Partagez | 
 

 la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 964
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
74/250  (74/250)
Berrys: 23.295.001 B

MessageSujet: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Jeu 2 Mai - 20:03


Flashback
 

Il y a 8 ans
                         Sur Water Seven.

 
 


 
 
Kururu s'amusait beaucoup depuis qu'elle était sur Water Seven. Même si elle avait eu quelques petits problèmes avec d'horribles marines qui l'avaient accusée à tord d'un crime qu'elle ne commettrait jamais. Heureusement un héros était apparu et l'avait sauvée des méchants. La petite fille admirait la barrette en forme de croix que lui avait laissée son sauveur en se demandant où il avait bien pu disparaitre. Mais elle ne resta pas long temps à réfléchir. Son père l'appelait du bas des escaliers. La petite passa sa tête à travers la porte de sa chambre:

 
Qu’est ce qu’il y a Pa ?
 
Je dois aller faire des courses à l’autre bout de la ville. Tu  veux m’accompagner ?
 
Ooooh oui ! J’arrive !
 
Kururu se dépêcha à descendre. Elle attrapa sa clé qui était devenue un élément indispensable. Elle courut aussi vite qu'elle pouvait. Elle était tellement contente. Enfin, elle avait l'occasion de voir l'autre côté de cette ville magnifique. La petite fille était très curieuse de découvrir cet endroit. Elle commençait à peine à descendre les premières marches de l'escalier, qu'elle en rata une dans sa précipitation. Et elle dégringola tout jusqu'en bas. Heureusement, Pa était là pour la réceptionner à la fin. Il connaissait bien sa fille adoptive et avait prévu que ce genre d'incident allait se produire. Ce qui évita à l'enfant de se faire très mal. A force de tomber, elle devenait de plus en plus résistante aux chutes mais ça faisait toujours aussi mal. Après plus de peur que de mal, la famille pouvait enfin partir pour leur expédition.

Kururu regardait partout avec ses yeux bien ouverts. Elle ne voulait rien rater. Cette ville était très animée.  Des enfants qui jouaient, des grand-mères qui parlaient entre elles autour d’une tasse de thé pendant que leurs maris fumaient la pipe, il y avait toute sorte de personnes différentes. Et surtout des tonnes de bateaux qui passaient autour d’elle. En effet,  son père avait loué exceptionnellement une embarcation pour voyager plus facilement dans la ville. C’était tellement agréable de naviguer dans les canaux. Mais la sensation qu’ils procuraient n’avait rien à voir avec celle de danger et d’aventure de l’océan. Sauf que Kururu n’était pas pressée de voguer une nouvelle fois sur cette étendue d’eau gigantesque. Enfin pas tout de suite, il restait beaucoup trop à découvrir sur cette ile. Environ 30 minutes plus tard, le duo était arrivé à sa destination. Kururu impatiente retourna la première sur la terre ferme.

Pa ! Pa ! Qu’est ce qu’on va voir maintenant ?

 
Pa sourit en voyant l’enthousiasme de sa fille.
 
Je dois aller voir plusieurs de mes clients. Viens suis moi.
 
Oh, alors comme ça elle allait enfin voir comment son père adoptif travaillait. Elle pensait que ça serait très intéressant, enfin au début. D'abords, ils rencontrèrent un autre marchand dans une boutique un peu plus loin. Pa souhaitait s'associer avec lui. Kururu regarda un peu ce qu'il vendait en attendant. C'était principalement du fromage. Rien de très innovant et la petite fille en fit vite le tour. Heureusement, les deux vendeurs étaient rapidement tombés sur un accord. Après une poignée de mains, Pa l'emmena beaucoup plus loin dans une très grande maison. Ses habitants, un jeune couple très hautain, parlaient une éternité avec le marchand. La petite fille s'ennuyait énormément. Au début, elle avait mangé les cookies que lui avait proposés la servante de la maison. Ils étaient plutôt bons en plus ils avaient des pépites de chocolat qui fondaient légèrement, car les biscuits venaient à peine de sortir du four. Mais après, l'enfant n'écoutait même plus la conversation des adultes. C'était toujours la même chose. Pa essayait de les convaincre que ses produits étaient les meilleurs. Le client discutait et protestait sur presque tous les points. Quant à sa femme, une horreur! Elle n'arrêtait pas de se plaindre sur les manières de sa bonne ou le service qui n'était pas assez rapide. Sans parler de la catastrophe intergalactique quand, au moment de ramasser une boite qu'elle venait de laisser tomber, elle s'était cassée un ongle. Enfin cet incident avait ses avantages. Au moins, elle arrêta de pincer les joues de Kururu sous prétexte qu'elle la trouvait adorable. Cette femme était vraiment sans coeur quand elle faisait ça, elle ne se rendait pas compte qu'elle faisait mal à la petite fille ? Finalement, au bout d'une heure qui lui avait paru une éternité, son père annonça qu'ils repartaient. A l'extérieur, elle demanda à son père d'un air implorant.
Paaaa…..On peut rentrer. Je m’ennuie.
 
A bon ? Mas je pensais que tu aurais aimé de passer une journée avec ton papa pour voir son métier. Et il  me reste plusieurs rendez-vous où je dois absolument me rendre.
 
Je peux jouer dehors en attendant.
 
Pa réfléchit un moment. Finalement, il accepta à condition qu'elle ne parte pas trop loin. Ses prochains clients habitaient tous dans la même rue. Tout devrait bien se passer pour la petite fille. Heureuse d'être débarrassée des visites de son père, elle regarda les passants à la recherche de nouveaux amis pour jouer. Malheureusement, elle ne rencontra aucun autre enfant. Elle s'installa sur les marches devant la dernière maison où était entré son père. Soudain, elle aperçut un chat blanc avec le bout du nez et des pattes noires. Il était vraiment trop mignon. La petite fille décida d'aller près de lui pour le caresser. Sauf que le chat n'était pas du même avis, surtout en apercevant la clé que la petite n'avait pas lâché depuis son départ et il s'enfuit.

 
Reviens petit chat.
 
Sans réfléchir, Kururu pourchassa le chat. Elle s'était enfin trouvée une occupation. Elle réussit à le suivre de loin pendant un moment. Comme pour la narguer, l'animal s'arrêta en la regardant. Ses yeux voulaient clairement dire « Essaye toujours, mais tu ne m'attraperas jamais ». Mais elle ne se laissa pas démonter et dans une dernière tentative, elle se jeta dessus pour l'attraper et elle atterrit sur le sol. Le félin avait facilement esquivé avant de disparaitre dans une autre rue. La petite fille se retrouva toute seule. Elle se releva en frottant la poussière sur ses vêtements. Soudain, elle remarqua quelques choses de très inquiétant. Elle ne reconnaissait pas du tout cet endroit. Pas du tout rassurée, elle demanda à elle-même :

 
Où est-ce que je suis tombée?
 
 


_________________



Dernière édition par Kokoro Kururu le Ven 2 Aoû - 11:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Pirate]

avatar
Messages : 307

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Ven 3 Mai - 0:19





- Pitié ! Prenez ce que vous voulez, mais ne me tuez pas ! J’ai une petite fille !

- Okay, j’ai compris. On va s’en aller. Baissez vos armes et partez devant les gars !

- Compris, on t’attendra dans le Yagara.
Lui, c’est Mendela Yorkshire. 29 ans, un véritable danger pour la société, bien plus que la majorité des pirates de sa génération voguant vers le Nouveau Monde. Derrière votre écran, vous devez probablement vous demander pourquoi. Hélas, il existe à cette question de nombreuses réponses. La première est sans aucun doute son équipage. Le « Quartet des Cinq » comme ils aiment s’appeler n’était composé que de six membres : Yorkshire et ses cinq acolytes. Oui, ces cinq autres pirates avait pour principale tâche d’épauler le terrible pirate dans ses lubies. Le braquage de cette boutique de costume était l’une de ses « lubies ».

- Mais avant de partir, je dois vous avertir : on surveille cet endroit depuis longtemps, notre attaque était planifiée et mes camarades ont placé de puissantes charges explosives dans les fondations.

- Vous… vous êtes malade !

- Je suis insensible à la flatterie. Bref, dans ma main : un interrupteur, il fera sauter le bâtiment si on appuie dessus. Tenez.
La deuxième raison : un esprit piègeur, peut-être le plus grand de son époque. Le visage impassible de l’homme cagoulé contrastait totalement avec la panique et la peur de la jeune vendeuse. Jamais elle n’aurait imaginé qu’on puisse braquer sa modeste boutique de costume. Elle n’était déjà pas habituée à voir du monde parmi ses rayons, vu que la plupart des habitants préféraient prendre le Train Aquatique jusqu’à San Faldo, clairement plus portée sur le thème des déguisements. Mais ne nous égarons pas, restons à Water Seven, observons la réaction de cette jeune femme, apeurée, qui attrapa timidement l’étrange dispositif que lui tendait le pirate.

- A présent, prêtez donc attention à la porte d’entrée de votre boutique. Si nous avons brisé cette vitrine pour entrer, plutôt que de passer par la porte, c’est parce qu’elle est truquée. En effet, si quelqu’un avait le malheur de l’ouvrir, cela déclencherait aussitôt les explosifs !
La troisième raison : un misanthrope haineux de l’espèce humaine. Consternée, la vendeuse mit ses mains devant sa bouche, réalisant qu’au matin elle avait frôlé la mort. Si elle n’était pas entrée exceptionnellement par la porte de derrière, tout son commerce aurait probablement volé en éclat. Elle toisa le pirate, qui semblait prendre à malin plaisir à la voir si torturée. Puis soudain, il y eut des bruits de tirs à l’extérieur, suivit d’un cri de Yagara Bull – certainement les cinq autres pirates qui venaient de prendre la fuite. Une voix tonitruante et autoritaire se manifesta alors.

- Cipher Pol ! Mendela Yorkshire, vous êtes en état d’arrestation ! Mettez vos mains en évidence et couchez-vous à plat ventre !

- Ah, les voilà ! Vous en avez mis du temps, j’ai du meubler en attendant votre arrivée ! Hurla le pirate à l’égard des agents, sur un ton jovial.

Soudain, tout devint étonnamment clair pour la vendeuse. Accroupie dans un coin de la pièce, mains plaquées sur sa tête, elle lui jeta un regard terrifié, se demandant comment un tel monstre avait-il pu voir le jour. Ce pirate n’avait piégé l’entrée que pour une raison : tuer les agents au moment où ils entreraient dans la pièce. C’était fourbe, c’était vile, c’était malsain, c’était ignoble… C’était tout simplement inhumain ! Il était prêt à tout faire sauter, lui elle, son magasin, pour simplement éliminer ces quelques agents ?
Elle se mit à pleurer, mais en silence. Il ne devait pas avoir la satisfaction de la voir triste.

- Chef, il y a une civile à l’intérieur, il doit la retenir en otage ! fit l’un des Agents, à l’extérieur.

- Oui ! Je suis en compagnie d’une charmante jeune fille ! Hurla à nouveau le pirate, en jetant un regard complice à la vendeuse.

- N’a.. N’approchez pas ! Il y a une bombe ! Cria-t-elle désespérément.
Malheureusement, ce qui quitta sa bouche ressembla beaucoup plus à un sanglot qu’à un cri. Elle eut soudain cette terrible certitude, elle savait qu’aujourd’hui, elle allait mourir. Ses pensées se bouleversèrent dans sa tête, elle vit sa fille, ses parents qui l’avait harcelée pour qu’elle fasse des études. Elle vit aussi Jamie, son copain décédé dans un terrible accident sur l’océan, puis elle vit Granny, sa grand-mère. Celle qui lui avait donné cette passion des masques, celle qui lui avait légué cette boutique.
Tout cela n’avait plus d’importance. Non, car cet homme, en face d’elle, allait être responsable de la mort de plusieurs personnes. Mais ça n’arriverait pas ! Non, parce que ce même homme lui avait donné un moyen de sauver ces braves agents innocents. Elle allait mourir, mais il ne survivrait pas, lui non plus.

