Partagez | 
 

 ♫♪Copa... Copacabanaa... ta ta li ta ta...♫ [Mission]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Méliandre DeVitto
Pirate
avatar
Messages : 409
Race : Vampire
Équipage : Tengoku no seigi

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
70/350  (70/350)
Berrys: 1.349.500 B

MessageSujet: ♫♪Copa... Copacabanaa... ta ta li ta ta...♫ [Mission]   Dim 25 Nov - 0:47


♫♪Copa... Copacabanaa... ta ta li ta ta...♫


Copacabana ! Un charmant petit quartier, il va s'en dire... Enfin... Charmant, disons qu'il faut aimer les lieux bondés de personnes, mais au moins ici je pouvais passer inaperçue, dans cette marée humaine qui semblait n'en plus finir, s'étendant à perte de vue devant moi...
J'étais fatiguée ces derniers temps, fatiguée de tout ça, fatiguée de ce maudit pouvoir, fatiguée de les voir, fatiguée de me rendre compte que j'étais là sans l'être réellement à leurs yeux. J'avais besoin de prendre tout simplement l'air, besoin de m'éloigner de tout ça, besoin de m'éloigner de ceux qui étaient à présent mes compagnons de route. Je l'avais rejoint dans le but de ne plus le quitter, de pouvoir toujours être non loin de lui, mais au final je me rendais compte que cette situation me dévorait peut être plus qu'elle ne me libérait comme j'avais pu l'imaginer auparavant...
J'entendais Ruby au tréfonds de moi-même rire de la situation, répétant ce qu'elle m'avait autrefois annoncé la veille avant de quitter définitivement le royaume de Drum...

Je marchai sans prêter la moindre attention à la foule se dirigeant en sens inverse, s'écartant sur mon passage, il faut dire que j'étais bien différente d'eux, des cheveux d'un blanc éclatant, des yeux d'un rouge incandescent, une chose qu'ils n'avaient pas l'habitude de voir... Mais au fond leur regard m'importait peu, la façon dont ils me détaillaient des pieds à la tête était devenue une habitude, j'étais un monstre aux yeux de beaucoup d'êtres humains, peut être même parfois plus que les hommes poissons. Je laissai échapper un petit soupire mes pensées vagabondant toujours loin d'ici, dépassant ce quartier, cette ville, cette mer...
Une main vint se poser sur mon épaule, me faisant sursauter et quitter mes pensées, dans un vieux réflexes j'attrapai la main du malheureux ayant osé me toucher et la broyai de toute mes forces avant de me retourner vivement. Lorsque mes yeux se posèrent sur mon vis à vis j'ouvris de grands yeux surpris. Il s'agissait d'un petit vieillard tout rabougri qui grimaçait légèrement tout en fixant sa main dans la mienne.

« Mademoiselle pourriez-vous... »

Sans ajouter un mot, je le lâchai mes yeux toujours plantés dans les siens, que pouvait donc me vouloir ce vieux machin ? Je laissai échapper un petit soupire et détournai les talons, quoiqu'il désirait savoir, je n'étais pas réellement d'humeur aujourd'hui et préférai reprendre ma route comme si de rien n'était.
Je ne pu parcourir que quelques mètres avant que le vieille homme ne revienne me solliciter.

« Jolie demoiselle... Pourriez-vous m'accorder un peu de votre précieux temps ? »

Je m'arrêtai et poussai un soupire d'agacement. « Jolie demoiselle » ?! Et puis quoi encore ? « Votre précieux temps » ?! Mais il se prenait pour qui lui ? Enfin pour quoi me prenait-il surtout ? Une lady peut être ?! Laissez moi rire... Je levai les yeux au ciel d'un air plus qu'exaspéré. Non je n'avais pas de temps pour lui, enfin si j'avais du temps à perdre, du temps à tuer, mais pas comme ça... Pas avec un pauvre vieux qui semblait sortir tout droit d'un cimetière... Voyant que je ne me retournai pas, le vieillard revint à la charge.

« Mademoiselle... Je crois que j'ai quelque chose qui pourrait vous intéresser fortement croyez-moi... »

Mais il va pas arrêter c'est pas possible... Je fermai les yeux quelques secondes tentant de me canaliser quelque peu. Chose qui visiblement allait être compliquée... Il tapota une nouvelle fois sur mon épaule, ni une ni deux, excédée, mes mains se saisirent de mes pistolets qui virent se braquer droit sur le visage de l'homme qui recula de quelques pas dans une ruelle adjacente. Mes doigts vinrent doucement appuyer sur les gâchettes, mais pas assez pour laisser partir les balles.

