Partagez | 
 

 C'est le métier qui rentre. [Flashback PV. Mitsuuu !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: C'est le métier qui rentre. [Flashback PV. Mitsuuu !]   Lun 22 Oct - 21:17

« Pas un simple Métier. »
Cela ne faisait pas bien longtemps que je les avais rejoints dans ce métier. Or, je ne savais pas très bien encore reconnaître ni même savoir qui étaient les hommes que je devais attaquer, attraper, ligoter et vendre à la marine. Ces gens aux habitudes généralement désinvoltes et vulgaires. Quoique nous le savions tous, ils ne sont pas tous comme ça. Nous le savions ? Ou était-ce juste un espoir de ma part afin de ne pas devoir me jeter sur le premier passant qui pourrait s’approcher de moi. Humm… Ce n’était vraiment pas évident. Comment les humains pouvaient-ils donc vivre aussi détendus entourés par un potentiel danger à moins d’un mètre d’eux ceci à longueur de temps ? N’ont-ils donc pas peur ? Pas inquiets ? Ou le cachent-ils simplement afin de ne pas avoir de problèmes ? Probablement… Tandis que je me promenais dans la ville de Loguetown, cette citée si bien connue pour tous les évènements qui ont pu s’y dérouler. Certains les plus ancrés dans l’histoire de la piraterie à cause de l’exécution de Gold. D. Roger que tout le monde ait pu voir publiquement. Sans scrupule, il faut avouer. Par moment, j’ai presque l’envie de parler de cela avec des gens, puis de leur demander s’il trouve les pirates ou la marine le plus cruel ? Car il faut dire que des fois je me pose bien la question. Enfin, l’heure n’était plus à cela car non loin de moi voilà que je vis un groupe d’adulte s’en prendre à un gamin. J’avais par-dessus tout horreur de cela. Que voulez-vous que ce petit garçon fasse contre des hommes ? Rien, évidemment. Je me hâtais donc dans cette direction filant à toute allure dans une ruelle arborant une multitude d’affiche dont je n’y fis guère attention. Au bout il semblait faire si sombre, bien plus sombre et ténébreux que je ne le vis de l’extérieur. Au moment où l’un deux levait la main afin d’affliger une douleur au petit, je lui saisis le bras et ajoutai :

    - Je ne crois que cela soit égal. N’est-ce pas ?

L’un deux me dévisagea grandement comme s’il comptait d’une minute à l’autre me sauter dessus. A cet instant je l’attendais, énervée de voir des personnes généralement matures s’en prendre de la sorte à un enfant, c’était quelque peu décevant.

    - Puis-je savoir ce que vous comptiez faire à ce garçon ?

Subitement, je vis un second homme apparaître dans l’allée. Lui était quelque peu plus musclé, un regard noir avec un visage composé de plusieurs cicatrices. Le combat semblait être quelque chose qu’il connaissait. Par une voix grave, il exprima un mécontentement pas à mon égard, mais aux autres hommes qui apparemment étaient les siens.

    - Qu’avez donc vous fait encore, bande d’imbécile ? Termina-t-il en frappant à l’arrière de la tête l’homme qui un peu plus tôt m’avait dévisagé.
    - Mais, capitaine, il écoutait nos conversations alors on a voulu lui donner une petite leçon.
    - Incompétents !

Puis de nouveau il le frappa légèrement un peu plus fort. Celui se frottait même l’arrière du crâne donnant l’impression qu’il allait en pleurer. Je les vis alors se disputer comme deux petites mouches se battant pour un minuscule bout de viande. Au même moment, au loin je vis un homme qui semblait regarder la scène à l’écart. De ce que je pouvais voir, il portait une veste blanche et marron avec des bordures en or. A l’une de ses mains, il paraissait y détenir quelque chose mais quoi je n’en avais aucune idée. Pendant que ceci se prenaient la tête, je restais là sans rien dire, le garçon blottit contre moi attendant de voir s’ils allaient partir ou non…
Revenir en haut Aller en bas
Dan Eudoras

avatar
Messages : 1642
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
126/250  (126/250)
Berrys: 67.488.000 B

MessageSujet: Re: C'est le métier qui rentre. [Flashback PV. Mitsuuu !]   Jeu 25 Oct - 0:07



Encore une fois, Log Town, la citée où tout commence et tout se termine, lieu des plus historiques et des plus surveiller par la Marine, lieu de la mort de l'empereur des pirates, Gol D. Roger, se dressait à nouveau devant moi. Comme à chacun de mes passages, la ville était complètement animé. De droite à gauche, on pouvait voir n'importe quoi ou n'importe qui circuler dans ces routes. Que ce soit un brigand ou un membre des forces de la loi ou même un simple marchand, tout était possible dans cette ville. Pour ma part, j'étais revenu par nostalgie. Fan des lieux, visiter la grande place était toujours un plaisir pour ma part. En regardant de droite à gauche, je pus facilement remarquer que tout était calme, excepté à un seul endroit. Pour ce faire, je me posais sur un petit rebord pour bien observer la situation. Une femme venait tout juste d'intervenir dans une situation qui me semblait pas très loyal. Une brute allait agresser un enfant et la jeune demoiselle ne semblait pas vraiment d'accord sur la situation. C'est alors qu'un autre homme arriva et frappa les deux autres. De ma distance, je ne pouvais entendre la discussion, mais cela ressemblait à des sermons.

Quelques minutes plus tard et une discussion des plus longues entre les deux hommes, le petit garçon qui était accroché au jupon de la grande attendait le moment idéal pour partir et rejoindre ses parents. C'est alors que celui qui semblait sermonner se prépara à envoyer un coup de poing retourné à la femme. Sans même regarder si l'action avait abouti, je me levais et me dirigeais en direction de cet homme le plus rapidement possible. Pour première action, je posais ma main droite au sol et effectuais une roue des plus splendide pour asséner un coup de pied sur le haut du crâne de mon opposant. Ensuite, en me doutant que les autres hommes n'allaient pas rester sans rien faire, je posais ma deuxième main au sol et commençais à faire une toupie tout en leur donnant des coups de pied. Pour finir, je me relevais et me dirigeais vers la jeune demoiselle qui protégeait la gamine.

