Partagez | 
 

 Dame nature, vous avez de charmantes filles ! [pas fermé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carmen y Baroona
Chasseur de marines
avatar
Messages : 229

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
12/250  (12/250)
Berrys: 3.166.000 B

MessageSujet: Dame nature, vous avez de charmantes filles ! [pas fermé]   Mar 11 Sep - 4:32


Mieux vaut tard que jamais


Non, ce titre particulier n’avait rien à voir avec cette nouvelle aventure que s’apprêtait à vivre notre homme poisson. Enfin, « nouvelle » entre guillemets, car elle n’était en vérité que dans la continuité d’une précédente aventure : son combat contre l’homme pâle. Mais résumons rapidement ce qu’il s’était déroulé. En manque de combat, notre chasseur de prime avait défié dans un bar un sabreur pour un combat à l’extérieur, ce qui s’était rapidement avéré être une erreur. Malgré un adversaire loin de se battre à fond, il subissait le combat plus qu’il ne le menait. Mais cela ne l’empêcha de reprocher à son opposant son manque de concentration. Las d’avoir été épié par trois ombres au sommet d’un immeubles, Shindo avait fini par convier ces trois dernières à venir les rejoindre, ce qu’elles firent sans hésitation, après avoir retourner la lettre d’invitation à l’envoyeur, un énorme débris de fer qui passa à seulement quelques centimètres du Fugu.

Lorsqu’ils chassaient encore les pirates ensemble, (avant que l’un d’entre eux ne devienne maire d’une ville) Dust reprochait souvent à son partenaire de consacrer trop de temps à des futilités. L’une de ces futilités était justement le passage en revue des différentes primes établies par la Marine. Ce fut donc tout naturellement qu’il reconnut les trois « stars » qui leur faisaient l’honneur de leur présence ce soir. L’illustre Mifune, considéré comme le meilleur épéiste actuel, ainsi que les jumelles Brumeria. Désirant laisser le Sword Master et l’autre seuls, ces dernières usèrent de leur pouvoir particuliers pour faire reculer Shindô. Il ne fallait pas le prier deux fois pour ce genre de chose, il comprit immédiatement ce qu’elles faisaient et n’y opposa aucune résistance.

*Il va le tuer. Et elles vont me tuer, également. *

Cette pensée ne quitta pas son esprit à mesure qu’il parcourait les cent mètres qui le séparaient à présent d’Hato. Face à ces deux monstres de puissance, il était pathétique. L’espace d’un instant, il avait cru pouvoir s’en sortir en les empoisonnant, mais malheureusement, sa toxine était tout simplement inefficace sur les végétaux. Et la petite démonstration des sœurs l’avait découragé à en faire usage. Attendant qu’elles aient terminé leur dispute pour déterminer celle qui lui mettrait une raclée, Shindô se plaça en position de garde. Le combat allait être rapide et douloureux. La tenson monta alors d’un cran lorsqu’elle finit par se placer en face d’elle, tout était prêt pour le lever de rideau…

- Stop ! Attendez, laquelle de vous deux est Hélène et laquelle est Helena ?

Ayant la fâcheuse habitude de s’inventer des scénarios, Shindô semblait persuadé qu’elles avaient échangé leur prénom rien que pour le troubler. En tout cas, pour ce qui était du trouble, ces deux humaines se débrouillaient à merveille.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Pirate]

avatar
Messages : 280

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Dame nature, vous avez de charmantes filles ! [pas fermé]   Mar 11 Sep - 19:50

C'était partit, du côté de Mifune. Le combat entre les deux épéistes battait de son plein, alors que l'homme poisson et les deux jeunes femmes n'avaient pas échanger leurs premiers coups. C'était sans doute à cause de leurs continuelles disputes. Mais de toute façon, elles comptaient en finir rapidement... Mais elles étaient bien loin de penser à tout cela. Elles étaient tout simplement bouche bée devant Shindô, après avoir écouté sa question. Il demandait qui elles étaient ? Enfin, il les confondait, plutôt. Il les connaissait sans les connaitre... Hélène poussa un cri, l'air choquée. Sa soeur, elle cligna des yeux un moment avant de fermer les yeux et de serrer les poings. Ce fut elle qui parla en première :

-Tu oses nous faire face sans nous reconnaître ?
-Tu oses me comparer à elle ?