« Non. Non je n'ai pas envie de perdre mon temps avec vous. Non je n'ai pas de temps à vous accorder. Je ne suis ABSOLUMENT pas d'humeur aujourd'hui... Alors si vous ne voulez pas finir six pieds sous terre avant l'heure, même si vu votre aspect vous n'allez pas tarder à manger les pissenlits par les racines... »

L'homme leva ses mains devant moi comme pour me demander d'arrêter et enchaîna à toute vitesse espérant que j'écoute ce qu'il avait à me dire.

« J'vous ai vu descendre de ce bateau d'pirates, j'ai quelque chose pour vous, quelque chose qui pourrait vous intéresser. Y a une petite fortune à la clef et ça ne vous demandera pas beaucoup d'effort ! »

Je senti alors Ruby se réveiller tout au fond de moi-même lorsque le mot fortune fut prononcée. D'office elle me fit abaisser mes armes et les ranger bien sagement à leur place avant de prendre possession de mon corps. Elle attrapa le vieil homme à la gorge et la serra légèrement, son habituel petit sourire en coin si détestable...

« Dis moi en plus vieillard... »

Tout en prononçant ses paroles elle serra un peu plus la gorge de l'homme, intérieurement je me raclais la gorge et lui intimé de bien vouloir le lâcher si elle voulait qu'il puisse lui dire quoique ce soit, car une fois étouffé, autant dire qu'il ne prononcerait pas le moindre mot... Ma pensée lui tira un petit rire, mais celle-ci finit tout de même par le laisser respirer.
L'homme mit un petit moment à reprendre la parole toussant et crachotant quelque peu tirant un claquement de langue agacé à mon double.

« Un bijou...Il faut me le récupérer, vous ne pourrez pas le louper... C'est un diadème avec un aigle et un énorme saphir... Une pirate telle que vous ne devrait pas avoir de problème à faire une telle chose... »

Tout en parlant il pointa du doigt une échoppe de l'artère principale, le regard de Ruby vint se poser sur la pancarte qui oscillait doucement pendu au bout de deux chaines « Rivageois ». L'endroit ne semblait pas difficile d'accès, mais faire cela en plein jour aurait pu être quelque peu compliqué... La foule pouvait à la fois être un avantage et un inconvénient... Certes elle permettrait de se fondre dans la masse en quittant l'endroit, mais cela pouvait également signifier de nombreux témoins du vol... Or nous devions passer encore quelques jours en ce lieu et je dois dire que je n'étais pas sûr que Nakata voit d'un bon œil que je me fasse déjà remarquer... Quoique...

« Je vous attendrai ici à deux heures. »

Sans même laisser le temps de répondre à Ruby, l'homme était parti, nous plantant dans la ruelle, comme si nous avions déjà passé notre accord, comme s'il était sûr et certain que nous ne refuserions pas son offre. Oui il avait parlé d'une fortune, mais mes anciennes expériences m'avaient maintes fois apprises que le mot « fortune » caché bien souvent des déceptions...

« Tu en penses quoi Méli ? Avoues que ça pourrait faire du bien à notre bourse non ? Toute façon si tu ne le fais pas, je m'en occuperai... Quelques Berry's en plus, pourquoi crachez dessus hein ? »

Je reprenais ma place sans rien ajouter et retourner dans l'artère principale à mon tour, je fis mine de flâner quelques temps avant de m'avancer vers « Rivageois ». Cette une jolie petite échoppe peinte en bleu roi et doré donnant un air chic à l'endroit, j'entrais et prenais librement mes repères, le commerçant étant occupé avec un client qui me semblait ma foie une personne assez difficile à contenter et quelque peu exécrable...
Il ne me fallut pas longtemps pour trouver le bijou que le vieillard cherchait à récupérer, je ne pu m'empêcher de laisser échapper un petit sifflement admiratif. C'était vraiment une très belle pièce !Je m'approchai de la vitrine dans la quelle il était exposé, le nez presque collé contre la vitre et les yeux étincelants d'envie. Un nouveau sifflement s'échappa d'entre mes lèvres quand mes yeux se posèrent sur la petit étiquette se trouvant au centre du diadème. Le mot fortune qu'avait utilisé l'homme un peu plus tôt dans la rue était faible, très faible même ! Finalement peut être que pour une fois je n'aurai pas de mauvaise surprise en touchant ma récompense...
Alors que le client finit par faire affaire, je me glissais en dehors de la boutique un petit sourire aux lèvres, il ne serait pas difficile d'entrer ici, je n'avais aperçu aucun système de surveillance et à mon avis même si le commerçant avait l'air de tirer un bon profit de sa boutique, ce n'était probablement pas assez pour pouvoir se payer des gardes ou quoique ce soit d'autre qui y ressemble... Je n'avais à présent plus qu'à attendre que la nuit recouvre le quartier et que la rue se vide peu à peu pour rejoindre les autres quartiers beaucoup plus festifs... Lorsqu'elle recouvrira tout il sera temps d'agir... Ils seront tous bien trop occupés pour se rendre compte de quoique ce soit...