« J'espère que ces brutes ne vous ont rien fait de mal, je serais obligé de sévir. Sinon, pour éviter les ennuis, rester en retrait, je me charge d'eux si vous le permettez. »


Aucune façon de savoir si elle savait se battre ou non. A en croire son courage, il faut être sûr de ce que l'on fait pour défier des masses musculaires comme eux. Pour ma part, je n'avais pas réellement peur de ce qui pouvait arriver. Avec mon fruit du démon, l'avantage était certain, mais ne voulant éveiller les soupçons sur mon identité, je le gardais pour plus tard en cas d'extrême nécessité. Les bras en position de combat, prêt à défendre ces deux personnes, je sautillais sur place pour être prêt à contre-attaquer à n'importe quel instant.

Devant moi se tenait trois hommes de carrure bien supérieur à la mienne. Prêt à me battre à n'importe quel instant, je ne craignais en aucun cas la défaite, ça avait l'air d'être un petit groupe de pirate, rien de bien méchant. L'un d'eux, celui placé le plus à ma gauche, se lança néanmoins sur moi et tenta de ma frapper, action que je n'eus pas trop de mal à esquiver. Le deuxième tenta le coup de surprise dans mon dos, mais c'était encore en vain. Pour finir, celui placé à l'extrême droite, tenta un coup de pied à la hauteur de ma tête, je fis un simple mouvement vers le bas pour que son coup me passe complètement au dessus. Pour contre-attaquer, il ne me restait plus qu'à déposer à nouveau mes mains aux sols et tournoyer sur moi-même, les envoyant chacun à une extrémité différente.

« Vous vous êtes attaquer à la mauvaise personne, tenter de frapper un enfant... mais quel honte. »


Après ces quelques mots, l'un réussit à me distraire, ce qui fit en sorte que les deux autres s'attaquent à mes deux protégés et l'un pris même le gamin en otage. Au moment où mon regard croisa cette action, mes doigts se posèrent automatiquement dans la position adéquate à l'instant. L'index et le majeur tendu vers ce brigand et les autres repliés vers l'intérieur. Prêt à l'étaler, je me permis néanmoins de lancer une dernière petite phrase avant de l'achever.

« Mauvais choix... ! »



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: C'est le métier qui rentre. [Flashback PV. Mitsuuu !]   Jeu 25 Oct - 20:40

« De la vermine... »
En si peu de temps, tellement de choses venaient de se produire devant mes yeux lapis-lazuli. Leur chef avait tenté de m’assigner un coup sans que je ne m’y attende. L’homme qui m’était inconnu avait parcouru toute la ruelle très rapidement puis avec une simplicité peu habituelle pour un homme banal, il avait exécuté une attaque tout aussi surprenante que sa course précédente. En premier, il avait réalisé une roue contre celui-ci et en second une jolie toupie tendant ses jambes vers ses sous fifres afin de leur donner plusieurs coups de pieds sur diverses parties du corps. A mes yeux de nouvelle chasseuse de prime, je devais avouer que je n’avais pas encore l’habitude de voir ce genre de défense, mais aussi que le jeune homme se débrouillait plutôt bien. Cela dit le : « Sinon, pour éviter les ennuis, restez en retrait, je me charge d'eux si vous le permettez. » lui donnait un air de je suis le plus fort. Quoiqu’en même temps, il me l’avait dit si poliment que je lui pardonnais sur le moment. Après tout je devais déjà protéger le petit, les battre en même temps aurait été une chose quelque peu difficile. Un peu comme s’il était un handicap alors qu’au début j’étais celle qui était venue l’aider de mon plein gré. C’est alors que se déroulait devant moi une scène assez intéressante. Je les regardai là debout, patiente, silencieuse et bien derrière lui afin de ne pas le déranger.

Subitement, l’un deux saisit de mes bras le petit garçon. Surprise, je tentai de le reprendre en longeant mon bras vers lui. Loupé ! Au même instant, un autre essayai de nouveau de m’assigner un coup de pied et frôlai de peu ma joue lorsque j’eus le réflexe de me décaler. Il fallait avouer que ce coup était vraiment proche. J’avais même sentie dans les secondes qui avaient suivi le petit brin de vent érafler mon visage. Si ces hommes n’étaient pas aussi bruyants dans leurs déplacements, cette fois-là il m’aurait eu à coup sûr. Tandis que je laissais au jeune homme qui me soutenait la charge de s’occuper de celui qui détenait le petit, je m’occupai des deux autres. L’un deux n’allait pas être compliqué, mais le second en vue de son ossature allait lui être un peu plus difficile. Mais très certainement pas impossible. Je tendais mon bras en avant, laissai retomber divinement mes chaînes en faisant tinter celles-ci. La petite au harpon se mit en avant, droit vers le pirate, puis bougea au fil des légères brises de vent avant de se stopper net une bonne fois pour toute. Je fermai calmement les yeux, laissai aux autres l’envie de penser ce qu’ils souhaitaient tandis que je me concentrai. Je l’entendais rire tout en sortant des phrases toutes aussi idiotes et inutiles les unes que les unes.

    - Ma mignonne qu’est ce que tu vas nous faire avec ça hein ? Tu sais que tu peux te blesser avec ces petites armes. Et puis pour une femme comme toi, ce n’est pas …


En une seconde je laissai la chaîne en harpon entourer son cou et se planter dans la veine principale. Je me fichai de ce qu’ils pouvaient penser de ma façon de me battre, mais dire de moi que j’étais une simple femme et que ma place n’était pas ici commençait à m’énerver. Au même moment que l’homme s’était tus, j’avais rouvert les yeux laissant paraître un regard plus sombre qu’en temps normal. J’étais vraiment remontée…

    - Une dernière chose : tu aurais jamais du t’en prendre à un enfant.

