Partagez | 
 

 La mort de votre personnage [Vos RPs]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Daisuke Aurola
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 1139
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
50/350  (50/350)
Berrys: 104.198.000 B

MessageSujet: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Mar 15 Jan - 19:21

C'est ici que vous posterez vos Rps. Vous avez jusqu'au Dimanche 24 Février pour poster vos Rps. Ceux postés ensuite ne seront pas pris en compte pour le concours, mais vous pouvez toujours, après la fin du concours, poster les votre.

Mettez vos Rp sous [ hide ] si vous ne voulez pas qu'on "plagie" votre histoire. Mais ce n'est pas le genre de la maison. Bonne chance à vous !

_________________


Ao Haruya:
 


Domination:
 
Revenir en haut Aller en bas
Daisuke Aurola
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 1139
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
50/350  (50/350)
Berrys: 104.198.000 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Mer 16 Jan - 17:36


_________________


Ao Haruya:
 


Domination:
 


Dernière édition par Ao Haruya le Mer 29 Mar - 0:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kanade Hitomi
Disparu
avatar
Messages : 110
Race : humaine ಠ_ಠ
Équipage : ಠ_ಠ

Feuille de personnage
Niveau:
13/75  (13/75)
Expériences:
61/80  (61/80)
Berrys: 19.045.500 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Mar 19 Fév - 22:38

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Ven 22 Fév - 15:44



La fin d'une vie

La mort entraîne la vengeance, puis la mort.


La vie, la mort. Tant de choses abstraites. Et pourtant tellement communes. La mort peut frapper n’importe où, n’importe quand. Tout dépend de nos actes, de la voie que l’on a choisi. Pourquoi penser à de telles choses ? Klara ne savait pas trop. C’était ce qui lui venait à l’esprit directement quand elle avait mis le pied sur cette île. Une île pourtant familière. Le royaume d’Illusia. Le vent qui soufflait, l’atmosphère, rien ne lui donnait envie d’avancer. Pourtant, elle brava le sentiment qui s’immisçait de plus en plus en elle, marchant d’un air décidé vers la maison où ils devaient se retrouver. Elle avait peur, terriblement peur. Malgré ce qu’elle avait connue, ce qu’elle avait vécue, jamais ce sentiment n’avait été aussi présent, aussi fort. Comme s’il sonnait comme un avertissement à l’intérieur d’elle-même, lui prouvant ainsi qu’elle n’était pas infaillible. Plus elle avançait, plus cette sensation s’amplifiait. Pourtant, elle essayait de ne pas le montrer, marchant d’un pas qui se voulait normal. Même si quelqu’un d’extérieur aurait facilement senti le malaise emmenant de la blonde.

Le temps lui paraissait durer une éternité, ses membres lui semblaient lourds. Puis finalement elle arriva. La maison n’avait pas vraiment changé, du moins vis-à-vis de l’extérieur. Klara lâcha un soupir, approchant de la porte après s’être calmé. Elle allait les revoir, alors il ne fallait pas qu’elle paraisse soucieuse. Néanmoins, un détail la laissa perplexe quelques secondes. La porte était entrouverte. Ce n’était pas grand-chose, mais pour elle, l’inquiétude qui l’avait accueilli sur l’île revînt au galop et elle entra précipitamment, découvrant une maison plongée dans le noir. Aucune lumière ne filtrait dans l’entrée. Absolument aucune, à part celle qu’elle laissait entrer du fait que la porte soit ouverte. Cette maison, qui avait été si accueillante avant, semblait plus morte que vive. La joie n’était plus omniprésente. Elle avait disparu. Lâchant le sac qu’elle tenait sur son épaule, Klara se mit à avancer prudemment, inspectant chaque recoin de la maison. Pourquoi était-elle comme ça ? N’habitaient-ils plus ici ?

La question revenait sans cesse dans son esprit, jusqu’à ce qu’elle la voit. Elle, cette marque qui la fit frémir. Une trace de main sur le papier blanc du salon. Une trace de main faites avec une couleur carmin. Du sang. Klara resta quelques instants sans bouger, observant cette marque sans vraiment la voir. Sans vouloir la voir. Puis elle bougea, suivant le chemin qu’elle lui indiquait. Suivant un chemin qu’elle craignait. Parcourir les quelques pièces lui sembla durer une éternité, jusqu’à ce qu’elle arrive à un endroit tellement familier. Sa chambre. Son ancienne chambre pour être plus précise. Elle hésitait à tourner la poignée, elle avait peur de le faire. Qu’est-ce qu’elle découvrirait derrière ? Qu’est-ce qu’on lui réservait encore ? Sans s’en rendre, son corps se mit à trembler. La peur était plus que présente en elle. Fermant les yeux, elle se décida à entrer. Poussant la porte doucement, elle ouvrit les yeux, découvrant la scène. Sarah, petite et jolie Sarah. Elle était là, couchée sur le lit. Elle semblait dormir. Doucement, la blonde s’approcha, chaque pas lui coutant énormément. Puis, un bruit se fit entendre. Comme si elle avait marché sur quelque chose de poisseux. Hésitante, elle baissa la tête après quelques secondes. Ce son avait été produit par un liquide carmin, le même qui avait servi à dessiner la main sur le mur. Du sang. En très grande quantité.

-SARAH !

Le cri était sorti tout seul, sans qu’elle n’arrive à le contenir. Klara perdait ses moyens, perdait son sang-froid. Rapidement elle s’approcha de celle qu’elle avait sauvé par le passé. Rapidement elle découvrit le corps, d’un froid polaire. Elle était si blanche. Et son regard, si vide de toute expression. La blonde resta sans bouger quelques instants, voulant à tout prix sortir de ce cauchemar. Elle voulait que ce soit un cauchemar. Dans quelques minutes elle se réveillerait et arriverait sur l’île, avant de serrer dans ses bras les deux enfants. Les deux anciens enfants. Deux. Redressant soudain la tête, Klara chercha du regard James. Le gentil grand-frère, celui qui n’aurait jamais abandonné sa sœur. Celui qui l’aurait défendu jusqu’à la mort. Il n’était pas présent dans la pièce. Où était-il ? Il fallait qu’elle le trouve ! La panique revenait, jusqu’à ce qu’elle repose les yeux sur Sarah. Elle avait grandie depuis le temps, elle n’avait plus la petite gamine face à elle. C’était maintenant une jeune femme. Une personne fauchée par la mort beaucoup trop tôt. Serrant les dents, Klara lui ferma les yeux, lui proposant ainsi le repos éternel.

Les larmes ne coulaient pas, pas encore. Il fallait qu’elle trouve James avant. Il fallait qu’elle reste fixée sur cet objectif-là. Elle sortit rapidement de la pièce, ne voulant plus voir ce spectacle macabre. Il ne lui restait plus qu’une pièce à voir maintenant. Celle qui déciderait de son sort. Elle avait perdu son assurance, marchant presque à reculons. Pourtant, elle savait qu’il fallait qu’elle voie de ses propres yeux. Et un nouveau spectacle ne se fit pas attendre. Une tête, puis un corps. Voilà ce qu’elle découvrit. Une tête loin d’un corps. Trop loin. C’était trop tard, beaucoup, beaucoup trop tard. Klara détourna les yeux rapidement, ne supportant pas la vue de tout ceci. Sans qu’elle s’en rende compte, les larmes se mirent à couler sur ses joues. Des larmes qu’elle n’arrivait pas à sécher. Des larmes montrant sa souffrance intérieure.

James et Sarah. Sarah et James. Deux personnes qui ne méritaient pas ce sort. Deux personnes qu’elle vengerait.

~~~~~~~~

Deux mois. Deux mois qu’elle cherchait des indices, des témoignages. Deux mois qu’on lui claquait la porte au nez, ou qu’on lui crachait dessus. Deux mois qu’elle souffrait de la solitude et d’une vengeance qui la rongeait de l’intérieur. Deux longs mois. Et maintenant c’était la fin. La blonde faisait face à un bâtiment, dressé seul au milieu de nulle part. Une planque parfaite. Un endroit pour un massacre parfait. Tranquillement, la blonde s’approcha, faisant fi de toute discrétion. Elle accomplirait sa vengeance ainsi. Elle voulait qu’ils sachent qu’elle était là pour les tuer. Elle avançait à l’allure d’un félin ayant coincé sa proie. Elle ne doutait pas de la réussite de son plan.

Des gardes lui firent face, mais elle les tua sans aucun scrupule. Elle avait perdu cette pitié qui la rendait encore tout à fait humaine. Elle avait perdu son âme. D’autres gardes encore et un katana qui luisait d'une teinte carmin. Le même qu’elle avait vu sur les murs et le sol de son ancienne maison. Dégoût. Plus elle approchait, plus elle sentait la peur qui emplissait les lieux. Avant, elle savourait ce sentiment, mais maintenant elle s’en fichait. Elle voulait simplement en finir, elle voulait simplement pouvoir être satisfaite. L’inspection du bâtiment se fit rapide. Il était beaucoup moins grand que ce qu’elle s’était imaginée. Tant mieux dans un sens, elle aurait beaucoup plus vite finie.

Ses pas résonnaient dans les couloirs, vides de tous occupants. Soit elle les avait tués, soit ils se cachaient. Pauvre petite souris face à un chat trop fort pour eux. Pauvre petites proies. Elle approchait de son but, elle le sentait. C’était là, derrière cette dernière porte. Rapidement elle l’ouvrit, faisant face aux hommes qui avaient leurs fusils braqué sur elle. Stupide, incroyablement stupide. Ils tirèrent et les balles ricochèrent. Un scénario tellement prévisible. Sans qu’elle ne le contrôle, elle se mit à rire. Un rire non pas de joie, mais de mépris. Un rire plein d’arrogance. Un rire de pure folie. Son esprit partait, son instinct était seul maître de son corps. Elle n’était plus humaine, elle n’était qu’un animal sauvage ne répondant à aucune loi physique. Elle était folle.

Des corps tombèrent au sol, recouvrant encore une fois la lame de son katana de sang. Dieu, qu’est-ce qu’elle détestait cette couleur. Qu’est-ce qu’elle donnerait pour ne plus jamais la voir. Lentement, elle tourna la tête vers le dernier debout. Le chef, celui qui avait ordonné le massacre. Elle ne connaissait pas son nom, ne voulait pas le connaître. Cette enflure ne méritait qu’un seul sort : la mort. Une mort lente et douloureuse, comme celle qu’avait connu Sarah. Le regard qu’elle lui lança n’était pas rempli d’haine. Il était vide, tout simplement.

Elle s’approcha de lui doucement, sentant la peur augmenter au fur et à mesure qu’elle approchait de lui. Il avait peur, ne faisait plus le fier sans ses gardes du corps. Il était faible. Le Monde se porterait beaucoup mieux sans une ordure de son espèce. Elle en était persuadée. Rangeant son katana, elle sortit son pistolet, tirant un premier coup dans la jambe de ce trouillard, qui la suppliait de l’épargner. Toujours le même discours, la même attitude. Et la même fin.

Klara tirait, savourant sans s’en apercevoir la souffrance qu’elle causait, le regardant se vidait de son sang. Puis, elle décida de s’approcher, de le regarder dans les yeux, d’écouter ses excuses.

-Sarah Braun. James Braun. Ces noms te disent quelques choses ?

Il hésitait, cherchant dans sa mémoire qui était rendue défaillante à cause de la panique.

-J-je ne vois pas du tout de quoi tu parles, maintenant laisse-moi ! Par pitié.

Elle le regarda alors, assimilant ses propos. Il ne se souvenait pas ? Très bien. Alors la blonde sourit, d’un sourire cruel. Puis elle tira encore. Dans l’épaule cette fois. Il tremblait, l’implorait. Alors elle s’approcha encore, son visage près du sien. C’est là qu’il se mit à chuchoter.

-Si je dois mourir, autant t’entraîner dans la tombe.

Là elle le vit mettre la main sur une bombe qui était cachée derrière lui. Il allait le faire, appuyer. Elle ne pouvait rien faire. Son doigt s’approchait de plus en plus, jusqu’à rester sur le bouton. S’il relâchait, ils mourraient tous. Quoi de mieux après tout ?

-Enflure.

Puis le bâtiment explosa.

