, une femme douée, que de compliment.... On me nomme Ruby mais on la nomme ELLE Méliandre, mais elle est tellement ennuyeuse, elle s'entendrait à ravir avec ton « hôte » je suppose... Suis-je celle que tu penses je ne pourrais pas te répondre, et d'ailleurs je ne pense même pas que je pourrais en avoir envie, tu n'as rien à m'apporter, pas de travail à me donner, tu ne remplieras pas ma bourse et même si tu m'offrais quoique ce soit qui pourrait être intéressant je le refuserais... Je n'accepte rien venant d'une ordure et tu me sembles en être une belle, peut être même pire que je ne le suis moi-même... De plus tu es un mauvais joueur. »

Esquissant un léger sourire, le tireur fut légèrement amusé par les paroles de la demoiselle.

« Mon hôte se nomme Noctis pour ma part. Un non que j’ai bien évidemment insufflé à ses mortels parents. De l’île ou vient ce jeune homme, je suis acclamé et loué, mais avec toi c’est différent. Tu me résistes et te montre forte, j’aime cette façon d’agir, tu es vraiment intéressante. Sinon, si toi et moi devions être des ordures, que devraient être ces  humains calmes et vides à l’intérieur qui mènent une vie d’automate ?  J’aime autant être différent d’eux pas toi ? »

Le nuage blanc qui accompagnait l’être du chaos, en cette nuit, leva un genou pour l’appuyer avec légèreté contre l’entrejambe. Le regard de l’homme ne dévia pas pour autant des yeux incandescents de la demoiselle.  Elle posa alors ses mains sur les épaules de l’élu de façon à inverser leur position. Quelle dominatrice cette femme. Néanmoins, une chose ravit les yeux de l’être divin. La dénommée Ruby venait de retire sa chemise pour le plus grand plaisir du dieu vivant. Un spectacle qui offrit une belle vision du corps de la demoiselle au jeune homme. Ses yeux d’ébène observèrent lentement la poitrine de la dompteuse d’hommes, sans  pour autant montrer une quelconque envie envers eux. Son regard restait froid, gardant ainsi de sa pureté. L’éclat des ténèbres, la seule couleur qui pouvait tapir la vie de l’hôte.

Des mains aux doigts de fée revinrent se plaquer sur les épaules de la divinité  avant que la femme feu ne laisse sa poitrine caresser le torse du Musicos. Le jeu de la séduction commençait-il ? Cette Ruby, elle méritait toute la tension de l’être chaotique. De beaux cheveux laiteux caressèrent le cou de l’hôte alors que les lèvres de la belle s’approchaient de l’oreille de l’élu pour la lécher, tirant ainsi une brève inspiration du corps de l’hôte.

« Sais-tu ce que mon « père adoptif » disait à Méliandre à propos de moi ? Non... Bien sûr que non... Il lui a répété ceci avant de mourir « Il y a un monstre en toi. Pour lui survivre tu n'as pas milles possibilités. Tu peux tenter de te cacher. Tu peux tenter de le combattre. Mais tu peux aussi faire un autre choix. Tu peux choisir de devenir ce monstre. »... Il ne savait pas à quel point il avait raison en parlant de moi ainsi... Elle a bien essayé toutes les possibilités s'offrant à elle, mais c'était peine perdue. Tu vois au fond nous ne sommes peut être pas si différents que ça au final. Peut être se trouve-t-elle ici cette ressemblance entre mes yeux et la douce lueur du chaos comme tu la nommes... »

Elle se redressa  légèrement et se mis à jouer avec une mèche de cheveux brune quelques instants avant de pousser un léger soupire et murmurant qu’elle s'ennuyait à nouveau et que tout cela commençait à le fatiguer. Laissant échapper un court rire, l’homme prit enfin la parole.

« Devenir son être intérieur, voilà une chose qu’il faudrait apprendre à mon hôte, cette idiot ne cesse de vouloir me dompter. Une véritable ineptie. «

Il posa par la suite sa main droite sur le genou de la demoiselle en lui murmurant avec un air amusé :

«  Pour cherches-tu à menacer une chose aussi précieuse pour l’homme, une chose qui pourrait procurer bien des choses à des femmes le méritant. Pas celles qui se laissent dominer sans réfléchir, plutôt celle comme toi qui ont un caractère de feu, une attitude de dominatrice, une femme qui en vaut la peine. Mais je suppose que tu n’es pas prête pour ce genre de choses qui appartiennent à des jeux beaucoup plus intéressants.»

Souriant Archer laissa sa main gauche caresser du bout de l’index le cou de la belle, partant du coup pour s’arrêter au menton.

«  Puisque tu t’ennuies jouons. »

Il plaça alors sa main sur la nuque de la belle, pour la faire descendre légèrement sa tête, quant à lui, il mena ses lèvres aux siennes pour cette fois-ci chercher un vrai baiser, si toute fois le jeu commençait réellement. Il n’osa pas chercher la langue de la demoiselle, mais eut une réflexion assez logique. Si elle le considérait comme un jouons et s’ennuyait, elle se prendrait logiquement à l’acte, sinon ceci ne correspondrait pas à ses paroles. Alors, il glissa sa langue dans la bouche de la belle pour jouer avec la sienne. Il profita du jeu un court instant avant de délier leurs lèvres.

«  J’oubliais ta punition pour m’avoir craché dessus.

Il frappa alors sa main sur son torse avant qu’une explosion ne retentisse. La chaine soutenant l’ancre venait de céder et déjà le bateau se mit à bouger. Dans quelques instants ils seront entrain de s’éloigner du rivage, sans aucun moyen de s’arrêter.