Lorsque la nuit eut recouvert l'ensemble de l'île, je quittais en silence mes nakamas et regagnai la terre ferme, d'un pas rapide et décidé je me dirigeai vers le quartier de Copacabana, les rues étaient vides de ce côté là, mais le son d'une musique entrainante parvenait à mes oreilles, se répercutant sur toutes les bâtisses environnantes. Amusez-vous, vous avez raison, ne vous occupez pas de moi, la vie est si courte...
Pendant un court instant, l'idée de les rejoindre et de me mêler à la foule pour partager un moment de joie, pour me souler et oublier, pour danser jusqu'à ce que mes jambes ne me portent plus, pour vivre ne serait-ce qu'une courte nuit ce que je n'avais encore jamais connu, me laisser aller à mes envies tout simplement... Cependant Ruby coupa court à mes hésitations m'obligeant à me diriger vers « Rivageois », tout en laissant échapper un soupire de déception j'obtempérai un goût amer sur les lèvres...
Comme je l'avais prévu quelques heures auparavant la boutique n'était pas gardée, ces gens n'avaient apparemment pas l'habitude de subir des vols ou agressions... Un petit sourire aux lèvres je forçai la serrure, un vrai jeu d'enfant, s'en était presque blasant au fond... Le vieillard aurait très bien pu le faire lui même, la main sur la poignet de la porte je m'arrêtai un instant. Si c'était si simple, pourquoi me l'avoir demandé... Pourquoi ne pas l'avoir fait lui même... Cette histoire me semblait de plus en plus étrange. Quelque chose clochait, il y allait forcément un y avoir un truc qui allait me tomber dessus... J'entendis Ruby s'impatienter et finis par ouvrir la porte et rentrer dans l'échoppe non sans avoir au préalable jeté un regard dans la rue pour vérifier que personne ne pouvait me voir.

L'intérieur de la boutique était éclairé par la seule lumière tamisée diffusée par les réverbères du quartier. Tout en étant sur mes gardes je m'avançai avec prudence, entendant mon cœur battre dans mes tympans. Chut Méli, on se calme, respire, il n'y a rien, certes c'est étrange mais il n'y a personne ici... Rien d'autre que toi et le bruit de tes bottes qui foulent le parquet vieilli de cet endroit. Je m'arrêtais devant le bijou et senti mon cœur s'alléger quelque peu à sa vue. Cet objet dégageait une aura étrange, il m'attirait, je sentais des fourmis parcourir mes doigts envieux de le toucher, de caresser la finesse de l'œuvre, ce saphir et ces diamants si méticuleusement sertis...
D'un coup de coude habile je brisai la vitre me séparant de ce magnifique objet, retirant avec attention les morceaux de verre je le libérai de sa cage avec délicatesse.
Avec tout autant de délicatesse et de précaution qu'auparavant, j'admirai l'ouvrage, oubliant qu'à tout moment quelqu'un pouvait arriver et me surprendre. En levant les yeux j'aperçus un miroir dans lequel plus d'une femme avait dû se mirer portant des bijoux plus beaux les uns que les autres avant de supplier leur mari ou fiancé de bien vouloir le leur offrir, un petit sourire aux lèvres je m'approchai et mis le diadème. Il était tout simplement magnifique... Certes je n'étais pas ce que l'on pourrait appeler une lady et un tel bijou ne pouvait pas être porté par un être de si bas étage que moi, mais je me pris à penser que je pourrais tout aussi bien le garder, ne pas retourner voir ce vieillard et repartir sur notre navire, après tout je ne lui devait rien à ce vieux schnock !
Un bruit de plancher qui craque me fit sursauter, mon cœur s'accéléra de canon avec ma respiration, sans demander mon reste j'ôtais le diadème et l'enveloppai dans un morceau de velours foncé que je nichais dans une de mes poches intérieures bien à l'abri au niveau de mon cœur.
Sans jeter le moindre regard à l'échoppe je me dépêchais d'ouvrir la porte et partie en courant dans l'artère principale de Copacabana laissant la porte grande ouverte derrière moi claquer au rythme du vent qui s'était levé. Le bruit des claquements incessant de mes bottes sur les pavés étaient couverts par le rythme endiablé de la musique joué dans les autres rues.
Je m'arrêtais soudain me traitant de tous les noms possibles et inimaginables. Je n'avais plus aucune idée de la ruelle dans laquelle le vieillard était censé m'attendre, ni même quelle heure il pouvait bien être !
Je m'accroupis au sol quelques instant, la tête entre les mains, yeux fermés tout en répétant à voix basse et tentant de me remémorer les dernières heures :

