Partagez | 
 

 Ah, l'enfance... [PV Kururu !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 970
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
142/250  (142/250)
Berrys: 31.795.001 B

MessageSujet: Re: Ah, l'enfance... [PV Kururu !]   Sam 30 Nov - 17:23


Flashback
 

Il y a 8 ans
                         Sur Water Seven.

 
 


Tout ce que Nakata avait trouvé à dire comme commentaire au compliment et aux remerciements de la fillette était que ce n’était rien, qu’il ne fallait pas le remercier pour ça.  Kururu ne releva pas pour ne pas entrer dans un débat sans fin. Ce qui ne l’empêchait pas de ne pas être d’accords avec le phœnix. Il ne se rendait pas compte à quel point ce qu’il faisait était incroyable. Tout le monde rêvait de pouvoir voler, ou au moins tout le monde l’a souhaité très très fort une fois dans sa vie. La petite fille trouvait qu’il avait beaucoup de chance de pouvoir dire bonjour aux mouettes et de toucher tous les jours. Et dire qu’il lui avait permis de le vivre aussi. Elle n’aurait jamais cru une chose comme ça possible. Mais son ami disait que ce n’était rien, son jeune esprit n’arrivait pas à le concevoir. Pour elle, voler dans le ciel était loin d’être banal. Enfin, peut-être que le marine avait l’habitude de ce genre de vue et que pour lui tout était parfaitement normal…. Malheureusement, l’oiseau légendaire lui cria une triste vérité quand le groupe de joyeuses mouettes était trop loin pour que le duo les entende encore. Ils devaient retourner sur la terre ferme. C’était vraiment trop tôt.

Déjà ? C’est passer trop vite…

C’était sorti tout seul. Kururu n’avait pas envie de rentrer. La petite fille voulait encore voler dans les airs avec son nouvel ami. Surtout que leur petite ballade lui avait paru beaucoup trop courte. Mais tout ce qu’elle dirait n’y changeait rien et elle le savait.  Peu importe si elle voulait continuer la ballade, Nakata était le seul à décider du moment du retour. Et apparemment, il était venu. Enfin, elle comprenait sa décision. Cela n’avait pas l’air comme ça, mais l’enfant pesait quand même lourd. Donc le phœnix ne pouvait pas voler aussi longtemps que s’il volait seul. En plus le soleil commençait déjà à se coucher… Il était si tard que ça ? C’était vraiment horrible. Pourquoi le temps devait passer si vite quand elle s’amusait. Pour elle, c’était comme si son ami venait de décoller il y a à peine cinq petites minutes.

Kururu regarda par-dessus l’épaule de l’oiseau pour voir correctement la ville.  Elle cherchait après sa maison puisque Nakata voulait savoir où la ramener. Pendant qu’elle cherchait, son ami décrivait lentement des cercles aux dessus de la ville pour lui faciliter la tâche. Mais la petite fille prenait son temps. Elle n’était pas pressée de rentrer chez elle. Elle profita aussi de ce dernier moment de vol pour graver à jamais ce tableau dans la mémoire. Le soleil couchant commençait doucement à teindre la ville d’une belle couleur orangée. Ses rayons se reflétaient dans l’eau de la ville.  Water Seven  venait de se paré de milliers d’éclats doré. La petite fille avait une plus belle vue sur la fontaine géante que tout ce qu’elle aurait pu imaginer. Elle voyait aussi  les habitants qui rentraient chez eux. A chaque tour, il y en avait un peu moins. Malgré les apparences, l’enfant cherchait activement sa maison. Mais c’était plus facile à dire qu’à faire. Les maisons se ressemblaient toutes à cause du coucher du soleil. Les rayons orangés cachaient les couleurs des différentes maisons. Finalement, elle trouva un point de repère pour retrouver son domicile. Elle pointa son doigt vers sa maison.

Ma maison est par là. Tu vois le bâtiment avec des fleurs devant et une dame qui les rangent ?

L’enfant attendit quelques secondes, le temps que Nakata la repère parmi toutes les maisons de la ville.

C’est trois maisons plus loin, du même côté que la maison aux fleurs en allant dans la direction de la mer.

Kururu espérait avoir bien expliqué. Elle n’était pas très douée pour ça. Mais heureusement qu’elle avait aperçu la fleuriste. La dame était très gentille, même si elle faisait peur quand on approchait de trop près ses plantes sans raisons.
 