~~~~~~~~

L’explosion alerta les autorités qui se dépêchèrent d’arriver sur place. Mais il ne restait rien de ce bâtiment, rien à part des décombres. Tous les occupants présents furent considérés comme mort.

Au loin, près de la côte, se dressaient deux tombes. Deux tombes qui faisaient face à l’océan. Deux tombes où trônait un bouquet de fleurs sauvages. Deux tombes portant les inscriptions « James Braun » et « Sarah Braun ».

La mort n’apporte que la souffrance. La souffrance n’apporte que la vengeance. Et celle-ci n’apporte qu’une fin tragique. Un cercle vicieux qui se terminait pour Klara Sophia Braun.

Revenir en haut Aller en bas
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 969
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
142/250  (142/250)
Berrys: 31.795.001 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Sam 23 Fév - 16:31







All blue…La mer rêvée pour tout cuisinier qui se respecte. Calme et remplie de délice, elle possédait une petite ile en son centre. Après des années de recherches avec son équipage, Kururu avait enfin réussit à la trouvée et avait décidé de s’y installer, comme beaucoup d’autres personnes pour vivre dans son rêves. Elle y vivait heureuse avec des nouveaux amis et l’homme qu’elle aimait. Elle avait même réussit à se faire une petite réputation grâce à ses talents culinaires.

Tout semblait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes. Pourtant une ombre planait sur elle. Plus proche que la jeune fille aurait pu le croire. Ce nuage noir, planant sur la vie de la jeune femme insouciante, venait de sa meilleure amie. Malgré tout, elles avaient beaucoup de points communs. Peu être même un peu trop. Et c’est ce qui créa au fil de temps cette ombre maléfique. La femme enviait la vie de Kururu. Elles avaient plus ou moins le même niveau sauf que la cuisinière aux cheveux roses était un peu plus douée qu’elle. Encore cet écart était supportable. Mais elles aimaient toutes les deux la même personne. Alors, elle avait décidé de jouer le jeu et faisait comme si de rien n’était, comme si elle acceptait son sort. C’est pourquoi Kururu ne se douta de rien. Elle vivait tranquillement, cuisinant pour son chéri et nageant parmi les poissons aux milles et une couleur autant qu’elle le souhaitaient.

Bien sur, son amie essaya de récupérer son amour. Elle n’avait pas abandonné pour autant. Elle voulu le séduire de diverse façon. En vain, il ne changea pas d’avis. Toute ses tentatives se soldait par un échec, rien ne fonctionnait La meilleure amie ne pouvait que regarder. Et plus les jours passaient, plus elle commençait à détester Kururu. Pourquoi fallait-il que cette fille maladroite soit plus heureuse qu’elle ? Qu’est ce qu’elle avait de mieux qu’elle ? Elle avait beau chercher, aucune réponse ne lui parvenait. Sauf une! Si la jeune femme aux cheveux roses disparaissait, elle aurait tout ce qu’elle voulait. C’était ça qu’elle devait faire, l’éliminer!

Alors cette fausse meilleure amie prépara son plan. Elle se renseigna autour d’elle. Elle alla même jusqu’à chercher dans les contactes personnelles de Kururu. En temps qu’ancienne pirate, elle avait beaucoup de malfrats en tout genre et surtout des tueurs dans sa liste d’ami. Grâce à des informateurs et une grosse somme de Berry, elle réussit à se procurer un poison mortel. Son avantage était évident, il n’en fallait pas beaucoup pour devenir une arme très efficace. De plus, il agissait à retardement, paralysant doucement sa victime, jusqu’à ce qu’il empêche le cœur de battre. Ce qui empêcherait quelqu’un de remonter jusqu’à elle. Le plan d’exécution de Kururu était parfait. Il ne restait cas le lui faire avaler discrètement. Et l’amie avait une idée géniale. Elle le plaça eu toute petite dose dans différentes préparations. Elle les fit manger par Kururu prétextant qu’elle voulait de ses conseils.

La jeune fille avait confiance en son amie. Du coup, elle mangea tous les plats qu’elle lui faisait gouter. Elle ne se méfia même pas une seule seconde. Son passé était loin derrière, elle s’était faite oubliée des marines et du reste du monde. Elle donna quelques conseils pratiques à son amie avant de partir. Mais elle ne remarqua pas qu’elle venait de manger le poison, le gout des aliments avaient caché sa présence. Au bout d’un moment, elle ne se sentit pas très bien. Elle avait un peu de mal à bouger sa main. Quelqu’un lui demanda si tout allai bien ? Kururu acquiesça quand même avec un grand sourire. Elle ne voulait inquiéter personne, c’était surement de la fatigue. Pourtant, cela ne s’arrangea pas. Elle marchait tranquillement au bord de la falaise pour rentrer chez elle. Soudain, ses jambes ne répondirent plus et elle tomba à la mer. Heureusement pour elle, Kururu ne percuta pas de rocher.

Doucement, elle s’enfonça dans les profondeurs abyssales. La jeune femme essaya de remonter. Elle voulait vraiment nager jusqu’à la surface. Pourtant, malgré tous ses efforts, elle ne faisait que s’’enfoncé. Petit à petit, sans pouvoir rien faire. Habituellement, elle l’aurait fait en quelques mouvements. Sauf que pour une raison inconnue ses membres ne bougeaient pas comme elle le voulait. Plus les secondes passaient et plus elle avait du mal à bouger. Elle paniqua un instant. Elle ne voulait pas mourir. Elle ne voulait pas quitter sa vie et se retrouver seul. Mais maintenant, son corps était complètement paralysé. Elle ne pouvait rien faire même pas appelé à ‘aide…Personne ne l’entendrait d’ici.

Alors c’était comme ça que se finirait sa vie…Kururu ne pouvait plus qu’accepter l’idée. Elle commençait à manquer d’air. Allait-elle finir noyée ou bien c’est ce qui la paralysait qui allait la tuer en premier ? Peu-lui importait à cet instant précis. Elle le sentait au plus profond d’elle-même. L’aventure s’arrêtait ici. Elle allait enfin rejoindre ses parents. Qu’est ce qui l’attendait de l’autre coté ? C’est sur cette réflexion qu’elle rendit son dernier souffle. Sur son visage devenu inanimé ne restait que son éternel sourire. Elle avait eu une vie heureuse. Maintenant, elle retournait à l’océan. Exactement ou presque comme elle aurait du mourir, il y a des années de cela, avec sa mère alors qu’elle n’était qu’un petit bébé.




Désolée pour la vidéo... J'ai pas trouver comment mettre juste le lecteur.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Dim 24 Fév - 0:01


La mort dans l'âme




C’est la nuit… au fond du couloir, un son me réveille, des bruits de pas que je n’avais pas l’habitude d’entendre. Quelques secondes plus tard, un homme en blouse blanche se présente devant ma cellule, il entre et m’injecte une drôle de substance et là, c’est le trou noir… Lorsque je reprends connaissance, je suis allongé sur une table, des scientifiques tout autour de moi, des machines sont branchés à mon corps immobile, seule ma conscience est réellement présente pour comprendre ce qu’il se passe… une expérience, sur moi. Que peuvent-ils bien tiré de ma personne. Une aiguille se plante dans ma peau, aspirant un liquide rougeâtre… mon sang. Soudain, un scalpel s’approche de ma tête, ils veulent me découper la tête, mais pourquoi ? Étudier mon cerveau ou bien me faire un lavage de crâne ? La lame se rapproche… elle n’est plus qu’à quelques millimètres, je peux déjà sentir le froid de l’acier me frapper, me faisant ressentir une douleur intense… mon esprit hurle, un cri strident qui m’explose le tympan… et là…

Mes yeux s’ouvrent, la lune brille au-dessus de moi, elle est ronde et me baigne de sa lueur glaciale. Je regarde autour de moi, paniqué, des gouttes de sueur perlant sur mon front… il n’y a rien, seulement des arbres qui frémissent sous la brise nocturne et un hibou qui hulule. Ce cri est inquiétant, il fait froid dans le dos. Chez certaines civilisations, cet animal est annonciateur de mort et sous ce calme plat, la peur me submerge.
Cela fait plusieurs jours que je suis poursuivis par le gouvernement, ces derniers ayant retrouvé ma trace il y a pas si longtemps dans un bar. Je suis épuisé, ils me traquent sans relâche, me laissant que peu de repos ; et quand je trouve enfin le repos, ce cauchemar fait surface, m’empêchant de compléter ma nuit et donc de reprendre des forces.
Je me lève doucement afin d’aller chercher un peu d’eau pour me réhydrater, penchant au-dessus d’un ruisseau pour puiser l’élément au creux de ma main. Soudain, un frémissement me parcourt, un reflet apparait devant moi dans cette eau si pur, celui d’un marine. Sans plus attendre, je me lève en plaçant un coup de pied retourné bien placé sous le menton du gouvernemental qui s’écroule alors un peu plus loin.
Face à moi, un homme en blanc, comme dans mon rêve ; entouré cette fois-ci par plusieurs soldats armés de fusils, mais étrangement ces derniers ne sont pas pointés vers moi.