« Réfléchis Méliandre réfléchis !!! »

Les éléments repassèrent comme un film en accéléré dans ma tête. Copacabana, la foule, le vieux, mes pistolets, Ruby, la fortune, la ruelle à quelques mètres de l'échoppe et son client exécrable, la nuit, l'effraction, la beauté du bijou, mes envies. Un sourire digne de Ruby naquit sur mes lèvres et sans plus attendre je reprenais mon chemin en sens inverse.
Alors que je tournais dans la dite ruelle, j'aperçus la silhouette du vieux dans un coin, même s'il était peu probable qu'il me fasse quoique ce soit, ma main droite se porta sur mon pistolet par réflexe. J'avançais prudemment et m'arrêtais à quelques mètres de lui.

« Vous êtes en avance... »

J'haussais les épaules. Et alors ?! Qu'est-ce-que ça pouvait bien lui faire après tout ? J'étais là non c'était pas le principal ? Je venais presque à regretter de ne pas être retourner sur le bateau avec le bijou et de ne pas l'avoir planté dans sa ruelle... Enfin il n'était peut être pas trop tard...
Avant que je ne puisse réfléchir plus à quelle option choisir, le vieil homme sorti une bourse qui à première vue semblait bien remplie et me la tendit.

« Pour l'travaille effectué mademoiselle. »

Sans demander mon reste et sans lui accorder le moindre mot je lui arrachais la bourse des mains. Ce vieillard n'avait vraiment rien dans le crâne, il me donnait l'argent sans même avoir demandé à voir le bijou ? Décidément les gens d'ici étaient vraiment étranges... Qui était assez fou pour faire confiance à quelqu'un faisant partie de la Piraterie et qui plus est à une ancienne Hors-la-loi ? Enfin, la bourse m'avait l'air bien remplie...
Ni une ni deux je l'ouvrai et la secouai légèrement, je senti alors une vague d'incompréhension monter en moins. Une fortune ?! Il osait appeler ça une fortune ?! Tout au plus il devait y avoir cinq milles Berry's. Mais de qui se moquait-il ?? Un autre sentiment ne tarda pas à se mêler à mon incompréhension, Ruby était en train de rentrer dans une colère noire, j'avais l'impression de presque pouvoir la palper alors que l'air commencer à s'emplir d'une aura menaçante.

« Je peux savoir de qui tu te fous vieux schnock ?! »

D'un coup Ruby venait de rattraper comme un peu plus tôt le vieillard par le coup et le regard incandescent se mis à serrer de plus en plus sans lui laisser le loisir de pouvoir lui répondre.

« Une fortune ?! Tu OSES appeler ça une FORTUNE ?! Cinq milles pauvres pièces ?! »

Elle finit par le relâcher avant qu'il ne vire trop au bleu, le laissant tomber lourdement sur le sol et alors qu'il tentait tant bien que mal de reprendre sa respiration, mon double sorti le gant recouvrant ma main gauche et pris le menton du vieux entre le pouce et l'index.

« Tu apprendras qu'on ne s'fout pas d'ma gueule... Ah et je garde le bijou ça compensera ce qu'il manque... Śpiącej Królewny ~♥ »

L'homme ne pu prononcer un mot de plus et sombra dans un profond sommeil, Ruby lui lança un regard méprisant avant de reprendre la route qui nous ramènerait avec nos nakamas et lâchant dans un sifflement.

« Pathétique... »

© ell

Revenir en haut Aller en bas
 

♫♪Copa... Copacabanaa... ta ta li ta ta...♫ [Mission]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Copa de America en Venezuela
» Copa America
» Ad Astra
» 2030-2031 : Copa del Rey [FC PORTO]
» Le Royaume perdu d'Arnor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 1 :: San Faldo-