«  Nous voguerons librement désormais, j’espère que tu sais naviguer. Toi qui voulait voir le soleil, je t’offre une vue intéressante du soleil, enfin pas de tout de suite certes, mais tu l’auras. Passons. »

Le bateau commençait à bouger alors que la nuit elle-même devenait intéressante. Portant sa main gauche dans le dos de la femme au tempérament de feu, Noctis caressa lentement la courbe du dos de la belle pour s’arrêter sur la fermeture de son sous-vêtement, d’une main experte, il détacha le tissu avant de le voir tomber sur son torse. Si la demoiselle ne c’était pas redressée, sa poitrine aurait été contre le torse du chasseur, lui permettant ainsi de ne pas voir sa poitrine ainsi mise à nue. Cette petite faille permit au jeune homme de se retrouve à égalité avec la belle. De la main droite il saisit le sous-vêtement pour l’envoyer au pied du lit.

«  N’es-tu pas mieux ainsi pour notre jeu ? Avoues quand même qu’il est mieux d’être peau contre peau que de confronter deux tissus, non ? Mais dis-moi, appart mordre un homme, sais-tu l’embrasser ? Parce que pour l’instant tu ne m’as pas montré grand-chose. »

Poussant légèrement le genou de la demoiselle, Archer plaça de nouveau sa main gauche dans son dos, pour de nouveau inverser leurs positions. Il prit soin de placer son torse contre la poitrine de la demoiselle,  pour finalement faire glisser son torse le long de sa poitrine jusqu’à ce que la tête du tireur ne se retrouve entre les jambes de la belle. Il s’assit alors pour ôter ses bottes, puis revint à genoux au niveau des pieds de la femme fatale, pour elle aussi lui retirer ses bottes.

«  C’est beaucoup mieux comme ça. Nous pouvons enfin jouer. »

Il se plaça de nouveau au dessus de l’hors-la-loi pour la regard avec ennui.

«  En fait, je ne veux pas être l’objet d’un amusement à un sens, j’aime autant que ce jeu aille dans les deux sens, vu que tu ne sais te montrer entreprenante, j’ai l’impression que tu es une piètre joueuse et j’aime autant jouer avec une femme qui me montre de quoi elle est réellement capable. »

Il se coucha alors à côté d’elle pour caresser la chevelure nacrée de Ruby, puis il soupira, elle prétendait s’ennuyer, mais ne faisait rien pour y remédier ? Elle prétend vouloir jouer mais ne fait rien ? Ou elle ne savait pas jouer, ou elle n’était tout simplement pas douée. Aucun sentiment d’envie ne montait en la divinité qui commençait à douter de l’expérience de la pseudo joueuse.

Technique:
 


Dernière édition par Noctis Archer le Mar 20 Aoû 2013, 23:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Méliandre DeVitto
Pirate
avatar
Messages : 409
Race : Vampire
Équipage : Tengoku no seigi

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
70/350  (70/350)
Berrys: 1.349.500 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Jeu 15 Aoû 2013, 16:47

« La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. »
Noctis & Ruby

« Devenir son être intérieur, voilà une chose qu’il faudrait apprendre à mon hôte, cet idiot ne cesse de vouloir me dompter. Une véritable ineptie. »

Je ne relevais pas ce qu’il venait de dire, au fond qu’est ce que cela pouvait bien me faire qu’il ne soit pas capable de faire taire son hôte ? Et puis pourquoi me disait il cela d’ailleurs ? Il ne faisait que me montrer une nouvelle fois à quel point les hommes pouvaient nous être inférieurs à nous la gente féminine… Je laissais échapper un énième soupir et relâchais la mèche de ses cheveux que je triturais entre mes doigts alors que sa main vint se poser sur mon genou droit.

«  Pourquoi cherches-tu à menacer une chose aussi précieuse pour l’homme, une chose qui pourrait procurer bien des choses à des femmes le méritant. Pas celles qui se laissent dominer sans réfléchir, plutôt celle comme toi qui ont un caractère de feu, une attitude de dominatrice, une femme qui en vaut la peine. Mais je suppose que tu n’es pas prête pour ce genre de choses qui appartiennent à des jeux beaucoup plus intéressants.»

Je laissais échapper un petit rire intérieur en l’entendant parler, sa seconde main glissait le long de mon cou, remontant vers mon menton, que croyait-il faire en ne faisant que cela ? J’avais une envie folle de lui donner un coup sur la main mais finis par me contenir, attendant de voir ce qu’il allait bien pouvoir inventer par la suite.

« Menacer ? Qui parle de menacer ? Et puis « aussi précieuse », je ne suis pas certaine que ce soit les mots que j’aurais choisi pour qualifier ton entrejambe… Sans compter que je te trouve bien vantard sur tes propres capacités à satisfaire une femme… Crois-tu réellement que pour cela il te suffit de savoir t’en servir pour nous satisfaire ? »

Je laissais échapper un petit rire en terminant ma tirade, pour qui se prenait-il ? Je commençais à douter du fait que l’on finirait par réellement s’amuser, après tout ceux qui en parle le plus sont bien souvent ceux qui en font le moins… Il finit par laisser échapper qu’il était temps de jouer. Cette idée me tira un léger sourire, pratiquement imperceptible, juste un petit sourire en coin rien de plus…
Sa main passa derrière ma nuque et vint prendre mes lèvres. J’hésitais un court instant avant de prendre part à mon tour à son baiser. Ses lèvres étaient chaudes et humides, avec un léger arrière goût sucré, ce baiser n’était pas aussi désagréable que ce que je m’imaginais, je commençais même à croire que j’allais peut être me laisser aller, juste pour cette fois… Enfin, pour le reste nous verrons le moment venu. Après tout si je l’avais suivi c’était pour m’amuser non ? Alors pourquoi me poser encore tout un tas de questions ? Les questions c’était bon pour Méliandre ça…
Sa langue finit par venir chercher la mienne, je ne ripostais pas, ne le mordais pas même si ce n’était pas l’envie qui m’en manquait, il n’y avait rien de meilleur que le goût du sang mélangé à celui de l’envie… L’envie ? Mais qu’est-ce qu’il me prenait de dire une chose pareille ? Nous finîmes par libérer nos lèvres, mais il ne nous laissa pas le loisir de savourer la fin de cet  instant et se remit une fois de plus à parler. Il parlait trop, beaucoup trop…

