Partagez | 
 

 Comme quoi, on peut rencontrer n'importe qui, n'importe où !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dan Eudoras

avatar
Messages : 1642
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
126/250  (126/250)
Berrys: 67.488.000 B

MessageSujet: Comme quoi, on peut rencontrer n'importe qui, n'importe où !   Lun 31 Déc - 17:48



Une journée comme il en faisait beaucoup dans cette région. Cette île était reconnu pour sa froideur et son climat des plus hostiles aux frileux. Il devait dépasser rarement les degrés positifs. Le soleil avait beau tenté d'éclairer cette région, la température n'arrivait cependant pas réellement à augmenter. Les tempêtes de neige étaient récurrente jusqu'au point d’ensevelir complètement toutes les routes et les petits chemins. Si on avait le malheur de pas être récurrent dans les déblayage, votre porte pourrait se retrouver bloquer et cela pourrait devenir problématique pour l'habitant de la maison. Les oiseaux, plutôt rare dans ce coin, avaient une façon bien spécial de construire leurs abris. Ils utilisaient la même matière que tout oiseau, mais le faisait sous l'arbre. Il utilisait son bec pour creuser la terre et construisait ensuite des parois avec les brindilles récoltés. Une forme des plus charmantes de s'abriter de la neige en trop grosse quantité. Ensuite comme un humain, il déblaye le chemin tous les jours pour éviter de se retrouver bloquer à l'intérieur. Si le cas venait à se passer, une sorte de pièce annexe avait été construite aux préalables pour entreposer des réserves. Ces oiseaux bien spécial étaient appelés les SnowBirds. Une petite crinière sur leurs têtes les rendaient facilement reconnaissable. Il en existait de trois couleur différente. Bleu marine, bleu foncé et blanc étaient les différents tons que pouvaient avoir son plumage. Pour en revenir à ce charmant village, il était pas très grand, mais des plus charmants. Des murs en pierre pour une isolation des plus performantes et pour aider à un maintien de la chaleur une cheminée dans chaque habitation.

Après une bonne nuit de sommeil passé dans cette auberge, je m’aperçus assez rapidement que Drake n'était plus dans la chambre. Probablement avait-il été surveiller le bateau. Il fallait dire qu'il adorait ce rendre utile et la seule chose qui pouvait réellement nous aidez dans ces moments-là, pour le moment, c'était de surveiller le bateau pendant que je visitais le reste de l'île. Il ne restait donc plus que Dino et moi-même. Ce matin-là, nous nous étions levés assez tard. Ce n'était pourtant pas mon habitude de faire la grasse matinée, mais ce jour-là, la fatigue était énorme, ce qui me fit rester confortablement installer aux fin fond de mon lit. Quoi qu'il en soit, en me levant, je descendais immédiatement vers l'aubergiste et lui réglait la totalité de ma dette. Enfin arrivé à l'extérieur, la journée était claire, on pouvait dire que mon fruit y était pour quelques choses. Mon corps produisait continuellement de la chaleur et réchauffait un minimum la température ambiante, ce qui empêchait les précipitation de tomber. La neige qui était donc habituelle dans les environ ne nous gênerait plus du tout. Nous baladant donc dans les rues pour un petit ravitaillement avant de partir, nous passions dans chaque magasin pour être sur de faire le bon choix. De droite à gauche, nous regardions chaque prix pour chaque produit, nous mémorisions les environs et nous repasserions chercher plus tard si le choix était le moins coûteux. C'est alors que vers un magasin d'équipement de bateau les choses intéressantes commencèrent réellement.

A l'intérieur, nous pouvions facilement contempler la magnificence de tous le matériel de base d'un navire. Nous étions fascinés par l'étendu de qualité que nous avions en face des yeux. Des produits de Luxe jusqu'à la bas de gamme, nous avions réellement le choix sur l'étendu de la marchandise. Cependant, nous n'avions aucune idée de la qualité de chacune des marchandises. En effet, aucun de nous ne connaissait rien à la construction de navire. Maintenant en regardant de plus près, on pouvait voir un marchand tout ce qu'il y avait de plus banale et à côté de lui, une personne munie d'une batte de baseball qu'il rangeait à la ceinture comme un épéiste rangerait son sabre. C'est alors que j'arrivais à la hauteur de cette personne et je remarquais que c'était une femme. Poitrine développer un minimum, regard plutôt féminin, cheveux mi-long, hanche plus large qu'un homme, en bref, elle avait les atouts d'être une demoiselle, cependant elle s'habillait et parlait réellement comme un homme. Peut-être une de ces femmes que je n'arrivais pas à comprendre et qui voulait à tout pris cacher leurs réels sexes. M'approchant maintenant du marchand, j'allais tenter d'ouvrir la conversation pour savoir qu'est-ce qui serait le meilleur pour notre magnifique navire. Des voiles de qualité, du bois des plus solides et léger ou encore un gouvernail dernier crie, les moyens étaient présent pour pouvoir instauré quoi que ce soit qui pourrait le rendre plus performant.