- Reculez ! fit-elle en se redressant en plein milieu du magasin. Tout va exploser !

- Tiens tiens, vous ne pleurez plus ?

- Je n’ai… Je n’ai plus peur de vous ! Je n’ai plus peur !
Elle appuya sur le bouton.
L’explosion fut d’une telle intensité qu’elle souffla tous les bâtiments aux alentours et fit même trembler le sol dans le quartier. Plusieurs jours plus tard, la presse publiera à ce propos qu’hormis quelques blessés, aucune victime ne fut à déplorer. Ces mêmes journaux rangeront cette explosion avec toutes les autres démonstrations de force de la Révolution. Pour le Cipher Pol, la réalité sera différente. Ce jour-là, Mendela Yorkshire leur aura échappé, quant à la jeune Skyler Thomas, portée disparue. Le monde n’entendra parler d’elle que plusieurs années plus tard. Mais tout ceci ne fait pas partie de ce que nous allons raconter aujourd’hui ! Non, nous allons plutôt nous intéresser au reste de cette « étrange » journée.
Retour quelques minutes plus tard, à plusieurs centaines de mètres de là, dans une sombre impasse formée par les murs de trois bâtiments.

- Pourquoi… Tu…

- Chhht. Essaye de ménager tes forces. Pendant ce temps, je vais me dégotter de nouvelles fringues.
La jeune femme était adossée contre le mur, inconsciente. Mendela s’était servi de ses lambeaux de vêtement pour lui faire un petit nid douillet. Il ne lui restait plus qu’un slip.
Aussi étonnant que cela puisse paraître, il avait survécu à cette explosion et il avait sauvé la jeune vendeuse. A présent, il lui fallait atteindre les cours d’eau (qui servaient d’axes majeurs pour se déplacer dans cette ville), mais nota soudain la présence d’une petite fille, déboussolée.
Sans aucune pudeur, il s’avança vers elle avec la ferme intention de lui demander de l’aide, mais renversa par inadvertance des poubelles, qui roulèrent au sol dans un boucan infernal. Niveau approche, on avait déjà vu mieux.

- Hey petite, tu ne voudrais pas m’ai… Oh, un chat !
Il se baissa pour tenter d’attraper l’animal, qui jeta un regard méfiant vers cet étrange humain nu. Intriguée, la féline finit tout de même par s’approcher.


Revenir en haut Aller en bas
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 964
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
74/250  (74/250)
Berrys: 23.295.001 B

MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Ven 3 Mai - 10:49


Flashback
 

Il y a 8 ans
                         Sur Water Seven.

 
 


 
 
Kururu était toute seule dans la ruelle essayant d'analyser sa situation. Le chat avait disparu comme par magie et elle n'avait pas suivi les instructions de Pa. Qu'est ce qu'elle allait faire ? Il allait être inquiet et surtout furieux. C'était vraiment une catastrophe. Elle devait trouver un moyen de rentrer sinon elle serait privée de dessert. Elle ne pouvait pas se le permettre, en plus elle avait justement réessayé de faire de la mousse au chocolat hier. Soudain, il y eut un léger tremblement dans le sol qui fit perdre à la petite fille son équilibre et elle retomba par terre. Elle avait été surprise par cette secousse et n'avait pas réussi à rester sur ses pieds. Elle se releva une nouvelle fois en soupirant, c'était la deuxième fois en quelques minutes.

Mais cette fois ce n'était pas sa faute ! Pourquoi y avait-il eu un tremblement de terre ? La petite fille n'en avait aucune idée et ce n'était pas le centre de ses préoccupations. Un couple étrange venait de faire irruption dans la ruelle. Ils avaient les vêtements déchirés et la femme n'avait pas l'air très bien. L'enfant ne savait pas trop si elle pouvait aller leur demander son chemin, s'il avait besoin d'aide ou si elle pouvait tout simplement s'approcher pour voir ce qui se passait. Comme elle ne savait pas, elle resta plantée là à observer curieusement le duo. Ils avaient les vêtements tout déchirés c'était assez étrange comme nouvelle mode. Mais ce qui était vraiment étrange c'était que l'homme se mit en maillot pendant que la fille s'appuya contre le mur pour faire une sieste. Remarquant la présence de la petite fille, l'inconnu s'approcha dans sa direction. Mais avant d'arriver au niveau de Kururu, il reversa des poubelles qui étaient sur le passage. Elles se renversèrent sur le sol dans de grands bruits métalliques. L'enfant ne savait pas vraiment si c'était l'étrange homme ou juste son entrée fracassante, mais elle n'avait pas vraiment confiance et recula un peu.

- Hey petite, tu ne voudrais pas m’ai… Oh, un chat !
 
L'inconnu avait essayé du lui dire quelque chose, mais il avait été interrompu par la présence d'un chat. Un chat ? Où ça ? Elle regarda aux pieds de l'homme et elle aperçut enfin l'animal en question. C'était le chat blanc qu'elle avait perdu de vue ! Il était décidément trop mignon. L'inconnu essaya de l'attraper, ce qui fit sourire Kururu. Elle était certaine qu'il n'y arriverait pas...Ou pas en fait, après un moment d'hésitation l'animal alla de lui-même vers l'inconnu. Ce qui dans un sens rassura la petite fille, quelqu'un qui est apprécié des animaux ne peut pas être une mauvaise personne. En tout cas, il était vraiment impressionnant pour se faire aimer directement des chats.

Kururu se rapprocha doucement pour ne pas effrayer l'animal. Et enfin, surtout grâce à l'homme qui l'avait fait sortir de sa cachette, elle réussit à caresser le félin. Son pelage était vraiment très doux, dommage qu'elle ne pouvait pas en avoir un chez elle. Mais elle était déjà très contente de juste approcher les animaux sauvages. Elle continua quelques secondes à câliner le félin avant de réaliser qu'elle était juste à côté de l'inconnu. Elle releva sa tête vers lui avec un grand sourire.
 
Bonjour. Merci d’avoir attrapé le chat. Vous vouliez me demander quelques chose tout à l’heure ?
 
Elle n'avait plus du tout peur de lui. En plus de près, il n'avait pas l'air méchant même si ce promené en maillot en pleine fille était un peu louche. Mais comme il l'avait aidé sans le chercher, elle pouvait bien le laisser continuer à parler. Et elle ne pouvait pas le nier, elle était très curieuse d'en savoir plus. Ce n'était pas tous les jours qu'elle rencontrait des personnes aussi différentes que celles qu'il y avait sur son ile natale. Et surtout qu'est ce qu'un homme comme lui pouvait bien vouloir à une petite fille ? Elle voulait le savoir donc il devait le lui dire. Alors, la petite fille le fixa en attendant la réponse. Tout en continuant évidemment à caresser le chat, elle en profitait tant qu'il était toujours là. Il avait surement d'autre chose à faire et allait les quitter bientôt. C'était dommage, mais il ne pouvait pas rester ici éternellement.

 


_________________



Dernière édition par Kokoro Kururu le Ven 2 Aoû - 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Pirate]

avatar
Messages : 307

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Dim 5 Mai - 4:02





Mendela s’était laissé distraire par l’arrivée soudaine de ce chat. Si ses relations humaines pouvaient paraître chaotiques, il s’entendait en revanche plutôt bien avec le règne animal. « Un bon aventurier est l’ami des animaux » aimait-il répéter. Il préférait mille fois leur compagnie et avait pour habitude de faire comprendre aux gens autour de lui que leurs présences lui étaient indésirables. Mais il n’allait pas non plus remballer cette petite fille, surtout que c’était lui qui l’avait accosté, c’était lui qui avait besoin d’aide.

- Je voulais savoir si tu pouvais me passer tes vêtements !
Il était en caleçon, venait de sortir de nulle, dans cet endroit lugubre, avait recouvert le corps inanimé d’une jeune femme de lambeaux de tissus carbonisés, avait renversé des poubelles, caressait un chat et demandait de manière indirecte à une enfant déboussolée de se déshabiller, le tout en restant très sérieux. Du Yorkshire tout craché.

- Mmm, après mure réflexion, je dois vraiment passer pour le détraqué sexuel de service. Si ça se trouve, j’en suis un.
Il continuait d’agir comme si tout était parfaitement normal. Tout ce qu’il portait avait disparu dans l’explosion, hormis son masque, qui cachait donc la moitié de son visage, sans l’empêcher de parler clairement. On pouvait également deviner ses émotions à travers l’expression de ses yeux. Mais pour le coup, rien ne transparaissait. Il n’y avait que son regard imperturbable, qui fixait la petite tête rose comme pour essayer de percer son âme. Ca et ses paroles, de quoi faire trembler n’importe qui.

- Dis-moi, petite. Lorsque tu m’as vu avec mon étrange dégaine, pourquoi n’as-tu pas fui ?
La question était à moitié sérieuse. Le Yorkshire voulait tester l’enfant, savoir ce qui lui passait par la tête. Il rageait presque intérieurement de constater que cette enfant ne s’était pas méfiée de lui, pourtant parfait inconnu. Mais il rageait surtout contre ses parents, qui avaient visiblement relâche leur vigilance, la laissant arriver jusqu’ici. Bêtise humaine, quand tu nous tiens…



Revenir en haut Aller en bas
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 964
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
74/250  (74/250)
Berrys: 23.295.001 B

MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Dim 5 Mai - 11:34


Flashback
 

Il y a 8 ans
                         Sur Water Seven.

 
 


 
 
Kururu attendait la réponse de l'inconnu. Et elle en profita pour le regarder mieux. L'homme avait de longs cheveux blonds et un masque qui recouvrait la moitié de son visage, la petite fille ne pouvait voir que ses yeux. Il lui paraissait tout à fait normal si on ne se préoccupait pas de son étrange tenue vestimentaire. Finalement, l'ami de monsieur le chat lui expliqua enfin ce qu'il lui voulait. Il lui demanda si elle pouvait lui passer ses vêtements. Quoi ? Pourquoi elle ferait ça ? C'était les siens et elle en avait besoin. En plus, elle pouvait évaluer comme elle voulait, c'était impossible pour que l'homme rentre dedans, il était beaucoup trop grand.

Elle copia son air sérieux avant de faire non de la tête comme réponse à la demande de l'inconnu. De toute manière, il continua directement en supposant qu'il était peut-être un détraqué sexuel de service. La petite fille n'avait pas tout compris. C'était peut-être une manière qu'avaient les habitants de Water Seven pour dire qu'ils avaient froid. C'était bizarre comme façon de le dire, mais venait de cet homme ça pouvait aller. Ce serait triste pour sa compagne s'il tombait malade, alors Kururu décida d'être gentille et de quand même lui prêter de quoi se réchauffer.

 
Peu être. Mais si vous avez vraiment froid je veux bien vous prêter mon pull, mais pas les autres j’en ai besoin. Enfin si vous arriver à le mettre…
 
La petite fille le retira et lui tendit un petit pull blanc. Elle en profita pour le frotter un peu, il restait encore un peu de poussière de sa chute précédente. Le vêtement en face de l'homme paraissait vraiment petit, elle était presque sûr que ça n'irait pas. Mais comme Pa le dit souvent, c'est l'intention qui compte. L'enfant regarda à nouveau l'adulte. Celui-ci n'arrêtait pas de la fixer d'un regard indescriptible. Comme elle ne pouvait voir que ses yeux et que ces derniers ne laissaient rien passer des émotions de l'homme, Kururu se demandait à quoi il pouvait bien penser. Quel étrange monsieur venu de nulle part... Au bout de quelques secondes, l'inconnu repris la parole. :

 
- Dis-moi, petite. Lorsque tu m’as vu avec mon étrange dégaine, pourquoi n’as-tu pas fui ?

