Partagez | 
 

 Vole à main poilue [PV : Hikari D. Kitamura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Vole à main poilue [PV : Hikari D. Kitamura]   Dim 23 Sep - 14:15

Ah le beau royaume d’Illusia, berceau de la révolution mais cette ile est aussi un marché géant sur l’océan ! Il y a de tous niveau marchandises : Armes, vêtements mais surtout NOURRITURE ! Et j’ai une faim de loup ! Je commençais donc à marcher dans une immense rue sur laquelle tous les marchands sont positionnés sur les bords en hurlant des promotions ou leurs nouveautés. Ce qu’il m’intéresse, ce sont les fruits, et en particulier les bananes, mais pour l’instant je ne vois aucun stand de fruit… Mais j’y pense, comment je vais payer la nourriture ? Je n’ai pas un seul berry ! Bon bhen on va là faire à l’ancienne, on va prendre un ou de porte-monnaie pour se payer un bon stock de banane. Hum….Banane… Je bave rien qu’en pensant à ce délicieux fruit… Mais pour manger je dois voler, cherchons des pigeons à plumer.

Je me balade dans toujours dans la même rue quand soudain je me suis dit : « Il vaut mieux que l’on me reconnaisse pas si je me mets a volé ». Je me cache alors dans un petite rue et pris ma forme complète de chimpanzé. Et voilà le tour et joué, les singe sont connus pour être des petit voleurs, si je vole quelqu’un il ne saura jamais qui je suis et pensera que je suis un singe comme les autres. C’est donc ma petite forme de singe que j’escalade les murs des bâtiments pour trouver mes futures cibles. Au bout de dix minutes de recherches, je trouve mes deux proies : Un homme avec une grande épée qui n’a pas l’air très futée et une femme brune avec deux épées qui suit le bonhomme partout où il va, un vrai petit chien…

Humm… Comment vais-je m’y prendre pour voler leurs bourses… Soit je vais directement devant eux et leurs vole juste sous leurs yeux, soit je me faufile discrètement derrière eux et je leur prends leurs porte-monnaie discrètement et sans un bruit. Humm…difficile à faire comme choix… Bon je tente la deuxième solution. Pas envie d’avoir des problèmes et j’ai envie de manger sans être interrompu par ces personnes qui veulent récupérer leurs argent. Il est temps de passé à l’action !

Je saute du toit de la maison sur laquelle je me trouve pour atterrir sur le tissu qui sert de toit à un stand et je me faufile dans la population, je dois rester discret, il ne faut pas qu’ils me voient ! Je me rapproche des deux individus doucement me faisait tout petit pour pas que les autres passagers fixe leurs regards sur moi. Je suis maintenant à quelques pas d’eux, c’est le moment le plus délicats : Réussir à se rapprocher d’eux, prendre l’argent et repartir sans tournée le dos pour pas qu’ils se disent : « C’est lui ». Concentration maximum !

Je réussi à arriver juste derrière eux, je tends la vers la jeune brune et je commence à fouiller, c’est tout un art de voler les gens, réussir à fouiller quelqu’un sans que la personne s’en aperçoive… c’est un exploit ! C’est alors que je trouve ce que je voulais : Un porte-monnaie ! Et bien remplie en plus ! Pas besoin de voler le mec baraqué, je ne vole que ce que j’ai besoin, pas besoin de m’enrichir. Je veux juste manger et boire… Mais c’est alors que l’imprévue arriva…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Vole à main poilue [PV : Hikari D. Kitamura]   Mer 26 Sep - 10:52


Un début banal




Le souverain de cette ile avait raison, ce réseau révolutionnaire faisait du vacarme ces derniers temps. Ici, beaucoup de choses avaient changés, des étals s'étaient ouverts, d'autre s'étaient déplacés, mais la même ambiance retenait les clients toute la matinée dans le marché. Sur cette ile, tout était à vendre : Carrioles, fromages, maisons, esclaves. Pourtant, il y avait une chose qui avait changé... Les gens...