« Bonjour à vous cher marchand, j'aimerais que vous puissiez me renseignez sur la meilleure qualité prix de vos articles. Serait-il possible que ça se fasse dans l'immédiat ? C'est que pour être franc, on est pas mal pressé. »


« Bien entendu, alors que cherchez vous plus particulièrement ? »


« Tout ce qui peut servir à rendre notre navire à la pointe de la technologie. Pour être franc je n'y connais pas grand chose alors je vous demande de m'éclairer un peu sur le sujet, étant donné que vous êtes quand même le professionnel de tout ça si je ne m'abuse. »


« En effet, veuillez me suivre donc. »


Cet homme nous montrait avec grand enthousiasme chaque matériel, chaque planche, chaque clou avec un des plus grands intérêt qui sois. Un grand talent pour tenter de vendre ses objets. Il arrive à rendre une punaise bien plus intéressante qu'un canon dernier modèle. Chaque mot qui sortait de sa bouche montrait un professionnalisme des plus poussés. Nous regardions donc les marchandises avec la plus grande fascination du monde. Quand il continuait à nous inciter certains achats jusqu'à ce que je finis par céder. J'avais fait mon choix. Une voile des plus sympathique, des planches des plus solides et trois canons des plus performants. C'est à ce moment-là que la femme qui était là plus tôt vint nous parler.

« Excusez-moi mon cher et vénérable marchand, mais vous devriez plutôt reconsidérer vos offres. Si votre client se rend compte de la supercherie, il risque de revenir et de pas être des plus contents. Vous ne le reconnaissez vraiment pas ? Ce gamin est un criminel recherché par le Gouvernement Mondial. Une prime de quarante millions est sur sa tête et vous vous permettez de tenter de l'arnaquer. Vous tenez vraiment pas à la vie. Non seulement vous les mentez sur la qualité de la marchandise, mais vous augmentez les prix de quelques choses qui en vaut pas la moitié. »


Placer dans mon coin, je ne comprenais pas trop ce qui se passait en ce lieu. Cette femme venait carrément de me balancer à la figure que ce commerçant n'était pas des plus honnêtes. De plus elle semblait me connaître et plutôt bien vue qu'elle savait que j'avais une affiche de recherche sur ma tête. Restant de marbre devant la situation qui venait de se passer, je ne savais plus quoi penser. D'un côté un marchand qui semblait être des plus honnêtes et des plus aptes à savoir de quoi il parlait et de l'autre, nous avions une femme totalement inconnue qui venait me raconter clairement les intentions de la première personne. Une grande tempête d'information se mit à déambuler dans ma tête. Croire à une inconnue ou tout simplement à un marchand. Je crois qu'au final l'histoire était vite régler et que je savais très bien le quel j'allais devoir écouter.

« Non mais de quoi je me mêle sale garce, j'espère réellement que tu sais ce que tu avances, parce que sinon ça va mal finir pour toi. J'appelle la garde de la Marine qui est chargé de faire respecter l'ordre et je te fais enfermer. »


« Franchement, avec l'expérience que j'ai dans la construction navale, je peux vous affirmer que vous êtes le plus gros mitho que j'ai vue. Vous avez peut-être le don pour vendre, mais moi j'ai celui de la fabrication de bateau en moi. Je te permettrais donc pas que tu puisses me juger comme ça, c'est compris le vieillard ? »


Le marchand resta sans bouger devant un langage pareil sortant d'une bouche féminine. Pour ma part, j'étais habituer à entendre ce genre de parole venant de Dino, mais il est vrai qu'entendre une femme prononcer ces mots, c'était quelques choses des plus étranges. Pour ce qui en était du marchand, il n'hésita pas à repartir fâcher et boudant dans son coin en attente du prochain client. Pour ce qui était de la demoiselle masculinisé, elle se retourna vers moi et commença à discutailler avec nous.