Je tirai mon majeur vers moi commandant ma chaîne et coupant définitivement la veine qui le maintenait en vie. Par une lourdeur surprenante, son corps affaiblit tomba sur les genoux, sa main précieusement posée sur son cou afin de survivre, il tenta de dire une dernière phrase :

    - Ce n’es… n’est pas… fi… Fini ! Va… le vo… voir.

Vroumm… Le reste de son corps venait de s’étaler au sol, le sang s’écoulant à terre sans restriction. Le deuxième homme qui se trouvait près de lui avait les grands ouverts. Énervé, il semblait mordre ses lèvres pour se retenir de crier ou bien de pleurer, peut –être. Soudainement, en échappant à ma vigilance il se retourna et fila dans une ruelle perpendiculaire à la nôtre et disparue définitivement de ma vue. Tandis que le jeune homme continuait de se battre contre son partenaire tout en faisant attention au petit garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Dan Eudoras

avatar
Messages : 1642
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
126/250  (126/250)
Berrys: 67.488.000 B

MessageSujet: Re: C'est le métier qui rentre. [Flashback PV. Mitsuuu !]   Ven 26 Oct - 14:21



Qui a dit que les femmes étaient faibles et ne savaient pas se défendre ? On venait justement d'en avoir la preuve. Cette jeune et charmante demoiselle venait littéralement de faire voler en éclat de ce qui restait de ce pauvre homme. Avec sa chaîne en métal muni d'un harpon, elle transperça littéralement la veine qui relie le cerveau au cœur et l'arracha, la déchiqueta, sans aucun remord. Je m'en voulais presque de la phrase que j'avais pu dire auparavant. Comment protéger quelqu'un qui est capable d'une telle brutalité ? Je pense que ce n'est sûrement pas nécessaire. Par contre l'enfant qui venait d'être pris en otage, il fallait que je le sauve et au plus vite. Ma main déjà dans la position adéquate à la situation, en forme de revolver, il ne me restait plus qu'à envoyer la sauce !

 « Mera Mera no Kyuu Tama »


Après ces quelques mots, une petite sphère de flamme s'échappa d'entre mes doigts et alla se loger à grande vitesse dans l'épaule droite, celle qui était du côté de l'enfant. Grâce à cette action, le brigand relâcha immédiatement le gamin et pour être sûr de bien le protéger, je devais l'achever. De toute façon, après cette attaque, il était complètement inutile d'espérer cacher ma véritable identité aux yeux de la ville. Elle avait déjà beaucoup souffert par ma faute dans le passé, mais c'est pas pour autant que j'avais une dent contre elle. Au contraire, je trouvais cette ville d'un charme plutôt agréable. En même temps, il faut dire que ce Marine, à l'époque, m'avait bien chercher. Pour en revenir au combat, je fonçais tête baisser en direction de mon adversaire en enchaînant deux techniques pour me donner une force de frappe rare chez un être humain normalement constitué.

 « Mera Mera no Kousoku  »


 « Mera Mera no Koutetsu  »


Grâce à la première, j'allais pouvoir utiliser mes jambes, et les déplacer à une vitesse bien supérieur à la moyenne. Et avec la seconde, mes flammes projetteraient mon attaque vers l'avant lui donnant encore plus de puissance. Dans mon élan, je fis donc un saut la jambe tendu en avant et plaça un véritable coup de pied au niveau du torse de mon adversaire, l'envoyant faire un tour dans le mur qui se trouvait non loin. Après un coup pareil, je ne pense pas qu'il puisse se relever de si tôt. Après cette situation, je pus remarquer que le dernier des brigands réussie à s'enfuir, mais ce n'était pas une réel menace. L'important était que j'avais pu sauver le garçon et la demoiselle, malgré qu'elle ne nécessite d'aucune aide. Je me retournais donc vers le garçon et me baissait pour me mettre à sa hauteur et lui déposait une main sur les cheveux et les lui caressaient.

« Les méchants ne risquent plus de te faire du mal, tu peux rester tranquille. Je pense que tu devrais aller retrouver tes parents, tu te sentirais sûrement plus en sécurité qu'avec des étrangers comme moi »

Pour terminer en beauté, je devais aussi être sûr de ne pas avoir été malpoli auprès de cette femme. Pour se faire, je me levais et me dirigeais dans sa direction. Avec une petite boule au ventre, comme à mon habitude lorsque je me lançais pour parler avec une charmante demoiselle au alentour de mon âge. C'est quelques choses d’inévitable, ma timidité me perdra. Arriver à bonne distance, je me permis tout d'abords de me caresser l'arrière du crâne puis l'avant bras. Pour conclure, une petite morsure au niveau de ma lèvre inférieur et j'étais prêt à me lancer dans la conversation.