«  J’oubliais ta punition pour m’avoir craché dessus. Nous voguerons librement désormais, j’espère que tu sais naviguer. Toi qui voulais voir le soleil, je t’offre une vue intéressante du soleil, enfin pas de tout de suite certes, mais tu l’auras. Passons. »

Ma punition ? Je laissais échapper un nouveau rire, si je savais naviguer bien entendu, mais cela ne le regardait nullement. Oui nous aimions voir le soleil se lever sur la mer et alors cela n’avait rien d’exceptionnel sans compter que je ne voyais pas où se trouvait la punition, puisqu’au final il m’offrait ce que j’avais demandé, le but d’une punition n’était-il pas plutôt de priver quelqu’un de quelque chose d’agréable ? Décidément je commençais à croire que jamais je n’arriverais à comprendre les hommes et ce n’était pas prêt de changer… M’enfin…
Sa main passa dans mon dos, remontant tout le long de mon échine avant de s’arrêter au niveau de l’agrafe de mon soutien-gorge, sa caresse me tira un léger frisson d’excitation que je tentais tant bien que mal de cacher. Me redressant complètement je plongeais mon regard droit dans le sien alors qu’il empoignait mon sous-vêtement et l’envoyait voler au pied du lit.

«  N’es-tu pas mieux ainsi pour notre jeu ? Avoues quand même qu’il est mieux d’être peau contre peau que de confronter deux tissus, non ? Mais dis-moi, à part mordre un homme, sais-tu l’embrasser ? Parce que pour l’instant tu ne m’as pas montré grand-chose. »

Certes je ne lui avais pas montré grand-chose si ce n’était mon côté animal quoi qu’il n’en avait vu qu’une toute petite partie… Mais j’avais toujours préféré attendre et voir à qui j’avais à faire avant de choisir si oui ou non j’allais réellement jouer avec ou tout simplement l’envoyer par-dessus bord après bien entendu l’avoir détroussé de tout ses biens et de l’avoir vidé de toute sa dignité… Je souris à cette seule idée. Pendant ce temps le jeune homme venait à nouveau d’inverser nos positions, il se frotta contre moi tout en glissant jusqu’à se retrouver entre mes jambes avant d’enlever ses bottes, me redressant sur les coudes je le regardais faire. Lorsqu’il eut terminé il revint vers moi pour me retirer les miennes. Je soulevais un sourcil et l’arrêtais en posant ma botte sur son torse alors qu’il venait de rajouter que nous serions mieux ainsi pour jouer.

« Tu sais je suis bien assez grande pour les retirer seule… »

Je retirais alors mon pied du brun et m’aidant de mon second pied envoyais valser ma première botte à travers la pièce puis l’autre. Elles retombèrent sur le sol dans un bruit sourd. Sa voix tout comme son regard changea du tout au tout, je me mis à froncer les sourcils en l’entendant prononcer ces paroles :

«  En fait, je ne veux pas être l’objet d’un amusement à un sens, j’aime autant que ce jeu aille dans les deux sens, vu que tu ne sais te montrer entreprenante, j’ai l’impression que tu es une piètre joueuse et j’aime autant jouer avec une femme qui me montre de quoi elle est réellement capable. »

Je sentis la colère monter en moi et pénétrer tout mon être, une piètre joueuse ?! Il se coucha à côté de moi et se mit à jouer avec ma chevelure. Ni une ni deux, je me redressais et me retrouvais à califourchon sur lui tout en retirant prestement ma mèche d’entre ses doigts. Mes yeux incandescents étaient devenus glacial, lui offrant un de mes regards les plus noirs. J’empoignais vivement son menton sans aucune douceur et tournais son visage d’un côté puis d’un autre comme pour l’examiner sous la moindre de ses coutures. Je finis par le relâcher tout aussi violemment pour finir par me mettre à quatre pattes au dessus de lui et venir murmurer à son oreille :

« Tu devrais te méfier beaucoup plus que cela tu sais… A trop jouer avec le feu un jour tu finiras par te brûler les ailes… Mais je doute que ce jour arrive aujourd’hui, je serais clémente pour cette fois… Tu te demandes probablement pourquoi ? Tout simplement parce que malgré ton attitude plus qu’exécrable, il y a quelque chose qui me plait en toi sans que je ne puisse affirmer quoi, c’est assez…. Hum, étrange n’est-ce-pas… Enfin passons à des choses un peu plus sérieuses si tu le veux bien… En tout cas moi j’en ai assez de jouer à ce pseudo petit jeu d’enfant…»

Sans me relever j’empoignais son pantalon et l’arracher sans aucun état d’âme, je posais mon index sur ses lèvres avant de faire de même avec son boxer. Il termina nu comme un vers étendu sur le matelas de cette petite cabine n’ayant rien d’extraordinaire si ce n’était cette merveilleuse carte accrochée au mur… Mon doigt quitta ses lèvres et ma main descendit le long de son torse, caressant doucement son corps avant de terminer sa course un peu plus bas, un petit sourire pervers aux lèvres.



« L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle. »
Code by AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1628
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
45/75  (45/75)
Expériences:
465/500  (465/500)
Berrys: 6.089.533.528 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Mer 21 Aoû 2013, 02:45






    Quel homme !




Chut...