Un silence se fit pendant quelques secondes avant que la demoiselle ne comprenne ce qu'avait dit Hélène. Elle hurla :

-Tu pourrais être plus agréable avec moi !
-Tais toi, Helena ! Maintenant, battons nous !

Cette fois, elle avait reprit son sérieux un peu plus rapidement qu'à l'accoutumée. Elle avait envie de voir ce que valait ce géant... Enfin, le terme était à prendre avec des pincettes. Il n'était pas si géant que ça, mais il l'était pour les deux jeunes femmes qui ne dépassaient guère le mètre soixante-dix. Cependant, cela ne déstabilisait absolument pas celle qui lui faisait face. Elle savait pertinemment que sur une île telle que Whiskey Peak, personne ne pouvait lui faire face. Grand Line était bien pathétique à côté du Nouveau Monde...
Sans plus attendre, elle lança l'assaut alors que sa soeur lançait déjà le carquois à Mifune. Le combat là bas allait prendre fin dans quelques secondes... Hélène ne fit qu'un geste du bras, horizontal, et le terrain se recouvrit d'une plaine verdoyante d'herbes, depuis ses pieds. Elle sourit doucement et claqua des doigts, cinq lianes sortant de sa main et fonçant vers l'homme poisson. Elles étaient recouvertes d'épines. Elles n'allaient pas spécialement vite, mais cherchaient simplement à faire sauter l'homme poisson. Une fois qu'il serait dans les airs, la demoiselle lui lancera une sorte de bûche dans le ventre... Son attaque était toute planifiée et elle jubilait intérieurement, se demandant si cet adversaire inexpérimenté pourrait survivre plus de cinq minutes face à elle.


Revenir en haut Aller en bas
Carmen y Baroona
Chasseur de marines
avatar
Messages : 229

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
12/250  (12/250)
Berrys: 3.166.000 B

MessageSujet: Re: Dame nature, vous avez de charmantes filles ! [pas fermé]   Dim 16 Sep - 14:34


Une victoire sous condition


Visiblement agacée par la question existentielle de Shindo, les deux soeurettes avaient décidé d’ouvrir les hostilités, au grand damne du poisson, qui savait pertinemment que son taux de survie pour ce combat frôlait la bulle. Au moins s’il s’en sortait vivant, il deviendrait plus fort. Encore fallait-il que les filles soient douces avec lui. Sur ses gardes et plus attentifs que jamais, il observait le moindre déplacement des jumelles et modifia sa posture de garde lorsque l’une d’entre elle s’avança. Elles avaient finalement opté pour un duel, choix que Shindo respectait, bien évidemment. Ce choix révélait une facette insoupçonnée des frangines, avec un tel comportement, elles démontraient ainsi leur sens de l’honneur et du combat.

- Combat singulier ? J’essaierai de me montrer digne de l’attention que vous me portez. déclara-t-il en s’inclinant respectueusement.

Il se fourvoyait et il s’en doutait. Comment deux Corsaires, occupant la majeure partie de leur temps à attaquer des forbans plus faibles qu’eux, pouvaient avoir le sens du combat ? Il espérait seulement pouvoir tirer un enseignement de l’affrontement, à l’inverse de sa confrontation contre Hato, où seul le plaisir du combat importait. Mais cette fois-ci, la raison primerait sur ses pulsions, et cette dernière lui disait que prendre l’initiative était la meilleure chose à faire pour rester en vie. Du coup, à peine s’était-il redressé qu’il se précipita en grande foulée vers sa cible. Mais il fut pris de vitesse par le mouvement de bras horizontal de la jumelle. Ne sachant pas s’il fallait craindre une attaque ou non, il se stoppa net, devant le parterre vert qui venait d’apparaître sous ses pieds.

*De l’herbe ?*

L’apparition soudaine de cette verdure, à l’instar de la branche d’arbre utilisée pour dévier le débris tout à l’heure, semblait due à la manifestation d’une malédiction. Encore une fois, Shindo allait faire front à des fruits du démon. S’il put esquiver l’attaque suivante, ce fut uniquement grâce à ses réflexes. Un flip arrière exécuté avec le parfait timing l’écarta de la trajectoire de cette dangereuse ronce. Mais ce n’était que la première, quatre autres suivaient derrière. Reprenant de plus belle sa course effrénée vers la jeune fille, il devait absolument réussir à l’atteindre afin d’espérer la blesser. Au vu de son gabarit, peu de coups directs seraient nécessaires pour l’envoyer au tapis. A moins qu’elle ne cache une sorte de force surhumaine. Ce serait donc un combat sous condition ; si la jumelle parvenait à achever son adversaire à distance, avant que celui-ci ne puisse s’approcher, alors la victoire lui reviendrait.