« Salut Mitsu, mon nom est Massie James et je suis charpentière depuis mon plus jeune âge. C'est un métier que mon père m'a appris lorsque j'avais à peine cinq ans, il a commencé à me former. C'est pour cette raison que je savais que le gars là-bas était juste dégueulasse avec toi. Faut aussi avouer que ça fait maintenant plusieurs mois que je suis ta carrière, enfin que j'essaie plus ou moins. Ta prime montre que t'es pas un rigolo toi. Si tu le permets, je vais t'aider à choisir le bon matériel pour ton rafiot. »


« Salut Massie et heureux de te rencontrer. Merci du coup de main que tu nous as apporté avec cet arnaqueur de première. Je serais ravie de te laisser choisir le meilleur matériel qu'il soit. »


La balade commença réellement à ce moment-là. Elle nous parlait des pièces avec un tel intérêt que tu pouvais très vite comprendre que c'était sa passion. Une voile représentait l'âme qui permettait de progresser sur sa route, le gouvernail était l'âme qui permettait de virer de bord et les planches étaient l'âme qui permettait au bateau de flotter sur l'eau. Elle y tenait réellement à cœur a sa théorie, ce qui lui donnait un certain charme dans le fond. Un petit côté innocent dans ce corps qui semble être assez brutale pour le coup. Quoi qu'il en soit, le choix fut rapidement pris et je me permis de faire confiance à cette inconnue. Le marchand n'ayant pas apprécié de se faire balader tout à l'heure, appela la garde pour nous souhaitez la bienvenue. Encore une fois, j'avais la Marine qui me poursuivait et bien entendu, je n'allais pas partir sans le matériel, donc il ne me restait plus qu'à le dérober... Je laissais Dino tout placer dans un sac et vie rapidement Massie James se diriger vers les gardes et les dégomma avec un effroyable coup de batte métallique.

« Allez-y, le chemin est ouvert ! »


Pourquoi était-elle en train de nous aider ? J'en avais sérieusement aucune idée, mais cela ne me dérangeait pas le moins du monde. Nous profitions donc pour sortir en courant le plus rapidement possible et en direction du port. Esquivant les rues trop peuplées, nous avions trouvé là un bon point pour s'enfuir seul et sans aucun problème pour une fois. Massie continuait de nous suivre et lorsque nous atteignîmes le navire, je la regardais et commençait à réfléchir. Maintenant, c'était devenu une hors-la-loie au même titre que nous lorsqu'elle donna ce coup de massue, elle ne pouvait donc plus rester sur cette île. D'un mouvement de bras, je l'invitais donc à bord.

« Tu ne peux plus rester là, tu nous as bien aidé et tu n'as pas hésité à risquer ta vie pour nous. Rejoins nous dans notre aventure, ton don de la construction navale nous sera plus qu'utile ! »


« Ce serait avec plaisir ! »


D'un saut elle rejoignit le pont du navire et nous embarquâmes directement sous les ordres de notre navigateur pour ainsi esquiver l'offensive ennemi assez rapidement. L'horizon n'était donc plus très loin et je voyais déjà Massie installé dans son coin, comme si elle avait toujours fait partie de notre équipage. Un sourire me prit et notre voyage qui était à la base un simple ravitaillement, se transforma en journée de recrutement ou nous trouvâmes notre charpentière attitrée. Je m'approchais donc du garçon manqué pour lui adresser la parole :

« Bienvenue parmi nous, j'espère que tu vas te plaire sur notre navire, qui vogue en quête de liberté. »


Aucune réponse de sa part si ce n'est le petit sourire qui indiquait clairement son humeur sur le moment !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
 

Comme quoi, on peut rencontrer n'importe qui, n'importe où !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comme quoi, en faisant du shopping on apprends des choses... [PV: mon Akari-chan à moi !]
» Comme quoi on peut être ami des maths, mais avoir du biceps.
» Comme quoi, la peinture a aussi du bon [PV Masaki]
» Les Limbes, ou, comme quoi, faire des erreurs peuvent engendrer de mauvaises surprises [PV]
» comme quoi...une vie de voleur...c'est pas si cool...[pv]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: East Blue-