Hikari et Mikasa étaient arrivés sur cette île il y a quelques jours déjà, effectuant diverses missions qu'ils avaient. Leur routine les avait menés ici pour découvrir le refuge d'un groupe de pirate et d'y dérober une carte qu'ils avaient volé à des marines... Enfin, Hikari savait juste qu'il devait récupérer une carte chez des pirates. Aucune autre information ne lui avait été donnée.

C'est donc à la recherche de ces pirates que le duo de free-lance se dirigeait vers le port. Leur intention, cachée par un visage fermé, était claire. Arrivé là-bas, ils rencontrèrent un homme âgé, comme ceux qui savent tout sur ce qu'il se passe sur le port. Cet homme semblait être un de ceux-là et Hikari lui avait demandé s'il avait entendu parler d'un chahutement de pirate ses derniers temps. L'homme avait rigolé, comme pour se moquer, et avait dit :

"Des pirates ! Ah ah ah ! Y'en a partout sur cette ile. Caché parmis ces gens. Ils se cachent... Mais il y en a partout."

Toujours en pouffant de rire, il essayait d'expliquer la situation à l'ange et son accompagnatrice. Difficilement, il parvint à leur dire qu'un certain groupe avait certaines informations sur un certain groupe de pirate qu'ils cherchaient certainement. En gros, la situation n'avait pas changé. Il leur fallait juste trouver ce groupe "d'informateurs".

"Hey Gamin. Fit l'homme en voyant les deux civils partir. Fais gaffe à toi. Ces hommes ne sont pas des enfants de coeur.
Vous inquiétez pas, je suis pas un tendre, non plus."

Ils partirent alors dans la direction indiquée par ce vieil homme...

Dans une rue, alors qu'il y avait du monde autour d'eux, une grande foule. Personne ne les bousculait, on les évitait. Le grand homme dominait d'au moins deux têtes chacune des personnes qu'ils croisaient. La femme, plus petite, dégageait une aura qui faisait reculer les autres. Ses deux free-lances se dirigeaient toujours plus loin à l'intérieur de la ville, sans se soucier que, derrière eux, un chimpanzé voleur allait tenter de les voler.

Il passait lentement sa main dans la grande cape de Mikasa et cherchait quelque chose. La jeune femme ne se rendait pas compte de la chose, en même temps, il avait la main. Il attrapa rapidement son porte-monnaie, mais il fit surement une erreur. Oui, la femme s'en rendit compte, elle fouilla dans ses poches et se rendit compte qu'elle avait perdu son argent. Elle interpella l'ange et ensemble ils cherchèrent un moment dans le coin, mais ils comprirent que quelqu'un lui avait pris.

"Tu vois... Tu manques encore de concentration. Jamais je ne me serais fait prendre quelque chose, moi..."

Après cette réflexion, ils reprirent leur route, en direction d'une taverne, pour se reposer un peu, ils étaient debout depuis quelques heures déjà. Là-bas, ils virent un homme, il avait le même porte-monnaie de Mikasa. Elle se décida à aller lui parler.

"Euh... Excusez-moi..."




Revenir en haut Aller en bas
Maxwell Thompson
Révolutionnaire
avatar
Messages : 548
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
5/350  (5/350)
Berrys: 39.701.750 B

MessageSujet: Re: Vole à main poilue [PV : Hikari D. Kitamura]   Ven 28 Sep - 23:35

Il faisait beau aujourd'hui au royaume d'Illusia, où je m'étais temporairement installé. Le bon temps nous aiderai presque à oublier la révolution. Enfin, pour moi, s'en était le cas. Encore dans ma chambre, ma tête par la fenêtre, j'observais. Le ciel était bleu et dégagé, le soleil ne tapait pas trop fort et un doux vent nous balayait les cheveux (oui il m'arrivait de ne pas les porter attachés). Du haut de ma chambre d'hôtel, on pouvait apercevoir les marchands, les rues animées et fourmillantes, grouillantes de monde ou des marchands criant pour qu'on achète. Une ville débordante d'activité de si bon matin, voilà ce que j'aimais. Certes, de ma chambre, le bruit gênait quand même un peu, mais on s'y habituait vite. Je restais là, sur le cadre de la fenêtre, rêveur... Quand soudain je me souvins que j'avais à faire : mon travail. En effet, j'avais trouvé un job de serveur et aussi un peu de cuisinier, temporairement bien sur, je ne comptais pas m'installer ici. C'est juste qu'il me fallait un peu de Berrys. Bon là je commençais tout juste, c'est vrai, mais il fallait juste continuer sur ma lancée... faire attention.... ne rien casser..... Un challenge quoi.