« Salut, moi c'est Mitsu ravi de te rencontrer. J'espère ne pas avoir été blessant lorsque je t'ai dis de rester en retrait. Je ne connaissais pas tes capacités, et il fallait absolument éviter que cet enfant ne prenne des coups inutilement. Cependant, je suis surpris de voir avec quel talent tu combats ! »

On pouvait peut-être me traiter de profiteur de la situation pour essayer de passer pour un gentil, mais je n'y pouvais rien, c'était ma façon d'être. Être sympa avec le plus de monde possible, avoir le plus d'amis possible, c'était une sorte d'objectif dans ma vie personnelle. Quoi qu'il en soit, j'espérais réellement ne pas avoir été blessant tout à l'heure et qu'elle voudra bien me le pardonner. Dans le cas contraire, je me sentirais réellement mal et je ne saurais trop quoi faire.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: C'est le métier qui rentre. [Flashback PV. Mitsuuu !]   Dim 28 Oct - 11:18

« Une chose de faite ! »
Je pouvais être soulagée, le petit garçon était sauvé, le combat terminé et aucun de nous deux n’était blessé. Cela n’avait pas duré bien longtemps, mais ça m’avait fait plaisir. Rien de meilleur qu’un petit combat de temps en temps, histoire de ne pas se rouiller ou bien même de se dégourdir un peu les jambes. Le jeune homme à la veste bleue et marron s’approcha de moi d’un pas qu’il semblait plutôt vouloir faire à reculons. Pourtant à part lui et moi dans cette rue, il n’y avait plus personne. Ils avaient tous désertés à la vue des pirates s’en prenant à un enfant. Les seuls qu’on entendait non loin devaient sûrement être les parents du petit qui criaient son nom comme si la mort venait de le frapper. Puis je vis l’homme exécuter plusieurs gestes qui démontraient sa timidité. Tout d’abord, le frottement à l’arrière du crâne, si mignon, puis celle à l’avant-bras sans compter la petite morsure à la lèvre, à croquer... Je n’allai pourtant pas le manger à ce que je sache. Je faisais si peur que ça ? Subitement, je le vis entrouvrir ses lèvres et prêcher quelques mots à mon égard.

    - « Salut, moi c'est Mitsu ravi de te rencontrer. J'espère ne pas avoir été blessant lorsque je t'ai dit de rester en retrait. Je ne connaissais pas tes capacités, et il fallait absolument éviter que cet enfant ne prenne des coups inutilement. Cependant, je suis surpris de voir avec quel talent tu combats ! »

Je le remerciai de ses mots part une révérence digne de mon rang. Les genoux légèrement repliés, les mains sur le bord de la jupe puis une petite courbe de mon fin corps accompagné d’un signe de la tête que tout le monde apprécie. Il n’allait peut-être plus rien y comprendre, mais je ne voulais pas qu’il sache quel était mon autre rang dans lequel je me trouvais : celui des chasseurs de primes. Je ne souhaitais pas spécialement m’en cacher bien qu’à mon avis pour le moment, ça me causerait plus d’ennui que de chance. Or, en cet instant j’étais toute seule. Par ma voix de femme tendre et aigue, je me lançai à lui répondre d’une part afin de ne pas trop le faire patienter et d’autre part pour qu’il ne culpabilise pas trop de ce qu’il avait pu dire un peu plus tôt.

    - Enchantée, je me nomme Meïko Nakagaki, ravie de vous rencontrer aussi. Oh non vous ne m’avez pas du tout blessé, je comprends très bien votre réaction, après tout notre but semblait être le même. Il fallait battre ses bandits pirates et sauver le petit garçon. Je vous remercie pour l’aide cela va sans dire évidemment. De plus, j’honore vos paroles en ce qui concerne mon talent de combat et je vous retourne les compliments.

Entre temps je me permis de faire une retouche sur mes vêtements. Ces hommes avaient tellement gigoté dans tous les sens que la poussière s’élevait dans le ciel sans restriction. Si le vent s’y était engouffré, on aurait même pus penser à une petite tornade, mais bien sûr ce n’était pas le cas. Avec un sourire digne de mes apparences, je me tournai vers l’homme et lui proposai de se joindre à moi pour un verre.

    - Afin de vous remercier de votre aide, accepteriez-vous un verre dans une taverne que je connais ? Après tout, je me sentirai mal de vous laisser partir sans rien vous dédommager.

Probablement que pour lui il n’y avait justement rien à dédommager, or il ne fallait surtout pas que je passe pour ce genre de personne sans cœur qu’une fois achevée ce qu’elle souhaitait, elle s’en va. Non, cette fois je voulais faire cela bien. Les autres humains ne devaient surtout pas deviner la nature de mon rang.

    - Alors qu’en pensez-vous ?

En cet instant, je mettais grandement rapprochée de l’homme et lui avait parlé si près que si je ne l’avais pas déstabilisé, alors il avait eu de la chance. Fixement, je le regardai dans les yeux. Ses yeux étaient aussi bleus, pas bleu lapis-lazuli comme moi. Mais plutôt d’un bleu océan. Ils étaient tout autant jolis à regarder que les miens. Le sourire à mes lèvres, je patientai comme le ferait une dame polie, en autre en silence et droite... Bien qu’en même temps, du coin de l’œil et avec finesse je vérifiai que personne ne revenait, du moins que l’homme qui s’était enfui un peu plus tôt ne revenait pas de suite. Après tout, il fallait peut être s’y attendre un peu. De nos jours personne ne reste sur une défaite de ce style.



Dernière édition par Meïko Nakagaki le Mer 14 Nov - 20:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dan Eudoras

avatar
Messages : 1642
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
126/250  (126/250)
Berrys: 67.488.000 B

MessageSujet: Re: C'est le métier qui rentre. [Flashback PV. Mitsuuu !]   Mar 30 Oct - 1:07



Cette femme se nommait donc Meïko Nakagaki. Après sa présentation, elle profita directement de la situation pour tenter de me calmer, de me déstresser en me disant clairement que mes propos de l'avait pas du tout blessé. Pour conclure, elle finit même pas me retourner le compliment au niveau du combat. Une petite retouche sur ses vêtements, un large sourire et elle s'adressa à nouveau à moi. Cette fois-ci, elle voulut m'inviter dans une taverne en guise de dédommagement, mais je voyais pas vraiment ce qu'il y avait à dédommager. Quoi qu'il en soit, j'étais sur le point d'accepter avec un large sourire, mais avant ça, une action de sa part me laissa des plus perplexes. Elle s'était rapproché à un point qu'aucun détail de son visage ne m'échappa. La couleur de ses yeux, ses cheveux, la douceur de ses lèvres et je pense que j'aurais même pu calculer la taille du nez. Fort déstabiliser dans cette position, je n'arrivais plus trop à me prendre et à prononcer plus qu'un simple mot :

« Oui... »


Un petit hochement de la tête avait accompagné cette affirmation et je restais là sans trop bouger. Me demandant ce que je devais faire dans la situation précise. Par moment, mon corps était tellement imprévisible, comme parfois il pouvait devenir terriblement ennuyeux. C'était le cas à ce moment-là. Ennuyeux par le fait que je n'osais même pas m'éloigner d'un simple pas. Son petit sourire me paralysa sur place.