- On t’a enfin retrouvé Rhees !

Que voulait-il dire par là… ce pouvait-il que ces images qui reviennent incessamment durant mon sommeil soient en fait un souvenir de mon passage à Impel Down.

- On va enfin pouvoir réaliser l’essai.

Quel essai ? De quoi il parle ? Est-ce qu’il comptait à nouveau réaliser des expériences sur moi ? Je me mis en position défensive, prêt à en découdre… il était hors de questions que je me laisse faire.

- Je ne vous laisserez pas faire, pas cette fois !
- Oh ! Mais tu n’as pas le choix mon ami.

Il se mit alors à rire, un petit rire sournois. Il se décala alors sur le côté, dévoilant alors son atout… moi. J’en croyais pas mes yeux, ils avaient réalisé un clone de moi, identiques en tout poing avec juste une pointe un peu plus sombre dans l’expression du visage et dans la couleur des cheveux.

Un combat s’engagea alors entre moi et moi, ce dernier se ruant sur moi. Mon double se déplaçait de la même façon que moi, envoyant ses coups de pieds de la même manière, je réussis donc à esquiver son premier assaut.
Alors voilà à quoi avaient servi les recherches menées sur ma personne, le gouvernement cherchait à reproduire les meilleurs combattants des mers et j’en étais un cobaye. Cette idée me répugna, j’étais hors de moi, mais je n’avais pas le temps de penser à ça… mon clone continuai à faire valser ses jambes dans mon style.
Nos membres se contraient dans chacune de nos attaques, prenant les mêmes directions, frappant avec la même force et dans le même timing, des coups identiques… aucun de nous arrivait à prendre le dessus. J’arrivai à comprendre le fait qu’ils aient reproduit ma façon de penser et mes capacités physiques, mais comment avaient-ils réussis à reproduire mon style de combat ? Peut-être des vidéos de mes exploits passés, un bourrage de crâne… je savais donc ce qu’il me restait à faire pour l’emporter, utiliser une technique inédite, une attaque qu’ils n’ont pas pu voir.
J’envoyai donc un coup de pied latéral afin de ne lui laisser plus qu’un appui au sol et de lui faire baisser sa garde, emmenant sa jambe sur le côté et c’est alors que, au moment où cette dernière retrouva le contact avec la terre ferme, au lieu de repartir avec mon autre jambe comme je faisais d’habitude, se fut cette fois-ci mon bras qui s’élança.

o Dark Side of the Moon o

Son pied à lui partit, cognant mes côtes avec violence, mais de mon côté, le fer que j’avais au poignet droit vint s’enfoncer dans sa joue pour l’expulser un peu plus loin.
Juste avant de le percuter, quelque chose me frappa dans son regard, un soupçon d’humanité, une partie de moi… je pouvoir voir un bout de mon âme dans ses yeux. « Les yeux sont le miroir de l’âme ». Il y avait donc une chance pour que ce double de moi soit comme moi, un être pourvu d’une conscience propre et paisible.

- Messieurs… c’est un échec, l’expérience n’est pas au point… détruisaient-là !

Les gouvernementaux pointèrent alors leur fusil sur mon clone qui se relevai à peine. Comment pouvait-il le considérer comme un simple objet et décider de sa mort ainsi… il s’agissait d’une personne… il était moi.
Je me ruai donc devant la cible, protégeant cette dernière des tirs qui venaient de retentir. Pour moi, c’était la fin, un voile noire se glissant peu à peu devant mes pupilles. Je tournai mon regard vers mon double une dernière fois, apercevant un sourire sadique et satisfait sur son visage… ses iris étaient noirs comme les ténèbres… ce n’était pas son âme que j’avais aperçus tout à l’heure… il s’agissait en réalité de la mienne, celle qui m’était propre, celle qui s’évaporait en ce moment même, lentement, froidement, dans un dernier chant de hibou.


Dernière édition par Rhees le Dim 24 Fév - 0:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Méliandre DeVitto
Pirate
avatar
Messages : 409
Race : Vampire
Équipage : Tengoku no seigi

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
70/350  (70/350)
Berrys: 1.349.500 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Dim 24 Fév - 0:02


I am losing my fucking mind


Méliandre ▽ « On ne peut jamais se vanter d'avoir pu tromper la mort »

Il était une fois dans un royaume enneigé une petite fille... ouais voilà comment ça aurait pu commencer mon histoire, mais non pas vraiment, et ça aurait pu finir par ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants... Sauf que la vie c'est pas un conte de fée, la vie c'est pas vraiment ça, la vie t'as pas de mode d'emploi qui est fourni lors de ta naissance. Ta vie, c'est toi même qui l'a construit, ta vie c'est toi et toi seule qui en fait ce qu'elle est et ce qu'elle sera dans le future... Moi, ma vie je l'ai totalement foiré... Ouais de A à Z avouons le...
Tout à commencé étrangement, un peu comme si j'étais née à l'envers, comme si j'avais toujours fonctionné dans le sens contraire, un peu comme si les autres avançaient alors que je reculais, j'étais une gamine, je n'avais pas de nom, je n'étais rien, rien d'autre qu'une môme complètement paumée et recueillis très jeune part un vieux fou, un vieux qui n'avait que faire de mon apparence peu commune, un père ? Non je n'irais pas jusque là, non je ne l'appellerais pas ainsi, il a juste était celui qui m'a empêché de mourir ce jour là, celui qui a accepté de me donner un toit contre un peu d'aide, un échange de bons procédés en quelque sorte, même si en y repensant, s'il n'avait pas prononcé ces mots, s'il en avait énoncés d'autres, peut être n'aurais-je pas pris cette décision, peut être n'aurais-je pas était tentée par le diable...

« Il y a un monstre en toi. Pour lui survivre tu n'as pas mille possibilités. Tu peux tenter de te cacher. Tu peux tenter de le combattre. Mais tu peux aussi faire un autre choix. Tu peux choisir de devenir ce monstre. »
J'étais passée par toutes ces différentes étapes, plus ou moins dans le même ordre certes, mais au final la réalité vous rattrapera toujours quoi que vous puissiez tenter de faire... Gamine je m'étais cachée, j'avais fuit leurs regards accusateurs, leurs yeux remplis de peur et de reproches alors que je n'étais pas encore devenu ce monstre, je n'étais pas l'objet de leur peur, tout ça n'était qu'une fabulation, une pure et simple création de leur imagination un peu trop débordante... Mais se cacher n'a jamais été une bonne solution et ce quelque soit le problème que l'on tente de fuir, cela ne faisait que repousser le moment fatidique. Le combattre, non, à cette époque là je ne pensais pas avoir la force pour cela, je n'étais qu'une enfant, une enfant perdue dans un monde un peu trop grand pour elle et dans lequel elle ne trouvait pas sa place. D'ailleurs je ne suis même pas certaine aujourd'hui de pouvoir dire que j'ai pu la trouver une seule fois dans mon existence... Je n'ai donc pas réfléchi plus longuement et avant qu'il ne laisse échapper son dernier soupire, j'avais fait l'Autre choix, je n'avais même pas imaginé ce qu'auraient pu être par la suite les conséquences de mon acte, j'étais aveuglée par la haine, la rancœur et l'incompréhension. Je n'ai pas vu ce qu'il en serait plus tard, et si je l'avais vu j'aurai probablement stoppé cette machine infernale bien avant, j'aurais mis un terme à tout cela, je n'aurais pas secrètement continué à espérer au plus profond de moi-même qu'un jour où l'autre je finirais par trouver ce que je cherchais, je finirais par trouver cette petite place prévue juste pour moi... Foutaises, pures foutaises !

L'espoir, quelle belle connerie au fond, c'est juste bon à te bercer d'illusions, rien de plus.
Oh bien entendu, je n'avais pas vécu que des mauvais moments, non loin de là, il y en a eu parfois des bons aussi, des doux, des caresses, des fous rire, des moments et des sensations qui resteront à jamais gravés sur ma peau... Gardes le meilleur, oublies le reste, voilà ce que l'on répète sans cesse mais on n'oublie pas, non on n'oublie jamais, on apprend juste à vivre avec...
On passe son temps à vous répéter tout au long de votre vie que l'existence est courte, bien trop courte, pour ma part, je dois bien l'avouer ma « vie » dans son sens le plus strict que vous pouvez lui donner s'est arrêtée alors que j'avais vingt et un an... Beaucoup décriront leur mort comme quelque chose d'atroce, comme douloureuse et ayant le goût amer de toutes ces choses qu'ils n'avaient pas pu réaliser et la déception de leurs rêves brisés, la mienne, je veux dire ma première mort fut toute autre. Elle aura probablement été la plus belle nuit de toute ma vie, un mélange de violence et de douceur, d'amour et de haine, de luxure et de folie, pour la première fois depuis le tout premier jour de mon existence, j'ai pu dire toutes ces choses tues en moi, ont-elles été écoutées, ont-elles été comprises à la hauteur de ce qu'elles étaient, au fond jamais je ne le saurais, à présent il est trop tard, bien trop tard pour tout cela... Ces questions ne sont plus à l'ordre du jour et importent peu...

Le soleil était à son zénith, je retirais lentement ma cape et la laissais tomber au sol. Le soleil vint réchauffer ma peau, sensation depuis si longtemps oubliée, les lèvres tremblantes je continuais de m'effeuiller jusqu'à offrir mon corps à nu à l'astre brulant. La douce chaleur se transforma peu à peu en feu alors que je m'avançais lui offrant tout mon être... Il ne lui faudrait pas plus de quelques minutes...
L'éternité... Cela peut paraître merveilleux, cela peut paraître le plus beau cadeau du monde offert par la seule personne ayant représenté quelque chose pour moi... mais comme tout rêve cela se termine en cauchemar. L'éternité n'est pas un cadeau des cieux, c'est une chose qui finit par se payer, et ce au prix fort. La vie n'a plus la même saveur, elle n'est plus aussi belle qu'auparavant, les relations se flétrissent à l'image d'une rose abandonnée, triste décadence d'une artiste brisée, d'une fraicheur et d'une innocence à jamais perdue. Nous ne sommes rien, rien d'autre dans ce monde qu'un grain de poussière et comme tout le monde le sait tout est poussière et tout redeviendra poussière... Il en a été ainsi de tout temps, et personne ne pourra jamais se vanter d'avoir gagné face à la mort, elle est la seule qu'on ne peut pas tromper, la seule que l'on ne puisse berner... Et si ce n'est pas elle qui vient à vous, vous finirez par la rejoindre de vous même... C'est inévitable, on ne peut jouer sans tomber un jour...