C'est vrai qu'elle aurait peut-être du fuir et se perdre surement encore plus. Et il admettait lui-même qu'il était étrange. Mais si étrange qu'il avait réveillé la curiosité de la petite fille. Pourquoi se baladait-il comme ça en pleine ville ? Pourquoi voulait-il des vêtements trop petits ? Pourquoi n'avait-il pas les siens ? Comment avait-il fait pour que monsieur le chat s'approche aussi facilement de lui ? Surement parce qu'il n'était pas un méchant monsieur bizarre. Mais alors ça signifierait qu'elle l'était ? Non pas vraiment, elle n'avait peut-être pas la technique pour approcher les animaux sauvages de Grand Line. Elle sourit à l'inconnu pour lui répondre le plus simplement possible.

 
Parce que monsieur le chat dit que vous êtes gentil.
 
Faire confiance à l'instinct d'un chat qu'elle ne connaissait pas n'était peut-être pas l'idée du siècle, mais c'était la raison pour laquelle la petite fille n'était pas partie. Alors, pourquoi ne pas la dire ? En plus le chat lui donnait raison. L'animal n'était pas parti, il s'était même endormi sur les pieds de l'homme. Finalement, Kururu ne résista pas et lui demanda :

 
Pourquoi n’avez-vous pas vos propres vêtements monsieur ?
 
La réponse ne la regardait peut-être pas, mais elle voulait savoir. Tant pis si elle se faisait remballer après, car elle avait été trop indiscrète. Mais bon, après qu'il lui demande ses affaires elle avait bien le droit de savoir pourquoi. Et elle voulait aussi savoir si sa propre supposition était la bonne. Elle attendit la réponse de l'homme en le fixant à son tour avec des yeux curieux.



_________________



Dernière édition par Kokoro Kururu le Ven 2 Aoû - 11:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Pirate]

avatar
Messages : 307

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Dim 5 Mai - 15:35





Dans un premier temps, elle refusa. Rien d’étonnant, c’était ce que n’importe quel être humain ferait dans pareille situation. Toutefois, elle sembla y réfléchir et finit par ôter son pull en laine, à la grande surprise de Mendela, qui ne s’attendait pas du tout à ça. Désarçonné par l’attitude de la petite, il demeura immobile, à fixer le vêtement blanc qu’on lui proposait. « Qu’est-ce qui ne va pas chez elle ? »

Il attrapa le pull, le saisit par ses deux manches avant de le placer devant son torse, pour voir si ça pourrait lui aller. Naturellement, c’était beaucoup trop petit pour lui. Alors il le lui balança au visage.

- Remets-le, je n’aime ni la couleur, ni la matière.
Lorsqu’il lui demanda la raison pour laquelle, malgré son air louche, elle n’avait pas pris ses jambes à son coup, le plus simplement du monde elle lui répondit qu’en se fiant à l’instinct de l’animal, l’homme avec lequel elle discutait ne pouvait pas être dangereux. Une réponse qui pouvait paraître anodine, mais qui pour Mendela, signifiait tellement de choses. Deux fois en une seule journée, il s’était retrouvé face à des personnes qui « n’avaient pas peur ». D’abord la jeune commerçante et maintenant une petite fille ? Peut-être qu’il se ramollissait, peut-être que ses petits pièges psychologiques n’étaient plus aussi réussis qu’avant.

- Comme je le dis toujours : « Un bon aventurier est l’ami des animaux ». N’empêche, tu devrais être plus méfiante tu sais. Tu aurais pu tomber sur un vrai cinglé, qui n’aurait pas hésité à te faire du mal.
Il était temps de faire tomber le masque. Yorkshire soupira un bon coup et ferma les yeux, « résigné » à jouer cartes sur tables avec cette fille. L’innocence de cet enfant avait vaincu son sérieux d’adulte. Lentement, il se laissa tomber en arrière, afin de finalement se retrouver fesses à terre. Ainsi, son visage serait sensiblement à la même hauteur que celui de cette petite. Plus facile.

- Pour répondre à ta question, je devrais t’expliquer qui je suis et tout te raconter depuis le début, mais je n’aime pas trop parler aux gens et en apprenant la vérité, tu détalerais en moins de deux…
Pourquoi avait-il dit cela ? Elle n’était pas partie en voyant cet homme, beaucoup plus grand et sans vêtement. Alors est-ce que lui dire qu’il était en vérité un dangereux pirate, activement recherché sur l’île par des agents du gouvernement et qu’il venait indirectement de faire sauter une boutique de déguisement en plein centre-ville, kidnappant au passage la vendeuse de ce dernier ; bref est-ce que tout ça changerait vraiment quelque chose ?
Bon, il n’était peut-être pas nécessaire d’aller dans le détail. Non, ce qui le gênait vraiment, c’était d’en parler avec quelqu’un. Lui qui ne cherchait jamais à sympathiser avec qui que ce soit, lui qui se montrait volontairement détestable pour ne pas avoir affaire aux autres humains, se retrouvait en face d’une fille qui… à l’inverse, cherchait justement à en savoir plus. En un sens, elle l’effrayait.

- Tu… tu me recopies là ? Ne me fixe pas avec ces yeux ! Et au lieu de parler de moi, parlons de toi. Qu’est-ce que tu fais ici ? Où sont tes indignes de parents, que j’aille les sermonner ?




Revenir en haut Aller en bas
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 964
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
74/250  (74/250)
Berrys: 23.295.001 B

MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Dim 5 Mai - 23:34


Flashback
 

Il y a 8 ans
                         Sur Water Seven.

 
 


 
 
Finalement Kururu avait accepté de lui prêter un des vêtements qu'il avait demandé. Mais l'effet que son geste avait sur l'homme était fulgurant, il resta complètement immobile. Elle insista pour qu'il le prenne, son pull n'allait pas lui exploser entre les doigts. Elle savait qu'elle détruisait beaucoup de choses sans le vouloir, mais pas au point d'abîmer ses affaires. Après avoir fixé le tissu blanc, il se décida à le prendre. Puis, il évalua la taille en plaçant le pull devant lui.

Comme la petite fille l'avait prédit, c'était beaucoup trop petit pour lui. Même si le tableau lui donnait envie de rire, elle garda son sérieux en attendant qu'il admette son erreur ou une scène encore plus drôle s'il décide vraiment de le mettre. A la place, il le lui jeta au visage avec comme excuse qu'il n'aime pas la couleur et la matière. Au moins, même si l'adulte ne l'admettait pas, cela prouvait qu'elle avait raison. L'homme détourna l'attention de Kururu avec une autre question à laquelle elle répondit le plus sincèrement possible, il ne lui faisait pas peur à partir du moment où le chat était venu jusqu'à lui. Elle lui avait même posé une question sur sa tenue vestimentaire.

 
- Comme je le dis toujours : « Un bon aventurier est l’ami des animaux ». N’empêche, tu devrais être plus méfiante tu sais. Tu aurais pu tomber sur un vrai cinglé, qui n’aurait pas hésité à te faire du mal.
 
Ca signifie que l'homme était un bon aventurier puisqu'il était l'ami de monsieur le chat Par contre, quand il parlait de cinglé qui aurait pu lui faire du mal, elle se crispa un peu. C'est vrai qu'elle n'y avait pas pensé. Et si elle était tombée sur des méchants marines comme la dernière fois ? Il n'y aurait peut-être plus eu quelqu'un pour l'aider. Kururu préféra ne plus y penser, elle était tombée sur un aventurier tout devrait bien se passer. Et de toute manière c'était trop tard maintenant. L'homme se laissa tomber par terre pour se retrouver assis au niveau de la petite fille.

 
- Pour répondre à ta question, je devrais t’expliquer qui je suis et tout te raconter depuis le début, mais je n’aime pas trop parler aux gens et en apprenant la vérité, tu détalerais en moins de deux…
 
Oh, dommage ! L'homme n'aimait pas parler aux gens. Kururu aurait bien aimé savoir son histoire, même si d'après lui elle était très effrayante. La petite fille adorait qu'on lui raconte des histoires, surtout que celle d'un inconnu aussi bizarre devait passionnante. L'enfant décida de ne pas lui répondre, elle voulait une suite. Peut-être quand le fixant comme il l'avait fait, l'homme céderait et répondrait à sa question plus en détail. La première réponse très vague de l'homme lui avait donné encore plus envie de savoir.


- Tu… tu me recopies là ? Ne me fixe pas avec ces yeux ! Et au lieu de parler de moi, parlons de toi. Qu’est-ce que tu fais ici ? Où sont tes indignes de parents, que j’aille les sermonner ?

 
Kururu n'avait pas réussi à avoir l'effet recherché... A la place, il lui interdit de la fixer avec ses yeux là. Mais alors elle ne pouvait plus le regarder du tout ? Elle n'avait pourtant que ses yeux pour le faire. En plus elle n'avait aucune paire de rechange et elle n'était même pas sûr que des yeux pouvaient se changer. Dans le doute, elle préféra ignorer cette partie là et se concentra sur les questions qu'il venait de lui poser.

 
J’attendais dehors que mon père termine son travail. Il va parler avec beaucoup d’autres adultes et  c‘était plus ennuyant que ce que je pensais. Quand j’ai vu monsieur le chat. Mais il est parti et je l’ai suivit jusque ici.  Si je me souviens bien, il m’a dit que le dernier endroit où il allait et où je devais absolument le retrouver  c’est petit restaurant. Il m’a aussi dit qu’il était facilement repérable car il était à côté d’un magasin de déguisement tout bleu. Mais vous ne pouvez pas le sermonner, il est très gentil comme papa, même s’il est très occupé.
 
Pa était le meilleur papa du monde. Kururu n'avait pas eu la possibilité de vérifier par rapport à son vrai papa, mais de tous les papas vivants, c'était le mieux. Et elle ne laisserait pas cet homme le sermonner justement parce que c'est le meilleur. Soudain, elle se rappela qu'elle devait justement le retrouver là-bas. Aie... Elle ne le sentait pas du tout. Elle devait encore avoir beaucoup de temps, car quand elle l'avait quitté, il lui restait assez bien de client à aller voir. Mais si elle n'arrivait pas avant ou au moins en même temps que lui, il allait être fâché et la privée de dessert. C'était un très mauvais plan. Soudain, une idée de génie venait de traverser l'esprit de la petite fille. L'inconnu devait surement savoir où cette boutique se trouvait. Il ne devait pas y avoir énormément de magasin de déguisement dans la région. Un peu embêtée, car elle devait avoue qu'elle s'était perdue, elle demanda quand même à l'homme.

 
Euh…Vous ne savez pas par hasard où se trouve ce magasin ? Je me suis perdue en poursuivant le chat…


_________________



Dernière édition par Kokoro Kururu le Ven 2 Aoû - 11:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Pirate]

avatar
Messages : 307

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Jeu 9 Mai - 21:02





Patiemment, Yorkshire écouta le récit de la petite et resta totalement imperturbable lorsque cette dernière évoqua la boutique de déguisement qu’il venait justement de faire sauter. En fait, il esquissa même un léger sourire, amusé par cette étrange coïncidence, mais son interlocutrice ne pourrait le voir, à cause de son masque. Et il sourit encore plus lorsque l’enfant lui interdit de sermonner son paternel. Il savait au fond de lui que cet homme avait de forte chances d’être blessé à cause de l’explosion, mais il ne culpabilisait pas pour autant, ce type n’avait eu que ce qu’il méritait de toute façon.

- Et c’est toi qui va m’en empêcher, petite tête à barrette ?
Lorsqu’elle enchaîna en lui demandant de l’aide, il détourna les yeux et se mit à regarder le ciel en soupirant. Elle l’énervait, son air frêle, son ignorance, son innocence, ses cheveux peignés et coiffés avec sa petite barrette, sa voix douce et surtout ses yeux. Elle l’énervait parce qu’il n’arrivait pas à être lui-même. Il ne parvenait pas à l’envoyer promener, comme il l’aurait normalement fait avec n’importe qui. Il avait tenté de la piéger, mais au final, c’était elle qui l’avait piégée. Un peu comme… cette vendeuse, qu’il avait sauvé malgré lui plus tôt dans la journée. Deux fois, en moins de deux heures, dans la même ville, il avait croisé deux personnes « différentes » des autres. Deux représentants du genre humain qui valaient la peine que l’on s’y intéresse. Mais ça, il ne lui dirait jamais.