Arriver à la taverne, je poussais la porte et laissait rentrer la demoiselle. Regardant de droite à gauche, je pouvais remarquer toutes sortes de personne. Des musclés, des tatouer, des élégants, des crados, des fins, des grands, enfin bref, tout ce que l'ont peu imaginer. Pour ma part, j'avais décidé de prendre la table le plus à l'écart pour rester à l'abri des regards. Me posant délicatement sur la chaise, je levais la main en direction du serveur pour l’interpellé.

« Tu prendras quoi à boire ma chère Meïko ? J'ai comme l'envi de payer l’addition, fait toi plaisir. Je sais ce que tu vas me dire, c'est toi qui a invité, mais je m'en fou. Je me dois de laver l'affront que je t'ai fait tout à l'heure. »


Entre temps, le barman arriva et chacun passa sa commande. Pour ma part, je prenais un simple jus d'orange, de bonne vitamine pour garder la forme. Maintenant, je pense que l'interrogatoire va commencer. Elle risque de me harceler de question avant de découvrir que je suis un pirate, comme la crapule qu'on vient d'éliminer et à cet instant, elle décidera de ne plus m'adresser la parole. Heureusement, je doutais sérieusement qu'elle puisse me faire quelconque dégât, parce que sinon, mon cou aurait sauter. Cependant, j'aurais bien voulu me lier d'amitié avec elle. Semblant avoir un bon fond, je doute qu'elle ne soit du genre écraser tout ce qui soit bandit. Me sachant différent des autres pirates, je n'étais pas du genre à vouloir tout écraser sur mon passage pour amasser des richesses. Le seul point qui m'intéresse dans cette vie est la liberté de mouvement. Personne qui vous dit quoi faire, ou ce qu'on ne doit pas faire. Une liberté de mouvement unique au monde. Ensuite, dès qu'un brigand décidait de se laissait aller comme ce fut le cas tout à l'heure, je ne pouvais m'empêcher d'intervenir.

« Content de te rencontrer en tout cas, Meïko, tu es une compagnie agréable. J'aimerais bien te connaître un peu plus, parle moi un peu de toi ! »


Voilà, la conversation était lancé, mais dans ce cas-là, c'est moi qui avait lancer l'interrogatoire. Je ne voulais pas lui annoncer que j'étais un pirate sans qu'elle se décrive elle-même. Ce qui était sûr, c'est que je n'allais en aucun cas lui mentir sur ma nature. Ce n'était pas vraiment mon genre.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: C'est le métier qui rentre. [Flashback PV. Mitsuuu !]   Mer 14 Nov - 20:35

« Une chose de faite ! »
Je l’avais trouvé si mignon quand il m’avait répondu un oui avec ce petit hochement de tête. Certes, il n’était pas bien de se moquer des autres, mais de ce que je voyais les femmes pouvaient le déstabiliser assez facilement. Je l’avais alors amené à la taverne du Kishigai… Qui voulait dire tout simplement : « fou ». Comme à son habitude il y avait du monde et bien sûr de toute sorte. J’avais pris l’habitude, à force de venir pour fouiller les nouvelles, de ne pas faire attention à eux. L’essentiel pour moi était de saluer le patron et c’est ce que je fis d’un signe de la tête. Bien sûr je n’allais pas lui faire la causette étant donné qu’il savait qui j’étais et encore en plus vu que des pirates se trouvent en ce même lieu, ça foutrait le bordel. Je lui avais promis à ma première venue de ne jamais lui causer de problèmes. Ainsi, lorsque je voyais que son regard était posé sur moi, j’hochais simplement la tête et lui me répondais de la même façon avec un sourire de chef. A mon tour, je suivis ce jeune homme du nom de Mitsu vers une table à l’écart et m’installai à mon tour. Peu de temps après, il leva la main et interpella le serveur avant de s’adresser à moi :

    - « Tu prendras quoi à boire ma chère Meïko ? J'ai comme l'envi de payer l’addition, fait toi plaisir. Je sais ce que tu vas me dire, c'est toi qui a invité, mais je m'en fou. Je me dois de laver l'affront que je t'ai fait tout à l'heure. »

Je l’entendis commander un jus d’orange et réclama quelque seconde, après avoir vu leur carte, la même chose. Ainsi notre discussion continua :

    - « Content de te rencontrer en tout cas, Meïko, tu es une compagnie agréable. J'aimerais bien te connaître un peu plus, parle-moi un peu de toi ! »

Il voulait donc d’abord savoir qui j’étais. J’allais lui dire, tout ? Peut-être pas nom. Mais je n’allais pour le moment pas mentir non plus. De ma petite voix efféminée je lui répondis avec mon sourire de jolie femme :

    - « Eh bien qui je suis ? Je suis comme on dit chez moi une princesse. Oui cela peut paraître étonnant, mais c’est bien le cas depuis ma naissance. Je viens de North Blue, ma chère ville dont j’ai fini par quitter pour question de survie. Des pirates avaient attaqué mon village. Pour me protéger, ma famille et mes amis sont restés afin de me cacher et de m’enfuir. Sur le moment ça a marché, mais après plusieurs jours de course, ils nous ont retrouvés. Le garde qui était avec moi s’est battu, le temps que je m’enfuis. Je suis donc après un long, long, long voyage arrivé ici. Sinon je n’ai pas grand-chose à dire de plus. A part que je suis une femme marié et musicienne. Et toi Mitsu, qui es-tu et que fais-tu ? »

A première vue, il me semblait aussi amicale et de bonne entente. Après tout bien que depuis toute petite ma mère me répétait sans cesse de ne pas faire confiance à n’importe qui, il fallait aussi parfois apprendre à s’ouvrir aux autres. Sinon comment allais-je bien pouvoir avoir ne serait-ce qu’un minimum de vie sociale ? Pensive, j’entendais malgré tout sa réponse sirotant temps à autre mon verre de jus d’orange. Tandis que les hommes rentraient et sortaient sans cesse. Le patron lui, continuait dignement de faire son travail, un coup la vaisselle, puis le service, ensuite le téléphone. Travailler, cela sans s'arrêter.