« Bon, je dois manger moi. »

Effectivement, je ne pouvais pas y aller le ventre vide, bien que ce soit un restaurant. Je pris donc le temps de manger bien comme il le fallait. Suite à cela, mes petits « rituels » habituels : tout d'abord mes cheveux, ils étaient toujours attachés, s'ils ne l'étaient pas, c'était donc que j'étais chez moi, par « chez moi » j'entend bien sur les chambres d'hôtel. Ensuite je m'habillais, je n'allais tout de même pas me présenter comme cela au travail. Ensuite mes lames, retenez-le, je ne m'en séparais jamais. Non, elles étaient partout avec moi...

« Bon maintenant il faut y aller ! »

Je préférais décoller tôt de chez moi étant donné que je devais être au restau' à l'heure de pointe, soit vers les midis. Comme cela, je pourrais profiter un peu de la matinée. C'est donc avec de très bonne humeur que je sortais pour prendre un bain de foule et de bruit. J'aimais bien cela, ça me rappelait les week-ends de mon île natal, les rues pleines, les marchands faisant tout pour inciter à venir acheter chez eux, les passants profitant de l'activité pour faire leurs emplettes, les vendeurs profitant de cela pour se remplir les poches et dans tout cela, mon frère et moi qui jouaient entre les jambes des « grands » et qui finissaient toujours par se faire engueuler. Où sinon les parents qui nous laissaient les courses pour eux... Que de souvenir qui restaient là dans son coeur, bien caché... J'avais quitté ma famille, mon village, mon île, ma forêt, ma plage, les endroits où j'avais vécu pour vivre la grande vie, me laisser emporter par les vagues, vivre au jour le jour, dans le seul but de réaliser mes rêves, devenir un grand pirate et rendre fier ma famille quand un jour mon avis de recherche viendrait à eux, découvrir l'All Blue, pour mon frère, qui n'avait pas réussi à quitter le nid familial. C'était mes rêves, ceux d'un humble petit pirate...
Ah voilà, j'étais arrivé au lieu de travail. Je voulais profiter un peu du trajet, mais mes pensées ont pris le dessus. Bientôt l'heure de pointe, je ne pouvais plus partir gambader et revenir plus tard.
J'entrais et je gagnais l'arriere-boutique, vers les cuisines.


« Bonjour chef ! Dis-je en me présantant devant mon patron, j'arrive juste avant l'heure de pointe. Je vais aider en cuisine ou je vais deja prendre les commandes ? »

« 'Jour. Pas de cuisine pour toi pour l'instant, ça fait juste deux jours que t'es là. Va plutôt faire ton travail de serveur... »

« Oui Chef ! »

Cet attitude totalement désintéréssée du chef aurait vite fait de me mettre un peu sur les nerfs, mais je commençais tout juste ici, je me devais de rester calme...

Je commençais donc ma journée en allant prendre la commande de la seule personne peuplant le bistrot pour l'instant...

« Bonjour et bienvenue chez nous, puis-je prendre votre commande ? »

Au moin moi je prenais une attitude sympathique, pas comme le chef...



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Vole à main poilue [PV : Hikari D. Kitamura]   Lun 15 Oct - 22:41

[justify]Hum… Je sens la cuisine d’ici… J’ai trouvé ce petit restaurant après quelques temps après avoir volé ce petit portefeuille, j’ai la dalle ! Je vais me faire un véritable festin ! Un bon steak, des frite et pour couronner le tout un gâteau à la banane ! Un serveur se rapproche de moi et me demande :

- Bonjour et bienvenue chez nous, puis-je prendre votre commande ?