- Hey ! J’ai demandé de l’aide en premier !
Le chat sembla s’ennuyer et quitta les deux compères pour aller s’intéresser à une souris visiblement occupée à grignoter des miettes, non loin du corps inanimé de la jeune femme. Mendela finit par soupirer et se frotta la tête tout en marchant lentement en direction de la petite fille.

- Bon, je vais t’aider à trouver cette boutique et ton papa si d’abord tu m’indiques où me procurer une nouvelle tenue.
Et sans crier gare, sans prévenir, il attrapa la petite par la taille, avant de la poser sur son épaule comme un sac à patates. Son visage était orienté de manière à ce qu’elle puisse voir devant. Mendela prit une profonde inspiration avant de se mettre à courir à toute allure. Profitant de son élan, il déboucha de la petite ruelle avec une très grande vitesse et parvint à bondir au dessus du cours d’eau qui servait d’axe principal. En atterrissant de l’autre côté, il s’enfonça dans le centre ville, sous le regard déconcerté des passants. La scène avait en effet de quoi choquer, un homme portant un masque, uniquement vêtu d’un slip, courrait en pleine ville en portant une petite fille sur ses épaules. Mais lui s’en fichait éperdument. Il y a longtemps que le regard des autres ne lui faisait plus d’effet.

- Tu dois connaître la ville un minimum, montre moi le chemin vers la boutique de vêtement la plus proche. Au fait, tant qu’on y est, profitons-en pour parler un peu. Tu as déjà entendu parlé du syndrome de Stockholm ou encore du syndrome de Lima ?
Il se doutait qu’elle répondrait par la négative, mais pour ne pas casser le rythme, il enchaîna avant qu’elle ne puisse répondre.
- Ce sont les deux faces d’une même pièce. Ces deux syndromes illustrent parfaitement la puissance que peuvent avoir les émotions. Sauf que les gens préfèrent refouler ces émotions, plutôt que vivre avec et les accepter. Une petite fille préférera par exemple dire qu’elle s’est perdue, au lieu d’accepter la vérité, par peur de découvrir que son papa ait pu l’abandonner.
Il avait parlé en regardant droit devant lui. Comment réagirait-elle face à cela ?

Revenir en haut Aller en bas
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 964
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
74/250  (74/250)
Berrys: 23.295.001 B

MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Sam 11 Mai - 11:11


Flashback
 

Il y a 8 ans
                         Sur Water Seven.

 
 


L'homme avait écouté toute son histoire sans bouger d'un millimètre. Pas un mouvement de sourcil, pas un clignement des yeux, la petite fille n'avait aucun moyen de savoir à quoi il pensait surtout avec le grand masque qui cachait plus de la moitié de son visage. Quand elle annonça qu'il ne pouvait pas faire du mal à Pa, elle était très sérieuse. Mais l'homme ne semblait pas la croire. Il lui demanda même si elle allait vraiment l'en empêcher en soulignant bien qu'elle était petite. D'un air décidé, elle acquiesça. Personne ne pouvait toucher à ses parents !
 
L'étrange monsieur soupira et regarda en l'air au moment où la petite fille demanda son chemin. Alors tout en continuant à lui expliquer ce qu'elle cherchait, elle avait jeté un rapide coup d'oeil aussi. Mais que pouvait-il bien regarder ? Il n'y avait même pas un minuscule petit nuage dans le ciel. Soudain, il attira son attention et déclara qu'il avait demandé de l'aide en premier. C'est vrai qu'il n'avait pas tout à fait tord. Mais elle avait ce qu'il demandait. Enfin à moitié, il voulait tous ses vêtements et elle ne lui avait prêté que son gilet. Ce n'était pas sa faute s'il avait mal jugé la taille.
 
Monsieur le chat s'étira paresseusement. Puis le félin se releva pour aller chasser des souris. Il y en avait justement une en train de grignoter les restes d'un vieux morceau de fromage, pas loin de l'amie tout aussi étrange de l'inconnu. C'était dommage que l'animal parte déjà. Mais elle s'en doutait un peu. Il n'allait pas passer sa vie ici à attendre. Kururu était beaucoup trop dissipée et ne faisait plus vraiment attention à l'homme. Quand elle le regarda à nouveau, il était très proche d'elle. La petite fille sourit quand il annonça qu'il allait l'aider à condition qu'elle laide à trouver une boutique de vêtements. L'échange semblait bien, un bâtiment contre un autre.
 
Soudain avant même que l'enfant réussisse à dire un seul mot, l'homme l'attrapa par la taille. Elle ne s'y attendait vraiment pas et ne put s'empêcher de lâcher un petit cri surpris. Qu'est ce qu'il faisait ? Pourquoi ? En une fraction de seconde, elle n'y comprenait plus rien. Le sol disparut et elle se retrouva assise sur l'épaule de l'adulte. C'est à ce moment-là qu'elle se rendit compte qu'il avait raison... Elle était trop petite, même si elle le voulait, elle ne pourrait jamais rien faire contre lui. C'était vraiment compliqué d'être un enfant. Sans prévenir personne, l'inconnu inspira profondément avant de partir droit devant à toute vitesse.
 
Sortant de la ruelle, l'homme sauta au-dessus du court d'eau dans un bond incroyable. Le poids supplémentaire que représentait la fillette ne semblait pas le gêner. Kururu s'amusait beaucoup sur son épaule. De l'extérieur la scène devait paraitre étrange, ce qui se comprenait parfaitement. Voir une petite fille transportée par un homme avec juste un masque et un maillot ne devait pas être très courant. Mais les passants ne se doutaient pas d'une chose, elle venait de trouver le meilleur moyen de transport de toute l'ile. En plus d'être confortable et rapide, elle avait une très belle vue. Pour une fois, elle voyait le monde à la hauteur d'une grande personne. Et elle devait l'avouer, elle adorait ça. Après une petite seconde d'adaptation, elle essaya tant bien que mal de se repérer dans la ville. Elle devait trouver une boutique de vêtements... Elle savait qu'il y en avait une pas loin, elle était passée devant en accompagnant Pa. Mais où était-elle déjà ?
 
Elle avait déjà assez de matière pour réfléchir comme ça avec la destination, mais l'homme décida de parler un peu. Il lui rappela qu'elle devait le guider jusqu'à une boutique de vêtements la plus proche de préférence. Ensuite il parla avec des mots compliqués. Il parla de syndrome de Stockholm et de syndrome de Lima. Pour faire simple, tout ce qu'elle connaissant de ce dont il parlait se résumait en un mot : Rien. Au moins, ces noms étranges ont eu un effet positif. En les entendant, Kururu se rappela du nom de la boutique, « Le lama d'or », qui vendait des vêtements spéciaux provenant d'une ile très lointaine, surement recouverte de sable puisque la boutique était jaune flash. Cette découverte faite, elle voulut répondre à la question de l'homme.
 
 
Mais il ne lui en laissa pas le temps, peut-être connaissait-il déjà la réponse de la petite fille. Il expliqua les deux termes compliqués qu'il venait d'utiliser. Il les compara à une pièce et ses deux côtés. Les syndromes représentaient des émotions. Sur le premier côté de la pièce, elles étaient acceptées, sur le deuxième les hommes refusaient ces mêmes émotions. Puis il donna un exemple qui ne plus pas à Kururu. Il expliqua qu'une petite fille préférait dire qu'elle était perdue à la place de reconnaitre qu'elle avait été abandonnée par son père. Bizarrement, l'enfant avait la désagréable impression d'être visée. Justement, elle était une petite fille et elle s'était effectivement perdue ; Sauf que Pa ne l'aurait jamais abandonnée, il se trompait complètement. Car si c'était pour l'abandonner maintenant, il ne l'aurait jamais adoptée quand elle était bébé et il ne lui aurait pas laissé un moyen de rentrer à la maison. Elle savait où et comment rentrer, donc cette possibilité était impossible.
 
Certaine émotions peuvent être soignées par d’autre, c’est pour ça qu’elles ne sont pas montrée…Enfin…Peu être… Mais vous sous hésité les enfants.  Nous sommes parfaitement capables de savoir si nous sommes simplement perdu ou si nos parents nous ont lâchement abandonné. Mais dans votre exemple, c’est
 
Kururu n'était pas certaine pour son explication sur les émotions. C'était Yuki qui lui avait expliqué il y a très longtemps et ça fonctionnait plutôt bien. Enfin pas pour toutes les émotions possibles et inimaginables mais c'est le résultat qui compte. La petite fille était en pleine explication sur la mentalité des enfants que visiblement l'homme ne connaissait pas quand soudain, elle aperçut une bibliothèque. Elle la reconnu tout de suite.
 
 
Tournez à droite juste avant la bibliothèque puis directement à gauche.
 
Normalement si elle ne s'était pas trompée, le duo devrait déboucher dans une des rues principales du centre-ville. Elle était très longue, mais il y avait surtout des magasins d'alimentation ou de souvenir. Mais plus loin, vers la fin de la rue, il y avait la boutique de vêtements la plus proche que Kururu connaissant. Ses instructions données, elle reprit son explication à la phrase où elle était arrivée.

 
Mais dans votre exemple, ce n’est pas tout simplement parce qu’elle veut continuer à croire en son père ? Ce sont les adultes qui cachent le plus ce qu’ils pensent. Et parfois sans aucune raison.
 
C’est vrai ! Pourquoi ce serait la faute de la petite fille dans l’histoire ? Elle n’avait surement rien fait de mal et en plus tous les enfants que la petite connaissait adoraient leurs parents. Par contre, cet homme était pour elle, l’exemple parfait pour ce qu’elle venait de dire. Elle n’arrivait jamais à savoir ce qu’il pensait. En attendant ce qu’il allait dire, Kururu se laissa tranquillement transportée jusqu’à destination. Elle avait encore un peu de temps pour profiter de la vue d’un adulte avant d’arriver à la boutique.


_________________



Dernière édition par Kokoro Kururu le Ven 2 Aoû - 11:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Pirate]

avatar
Messages : 307

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Lun 13 Mai - 3:06





L’étrange duo continuait de déambuler dans les rues bondées de Water Seven. Une femme s’empressa de cacher les yeux de ses enfants juste avant que Mendela ne passe, à demi nu devant eux. Lui, pas plus gêné que ça, se contentait surtout d’écouter les indications de la petite fille qu’il portait sur son épaule. En pleine course, il réalisa qu’après tout ce qu’il s’était passé, il ne connaissait toujours pas son nom. Il y pensa quelques secondes, puis abandonna l’idée de le lui demander. En effet, s’il voulait obtenir une réponse, elle lui demanderait à coup sûr de lui donner son prénom et ça… il en était hors de question. Il lui accordait déjà trop d’attention à son goût.
En tournant sa tête vers elle pour écouter sa réaction par rapport à sa précédente affirmation, il manqua de renverser un adolescent rondouillard, occupé à lécher sa glace. Malheureusement pour lui, le souffle dégagé par la course folle du pirate fit tomber sa boule vanille au sol.

- Ma glace ! Regarde devant toi quand tu marches, crétin !

- T’es déjà suffisamment gras, je t’ai rendu service !
Il avait répondu sans s’arrêter de courir, ne prêtant nullement attention au flot d’insultes qui suivit. Grâce aux indications de la petite, le duo déboucha sur l’une des rues principales. Le cours d’eau, au centre de celle-ci était rempli de Yagaras et les deux trottoirs qui le bordaient grouillaient également de monde. Pour ne pas avoir à freiner dans sa course, Yorkshire sauta en direction de l’eau. A cause de sa malédiction, il n’avait pas droit à l’erreur et entreprit de sauter méticuleuse de Yagara en Yagara afin de dépasser un maximum de personnes. Il écouta avec attention la réponse de la fillette et soupira. Il n’arrivait toujours pas à la briser et décida tout simplement d’y renoncer.