Profitant de l’élan de sa course, Shindô se décala brusquement sur la droite pour éviter la deuxième ronce, puis sur la gauche pour esquiver la troisième ronce. Mais comme si elles avaient une conscience, les deux dernières ronces décidèrent de coincer le guerrier en le prenant en sandwich. Ne ralentissant pas d’un pouce, il ferma alors les yeux, attendant le bon moment pour changer de rythme. Soudain, à l’instant précis où les deux ronces allaient se percuter, il ouvrit les yeux et prit impulsion au sol et s’éleva prodigieusement haut dans les airs. Dans son ascension, il effectua une série de tour sur lui-même avant de se stabiliser une fois sa hauteur maximum atteinte. La lune qui luisait dans son dos donnait un certain charme à cette scène.

Au ralenti, on aurait pu croire qu’il volait. En réalité, il comptait retomber avec force sur son ennemie, lui administrant un bon coup de poing. Mais à nouveau, il se fourvoyait. Il venait à peine d’armer son poing que déjà, un énorme tronc fendait le ciel à son encontre. En temps normal, une esquive aérienne aurait suffit, il se serait rempli d’air puis aurait tout expulsé sur le côté. Seulement ici, il était pris de court. Il comprit avec effroi que la première attaque de la Brumeria n’avait eut pour seul objectif que de l’amener ici, dans les airs, où il serait une proie facile. Une stratégie classique, mais terriblement efficace, dont lui-même était adepte – puisse son combat contre Leck Demonis en être témoin – et qui s’avéra concluante. Sa seule solution était de frapper, frapper ce projectile organique avec l’énergie normalement destinée à blesser la jeune fille.

- Senmaigawara ...

Comme dit précédemment, il avait été pris de vitesse. Ou plutôt, son adversaire avait un tour d’avance. Ce tronc arrivait avec beaucoup de vitesse et de force également. Non seulement il ne put terminer de crier le nom de son attaque, mais en plus il ne put frapper le tronc à pleine puissance, son bras n’était qu’à moitié fléchi. S’il put dévier le tronc de sa trajectoire initiale et éviter une collision, son corps en revanche fut propulsé du côté opposé. Il valdingua pendant de nombreuses secondes, avant de terminer sa chute sur le balcon d’une habitation. Ce dernier céda évidement sous la pression et Shindo retrouva le plancher des vaches, couvert de débris. De l’autre côté, le tronc était allé s’encastrer dans la façade de l’unique restaurant de l’île…

*Elle n’a pas bougé... La différence est-elle si grande ? Il faut que j’en ai le cœur net. Si je n’arrive pas à faire bouger un Schichibukai, comment pourrais-je espérer avoir une chance contre… lui ?*

Battre ces jumelles était impossible, mais à l’instant, Shindô venait de se fixer un nouvel objectif : la faire bouger. L’inciter à devoir esquiver une attaque qui pourrait la blesser, la pousser à le voir, ne serait-ce qu’une seule seconde, comme une réelle menace. C’était sa condition pour la victoire. Avec cette nouvelle conviction, il s’extirpa des décombres, prêt à en découdre à nouveau. La distance qui le séparait de la jumelle était encore plus importante qu’au début et cette distance était sa pire ennemie dans ce combat. Le seul moyen de la réduire était utiliser des feintes. Aussi, il projeta deux morceaux du balcon précédemment brisé, droit sur la jumelle. Dès le moment où ces débris eurent quitté sa main, il s’élança à son tour, visualisant l’instant ou son pied s’encastrerait dans le ventre de son adversaire, qui se plierait de douleur, lui permettant ainsi d’enchaîner son meilleur combo.