Il a l’air bien amical ce serveur, malgré son physique de combattant, c’est bizarre qu’un type aussi baraqué que lui soit dans ce genre de resto, il a la carrure pour devenir pirate ou marine… Je regarde la carte deux secondes et je le regarde en souriant :

- Alors je vais prendre, un steak de 800 grammes avec une bonne ration de frite et une bouteille d’eau comme boisson. Pour le dessert, je prendrais un gâteau à la banane pour 5 personnes. Ce sera tout…

Je vais me régaler ! Heureusement que je suis tombé sur une pigeonne pareil ! Sans elle je serais encore en train de chercher de l’argent pour pouvoir me payer un restaurant comme celui-ci. Je prends la carte en main et la pose sur les rebords de la table avec le portemonnaie volé. C’est alors que je remarque qu’une femme se rapproche vers moi, mais… MAIS C’EST MA PIEGEONNE !!!!! Je suis mort, je suis foutu, elle a vu le portemonnaie, panique total dans ma tête ! Je dois faire quoi ?! Réfléchie, réfléchie… Trouvé ! Je vais dire que j’ai trouvé ce portemonnaie par terre et que j’avais une grosse faim donc je n’ai pas cherché à savoir à qui était le petit porte-monnaie… Je suis un génie ! La femme se rapproche et engage la conversation :

- Euh... Excusez-moi...

Je garde mon calme pour faire genre que je ne suis pas du tout dans le coup du vol et je la regarde dans les yeux et lui réponds calmement et amicalement avec un sourire :

- Je peux faire quelque chose pour vous ? Vous payez un verre peut être ? Ou alors vous voulez peut être dégusté un plat avec moi ? Que me voulez-vous ? Moi c’est Xiba et vous ?

Oui c’est assez bizarre de vouloir payer un verre voir un repas à quelqu’un avec l’argent de cette personne… Je suis un peu dégelasse quand même, la pauvre elle a rien demandée… J’ai un peu de remords sur mon action maintenant… Mais ce qui est fait est fait. Je peux plus faire marche arrière. Je tourne ma tête vers le serveur et lui dit :

- Vous pouvez envoyer la demande, Mademoiselle commandera peut être après … *regarde la femme* Si vous voulez bien vous assoir, j’ai hâte de faire connaissance avec vous…

Bon… Je m’en sors plutôt bien pour l’instant, juste à espérer que je ne fasse pas de bourde ou que les choses ne partent pas à la catastrophe… Je me demande bien ce qu’il va se passer dans ce petit restaurant… Cette fille semble savoir se battre, je devrais me méfiait d’elle, sinon je risque d’y laisser ma peau…[/justify]


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Vole à main poilue [PV : Hikari D. Kitamura]   Mar 16 Oct - 15:39

Hikari D. Kitamura a écrit:

Une rencontre étonnante




Il venait sûrement de commander son repas, le serveur repartait de sa table. À vois son air lorsqu'il vit Mikasa, c'était certain, il était le voleur. Mais la naiveté de la jeune fille lui fit croire le contraire lorsqu'il s'inventa sa petite histoire.

"Je peux faire quelque chose pour vous ? Vous payez un verre peut être ? Ou alors vous voulez peut être dégusté un plat avec moi ? Que me voulez-vous ? Moi c’est Xiba et vous ? Avait-il d'abord dit, en parlant à Mikasa. Puis, il ajouta. Vous pouvez envoyer la demande, Mademoiselle commandera peut être après … *regarde la femme* Si vous voulez bien vous assoir, j’ai hâte de faire connaissance avec vous… "

Au moment où il finit sa phrase, un grand choc se fit retentir, le fourreau du sabre d'Hikari venait de frapper la table de l'homme singe. Son visage colérique et sa taille colossale en faisait frémir plus d'un et la différence avec la hauteur de la jeune fille ne faisait que décupler cette vision. Faisant ombre à Alkas, il avait les traits tirés, il était énervé et elle savait qu'il n'était pas bon de le voir énervé.

"Hikari... Ce n'est rien... Je m'en occupe... Je m'en occupe... Avait elle suggérer."

En signe de réponse, elle n'eut droit qu'à une sorte de grognement venant de l'ange qui se dirigeait déjà vers l'intérieur de la taverne.

"N'oublies pas... C'est toi qui paye aujourd'hui, j'ai pas mon argent. Dépêche toi de le récupérer et viens me rejoindre... Avait-il dit, d'un ton sec et froid.
Oui... Oui, j'arrive."