- Dans le fond, tu n’as pas tort. La plupart des adultes préfèrent garder leur ressentit pour eux. Peut-être parce qu’avec l’âge, ils ont compris que ce qu’on disait pouvait toujours nous retomber dessus. Voilà, les adultes ont peur, ils réfléchissent trop à ce que les autres pourraient dire ou penser…
Mendela était sérieux. Trop sérieux pour ce contexte. Trop sérieux pour cette petite fillette. Trop sérieux par rapport à ce qu’il était d’habitude. Il venait de décrire ce qu’il n’était pas, ou plutôt, ce qu’il ne voulait plus être depuis ce fameux jour. Dans l’optique de briser cette peur des pensées des autres, lui avait carrément été jusqu’à rejeter les autres. Il avait été radical, parce que la situation qu’il vivait était radicale. Malheureusement dans son cas, l’effet inverse s’était produit, le rendant… incapable d’interagir correctement avec quiconque, désagréable, cassant voir blessant dans son attitude et ses propos.

- Nous y sommes ! Bon, je vais t’abandonner ici, dehors et moi je rentre. Je te plante en plein milieu de la foule, et tu seras livrée à toi-même. Oui, je sais, j’avais dit que je t’aiderai à trouver ton papa… Et bien je t’ai menti. Pourquoi ? Parce que tout comme ton papa, je suis un adulte méchant, qui ment et qui cache ce qu’il pense vraiment.
Sans même lui laisser le temps de réagir, il la posa au sol et se précipita à l’intérieur du magasin. L’ambiance à l’intérieur était plutôt relaxante, une petite musique de fond, un thème coloré rappelant le sable chaud d’Alabasta et les vendeuses, choquées de le voir débarquer en slip. Lui, comme pour les provoquer, les salua amicalement, tout en se servant dans le rayon. Homme. Mais malgré les apparences, il ne quitta pas la petite du regard une seule seconde et la fixait à travers la vitre.

- Alors, qu’est-ce que tu vas faire maintenant ? Tu es toute seule « Petite barrette ». Est-ce que tu vas pleurer ? Appeler au secours ? Venir me chercher ?

- Monsieur… je peux vous aider ?

- Ah ! Oui, vous n’auriez pas quelque chose de plus sombre ?

- Je suis navrée monsieur, mais c’est la mode à Alabasta. Les jeunes portent des vêtements colorés, clairs. Je trouve que ce short blanc avec cette chemise à manche courte vous irait à merveille, surtout si vous enleviez ce masque ridicule.

- Je n’ai pas besoin qu’on me dise comment m’habiller. Je me promène peut-être en maillot, mais je suis un grand garçon vous savez ? Même que j’ai 29 ans !

- Euh… je ne faisais qu’aider, pas la peine de me répondre comme ça…

- M’aider, vous faisiez surtout votre travail. Ce n’est pas grave, j’ai finalement trouvé quelque chose.
Il avait opté pour quelque chose qui ressemblait fort à ce qu’il avait l’habitude de porter, une tenue plutôt sombre, un pantalon dans lequel il pouvait se mouvoir sans gêne, accompagnée d’un shirt et d’une petite veste sans manche, le tout recouvert par un grand châle blanc, qui flotterait dans le vent, ce qui lui donnait un petit air de super héros. Il quitta cependant le magasin en courrant, avec toutes les étiquettes encore fixées sur les vêtements, car dans la violente explosion de toute à l’heure, son portefeuille avait entièrement brulé. Et puis à quoi bon être pirate si c’était pour continuer à payer partout ?

Revenir en haut Aller en bas
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 964
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
74/250  (74/250)
Berrys: 23.295.001 B

MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Lun 13 Mai - 10:18


Flashback
 

Il y a 8 ans
                         Sur Water Seven.

 
 


La foule s'agitait au passage du duo improbable. Certaines personnes se poussaient pour laisse la place, des mères cachaient les yeux de leur enfant qui de toute manière essayait de voir ce qui se passait, mais Kururu ne s'en préoccupa pas du tout. Elle continuait tranquillement son explication du mieux qu'elle pouvait, ce n'était pas facile d'être clair. Soudain, elle du arrêter de parler à cause d'un garçon qui avait fait tomber sa glace. L'enfant continua à indiquer le chemin comme s'il ne s'était rien passé. De toute manière c'était trop tard, la glace était définitivement immangeable. En plus il était temps de tourner, elle le précisa à l'inconnu que s'exécuta.

Comme prévu, ils arrivèrent dans une grande rue. Il y avait beaucoup plus de monde que dans la précédente et un canal traversait la rue. Sur l'eau, des barques naviguaient tranquillement tirée pas de drôles d'animaux. Pa lui avait dit leur nom mais elle n'arrivait jamais à retomber dessus, alors elle ne s'attarda pas sur ce détail. Pour éviter la foule, l'homme sauta une nouvelle fois sur le canal. Comme celui-ci était remplit d'animaux, l'inconnu sauta d'une tête à l'autre. C'était vraiment amusant de voyager sur son épaule, la petite fille ne s'en laissait pas. Au bout 'un moment, elle termina enfin son explication qui elle espérait était compréhensible. Heureusement, l'homme semblait avoir tout compris et il annonça qu'elle n'avait pas tort. Et il expliqua que c'était parce que les adultes avaient peur et qu'ils réfléchissaient trop aux autres et aux conséquences. Peut-être que lui aussi avait peur de quelque chose ? Alors, l'enfant lui posa sa main sur la tête, Ma faisait toujours comme ça quand elle avait peur pour la rassurer.

 
La boutique était en vue et très rapidement, ils étaient arrivés à destination. L'homme s'arrêta juste devant le batiment. Kururu pesait rentrer avec lui pour l'aider à trouver les vêtements qu'il voulait et que après ils iraient ensemble jusqu'à la boutique de déguisement. Il allait peut-être même la garder sur son épaule. A la place, il lui dit qu'il l'abandonnait toute seule en plein milieu des passants et qu'il ne l'aiderait pas à trouver Pa. L'enfant ne comprenait pas pourquoi il lui avait menti. Il expliqua juste qu'il était méchant comme Pa, qu'il mentait et cachait ses sentiments. Et avant qu'elle ne réalise ce qui se passait, elle se retrouva sur le sol et l'inconnu entra seul dans la boutique.
 
La petite fille ne bougeait plus, elle essayait de comprendre ce qu'il venait de dire. Il ne voulait plus l'accompagner près de Pa, au moins cette partie-là était claire. Mais était-il vraiment méchant, Car s'il était comme son père et que Pa n'était pas méchant, il ne l'était pas non plus. Et s'il cachait ses sentiments, peut-être qu'en réalité il aurait bien aimé rester avec elle. Il était vraiment difficile à comprendre. Pendant toute sa réflexion, elle observait l'homme à travers la vitrine du magasin. Elle ne savait pas trop si elle pouvait rentrer ou pas... Surtout qu'il ne semblait pas vouloir qu'elle entre aussi. La réaction de l'homme l'avait rendue triste. La petite fille ne le pensait pas comme ça, il était bizarre, mais au début il était gentil.
 
 
Kururu décida de se ressaisir. Elle ne devait pas se laisser abattre. C'est triste de le quitter comme ça, en plus elle ne connaissait même pas son nom. Mais elle devait retrouver Pa sinon il allait s'inquiéter et elle allait être privée de mousse au chocolat. Avec un grand sourire, elle interpella un grand et gros monsieur qui passait devant la boutique. Elle voulait lui demander son chemin. Puis elle comptait attendre que l'homme ressorte de la boutique. La petite fille voulait au moins lui dire au revoir et le remercier pour la ballade, elle s'était bien amusée. Et puis, elle était curieuse de voir ses nouveaux vêtements. Elle salua le gros monsieur et allait commencer à lui demander son chemin. Quant à ce moment, l'homme étrange sortit en courant du magasin. Il n'était plus du tout pareil, mais il était très repérable avec son masque.
 
Laissant en plan l'habitant de Water Seven, Kururu essaya de le suivre. Elle voulait lui parler quand même une dernière fois. Surtout qu'elle ne le reverrait peut-être jamais. L'enfant courait aussi vite qu'elle pouvait dans les traces de l'homme. Heureusement, les passants qui s'étaient écartés pour le laisser passer formaient un passage pour elle, du coup elle ne devait pas s'en occuper. Mais elle n'était pas assez rapide et l'homme s'éloignait de plus en plus. Au cas où il s'arrêterait, elle essaya de l'appeler :
 
 
Monsieur ! Attendez-...
 
Avant qu'elle réussisse à finir sa phrase, elle s'emmêla les pieds. La petite fille tomba dans un petit cri surpris. La rue sur laquelle il était descendait légèrement et à cause de la pente, Kururu roula jusqu'en bas. Plus elle roulait et plus elle prenait de la vitesse. Elle s'arrêta en bas de la rue contre un mur. Doucement, elle s'assit à moitié sonnée avec la tête qui tournait un peu. La chute avait té plus dur que ce qu'elle aurait imaginé, elle avait mal un peu partout était couverte d'éraflure. Elle ne savait pas si l'homme était parti loin ou pas, elle ne savait même pas si elle l'avait dépassé. La petite fille prit les pansements qu'elle avait dans sa poche. Elle examina le nombre qu'elle avait et essaya de déterminer quelles éraflures risquaient le plus de s'infecte. Elle voulait les protéger en attendant d'être de retour à la maison pour que Pa la soigne. Pour l'instant la recherche de son père ou de l'homme étrange était momentanément reportée. Elle devait d'abords se remettre de sa chute, l'habitude n'effaçait pas tous les problèmes.
 


_________________



Dernière édition par Kokoro Kururu le Ven 2 Aoû - 10:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Pirate]

avatar
Messages : 307

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Jeu 16 Mai - 19:32





Courir ainsi était une nécessité absolue compte tenu de la situation. Tout d’abord, il y avait les vendeuses qui courraient derrière, ensuite, il y avait cette petite fille plutôt flippante qu’il fallait semer à tout prix, parce qu’il n’aimait pas les gens. Enfin, il y avait celle qui était restée seule, au point de départ de toute cette folle histoire. Lorsqu’il entendit le petite crier après lui, Mendela accéléra et se retourna sans s’arrêter pour lui adresser ces gentils mots d’adieux.

- Ne me suis pas ! Je ne suis qu’un méchant adulte irresponsable qui ment, qui a peur et qui cache aux autres ce qu’il ressent !
Aller ! Cette fois elle allait pleurer ! On y croit ! C’était la bonne ! Dans le genre, on ne faisait pas pire séparation. Il allait se retourner et il s’efforcerait de l’oublier, comme il le faisait à chaque fois qu’une interaction avec un autre durait trop longtemps. Il devait les oublier sinon ça pouvait piquer, ça pouvait faire mal. Malheureusement, il ne s’était pas retourné trop tard. Il assista à toute la scène, la vit trébucher, puis vit son petit vol plané, suivit de son brutal atterrissage. Il vit comment son petit corps tout frêle tournoyait avec violence sur les pavés du sol, avant de finir sa folle descente de la plus brutale des façon : contre un mur.

Il n’aime pas les gens.
Les gens sont égoïstes.
Certains disent qu’ils veulent protéger leurs amis.
Ce sont des égoïstes, ils ne pensent pas aux autres.
Certains disent lutter pour la Justice.
Ce sont des égoïstes, ils ne voient que leur propre Justice.
Parmi tout ceux-là, combien seraient prêt à donner leur vie pour des inconnus ?
Il n’aime pas les gens.

Alors pourquoi s’était-il arrêté ? Pourquoi faisait-il demi tour ? Pourquoi la fixait-il, en train de se relever et de calmement tenter de se soigner, sans rien faire ? Est-ce que tu peux m’expliquer, Kokoro Kururu ?

- Yorkshire ! C’est le Cipher Pol, à plat ventre les mains en l’air, éloignez vous de cette fille !