*Ces deux morceaux de pierre vont l’occuper et elle n’aura pas le temps de me voir surgir derrière. Je vais utiliser la même technique elle, afin de pouvoir placer Kachiage Haisoku.*





Vive ma bulle en dynamisme é_è

Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Pirate]

avatar
Messages : 280

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Dame nature, vous avez de charmantes filles ! [pas fermé]   Dim 16 Sep - 15:57

L'homme poisson, comme prévu, avait évité les premières attaques mais n'avait pas su dévier le rondin qu'il avait reçu en plein dans le ventre. Il fut envoyé plus loin tandis qu'Hélène poussa un soupire. L'autre épéiste avait du être plus intéressant, du moins, c'est ce qu'elle pensait : pousser Mifune à utiliser son Sentoryu était loin d'être un fait d'arme simple. Il fallait du talent, et beaucoup de courage pour le pousser dans ce retranchement. Mais cet adversaire, qui faisait face aux deux demoiselles, n'avait rien, à part de l'honneur. La jeune Schichibukai n'avait même pas besoin de bouger... Elle fixa son adversaire se relever. Il semblait vouloir continuer à se battre. Au moins, il avait un minimum de volonté... Cela pourrait rendre l'affrontement un peu plus complexe, et c'était tant mieux.

Shindo lança deux morceaux de bois en direction de la demoiselle qui cligna des yeux en analysant la technique. Rien de bien dangereux... Elle claqua des doigts et deux lianes apparurent à ses côtés. Ces deux végétaux vinrent attraper les projectiles et les renvoyèrent un peu plus loin. Mais elle remarqua soudain la présence de l'homme poisson, qui s'était dissimulé derrière les planches de bois. Elle fut surprise, mais ne bougea toujours pas. Lorsque le point la frappa au niveau de la mâchoire, ce dernier rentra simplement dans sa tête, cette dernière se changeant en lianes qui l'attrapèrent au niveau de l'avant bras. La bouche de la jeune femme, déformée à cause du poing ajouté, sourit :

-Tu aurais pu me blesser efficacement, si je n'avais pas eu un logia... C'est dommage.

La demoiselle écarta les bras et chuchota en fermant les yeux :

-Prigione verde.

D'un seul coup, des lianes sortirent de ses bras et se plantèrent dans le sol. Elles ressortirent autour des deux combattants, créant une sorte de prison de cinq mètres de diamètre alors que la demoiselle ouvrait les yeux à nouveau :

-Tu pensais que j'étais meilleure à distance, non ? Et bien, détrompes toi... Mon fruit du démon est parfaitement polyvalent.

Elle libéra le bras du jeune homme poisson et se remit droite, en position normale, attendant la prochaine attaque de son adversaire avec un sourire amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Carmen y Baroona
Chasseur de marines
avatar
Messages : 229

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
12/250  (12/250)
Berrys: 3.166.000 B

MessageSujet: Re: Dame nature, vous avez de charmantes filles ! [pas fermé]   Mer 19 Sep - 13:17


Némesis


Shindô jubilait en son for intérieur, car contrairement à ce qu’il avait imaginé, son adversaire était tombé dans le panneaux. Sa feinte était un succès. Focalisée sur les deux projectiles qui la ciblaient, la jumelle prêta moins d’attention au poisson, qui obtenu ainsi l’ouverture tant espérée pour placer son attaque sans souci. Grâce à ce combo, il avait rempli l’unique condition nécessaire à sa victoire : « réduire la distance pour arriver au combat rapproché ». Une rapide rotation avant de tendre la jambe en direction de l’estomac adversaire et le tour serait joué. Il savourait pleinement cet instant, où il était parvenu à bluffer l’une des sept puissants Corsaires.

C’est alors que se produisit l’inimaginable. Cela débuta par la pointe de sa chaussure, ensuite ce fut autour de son genou, puis carrément toute la jambe… Son corps passait littéralement au travers du sien, qui d’ailleurs arborait une structure similaire à un végétal. « Traverser quelqu’un » une expérience désagréable qu’il avait pourtant déjà vécut plusieurs fois. Au moins, en retombant au sol, dans le dos de la jumelle, Shindô était fixé. Bien qu’il n’avait jamais affronté de Logia, combattre des « intangibles » devenait étrangement récurrent. Des exemples comme Nakata Fenice, le phénix immortel, ou encore Leck Demonis et son ombre, lui vinrent en tête. Ils étaient de parfaits exemples de « combattants spectraux ». Comme le Fugu aimait les nommer.