Comme tu veux ^^

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14682
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
57/1000  (57/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: Ah, l'enfance... [PV Kururu !]   Dim 1 Déc - 17:12









Ah, l'enfance...












Nakata entendit une légère plainte émaner de Kururu, qui restait bien agrippée à son dos. Il ne pouvait que la comprendre, pour le coup, c'était vrai que la journée était passée effroyablement vite... Cela cassait en quelque sorte avec la routine qu'instauraient les longs voyages en mer qui, finalement, se ressemblaient tous, a fortiori quand les autres marines refusaient que le garçonnet ne se joigne aux combats à leur côté. Bien entendu, cela se comprenait car même avec un fruit du démon tel que le sien, il pouvait mourir, par exemple si leurs ennemis possédaient du granit marin... Mais si le jeune homme avait décidé, quelques années plus tôt, de rejoindre le Gouvernement Mondial, ça n'était pas pour vivre une croisière calme et sans péripéties aucunes. Quoi qu'il en soit, il se força à revenir à l'instant présent pour profiter des dernières minutes en compagnie de sa nouvelle amie. Peut-être pourrait-il revenir la voir le lendemain, d'ailleurs ? Il y avait bien peu de chances, mais il irait demander à son supérieur dès qu'il serait rentré, ça oui... Le Fenice continua de décrire de grands cercles autour de Water Seven à allure modérée en remarquant que la demoiselle sur son dos commençait à chercher sa maisonnette. Depuis les cieux, cela était sans conteste beaucoup moins facile que depuis le sol, surtout quand on ne connaissait pas toute l'étendue de l'île... De par sa vue optimisée grâce à sa malédiction, le Phoenix pouvait voir l'endroit où ils s'étaient rencontrés, mais sa nouvelle connaissance ne pouvait peut-être pas en faire autant. Cependant, il ne prit pas la décision de se rapprocher un peu du sol : plus elle mettait de temps à trouver l'endroit où il devait la ramener et plus ils resteraient ensemble. Et elle semblait d'ailleurs l'avoir compris également, puisqu'elle prenait tout son temps à énoncer une réponse.

Après quelques instants, Nakata entendit à nouveau la voix de Kururu qui lui indiqua une boutique de fleuriste du doigt. Il l'écouta par la suite poursuivre sa description. Trois maisons plus tard, donc... Il hocha la tête et battit des ailes un peu plus fermement, sans réellement accélérer pour autant, toujours avec le soucis de ne pas faire choir la demoiselle. Il redescendit doucement en direction du sol, le vent fouettant leurs corps pour une dernière fois. Puis ses serres touchèrent la pierre qui pavait la rue et il reprit une forme hybride, sa jeune amie toujours sur son dos. Avec un sourire amusé, il prit la parole d'un air enjoué :

-Ça t'a plu ?

Le Fenice se mit à marcher en direction de la maison de la jeune fille d'un pas calme, nullement pressé. Il n'allait pas tarder à devoir retourner sur le navire du Gouvernement Mondial, alors autant traîner un peu... Et puis, personne ne le sermonnerait pour avoir pris une journée de repos, puisqu'il n'était qu'un enfant. C'était sans doute le seul avantage qu'il avait par rapport aux adultes, d'ailleurs : il lui arrivait souvent d'être libéré pour passer un peu le temps de son côté, à s'amuser. Quelque part, le blondinet n'avait donc pas franchement envie de vieillir, sachant que les responsabilités ne feraient que croître avec l'âge tant qu'il resterait un soldat de l'ordre et de la justice... L'épéiste en herbe s'arrêta devant la bâtisse qui s'élevait déjà devant eux deux et laissa Kururu descendre de son dos. Il lui sourit à nouveau une fois qu'elle l'eut fait et mit ses mains dans ses poches avant de prendre la parole une nouvelle fois :

-Merci de m'avoir fait visiter, c'était génial.

C'était très certainement le moment des adieux... Nakata n'était pas du tout doué pour ça, mais il se réconfortait en se disant que le Monde était petit, et que s'ils étaient bien croisés une fois, ils se recroiseraient forcément à l'avenir. Il attendit donc calmement que sa jeune amie ne réponde, ne sachant pas trop quoi dire.