- …

- J’ai dit à plat ventre !
Il n’écoutait pas. Au lieu de ça, il regardait ses mains, se demandant l’espace d’un instant à quel moment il était devenu comme ça. A quel moment il avait arrêté d’avoir peur des gens, de ce qu’ils pensaient, de son image. Mais il connaissait la réponse.
Posté sur un toit, un tireur d’élite attendait observait le pirate à travers la lunettes de précision fixée sur son arme. Lorsqu’une voix familière se manifesta via un petit Escargophone fixé à sa ceinture, il posa son index sur la gachette et ajusta sa cible. Mais au moment de tirer, un chat qu’il n’avait pas entendu avait fait irruption sur le toit pour tenter d’attraper une souris. Le miaulement soudain du félin l’avait déconcentré et lorsqu’il pressa sur la détente, la balle ne partait pas en direction de la cible initiale.

Yorkshire s’était retourné. Il avait entendu le coup partir, comme tous les civils présents. Il savait que cette balle, probablement en Granit Marin, lui était destinée. C’était de toute manière le seul moyen de le blesser. Autrement, sa malédiction le protègerait de n’importe quel assaut. Il observait cette balle, et comprit très rapidement qu’elle partait dans une mauvaise direction. Oui, avec cet angle de tir, la cible serait… Tiens. Il ne connaissait pas son nom. Il ne pouvait pas crier pour la prévenir, parce qu’il ne connaissait pas son nom. De toute façon, esquiver une balle n’était pas à la portée de tout le monde. Il était trop tard pour elle. Ce tir lui exploserait la tête, elle décèdera sur le coup, le Gouvernement s’arrangerait probablement pour faire porter à l’unique criminel présent sur les lieux. Son père le détesterait, pleins de gens voudraient sa mort, les tueurs d’enfants n’étaient pas très appréciés, même chez les pirates.

Du coup, s’il la sauvait, ce ne serait pas en signe d’une quelconque affection, mais tout simplement parce qu’il était humain et que comme tous les humains il était égoïste. Il la sauvait pour éviter d’avoir des ennuis. Alors, sans réfléchir d’avantage, il bondit de manière à interposer son corps entre la fille et la balle. Lorsque l’objet en Granit Marin s’enfonça dans son flan, il ne poussa pas de cri, pas même une grimace de douleur. Il se contenta simplement de retomber par terre, aux pieds de celle qu’il avait pris l’habitude d’appeler « petite tête ».




Revenir en haut Aller en bas
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 964
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
74/250  (74/250)
Berrys: 23.295.001 B

MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Ven 17 Mai - 19:22


Flashback


Il y a 8 ans
Sur Water Seven.





Kururu était très concentrée sur ce qu’elle faisait et ne faisait plus attention au reste. Surtout qu’elle n’avait aucune marge d’erreur. Très lentement, la petite fille approcha un pansement de son genou droit. Puis elle s’arrêta dans son mouvement, après vérification, elle n’était pas tout à fait bien positionnée. Elle replaça bien ses mains dans l’axe avant de continuer à rapprocher l’objet de sa peau. L’opération était très délicate, sa plaie était pile de la taille du pansement, l’enfant ne devait pas faire un millimètre d’écart. L’objet toucha finalement sa blessure et le plus délicatement possible, elle appuya dessus pour le fixer. Elle grimaça un peu car la pression faisait mal, les pavés de Water Seven étaient plus dur qu’il n’y paraissait.

Un peu plus loin, un adulte cria très fort après un certain Yorshire. Pour l’enfant, ce nom ressemblait beaucoup à celui d’une race de chien, mais elle n’en était plus sur. Kururu ne prêta pas plus attention aux grandes personnes, elle avait d’autre pansement à mettre et de toute manière d’ici, elle ne voyait rien à cause des passants. Alors, elle regarda sur son autre jambe pour voir s’il n’y avait pas d’autre blessure important à recouvrir, il lui restait encore quelques pansements pour se soigner.

Soudain un gros bruit très strident recouvrit le bruit de la foule. Quelqu’un, surement pas très loin d’ici en entendant l’intensité du bruit, venait de tirer sur quelque chose. Intriguée, elle releva la tête pour essayer de voir se qui se passait. Et là, elle retrouva l’homme étrange qu’elle cherchait. Il se rapprocha très vite d’elle. Alors lui aussi était content de la revoir ? Elle le savait, il l’aimait bien au fond. L’inconnu dans ses nouveaux vêtements était arrivé à sa hauteur. Sans comprendre la gravité de sa situation, elle lui sourit, heureuse de le revoir. Il allait peu être reconnaitre qu’il n’aurait pas du l’abandonné après qu’il avait accepté de l’emmener au magasin de déguisement. Oui et après, ils marcheraient encore ensemble. Ou alors, il se dépêchait juste pour lui dire au revoir et en être définitivement débarrassé, c’était possible aussi.

Mais ? Qu’est ce qui se passait ? Sous les yeux horrifiés de l’enfant, l’homme s’effondra à ses pieds. Le tir qu’elle avait entendu quelques secondes avant venait de toucher l’étrange monsieur. Kururu se rendit très vite compte de la situation. Si l’étrange monsieur ne s’était pas interposé, elle serait morte à l’heure qu’il est. Elle ne savait pas qui ni pourquoi quelqu’un avait tenté de l’assassiner, mais elle ne s’y intéressait pas. Tout ce qui comptait c’était le blessé étendu sur le sol. Il l’avait sauvé et il risquait de mourir à sa place.

Noooon !

Kururu ne pouvait pas l’accepter. Elle ne voulait pas qu’il meure, pas maintenant. Elle venait à peine de le rencontrer, mais elle s’était déjà attachée à lui. Il voulait se faire passer pour un méchant, pourtant, il avait été gentil avec elle et avec monsieur le chat. Il était aussi très étrange, mais pas assez pour mérité ça. Elle se rapprocha de lui et le secoua pour le réveiller.

Monsieur ! Monsieur ! Réveillez vous.

Elle était désespérée, elle ne savait pas quoi faire. Elle n’arrivait plus à garder son éternelle sourire, elle avait même les larmes aux bords des yeux. Elle savait qu’elle devait rester forte, qu’elle ne devait pas pleurer, elle l’avait promis à Yuki. Mais…Mais elle avait beaucoup de mal à le faire. C’était la première fois que quelqu’un se faisait abattre devant elle. La petite fille avait très peur, elle ne savait pas quoi faire et se sentait terriblement impuissante, Kururu détestait cette sensation. Sauf qu’elle se rendait à l’évidence, elle était trop petite et inutile pour l’aider. Alors qu’il venait de la sauver, elle ne pouvait pas en faire autant pour lui. Alors elle essaya de demander de l’aide.

S’il-vous plait. Que quelqu’un l’aide, sinon il va mourir..

Aucun des passants qui avaient entendu sa requête ne bougea le petit doigt. Aider un criminel était interdit et faisait de la personne qui le ferait un hors la-loi. La petite fille ne savait qui il était vraiment. Elle ne se doutait pas une seule seconde que c’était après lui que les adultes avaient crié. Alors elle coïncidera tout le monde comme des méchants, ils allaient tous le regarder mourir sans rien faire. Elle resta assise près de lui en essayant de retenir ses larmes. Elle repensa à Yuki, et inspira profondément. Si elle souriait tout se passerait bien car le sourire attirait la chance, l’enfant l’avait toujours cru.

Soudain, elle sentit quelque chose de chaud contre son genou. Elle regarda ce que c’était, un fin filet rouge sang avait coulé jusqu’à elle. Elle le suivit du regard pour essayer d’en trouver la source. Le sang venait du corps de l’homme blessé. C’était surement là que la balle l’avait touché. Elle regarda l plaie, elle n’avait pas l’air si profonde que ça. Et si elle retirait l’objet du corps ? Les adultes ne voulaient pas le faire mais elle pourrait peu être le faire elle. Ca ne devait pas être plus compliqué que d’épicer des gros gigots d’agneaux avec de l’ail, elle avait vu Ma le faire des centaines de fois. Sauf qu’à la place de mettre de l’ail, elle devait prendre un petit objet en métal. C’était presque pareil, elle pouvait surement le faire. Elle le devait comme ça l’homme reviendrait peu être parmi les vivant.

Elle devait essayer, au moins pour l’aider comme il venait de le faire. Elle hésita un moment par peur de le blesser encore plus. Mais qui ne risque rien n’a rien. Elle se pencha pour voir ce qu’elle faisait et tenta son opération du mieux qu’elle put. Ce n’était pas facile, Ma était surement plus douée et Yuki encore plus. Finalement, elle réussit quand même à l’avoir et à retiré le bout de métal.

Monsieur revenez…

Elle n’avait pas été douce. Et peu être que sans le savoir, à la place de l’aider, c’était elle qui venait de l’achever. Mais elle avait fait de son mieux. L’homme devait vivre et se reprendre ses esprits, il le fallait. Elle avait tout fait pour en tout cas. Par contre, elle avait complètement oublié un détail de taille. Les hommes qui l’avaient attaqué étaient très proches maintenant.




_________________

Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Pirate]

avatar
Messages : 307

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Mar 11 Juin - 22:10

Je suis... sincèrement désolé pour ce temps de réponse é_è




Vyvyan Enora Caïn

- On l’a eu. A toute les unités, la cible a été touchée mais descend actuellement le quatrième canal sur un grand Yagara, il est accompagné par le reste de son équipe et une petite fille a été kidnappée !

Posté sur son toit, le tireur n’en revenait pas. Il avait été gêné par un chat au moment de presser sur la détente et était persuadé d’avoir manqué son tir. Pourtant, c’était bel et bien le pirate qu’il avait atteint. Enfin, malheureusement pour les Agents du Gouvernement, un groupe d’individus était très rapidement arrivé sur les lieux, l’un avait attrapé le corps de Yorkshire, tandis qu’un autre s’était empressé de prendre la fille, avant de les poser tous les deux dans un grand Yagara, pour filer sur le canal, en direction des bas quartiers de la ville. S’était alors engagé une folle course poursuite à travers la ville.

Du côté de ce fameux quatrième canal, un grand Yagara fondait à toute vitesse sur les eaux, sans respecter les sens de circulation ni même les priorités et les limites de vitesse. A son bord se trouvaient un total de huit personnes. Six d’entre elle semblaient habillé plus ou moins de la même manière et portaient un léger casque en métal, caractéristique. Les deux autres personnes étaient une jeune femme inconsciente et une petite fille portant une barette dans ses cheveux. Cette dernière avait été emmené par le groupe parce qu’elle se tenait juste à côté du corps de Mendela au moment où ils étaient venus le chercher. Pour le Cipher Pol qui avait assisté à toute la scène, il n’y avait pas d’ambiguité possible : l’équipage de ce dangereux pirate, le Quartet des Cinq, venait de récupérer leur capitaine et avaient enlevé cette petite fille au passage.

- Vyvyan, conduit plus doucement, on transporte des blessés !

- Pas le temps d’apprécier la vue Enora, des Agents sont à nos trousse, Yee-ha !

Saul Samira Mendela


Assis à la base du coup de l’animal marin, le dénommé Vyvyan venait de pousser un véritable cri d’extase, contrastant fort avec la gravité de la situation. Derrière lui, dans la large nacelle où siégeait le reste du groupe, ladite Enora tentait tant bien que mal de soigner le leader, qui gémissait comme un bébé. Pendant ce temps, imperturbable depuis le début, un homme plutôt grand était assis en tailleur, bras croisés et fixait les yeux de la petite fille à Barrette. Il ne comprenait pas pourquoi on lui avait demandé de l’emmener. En voyant l’explosion dans le magasin, ils avaient tous compris que le piège n’avait pas fonctionné. Et en revenant sur les lieux, ils n’avaient pas mis longtemps à trouver cette jeune femme inconsciente… Mais Yorkshire ne s’y trouvait pas. Puis était arrivé le coup le coup de feu.

- Caïn, ne reste pas assis à la regarder, ils nous rattrapent aide moi à les repousser.