Aujourd'hui j'allais faire le seul choix dans ma vie qui ait un sens, le seul choix qui pour une fois me mènera à la paix. Oh si tu savais combien de fois ai-je pu regretter de ne pas t'avoir supplier d'en finir cette nuit, combien de fois ai-je pu m'en vouloir d'avoir été aussi égoïste, si c'était à refaire, j'aurais maintenu tes lèvres sur ma plaie, sur la plaie béante qu'étais ma vie et ce qu'elle est encore aujourd'hui... Jamais je n'ai su trouver le moyen de garder auprès de moi tout ce qui m'était cher, j'ai toujours tout laissé filer entre mes doigts sans jamais pouvoir le retenir. Comme une enfant qui les larmes aux yeux regarde son ballon s'élever dans les airs sans jamais avoir aucune possibilité de le rattraper...
Mes yeux se levèrent et se posèrent droit sur mon bourreau, des larmes se mirent à couler le long de mes joues alors qu'un sourire naissait sur mes lèvres. Je ne poussais pas le moindre cri, je ne regrettais à présent plus rien, si ce n'est de ne pas avoir su vivre, ne pas avoir su apprécier ce que j'avais. J'avais été trop aveugle, je n'avais pas su saisir ce qu'il s'était offert à moi, mais je ne ferais plus de mauvais choix... Tout se terminera aujourd'hui, là où tout à commencé dans cette ruelle de Kaiten-Su. Il ne resta bientôt plus qu'un tas de cendres à la place du corps d'albâtre de la jeune femme qui s'était tenu là quelques minutes plutôt, un tas de cendre que le vent ne tardera pas à balayer. La vie est quelque chose d'éternellement compliquée alors que la mort elle, ne vous laisse pas d'autre choix que celui de disparaître...

► This is the end
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Dim 24 Fév - 18:32






































Calm Belt – Impel Down, 2 ans plus tard


Impel Down est la grande prison sous-marine du Gouvernement Mondial dont personne ne s'est jamais échappé. Elle se trouve sur Calm Belt et elle est accessible uniquement par le Courant Circulaire qui forme le Coeur du Gouvernement Mondial, reliant le QG de la marine Marine Ford, l’île judiciaire Enies Lobby et Impel Down. Que ce soit l’eau infesté par les rois des mers ou les différents monstres et dangers qu’elle contient, cette prison est réputée être un lieu de torture et d'exécution envers les diverses prisonniers.


L'enfer Eternel, le niveau 6


- Laissez-moi ! Pitié ! Arrêtez !

Je fermai les yeux, une nouvelle fois. Je ne voulais pas voir cet homme se faire traîner de force par les gardiens. Il ferait mieux de ne pas résister à la torture, il y gagnerait au mieux la mort. Ici, il ne fallait rien dire. Nous subissons sans restriction à toutes les perversités de ces lieux sans broncher. Il y en a bien qui cherchent à mourir mais ce sont des faibles à nos yeux. Nous, nous sommes les détenus du niveau 6, ceux qui sont considérés comme les plus dangereux par le Gouvernement Mondial. Il n’y a que des durs à cuire à quelques exceptions comme cet homme qui pleurnichait et qui a été emmené pour une punition. Moi, je ne pleurerais pas, je ne sourirais pas et je ne parlerais pas. Les mots n’ont pas de sens dans cet enfer. Demandez pitié, et l’on vous frappera. Etre enfermer entre ces murs signifie un arrêt de mort pour tous. L’espoir n’est pas permit, mais pourtant, au fond de nous, la flamme brûle toujours. Si un jour, nous pouvions être libérés de nos chaînes, être libérés de nos cellules, et être en mesure de nous battre, je parierai que notre rage nous sortirais d’ici. Notre désir et notre envie serait trop fort pour être re-capturer. Tentez de vous évader et faites-vous attraper, vous serez alors exécuter. Rouvrant les yeux, je ne vis que l’obscurité qui m’entourait, moi et mes voisins. Nous étions 2 réunis dans notre cage, chacun attachés par de lourdes chaînes au mur. Nous avions bien échangés quelques mots, mais rien d’assez concret et intéressant en soi. Il fallait économiser ses forces, on ne savait jamais. En lui jetant un regard, je voyais qu’il regardait intensément la porte de l’escalier comme toujours. Il répétait sans cesse attendre du secours. Je trouvais ça à la fois admirable et ridicule, personne ne viendrait s’aventurer ici pour le sortir de là. M’endormant bien que la position était inconfortable, je repensais à mon arrivée ici.


Il y a 2 mois, Impel Down

Descendant du ponton du navire qui m’avait amené ici, je pu admirer cette forteresse que j’allais finalement découvrir. Arrêté par le vice-amiral John Pacifique depuis une semaine alors que j’étais en chemin pour rejoindre Bartigo pour une réunion de la plus haute importance, je m’étais retrouvé dans un combat que je n’avais pas souhaité connaissant la réputation de mon adversaire. Vaincu, il est vrai, assez facilement, je m’étais décomposé en apprenant ma destination finale. Après avoir passé l’immense entrée de la prison et subit une fouille complète, on m’avait octroyé des menottes en granit marin plus lourdes et plus imposantes que celles de la marine. Un signe qui ne me trompait gère, je n’allais pas rigoler. En guise de cérémonie de bienvenue, j’avais été trempé dans une marmite d’eau bouillante puis torturer en tout genre avant d’être frappé en boucle et enchaîné derrière d’énormes grilles, en bien mauvaise compagnie, fallait-il le rappeler. Quoi que je n’étais pas le plus doux dans les parages.

Et me voici aujourd’hui, sortit de temps à autre pour subir les coups et délires chaque fois plus durs à supporter. Ma haine à leur encontre était supérieure à toute imagination. Il n’y avait pas de justice ici. Et ils paieraient pour la douleur qu’ils m’infligeaient, ça, je le jurais. Bien que je ne souhaitais pas tomber face à face avec le directeur, Albrecht Madman ou Satan selon les dires. On racontait qu’il possédait le pouvoir du diable, une ironie pour un tel environnement. Seul le malin pouvait diriger l’enfer.

-Hé, William, j’ai une bonne nouvelle.

Emergeant de mon sommeil, je vis les monstres éveillés refermer la cellule. Mon collègue, nommé Edward, venait de revenir, je n’avais même pas remarqué qu’on l’avait emmené ! Il me souriait !

- Tu t’es encore prit un tabac, n’est-ce pas ? Ne me dis pas que ça te fait plaisir.

- Non pas du tout, ce n’est rien. J’ai soutiré des informations à un jeune gardien qui vient d’être recruter ici. Il y a un évadé au niveau 4 et ils ne le trouvent pas.

- C’est une connaissance ? Et c’est au niveau 4, que veux-tu y faire.

- C’est mon second qui a réussis à s’enfuir et il va venir ici, ne t’en fais pas. Et concernant le cochon qui m’a amené, il lui suffira de l’éviter pour me rejoindre. Je m’en vais, William ! Je quitte cet endroit !

Des bruits de pas résonnèrent sur les dalles. Les regards de tous les pensionnaires de ce niveau étaient braqués vers la sortie. Un homme courrait en haletant et s’arrêta net devant nous. Musclé, crâne rasé, du sang coulant de l’arcade, il tenait dans sa main un trousseau de clefs. Reprenant sa respiration, il ouvrit tout de suite et fonça sur Edward pour le libérer. Lui retirant les chaînes, il le releva. J’étais tout simplement impressionné. Qu’avait-il bien pu faire pour obtenir les clefs ? Et comment avait-il su pour cet endroit, inconnu par tous ? Le niveau 6 aurait dû être inaccessible mais ce type avait débarqué sans gêne.

- Capitaine ! Enfin je vous retrouve ! Venez, partons ! Dépêchons nous ! Avec vous, je sais que nous arriverons à nous enfuir. Reprenons la mer, capitaine.

- Ango… Merci. Merci pour ce que tu viens de faire, tu as raison, tirons-nous d’ici. Il lui serra la main et me regarda sans ciller. Tu veux venir William ?

M’échapper ? Je n’étais plus sûr de rien. Les autres prisonniers hurlaient pour qu’il les libère. Le dénommé Ango les ignora et je lui fis signe de la tête que j’acceptai volontiers. Tout cet espoir allait se concrétiser. Je m’en allais !

Me relevant, je remerciais des deux nouveaux alliés et sortit calmement. Je réalisais maintenant que je n’étais plus sous l’emprise du granit marin. J’étais disposé à utiliser la totalité de mes compétences, j’allais quitter cet enfer, enfin !

- Edward, sache que je n’ai qu’une envie, c’est de sortir d’ici. Faisons notre maximum. Je ne retournerai plus dans l’enfer éternel.

Nous prîmes alors le chemin. Remontant les escaliers à toute allure, nous sommes alors passés devant le niveau 5, la glaciaire, pour remonter au 4éme niveau, la fournaise. La chaleur me piqua tout de suite les yeux mais j’étais dans mon élément. Après seulement quelques mètres, je vis qu’un comité d’accueil particulier nous attendait déjà. Je ne pouvais pourtant pas être repris, je devais m’en sortir. L’un des adversaires approcha et prit la parole. Le vice-directeur Minnesota !

- Toute résistance est inutile ! Moi, le vice-directeur Yok Minnesota, vous annonce que vous êtes en état d’arrestation ! Mais si vous souhaitez vous battre ça ne me pose pas de problème puisque je pourrais démontrer à tous que je mérite le poste de directeur. Après tout, je suis tellement fort que personne n’ose le dire, pas vrai ? Il s’adressait maintenant à ses subordonnés. Qui est le plus fort ? Qui ? Dites-le !

- Madman ! Madman ! Madman ! crièrent-ils en cœur à son adresse.

- Aaah ! Il se toucha la poitrine et tomba à genoux. Je suis trahis par mes hommes, moi, le numéro un d’Impel Down. Misère ! Que dois-je faire pour leur faire comprendre ? Il parlait maintenant tout seul.

- Monsieur ? Ne croyez-vous pas qu’on perd déjà beaucoup trop de temps ? Nous pourrions les capturer, fit remarquer un gardien.

- Ah ! Oui ! C’est une excellente idée, et après ça vous comprendrez tous que je suis l’homme qui mérite de diriger la prison ! Il se releva et nous fit face. Vous tous, jetez vos armes !

Je restais perplexe, et je vis qu’Ango et Edward aussi. Ce dernier lui expliqua qu’ils n’en avaient pas sur eux, ce qui mit une nouvelle fois le vice-directeur à terre, s’estimant touché que l’on bafoue son autorité. Je ne comptais pas rester plus longtemps et me décidais à passer à l’action.