Les deux combattants étaient à présent entouré d’une cage organique – énième manifestation du pouvoir maudit de la Brumeria – coupant toute retraite au poisson. Sa cible était à peine à quelques centimètres de lui, à portée de poings, pourtant, dans sa tête il savait qu’il avait perdu. C’était en sentiment étrange. Il aurait pu se relever et se déchaîner sur son corps frêle, enchaînant toute sorte de coups plus violents les uns que les autres que ça n’y changerait rien. Plus qu’une question de force ou d’expérience, il savait que même en s’entraînant et en devenant capable de la toucher, il n’aurait aucune chance et pour une raison très simple : cette Brumeria, aussi fou que cela puisse paraître, était son pire cauchemar en terme d’aptitudes. Son Logia l’immunisait face à la brutalité du Gyojin Karate, ce même Logia devait probablement être capable de drainer les liquides. Enfin, ce corps végétal ne pouvait subir les effets néfastes du poison des Fugu.

- Je m’incline, même si je le voulais, je ne pourrais jamais te battre en combat singulier.

Au final, cette idée l’arrangeait et le rassurait. Il avait perdu, mais ne comptait pas cela comme une défaite, dans son cœur. Tout comme l’eau ne s’écoulerait jamais vers le haut, il ne pourrait jamais la battre. Cette pensée le fit sourire, car une partie de lui refusait de croire à cette simple excuse… A présent que sa vie était sur le point de lui être enlevée, il repensait à tout ce qu’il avait fait, depuis son arrivée à la surface. Il eut une pensée pour Dust, gravement malade dans son lit. Il pensa également à Kryun, ancien ami mais devenu son pire ennemi…. Enfin, il pensa a Umaya, la seule qu’il n’ait jamais aimé. Son image suscita en lui une forte émotion, son cœur, refroidit par les derniers évènements fut instantanément réchauffé. Fixant à présent la jumelle avec une nouvelle détermination, il fonça vers elle, le poing gorgé de poison, avec la ferme intention d’en finir, une fois pour toute…

- Comment ai-je pu avoir de telles pensées ? J’ai tellement honte… SENMAIGAWARA SEIKEN !


Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Pirate]

avatar
Messages : 280

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Dame nature, vous avez de charmantes filles ! [pas fermé]   Mer 19 Sep - 14:50

Visiblement, celui qui faisait face à Hélène n'avait rien d'un combattant extraordinaire... Il s'était montré plus intéressant au début du combat que là, à l'intérieur de cette cage : il ne bougeait plus. Avait-il perdu toute combativité ? Il manquait peut être de détermination, mais généralement, la peur de la mort donnait du courage aux puissants, afin de lutter contre cette fatalité. Bien entendu, cela n'aurait servit à rien face à la demoiselle qui aurait, de toute façon, pu le tuer d'un simple claquement de doigt une fois dans cette prison végétale, mais elle aurait aimé voir un combattant devant elle, et non un lâche, un pleutre, ou une quelconque forme de déchet humain se croyant capable de se battre avant de remarquer que ça n'était possible que contre des faibles. En bref, elle était déçue : cette lutte ne lui avait apporté ni excitation, ni envie d'affronter l'homme poisson. Tout c'était passé comme elle l'avait voulu, à part le coup de pied juste inutile, puisque paré sans difficulté. Même si son fruit du démon lui apportait une certaine invulnérabilité, elle aurait aimé avoir à faire à un bon combattant, quelqu'un qui n'arrête pas jusqu'au dernier moment... Tout comme semblait l'être celui que combattait Mifune en ce moment même. La lutte des épéiste était peut être déjà finie, en fin de compte...

La jeune femme s'apprêta à ôter la vie de l'humanoïde qui lui faisait face mais il prit la parole. Il déclara simplement qu'il abandonnait... Ce Shindo était-il sérieux ? Il voulait arrêter comme ça, par manque de conviction ? Il n'avait pas réalisé qu'il allait mourir s'il ne se battait pas ? Hélène fronça les sourcils en le fixant, restante immobile. Elle se demandait comment le faire souffrir. Ce type ne méritait clairement pas la vie. Et elle allait lui faire comprendre que, lorsque l'on lançait une pierre en direction d'inconnus, on assumait son geste malgré les conséquences. Mais elle n'eut pas le temps de le faire : il reprit la parole. Il semblait avoir reprit sa conviction d'antan... Non, il était encore plus fou qu'auparavant : il fonçait sur la maudite en utilisant une technique. Malgré le fond de respect qu'Hélène avait retrouvé pour lui, elle ne lui laissa pas le temps d'utiliser sa technique. Elle ferma simplement les yeux et murmura d'une voix douce :

-Concatenazione.