- Ce n’est effectivement pas avec ton petit calibre que tu vas les arrêter Sam, laisse faire les pros.
L’imposant Caïn délaissa la jeune fille à la barrette et se dirigea vers l’arrière de la nacelle. Il dégaina son sabre pour dévier la dangereuse trajectoire d’une balle. Il agissait de concert avec la dénommée Samira, qui se contentait de tirer dans le tas, sans spécialement viser. Guidé par un Vyvyan déchaîné, le Yagara sema peu à peu les autorités et le groupe finit par sortir de la ville. Ils en firent alors le tour jusqu’à atteindre un cap isolé de l’île où attendait une discrète embarcation. Après une succession de virages plus serrés les uns que les autres, ils avaient fini par semer le Cipher Pol dans les faubourgs de la ville. Silencieux depuis le début de cette folle escapade, Saul prit un ton apaisant et tenta de parler à la petite fille qu’ils avaient embarquée.

- Ne t’en fais pas, nous sommes les « amis » du monsieur avec le masque, quoique si tu lui demande, il ne te le dira probablement jamais !
Pris dans son élan, « Saul » entreprit de présenter l’ensemble de la troupe.
Il y avait Caïn, sabreur mélomane et homme d’action. Enora, la jolie blonde affiliée au service médical et grande férue de paranormal. Vyvyan, l’intrépide fana de vitesse. Samira, qui fait un curieux bruit mécanique à chacun de ses pas, elle aime parier sur tout et n’importe quoi. Enfin, Ra’Zak, dit « Saul », l’homme de science, génie sans modestie, élément indispensable au reste du groupe. Il termina en parlant naturellement de leur leader, qui se remettait tout doucement de sa blessure.

- Ah, mais j’imagine que comme à son habitude, il ne s’est même pas présenté à toi ! Il s’appelle Yorkshire, Mendela Yorkshire… et il est recherché par le Gouvernement, comme tu as pu le voir… C’est parce que…

- Je crois que tu lui en as assez dit comme ça.
Il avait un bandage qui lui parcourait le bas du ventre, pour recouvrir sa blessure, mais montrer son torse à cette petite fille ne le gênait pas le moins du monde. Elle avait déjà eu l’occasion de voir ses Abdominaux dans la ruelle, prêt des poubelles. Mendela semblait en pleine forme. Il se raclât la gorge, leva les yeux vers ciel et se massa le cou, apparemment gêné, puis il jeta un regard désespéré vers ses compagnons qui lui rendirent un sourire significatif, avant de finalement s’adresser à celle qui l’avait accompagnée durant cette folle journée.

- Je… Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Tu es jeune, mais tu es forte. Aucun de mes pièges psychologiques n’ont fonctionné et c’est quelque chose de rare, crois moi. Alors, est-ce que tu serais prête à venir voyager avec nous ?

Revenir en haut Aller en bas
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 964
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
74/250  (74/250)
Berrys: 23.295.001 B

MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Lun 29 Juil - 15:49


Flashback
 

Il y a 8 ans
                         Sur Water Seven.

 
 


 
Tout s'était passé si vite que Kururu avait du mal à réaliser la situation. Un coup de feu venu de nulle part, le monsieur bizarre qui s'effondre devant elle. L'enfant avait un peu paniqué, mais elle avait essayé de son mieux de l'aider. Mais une petite fille comme elle ne pouvait pas faire grand-chose. Soudain des mains l'agrippèrent et sans qu'elle ait demandé quoique se soit, elle se retrouva sur une embarcation. Directement après, le Yagara démarra à toute vitesse, lassant le lieu de l'accident loin derrière. Elle ne savait pas du tout ce qui se passait, mais Kururu était certaine d'une chose : ce n'était pas maintenant qu'elle rejoindrait Pa.

Curieuse, elle regarda ce qu'il y avait autour d'elle. Le paysage défilait trop vite pour qu'elle sache se repérer, mais elle voyait très bien les personnes sur le bateau. L'enfant ne prit pas le temps de les compter, de toute manière ils n'arrêtaient pas de bouger ce qui ne lui aurait pas facilité la tâche. Ce qu'elle pouvait voir c'était qu'il avait tous le même casque que le gentil monsieur. Sauf une femme qui dormait dans toute cette agitation. Kururu reconnut la femme qui dormait dans les poubelles. Qu'est ce qu'elle faisait là ? Peu importe, sans regard se posa sur son sauveur. Elle sourit quand elle remarqua qu'une jolie dame blonde s'occupait de le soigner. La petite fille aurait été très triste qu'il meurt, par sa faute en plus puisque c'était elle qui était visée. Elle la regarda faire quelques secondes. Cette femme était vraiment très habile, la petite était impressionnée. Pour ne pas la déranger durant ses soins, elle regarda autre part.

 
C’est seulement à ce moment là qu’elle se rendit compte que l’imposant monsieur aux cheveux bruns assit un peu plus loin était en train de la fixer depuis le début. Intimidée, elle lui adressa un petit sourire timide. L’enfant était un peu mal à l’aise. Il ne disait rien mais la regardait avec insistance. Cela lui rappelait Pa quand il voulait la gronder. Par contre elle n’arriva pas à savoir ce qu’elle avait fait de mal. Heureusement, il se releva pour aller près d’un de ses camarades. Kururu resta assise pendant tout le trajet sans rien dire pour ne pas déranger. Comme elle ne savait pas non plus ce qu’elle devait faire, elle resta assise à l’endroit où on l’avait déposée. De toute manière, elle n’avait pas envie de se mouiller, donc elle ne pouvait faire qu’attendre sur le bateau en se tenant pour éviter de tomber à cause des nombreux virages.  
 
Finalement un membre du groupe décida du lui parler. L’homme lui expliqua calmement  qu’il était les amis du monsieur bizarre. Cet explication et le ton apaisant qu’il venait d’utiliser rassura un peu la petite fille. Cet homme aussi avait l’air gentil. Puis il présenta tout le monde par la même occasion.  Il commença par Cain qui était en fait l’homme qui la fixait peu de temps avant. Suivie d’Enora, la jolie dame qui soignait le blessé. Ensuite, il y avait Vyvyan le conducteur de Yagara et Samira la deuxième fille du groupe. Enfin il se présenta à son tour. L’homme avait un nom compliqué, Ra’Zak, mais il était appelé Saul. Pour terminer, il termina par l’homme masqué :
 
- Ah, mais j’imagine que comme à son habitude, il ne s’est même pas présenté à toi ! Il s’appelle Yorkshire, Mendela Yorkshire… et il est recherché par le Gouvernement, comme tu as pu le voir… C’est parce que…
 
Elle sourit. Saul connaissait bien son ami car il ne s’était vraiment pas présenté.  Mais maintenant, elle connaissait son nom. Yorkshire…ce n’était pas le nom qui vit été crié avant le coup de feu ? Enfin ce n’était pas grave. D’après ce que l’homme aux cheveux gris  venait de dire il était recherché par le gouvernement. Et il allait commencer à expliquer le pourquoi du comment quand l’intéresser le stoppa net. Ce n’était pas aujourd’hui que Kururu connaitrait son histoire, même par l’intermédiaire de l’un de ses amis. Au moins, Yorkshire s’était réveillé. Les soins d’Eroda avaient l’air de faire effet, beaucoup plus que ce que l’enfant ne l’imaginait car l’homme paraissant en pleine forme. La femme était très douée, elle faisait même les bandages beaucoup mieux que la petite fille.
 
Kururu allait se présenté à son tour quand son sauveur du jour se racla la gorge.  Elle pensa qu’il avait quelque chose d’important à dire alors elle attendit. Yorkshire avait l’air mal à l’aise. Il se massait le cou, regardait en l’air puis ses amis.  Il laissait planer le suspense.  Ce qui attisa la curiosité de l’enfant. Qu’est ce qu’il allait bien pouvoir dire ? Sincèrement, elle n’en avait aucune idée. Mais c’était si compliqué à dire que ça ? Finalement, après un moment d’hésitation qui lui parut une éternité, l’homme se décida enfin à parler. Apparemment, ce message si important lui était destinée puisqu’il se tourna vers elle avant de dit quoique ce soit.
 
- Je… Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Tu es jeune, mais tu es forte. Aucun de mes pièges psychologiques n’ont fonctionné et c’est quelque chose de rare, crois moi. Alors, est-ce que tu serais prête à venir voyager avec nous ?
 
Il commença timidement, mais très rapidement, il reprit de l'assurance et parla très sérieusement. Kururu accepta avec un sourire même si elle n'avait pas bien compris son histoire de pièges psychologiques. Ce truc avait l'air compliqué et en plus ce n'était pas le plus important. Il venait de lui proposer de voyager avec eux. Cette proposition la déstabilisa complètement et la surprise pouvait se lire sur son visage. C'était vraiment à elle qu'il venait de parler ? Son premier réflexe fut de vérifier que c'était bien à elle qui était concernée. Mais la dame inconnue dormait toujours et tous les autres voyageaient déjà avec Yorkshire. Il n'avait aucun doute possible, la petite fille était la seule à qui il pouvait le proposer. Alors, elle réfléchit à ce qu'elle pourrait répondre. Elle ne les connaissait pas vraiment. Mais même s'il était recherché, l'homme l'avait sauvée. Et ses compagnons avaient tous d'être gentil, même Caïn qui lui faisait un peu peur. Elle trouvait que ce serait formidable d'apprendre à les connaitre mieux. En plus elle pourrait découvrir le monde. La petite fille adorerait pouvoir partir... Mais d'un autre côté, il y avait Pa qui devait être mort d'inquiétude. En plus, ils allaient bientôt retourner sur Two K. Shima. La petite fille avait hâte de revoir sa mère adoptive, elle lui manquait. Kururu fixa Yorshire comme elle l'avait fait pour lui répondre dans la ruelle. Elle sourit et commença à lui répondre :

 
J’aimerais beaucoup voyager avec vous tous. Vous avez l’air d’être gentil et en plus ça doit être très amusant. Mais…
 
 Kururu parut plus ennuyée et son sourire s’effaça à moitié. Elle voulait voyager, mais elle savait qu’elle ne pouvait pas y aller. Sa famille l’attendait. En plus Pa et Ma comptaient beaucoup pour elle. Après une petite seconde d’hésitation elle continua sa phrase :
 
… Je ne peux pas venir. Pa doit être très inquiet de ne pas me voir revenir. En plus nous allons bientôt retourner sur Two K. Shima et je pourrais revoir Ma. Et vous allez avoir encore plus de problèmes si je viens. Donc je suis désolée mais je dois refuser.
 
Tout en s’expliquant, elle s’était rendu compte de leur position. Ils étaient recherchés. Et s’il emmenait une petite fille avec eux, ils le seraient encore plus. Elle venait à peine de les rencontrer, mais elle les aimait bien, surtout Yorkshire. La petite fille s’était beaucoup amusée aujourd’hui grâce à lui et elle ne voulait pas lui causer plus de problème. Mais elle était vraiment triste de ne pas y aller. Soudain, elle se rendit compte que son sourit s’en allait et que plus elle y pensait et plus elle devenait triste. Alors elle chassa ses pensées de son esprit et sourit de nouveau. Elle ne voulait pas les inquiéter. Et en plus, elle avait passé de très bon moment avec eux. En plus ils n’étaient pas encore partit, elle ne devait pas y penser. Soudain, elle se rappela de quelque chose.
 
Ah ! Mais je ne me suis pas encore présentée. Je m’appelle Kururu, Kokoro Kururu. Enchantée tout le monde.



_________________



Dernière édition par Kokoro Kururu le Ven 2 Aoû - 10:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Pirate]

avatar
Messages : 307

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Jeu 1 Aoû - 17:25







- J’aimerais beaucoup voyager avec vous tous. Vous avez l’air d’être gentil et en plus ça doit être très amusant. Mais…

- Il y a un « mais », c’est mauvais signe ! fit Vyvan en plaquant ses mains sur ses joues, paniqué.

- Je ne peux pas venir. Pa doit être très inquiet de ne pas me voir revenir. En plus nous allons bientôt retourner sur Two K. Shima et je pourrais revoir Ma. Et vous allez avoir encore plus de problèmes si je viens. Donc je suis désolée mais je dois refuser.