Menacer ? Qui parle de menacer ? Et puis « aussi précieuse », je ne suis pas certaine que ce soit les mots que j’aurais choisi pour qualifier ton entrejambe… Sans compter que je te trouve bien vantard sur tes propres capacités à satisfaire une femme… Crois-tu réellement que pour cela il te suffit de savoir t’en servir pour nous satisfaire ? »

Elle laissa alors échapper un léger rire après cette question qui sonnait comme une question rhétorique pour le dieu. Après tout, pourquoi se fatiguerait-il à lui répondre ? Elle n’attendait clairement pas de réponse à ses yeux, elle voulait plutôt voir des actes apparemment. Le jeune homme émit donc l’idée de passer à des divertissements plus attrayants pour eux, ce qui suffit à tirer un petit sourire dans le coin des lèvres de la demoiselle.
Sa main passa derrière sa nuque et vint prendre ses lèvres. Le doute subsistait encore à cette instant, mais elle répondit au baiser, aussi bien en le prolongeant qu’en jouant de sa langue contre la sienne. Le goût du sang versé précédemment s’était imprégné dans le goût des lèvres de la demoiselle aux yeux de rubis. Néanmoins, cela ne semblait pas la déranger pour le plus grand plaisir des deux jeunes gens.

«  J’oubliais ta punition pour m’avoir craché dessus. Nous voguerons librement désormais, j’espère que tu sais naviguer. Toi qui voulais voir le soleil, je t’offre une vue intéressante du soleil, enfin pas de tout de suite certes, mais tu l’auras. Passons. »

Elle laissa échapper un second rire comme si le fait de dériver sur l’océan ne la dérangeait guère. Décidément, Chaos prendrait du temps avant de la comprendre cette femme…
La main du chasseur dégrafa alors le  soutien-gorge de la pirate, la caresse qu’il lui fit pour retirer ce sous-vêtement lui vola  un petit frisson lié à l’excitation ou le dégoût ? Le Musicos ne le savait pas et préférait ne pas le savoir. Elle se redressa complètement soutenant son regard avec ses beaux yeux écarlates.

Le jeune homme ôta finalement ses bottes et voulut passer à celle de la demoiselle au tempérament de feu qui lui rappela vite qui elle était, une femme assez grande pour retirer ses potes toutes seules.

« Tu sais je suis bien assez grande pour les retirer seule… »

« Oui je le sais, mais j’aurais voulu me montrer galant pour une fois très chère.
Il prit une petite voix galante, faisant mine d’être un gentleman. Malgré tout, on ne pouvait changer un être se considérant comme divin en une soirée, si bien que ce dernier revint rapidement à la charge.

«  En fait, je ne veux pas être l’objet d’un amusement à un sens, j’aime autant que ce jeu aille dans les deux sens, vu que tu ne sais te montrer entreprenante, j’ai l’impression que tu es une piètre joueuse et j’aime autant jouer avec une femme qui me montre de quoi elle est réellement capable. »

D’un coup, la colère se lisait presque dans ses yeux, une dans son regard de braise.  Elle se redressa brusquement et se mit immédiatement à califourchon sur le musicien assez surprit mais heureux de la situation. Noctis avait pourtant commencé à jouer avec la douce chevelure de la demoiselle, mais cette dernière n’avait pas trop apprécié, puisqu’elle retira la main du jeune homme sans aucune douceur. Son regard se voulait aussi glacial que les yeux charbonnés de la pseudo divinité.

Elle saisit fermement le menton de l’hôte puis pivota son visage dans plusieurs sens comme pour admirer tous ses profils et finalement elle le lâcha avec autant de violence qu’elle l’avait saisi. Elle était désormais à quatre pattes au dessus de lui et lui murmura au creux de l’oreille :

« Tu devrais te méfier beaucoup plus que cela tu sais… A trop jouer avec le feu un jour tu finiras par te brûler les ailes… Mais je doute que ce jour arrive aujourd’hui, je serais clémente pour cette fois… Tu te demandes probablement pourquoi ? Tout simplement parce que malgré ton attitude plus qu’exécrable, il y a quelque chose qui me plait en toi sans que je ne puisse affirmer quoi, c’est assez…. Hum, étrange n’est-ce-pas… Enfin passons à des choses un peu plus sérieuses si tu le veux bien… En tout cas moi j’en ai assez de jouer à ce pseudo petit jeu d’enfant…»

Et en moins d’une minute, elle ôta le pantalon du maudit avec un côté sauvage, puis posa son index sur ses lèvres avant de faire de même avec son boxer L’élu du chaos se trouvait nu dans cette cabine à côté d’une femme au tempérament plus que fort et pour seul habit une jupe un peu moulante. Le doigt de cette femme quitta ses lèvres et sa main descendit le long de son torse, tout en lui offrant une longue et douce caresse pour s’arrêter à son bas-ventre un sourire teintée d’une once de  perversité.

Mais n’ayant pas froid aux yeux, Archer répondit à son sourire par un sourire taquin alors que sa main droite se posait sur la main un peu trop aventureuse de la demoiselle pour la conduire quelques millimètres plus bas.

De sa main gauche, il caressa la nuque tout en se redressant un peu pour venir poser ses lèvres au goût sanglant contre les tendres de lèvre de la navigatrice et si elle répondait à ce baiser, il pourrait laisser sa langue caresser la sienne avec douceur, profitant ainsi de se baiser.

D’un autre côté, il posa délicatement ses mains sur le dos de la demoiselle, puis les fit descendre jusqu’aux fessiers de la demoiselle la caressant avec douceur, pour finalement descendre aux cuisses puis remonter lentement sous la jupe moulante. D’un geste délicat, il caressa son sous-vêtement et le retira avec autant de délicatesse que possible, mais la demoiselle étant à quatre pattes au dessus de lui, il ne put la descendre plus bas qu’aux genoux.