Dernière édition par Meïko Nakagaki le Lun 3 Déc - 23:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dan Eudoras

avatar
Messages : 1642
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
126/250  (126/250)
Berrys: 67.488.000 B

MessageSujet: Re: C'est le métier qui rentre. [Flashback PV. Mitsuuu !]   Lun 3 Déc - 21:07



La discussion ne faisait que commencer, mais je me rendais vite compte que c'était une femme des plus mystérieuses. Je n'avais pas appris grand chose a son sujet quelle me retourna immédiatement la question. Maintenant, allais-je directement au but ou bien tournerais-je autour du pot ? Son impression sur moi en dépendait fortement et le fait qu'elle sache que je suis un pirate pourrait complètement me faire perdre toute crédibilité a ses yeux. Je sentais que l'on s'entendait pour le mieux, mais le fait de lui révéler mon identité pourrait changer tout cela. Cependant, ce n'était pas mon style que de cacher ma personnalité et je pense réellement ne pas la cacher cette fois encore. La franchise était une de mes qualités et le fait de ne pas cacher les choses aux personnes à qui je m'attache ne démontre uniquement que si elle mérite ma sympathie ou non. Quoi qu'il en soit, j'allais tout lui révéler à mon sujet. Maintenant à elle de juger bon de me sauter directement à la gorge ou de comprendre mes choix.

« Pour ma part, ma vie est pas compliqué à comprendre. Je suis Mitsu et je suis un Pirate. Un Pirate qui a soif de liberté et surtout de vengeance contre le Gouvernement Mondial qui m'a ôté toute ma famille. Un Pirate qui ne recherche rien d'autre que des amis avec qui faire la route et concrétiser tous ses rêves. Sauver le monde de tout un tas d'injustice tout en aidant mes amis. Ça peut paraître bizarre pour un Pirate, mais c'est le cas. »


C'était fait, le pas le plus dur franchit, il ne me restait plus qu'à attendre le verdict. Quelques choses me disaient que j'allais probablement pas attendre très longtemps avant de savoir ce qui allait m'arriver. Dans tous les cas, je gardais une position des plus normales et des plus calmes sur ma chaise. Il fallait dire que mon Logia me donnait une grande confiance en moi, cela faisait longtemps que quelqu'un n'avait su me toucher.

Pour poursuivre, je pris une gorgée de ma boisson, avant de regarder un peu autour de moi. Toutes les personnes présentent dans le bar, semblait plutôt agité et rien que le fait de me regarder, il y avait un drôle sentiment qui me parcourait le corps. J'avais réellement l'impression de me faire observer de toute part, mais de drôle d'onde reposait sur moi. Ce n'était pas une situation que j'avais connu par le passé. Comme si leurs yeux voulaient me transpercer. Une autre gorgé et l'un d'eux lâcha un petit sourire à travers la salle. Ce n'était sûrement qu'une coïncidence. Pour m'en assurer, je repris à nouveau une gorgée et un autre personnage lança un sourire à travers la salle. Maintenant le contexte était placé. Il y avait réellement quelques choses de louche qui se passait dans ce bar. Pour ne pas paraître louche à mon tour, je me retournais à nouveau vers Meiko et lui lançait quelques mots :

« J'espère que tu vas pas trop me juger rien que du fait que je sois Pirate, ça me blesserait profondément. Cependant, tu m'excuseras, je vais juste au toilette avant de revenir vers toi. »


A ce moment même, je me levais et perdit tout simplement l'équilibre. Les raisons, j'en avais tout bonnement aucune idée. Par contre, les ricanements des personnes de la taverne commençait de plus en plus à se faire ressentir jusqu'à entendre des rires sadiques. Une chose était sûr, ils étaient derrière tout ça. Pourquoi ? Tout simplement aucune idée. Un petit coup d’œil à gauche, vers les ricaneurs, puis un petit regard sur Meiko. C'est alors que j'entendis une voix au loin qui semblait vouloir nous parler et plus particulièrement à moi.

« Alors comme ça on maltraite mes matelots et on croyait s'en sortir comme si de rien n'était ? C'est pas vraiment le style de la maison, mais pour ce coup-là et vu la description du personnage, nous avons du faire preuve de ruse plutôt que de force brute. En combat régulier, nous n'aurions tout simplement pas eu une seule chose de vous avoir, surtout toi le blondinet ! Maintenant ma jolie, à nous deux, tu vas faire un rendez-vous galant avec mon épée pour la peine. »



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: C'est le métier qui rentre. [Flashback PV. Mitsuuu !]   Lun 3 Déc - 23:46

« Ca sent mauvais... »
Je le regardai gentiment de mes yeux Lapis-lazuli comme si je tentai de lire en lui. De ce que j’apercevais à l’observer de la sorte, je devinai vaguement qu’il était en pleine réflexion. Pourquoi donc ? Avait-il quelque chose à me cacher ? Après tout, quoiqu’il soit cela allait-il vraiment changer ? Hum… Ma fois intérieurement je ne pouvais encore rien me promette s’il s’avérait être un pirate. Je suis une chasseuse de pirate, je vis en attrapant ces personnes. En même temps, lui était différent. Il n’avait pas l’air de quelqu’un qui voulait du mal aux gens à longueur de temps. Sa réponse à ma question confirma même à mes pensées du moment :