Durant le laps de temps où ils avaient discutés, dirons nous, elle s'était détournée de l'homme assis, qui venait de l'inviter à manger, son voleur. Elle poussa un léger soupir, puis se retourna vers ce même homme. D'après les dires d'Hikari, c'était celui qui lui avait pris le portefeuille, il se trompait rarement. Elle lui portait une confiance aveugle, depuis leur rencontre, c'était comme ça... Un jour, on vous contera leur rencontre, une histoire très intéressante, mais qui n'est pas le sujet d'aujourd'hui... C'est donc un soupir plus tard qu'elle allait commencer à parler à l'homme qui se tenait, toujours assis, face à elle.

"Excusez-moi, mais récemment, je me suis fait voler un porte-feuille et il ressemble étrangement au votre. J'aimerais savoir si c'est bel et bien le mien. Si vous me le rendez maintenant, je ne tiendrais pas rigueur et je vous laisserais partir, mon ami est de mauvaise humeur et je ne voudrais pas le faire trop attendre, vous comprenez... J'aimerais donc vérifier si c'est vraiment le mien..."

Pendant le petit silence qu'elle laissa, elle attendit une réponse de son interlocuteur, mais aussi, elle cherchait un moyen de savoir, sans blesser la personne, à qui il appartenait réellement. C'est quelques instants plus tard, avec une idée qui lui paraissait ingénieuse qu'elle reprit la parole, au risque de couper celle de l'homme singe.

"Je vous propose donc qu'on prenne chacun un stylo, et qu'on écrive ce que l'on pense qui s'y trouve dedans. Il n'y aura ainsi pas de triche. Je ne compare pas ça à un jeu. Vous pouvez déjà abandonner, si vous savez que c'est le mien. Si je me trompe, je reconnaitrais qu'il est votre. Si c'est réellement le votre, je pense que vous savez ce qui se trouve à l'intérieur. Trêve de bavardage, Serveur !"

Elle appelait le serveur pour avoir un stylo, et du papier. Durant toute la conversation, elle avait eut le temps de s'assoir et de déposer légèrement sa main, proche du porte-feuille. Si l'homme singe tentait de le récupérer par la force, ou la ruse, elle serait en capacité à l'en empêcher... Quel sera le résultat de cette rencontre plutôt étrange ? Vous le serez dans le prochain post.




Revenir en haut Aller en bas
Maxwell Thompson
Révolutionnaire
avatar
Messages : 548
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
5/350  (5/350)
Berrys: 39.701.750 B

MessageSujet: Re: Vole à main poilue [PV : Hikari D. Kitamura]   Mar 16 Oct - 21:04

Bon généralement un restaurant, avant d'être plein, il devait être vide, j'avais encore espoir pour faire une bonne journée et mon espoir commença sur ce bonhomme. Je ne m'en doutais pas encore, mais c'était grâce à lui que ma journée justement serait désastreuse...
Bref, après que je me sois présenté à lui, il me passa sa commande, commande assez imprévue, par ailleurs, ce garçon devait avoir un appétit d'ogre ! C'est après avoir brièvement consulté la carte qu'il me présenta le menu qu'il voulait :

-Alors je vais prendre, un steak de 800 grammes avec une bonne ration de frite et une bouteille d’eau comme boisson. Pour le dessert, je prendrais un gâteau à la banane pour 5 personnes. Ce sera tout…

Comme je le disais, étonnant n'est-ce pas... ? Même moi ayant un gros appétit, je ne pourrais manger autant. C'est vrai quoi, un gâteau pour cinq personnes, un steak de près d'un kilogramme... Il mange pour tout un régiment ce gars ! Quel humain normalement constitué dans sa tête ne se dirait pas « What the fuck ?! » sur le coup ? Bref, je n'attendis plus pour satisfaire le client, bien qu'avec un air quelque peu ahurit !

-Je vois que vous avez un bon appétit, nous ferons de notre mieux pour satisfaire votre estomac.