Le chasseur rompit alors le baiser, prenant le temps de plonger son regard de la demoiselle et dit en un murmure :

«  Arrêtons de parler et découvrons nous simplement. Ne parlons que quand cela est nécessaire. »

Ainsi, il se tut et embrasse lentement le cou de la femme aux cheveux nacrés pour y laisser une petite rougeur avant de la par courir avec douceur par plusieurs baisers tandis que ses mains continuaient de caresser les fessiers de la demoiselle sous sa jupe…

Le bateau dérivait sur au large de Whiskey Peak, la ville semblait endormi un pirate se trouvait ligoter dans une petite pièce où il était tiraillé par plusieurs chasseurs de primes cherchant à obtenir des informations sur lui avant de le livrer à la marine sans remords… Le métier de la chasse constituait un métier sans pitié, un métier qui ne pardonnait pas pour se capitaine qui accosta fièrement avec son bateau en  pensant repartir tranquillement, pourtant, alors qu’il réfléchissait à sa survie, il ignorait que son cher bateau dérivait paisiblement en abritant deux individus qui, eux, n’avaient rien à craindre pour leur vie en cette nuit de sang pour ce pauvre capitaine pirate et navigateur.

Revenir en haut Aller en bas
Méliandre DeVitto
Pirate
avatar
Messages : 409
Race : Vampire
Équipage : Tengoku no seigi

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
70/350  (70/350)
Berrys: 1.349.500 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Jeu 22 Aoû 2013, 21:53

« La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. »
Noctis & Ruby

Mon sourire ne fit que s’accentuer lorsque le brun entreprit de descendre ma main de quelques millimètres. Ainsi il en avait lui aussi assez de ces enfantillages, tout comme moi il avait envie de passer aux choses sérieuses, après tout nous savions dès le début sur quoi allait déboucher cette rencontre, il savait pertinemment tout comme moi que tout finirait ainsi, si nous nous étions suivi ce n’était pas pour une rencontre en bonne et due forme, non loin de là, nous n’avions qu’une envie, celle de connaitre pour une nuit autre chose que celles que nous avions pu vivre jusque là, nous ne voulions qu’une seule chose, briser cette monotonie, cette routine qui s’était emparée de nous, qui s’était immiscée dans nos vies respectives sans que nous ne nous en rendions réellement compte. Il ne serait qu’une nuit, il ne serait qu’un passage dans ma vie, une étreinte tout aussi vite oubliée, un jeu, rien de plus. Absolument rien tout comme je ne serais et ne représenterais rien pour lui…

La suite des évènements devint floue, je me sentis frémir sous ses doigts sans pour autant pouvoir me contrôler, les dernières barrières de tissus séparant mon corps du sien finirent par voler en tout sens sans que je ne puisse me rappeler si c’était ses propres mains ou les miennes qui les avaient rompu. Au fond tout cela n’avait plus d’importance, il avait prononcé des paroles que je n’avais pas entendu à moins que ce soit tout simplement mon inconscient qui les ait empêché de me paraitre claire, comme si nous avions déjà assez parlé pour cette nuit, comme si les mots n’avaient plus aucune importance, comme si tout cela ne représentait plus rien, comme si la seule chose qui comptait à présent étaient nos deux corps s’explorant, se découvrant et dansant ensemble, jouant à un jeu interdit, jouant avec le feu loin de tous les regards, loin de cette île et de tout ce qui avait pu être la moindre once de conscience ou de pudeur qu’il aurait pu nous rester.
Tout cela était à des années lumières de nous, nous ne faisions plus qu’un à présent, deux inconnus ne formant plus qu’un seul et unique être dans cette nuit bien étrange…

J’ouvris les yeux alors que le jour se levait à peine, la douce chaleur des rayons du soleil à travers le hublot venait caresser ma peau couleur de lys. Pour la première fois depuis que j’étais apparu sur cette terre aux côtés de cette incapable, je me sentais bien, je me sentais calme, empli d’un sentiment de quiétude, une chose tellement inconnue mais tellement agréable à la fois. J’étais étendue nue sur le lit d’un étranger, d’une personne que je ne connaissais pas et ne connaitrais probablement jamais. Il y avait quelque chose de chaud tout près de moi, je tournais la tête et découvris avec une légère surprise le corps encore endormi de l’hôte du Chaos avant de me remémorer ses paroles de la veille. Le bateau avait dérivé toute la nuit et dérivait encore et toujours, nous devions à présent être à des miles et des miles des côtes de Whiskey Peak… Cela allait d’ailleurs très probablement poser un problème, du moins pour mon « compagnon ».
Je me redressais en douceur et ne pris même pas ma peine de me rhabiller, je récupérais cependant mes affaires une à une et les pliais correctement avant de les déposer sur une chaise dans la pièce. Je laissais échapper un léger soupire en me tournant de nouveau face à l’homme étendu et me masser doucement les tempes tout en réfléchissant à vive allure.
Certes la nuit avait fini par être bien plus qu’agréable, à cette pensée mon corps se couvrit à nouveau de frissons et un léger picotement s’étendit à nouveau dans mon bas ventre, cependant il était absolument hors de question de continuer ainsi. Les choses avaient été claires dès le départ, tout cela n’était qu’un jeu, tout cela n’aura été qu’un évènement éphémère, et surtout cela ne devait pas finir par se transformer en une gêne, certainement pas. Il me fallait une solution et vite…
Une solution et ce avant qu’il ne finisse par se réveiller…