Aussitôt, les lianes qui constituaient les barreaux de la prison se dirigèrent vers l'homme poisson en voulant l'immobiliser, tentant de l'attraper au niveau des bras, des jambes, du cou et même du ventre. Une fois les végétaux lancés, la Schichibukai ouvrit les yeux et regarda le combattant qui lui faisait face. Avec un nouveau murmure, elle lança une autre offensive, la voix chantante presque :

-Un migliaio di aghi.

Les lianes se recouvrirent d'aiguilles épaisses et la jeune femme sourit avant de joindre ses mains, les paupières à nouveau closes :

-Completamento !

Un arbre sortit aussitôt sous Shindo, voulant faire de lui son prisonnier. Toutes les attaques s'étaient enchaînées rapidement. Comme l'homme poisson allait pouvoir réagir ?


Revenir en haut Aller en bas
Carmen y Baroona
Chasseur de marines
avatar
Messages : 229

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
12/250  (12/250)
Berrys: 3.166.000 B

MessageSujet: Re: Dame nature, vous avez de charmantes filles ! [pas fermé]   Jeu 20 Sep - 10:47


Mode Survie, assumer jusqu’au bout.


Comme il fallait s’en douter, sa tentative désespérée se solda par un échec. Malgré la faible distance qui les séparait, la jumelle anticipa l’attaque soudaine du Fugu et put agir en conséquence. Avant d’encaisser le terrible coup de poing, elle commanda les plantes qui les entouraient tous les deux et celles-ci saisirent les membres de l’homme poisson, empêchant ainsi tout mouvement. Afin de se défaire de ces liens organiques, Shindô exécuta plusieurs mouvements brusques avec ses bras et ses jambes, mais rien n’y fit, car non seulement les lianes étaient solides et résistances, mais en plus elles étaient molles et élastiques. La force qu’il mettait pour tenter de les briser était absorbée.

Ainsi piégé, il devenait une cible facile. Et même avec le court affrontement qu’il avait mené contre la Bruméria, il savait que cette dernière n’était pas une tendre ; sa sœur devait sûrement être plus douce. Du coup, il serra les dents en imaginant que la suite serait douloureuse, et il avait raison. Les différentes lianes qui l’enserraient et le retenait se recouvrirent d’épines et s’enfoncèrent dans sa peau sans qu’il ne puisse rien faire. La douleur était intense, car dispersée à plusieurs endroits sur le corps. Shindô ne savait pas s’il devait avoir mal pour ses bras ou pour ses jambes. Il émit une puissante complainte sonore, au croisement entre sa rage et sa souffrance.

Cette punition, il l’avait méritée, pour son attitude quelques instants plus tôt. Il pouvait aisément comprendre l’énervement qui habitait le regard de son adversaire, car c’était lui qui avait engagé ce combat. Abandonner – et lâchement, comme il l’avait fait – était un véritable manque de politesse envers ses ennemies, ainsi qu’envers Hato. Sur le moment, il avait eu peur de mourir sans avoir pu accomplir ses objectifs. Ce genre de sentiment ne lui était plus arrivé depuis un moment. A présent, il était déterminer à assumer jusqu’au bout, s’il devait mourir ce soir et bien ce serait son Destin. Retrouvant peu à peu sa sereinement habituelle, il ferma les yeux pour mieux supporter la douleur et se concentra sur la suite, à la recherche d’un moyen de se sortir de cette mauvaise passe.