- Edward, Ango. Je vous laisse ces types, je continue et vous ouvrirait la voie. On ne sortira pas d’ici sans combattre Satan et je vais essayer de le retenir. Ils acquiescèrent d’un signe de tête.

- Vous croyez pouvoir quitter le niveau 4 ? Vous mourrez ici ! Yok Minnesota s’était relevé et prenait la pose, le bras droit tendu vers le plafond. Parce qu’ici, c’est moi qui commande ! Vive le sous-directeur ! Il se jetait des fleurs ?

Jugeant cette personne risible, je décidais de les survoler. Me transformant complètement devant l’assemblée, tout le monde fit de grands yeux en hurlant. Je redevenais un dragon. Fixant le vice-directeur, celui-ci hurlait qu’il voulait être directeur à la place d’un paresseux. Les bras levés, il ne savait plus comment réagir face à ma nouvelle apparence. Mes deux compères me regardaient plein de sueur, bouches-bé et tendus, suants devant ce que j’étais devenu. M’élevant, je pris la route du niveau 3. Sous les cris et les balles que tiraient les geôliers, je reçu un gros choc et me retrouvais à terre, de nouveau à côté des évadés. Que s’était-il passé ? Prenant une forme semi-humaine, je vis le nouvel arrivant qui m’avait repoussé. Il sembla que sa venue ne plut pas au vice-directeur.

- Méphisto ? Mais qu’est-ce que tu fais ici ! Tu n’as pas honte de venir gâcher mon moment de gloire ? Ne viens pas me déranger ! Phélès Méphisto, le gardien-chef. Terriblement âgé.

- Ferme-là Yok, je n’accepterai pas que tu me parles sur ce ton. Tu n’arriveras pas à les battre seul avec ta puissance.

- Hééé ? Qu’est-ce que tu oses dire insinuer là ! Tu te crois plus fort que moi c’est ça ? Et ne m’adresse pas la parole, il ne fallait pas répondre à ma question, je suis ton supérieur hiérarchique !

Cette annonce perturba le gardien-chef qui se mit à hurler qu’il méritait la place de Minnesota du fait de son âge. Pointant soudainement son doigt vers moi, il m’annonça de but en blanc qu’il me battrait ici.

- William Fly, utilisateur du dragon ! Je t’arrête ici-bas, niveau 4 d’impel down, prison sous-marine, et te demande de te laisser capturer sans faire d’histoire ! Je ne te laisserai pas passer. Ça vaut aussi pour vous deux, toi Edward, pirate indépendant du nouveau monde recherché pour 198 000 millions de berrys, et Ango, recherché pour 77 millions de berrys, dit-il en s’adressant à eux.

- Ne vient pas te mêler de notre évasion, Méphisto. Si tu souhaites mourir je peux exaucer ton souhait, mais je dois m’en aller vois-tu. J’étais agacé de voir que j’étais retenu par eux. Ils me faisaient perdre mon temps.

- William ? On fait comme on a dit. Ango et moi on s’occupe de tout ça, va t’assurer que Satan ne viendra pas.

Ils foncèrent alors sur nos adversaires et les occupèrent le temps que je puisse les dépasser. Prenant de la vitesse, je me retrouvais très vite à l’entrée du niveau 4 quand une forme noire vint dans mon champ de vision. Ayant à peine le temps de réagir, je crachais un torrent de flamme dans cette direction, sans toucher celui qui approchait. Le diable était là. Il se tenait face à moi, sans trembler devant mon apparence, et ne fit guère attention à l’agitation qui régnait dans mon dos.

- Je vois qu’il y a de la panique par ici. Tu sais cependant que tu ne peux pas me vaincre, William Fly. Rends-toi sans faire d’histoire et peut-être que je ne te tuerais pas. Eleonora, reste en retrait. Il s’était adressé à une femme d’une taille exceptionnelle, une semi-géante, qui semblait vouloir se cacher derrière un mur.

Me posant à terre, je lui répondais par un grognement. Ouvrant la gueule, je cherchais à le happer.

- Voici donc ta réponse ? C’est dommage… moi qui voulais retourner dormir. Je ne suis pas très content d’avoir été tiré de mon cauchemar tu sais. Je sens le vice en toi, William. Es-tu prêt à perdre la vie ?

- Pas avant d’avoir atteint la surface ! Sur ces mots, je tentais de le toucher une nouvelle fois avec les flammes, qui atteignirent leur but. Il n’avait pas bougé et me regardait, las. Baillant longuement, il se gratta l’arrière de la tête comme s’il s’ennuyait.

Qu’est-ce que ça voulait dire ? Les rumeurs sur son zoan du diable disaient qu’il était exceptionnellement puissant, mais de là à s’immuniser contre le feu ? Ma rage me quittait, je me sentais vider de la hargne qui m’avait envahi. J’étais maintenant paniqué. Tentant de le frapper avec ma queue, je le ratais et le vit créer de l’énergie obscure et mortelle. Je sentais que la mort arrivait à grand pas.


Calm Belt – Impel Down – Une heure plus tard

Je gisais à terre. Vidé de mon énergie, je n’arrivais plus à bouger. J’étais bloqué à terre. Le directeur était trop fort pour moi et il se tenait debout à mes coté, me fixant dans les yeux. Ma vie sembla défiler rapidement et je repensais à tous les moments que j’avais vécus. Je ne regrettais rien, je donnais ma vie à la révolution. J’étais fier de mourir en tant qu’homme libre et non pas exécuté lâchement. J’avais fait front et j’étais prêt à perdre la vie. Edward et Ango avaient été capturés et je n’avais plus de nouvelle. Nul doute qu’ils allaient eux aussi mourir.

- Tu sais William… Je fais mon travail. Si tu n’avais pas été un révolutionnaire, je crois que je t’aurais proposé une place à Impel Down comme gardien. Tu aurais été parfait dans ce rôle, mais je ne pouvais pas prendre de risque. J’attendais que ton moral soit brisé pour venir t’éclairer, mais tu t’es échappé. Les tentatives d’évasions se terminent par des prisonniers qui se rendent très rapidement, et toi qui m’a fait face, tu vas mourir comme eux. Tu m’auras fait perdre un temps précieux, William Fly. Adieu.

Fermant les yeux, je gardais le sourire, accueillant la mort à bras ouverts.




William Fly





Dernière édition par William Fly le Mer 20 Mar - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mori Ranmaru
Kiseki no Mori - The Miracle
avatar
Messages : 576
Race : Humain
Équipage : Inquisition - Tengoku (Intérimaire)

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
188/200  (188/200)
Berrys: 57.721.523 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Dim 24 Fév - 18:35

Revenir en haut Aller en bas
Daisuke Aurola
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 1139
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
50/350  (50/350)
Berrys: 104.198.000 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Mer 27 Fév - 18:35

Bien le bonjour. Déjà, félicitations aux participants et aux participantes. Je vous remercie d'avoir participé en nombre et d'avoir fait ces textes juste pour le plaisir. Oui, vous n'avez rien gagné sinon de montrer que vous avez du talent, et c'est bien ! Non, je plaisante. Il y aura bien des "cadeaux". Lesquels et pour qui, je ne sais pas, c'est Nakata qui s'en occupera. Moi je ne suis que "l'organisateur" et un membre du jury, un juré.

Maintenant, vous pouvez toujours poster vos Rps, mais vous n'aurez aucune récompense. Enfin. Félicitations.
Ah oui, j'oubliais ! Si vous voulez lire les textes présents, il vous suffit de "féliciter les membres" pour leur participation !
Merci à tous et bon Rp à vous !!!

_________________


Ao Haruya:
 


Domination:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Mer 6 Mar - 21:06

Je sais que le concours est terminé mais je l'a mets par plaisir ^^

Un jours froid d'hiver la guerre commença,la guerre entre les Révolutionnaires et la marine éclata sur une île du Shin Sekaï.Je rejoignis le champs de bataille pour prêter main forte à nos allier,une tranché de nos alliés était attaqué,elle était déjà pas mal dominé par nos adversaires,j'intervins à ce moments là voyant nos alliés ce faire repoussé je courus sur nos adversaires et fis le ménage,la neige tombait de plus en plus,tous ceux que j'avais tuer leurs cadavres furent déjà recouvert de plusieurs centimètres de neiges.J'avançais dans le froids vêtu de mon long manteau vert,de mon pantalon blanc et d'un bandeau noir puis des chaussures noirs bien sûr.J'avança donc dans ce torrent de neige qui me cachait la vu,mon bandeau sur la tête devenu blanc à cause de la neige.Déjà que ma vue était réduite à cause de la perte d'un de mes yeux alors en plus de cette neige je n'y voyais qu'à quelques mètres.Mes alliés maintenant loin derrière je me retrouvais seul au front mes ennemis ?Je ne savais pas si j'étais près ou encore assez éloignés d'eux,jusqu'aux moment où un groupe de m'entourèrent ,comme je ne voyais pas trop je ne les virent pas tout de suite mais une fois que je les avais remarqué un m'avais déjà lancé une attaque,je réussis de justesse à esquivé cette attaque.Mais la suivante je pus rien y faire je fis transpercé d'une balle au niveau du torse.Les autres marines commencèrent tous à m'attaqué mais je réussis à les maîtrisé avec difficultés grâce à mes katanas.Une fois cela maîtrisé je continua mon avance vers les lignes adverses.La neige s'estompa je commençais à voir de mieux en mieux puis j'aperçus plusieurs silhouettes me visé soudainement je vis une 50ène de tireur me visé,un seul mot s'échappa de ma bouche:
-Mince...
Entendant les bruit des canons de leurs fusil échappé un bruit sachant que cela fut déjà trop tard pour que je les esquives j'accepta mon destin qui fut bouclés je me mis droit je regardas mes adversaire avec fureur et hurla:
-Yahhhh !!!!
Mes adversaires commencèrent à tremblé avec ce hurlement encore plus féroce qu'un tigre affamés je reçu plusieurs balles sur le torse et quelques aux épaules.Je me tenais toujours droit et marcha avec difficultés vers mes adversaires un filets de sang s'échappa du coin de ma bouche ce qui rendait la neige rouge.Je marchais, les tireurs rechargeaient leurs fusils je me pris une autres salves à quelques mètres devant eux,cette salves fit m'agenouillés j'avais reçu une balle dans le bras je planta un de mes katana dans le sol et m'en servit d'appui pour me relevé,environs une 30 ène de balles se réfugiaient sur le torse les hanches et certaines dans les jambes.Je me leva avec difficultés même avec un appui,je laissa mon katana sur place et je continua mon chemin vers la tranché avec mon derniers katana en criant:
-Yahhhh !!!
Les tireurs tremblèrent tellement à cause de ce cri commencèrent à battre en retraite et à partir en courant même sous les menaces de leurs officiers qui disais que les lâches serais puni.Je sauta dans la tranchés et tua cette officier d'ailleurs,je trancha quelques tireurs jusqu'au moments où 5 tireur m'entourèrent et me tirèrent tous une balle une se réfugia dans mon coeur,2 autres dans mon dos et les 2 dernières dans les côtes.Je m'agenouilla à cause de la douleurs et toussa du sang de ma bouche ,je sentais la vie me quittés,avec le froid en plus cela n'arrangeais rien,les tireurs finirent par battre en retraite voyant les révolutionnaires alliés arrivés.Je tombas sur côtés dans la neige qui devenait rouge, un révolutionnaire allié me vis et appela un médecin ils essayèrent de me soigné mais rien dans mes derniers soupires je donna mes deux katanas et dis:
-Donnez ses deux katanas à mon capitaine il comprendras la nouvelle.
Je fermas mon oeil et commença à sourire,la vie m'abandonna et je mourus le sourire au visage et j'accueilli la mort à bras ouvert sans regret vu mes grand exploits.Je laissa une femme enceinte portant mon enfants qui j'espère seras fière de son père.Plus tard je fus connus sous le nom de "Samouraï héros de la Révolution".
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14644
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
942/1000  (942/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Dim 31 Mar - 13:58