Pourtant rien ne me venait dans l’immédiat, c’était comme si tout mon cerveau avait grillé, comme si toute pensée solide et surtout censée avait quitté mon esprit. Voilà pourquoi je haïssais les hommes du plus profond de mon être, ils étaient faibles, fourbes, vicieux mais par-dessus tout ils possédaient un pouvoir sur nous, celui de nous faire oublier les pourquoi des comment, ce pouvoir de nous rendre dans un état végétatif avec parfois seulement quelques mots ou quelques actes, des choses pouvant parfois paraitre tellement simples… Il était pitoyable de voir à quel point la femme pouvait perdre toutes ses armes sous l’effet de simples étreintes, de simples caresses…
Ma main avait glissé le long de ma cuisse et s’était mise à caresser machinalement l’endroit où aurait dû se trouver mon pistolet alors que celui-ci était posé juste à côté de moi. Vielle habitude m’aidant habituellement à reprendre mes esprits, mais cette fois cette action serait vaine…
J’avais voulu voir le lever du soleil et pourtant je n’en avais rien vu, j’avais voulu jouer, j’avais joué et ne le regrettais nullement alors que je me retrouvais à présent avec un problème de plus sur les bras, ce quasi inconnu avec qui je n’avais absolument pas envie de partager une minute de plus alors que lui pourtant semblait si paisible en cet instant, allongé là, le visage et le corps totalement détendu, on aurait presque pu croire qu’il était mort tant sa respiration me paraissait calme.
Je quittais la contemplation de son corps pour venir placer mes mains devant mon visage, elles étaient toujours gantées, je n’étais donc pas la cause de son profond sommeil ou du moins si je l’étais ce n’était pas dû à l’utilisation de mon fruit… Saisissant le satin noir entre mes dents je les retirais un à un, la voilà ma solution, et moi qui me posais tant de questions…

Je me relevais et revint prendre place sur le lit attendant patiemment que le jeune homme finisse par ouvrir à son tour les yeux. Je me tournais vers lui fixant mon regard droit sur ses yeux, son souffle venait doucement effleurer mon visage alors que quelques mèches de ma chevelure retombaient sur mon visage étrangement paisible.


« L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle. »
Code by AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1628
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
45/75  (45/75)
Expériences:
465/500  (465/500)
Berrys: 6.089.533.528 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Ven 06 Sep 2013, 23:50






    Quel homme !




Chut...


Le sourire de la demoiselle grandissait alors que le chasseur laissait son envie d’aller plus loin dans cette soirée se faire entendre. Leur rencontre devait aboutir sur cela, ils le savaient tout deux, dès que le soleil se serait lever, ils se seraient déjà oubliés et abandonnés. Toutes cette aventure se terminerait ici, sans prévoir une quelconque suite à ce récit d’une nuit. Pourtant, cette nuit ne sonnait pas comme la fin d’une rencontre pour tout le monde… Un capitaine laissa s’échapper quelques larmes de tristesse avant d’être achevé par ces bourreaux, sa vie s’arrêtait en même temps que l’acte des deux êtres munis d’une double personnalité. Il n’aura jamais pu voir les mers de Grande Line, peut-être devait-il penser qu’il aurait mieux fait d’être cordonnier comme son père ou couturier comme ça mère. Malheureusement, ça vie dut prendre fin dans ce grenier miteux envahi par les rats et de beaux cafard gros comme un poignard. Sa vie ne représentait donc rien pour les deux individus qui séjournaient dans son bateau. Au fond il faisait parti de la catégorie des inconnus pour eux et bientôt, Noctis deviendrait un parfait inconnu pour cette femme. Certes, s’il la croisait dans la rue, il se souviendrait certainement de cette nuit passée à ses côtés, mais rien de plus. Après tout, elle n’appartenait pas à un milieu aussi dangereux que celui du chasseur de prime de Renaissance, elle retrouverait son train de vie normal de jeune brigande.

Mais cette nuit constituerait l’un des souvenirs du jeune homme malgré tout. Une nuit brumeuse, bien que riche en sensations. L’exquise douceur dont fit preuve la pirate alors que le musicien faisait disparaître les dernières frontières qui séparaient leur corps. Se découvrant par de petites caresses et douceurs, leurs corps cherchaient à s’unir au fur et à mesure cette interminable soirée de pleine lune.

Le moindre mot étant considéré comme tabou, seul le langage du corps, aussi charnel soit-il, pouvait leur permettre de discuter. Le jeu dont ils rêvaient tant débutait enfin pour leur plus grand plaisir et se voulait marquant alors que d’ici quelques heures il faudrait qu’ils se quittent d’une façon ou d’une autre. Mais pour l’instant, seule une chose comptait, leur union parfaite en un seul et même individu de la façon la plus somptueuse qui soit.

« Alors tu dors Noctis ? Prépares-toi, elle ne devrait pas tarder à te jeter par-dessus bord cette Ruby. Aller debout. »

« Hmm ? Chaos… C’est toi ? Hmm… Oui tu as certainement raison, je vais me réveiller.

Néanmoins, le réveil du jeune homme fut plus long que prévu. Enfin, il était éveillé, mais ses yeux demeuraient clos, il savait qu’il faudrait qu’il explique à Sanae pourquoi elle ne le retrouva pas dans le même lit quelle au moment du réveil… Mais à quoi bon s’expliquer, le maudit vivait sa vie comme il l’entendait épouse ou non, donc autant se réveiller sans y penser et admirer une dernière fois la femme aux cheveux proche d’un nuage léger d’après les souvenirs de l’hôte.

Il entre-ouvrit lentement les yeux et sentit le soleil caresser doucement ses paupières qui peinaient à s’ouvrir. Couché sur le lit qui devait être la seule belle chose de cette chambre de pirate, après la femme avec qui il partageait la chambre, Archer resta allonger en l’observant.