Son salut arriva justement grâce à la dernière attaque de la jumelle. Grâce à ses pouvoirs, elle fit pousser un arbre de manière à y piéger l’homme poisson. Mais ce dernier ne se laissa pas faire, il joignit ses deux jambes, malgré la force de traction des lianes qui maintenaient ses membres écartés et secoua son corps d’avant en arrière de plus en plus fort. Au final, lorsque l’arbre le piégea dans son tronc, La tête de Shindô dépassait à l’arrière, tandis que sa tête et ses épaules ressortaient à l’avant. Il traversait l’arbre, dressé verticalement, avec son corps à l’horizontal. Comme seul son buste était piégé, il colla la plante de ses deux pieds contre l’arbre et poussa pour en extirper le reste. Comme toutes ses créations, l’arbre devait être trop résistant que pour pouvoir être brisé de l’intérieur, du coup s’il avait été piégé en position verticale, jamais il ne s’en serait sorti.

Exténué par l’effort physique et moral nécessaires pour sa survie, Shindô prit tout de même la peine de bondir en arrière, jugeant qu’au final, cette distance n’était pas si mauvaise pour souffler un peu. Les manches de sa tenue étaient en lambeaux teintés de rouge. Comme il en possédait une armoire remplie, il n’eut aucun scrupule à retirer son Keikogi, et ce qu’il portait au dessous, se retrouvant donc torse nu pour la suite du combat. Habituellement, il en profitait pour déployer son poison, profitant alors d’une plus grande surface pour empoisonner ses adversaires, mais ici c’était inutile. Plutôt que de lancer une phrase classe et d’attaquer à nouveau, Shindô prit juste sa garde habituelle en attendant la suite. Tout ce qu’il comptait faire à présent, était d’esquiver ou de se protéger au possible ; son cerveau était passé en mode survie.

Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Pirate]

avatar
Messages : 280

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Dame nature, vous avez de charmantes filles ! [pas fermé]   Jeu 20 Sep - 15:03

L'homme poisson avait réussit à se placer horizontalement lorsque l'arbre était sortit du sol. Ainsi, il avait pu éviter le pire : être bloqué à tout jamais dans ce végétal. Dans cette position, il réussit rapidement à se libérer en brisant le bois avant de reprendre ses distances avec la jeune femme. Cette créature était en fait plus puissante qu'elle n'y paraissait. Hélène remarqua que son adversaire n'attaquait plus, mais restait sur ses gardes. Il attendait une ouverture ? Ou peut être voulait-il tout simplement se contenter d'esquiver et de parer les offensives de la Schichibukai ? Dans tous les cas, cela paraissait plus intelligent que de se jeter sur la jeune femme qui pourrait le vaincre sans aucune difficulté dans ces circonstances. Mais là, le challenge semblait se corser légèrement : même s'il était sans doute incapable de la toucher efficacement, la jeune femme ne voulait pas le sous estimer. Peut être cachait-il une arme en secret, qui lui permettrait d'inverser la tendance ? Elle avait du mal à y croire. Mais ce doute s'accentua lorsque Mifune revint victorieux de son combat, sans aucune blessure. Alors même l'épéiste n'avait aucun talent ? Le Schichibukai se plaça à côté d'Helena en silence, observant l'affrontement sans intervenir. Mais désormais, Hélène voulait absolument finir le combat le plus rapidement possible. Elle voulait impressionner le blond, et elle allait le faire. Elle se remit face à Shindo et elle ferma les yeux calmement, en étirant ses bras comme précédemment.

-C'est fini. Morte prossima.

Aussitôt, des lianes ressortirent du sol. Toutes étaient en réalité des piques, des sortes de lance de verdures. Elles avaient totalement encerclées l'homme poisson et se dirigeaient vers son buste pour le transpercer. La jeune femme n'avait pas cherché à tuer son adversaire. Elle avait décidé de le laisser agoniser sur le sol, sans lui ôter la vie. Quelqu'un viendrait peut être le sauver, comme son ancien ennemi, l'homme pâle.
Hélène se retourna vers ses deux compagnons en silence, toute l'herbe alentour retournant dans son corps. Elle poussa un soupire avant de reprendre la parole lentement :

-C'est dommage... Si tu ne m'avais pas croisé, tu serais sans doute devenu puissant, homme poisson.

Le trio se remit en marche, laissant là les deux hommes qui avaient osés les défier, eux et leur statut de Schichibukai. Seul deux des membres du trio avaient démontrés leurs pouvoirs respectifs... Nul ne pouvait savoir, suite à ce combat, ce que cachait Helena. Mais cette dernière aussi ne tarderait pas à dévoiler sa vraie force, c'était certain...