Et c'est parti pour les résultats du concours que vous attendiez tous ! (Oui, avec un tout petit peu de retard, désolé !)

Déjà, il faut savoir que les jurys sont Zora et moi-même. Nous avons décidés du classement, même si celui-ci ne fut pas des plus aisés ! La plupart de vous histoires sont réellement intéressantes à lire, et nous ont beaucoup plu. Puis, par la suite, nous avons décidé des récompenses (ce qui ne fut également pas une partie de plaisir, soit dit en passant.) Il a été décidé que tous les participants, qu'ils soient ou non sur le podium, gagneraient 800.000 berrys pour les remercier d'avoir donner un peu de leur temps et d'avoir pondu un RP si plaisant à lire !

Je vais commencer par les non-inscrits. William étant le seul à participer dans cette catégorie, il est automatiquement placé et remporte le prix de 500.000 berrys en plus des 800.000 initiaux, ce qui place sa cagnotte à 1.300.000 berrys ! Mais ça n'est pas tout ! Un cadeau lui est également gracieusement offert : une vivre card d'un PI tiré aléatoirement ! William, tu n'auras donc qu'à donner 10 noms de PIs (qui seront validés ou non, évidemment) et celui dont tu recevras la card sera tiré au hasard !

Passons désormais au podium des inscrits. Il faut savoir que vous classer n'a réellement pas été chose aisée, mais quelques personnes sont sorties du lot avec une histoire plus originale que les autres. Le premier (enfin troisième sur le podium, quoi) est Rhees ! Il remporte au total 1.400.000 berrys (600.000 en plus du prix initial) !
Viens ensuite le second ! A la base créateur du projet, il a quitté le staff en cours de route ce qui nous a permis de le mettre dans le classement ! Il s'agit évidemment de Daisuke, qui double tout simplement l'argent qu'il devait recevoir et passe donc à 1.600.000 berrys !
Nous terminons avec le grand gagnant, ou plutôt la grande gagnante du concours ! Il s'agit de Kokoro, et de son empoisonnement ! L'utilisation de All Blue a rendu le tout très intéressant. Elle fait donc passer son prix de 800.000 berrys à 1.800.000 berrys !

Pour les trois privilégiés cités au dessus, qui sont donc Kokoro, Daisuke et Rhees, nous proposons en plus de leur gain d'argent un cadeau supplémentaire, à choisir parmi les trois que voici :
-Une vivre card pointant vers un PI de leur choix (S'il est validé, évidemment)
-Un Meitou des 50 sabres de qualité supérieure.
-Une paire de menottes en Granit Marin !
Il faudra bien évidemment expliquer le gain de l'un de ces trois objets par un RP.

Je laisse donc la parole à William, Kokoro, Rhees et Daisuke pour savoir ce qu'ils veulent.
Les berrys ont été distribués ! Merci pour votre participation !

_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Daisuke Aurola
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 1139
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
50/350  (50/350)
Berrys: 104.198.000 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Lun 1 Avr - 17:43

Si je prends les menottes, est ce que je pourrais toujours avoir mes régalias ?

_________________


Ao Haruya:
 


Domination:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14644
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
942/1000  (942/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Lun 1 Avr - 18:15

Pourquoi tu pourrais pas ?

_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Daisuke Aurola
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 1139
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
50/350  (50/350)
Berrys: 104.198.000 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Lun 1 Avr - 19:39

Je pose juste la question, car je me demandais si avoir deux objets en GM, ça posait pas de problèmes. Bref, depuis quand on répond à une question par une autre question ? Si je peux l'avoir je la prend alors, cette paire de menotte !

_________________


Ao Haruya:
 


Domination:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elimane Loyckh
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 4324
Race : Humain
Équipage : Solo

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
96/350  (96/350)
Berrys: 1.000.409.790 Berry

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Lun 1 Avr - 19:55

Ah juste, il y avait ce concours ^^

J'ai fait normalement cette histoire que j'ai quelque part sur mon pc. Je ne veux rien en récompense, mais je peux la poster si je la retrouve?
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14644
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
942/1000  (942/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Lun 1 Avr - 20:15

Ouep Loyckh, tu peux !
Daisuke > Très bien, adjugé vendu ! Tu as ta paire de menottes alors casse toi de ma vue !
Kokoro, William et Rhees, à vous de faire votre choix !

_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Elimane Loyckh
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 4324
Race : Humain
Équipage : Solo

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
96/350  (96/350)
Berrys: 1.000.409.790 Berry

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Lun 1 Avr - 20:51

Je viens de la retrouver juste après manger!

Sinon j'ai préféré mettre sous police classique plutôt que la 16 habituelle de mes rp...

The End (Man on Fire) by Lisa Gerrard on Grooveshark


Vieilli par les années, je ne reconnus pas cet homme, ennemi d’autres fois mais ayant disparu un temps. Cela devait faire trente années que j’avais engagé une course poursuite effrénée, en vain jusqu’à aujourd’hui. Sans doute un abandon de sa part. Il se tenait là, devant moi, une coupe de saké posée sur sa table. Son équipage occupait quasi tout le reste de la terrasse et une bonne moitié de l’intérieur de l’établissement. J’ordonnai à mes hommes de rester en place avant de m’avancer vers celui qui était devenu le plus grand Empereur des mers de l’époque et le plus proche d’obtenir le One Piece. Son influence dans le nouveaux mon dépassait les septante pourcents de l’océan. Mais il ne s’était pas cantonné au Shin Sekaï comme beaucoup d’empereur, non, il contrôlait la mer où il avait vu le jour, East Blue et plus de la moitié de Grand Line partie un, à commencer par les trois dernières voies. Il avait rassemblé un nombre incroyable de pirate sous ses ordres. Bien évidemment, son équipage ne comptait qu’une cinquantaine d’hommes, mais en prenant tous ses alliés, nous arrivions au chiffre faramineux de deux cents mille combattants. Sa flotte se composait de trois cents dix-neuf navires chacun contrôlé par un capitaine très puissant. Comment avais-je pu laisser cela arriver ? Je ne pouvais en vouloir qu’à moi-même. Malgré l’arrestation de beaucoup de Yonkou ou Nebula tels Mitsu la Torche humaine, ou encore le Phoenix des océans, Fenice Nakata ou, plus récemment, la capitaine Aria D. Masson. Tous figuraient dans mon palmarès, comme on me disait souvent. Mais lui, le second homme capable de devenir le seigneur des pirates, comment avais-je pus me laisser dépasser par les événements ? D’abord la destruction de la base du G5 par lui et son équipage, afin qu’il puisse monter au rang d’empereur, ensuite son retour sur Grand Line première partie puis sur East Blue où il chassa les révolutionnaires et détruisit tout les quartiers généraux et bases gouvernementales qu’il avait trouvé sur son passage. Un amiral ne pouvait même plus rien contre lui, comme le regretté Daisuke Aurola, mort lors d’un duel face à cet homme.

J’avais pris la précaution de ne prendre avec moi que des hommes de grande force. Colonels, contre-amiraux, vice-amiraux et même deux amiraux composaient mes rangs à ce moment précis. Nous étions tout aussi nombreux que nos adversaires, soit cinquante-quatre personnes. J’avais pris soin de prendre des gens possédant des capacités extraordinaire ou des utilisateurs de fruits très puissants comme le vice-amiral Jinto No Mean ou l’amiral Tales, surnommé Akatora (Tigre Rouge) possédant respectivement le logia du sable et le paramécia incassable. Grâce à eux nous avions pu venir à bout de beaucoup de Nébula et Supernova prenant de plus en plus d’influence. La vague de piraterie avait faibli grâce à eux tous, mais aucun n’avait pu, jusqu’à présent, gagner contre notre adversaire d’aujourd’hui. L’épéiste de la mort, le plus grand Yonkou après Gol D. Roger le célèbre seigneur des pirates et créateurs du One Piece, cet homme buvait devant nous. Possédant une prime record s’élevant à un milliard et demi de berrys, il m’avait fui depuis notre dernier combat où il n’était alors qu’un simple pirate même pas capitaine de son navire et recherché alors pour seulement 55millions. Il avait perdu le combat et été emmené à Impel Down mais réussit à fuir chemin faisant.

Le voilà enfin devant moi, à portée de bras. Encore fallait-il pouvoir en venir à bout car même s’il n’était plus qu’un vieil homme, il cachait encore énormément de force et puis, moi aussi maintenant je ne gardais plus que des cheveux blancs et les rides avaient eu raison de mon visage. En m’avançant, je constatai qu’aucun de ses hommes ne bougeaient pour intervenir. Ils me regardaient tous sans se lever ou bouger pour m’empêcher de mettre un pas devant l’autre. J’atteignis la table principale en quelques enjambées. Seul le capitaine s’y était assis. Je tirai la chaise devant moi et regardai l’homme, portant comme à son habitude des lunettes noires. Il but une grande gorgée d’alcool le riz avant de poser délicatement son verre sur la table et releva son visage vers moi. Nous nous fixâmes durant plusieurs minutes. Nos compagnons respectifs restaient en place mais étaient tendus comme jamais, prêts à sauter sur l’ennemi à la moindre réaction bizarre ou geste de leur supérieur. Mais nous ne faisions que nous regarder, sans haine réciproque. Le Yonkou et moi-même ne parlions ni ne pensions, nous restions là sans rien faire. Aucun de nous ne se décidait à prendre la parole. Je lâchai le lien visuel quelques instants afin de me rendre compte de qui était présent. Certains de ces pirates pouvaient faire taire leur voix, ce qui leur permettait de passer inaperçu même non loin de moi. C’est finalement le grand épéiste qui prit la parole.