    - « Pour ma part, ma vie est pas compliquée à comprendre. Je suis Mitsu et je suis un Pirate. Un Pirate qui a soif de liberté et surtout de vengeance contre le Gouvernement Mondial qui m'a ôté toute ma famille. Un Pirate qui ne recherche rien d'autre que des amis avec qui faire la route et concrétiser tous ses rêves. Sauver le monde de tout un tas d'injustice tout en aidant mes amis. Ça peut paraître bizarre pour un Pirate, mais c'est le cas. »

Il fallait donc qu’il s’avère être l’un de mes ennemis, mais je ne pouvais rien faire contre lui. Sa petite bouille qui rougissait presque tout à l’heure me remontait encore à la tête et puis il n’avait strictement rien de méchant. Il voulait « se venger que le gouvernement ait détruit sa famille », au fond rien de plus normal. Je suis sûre que si ce n’avait pas été des mauvais pirates qui avaient attaqué ma famille, mais le gouvernement ma vie n’aurait pas été tel quelle. Enfin je suis une chasseuse, je ne ferais pas demi-tour. Et puis vous trouvez souvent des pirates qui cherchent à « sauver le monde » ? Que devais-je donc penser ? Dois-je donc agir comme mon métier le demande ? Attaquer cet homme qui commencer à devenir mon ami ? Dois-je le trahir après avoir fait équipe pour sauver cet enfant ? *Ahhhh !!! Je ne sais plus* Je ne savais pas quoi faire et son fin regard avec ses yeux mi-marron, mi-vert, dissuadés mes plus fines envies d’agir comme je le devais.

Étrangement, à l’instant où je sortis de toutes mes pensées et faisait enfin attention à l’ambiance dans la salle, je remarquai que quelque chose avait changé. Comme si on faisait un peu plus attention aux moindres gestes que nous faisions, voire même aux plus petits mots qu’on pouvait prononcer. Finalement, je décidai de ne pas y faire plus attention et me contentai de regarder celui qui m’accompagner. Subitement, quelques secondes après qu’il ait bu deux, trois gorgées de son verre, il ajouta divers mots à sa présentation passée :


    - « J'espère que tu vas pas trop me juger rien que du fait que je sois Pirate, ça me blesserait profondément. Cependant, tu m'excuseras, je vais juste au toilette avant de revenir vers toi. »

Voilà que je n’avais pas même la force de lui répondre, de lui dire que je ne lui ferais pas de mal, que je le trouvais différent de ses autres monstres humains. Si seulement j’avais le courage de lui répondre, de prononcer ces quelques mots qui pourraient assurer notre amitié, qui sait ? Bien que je me dise tout cela, je le vis se lever bien que l’ambiance devenait pesante par des rires agaçants. Puis, alors que je m’attendais à ce qu’il commence son élan vers les toilettes, je le regardai tituber sans pouvoir faire quoique ce soit. Tituber ? Pourquoi venait-il donc de tituber ? Ce n’est pourtant pas alcoolisé comme boisson. Je ne compris pas jusqu’à ce qu’une voix particulièrement grave s’adressa à Mitsu :

    - « Alors comme ça on maltraite mes matelots et on croyait s'en sortir comme si de rien n'était ? C'est pas vraiment le style de la maison, mais pour ce coup-là et vu la description du personnage, nous avons dû faire preuve de ruse plutôt que de force brute. En combat régulier, nous n'aurions tout simplement pas eu une seule chance de vous avoir, surtout toi le blondinet ! Maintenant ma jolie, à nous deux, tu vas faire un rendez-vous galant avec mon épée pour la peine.»


Je mettais subitement debout, me plaçai près de celui qui aurait pu devenir mon ami et criai en fronçant des sourcils pour me faire bien entendre. Même si je ne sauvais pas ma peau… je pouvais tenter de sauver la sienne :

    - N’ose même pas le toucher. Celui-ci il est à moi, j’espère m’être bien fait entendre.

Le défi que je venais de lui lancer ne devait très certainement pas lui plaire. Je réfléchis un instant afin de ne pas agir bêtement. Il venait de parler de description… je voyais enfin clair. C’était probablement le chef des hommes qu’on avait éliminé un peu plus tôt, dont on avait laissé l’un d’eux s’enfuir. Et voilà ce que cela nous coûte, on récolte les pots cassés en laissant une petit vie allumée. Maintenant, il devait avoir très probablement envie de tenter de faire quelque chose afin de voir ce que je pourrai bien faire, mais s’il avait bien eu échos de tout ce qu’il s’était passé, il ne tenterai pas quoique ce soit en même temps. Toutefois la chose que j’espérai le plus soit que Mitsu ne me haïsse pas, qu’il ne soit pas dégoûter de qui je suis réellement, mais surtout qu'il me pardonne. Mais, il était temps de tout avouer :

    - Si je me souviens bien selon les fiches wanted que j’ai vu un peu plus tôt, ta tête est mise à prix n’est-ce pas ? Hum que je me souvienne pas de ton nom… Ah mince, tu ne devais pas être si important vu que je ne me souviens pas. Si tu me demandes comment je sais cela, c’est simple je suis une chasseuse de pirate, et lui que vous voyais derrière est ma proie !