Assise au rebord du lit, elle alla arranger ses affaires sur une chaise avant de revenir faire face au brun qui ferma de nouveau les yeux. Leur nuit fut longue et apaisante, elle leur permit de changer leurs habitudes et de découvrir d’agréables sensations qui tiraient un léger sourire au chasseur qui comprit qu’à cause de se sourire son « faux-sommeil » serait immédiatement démasqué. C’est pourquoi il ouvrit doucement les yeux en regardant l’hors-la-loi en face de lui, son corps ne se trouvant en possession d’aucun vêtement dévoilait une beauté naturelle qui tira un léger rougissement au jeune homme qui plongea son regard dans celui de la femme écarlate

Son visage paraissait plus serein que d’habitude, cela ne paraissait pas normal pour être franc, elle devait préparer quelque chose pensa rapidement le Musicos, néanmoins, il se trouvait quelque part sur les mers entourant Whiskey Peak avec pour seule aide à son retour un Log Pose indiquant l’endroit où était l’île. Mais peut-être avait-elle été tout simplement comblée par les tendresses du jeune homme au cours de la soirée et se laissait donc aller à le contempler…

Ce dernier ne voulant pas réfléchir d’avantage passa sa main sur la chevelure de la demoiselle pour voir l’entièreté de son visage puis dit d’une fois calme.

« Ce calme dont tu fais preuve te rend plus que radieuse, mais je suppose que tu ne veux plus de moi sur ce navire. Alors voici un dernier souvenir. »

Il plaça sa main sur la joue assez pâle de la primée avant de poser une dernière fois ses lèvres contre les siennes pendant un certain temps. Il lui tirerait soit des frissons de dégoût soit prendrait-elle cela bien vu qu’il s’agissait d’un baiser d’adieux après tout.

Il se leva lentement pour descendre du lit et rangea machinalement ses affaires et enfila son sous-vêtement avant de s’asseoir sur le rebord du lit.

« Je vais peiner à retrouver Whiskey Peak je crois… A moins que tu m’y conduises ?

Il posa une main sur le bas ventre de la ravissante femme et laissa s’échapper un dernier compliment tout en riant.

« Finalement, tu as été une excellente joueuse.

Cette rencontre prendrait fin d’ici quelques minutes voir heures, mais dans l’ensemble, le moment qu’avait passé ses individus pas très normaux leur avait permis de quitter leur petite routine pour leur plus grand plaisir.



Revenir en haut Aller en bas
Méliandre DeVitto
Pirate
avatar
Messages : 409
Race : Vampire
Équipage : Tengoku no seigi

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
70/350  (70/350)
Berrys: 1.349.500 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Dim 08 Sep 2013, 16:25

« La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. »
Noctis & Ruby

Je ne bronchais pas ni ne bougeais lorsque sa main passa dans ma chevelure, je ne tiquais pas, rien ne transparaissais sur mon visage, je voulais encore lui laisser croire que tout aller pour le mieux, je ne voulais pas l'effrayer, non pas tout de suite, sinon la suite du jeu n'en aurait pas été autant jouissive, non il verrait bien le moment venu ce qu'il allait advenir de lui... Ce moment ne saurait tarder, il fallait juste être encore un peu patiente, juste un peu...

« Ce calme dont tu fais preuve te rend plus que radieuse, mais je suppose que tu ne veux plus de moi sur ce navire. Alors voici un dernier souvenir. »

Je laissais échapper un léger rire en l'entendant prononcer ces mots, oui je ne voulais plus de lui ici, son compliment aurait pu faire chavirer le cœur de beaucoup de femmes, pauvres idiotes... Je le laissais faire et me pris même au jeu de répondre à son baiser, après tout il valait mieux le mettre encore un peu plus en confiance, je fis cependant attention à ce qu'aucun de mes doigts n'effleurent sa peau.
Le brun finit par libérer mes lèvres et se releva, prenant soin de récupérer ses affaires et de se rhabiller, je n'avais pas ouvert la bouche une seule fois, me contentant de le regarder faire, laissant mes yeux glisser le long de son corps encore dénudé qu'il entreprenait de recouvrir peu à peu. Qu'il était beau de voir à quel point les gens peuvent parfois faire confiance un peu trop rapidement, qu'il était beau de voir qu'il y avait encore des gens assez fou pour tourner le dos à des inconnus...

« Je vais peiner à retrouver Whiskey Peak je crois… A moins que tu m’y conduises ? Finalement, tu as été une excellente joueuse.  »

Je m'étais redressais et lui faisais face, sa main était toujours posée sur mon bas ventre, je lui adressais un petit sourire avant de finalement lui répondre :

« Je pourrais en effet t'y conduire... Mais le jeu n'est pas encore terminé, ce n'est pas ainsi qu'il prendra fin non... La fin de ce jeu est tout autre, elle est bien plus à mon avantage ou plus exactement je dirais qu'elle est bien plus drôle que de te ramener simple à destination... Crois-moi, tout ceci est loin d'être terminé pour toi... »

Sans même lui laisser le temps de réagir je me rapprochais de lui jusqu'à ce que ma peau effleure le tissu de ses vêtements, me hissant sur la pointe des pieds j'attrapais son visage avec douceur et vint déposer un baiser sur ses lèvres lorsque mes lèvres quittèrent les siennes je murmurais « Śpiącej Królewny ».
Alors que je sentais son corps faiblir peu à peu et son esprit s'embrumer je me reculais et le laissais tomber lourdement sur le sol tout en laissant échapper un long soupire de lassitude. Mon dieu que les hommes étaient pitoyables, c'était un véritable jeu d'enfant au final et beaucoup moins plaisant que je n'aurais pu le penser au final. Le laissant gisant sur le sol je pris soin de me rhabiller avant de l'attraper par les pieds et de le tirer tant bien que mal hors de la cabine jusque sur le pont.

Une fois fait je me mis à la recherche d'une barque et le jetais dedans, j'avais tout de même pris soin de lui laisser une paire de rame, histoire qu'il puisse se diriger un minimum lorsqu'il aurait repris conscience, je n'étais pas un monstre non plus, quoique...
Activant le mécanisme je laissais lentement descendre la barque jusqu'au flots puis la libérais de ses cordes, l'embarcation ne tarda pas à prendre peu à peu le large.
Tout en laissant échapper un nouveau petit rire je souhaitais un bon voyage au chasseur de prime avant de me retourner et d'aller prendre place derrière la barre du navire, Méliandre qui s'était tu jusque là commençait à s'agiter en moi.