« Cela fait longtemps que tu me cours après. Comment vas-tu ? Amiral-en-chef de la Marine, Elimane Loyckh! »

Il souriait et me commanda même à boire d’un signe de main vers le tavernier. Ce dernier arriva, les bras tremblants de peur en sachant pertinemment qu’une bataille allait avoir lieu ici même, plus tard dans la journée. Je le remerciai d’un signe de tête avant de boire un coup de thé apporté en même temps que l’alcool dont je n’étais pas friand. Boire de l’alcool dans un moment pareil, il n’y avait bien que les pirates pour faire cela. Quoique certains de mes hommes appréciaient aussi l’enivrement avant les grands combats. Ils pouvaient ainsi chasser de leur esprit tout ce qui n’allait pas et se concentrer sur leur combat. Je me retournai alors pour inviter mes hommes à commander à boire mais en restant à l’écart des flibustiers. Toute rixe dégraderait rapidement la situation et bien qu’il faille un moment se battre, nulle partie ne voulait engager les hostilités. Nous attendions donc que l’autre commence à bouger. Je pris la parole pour répondre à la question et en poser une par la même occasion.

« Merci pour le thé, c’est bien aimable de ta part. Pour répondre à ta question, je vais bien. On se fait vieux par contre, je vais sur mes 88ans mais je tiens encore debout donc n’ai pas à me plaindre. Tu sembles plus fatigué que moi. Serait-ce pour cela que tu as décidé de ne plus fuir ? Tu serais près à te rendre ou tout cela n’était pas prévu ? »

Un long moment de silence empli les lieux. Le capitaine restait serein, contrairement à beaucoup de ses hommes qui commençaient à s’agiter, comme si je venais d’insulter leur mentor. Alors que bon, je ne faisais que poser une question en tout bien tout honneur. Je ne cherchais aucunement les embrouilles, j’étais simplement curieux de sa baisse d’ingéniosité pour nous échapper. Je pensais même qu’il avait fait exprès de se trouver là. Nous avions été averti trois jours plus tôt par un appel anonyme d’une femme disant savoir où le célèbre épéiste se cachait avec sa bande. Nous avions pris une journée pour nous décider avant d’accepter de mener une expédition ici même et, surprise, le contact se révéla juste et même très précis. J’avais la nette impression qu’il avait tout prévu et qu’il nous attendait, mais pour faire quoi exactement. Ma question n’était donc ni idiote, ni provocatrice, je pouvais aisément avancer qu’elle était plus que pertinente. Après quelques secondes, mon interlocuteur décida de répondre en esquissant un petit sourire.

« Tu dois te douter que j’avais prévu votre arrivée. A dire vrai, c’est même moi qui vous ai prévenu via une charmante intermédiaire. J’en ai un peu raz le bol de courir et je me suis dis qu’un bon duel arrangerait cela. Ce sera donc toi contre moi mais bien évidemment, pas dans ce charmant village. »

La tension pouvait être coupée au couteau. Le duel allait commencer entre lui et moi. Je voulu commencer en me levant rapidement mais au même moment, il se leva, pris un de ses katana toujours en place dans son fourreau et me frappa violemment avec, au niveau de mes côtes. J’avais pu anticiper l’attaque et générer une bonne couche de glace afin d’amortir le choc qui fut tout de même assez puissant que pour l’éjecter à plusieurs mètres. Je me redressai en plein vol et retombai à terre debout. Je demandai à mes hommes de ne pas intervenir et de ne pas attaquer nos ennemis, juste se défendre en cas de besoin. Mon adversaire sembla faire pareil et l’instant suivant, il était à coté de moi. Nous entamions alors un combat aérien dont le but principal était surtout de trouver un bon endroit pour pouvoir se battre sans retenue. Un grand désert de caillou surplombé par de gros rochers fût rapidement choisi comme ring, la vitesse aidant, il ne nous fallu que quelques instants pour atteindre le presque milieu du reg. L’endroit dégageait une grande fraicheur où le vent passait régulièrement. Nous entamâmes alors le véritable combat. Il dégaina ses sabres et envoya une multitude de lame d’air vers moi. Je créai un sabre de glace et fonçai en sa direction tout en déviant ses attaques. Arrivant à sa hauteur, j’abaissai mon sabre mais il le para facilement et effectua un mouvement circulaire afin de me trancher avec ses lames. J’utilisai l’appui de mon arme sur la sienne pour faire un salto arrière afin d’esquiver ses fers et repartis vers lui une fois le sol atteint. Je me générai alors un bélier de glace sur le haut de mon corps, la tête en avant et fonçai vers mon adversaire. Le yonkou présenta alors tous ses sabres qui percutèrent mon animal de gel et moi-même en dessous. Je souffle produit arracha le seul arbre des lieux, déjà mort depuis longtemps. C’est à ce moment là que nos hommes nous rejoignirent au bord du terrain de combat.

Après le choc, nous restâmes quelques temps sans bouger, forçant le plus possible, lui avec ses lames, moi avec mon corps. Nous fîmes un pas en arrière au même moment, mon bélier disparu en milles morceaux durant la remise en position. Il sourit, je fis de même et nous recommencions l’action. D’un bond, nous étions à nouveau au corps à corps. Il n’utilisa qu’un sabre enrobé de haki de l’armement, je fis de même avec mon sabre de glace. Ce dernier explosa, tandis que je continuai en donnant un puissant coup de pied dans son torse, sa lame vint en même temps contre mon torse et nous fûmes projeter en arrière. J’essayais d’arrêter ma course avec mes pieds et une main, lui avec trois lames enfoncées dans la terre. Nous nous arrêtions quasi en même temps. Je regardai alors vers le bas et vis une mince ouverture partir depuis mon épaule droite et arriver jusqu’à mon abdominal oblique gauche. Je relevai la tête vers mon adversaire. Il n’avait pas plus de dégâts que moi, un simple filet de sang coulait de sa bouche mais il l’essuya rapidement avant de se remettre en garde. Un temps mort puis je déclenchai mon haki des rois afin de perturber mon adversaire le plus possible. L’onde provoqua un tremblement cassant en croute la surface du terrain sur une bonne distance. Quelques spectateurs pirates mais aussi Marine tombèrent dans les vapes où furent légèrement blessés. Ils se seraient trouvés devant moi qu’ils n’auraient pas survécu. Le yonkou ne sembla pas affecté, il s’était simplement protégé derrière plusieurs sabres. Il enleva son sourire puis disparu un moment à la vue de tous. Il devait être plus rapide que moi car j’avais parfois difficile à la suivre. Certes mes yeux et mes sens le voyaient mais mon corps ne suivait pas assez vite. Il termina sa course derrière moi et moulina trois sabres avant de me distancer de quelques mètres. J’avais usé de l’armement pour protéger mais arrières mais mon corps commença à bouger sans que je ne puisse rester en place. A la manière d’un contre coup, je ne sentis d’abord rien puis, un temps plus tard, une force me pousser vers l’avant. Je n’arrivai pas à m’en défaire et fus projeter rapidement sur plusieurs dizaine de mètres. J’explosai alors sur un rocher qui fit de même. Tout en me reconstituant, je générai une épaisse couche de givre recouvrant tout le terrain de combat avant de me transformer en monstre glacial.

« Ice Coloseum »

Plus puissant encore que l’Ice Daemon, mon colosse dégageait un froid tel que toute l’île fût plongée dans un coma hypothermique. Mon adversaire regarda alors ses compagnons qui, après un bref signe, se mirent à combattre mes hommes. Ils se défendirent alors férocement. Je n’avais pas à m’en faire de trop, je connaissais la puissance de mes élites et ils ne pouvaient me décevoir. Mon adversaire couru vers moi et, lorsqu’il atteint une distance acceptable, il tourna sur lui-même engendrant une énorme tranche d’air créant même une profonde crevasse au sol. Je moulinai alors mes mains à la manière d’un karatéka avant de frapper l’air devant moi. La puissance de mon colosse me permettait de créer moi aussi des ondes d’air. Lorsque mon point parti rapidement, il écrasa l’air qui fit vibrer l’air et explosa au contacte de son attaque. Sans me laisser le temps de reprendre position, mon adversaire créa une nouvelle lame plus grosse encore que la première. Je me la pris en pleine épaule et vacilla avant de toucher le sol. En duel, il n’était pas aussi efficace qu’en guerre. Je décidai alors de redevenir humain et l’instant plus tard, mon gigantesque corps explosa et d’énormes morceaux de glace tombèrent au sol, en provoquant une grande quantité de fumée. Il fallait dire qu’au sommet de ma tête, je devais avoisiner les soixante mètres, ce n’était donc pas rien. Je sortis du nuage de givre en tenant mon épaule qui commençait doucement à se faire sentir. Mon récent combat contre les révolutionnaires et leur boss William Fly m’avait déjà affaibli en partie. Je ne devais cependant montrer à mon adversaire que le mal frappait à ma porte.

Sans crier gare, celui-ci exécuta alors une série de mouvements avec ses sabres d’où sortir des flammes avant de carrément produire une vague brulante filant directement vers moi. Je créai alors une colonne de glace sous mes pieds afin de m’élever dans les airs mais mon adversaire continuait d’envoyer du feu, si bien que moins de vingt secondes plus tard, une bonne partie de ma banquise avait fondue, révélant à nouveau le sol de pierre et de poussière. Je checkai un instant vers mon équipage, je percevais de moins en moins de voix autour de moi. Je me rassurai en voyant que le Vice-amiral Kirito et que mes deux amiraux tenaient tête aux ennemis. Je ne pus voir plus, mon adversaire sauta devant moi totalement enflammé et abaissa une grosse épée qui embrasa l’air instantanément. En retombant à terre, je décidai d’utiliser une technique très puissante afin de ne pas être affecté par cette fournaise continuant de m’arriver dessus.