© Never-Utopia


_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 970
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
142/250  (142/250)
Berrys: 31.795.001 B

MessageSujet: Re: Ah, l'enfance... [PV Kururu !]   Sam 28 Déc - 15:14


Flashback
 

Il y a 8 ans
                         Sur Water Seven.

 
 


Kururu avait annoncé leur destination. La petite fille savait qu’elle devait le faire. Mais en le disait, elle signait définitivement la fin de cette journée. C’était vraiment triste. Nakata avait écouté ses explication jusqu’au bout. Quad elle termina de parler, il poussa plus fort sur ses ailes, ce qui créa quelques petits à-coups. Mais rien de bien méchant, l’enfant les sentit à peine.  Puis le Phoenix descendit doucement vers le sol. L’oiseau ne se pressait pas ce qui fit plaisir à sa cavalière. Elle n’était pas pressée de retrouver la terre ferme. Elle était bien sur le dos de son ami à regarder le monde d’en haut.  Le marine  n’allait pas vite, pourtant c’était encore trop rapide au gout de la civil. Elle ne voulait pas vraiment descendre, pas tout de suite. Mais le sol se rapprochait d’eux inexorablement. Les bâtiments reprenaient petit à petit leur taille normale. Les rares  habitants qui restaient encore dehors quittaient progressivement leur ancien statut de petite fourmi.

Kururu n’en perdit pas une miette. Elle n’avait pas le temps de se morfondre parce que la journée allait se finir plus vite qu’elle le pensait.  L’enfant profita au maximum de ses derniers instants de vol avec Nakata. Pour la première et peut-être dernière fois, la petite fille ressentait le vent lui caresser le visage d’une manière complètement différente des autres jours. Il ne lui paraissait pas agressif du tout. Il ressemblait  plus à un signe de liberté, celle d’aller où  l’on veut quand on veut.  Trop rapidement, le Phoenix se posa le plus délicatement possible sur le sol. L’atterrissage était plutôt réussit, elle ne l’avait pas vraiment sentit. La seule chose qu’elle remarqua était qu’ils ne descendaient plus, que tout était redevenu aussi grand qu’avant. Mais l’enfant mit quelques secondes avant de vraiment réalisé que son voyage était terminé.
Soudain,  son corps bougea tout seul. Celui du Phoenix venait de disparaître d’un seul coup, comme par magie. Pourtant, elle ne tomba pas sur le sol… Enfin pas tout de suite. D’abord, elle se retrouva sur le dos de Nakata, du vrai pas de l’oiseau.  Surprise, elle resta un moment sans bouger le temps de réalisé que son amie était redevenu comme avant. Elle s’en rendit vraiment compte quand le garçon tourna la tête vers elle avec un grand sourire pour lui demander si le voyage lui avait plus.  Avec le même grand sourire jusqu’aux oreilles, elle lui donna sa réponse :

Oui c’était vraiment génial !

Avant de continuer à parler, la petite fille entrepris de descendre du dos de Nakata. Car bon, elle devait être lourde et le garçon devait en avoir marre de la porter. Elle ne savait pas depuis combien de temps leur ballade avait durée. Le temps était passé trop vite pour Kururu, mais en réalité, il devait s’être écoulé une longue période depuis le décollage. Et l’enfant reçut une preuve incontestable qu’elle était restée longtemps en position de vol. Elle n’avait pas vraiment l’habitude d’être sur le dos d’un oiseau. La manière de se tenir dans le ciel était vraiment différent que lorsque Pa la prenait sur son dos. Cumulé à sa maladresse naturelle, l’inévitable se produisit. Elle rata majestueusement son propre atterrissage et son premier contact avec le sol. Du coup, elle se retrouva par terre. A force de se maintenir sur le dos du Phoenix, même s’il faisait très attention, était une prière et ses jambes avaient momentanément décidé de se reposer. Heureusement, elle se releva rapidement comme si de rien n’était. Et elle continua de donner son avis.

La vue du ciel était vraiment superbe et l’ile paraissait si petite. En plus, nous avons même croisé des oiseaux. Vraiment merci, c’était super.