Je tentai le tout pour le tout. Rien ne leur prouver que j’étais seule ou non. Ahh, ne suis-je pas plutôt en train de me mettre dans une grosse galère. Une chose était sûre, maintenant Mitsu savait tout et je ne pouvais le regarder dans les yeux. Je restais donc face à cet homme aux habits étranges et à la facette à la goutte d’eau et à l’étoile.
Revenir en haut Aller en bas
Dan Eudoras

avatar
Messages : 1642
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
126/250  (126/250)
Berrys: 67.488.000 B

MessageSujet: Re: C'est le métier qui rentre. [Flashback PV. Mitsuuu !]   Mer 5 Déc - 20:00



Pour le coup, je pouvais carrément dire que j'étais dans un sacré problème. Mon verre venait d'être droguer, mon corps ne me répondait plus. Je me trouvais au sol et rien ne pouvais sortir de moi. La seule chose qui me restait à faire, c'était de parler et d'écouter. Mais avais-je vraiment envi d'écouter ce qui allait suivre ? Je pense pas. Meïko venait de dire que j'étais sa cible et que par la même occasion elle était chasseuse de Pirate. C'est à dire que ma tête l'intéressait grandement. Qu'allais-je faire, maintenant que j'étais à la merci de n'importe qui grâce à ce produit. Une sorte de trahison de la part de Meïko ou un coup bas de ce pirate ordinaire qui en temps normal, n'aurais pas fait le malin. Cependant, je doutais que l'honneur que semblait présenter la chasseuse de Pirate lui permette de m'attaquer quand j'étais au sol. Elle préférerait sûrement déboîter les Corsaires qui se trouvaient en face de nous. Chose que j'aurais bien aimer appliquer moi-même, mais dans ces conditions, il m'en était tout simplement impossible. Même pas mon petit doigt ne réagissait.

« Franchement bravo, je trouve pas d'autre mot pour décrire le degré de lâcheté en toi. Je crois que tu viens de péter tous les records. Même pas capable d'attaquer de face de peur de se faire taper. Tu me dégoûtes, tu es vraiment le pire des rats. Utiliser une drogue sur un seul et unique gars alors que vous êtes plus d'une trentaine, faut le faire quoi, chapeau ! »


Toujours étalé par terre, je commençais à regretter d'être autant faible sur le moment. Ne pouvant rien faire qu'à part regarder et tenter de motiver mon futur ennemi, que puis-je bien faire ? Cependant, il ne fallut pas beaucoup de temps pour qu'un de ces brigands se lancent sur moi et tente de me frapper. Fermant les yeux de peur que ce coup m'atteigne à cause de la substance, un grand soulagement quand je vis que ce n'était pas le cas. Le coup était passer complètement à travers. A ce moment-là, ils commencèrent à reculer et avoir un effet de peur. C'est alors que l'un d'eux s'écrit haut et fort dans la taverne :

« C'est un logia chef, qu'est ce qu'on va faire contre lui ?! »

Il est vrai que mon pouvoir me donnait un certain avantage, mais cloué au sol, je ne pourrais pas contre-attaquer. Pendant ce temps, le capitaine de l'équipage semblait totalement choqué et ne s'attendait sûrement pas à voir cet attaque me traverser. Il est vrai que lors de notre affrontement, je n'avais même pas eu l'occasion de montrer que c'était un logia, un paramécia tout au plus. Ses yeux montrait un étonnement des plus comiques. Il ne s'attendait pas du tout à cette situation et le pire dans tout ça, c'est qu'on savait même pas de quoi était capable notre chasseuse de prime. Peut-être un pouvoir encore plus terrible que le mien, parce que pour exercer son métier, il fallait en avoir dans le ventre pour résister. Maintenant, le capitaine de ce groupe se tourna vers les deux brigands qu'on avait tabasser plus tôt et leur dit :

« Vous auriez pu me dire qu'un tel monstre était de la partie. J'aurais pris des moyens un peu plus efficace. Vous êtes vraiment des bons à rien, j'aurais du vous y renvoyez seul pour vous faire tuer bande d'abruti ! »


Ce capitaine avait vraiment l'air effrayé. Il venait même à en insulter ses propres coéquipiers devant tout le monde et les envoyait à la mort. Sûrement que c'était un de ses corsaires sans cœur, mais je doute qu'il soit du genre à vouloir la mort de tous ses proches. Quoi qu'il en soit, la suite allait arriver et je doute qu'elle soit totalement rose pour ses pirates. Vu comment il a peur d'un adversaire immobile, qu'est ce que ce sera lorsqu'il verra Meïko bouger. Le peu que j'avais vu d'elle, c'était une simple décapitation et j'étais sincèrement curieux de voir la suite des opérations. Tout en restant étendu sur le sol, en même temps, j'avais pas réellement le choix, j'attendais la suite des opérations. Le combat allait débuter dans une taverne des plus coquettes. Et comme je m'y attendais, la première personne a faire le premier pas était la jeune fille. D'un simple mouvement de jambe, il envoya balader deux des larbins de la brute qui se baladait dans le coin. Pour ma part, j'étais toujours clouer au sol, mais maintenant j'arrivais à bouger mes doigts. Les effets de la drogue devait commencer à s'estomper petit à petit. En même temps, selon leurs calcules, je devais déjà être mort à l'heure qu'il est.

La suite du combat, c'était couru d'avance. Meïko utilisa un pouvoir bien étrange. Des petites particules se mirent à voler dans les aires jusqu'à s'introduire directement dans la gorge de leurs adversaires et les étouffer, voir même brûler de l'intérieur. J'étais bluffer sur la puissance de la technique qu'elle venait de présenter. J'étais vraiment heureux d'être dans son camp à ce moment-là. Tous les ennemis tombèrent comme des mouches et moi je restais étendu sur le sol sans bouger. A ce moment-là elle me lança un regard et repartis, comme pour me dire que nos chemins se recroiseront, mais plus dans le même camp.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
 

C'est le métier qui rentre. [Flashback PV. Mitsuuu !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» C'est le métier qui rentre. [Flashback PV. Mitsuuu !]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [Guide]Du métier d'avocat
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» Mon métier ? Protéger.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: East Blue :: Logue Town-