« Ice Shock »

Je retombai alors au sol sous une pluie de cristaux de glace. Ma technique me permettait de congeler toutes les particules, à mon niveau, je pouvais même geler le feu en l’utilisant. Je pus discerner de l’étonnement derrière le visage sérieux de mon adversaire. Il retomba une seconde après moi au sol, posant un genou à terre. Le champ de bataille était méconnaissable, nous n’avions pourtant pas usé de beaucoup de techniques. Si j’avais encore l’âge de ma nomination au grade d’amiral ou même d’amiral en chef, le combat aurait été d’un tout autre niveau. J’étais bien plus fort physiquement à cette époque là. Malgré tout, je conservais une certaine puissance et je pouvais compter sur une expérience de plusieurs décennies. Il se releva en frissonnant un rien avant de m’adresser la parole.

« C’est plus impressionnant en vrai que via les histoires racontées dans les bars. Mais après tout, je n’en attendais pas moins du célèbre Elimane Loyckh, vainqueur de la révolution et amiral en chef de la Marine. Voyons maintenant lequel de nous deux est le plus fort !!! »

Un mouvement rapide le conduisit à ma hauteur. Mon observation avait parfois du mal à se concentrer sur sa voix, il l’a taisait de façon admirable. Je pouvais néanmoins compter sur mon instinct et sur l’analyse de ses gestes, fusent-ils incroyablement rapides. Il essaya de me trancher en deux mais je bloquai sa lame avec mes poings recouvert de glace. Il enchaina avec un coup de tête mais que j’esquivai avant d’envoyer une boule glaciale qu’il évita de justesse. Il embrasa ses lames, difficilement, mais il y arriva car la température était un peu remontée bien que toujours très basse. Il tira plusieurs boules de feu qui se formait à la pointe de ses armes lorsqu’il les moulinait d’une certaine façon. J’en congelai une avec mon souffle, une autre avec une Ice Ball, une troisième que je séparais avec mon poing gauche qui fondit sous la température élevée. Mais il ne me brûla pas car mon bras gauche n’était plus de chair depuis longtemps. Il était à cent pourcents formé par mon fruit. Lors du combat contre Arias, qui me propulsa au grade d’amiral en chef malgré ma perte, je perdis en effet le bras gauche. Le commandant révolutionnaire périssait quelques jours plus tard d’un problème vasculaire causé par sa congélation répétitive lors de mon combat face à lui. C’était ensuite Harlock Zora, une ancienne connaissance, qui avait pris le relais avant de perdre contre le directeur d’Impel Down, Joseph Mand, lors d’une sortie en mer de celui-ci. J’avais enfin mis un terme aux agissements rebelles en éliminant le dernier grand chef, William Fly, après un combat court mais très éprouvant. Il n’y avait maintenant plus que quelques altercations minimes avec des gens se prétendant révolutionnaires mais qui n’en avaient plus l’étoffe.

J’eus difficile à éviter la quatrième balles de feu mais la cinquième semblait moins puissante et surtout moins précise, ce qui me permit de la laisser exploser quelques mètres derrière moi. Je n’avais cependant pas anticipé le souffle chaud de celle-ci qui permit au sabreur d’attaquer avec une épée qui ne fonctionnait que lors de grande chaleur. Elle coupait absolument tout et ce, en un rien de temps. Il profita à ce moment du souffle de chaleur pour l’utiliser un court instant. Heureusement, j’étais un fin stratège et durant plusieurs échanges, j’avais mis en place une technique fourbe mais salvatrice dans ce cas présent. De petites plaques de glace compressées parsemaient le terrain de combat. Dès qu’on passait près d’elle trop rapidement, les vibrations provoquées faisaient éclater les plaques qui congelait l’air tout autour d’elles sur un rayon de trois mètres. Il ne s’en était certes pris aucune, mais au moins, il avait dû dévier de sa trajectoire et n’avait pas pu m’atteindre. Il frappa fortement le sol avec la plante du pied afin de déclencher tous mes pièges grâce à l’onde de choc. J’avais inventé cette attaque lors d’un duel face à Tsukyo No Hato. Je l’avais perdu mais cet homme, le meilleur épéiste de tous les temps, faisait à présent partie des sept Shishibukai après la mort de son capitaine.

« Belle attaque je l’avoue. Je suis tout autant impressionné par tes techniques qui m’avaient été rapportées par plusieurs membres du gouvernement mais qui, jusqu’à lors, m’étaient inconnues. Je vois cependant que notre grand âge ne nous permet plus de grosses folies. Je pense que nous n’en avons plus pour très longtemps. Qu’en dis le second plus grand épéiste du monde, Drake Kotori ? »

A l’entente de son nom, il pris un air amuse, comme autrefois. Il força alors afin de dégager le plus d’énergie possible. Une aura apparu alors puis prit feu d’un coup. Il se positionna avec ses 7 sabres afin de pouvoir réaliser sa plus forte attaque. Je fis de même en dégageant le plus de froid possible, les poings recouverts d’une épaisse couche de glace très dure. J’entrai alors en mode "berserk", nom mal choisi car je pouvais entrer dans cet état quand je voulais et en sortir de même. Mais vu qu’au début tout était inconscient, je m’étais dis que ça pouvait être classe de l’appeler ainsi. Après tout, c’était la condition la plus puissante des utilisateurs du koléo.

Nous nous élancions alors en même temps provoquant un éclatement du sol à l’endroit de chaque départ. Le choc fut alors terrible, un énorme trou se forma en dessous de nous sur un rayon de plus de quatre cents mètres, forçant même nos équipage respectif de reculer malgré leur propre combat. Ils s’arrêtèrent tous en voyant la scène, stupéfaits et inquiet que Drake ou moi, n’aie passé l’arme à gauche. Je me reconstituai difficilement sur la pente de la demi-sphère creusée dans le sol. Je n’en pouvais plus, en une seule attaque, j’étais totalement vidé d’énergie. Je remarquai alors que Drake n’était plus très fringant non plus Il titubait au milieu du trou, le regard vide mais le sourire aux lèvres.

« Waw, quelle fin… »

Il tomba ensuite au sol juste à coté de ses sabres, tous plantés bien verticalement. Certains de ses compagnons, ceux encore debout, descendirent la pente à fond de train afin de lui porter assistance mais rien à faire, il avait rendu l’âme mais avait gardé sourire. Ma vision se troublait au fur et à mesure que je me reformais. Je remarquai que ma jambe droite n’était plus, tout comme mon oreille gauche. J’étais vachement amoché, malgré l’enrobage de tout mon corps avec l’armement. Je distinguai l’amiral Tales venir vers moi à toute allure. J’étais heureux qu’il soit encore en vie, il pourrait sans doute prendre la relève si jamais j’y restais. Je tombai alors en syncope, mais tenant à la vie par un maigre fil. Je fus conduit jusqu’au village le plus proche, à moitié congelé par ma dernière attaque, puis, ne trouvant pas de médecin valable, on me transféra au navire afin de recevoir les meilleurs soins possible. Je mourus sur la table d’opération d’une hémorragie interne. Après tout, j’avais bien vécu, et mon rêve s’était réalisé. J’avais pu devenir amiral puis amiral en chef et décider de stopper les pratiques barbares et inciviles du décret décima. J’avais mis fin à la révolution, enfin la partie la plus importante, et mon fils était en bonne voix pour faire de sa vie un bonheur sur terre. Je partis donc heureux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14644
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
942/1000  (942/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Lun 1 Avr - 21:20

LE PHOENIX NE MEURT JAMAIS \m/
Sinon, bonne histoire, quoi que totalement incohérente ! Bouuuh ! xD
Joseph est trop vieux, il ne peut pas faire face à Zora une vingtaine d'année plus tard et la vaincre ! Et puis, un DC butter le compte principal, non mais n'importe quoi !
Hato déteste le Gouvernement Mondial et ne voudra en aucun les rejoindre, quand bien même je mourrais ! (D'autant plus si c'est le même Gouvernement qui me tue)
Drake est trop débile pour être Yonkou ! Alors tuer Daisuke en plus, n'importe quoi !
Toi, amiral-en-chef ? Laisse moi rire !
Mitsu, yonkou ? Et puis quoi encore ?
J'en passe et des meilleurs ! A chier ! /SBAM/

Plus franchement, je l'ai dis plus haut, ça se laisse lire. Razz

_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Elimane Loyckh
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 4324
Race : Humain
Équipage : Solo

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
96/350  (96/350)
Berrys: 1.000.409.790 Berry

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Lun 1 Avr - 22:56

Hypothétiquement, tous ceci est possible. Je n'ai donné aucune date et j'ai voulu être plutot original.
Ça l'était au moins?

Joseph vs Zora: inrp, ce ne sont pas les mêmes personnes Rolling Eyes

J'ai jamais dis que Mitsu était un yonkou ...
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
avatar
Messages : 3247
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
232/350  (232/350)
Berrys: 21.026.050 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Mar 2 Avr - 0:36

Ah j'aime bien !

Ce qui est cool, un peu comme dans l'histoire de Dai, c'est la projection dans le futur et la situation mondiale qui évolue. Même là tu te démarque en donnant les postes "clés" du monde à ceux qu'on n'attend pas forcément (cfr. Drake futur Roi des pirates, William chef de la Révolution,...)

Zora vs Mand Oo

Amiral Tales Oo
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14644
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
942/1000  (942/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Mar 2 Avr - 19:04

Ouais, t'es original, mais pas cohérent je te dis è_é xD
Toute façon m'en fous, j'ferais changer ton prétendu futur è_é

_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Daisuke Aurola
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 1139
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
50/350  (50/350)
Berrys: 104.198.000 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Mar 2 Avr - 21:38

Avoue que tu préfère le mien ou tu es seigneur des pirates ! What a Face
J'aime bien l'idée, comme dit Zora, de faire intervenir d'autres personnages. On voit ainsi comment on voit les autres personnages Very Happy

_________________


Ao Haruya:
 


Domination:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14644
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
942/1000  (942/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Mar 2 Avr - 21:59

Arrête de te jeter des fleurs ! xD C'est déjà une incohérence à la base de mettre Nak' seigneur des pirates, il en a rien à fout*e du One Piece xD

_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Daisuke Aurola
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 1139
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
50/350  (50/350)
Berrys: 104.198.000 B

MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   Mar 2 Avr - 22:06

xDDDDD Je ne pense pas que le Seigneur des pirates sera forcément celui qui trouvera le One Piece, mais bon. M'enfin... J'aime bien mon histoire ! /SBAFFF/ J'aime beaucoup aussi celles que j'ai lu ! Bravo à tous !

_________________


Ao Haruya:
 


Domination:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La mort de votre personnage [Vos RPs]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La mort de votre personnage [Vos RPs]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Votre personnage préféré ?
» Votre personnage de jeux vidéos préféré ?
» Votre personnage préféré...
» Votre personnage de The Legend of Zelda préféré
» ► Questions sur votre personnage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Plages ensoleillées :: Concours-