« Chuuut tiens-toi encore un peu tranquille veux-tu j'ai besoin de me concentrer sur la route à suivre... »


« L'âme n'a pas de secret que la conduite ne révèle. »
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1628
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
45/75  (45/75)
Expériences:
465/500  (465/500)
Berrys: 6.089.533.528 B

MessageSujet: Re: « La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]   Dim 15 Sep 2013, 21:05






    Quel homme !





Zzz…



« Finalement, tu as été une excellente joueuse.
Sa main toujours placée sur le bas ventre de la demoiselle, il continua de l’observer en la trouvant trop calme et resta sur ses gardes quand elle se redressa avec un sourire derrière lequel se cachait un sale coup très mal dissimulé.
« Je pourrais en effet t'y conduire... Mais le jeu n'est pas encore terminé, ce n'est pas ainsi qu'il prendra fin non... La fin de ce jeu est tout autre, elle est bien plus à mon avantage ou plus exactement je dirais qu'elle est bien plus drôle que de te ramener simple à destination... Crois-moi, tout ceci est loin d'être terminé pour toi... »

Cette phrase suffit à hérisser les cheveux de l’hôte qui se sentit rapidement en danger. Si le jeu devait se terminer, alors autant que ce soit une victoire pour lui. Néanmoins, comment repousser une femme munit d’un tel charme… Elle n’allait pas le ramener à Whiskey Peak avec la joie de vivre, pas du tout, elle devait penser à un plan bien plus machiavélique, une chose qui lui procurerait certainement un plus grand plaisir encore que leur nuit dans ce bateau.

Elle s’approcha avec une certaine vitesse de lui et laissa la peau de son corps nu effleurée l’habit du chasseur. Ses mains se posèrent alors sur le visage du jeune homme pour l’embrasser comme si elle lui offrait un baiser mortel, l’ultime baiser avant la mort.

~ Dans l’esprit de Noctis ~

« Je t’avais pourtant prévenu espèce d’imbécile. Cette tigresse t’a endormi avec son fruit du démon et tu te retrouves dans un état pitoyable maintenant. Décidément, tu n’es vraiment pas doué… »

« C’est-à-dire que je n’ai pas vu le coup venir. J’avais pour supposé qu’elle cachait quelque chose avec ses gants puisqu’elle les avait gardé toute la soirée, j’aurais du m’en douté. »

« Il est trop tard pour les regrets. Tu es entrain de dérivé je te rappelle alors réveilles-toi ! »

Pourtant, quand il ouvrit les yeux, Archer ne tombe point sur un monstre marin ou une créature agressive, mais plutôt sur une cabine.

« Mais qu’est-ce que je fais ici… »

Ce qu’il ignorait évidemment, c’est que pendant sa dérive non loin des mers de Whiskey Peak, la barque du maudit fut récupérée par un équipage de pirates plutôt sympathique. A la base les hommes espéraient plutôt tirer quelque chose de lui, malheureusement pour eux ils ne trouvèrent rien d’intéressant sur le jeune homme si ce n’est un Log Pose qu’ils ne prirent même pas, tant le prix de cet objet paraissait dérisoire.

Le jeune homme se redressa donc se plaçant en tailleur sur le lit avant de voir un pirate qui semblait être le capitaine de cette équipage et un autre homme qui ressemblait au médecin de bord vu sa belle blouse blanche. Mais bien évidemment, ce fut le capitaine le premier à prendre la parole.

« Alors tu t’es réveillé bonhomme ? On t’a retrouvé endormi dans une barque mon vieux. Les membres du navire sur lequel tu voguais t’ont jeté par-dessus bord ? »

« C’est plutôt une femme qui m’a jeté par-dessus bord, mais l’histoire y ressemble beaucoup en effet. Et vous devenez appartenir à la magnifique société des pirates je suppose. »

Le capitaine se mit à rire aux éclats avant de lui répondre avec fierté.

« Touché ! Nous appartenons à la société des pirates comme tu le dis si bien. Je suis d’ailleurs Tim de la Xobchat. Enfin, si tu viens de Seas Blues tu dois avoir entendu parler de moi, après tout ma prime s’élève à 45 000 berry’z ! C’est bien pour un début non ? »

[color=darkblue] « 45 000 donc… Bon ce n’est pas beaucoup mais ça devrait suffire pour le moment. »[ /color]

Le chasseur de primes pensait évidemment à la somme d’argent que représentait la prime du pirate, mais ce dernier ne réagit pas immédiatement à cette phrase.

« Ouais ça suffit pour un début. D’ailleurs nous accosterons à Whiskey Peak dans une vingtaine de minutes histoire de casser du chasseur de primes. »

Le Musicos se mit instantanément à rire aux éclats avant de poser la paume de sa main sur la moitié de son visage tout en adressant un sourire carnassier à ses proies.

« Casser du chasseur hein ? Alors autant commencer par moi bande de marins d’eau douce. Et au passage, merci de m’avoir ramené à bon bord, je tâcherais d’être le moins violent possible pour votre capture. »

Inutile de vous racontez la suite, Noctis pouvait se réjouir d’être arrivé à bon port après une rencontre endiablée. Dans le fond, il gagnait ce jeu avec de quoi se payer le petit déjeuner après un jeu plus difficile.


Revenir en haut Aller en bas
 

« La luxure n’égare pas les gens, les gens s’égarent eux-mêmes. » [Noctis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Luxure dégage ton cul d'ici
» Derrière la gare, terrain vague{Sonia
» Un souffle de luxure [Hans]
» Gare aux fromages géants au bord des routes suisses...
» Luxure que je t'aime ! [PV Manzo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 1 :: Whiskey Peak-