Kururu avait parlé d’une voix animée, son sourire sur les lèvres. Entre temps, Nakata avait déjà commencé à se diriger vers sa maison.  Du coup, elle avait été obligée de finir en marchand. Heureusement le garçon marchait lentement et elle l’avait rattrapé facilement. Lentement mais surement, le duo se rapprochait du moment des adieux. Tout en marchant, la petite fille observa une dernière fois son ami. Il était vraiment incroyable. D’abords, il était un petit garçon tout à fait normal. Puis une seconde après, il était un grand et puissant Phoenix capable de voler dans le ciel. Et maintenant, il était une sorte de mix entre les deux. Il avait le corps d’un petit garçon mais ses bras étaient restés de magnifiques ailes. C’était vraiment trop classe et l’enfant ne pouvait s’empêcher de le regarder avec des yeux admiratifs.  Les quelques mètres qui les séparait de sa maison se terminèrent assez vite. Le Phoenix avait atterrit tout près.

-Merci de m'avoir fait visiter, c'était génial.

Les deux amis s’étaient arrêtés devant la porte d’entrée. Ca y est, le moment tant redouté était arrivé. Bouh… Kururu détestait le moment des adieux, même si intérieurement elle espérait que ce n’était que des au revoir. Malheureusement, Nakata était un marine, elle ne savait pas quand il allait avoir un autre jour de congé ni quand il repartait en mer. La petite fille réfléchit à un moyen de prolonger leur moment ensemble. Mais il était tard et son nouveau partenaire de jeux était surement attendu avec impatience. En plus la maison était toujours un vrai champ de bataille. A moins que son père soit rentré plus tôt et qu’il ait tout nettoyer avant son retour, ce dont doutait fortement sa fille. Ce qui était certain, c’était que Pa avait mangé tout le gâteau que la petit fille avait plus ou moins bien préparé la vieille comme petit déjeune. Par conséquence, elle ne pouvait même pas lui proposer un goûter. C’était vraiment nul. L’enfant garda tout de même un grand sourire. Même si la journée était terminée, elle s’était vraiment bien amusée.

Merci à toi aussi pour m’avoir emmené dans le ciel. C’était vraiment incroyable.

Oui, elle l’avait déjà. Et oui, elle le redirait autant de fois qu’elle le voulait. Ce qui était génial le resterait, surtout si c’était son premier vol. Un peu contre cœur, la petit fille se dirigea vers la porte. Un main sur la poignée, Kururu lui adressa un denier au revoir.

J’ai adoré notre journée ensemble. Si jamais tu veux encore jouer… Tu peux venir quand tu veux. Maintenant que tu sais où j’habite. Merci de m’avoir raccompagnée. Prend soin de toi en rentrant.

Elle clôtura ses adieux avec un grand signe de la main, puis elle rentra. C’était vraiment triste de se séparer. La petite fille détestait ce genre de moment. Mais Kururu continuait de sourire. Elle l’avait invité à venir rejouer à la maison. Alors, il y avait toujours l’espoir qu’il revienne un jour. Ou alors, ils se recroiseraient par hasard exactement comme aujourd’hui. Enfin exactement, ce serait vraiment une drôle de coïncidence. Mais se revoir restait possible, même si ce monde est grand. Elle continua a avancer dans sa maison pour arriver dans la cuisine. Son père était déjà de retour et l’attendait l’air fâché.

C’est à cet heure-ci que tu rentres ? Il fait presque nuit ! En plus qu’est ce qui s’est passé dans cette cuisine ? Tu ne croyais quand même pas que j’allais nettoyer tout tout seul.

C’est vrai que la cuisine était toujours un vrai champ de bataille. Mais c’était pour la bonne cause. En plus Pa exagérait, elle n’était pas rentrée si tard que ça. En plus, il ne pouvait rien arriver. Elle était en sécurité avec Nakata. Alors Kururu s’excusa avant de lui raconter sa grande aventure dans les détails. Pendant qu’elle parlait, elle l’aidait à ranger. Sauf que son père lui dit rapidement de s’assoir et de le laisser faire. La petite fille faisait de trop grand geste en expliquait son voyage dans le ciel.  Un nombre incalculable de fois, elle avait presque tout salit à la place de nettoyer. Certaines de ses tentatives involontaires auraient détruit plusieurs plats s’ils n’étaient pas en plastiques. Quand l’enfant arriva au moment où le marine s’était miraculeusement transformé en phœnix et l’avait emmenée dire bonjour aux mouettes dans le ciel, Pa était devenu tout blanc. Le récit dura un très long moment car elle raconta toute l’histoire dans les moindres détails. Au moment où elle termina, la cuisine était déjà rangée. La petite famille avait même eu le temps de manger et il était déjà l’heure d’aller dormir. Rêveuse de cette belle journée, Kururu continua son voyage parmi les nuages aux pays des rêves.