J'allais lui tourner le dos pour retourner en cuisine quand soudain son expression changea... Comment le dire... C'était comme quand on « finissait sur le cul », en tout cas cela voulait certainement dire « j'suis mal là... ». En tournant un peu la tête, je vis une femme s'approchait. C'est vrai qu'elle était assez belle, mais quand même, il n'avait jamais vu de femme ou quoi ? Si pour celle-là cela donnait cet effet, que cela pouvais-t-il donner pour d'autre, d'autre dont cette belle mer était fière ? Il finirait surement par s'évanouir...
La femme était à notre niveau, en bon employé, je la saluais.

« Bonjours Madame et bienvenue chez nous, bienvenue chez vous ! »

« Et vous monsieur ? Ce sera tout ? » Dis-je à l'homme.

-Vous pouvez envoyer la demande, Mademoiselle commandera peut être après … *regarde la femme* Si vous voulez bien vous assoir, j’ai hâte de faire connaissance avec vous...

-Je retourne donc aux cuisines.

Je tournais le dos pour aller prévenir les cuisiniers de cette grosse commande quand soudain un grand choc retentit. Par réflexe, je lâchais le calepin où je notais les commandes par tables et je décrochais mon sabre, tout en le laissant dans son fourreau, en se tournant, je vis un katana sur la table. C'était là la raison du choc, comme je l'avais pensé c'était bien une arme et en sortant la mienne (ne me demandez ce qu'elle faisait avec moi pendant mon service, en tout cas, elle avait bien fait de rester sur moi) je me mis tout de suite en garde, encore un vieux réflexe de bretteur. Le fait de laisser le sabre dans le fourreau signifiait tout simplement que blesser n'était pas le but. C'était un homme qui avait sorti les armes et apparemment il était en rogne contre le client.

« Ok, caalme ! Si vous voulez vous battre, c'est dehors. Ici, on est là pour manger, pas pour fracasser des têtes, si vous voulez de la castagne, allez au bar d'à côté, y'a assez de bourrés qui veulent se battre là-bas ! Mais ici, quelqu'en soit la raison, on se bat pas ! Un peu de respect pour ce qui travaille oh ! »

L'un des trucs qui m'insuportaient le plus, c'était qu'on me gène dans mon travail. Certes, ici, je n'étais pas visé, mais pour moi, là, on me g$enait. On me gênait, je m'énervais, simple à comprendre.

"Hikari... Ce n'est rien... Je m'en occupe... Je m'en occupe... »

« Merci Madame, je peux donc retourner aux cuisines... Ah mais j'en oublie de prendre votre commande monsieur ? Dis-je à l'homme s'étant énervé, tout en remettant correctement mon arme.

Tout en prenant sa commande, j'écoutais, de l'autre oreille, ce que disait la femme. Apparemment, l'homme à l'appétit pas possible avait volé la dame, c'était, en tout cas, ce dont elle l'accusait et elle avait l'air sur d'elle.
Après avoir pris cette dernière commande, je me retournais vers le « voleur ».


« J'imagine que vous annulez votre commande ? Sachez qu'ici, si on ne paye pas, on ne mange pas ! »

Certes, il n'était pas bien de se mêler de ce qui nous ne regardait pas, mais si c'était bien un voleur, il ne pourrait pas payer, donc il ne pourrait pas manger !
Bref, la journée commençais vraiment bien... un voleur, un colérique, un serveur et une pacifiste volée. En fait non, pacifiste n'est pas péjoratif, ni serveur tiens, donc enlevons ces deux- là du lot, il ne restait donc qu'un voleur et un colérique...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Vole à main poilue [PV : Hikari D. Kitamura]   Lun 10 Déc - 12:53

    Alkas n'étant plus, si voulez continuer à deux ce topic, je pense que vous pouvez hein Hikari et Drake Rolling Eyes

    Si pour expliquer la disparition du "singe" vous avez une idée {besoin d'un PNJ} demandez et le staff verra ce que l'on peut faire Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Vole à main poilue [PV : Hikari D. Kitamura]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vole à main poilue [PV : Hikari D. Kitamura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vole son sac à main [PV Sybille]
» Quand deux paramecias se heurtent (Flashback PV Hikari)
» La main invisible
» Nodox >> Hikari
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue :: Royaume d'Illusia-