PS : Tu peux avoir encaissé l'attaque, ou juste avoir paré/esquivé quelques lianes, mais vu la rapidité et la puissance de l'offensive, tu es obligatoirement blessé ^^ Même si tu tiens debout, ils s'en vont, à toi de voir si tu veux les arrêter Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Carmen y Baroona
Chasseur de marines
avatar
Messages : 229

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
12/250  (12/250)
Berrys: 3.166.000 B

MessageSujet: Re: Dame nature, vous avez de charmantes filles ! [pas fermé]   Dim 23 Sep - 23:42


La pénombre


A en juger par la présence du sabreur de renom, le combat de l’autre côté devait être terminé. Ayant une vague idée de la force d’Hato, Shindô imaginait l’état dans lequel ce dernier devait se trouver. S’il n’avait pas succombé, il se trouvait certainement entre la vie et la mort, à l’instar de ce qui attendait le Fugu dans quelques secondes. Car dès l’instant ou Mifune eut rejoint les tribunes, l’attitude des jumelles changea radicalement. Celle qui ne combattait ne prêtait tout simplement plus aucune attention au duel, quand à l’autre, elle semblait à pèsent aborder la chose comme une corvée pénible. A ce moment, l’homme poisson savait que ses minutes étaient comptées et il cherchait une solution. Il préférait se focaliser sur sa cible et profiter de l’adrénaline abondante en lui, plutôt que d’être réaliste. Car si par miracle il parvenait à mettre la Bruméria en danger, les deux autres derrière n’allaient certainement pas se gêner.

Ce fut en cherchant un soutient providentiel parmi les éléments du décor qu’il remarqua cette tête blonde à travers une fenêtre. Malgré l’heure tardive, ce jeune humain avait été tiré de son sommeil par le bruit des affrontements et il n’était pas le seul. Trop concentré pour en tenir compte, Shindô n’en était pas conscient, mais plusieurs personnes observaient les deux duels sans trop comprendre ce qu’il se passait. Tous allaient pouvoir admirer la fin de deux combattants prometteurs.
Lorsque la jumelle passa finalement à l’offensive, le Fugu était prêt. Morte Prossima. Ces terribles végétaux sortirent du sol avec force et progressaient à grande vitesse. Shindô les voyait venir, tout autour de lui, mais à nouveau, il ferma les yeux, attendant le bon moment.


- Maintenant !

Une puissante impulsion sur ses jambes et il s’élevait afin d’éviter les lianes meurtrières. Il avait effectué son bond vers l’arrière afin de pouvoir prendre appui sur le mur d’un bâtiment et il eut raison, car au lieu de simplement s’entrecroiser, toutes les lianes changèrent brusquement de direction pour le poursuivre dans les airs. Il prit à nouveau impulsion sur le mur pour les esquiver une deuxième fois, mais de même, les lianes changèrent encore de direction, gagnant cette fois-ci en vitesse. Comme au tout début de l’affrontement, il était pris au piège, dans les airs. Se gonfler d’air pour esquiver ne servirait à rien, il ne pouvait même pas parer… Il se rendit soudain compte qu’il allait mourir. Et ces lianes vertes qui fondaient vers lui prenaient alors une nouvelle forme, un nouveau sens. Elles étaient la fin…

*Finalement je vous rejoins plus tôt que prévu… Maladroit jusqu’au bout. J’espère seulement que ça ne sera pas trop douloureux.*

Telles furent les dernières pensées de cet homme, étalé au sol, le corps immergé dans une marre de sang. Son regard était tourné vers trois individus qui disparurent dans la nuit. A cent mètres de là, un autre homme se trouvait dans pareil état. Shindô sentait sa conscience l’abandonner peu à peu. Il ne savait plus si la pénombre qu’il voyait était celle de la nuit ou celle de ses paupières.


L'homme qui postait plus vite que son ombre a donc terminé ! Merci à toi cher animateur !
Revenir en haut Aller en bas
 

Dame nature, vous avez de charmantes filles ! [pas fermé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dame nature, vous avez de charmantes filles ! [pas fermé]
» Georges Saati, vous avez raison mais ...
» [Inutile] Qu'est ce que vous avez fait hier ?
» Si vous avez du temps à perdre :)
» Vous avez dit couleurs primaires ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 1 :: Whiskey Peak-