Mendela demeura immobile durant quelques secondes. Les autres se contentaient d’attendre la suite, hormis peut-être Samira qui ne pouvait plus se retenir et éclata de rire, brisant ainsi l’inquiétant silence, tandis que Vyvyan soupira de déception. Largués face à la réaction de leur dos coéquipier, le reste du groupe (hormis Yorkshire, toujours figé sur place, les yeux rivés sur ceux de la petite fille) se tourna vers le duo, intrigués.

- Haha ! Je le savais ! Il a tenté de la recruter ! Tu as perdu Vy’ !

- Cinq mille Berry… rappelez-moi de ne plus parier avec elle…

- En plus il s’est pris un râteau… c’est trop drôle !

Samira était visiblement la seule à trouver ça marrant.  Elle était littéralement pliée et riait à en pleurer, sous les regards consternés de Ra’Zak et d’Enora. Isolé dans un coin, Vyvyan semblait particulièrement préoccupé par la perte de ses cinq mille Berry, cela l’éloignait de son rêve de pouvoir un jour posséder son propre navire à autopropulsion  Quant à Caïn, il se contenta de sortir son instrument et joua quelques accords, en s’inspirant des évènements pour y ajouter des paroles. Mendela écourta tout ce cirque lorsque, sans un mot, il se détourna de « Kokoro Kururu » pour se diriger vers une embarcation à peine visible au loin.

- Où tu vas, Meny ?

- Elle a fait son choix, nous n’avons donc plus rien à faire dans le coin. On laisse Skyler et le Yagara ici, puis on quitte Water Seven…

- Attends, on ne peut pas laisser la petite ici ! Il faut la ramener à son pè…

- Impossible Enora ! La ville grouille de gouvernementaux. S’ils nous voient avec elle, il la suspecteront.

- Incroyable ! Aurais-tu… de la considération pour une autre personne ?

Agacé par la blonde, il ignora sa question et retourna près de Kokoro. Eprouver de la compassion ? Il n’en n’était plus capable depuis longtemps… Non, il agissait par pure logique. D’autant plus que cette petite fille avait passé les Tests. Elle était digne de mériter son attention, elle était forte à sa façon et avait le potentiel pour devenir quelqu’un d’important. Aujourd’hui, son âge l’avait poussée à refuser son offre, il n’avait donc qu’à attendre quelques années…

- Kokoro… Kururu, c’est ça ? Tu es faible et… trop naïve. Tu es de loin la pire infirmière que j’ai jamais vue et je n’aime pas tes cheveux…

Normalement, dans ce genre de moment, après avoir énuméré tous les défauts, on finit par un grand compliment qui rattrape le reste… Mais ce n’était pas dans les habitudes de Yorkshire. Il n’était pas méchant ou gentil, il était « objectif ».

- Mais ce monde peut parfois se montrer très cruel avec des personnes comme toi. Donc si un jour tu as besoin de moi… tu pourras me retrouver avec ceci.

Il déchira un petit morceau d’une grande feuille de papier, sur lequel il inscrivit ses initiales : MY, avant de le donner à la petite fille. Le bout de papier pointait droit sur lui et continuerait de le faire à n’importe quelle distance… Lui n’avait pas besoin de ce genre d’artifice pour retrouver les gens, traquer les gens était l’une de ses spécialités et il savait qu’il pourrait la retrouver en un instant.

- Quand la dame endormie dans la nacelle se réveillera, elle te raccompagnera au centre-ville. Et ne raconte jamais à personne ce qu’il s’est passé aujourd’hui, il faut que ça reste… notre secret. Aller ! Le Quartet des Cinq quitte Water Seven !

Tout le monde poussa un cri de joie ! Cette étrange rencontre arrivait donc à son terme. Moins d’une heure plus tard, l’étrange groupe était déjà loin. Quelque part sur les océans, ils préparaient leurs prochains coups, car un bon piège était un piège bien préparé.






C’est donc mon dernier post ! Tu y obtiens la fameuse Vivre Card, pointant droit vers Mendela Yorkshire, qui pour le moment se trouve quelque part dans le Nouveau Monde !

Tu peux conclure avec un dernier post si tu le souhaites, et demander la notation.

J’ai parfois été lent, mais pour ma part, j’ai bien aimé ce RP !
Revenir en haut Aller en bas
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 964
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
74/250  (74/250)
Berrys: 23.295.001 B

MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   Ven 2 Aoû - 10:29


Flashback
 

Il y a 8 ans
                         Sur Water Seven.

 
 


 
Yorkshire et Kururu se fixaient. La petite avait au fond d'elle-même que le moment des adieu se rapprochait à cause de son refus et du silence pesant qui s'installait de plus en plus. Ce calme paraissant irréelle par rapport aux bruits si vivant qu'on pouvait entendre à peine quelques secondes plut tout. Soudain, le rire de Samira brisa cette atmosphère pesante. La petite fille ne s'en préoccupa pas et continua de regarder l'homme en face d'elle. Si elle devait choisir un membre de cette troupe, ce serait lui qu'elle ne voudrait pas oublier. Alors, elle l'observa le plus longtemps possible pour grave son visage dans son esprit, ou du moins la partie visible. Distraitement, elle comprit que Samira et le conducteur fou avait fait un pari sur elle.
 
Cain joua un petit air de musique pour accompagner les rires de son amie. Quand sans prévenir, Yorkshire se détourna de l'enfant. Il allait encore partir sans dire au revoir ! Non, Kururu ne voulait pas que ça se termine comme ça. Elle essaya de l'arrêter pour au moins lui souhaiter un bon voyage. Mais c'est Enora qui parla la première. Enfin son intervention ne servi qu'à confirmer l'inévitable. L'homme masqué avait raison. Kururu avait fait son choix et il ne pouvait pas la raccompagner sans risquer de se faire tuer une nouvelle fois. A la surprise de la petite fille, l'intervention de la femme médecin provoqua un changement de direction. Yorkshire retourna près d'elle. Et un instant, elle espèrait qu'il allait dire un petit mot gentil en signe d'adieu.
 
- Kokoro… Kururu, c’est ça ?
 
Elle acquiesça avec un sourire.
 
Tu es faible et… trop naïve. Tu es de loin la pire infirmière que j’ai jamais vue et je n’aime pas tes cheveux…
 
Adieu les gentilles paroles de séparation... A la place, il enchaîna critique sur critique. Elle voulut riposter et dire que c'était faux. Mais ce serait un énormément mensonge. Même si ces mots faisaient mal à entendre, l'homme avait entièrement raison. Elle ne savait rien faire et ne connaissait pas grand-chose. Et elle savait à peine mettre des pansements. Par contre, pour ses cheveux, elle n'y pouvait rien, c'était sa couleur naturelle. Et elle, elle les aimait bien ses cheveux. Mais l'homme n'en resta pas là. Il continua sur sa lancée. Kururu avait un peu peur de ce qui allait rajouter après cette suite de reproche.
 

- Mais ce monde peut parfois se montrer très cruel avec des personnes comme toi. Donc si un jour tu as besoin de moi… tu pourras me retrouver avec ceci.

 
C'était mieux que tous les compliments qu'il aurait pu dire pour se rattraper. Pour la petite fille, ses paroles sonnaient comme une promesse de se revoir un jour. Et ce qui la symbolisait était un tout petit bout de papier. Yorkshire venait de le déchirer sur une grande feuille de papier avec de marquer ses initiales dessus. L'homme le déposa au creux de sa main et la feuille bougea bizarrement. Un papier étrange convenait parfaitement pour un homme tout aussi étrange. Mais elle n'eut pas l'occasion de demander ce que c'était. Pour une fois, il était très bavard et continua sur sa lancée :
- Quand la dame endormie dans la nacelle se réveillera, elle te raccompagnera au centre-ville. Et ne raconte jamais à personne ce qu’il s’est passé aujourd’hui, il faut que ça reste… notre secret. Aller ! Le Quartet des Cinq quitte Water Seven !
Tout le monde poussa un grand cri.  Et le Quartet des Cinq s’en alla. Tenant son petit trésor dans une main, Kururu agita énergiquement l’autre en l’air. En même temps, elle leur cria :
 
Au revoir ! Faites bon voyage !
 
Et voilà... Ils étaient partis pour de bon. Kururu regrettait un peu de ne pas être partie avec eux. Mais maintenant, elle savait qu'elle les reverrait. Elle resta silencieuse un moment à fixer son bout de papier. A un moment, il bougea tout seul à sa grande surprise. Peut être que son nouvel ami venait de quitter l'ile sur son bateau avec tous ces compagnons. L'enfant attendit patiemment que la dame se réveille. Dès qu'elle entendit du bruit, elle rangea l'objet dans un endroit sûr. La femme se réveilla péniblement l'air un peu perdue :
 
Où…Où suis-Je ?
Elle regarda autour d’elle intriguée. Petit à petit, elle reconnut l’endroit où elle était. Son regard croisa finalement celui de  Kururu.
 
Qui est tu ? Que fais-tu là ?
 
L'enfant comprenait parfaitement que la dame se pose plein de questions. Mais même si elle n'aimait pas trop mentir, elle ne pouvait pas lui dire tout ce qui s'était passé. Kururu l'avait promis sur son petit bout de papier magique. Alors, elle inventa une histoire.
 
Bonjour madame, je suis Kururu.  Je jouais tranquillement quand je me suis perdue.
Pouvez-vous m’aider à retourner en ville avec votre embarcation ? Mon papa doit s’inquiéter. Il m’avait dit de le rejoindre à un magasin de déguisement mais je ne sais pas où il est.  Mais il n’est pas dans les environs.

 
Kururu lui sourit d'un air innocent. Elle n'avait pas vraiment mentit. Elle avait seulement oublié de mentionner le groupe dans son histoire. Ils avaient disparu au moment où ils étaient partis. A partir de ce moment, elle ferait comme s'ils n'avaient jamais existé, même si au fond de son cœur, elle ne les oublierait jamais. En entendant parler de sa boutique, la femme se rappela le début de cette éprouvante journée :
 
Et tu n’as pas vu un homme  étrange avec un masque dans les environs?
 
Non, vous êtes la seule personne que j’ai croisé jusqu’à présent. Donc vous voulez bien m’aider ?
 
Oui bien sur…
 
Kururu remonta sur le Yagara. Elle s'en était bien tirée. Comme l'avait prévu Mendela, la dame la raccompagna jusqu'en ville. Elle lui montra même l'endroit de la boutique...Enfin ce qu'il en restait. La boutique avait été réduite en cendre ainsi que les boutiques aux alentours. Pendant un instant, elle pensa que son père avait peut-être été pris dans l'accident. Elle était terrifiée à l'idée qu'il ne soit plus là. Quand un peu plus loin, elle entendit des pleurs. Bien que déformée par les sanglots, elle reconnut la voix de Pa. Elle se retourna dans la direction du son. Il était bien là, assis sur une marche recouverte de cendre. Il était complètement abattu. Elle cria en courant vers lui :
 
Paaaaaaa !
 
En entendant la voix, il releva sa tête. En voyant sa petite fille, son visage s’illumina. Et il la serra dans ses bras :
 
Kururu ! J’ai… j’ai cru que tu avais été prise dans l’explosion  causée par ce malfrat. Je suis tellement content que tu sois là. Je ne te quitterais plus dorénavant, cette ile est beaucoup trop dangereuse.
 
Il serrait si fort que Kururu avait de mal à respirer. Mais elle aussi était contente de le revoir. Elle ne regrettait plus du tout d'avoir refusé l'offre de voyage. Après leur éprouvante journée, la famille retourna chez elle. Mais l'enfant ne raconta pas ce qui s'était passé, gardant précieusement la vérité dans un coin de son cœur et son trésor bien à l'abri des regards.
 
 


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]   

Revenir en haut Aller en bas
 

la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» la petite fille et le traqueur [PV: Mendela Yorksh]
» /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]
» Le 12 juin... Journal d'une petite fille ordinaire...
» Petite fille...
» C'était une petite fille, sans histoire et très sage ♪ [Résolu]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 3 :: Water Seven-