 


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14682
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
57/1000  (57/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: Ah, l'enfance... [PV Kururu !]   Dim 29 Déc - 2:25









Ah, l'enfance...












Avant de descendre du dos de Nakata, Kururu déclara d'une voix enjouée que la balade aérienne avait été géniale, arrachant un sourire au visage de l'enfant qui était heureux que son sentiment soit partagé. Au moins, elle ne l'avait pas trouvé barbant et c'était vraiment amusée... Qu'aurait-il pu souhaiter de plus ? Quelque part, il était même heureux d'avoir passé une journée avec une amie plutôt qu'à s'entraîner par exemple, même si ça ne risquait pas de le crédibiliser un peu plus aux yeux des autres marines qui, au contraire, allaient sans doute le charrier dans les jours à venir. Cela lui avait permis de passer de bons moments, qu'il garderait gravé dans sa tête aussi longtemps que possible. Et comme la mémoire était l'un de ses points forts, il n'avait pas de crainte à avoir à ce sujet : la demoiselle resterait dans ses pensées jusqu'à sa mort, certainement ! Quoi qu'il en soit, quand la jeune fille entreprit de descendre de son dos et s'étala par terre, le Fenice se tourna dans sa direction d'un air surpris et inquiet. Elle s'était peut-être fait mal ? Le blondinet fut soulagé de voir qu'il n'en était rien, puisqu'elle s'était relevée l'instant d'après en continuant de parler l'air de rien. Avec un soupir amusé, il l'écouta en commençant à marcher en direction de sa maison. Il acquiesça une fois de plus lorsqu'elle déclara que l'après-midi céleste avait été super. Ils avaient eu de la chance, l'un comme l'autre : il était généralement beaucoup moins plaisant de voler sous les nuages plombés de pluie pour un passager, et c'était surtout beaucoup plus complexe pour le Phoenix qui devait s'assurer de garder une relative stabilité pour que son amie ne tombe pas. Quand il était tout seul, c'était assez simple, mais avec quelqu'un sur son dos il lui fallait redoubler de prudence ! Mais comme le temps avait été clément et que même les autres oiseaux avaient semblé vouloir être sympathiques pendant leur vol, tout avait été plutôt simple, mais surtout parfait.

Après que Nakata eut remercié sa jeune amie de lui avoir fait visiter la belle île de Water Seven, celle-ci lui rendit ses remerciements en lui faisant un petit signe de main et en l'invitant à revenir quand il le voudrait par la suite. Il hocha la tête avec un sourire heureux et répondit avant qu'elle ne disparaisse :

-Oui, je reviendrais te voir un jour ou l'autre.

Quand elle disparut à sa vue pour la dernière fois de la journée, le Fenice poussa un soupir avec un pincement au cœur. C'était toujours difficile ce genre d'adieux, et même s'il lui avait promis de repasser la voir, le gouvernemental n'était pas certain de pouvoir le faire. Être un justicier avait du bon, évidemment, mais c'était également extrêmement restrictif quant aux possibilités d'emplois du temps... Il prit donc secrètement une décision : il deviendrait coûte que coûte un haut gradé de le marine, afin de pouvoir voyager comme il le voudrait, totalement librement, et reviendrait pour la voir tous les mois. D'ailleurs, il devrait alors faire un tour du monde, pour retrouver tous ses amis, disséminés aux quatre coins du globe ! L'idée était audacieuse, mais plaisait réellement à son esprit candide. Après cette preuve de détermination, il se tourna en direction du port et se changea une nouvelle fois en Phoenix azur, battant des ailes pour partir en direction des navires. Il serait rentré d'ici quelques minutes, et pourrait d'ores-et-déjà commencer un entraînement plus intensif que jamais...


© Never-Utopia


_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ah, l'enfance... [PV Kururu !]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ah, l'enfance... [PV Kururu !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Papa c'est qui la petite fille? [FB Pv Kururu]
» Kokoro Kururu [notation]
» Première sortie publique des zorks de P****ze
» Fan Club de Kururu Sumeragi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 3 :: Water Seven-